654 000 pauvres en Provence-Alpes-Côte dAzur

De
Publié par

Les inégalités de niveaux de vie sont particulièrement importantes en Provence-Alpes-Côte d’Azur. De nombreux ménages disposent de revenus confortables, mais la proportion de pauvres est élevée : un habitant sur sept vit dans un ménage dont les ressources sont inférieures au seuil de pauvreté. De plus, les pauvres de la région sont plus pauvres qu’ailleurs. La pauvreté concerne avant tout les familles : près d’une famille nombreuse sur trois et une famille monoparentale sur quatre y est exposée. C’est aussi le cas d’un enfant sur cinq. Les personnes âgées sont globalement moins vulnérables. Au sein de la région, l’intensité et les caractéristiques de la pauvreté diffèrent sensiblement d’un département à l'autre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 33
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
SUD INSEE N° 122  juillet 2008 l'essentiel 654 000 pauvres en ProvenceAlpesCôte d’Azur
Les inégalités de niveaux de vie sont particulièrement importantes en ProvenceAlpesCôte d’Azur. De nombreux ménages disposent de revenus confortables, mais la proportion de pauvres est élevée : un habitant sur sept vit dans un mé nage dont les ressources sont infé rieures au seuil de pauvreté. De plus, les pauvres de la région sont plus pauvres qu’ailleurs. La pauvre té concerne avant tout les familles : près d’une famille nombreuse sur trois et une famille monoparentale sur quatre y est exposée. C’est aussi le cas d’un enfant sur cinq. Les per sonnes âgées sont globalement moins vulnérables. Au sein de la région, l’intensité et les caracté ristiques de la pauvreté diffèrent sensiblement d’un département à l’autre.
En 2004, la moitié des habitants de Pro venceAlpesCôte d’Azur vivant dans un ménage ordinaire (cf. encadré "Sources") dispose d’un niveau de vie inférieur à 1 290par mois. Le revenu pris en compte ici est le revenu "disponible" : il tient compte de l’ensemble des ressour ces du ménage (y compris les presta tions sociales) et il est défalqué des
© Insee 2008
impôts directs. Pour établir le "niveau de vie" duménage, on divise le revenu par un coefficient lié à la taille du mé nage, les "Unités de Consommation", qui permet de comparer les ressources de ménages de taille différente. Ce reve nu médian (1 290 €) est proche de celui de la France de province (1 280 €) et à peine inférieur au niveau métropolitain (1 310 €).C’est en ÎledeFrance qu’il est le plus élevé (1 530 €). À l’opposé, c’est en NordPasdeCalais qu’il est le plus faible (1 180 €). Plus d’une région sur deux a un niveau de vie médian compris entre 1 250 € et 1 330 €. Les différences ne sont pas négligeables entre les départements de la région : le niveau de vie médian varie de 1 210dans le Vaucluse où il est plus le faible à 1 340dans les AlpesMaritimes où il est le plus important. Ce département ne se positionne toutefois qu’au vingtième rang des départements métropolitains. Les HautesAlpes, les AlpesdeHaute Provence et le Vaucluseont un niveau de vie médian inférieur à celui de la France de province.
