80 000 emplois de service public

De
Publié par

Près d'un emploi sur deux est exercé au service du public dans l'éducation, la santé, l'action sociale ou l'administration. Selon les secteurs, le profil du personnel est très différent. Dans l'éducation et la santé il est très diplômé, souvent originaire de métropole et aussi relativement âgé. L'action sociale, en fort développement, emploie un grand nombre de femmes. Dans l'administration, le personnel des collectivités territoriales se distingue de celui de l'Etat sur presque tous les points.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 21
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

dos sier Evo lu tion de l’emploi (1990-1999)
80 000 em plois de
rès d’un emploi sur deux est exer cé per sonne de plus de 49 ans. Moins d’un
au ser vice du public dans l’édu ca - emploi sur dix est un emploi aidé et lePtion, la san té, l’action sociale ou tra vail à temps par tiel y est peu fré quent.
l’admi nis tra tion. Selon les sec teurs, le
pro fil du per son nel est très dif fé rent.
San té : un per son nelDans l’édu ca tion et la san té il est très
diplô mé, sou vent ori gi naire de métro pole assez âgé
et aus si rela ti ve ment âgé. L’action
sociale, en fort déve lop pe ment, emploie
Le sec teur de la san té repré sente 15 %un grand nombre de fem mes. Dans
des emplois de ser vice public avec unel’admi nis tra tion, le per son nel des col lec -
struc ture de popu la tion rela ti ve mentti vi tés ter ri to ria les se dis tingue de celui
âgée : c’est le seul sec teur de ser vicede l’Etat sur presque tous les points.
public où plus de la moi tié des emploisUn em ploi de ser vice pu blic sur cinq
sont occu pés par des per son nes de plusest exer cé sous sta tut pri vé.Au re cen se ment de 1999, près de 80 000
de 40 ans. Au moins deux rai sons expli -per son nes dé cla rent tra vail ler dans les
quent ce phé no mène : une entrée tar divesec teurs d’ac ti vi té de ser vice pu blic. Près
Edu ca tion : un sec teur dans la vie active pour les pro fes sionsd’un em ploi sur deux (46 %) est ain si un
médi ca les du fait de la durée des étu destrès diplô méem ploi de ser vice pu blic alors que ce
mais aus si une part d’emplois aidés (plus n’est le cas que de moins d’un tiers en
sou vent occu pés par des jeu nes) trèsDans ce sec teur, plus d’une per sonne sur France mé tro po li taine. Les em plois de
faible. six habi tait la métro pole au recen se mentser vice pu blic se dé fi nis sent comme
l’en semble des pro fes sions re la ti ves aux de 1990 contre une per sonne sur huit en Les fem mes occu pent 63 % des emplois
moyenne. Ce sont plus sou vent des per -mis sions d’édu ca tion, de san té, d’ac tion de ce sec teur. Elles sont très nom breu ses
-so ciale et l’en semble des fonc tions d’ad - son nes à pro fil ensei gnant qu’admi nis -dans les deux caté go ries socio pro fes
tra tif et au sein même des pro fes sionsmi nis tra tion (ad mi nis tra tion pu blique et sion nel les qui repré sen tent à elles seu les
ensei g nan tes, plus fré quem ment des pro -ac ti vi tés as so cia ti ves). En 1999, les em - près des deux tiers des emplois de ce
fes seurs du second degré que des ins ti tu -plois de ser vi ces pu blics se ré par tis sent sec teur : les pro fes sions inter mé diai res
teurs (28 % contre 17 %).en un cin quième d’em plois pri vés, près de la san té (essen tiel le ment des infir miè -
-d’un tiers d’em plois dans la fonc tion pu res) et les employés civils et agents deLa majo ri té des emplois (57 %) sont
blique d’Etat et près de la moi tié d’em - ser vice (aide-soi gnants ou agents de ser -occu pés par des fem mes mais on peut
plois dans les fonc tions pu bli ques ter ri - noter une forte par ti tion entre le premier vice hos pi ta lier).
