Économie : TER 2008

De
Publié par

En 2003, le produit intérieur brut (PIB) de la Guyane s’élève à 2 207 millions d’euros. Il a diminué de 2,1 % à prix courant, contre 10 % de hausse en 2002. Les variations du PIB guyanais peuvent être très fluctuantes d’une année sur l’autre, au gré de l’activité de la filière spatiale. Le PIB guyanais ne représente que 0,14 % du PIB de la France en 2003. Rapporté à la population, le PIB s’élève à 12 165 euros par habitant, soit 47,2 % de la moyenne nationale. La très forte croissance démographique obère la progression de l’indicateur PIB/habitant,. Rapporté à la population occupant un emploi, le PIB s’élève à 43 718 euros par emploi, en baisse sur un an. Il représente 69,1 % de la moyenne nationale. Le décalage s’explique par la jeunesse de la population couplé à un taux d’activité plus faible. L’économie guyanaise se distingue des autres économies domiennes par un secteur industriel plus développé (présence du centre spatial) et par des services à la fois moins présents et structurellement différents (plus de services administrés, moins de services aux ménages et aux entreprises). En 2003, la valeur ajoutée brute (VAB) est en repli de 2,4 % à prix courants alors qu’au niveau national, l’évolution est de +3%. L’atonie de la demande de transport spatial et les répercutions dans certaines branches de l’économie expliquent ce mauvais résultat global. À contrario, certaines branches d’activité contribuent à limiter la récession : le BTP (largement en tête avec +23,2%), le commerce (+13,1%) et les administrations (+9,4%). L’agriculture se distingue également (+6,7%). de moins qu’en France métropolitaine.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins


11. Économie
Présentation
En 2003, le produit intérieur brut (PIB) de (+13,1%) et les administrations (+9,4%).
la Guyane s’élève à 2 207 millions L’agriculture se distingue également
d’euros. Il a diminué de 2,1 % à prix (+6,7%).
courant, contre 10 % de hausse en 2002.
Les variations du PIB guyanais peuvent Définitions
être très fluctuantes d’une année sur
Valeur ajoutée brute (VAB) : différence entre la valeurl’autre, au gré de l’activité de la filière
des biens ou services produits par une entreprise ou une
spatiale. Le PIB guyanais ne représente branche et celle des biens et services utilisés pour la
que 0,14 % du PIB de la France en 2003. production, dite des « consommations intermédiaires ».
Rapporté à la population, le PIB s’élève à La somme des valeurs ajoutées par les unités d'un
ensemble (branche, secteur, regroupement ou ensemble12 165 euros par habitant, soit 47,2 % de
de l'économie) est indépendante du découpage entrela moyenne nationale. La très forte
entreprises ou entre branches.
croissance démographique obère la Branches : pour une entreprise déterminée, les effectifs
progression de l’indicateur PIB/habitant,. et les ventes sont répartis selon les différentes activités
Rapporté à la population occupant un qu'elle exerce. Les fractions d'entreprise, correspondant
à une même activité, constituent la branche d'activitéemploi, le PIB s’élève à 43 718 euros par
ou, plus brièvement, la branche. Ainsi, une entrepriseemploi, en baisse sur un an. Il représente
relève d'autant de branches qu'elle exerce d'activités.
69,1 % de la moyenne nationale. Le Produit intérieur brut (PIB) : c’est ce que produit
décalage s’explique par la jeunesse de la l'économie d'une région ou d’un pays. Ramené au
population couplé à un taux d’activité plus nombre d’habitants ou d’emplois, il fournit des
indicateurs de « richesse » et de productivité.faible. L’économie guyanaise se distingue
Il peut se définir de trois manières :des autres économies domiennes par un
- le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes
secteur industriel plus développé augmentées des impôts grévant les produits (TVA,
(présence du centre spatial) et par des droits de douanes, taxes spécifiques) moins les
services à la fois moins présents et subventions sur les produits ;
- le PIB est égal à la somme de la consommationstructurellement différents (plus de
effective finale, des investissements (FBCF), desservices administrés, moins de services aux
exportations et des variations de stocks, moins les
ménages et aux entreprises). importations ;
En 2003, la valeur ajoutée brute (VAB) est - le PIB est égal à la somme des emplois des comptes
en repli de 2,4 % à prix courants alors d'exploitation des secteurs institutionnels :
rémunérations des salariés, impôts sur la production etqu’au niveau national, l’évolution est de
les importations moins les subventions reçues,+3%. L’atonie de la demande de transport
excédent brut d'exploitation et revenu mixte.
