15 000 salariés picards oeuvrent à l'accueil des touristes

De
Publié par

Plutôt orientée vers le tourisme d'affaires, la Picardie n'occupe que 2,7% de ses salariés dans les activités touristiques. Cette proportion varie du simple au triple entre le nord de l'Aisne et la zone côtière où elle atteint 5% des emplois. Parmi les activités touristiques, la restauration est le plus important employeur devant l'hébergement touristique et en particulier l'hôtellerie qui occupe plus de 20% des emplois touristiques régionaux. Spécificité picarde due à l'importance du tourisme d'affaires, les hôtels affichent une fréquentation plus importante au printemps et en automne qu'au coeur de la saison touristique.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

vec un littoral restreint etA
un relief de plaine, la géographie laisse la Picardie à
l'écart du tourisme de masse. La position stratégique
de la région et ses activités économiques sont les
atouts touristiques de la région.
Au premier rang vient le tourisme d'affaires fa-
vorisé par la proximité de l'Île-de-France. Un second
pôle d'attractivité tient aux traces laissées par une
histoire mouvementée et est constitué des sites histo-
Emploi touristique riques et architecturaux.
Une troisième orientation touristique est consti-
tuée des parcs de loisirs, la région offrant la campa-15 000 salariés picards
gne à proximité de zones densément peuplées.
Les spécialisations agricoles et industrielles deœuvrent à l’accueil
la région l'ont amenée à développer des activités tou-
ristiques même si ce n'est pas leur vocation première :des touristes il s'agit du tourisme industriel et du tourisme vert.
Ces activités touristiques génèrent globalement
Plutôt orientée vers le tourisme d'affaires, la Picardie un peu plus de 15 000 emplois salariés en Picardie. Le
tourisme occupe 2,7% des salariés de la région, pro-n'occupe que 2,7 % de ses salariés dans les activités
1 portion inférieure d'un tiers à la moyenne de la Francetouristiques . Cette proportion varie du simple au
métropolitaine. Dans le classement des régions selontriple entre le nord de l'Aisne et la zone côtière où elle
la part des emplois salariés consacrés à la fréquenta-
atteint 5 % des emplois. etion touristique, la Picardie arrive au 21 rang devant
Parmi les activités touristiques, la restauration est le Nord - Pas-de-Calais et pratiquement à égalité avec
le plus important employeur devant l'hébergement la Champagne-Ardenne et la Haute-Normandie.
touristique et en particulier l'hôtellerie qui occupe Au sein de la région, la place du tourisme dans
plus de 20 % des emplois touristiques régionaux. l'emploi varie du simple au triple entre le nord de
Spécificité picarde due à l'importance du tourisme l'Aisne et la zone côtière où presque 5 % des salariés
d'affaires, les hôtels affichent une fréquentation ont un emploi lié à la fréquentation touristique. En-
tre les deux, le long d'un axe nord-sud traversé parplus importante au printemps et en automne
l'autoroute A1, le tourisme prend une place supérieurequ'au cœur de la saison touristique.
à la moyenne régionale, par exemple le sud-est de
Au troisième rang des employeurs, le commerce
l'Oise affiche le second taux d'emploi touristique de
touristique est aussi l'activité la plus équitablement la région grâce à la présence du parc Astérix et d'un