De grandes inégalités de niveaux de vie
La région se distingue par de grandes disparités des niveaux de vie. Ainsi, les 10 %d’individus les plus aisés ont un niveau de vie plancher 3,3 fois supérieur au niveau de vie plafond des 10 % d’in dividus les plus modestes. Cet écart, su périeur à celui enregistré en France de province (3,0), situe la région au troi sième rang des régions les plus inégali
SUD INSEE N° 122  juillet 2008 l'essentiel La redistribution, réductrice d’inégalités Fortes inégalités dans les BouchesduRhône et les AlpesMaritimes La redistribution par le biais des impôts et des Niveau de vieNiveau de vieNiveau de vieIndicateur prestations sociales a pour effet de réduire les médian (enplafond desplancher desd'inégalité ** inégalités et la pauvreté. Ainsi, avant cette re euros / UC et10 % les plus10 % les plusde niveaux distribution, les revenus déclarés dans la région par mois)modestes aisésde vie par les 10 % d’individus les plus aisés sont près valeur rang* valeur rang* valeur rang* valeur rang* de sept fois supérieurs à ceux des 10 % les plus AlpesdeHauteProvence 1247 55715 742 15646 3,022 modestes (cinq fois en province). Après redistri HautesAlpes 1264 47761 432 16044 2,862 bution, ce rapport se réduit pour atteindre 3,3 (3 AlpesMaritimes 1342 20736 642 4998 3,46 en province). Ce sont les plus bas revenus qui BouchesduRhône 1288 37670 892 35115 3,53 perçoivent l’essentiel des prestations sociales : Var 1303 31722 702 30221 3,215 alors qu’elles ne représentent dans la région Vaucluse 1212 78679 862 15945 3,216 que 5,8 % du revenu disponible de l’ensemble ProvenceAlpesCôte d'Azur1 2909 70019 2337 43,3 3 des ménages, elles constituent plus de 40 % de France de province1 281so 747so 2224 so3,0 socelui des pauvres. ÎledeFrance 1527 1788 52 9561 3,81 * rang du département (resp. de la région) dans l’ensemble des 96 départements (resp. des 22 régions) de france métropolitaine. duRhône (16,1%) sont les départe ** rapport entre le niveau de vie plancher des 10 % de ménages les plus aisés et le niveau de vie plafond des 10 % les plus modestes. ments de la région les plus touchés. À Lecture : Dans les AlpesMaritimes, la moitié des ménages perçoivent un revenu par unité de consommation inférieur à 1 342 euros. Dans le même département, 10 % des ménages (les plus modestes) perçoivent moins de 736 euros/UC alors que les 10 % des l’opposé, seules les HautesAlpes affi ménages les plus aisés perçoivent plus de 2 499 euros/UC. Au total, l'indicateur d'inégalités de niveaux de vie est l'un des plus élevés e dans l'ensemble des départements (6rang). chent un taux de pauvreté (11,4 %) infé Sources : InseeDGI, revenus disponibles localisés 2004 rieur à la moyenne de province. taires, après l’ÎledeFrance et la Corse Un taux de pauvreté élevé et à égalité avec le LanguedocRoussil Des pauvres plus pauvres lon. Cette grande dispersion s’explique En 2004, près de 654 000 habitants de par des bas revenus particulièrementque partout ailleurs ProvenceAlpesCôte d’Azur vivent faibles associés à des hauts revenus sous le seuil de pauvreté, soit avecLa moitié des pauvres de Provence parmi les plus élevés. En effet, la AlpesCôte d’Azur vit avec moins de conjonction en ProvenceAlpesCôtemoins de 788par mois et par UC. Le 640 € par mois, soit le plus faible ni d'Azur d’un faible taux d’activité, d’untaux de pauvreté régional s’établit ainsi veau de vie de France. La région est taux de chômage élevé et de nombreuxà 14,4 % de la population, soit un taux celle où l’intensité de la pauvreté est la emplois peu qualifiés peuvent explinettement plus élevé qu’en France de plus forte : l’écart entre le niveau de vie quer l’existence de ménages à très faiprovince (12,1%). ProvenceAlpes médian des pauvres et le seuil de pau bles revenus. À l’opposé, le poidsCôte d’Azurfait partie des régions où vreté est en effet le plus élevé (19,3 %). important des grandes agglomérationsle taux de pauvreté monétaire est le Autrement dit, les pauvres y sont plus qui concentrent les emplois stratégiplus important, derrière la Corse, le pauvres que dans toutes les autres ré ques, la présence de nombreux cadresLanguedocRoussillon et le NordPas gions. Tous les départements de la