to riale et hos pi ta lière. degré (éco les mater nel les et pri mai res) Ce sec teur pré sente trois for tes simi li tu -
pour lequel les ins ti tu tri ces sont lar ge -Entre les deux der niers recen se ments, la des avec celui de l’édu ca tion : tout
ment majo ri tai res (73 %) et le second-crois sance du nombre d’emplois de ser d’abord, il est lui aus si com po sé de per -
degré (col lè ges, lycées et lycées pro fes -vice public (+ 37 %) a été le double de son nes très diplo mées (près de 60 % ont
sion nels) dans lequel les hom mes pré do -celle de l’ensemble des emplois (19 %). au moins le bac ca lau réat), ensuite la part mi nent (55 %).Mais cette aug men ta tion est très dif fé - d’emplois à temps par tiel y est éga le -
rente sui vant le sec teur de ser vice public Le per son nel du sec teur de l’édu ca tion ment faible et enfin ce sec teur com prend
consi dé ré : pro gres sion au même rythme est rela ti ve ment âgé. En par ti cu lier, plus une pro por tion assez impor tante d’emplois
que l’ensemble des sec teurs pour l’édu - d’un emploi sur cinq est occu pé par une occu pés par des per son nes rési dant en
ca tion, aug men ta tion de près d’un tiers
pour la san té, de près de la moi tié pour Prin ci pa les ca rac té ris ti ques du per son nel des ac ti vi tés de ser vice pu blic
l’admi nis tra tion et même un fort dou ble -
ment pour l’action sociale. De plus,
en semble en semble
Action Admi nis -chaque sec teur a ses par ti cu la ri tés pro -
(%) Edu ca tion San té du ser vice des sec -
so ciale tra tionpres. pu blic teurs
Par mi les 23 000 emplois recen sés dans
Evolution de puis 1990 18,5 29,3 140,3 44,7 37,1 18,6
le sec teur de l’édu ca tion, 72 % sont Emplois ai dés 9,4 3,6 7,9 22,6 14,9 7,7
occu pés par des per son nes titu lai res d’un Fem mes 57,1 63,4 73,4 47,6 54,5 42,1
diplôme au moins équi va lent au bac ca - Temps par tiel 13,6 13,5 27,4 26,5 20,9 17,0
Moins de 40 ans 51,5 48,8 50,7 53,5 52,0 56,4lau réat alors que la moyenne, tous sec -
Bac et + 71,7 58,6 27,8 26,5 44,6 32,7teurs confon dus, n’est que d’un tiers. Hab mé trop en 1990 16,9 17,0 9,4 12,1 14,0 12,3
Ceci est logique : les emplois dans l’édu -
ca tion sont occu pés à 70 % par des ins ti - Effec tif 23 325 11 880 5 496 39 052 79 753 173 677
tu teurs et des pro fes seurs.
Source : Insee, re cen se ment de 1999.
16dos sier
ser vice public
1990 en métro pole. Par mi ces arri vants, van tes : ser vi ces directs aux par ti cu liers Action sociale : forte
les méde cins sont plus repré sen tés que (assis tan tes mater nel les notam ment),aug men ta tion des emplois
les infir miè res et les infir miè res plus que employés et agents de ser vice de la
les aides soi gnan tes. Comme dans le fonc tion publique (aide-soi gnants…) etEn neuf ans, 3 200 emplois sup plé men -domaine de l’édu ca tion, on peut cons ta- pro fes sions inter mé diai res de la san té et
tai res ont été créés dans ce sec teur.ter que les pro fes sions néces si tant le plus du tra vail social (édu ca teurs spé cia li sés,
L’action sociale repré sente actuel le mentde diplô mes sont plus sou vent occu pées ani ma teurs socio-cul tu rels, assis tan tesprès de 7 % des emplois de ser vicepar des habitants recen sés en 1990 en socia les…).
public contre moins de 4 % en 1990.