répartie sur le territoire régional, symbole équipement hôtelier plus important que dans le reste
de la contribution du tourisme à l'économie locale, de la région hormis la zone littorale.
même dans les zones les moins nanties.
Une fréquentation régulière sur l'année
Joël Dekneudt, Insee Picardie L'hébergement des voyageurs rassemble un peu
moins du quart de l'emploi salarié touristique picard et
1Cf définition dans l’encadré page 2 un peu plus du quart en métropole. Le principal em-ployeur dans ce domaine est l'hôtellerie qui occupeL'emploi salarié généré
plus de 20 % des emplois touristiques dans la régionpar la fréquentation touristique
comme en métropole. Les autres formes d'hébergementsL'emploi touristique est l'emploi nécessaire à la mise en œuvre des activités
(campings, gîtes ruraux, ...) sont moins présents danssollicitées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans
les lieux situés hors de leur environnement habituel, à des fins de loisirs, l'emploi salarié en Picardie que dans le reste du pays.
d'affaires ou autre motif : c'est-à-dire les activités touristiques selon la définition
Généralement, les activités touristiques présen-retenue par l'organisation mondiale du tourisme.
tent un surcroît d'activité saisonnier. Activité intrinsè-La méthode, utilisée ici, estime la part de l'emploi dédié à l'accueil des
touristes au sein de chaque activité en fonction de la nature touristique quement touristique selon la définition de
intrinsèque de l'activité croisée avec le niveau d'équipement touristique du l'organisation mondiale du tourisme, l'hôtellerie affi-
territoire observé. Par exemple, dans l'hôtellerie, la totalité de l'emploi est che une hausse de plus de 20 % de l'emploi salarié en
considérée comme liée au tourisme quelle que soit la zone. Le cas des
période estivale pour l'ensemble de la métropole. L'hô-supermarchés est plus complexe, l'emploi touristique peut aller de 0 dans les
tellerie picarde fait partie des exceptions à la règle. Lezones peu touristiques, ou comprendre l'emploi saisonnier auquel peut
s'ajouter l'emploi permanent non dévolu à la population résidente dans les maximum de l'emploi n'est pas atteint en août mais en
zones très touristiques. juillet et il n'est que de quelques points supérieur à
Les typologies nationales des activités et du niveau d'équipement des celui des autres mois de l'année. Cette singularité pi-
territoires réalisées en préalable à la mise en œuvre des estimations assure la carde s'explique par l'importance du tourisme d'affai-
comparabilité des résultats entre les zones du territoire national.
res dans la fréquentation hôtelière régionale. PendantLes estimations d'emploi touristiques ont été établies pour 11 zones de
la période des vacances, le tourisme de loisirs ne re-l'enquête sur la fréquentation hôtelière. Ces zones ont été constituées par le
Comité régional du tourisme, les Comités départementaux et l'Insee. Les laye que partiellement la baisse du tourisme d'affaires.
critères de taille et d'homogénéité des comportements touristiques au sein de L'enquête de fréquentation hôtelière confirme cette
ces zones font de ce zonage un outil adapté pour étudier l'emploi touristique saisonnalité faible et décalée, le plus fort taux de rem-
au sein de la région.
plissage est atteint aux mois de juin puis de septembre.
L'hébergement se concentre sur deux zones de
la région, le sud-est de l'Oise et la Côte picarde. Le