ré et de retraités aisés contribuent à l’exisdeCalais. À l’opposé, les régions les gion, à l’exception des HautesAlpes, tence de hauts revenus.moins exposées sont l’Alsace, la Bre figurent parmiles quinze départe Parmi les départements de la région, l’étagne et les Pays de la Loire avec des ments métropolitains où l’intensité de ventail des niveaux de vie est plustaux de pauvreté inférieurs à 10 %. Bien la pauvreté est la plus forte. Les Bou resserré dans les AlpesdeHauteProque la pauvreté soit un peu plus élevée chesduRhône sont au premier rang de vence, et surtout dans les HautesAlpes.en milieu rural (15,2 % contre 14,2 %), ce classement: la moitié des pauvres Dans ce département, le seuil de basneuf pauvres sur dix de Provence revenus (niveau de vie plafond desAlpesCôte d’Azur vivent en milieu urdispose de moins de 630par mois 10 % les plus modestes) est le plus élebain. soit,au mieux, 20% de moins que le vé de la région, dépassant même celuiLe Vaucluse (16,4 %) et les Bouchesseuil de pauvreté. de province, alors que le seuil de hauts Les pauvres des BouchesduRhône plus pauvres que partout ailleurs revenus reste modéré. À l’opposé, la Médiane des niveaux dispersion est la plus forte dans les Bou de vie des chesduRhône et les AlpesMaritimes.Taux de pauvretéIntensité de lapersonnes sous le (en %)seuil de pauvretépauvreté Alors que le premier cumule un seuil de valeur rang* valeurrang *valeur rang* bas revenus particulièrement faible et AlpesdeHauteProvence 13,824 64681 18,115 un seuil élevé de hauts revenus, les iné39HautesAlpes 11,453 65657 16,7 galités dans les AlpesMaritimes sont AlpesMaritimes 12,337 63890 19,05 BouchesduRhône 16,112 63095 20,01 dues essentiellement à des hauts reve Var 13,030 64088 18,88 nus nettement plus élevés qu’ailleurs. Vaucluse 16,411 64286 18,610 La dispersion des niveaux de vie est im19,3 1637 2214,4 4ProvenceAlpesCôte d'Azur France de province12,1 so653 so17,1 so portante (et proche) dans le Var et dans ÎledeFrance 10,018 65316 17,27 le Vaucluse, mais dans ce département * rang du département (resp. de la région) dans l'ensemble des départements (resp. des régions) de france métropolitaine. les seuils de hauts et de bas revenus sontLecture : Dans la région Paca, 14,4 % des personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Seules trois régions ont un taux de pauvreté supérieur. Paca est la région où l'écart entre le niveau de vie médian des plus pauvres et le seuil de pauvreté est le plus grand nettement inférieurs à ceux observés(intensité de la pauvreté). dans le Var. Sources : InseeDGI, revenus disponibles localisés 2004
© Insee 2008
SUD INSEE N° 122  juillet 2008 l'essentiel Les familles nombreuses nettement plus vulnérables Taux de pauvreté en % selon le type de ménage Familles avec enfant(s) Personnes Couples seules sansEnsemble Famillesmonoparentales Couples enfant Ensemble avec1 ouavec 3 enfantsEnsemble avec1 ouavec 3 enfants 2 enfant(s)ou plus2 enfant(s)ou plus AlpesdeHauteProvence 17,88,7 15,5 24,618,8 34,013,0 10,620,4 HautesAlpes 17,06,3 11,7 19,418,2 25,79,8 8,414,2 AlpesMaritimes 13,57,6 13,7 18,716,8 27,912,0 8,722,9 BouchesduRhône 15,98,2 18,6 28,223,6 44,015,5 10,529,5 Var 14,68,1 15,3 23,121,1 32,113,1 9,723,0 Vaucluse 16,910,2 18,4 25,422,5 36,116,5 11,529,2 ProvenceAlpesCôte d'Azur15,2 8,216,6 24,321,2 37,414,0 10,026,2 France de province15,2 6,413,4 23,019,8 34,111,3 7,919,5 ÎledeFrance 9,05,0 10,6 14,911,9 24,19,5 6,317,0 Sources : InseeDGI, revenus disponibles localisés 2004 une famille sur six est monoparentalefois plus élevé d’être pauvres que ceux Les familles contre une sur huit en province. Neufdes autres familles (2,2 en province). monoparentales fois sur dix, le parent seul est uneAlors qu’ils représentent 15 % de la po relativement plus nombreuses femme. Ces mères de famille cumulentpulation des ménages de Provence et plus souvent pauvres dans la région plus qu’ailleurs les diffiAlpesCôte d’Azur, ils constituent 31 % cultés :moins diplômées, elles sontdes pauvres. La pauvreté n’atteint pas de la même ma plus souvent au chômage que les autresIl y a davantage de familles nombreuses nière les différents types de ménages. mères ou occupent des emplois moinsdans le