métro pole. Le sec teur de l’action sociale se carac -Les trois quarts des emplois sont regrou -
té rise par une forte pro por tion de fem -pés à part pra ti que ment éga les dans les
mes (près de 75 %). Le temps par tiel ytrois caté go ries socio pro fes sion nel les sui -
Les ac ti vi tés de ser vice pu blic
Les em plois de ser vice pu blic ma jo ri tai res à l’est en sei gne ments pri maire, 1 - Edu ca tion :
-se con daire (gé né ral, tech nique, pro fes
sion nel), su pé rieur, for ma tion per ma nente
et au tres ac ti vi tés d’en sei gne ment (en sei -
gne ment ar tis tique par exemple)
2 - San té : acti vi tés pour la san té
humaine (acti vi tés hos pi ta liè res, pra tique
médi cale, pra tique den taire, acti vi tés des
auxi liai res médi caux, ambu lan ces, labo ra -
toi res d’ana ly ses médi ca les) et acti vi tés
vété ri nai res.
accueil des enfants3 - Action sociale :
han di ca pés, accueil des enfants en dif fi -
cul té, accueil des adul tes han di ca pés,
accueil des per son nes âgées, autres
héber ge ments sociaux, crè ches et gar de -
ries d’enfants, aide par le tra vail, aide à
domi cile.
4 - Admi nis tra tion
- ?Cette carte re pré sente la pro por tion d’em dix com mu nes si tuées pour la plu part-4-1 : Admi nis tra tion publique : admi
plois de ser vice pu blic lo ca li sés dans dans la moi tié est de l’île, avec une ac ti -
nis tra tion publique géné rale (qui com -
chaque com mune. En moyenne, 46 % des vi té éco no mique et une po pu la tion beau -
prend notam ment les acti vi tés exé cu ti ves
em plois sont de ser vice pu blic. Une par ti - coup plus faible, pour les quel les les ser -
et légis la ti ves exer cées par les pou voirs
tion des com mu nes en 4 grou pes ho mo gè - vi ces pu blics re pré sen tent plus de la
publics à tous les niveaux (Etat, région,
nes ap pa raît clai re ment : moi tié des em plois.dépar te ment, com mu nes), tutelle des
acti vi tés socia les, tutelle des acti vi tés ?deux com mu nes avec une pro por tion ?deux com mu nes dé pas sant les 60 %
éco no mi ques, défense, jus tice, police, faible d’em plois pu blics : Le Port connu d’em plois de ser vice pu blic avec les ca -
pro tec tion civile, sécu ri té sociale obli ga - pour sa forte ac ti vi té in dus trielle et rac té ris ti ques du groupe 3 en core plus
toire, acti vi tés géné ra les de sécu ri té
Etang-Salé qui est la com mune ayant le mar quées : Sainte-Rose connue pour
sociale, ges tion des retrai tes com plé men - plus faible rap port « em ploi de ser vice être une com mune qui emploie de nom -
tai res, dis tri bu tion sociale de reve nus. pu blic/po pu la tion ». breux CES et Ci laos qui est la com mune
ayant le plus fort rap port « em ploi de
? dix com mu nes tou tes si tuées sur la moi -4-2 : Acti vi tés as so cia ti ves : or ga ni - ser vice pu blic /po pu la tion ».
tié ouest du dé par te ment avec une ac ti- sa tions pa tro na les et consu lai res, or ga ni -
vi té éco no mique re la ti ve ment forte, une- pro fes sion nel les, syn di cats de sa
po pu la tion im por tante et un poids desla riés, or ga ni sa tions re li gieu ses,
ser vi ces pu blics au tour de la moyenneor ga ni sa tions po li ti ques…
dé par te men tale.