spatial et les répercutions dans certaines
branches de l’économie expliquent ce Remarque
mauvais résultat global. À contrario,
certaines branches d’activité contribuent à Les prix sont indiqués en euros courants. Pour
obtenir les évolutions à prix réels, on soustraitlimiter la récession : le BTP (largement en
l’indice moyen annuel des prix à la consommation.tête avec +23,2%), le commerce
102 Tableaux Économiques Régionaux GuyaneValeur ajoutée brute et produit intérieur brut 11.1
Valeur ajoutée brute par branche d'activité
Unité : millier d'euros
Variation Variation
2003/2002 2003/2002
2002 2003 en % 2002 2003 en %
Agriculture 91 95 4,2 37 664 35 534 -5,7
IAA 30 39 27,1 27 714 28 760 3,8
Industrie manufacturière 191 180 -5,5 175 733 171 765 -2,3
Energie 37 40 6,8 27 074 28 048 3,6
Construction 156 163 4,3 73 131 76 137 4,1
Commerce 219 223 2,1 150 157 158 133 5,3
Transports 15 -85 -666,1 59 030 60 179 1,9
Services 1 392 1 426 2,4 842 083 876 256 4,1
dont : Hôtels et restaurants 47 42 -10,2 32 716 33 713 3,0
Services principalement non marchands 800 824 3,1 299 253 310 987 3,9
Ensemble des branches (hors SIFIM) 2 132 2 081 -2,4 so so so
Correction pour SIFIM (*) -44 -42 -4,6 so so so
Valeur Ajoutée brute 2 088 2 038 -2,4 1 392 586 1 434 812 3,0
(*) SIFIM : Services d'intermédiation financière indirectement mesurés ; voir définition
Sources : comptes des départements d'outre-mer et comptes nationaux - Insee
Produit intérieur brut
Guyane France
Variation en % Variation en %
2002 20032003/2002 2001 20022003/2002
PIB total (million d'euros) 2 255 2 207 -2,1 1 548 555 1 594 814 3,4
PIB par habitant (euro) 12 858 12 165 -5,4 24 071 24 166 0,3
PIB par emploi (euro) 45 573 43 718 -4,1 62 019 63 532 2,1
en base 2000 pour la France et en base 95 pour la Guadeloupe
Sour
Tableaux Économiques Régionaux Guyane 10311. Économie
Présentation Définitions
A prix courants, le total des ressources Formation brute de capital fixe (FBCF) : elle
représente la valeur des acquisitions moins lesdisponibles dans l’économie guyanaise
cessions d'actifs fixes, corporels (machines, etc...)décroît de 18,2% en 2003. C’est la
ou incorporels (logiciels), réalisées par les
diminution des ressources extérieures, à producteurs résidents et utilisés de façon répétée
savoir les importations (-36,4 %), qui ou continue pendant au moins un an dans le
représente l’essentiel de la baisse des processus de production. Pour le secteur des
ménages, la FBCF concerne les logements etressources. La réduction des échanges
l'investissement des entrepreneurs individuels.extérieurs est une conséquence de la
Consommation finale des ménages : le nouveau
moindre activité de lancement de fusées système de comptabilité nationale distingue deux
au centre spatial guyanais. La baisse de la concepts de consommation finale :
valeur ajoutée brute générée dans le - La dépense de consommation finale des ménages
remplace le concept de consommation finale dudépartement (-2,4 %) représente l’autre
système précédent. Elle exclut les remboursementsvolet de diminution des ressources alors
de sécurité sociale et certaines allocations
que l’ensemble impôts sur produits et (logement) qui étaient auparavant comptées dans
subventions augmente très légèrement. le revenu et dans la consommation. Ainsi, seule la
La consommation des ménages et des partie non remboursée des médicaments est-elle
comptée en dépenses de consommation finale ;administrations absorbe les 2/3 des
