Éditorial du Courrier des statistiques n° 125

De
Publié par

Éditorial du Courrier des statistiques n° 125

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 11
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

édito - édito - édito - édito - édito - édito - édito - édito
e Courrier des statistiques est principale- s’efforce de répondre à une double exigence : Cment consacré aux nomenclatures : assurer la comparabilité internationale des statis-
nomenclatures économiques, qui viennent tiques économiques sans remettre en cause les
d’être révisées, et nomenclatures sociales. outils d’analyse utilisés dans notre pays.
Dénombrer suppose de dénommer : Michel La nouvelle NAF est désormais opérationnelle
Boeda rappelle ce principe fondamental, et grâce, aussi, à un ensemble de travaux d’une
quelques autres, dans son article introductif. Il grande rigueur. Bernadette Rocca nous montre
nous offre un panorama des nomenclatures et combien précis et organisés doivent être les
classifications. Il évoque leurs transformations travaux techniques indispensables à la réussite
historiques récentes. Il montre que les statisticiens du « basculement » en nouvelle nomenclature.
inscrivent leur activité dans un ensemble de nor- Il s’agit aussi d’exploiter à fond les sources exis-
mes économiques et sociales qu’ils contribuent tantes afin de ne pas devoir solliciter individuel-
aussi, en retour, à faire évoluer. lement les quelque vingt millions d’entreprises
et d’établissements concernés. Jean-Philippe
Grouthier et Jean-Paul Lachize apportent un
Cette évolution des nomenclatures n’est pas seule-
éclairage complémentaire sur la genèse et les
ment une affaire de techniciens. Elle implique un
conséquences de la révision des nomenclatures,
dialogue nourri avec de multiples partenaires.
dans le domaine de l’industrie.
Ainsi, nombre d’acteurs sociaux, d’administra-
Enfin, bien sûr, les travaux des nomenclaturistes et
tions nationales, d’organisations internationales,
autres statisticiens n’ont de sens que pour se met-
interviennent dans le débat toujours ouvert sur
tre au service des utilisateurs, de l’ensemble des
les nomenclatures sociales. Les chercheurs y
citoyens. Jean Lienhardt nous informe de la dif-
contribuent également. Alain Desrosières met en
fusion des nouvelles nomenclatures dans les ser-
perspective historique les célèbres « CSP » qui
vices statistiques publics et in fine du calendrier
ont nourri le débat social en France. Devenues
de mise à disposition au public des informations
PCS, elles restent selon lui un outil irremplaçable,
présentées selon les nouvelles normes. Christine
même si le cadre qu’elles constituent est appelé
Pinel décrit les sept opérations, complexes mais
à s’adapter. Cette nécessaire mise à jour ne
indispensables, pour « raccorder » les informa-
saurait évidemment ignorer le cadre européen et
tions recueillies selon les anciens concepts à
mondial. Cécile Brousse et Jérémie Torterat font
celles établies d’après la nouvelle classification.
le point sur cette construction, encore inachevée,
qui permettra d’améliorer la comparabilité des
données sociales françaises avec leurs corres- Il existe – à travers notamment le code « d’acti-
pondantes en Europe et au-delà. vité principale exercée » – de multiples usages
non-statistiques des nomenclatures forgées par
les professionnels du chiffre. Cette utilisation indi-
Pour progresser, les nomenclatures d’activités et
recte de la nomenclature d’activités requiert, de
de produits ont également nécessité de longues et
la part des statisticiens publics, de vastes campa-
complexes négociations. Thierry Lacroix, d’une
gnes d’informations, indispensables à la réussite
part, Michel Lacroix et Marie-Madeleine Fuger,
finale de cette opération de révision des nomen-
d’autre part, relatent le processus de révision qui
clatures économiques. C’est l’objet des articles
a conduit à la nouvelle version de la nomencla-
de Patrice Roussel et Véronique Dutrech.
ture d’activités française (NAF) et de son pen-
dant, la classification des produits. La cohérence
est désormais très forte entre l’échelon européen L’encart mobile aidera le lecteur à visualiser
et le niveau national. Le nouveau dispositif est l’articulation entre les nomenclatures d’activités,
aujourd’hui entré en vigueur. Chantal Madinier de produits, douanières et sectorielles aux échelons
décrit cet agencement de nomenclatures qui national, communautaire et mondial. Au verso :
2édito - édito - édito - édito - édito - édito - édito - édito
une explicitation des principaux sigles et, parfois, Christine Gonzalez-Demichel, en contrepoint à
leurs correspondants en langue anglaise. l’article d’Hugues Lhuillier paru en janvier 1978,
nous permet de mesurer le chemin parcouru en
trois décennies. Aujourd’hui, la mesure de l’em-Les auteurs des articles – et les responsables du
ploi public est sensiblement plus précise.Courrier – ont-ils bien respecté les règles qui
régissent la présentation des ouvrages et articles
qu’ils citent ? Le lecteur pourra le vérifier grâce à S’il s’intéresse toujours à l’histoire, comme le
Ève Roumiguières qui nous invite à présenter une démontreront de futures livraisons de la revue,
bibliographie dans les règles de l’art… C’est le le Courrier des statistiques ne saurait ignorer
dixième numéro de la rubrique « Savoir compter, l’actualité. Le numéro 126, à paraître au prin-
savoir conter ». temps prochain, comportera ainsi un dossier sur
la conception des enquêtes « ménages » et se
penchera plus particulièrement sur les enquêtes Autre rubrique désormais familière au lecteur
assidu du Courrier : « Il y a 30 ans » et « Trente auprès des sans-domicile. Il fera également le
ans après ». Dans ce numéro : la statistique point sur la mise en place de la nouvelle gouver-
au ministère chargé de la fonction publique. nance statistique. n
Courrier des statistiques n° 125, novembre-décembre 2008 3

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.