Vaucluse et les Bouchesdu Pour les personnes vivant seules, le taux qualifiés, associés à des niveaux de saRhône et leur poids dans la population de pauvreté atteint 15,2%, aussi bien laire plus faibles.des ménages pauvres y est encore plus dans la région qu’en province. En C’est dans les BouchesduRhône et lefort (respectivement 33 % et 35 %). Les revanche, pour tous les autres types de Vaucluse que les familles monoparentaautres familles, celles qui ont au plus ménages, les taux de pauvreté sont supé les sont les plus vulnérables : leur taux dedeux enfants, ont un taux de pauvreté de rieurs en ProvenceAlpesCôte d’Azur, pauvreté atteint 28,2% dans le premier13 % (10 % en province) ; elles consti et notamment pour les familles. Comme département et 25,4% dans le second.tuent néanmoins 43 % de la population ailleurs en France, les conjoints des cou C’est aussi dans ces deux départementspauvre dans la région. ples sans enfant sont les plus préservés qu'elles pèsent le plus dans la popula avec un taux de pauvreté de 8,2 %, nette tion des ménages (plus de 20 %). ment inférieur à celui des couples avec Les familles avec enfants enfants (14%). Ils bénéficient des éco sont à l’origine de l’écart nomies d’échelle procurées par la vie àPrès d’un pauvre sur trois de taux de pauvreté avec le deux tout en échappant aux charges liéesvit dans une famille reste du pays aux enfants.nombreuse Dans toutes les régions, le taux de pau Deux types de familles expliquent à elles vreté des familles monoparentales estLe taux de pauvreté des familles varie seules plus de la moitié de l'écart de taux beaucoup plus élevé que celui des auconsidérablement avec le nombre d’en de pauvreté entre ProvenceAlpesCôte tres ménages. En ProvenceAlpesCôtefants à charge: il atteint 30% dans la d'Azur et la province (soit 1,3 point sur d’azur, il est de 24,3%, un peu plusrégion pour les familles ayant trois en 2,3). En premier lieu, les familles mono élevé qu’en province (23%). Par ailfants ou plus, contre 22 % en province. parentales de moins de trois enfants y leurs, les familles monoparentales ontDans leur ensemble, les membres des contribuent pour plus de 0,7 point. Un un poids plus important dans la région :familles nombreuses ont un risque 2,3 peu plus souvent pauvres dans la région Définitions (21,2 %contre 19,8% en province), Le revenu disponibled’un ménage comprend les revenus d’activité, les pensions de retraite et les in c’est essentiellement leur poids dans demnités de chômage, les revenus du patrimoine, les transferts en provenance d’autres ménages et les l’ensemble des ménages, nettement plus prestations sociales (prestations familiales, allocations logement et minima sociaux), nets des impôts directs. Quatre impôts directs sont déduits : l’impôt sur le revenu, la taxe d’habitation, la Contributionfort dans la région (11 % contre 8 % en Sociale Généralisée (CSG) et la Contribution à la Réduction de la Dette Sociale (CRDS). province), qui explique cette contribu Le niveau de vied’un individu est égal au revenu disponible du ménage divisé par le nombre d’Unités tion. Ensuite, les couples ayant un ou de Consommation (UC). Le niveau de vie est donc le même pour tous les individus d’un même ménage. deux enfants, bien que relativement Le premier adulte compte pour 1 UC, les autres personnes de plus de 14 ans pour 0,5 et les enfants de moins de 14 ans pour 0,3.moins exposés, contribuent pour plus de Le seuil de pauvretécalculé par rapport à la médiane de la distribution des niveaux de vie. Il est fixéest 0,6 point à l’écart de taux de pauvreté. La à 60 % du niveau de vie médian de France métropolitaine, soit 788 euros par mois en 2004 pour une per pauvreté de ces ménages, relativement sonne seule, 1 182 euros pour deux adultes ou encore 1 655 euros pour deux adultes et deux enfants. Le taux de pauvreté monétaireest la proportion d’individus vivant dans un ménage dont le niveau de% contreplus élevée qu’ailleurs (10 7,9 %en moyenne en province) se vie est inférieur au seuil de pauvreté. L’intensité de la pauvretéest l’écart entre le niveau de vie médian des ménages pauvres et le seuil de conjugue en effet à leur poids important pauvreté, rapporté au seuil de pauvreté.