- La consommation finale effective des ménagesressources. La progression des dépenses
recouvre l'ensemble des biens et services qu'ils
des administrations a encore été utilisent effectivement (ou consomment) - quelle
particulièrement forte en 2003 (+9 ,9 %). que soit la manière dont ils sont financés - alors
En lien avec une activité spatiale réduite et que la dépense de consommation se limite aux
dépenses que les ménages supportent directement.symétriquement aux importations, on
L'écart entre les deux notions représente lesassiste à une forte diminution des
remboursements de sécurité sociale, les aides au
exportations (-54,5%) qui expliquent à logement, les dépenses de la collectivité en
elles seules la forte baisse des emplois en éducation, en santé, etc.
2003. Les dépenses de consommation, PIB et VAB : voir chapitre11-1.
particulièrement celle des administrations
(+4,5 points), ont soutenu fortement une
Voir aussicroissance durement malmenée par une
conjoncture spatiale morose. - Panorama économique de l’espace Caraïbe
La consommation des ménages a 2004, Insee, 2004.
également soutenu l’activité (+0,5 point). - Les comptes 2001 en bref, Antiane-Éco,
n° 60, Insee, juin 2004.Par contre, tous les autres postes
- Antiane-éco, la revue économique et sociale descontribuent négativement au PIB.
Antilles-Guyane, Insee, publication trimestrielle.
Le solde extérieur, fortement négatif, - CDROM comptes 1993-2002, Insee, juin
enregistre une importante dégradation en 2005.
2003. Il contribue négativement au PIB - Prochainement : CDROM comptes 1993-
2003, Insee.(-6,4 points).
104 Tableaux Économiques Régionaux Guyane
Ressources et emplois de biens et de services 11.2
Ressources et emplois de biens et services
Unité : millier d'euros
2002 2003 Evolution en %
Ressources
PIB 2 254,60 2 207,0 -2,10%
Valeur ajoutée au prix de base 2 087,50 2 038,2 -2,40%
Impôts sur les produits 170,4 172,1 1,00%
Subventions sur les produits -3,3 -3,3 1,20%
Imports 2 004,60 1 275,8 -36,40%
Total des ressources 4 259,30 3 482,8 -18,20%
Emplois
Dépense de consommation finale 2 176,90 2 292,3 5,30%
Dépense de consommation des ménages 1 126,90 1 138,6 1,00%
Dépense de consommation des administrations 1 050,00 1 153,7 9,90%
FBCF 503,4 492,7 -2,10%
Variations de stocks -20,5 -29,2 42,30%
Exports 1 599,50 727,0 -54,50%
Total des emplois 4 259,30 3 482,8 -18,20%
Source : comptes des départements d'outre-mer - Insee
Contribution des emplois au PIB
Unité : point
2002 2003
Dépense de consommation finale 7,2 5,1
Dépense de consommation des ménages 3,9 0,5
Dépense de consommation des administrations 3,3 4,6
FBC (FBCF + variation de stocks) -2,5 -0,9
FBCF -1,3 -0,5
Variation de stocks -1,2 -0,4
Solde extérieur 5,6 -6,4
Évolution du PIB en % 10,3 -2,1
Source : comptes des départements d'outre-mer - Insee
Tableaux Économiques Régionaux Guyane 10511. Économie
Présentation Définitions
En décembre 2006, l’indice des prix à Indice des prix : un indice des prix à la
consommation est publié pour chaquela consommation s’établit à 114,2 en
département d’outre-mer. Cet indice est élaboré àGuyane à partir d’une base 100 en
partir d’observations sur des postes de dépenses
1998. répartis en variétés. La pondération de chaque
poste de dépense est proportionnelle à la part de ce
Il progresse de 3,3 % entre décembre poste (coefficient budgétaire) dans la dépense
2005 et décembre 2006. Sur la même totale de la population prise comme référence.