17dos sier Evo lu tion de l’emploi (1990-1999)
est for te ment déve lop pé (plus d’un quart majeur d’expli ca tion.
des emplois) et seuls 28 % des emplois A l’oppo sé des sec teurs de l’édu ca tion,
sont occu pés par des per son nes ayant au de la san té et de l’action sociale, l’admi -Un ser vice pu blic moins le bac ca lau réat. nis tra tion emploie rela ti ve ment peu depro por tion né à la po pu la tion fem mes (48 %). Elles sont lar ge ment
Etat et col lec ti vi tés loca les : majo ri tai res dans les fonc tions d’employés
La part des emplois de l’édu ca tion, civils et d’agents de ser vice de la fonc -des situa tions très
de la san té, de l’action sociale et de tion publique mais les hom mes détien- dif fé ren tesl’admi nis tra tion dans le total des nent 75 % des emplois de cadres dans la
emplois est bien plus impor tante
fonc tion publique, 59 % des pro fes sions(46 %) à La Réu nion que dans le reste Le sec teur de l’admi nis tra tion repré sente
inter mé diai res admi nis tra ti ves, 95 % desde la France. Ils repré sen tent 30 % à lui seul près de la moi tié (49 %) de emplois par mi les poli ciers et mili tai resdes emplois en métro pole, 40 % à la l’ensemble des emplois de ser vice public.
Mar ti nique, 38 % à la Gua de loupe et et 83 % des emplois d’ouvriers. n
Par mi les 39 000 emplois de ce sec teur,45 % en Guyane.
Jean-Marc LARDOUX près des deux tiers (63 %) tra vail lent
En fait, ce n’est pas l’effectif consacré dans les col lec ti vi tés ter ri to ria les (région,
au service public qui est excessif, dépar te ment, com mu nes), un quartmais les autres activités qui sont
(24 %) dans l’admi nis tra tion d’Etat, prèsencore peu développées. Ainsi le
de 10 % dans le pri vé (asso cia tions, orga -nombre total d’emploi est faible et le
chômage important. ni sa tions pro fes sion nel les…) et un peu
plus de 3 % sont sala riés de la sécu ri téAvec 80 000 per son nes se consacrant
sociale.à des acti vi tés de ser vice public, La
Réunion est dans une situation Dans son ensemble, l’admi nis tra tion,
comparable à celle de la France com parée aux trois autres sec teurs de ser -
métropolitaine et des autres DOM.
vice public appa raît comme un sec teurC’est ain si que sur 1 000
peu diplô mé, moins fémi ni sé avec un fort Réu nion nais, 113 tra vail lent dans ces
taux de temps par tiel et d’emplois aidés.sec teurs contre 118 en métro pole et
117 dans les trois dépar te ments Mais le plus inté res sant est sans doute de
fran çais d’Amé rique. Cer tes, les -com pa rer les carac té ris ti ques des per son
besoins de la popu la tion ne sont pas -nes occu pant les emplois de l’admi nis tra
les mêmes dans chaque partie du
tion d’Etat et des col lec ti vi tés ter ri to ria -ter ri toire. La jeu nesse de la
les.popu la tion réu nion naise néces site
plus de res sour ces en édu ca tion ; le Tout d’abord l’ori gine des per son nes est
nombre impor tant de per son nes dif fé rente : les sala riés des col lec ti vi tésâgées en métro pole induit des
ter ri to ria les sont à près de 95 % nés à Laser vi ces de san té plus nom breux. La
Réu nion et seuls 3 % d’entre eux ont étéconcen tra tion des admi nis tra tions de
com pé tence natio nale en Ile-de- recen sés en 1990 en métro pole. A
France y aug mente le poids des l’oppo sé, il n’y a que 58 % des sala riés
ser vi ces publics. de l’Etat qui sont nés à La Réu nion et
La Réu nion ne se sin gu la rise pas par plus d’un tiers (36 %) habi taient la
un excès de ser vi ce public. Tou te fois métro pole en 1990.
les emplois d’admi nis tra tion y sont
bien plus nom breux (55 emplois pour Le niveau de for ma tion est éga le ment
1 000 habi tants, contre 44 en très dif fé rent : 46 % des sala riés de
métro pole), ils relè vent l’admi nis tra tion d’Etat ont au moins le
majo ri tai re ment des col lec ti vi tés bac ca lau réat contre seu le ment 16 % dans
loca les et englo bent près de 9 000 les col lec ti vi tés loca les. Plus élo quent
emplois aidés (CES, emplois jeu nes,
encore : plus d’un employé sur deux desetc.).