sud-est de l'Oise compte près de mille salariés dans
: " "# "# $ " / # ,4 " l'hôtellerie sur les 3 300 de la région, soit plus du
5 6 double de la moyenne régionale en proportion de
8
; ,4 " 1 < 9 l'emploi salarié total. Dans la zone littorale, l'hôtelle-
2$ " " < = ; $ " rie occupe 500 emplois auxquels s'ajoutent la moitié
de l'effectif régional des autres formes d'hébergements
touristiques ; l'hébergement constitue le principal
9 pôle d'activité touristique de la zone.

La pause
avant ou après la traversée de Paris

En raison de la faiblesse de l'emploi hôtelier, la
restauration est le plus important employeur touristi-8
6 $ $ 6 "" $5 $5 que en Picardie alors qu'en métropole, les deux acti-
" 6 7 5 $5
vités sont au même niveau. La saisonnalité de l'emploi

La restauration est le principal employeur picard pour le tourisme
Emplois salariés touristiques en 2003
Unité : nombre
dont Activités Autres Équivalent
Zone Hébergement Restauration Commerce Total
hôtellerie de loisirs* Activités temps plein
Laon-Soissons 290 250 300 380 80 410 1 430 1 060
Saint-Quentin 210 200 260 200 40 80 780 560
Sud-Aisne 220 210 200 110 20 110 640 470
Thiérache 60 50 40 50 20 40 210 150
Département de l'Aisne 780 710 800 730 160 640 2 970 2 230
Beauvais-Vexin 260 210 570 620 110 570 1 940 1 490
Noyon-Compiègne 310 280 640 410 90 700 2 040 1 560
Sud-Est Oise 1 000 960 530 250 1 290 100 3 120 2 570
Département de l'Oise 1 580 1 450 1 740 1 280 1 490 1 360 7 260 5 620
Centre-Somme 180 120 140 160 70 80 620 450
Côte picarde 760 510 370 270 150 110 1 660 1 250
Est-Somme 190 180 350 120 50 200 900 630
Grand-Amiens 300 290 610 260 340 440 1 920 1 300
Département de la Somme 1 430 1 100 1 470 800 610 840 5 040 3 630
Picardie 3 780 3 260 4 010 2 810 2 260 2 840 15 260 11 480 salarié est en harmonie avec la métropole : les mois

! de juillet et d'août sont les plus actifs, même si la
: " "# $ " "
hausse des effectifs n'est pas aussi marquée. 5 6
9
La répartition de ces emplois sur le territoire ré-
gional est plus équilibrée que ceux de l'hôtellerie.
04
Les zones les plus spécialisées de la région, à l'excep-
= tion de la côte, sont regroupées sur un axe nord-sud
8
; joignant l'est de la Somme au sud de l'Aisne en pas- "#3 $ "
sant par Noyon-Compiègne. Ces zones sont traver-
sées par les principaux axes routiers (autoroute A1, 9
nationale 16) empruntés par les voyageurs venus du
Nord qui rejoignent la capitale ou les régions du Sud.
"#*
Ces restaurants stratégiquement placés pour offrir à
% 0 $ 1& ces voyageurs un havre de repos après les tradition-
8
6 $ $ 6 "" $5 $5 nels bouchons franciliens ou avant de les affronter,

" 6 7 5 $5
ont une activité toute l'année et les flux de voyageurs


de passage en été n'apportent qu'un complément d'ac-
* tivité relativement faible.
$$ "
Sur la côte et à Amiens en revanche, l'emploi
salarié dans la restauration double en saison estivale. 04
1 % Sur le littoral, la restauration emboîte le pas des acti-
2 $$
vités d'hébergement alors que la restauration *"5 +, , *$
) amiénoise bénéficie plutôt de visiteurs de passage 0
$$ qui ne séjournent pas dans la capitale régionale.
(
% - . /
0 $ 1& +, ""
Une répartition équitable

2 3 des activités commerciales dans la région

*
1 ! " # $ " " $ % & " ’Les activités commerciales arrivent au troi-
sième rang des activités touristiques picardes pour ! # $ " " $ % & " ’
l'effectif salarié. Le poids important du commerce dans
! $ # $ " " $ % & " ’
le tourisme régional résulte de la faiblesse relative
des autres activités : toute proportion gardée, la Pi-
"
cardie compte 8 emplois touristiques dans le com- > "# $ " "
merce quand il y en a 10 en moyenne en métropole,
3
alors que pour l'hôtellerie et la restauration, ce rap-
port est de 6 pour 10. $$
La saisonnalité de l'emploi salarié touristique
*
dans le commerce est conforme et de même ampleur
9 8 que la moyenne nationale. Selon les zones, les effec-
?4 "" * , 5 & $ > tifs au mois d'août sont de deux à cinq fois supérieurs
* 0 $$ * à ceux de janvier, mais seule l'amplitude de cette va-




riation diffère d'une zone à l'autre, le calendrier res-
tant le même.
# $ %
& ’ () $" Le commerce est l'activité touristique répartie la
> "# $ " " plus équitablement sur le territoire régional. Dans les
*$ 04 zones les moins nanties sur le plan touristique, les
1 % 2 $$ activités commerciales bénéficient d'une période *"5
) commerciale plus faste en été. Paradoxalement, le sud-
= "# $ "
est de l'Oise, qui est relativement mieux équipé en

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.