© Insee 2008
SUD INSEE N° 122  juillet 2008 l'essentiel AlpesCôte d’Azur, 17% des jeunes adultes de 18 à 29 ans (contre 15 % en province), 13 % de ceux âgés de 30 à 64 ans (contre 10% en province). En revanche dans la région, seules 7,6 % des personnes âgées de 65 ans et plus vivent dans des ménages pauvres contre 8,3 % en province. Comme partout, la pauvreté des jeunes dans la population (un tiers environ dans adultes est souvent la conséquence de la région comme ailleurs en France) pour leurs difficultés d’insertion sur le mar apporter mécaniquement un lourd tribu à ché du travail. Ils occupent plus souvent la pauvreté régionale. des emplois peu qualifiés, à temps par tiel ou de courte durée, et leurs revenus d’activité sont ainsi plus faibles que Les enfants et les jeunes ceux de leurs aînés : dans la région, près plus vulnérables d’un salarié sur deux détenteur d’un re AlpesMaritimes est lui aussi très inéga venu inférieur à 60 % du SMIC est, en Plus d’un enfant de moins de dixhuit litaire : les hauts revenus y sont les plus effet, âgé demoins de trente ans. ans sur cinq est pauvre en Provence élevés de la région alors que les bas AlpesCôte d’Azur, soit une proportion revenus sont aussi faibles qu’ailleurs. Le Vaucluse et les BouchesduRhône plus forte qu’en province (un sur six). La Le département des HautesAlpes est à sont dans la région les deux départe région se situe ainsi au quatrième rang la fois le plus homogène et le moins ments les plus exposés à la pauvreté. national pour l’importance de la pauvreté concerné par la pauvreté. Cependant, Dans le Vaucluse, la pauvreté concerne des enfants. Elle est la plus marquée dans les personnes âgées y sont plus vulné les BouchesduRhône (25 %) et le Vautoutes les catégories de personnes rables. Le Var et les AlpesdeHaute cluse (23 %), les deux départements lescomme de familles, quel que soit le mi Provence sont des départements inter plus jeunes de la région et dans lesquelslieu, urbain ou rural. Le département médiaires en termes de pauvreté. Le la pauvreté des familles est la plus acdes BouchesduRhône, plus urbain, est Var, urbain, présente de fortes inégali centuée. Au contraire, les HautesAlpesle plus inégalitaire: il figure au troi tés. Dans lesAlpesdeHauteProvence, y sont le moins confrontées avec un tauxsième rang national pour les écarts de à dominante rurale, l’éventail des ni inférieur à celui observé en France deniveaux de vie entre les plus aisés et les veaux de vie est plus resserré. province (14 % contre 17 %).plus modestes et au premier rang pour Le taux de pauvreté diminue avec l’âgel’intensité de la pauvreté. Moins touchéFrançoise Brulon mais concerne encore en Provencepar la pauvreté, le département desElyane Chevalier Près d'un tiers des ressources des ménages pauvres consacré au logement En moyenne, les ménages pauvres en ProvenceAlpesCôte d’Azur dépensent 310 € par mois pour se loger (loyers, remboursement d’emprunts et char ges locatives) soit plus qu’en France de province (290 €). En effet, le coût du foncier et les loyers y sont plus élevés, en particulier sur le littoral azuréen. Rapporté au revenu disponible, le taux d’effort brut des ménages pauvres atteint 42 % (contre 16 % pour l'ensemble des ménages) et il est