période, l’indice des prix à la
Indice avec ou sans tabac : la loi Neiertz du 18consommation en métropole augmente
janvier 1992 indique : « À compter du 1er janvier
de 1,5 %. 1992, toute référence à un indice des prix à la
consommation pour la détermination d'une
La croissance de l’indice des prix en prestation, d'une rémunération, d'une dotation ou
Guyane résulte principalement de la de tout autre avantage s'entend d'un indice ne
prenant pas en compte le prix du tabac ».hausse des services (+6,7%) et plus
particulièrement de certains tarifs
Glissement : les évolutions sur 12 mois, ou
réglementés qui concernent le glissements, sont obtenues en rapportant l'indice
logement (+ 9,8 %) et la santé d'un mois donné à l'indice du même mois de
(+ 13,3 %). l'année précédente.
L’alimentation enregistre également une
hausse (+2,4%) sous l’effet du net
renchérissement des produits frais
(+5,7%).
Les produits manufacturés diminuent
de 1,4%, confirmant une tendance
établie à la baisse.
Pour l’énergie, après l’envolée des
cours mondiaux du pétrole fin 2005,
l’année 2006 apparaît plutôt calme
avec une baisse de 0,3%.
Voir aussi
- Indice des prix, Insee, publication mensuelle.
- www.insee.fr
106 Tableaux Économiques Régionaux GuyanePrix 11.3
Indice des prix à la consommation
Base 100 en 1998
Variation en %
Pondération Indices Déc. 2006/Déc. 2005
2006 Déc. 2006 Déc. 2005 Guyane France
Ensemble 10 000 114,2 110,5 3,3 1,5
Alimentation 2 131113,12,41,7
dont : produits frais 448 122,9 116,4 5,6 3,7
alimentation hors produits frais 1 683 110,7 109,1 1,5 1,5
Tabac 128 256,8 237,6 8,1 0,2
Produits manufacturés 2 394 96,3 97,7 -1,4 -0,1
dont : habillement et chaussures 594 82,3 85,7 -4,0 0,6
produits de santé 195 97,0 98,5 -1,5 -3,2
autres produits manufacturés 1 604 101,5 101,9 -0,4 0,3
Énergie 771 127,7 128,1 -0,3 1,7
dont : produits pétroliers 552 137,1 140,0 -2,1 -0,4
Services 4 576 120,1 112,6 6,7 2,7
dont : loyers et services rattachés 1 737 120,5 109,7 9,8 3,8
services de santé 217 120,7 106,5 13,3 3,5
transports et communications 368 110,9 103,6 7,0 -0,3
autres services 2 254 120,3 116,2 3,5 2,7
Alimentation (y compris tabac) 2 259 117,7 114,6 2,7 1,6
Produits manufacturés (y compris énergie) 3 065 102,9 104,1 -1,2 0,3
Manufacturés hors habillement et chaussures 1 800 101,1 101,7 -0,6 -0,3
Ensemble hors produits frais 9 552 113,7 110,2 3,2 1,5
Ensemble hors énergie 9 229 113,2 109,2 3,7 1,4
Ensemble hors tabac 9 872 113,0 109,4 3,3 1,5
Source : Indice des prix - Insee
Glissement annuel de l'indice des prix à la consommation (base 100 en 1998)
3,5
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0,0
-0,5
Années
Source : indice des prix - Insee
Tableaux Économiques Régionaux Guyane 107
Indice des prix en %

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.