plus important que dans le reste de la province (34 %). Quatre ménages pauvres sur dix, perçoivent une allocation logement. Cette aide, lorsqu’elle existe, n’est pas né gligeable et peut représenter plus de la moitié de la dépense (en moyenne 240 € pour un ménage pauvre). Grâce à elle, le taux d’effort des ménages pau vres diminuesensiblement et il représente 29 % de leur revenu disponible après aide au logement. Ce taux d’effort net varie considérablement selon les secteurs d’occupation : 7 % pour les propriétaires nonaccédants (soit 30 % des ménages pauvres), 25 % pour les locataires du secteur social (24 % des ménages pauvres) et 48 % pour les propriétaires accédants et les locataires du secteur privé (respectivement 7 % et 33 % des ménages pauvres). Enfin, le taux d’effort des locataires pauvres varie selon l’endroit où ils résident : de 22 % dans l’agglomération avignonnaise et 29 % dans la région urbaine de MarseilleAixenProvence à 36 % sur le littoral azuréen où les loyers sont en moyenne plus élevés qu’en ÎledeFrance, le parc social plus réduit et les ai des moins importantes qu’ailleurs en ProvenceAlpesCôte d’Azur. Source : InseeEnquête logement 2006 Sources Les éléments présentés dans cette étude proviennent du traitement des déclarations de revenus et des données de la taxe d’habitation. Les prestations so ciales, versées principalement par les Caisses d’allocations familiales (CAF), la Mutualité sociale agricole (MSA) et la Caisse nationale d’assurance vieil lesse (CNAV), sont estimées par application de barèmes. Les statistiques produites à partir des sources fiscales ne portent que sur les ménages dits “ordinaires”. Les personnes résidant en foyer, en maisons de retraite, en hôpitaux ainsi que les sansabri sont en particulier hors du champ de cette étude. Les situations les plus accentuées de pauvreté ne sont ainsi pas prises en compte. Par ailleurs, une partie des revenus du patrimoine n’est pas incluse dans les statistiques, n’étant pas déclarée à l’administrationfiscale. Pour en savoir plus "Des choix de logement contraints pour les ménages pauvres ou modestes". SUD INSEE l’essentiel n° 120, juin 2008. "Un enfant sur cinq vit avec un seul parent". SUD INSEE l’essentiel n° 116, février 2008. "Niveaux de vie et pauvreté en France : les départements du nord et du sud sont les plus touchés par la pauvreté et les inégalités". Insee première n° 1162, octobre 2007. "450 000 salariés à faibles revenus d’activité en ProvenceAlpesCôte d’Azur". SUD INSEE l’essentiel n° 96, octobre 2006. Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques ProvenceAlpesCôte d'Azur © Insee 2008 17, rue Menpenti Dépôt légal : juillet 2008Directeur de la publication : François Clanché 13387 Marseille Cedex 10 Chef du service Etudes et Diffusion : Valérie Roux N° ISSN : 1287292X Téléphone : 04 91 17 57 57 Rédacteur en chef : Bernadette Renard Code Sage : SIE812232Fax : 04 91 17 59 60 SUD INSEE l’essentielfigure dès sa parution sur le site Internet de l’Insee :www.insee.fronglet régions (rubrique “Les publications”) Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information électronique :www.insee.fronglet régions (rubrique “À votre service”)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.