col lec ti vi tés loca les est sans diplôme
contre seu le ment un sur sept dans l’admi -
nis tra tion d’Etat. Une des prin ci pa les
expli ca tions de cet écart est l’emploi
mas sif de CES, per son nel géné ra le ment
peu for mé, par les com mu nes : il y a
29 % de CES par mi les sala riés des col -
lec ti vi tés loca les contre 7 % par mi les
sala riés de l’Etat.
Le temps par tiel est éga le ment beau coup
plus pré sent dans les col lec ti vi tés loca les
(33 % des emplois contre 11 % dans
l’admi nis tra tion d’Etat). Là aus si la forte
pro por tion de CES four nit un élé ment
18dos sier
Prin ci pa les ca té go ries so cio pro fes sion nel les par sec teur d’activité
PCS les
% pro fes sions les plus fré quen tes
plus fré quen tes *
ins ti tu teurs (48 %), PEGC et maî tres auxi liai res (17 %),
conseil lers d'édu ca tion et sur veil lants (11 %), for ma teurs et
42 - ins ti tu teurs et as si mi lés ani ma teurs de for ma tion continue (9 %) en sei gnants du tech -47,6
nique court (7 %), ins ti tu teurs de l'édu ca tion spé cia lisée (5 %),
di rec teurs d'école pri maire ou ma ter nelle (3 %).
pro fes seurs agré gés et cer ti fiés (83 %), en sei gnants de l'en -
34 - pro fes seurs, sei gne ment su pé rieur (10 %), di rec teurs d'éta blis se ment d'en 21,7 -pro fes sions scien ti fi ques
sei gne ment se con daire et ins pec teurs (6 %).
52 - em ployés ci vils et agents de ser vice des éta blis se ments d'en sei gne ment (68 %),
agents de ser vice de la 14,0 com mis, ad joints ad mi nis tra tifs de la fonc tion pu blique (23 %),
fonc tion pu blique agents de bu reau de la fonc tion pu blique (5 %).
in fir miers en soins gé né raux sa la riés (43 %), in fir miers li bé raux
43 - pro fes sions in ter mé-
(13 %), tech ni ciens mé di caux (11 %), spé cia lis tes de la réé du- diai res de la san té et du 33,6
ca tion et pé di cu res, li bé raux (10 %), sa ges-fem mes li bé ra les ou
tra vail so cial sa la riées (5 %), ca dres in fir miers et as si mi lés (3 %) .
aide-soi gnants du public ou du pri vé (44 %), agents de ser vice
52 - em ployés ci vils et hos pi ta liers du public ou du pri vé (28 %), com mis adjoints
agents de ser vice de la admi nis tra tifs de la fonc tion publique (16 %), ambu lan ciers30,0
fonc tion pu blique sala riés du public ou du pri vé (7 %), agents de bureau de la
fonc tion publique (4 %).
méde cins libé raux géné ra lis tes (50 %), chi rur giens den tis tes
libé raux ou sala riés (23 %), méde cins libé raux spé cia lis tes31 - pro fes sions li bé ra les 11,6
(16 %), psy cho lo gues, psy c ha na lis tes, psy cho thé ra peu tes non
méde cins (5 %), vété ri nai res libé raux ou sala riés (4 %).
54 - em ployés ad mi nis tra tifs se cré tai res (86 %), em ployés ad mi nis tra tifs di vers d'en tre -
9,6d'en tre pri ses prises (5 %).
34 - pro fes seurs, pro fes- mé de cins hos pi ta liers sans ac ti vi té li bé rale (84 %), étu diants
4,9sions scien ti fi ques hos pi ta liers, sta giai res in ter nes (8 %).
56 - per son nels des ser vi ces assis tan tes mater nel les, gar dien nes d'enfants, tra vail leu ses
28,3
di rects aux par ti cu liers fami lia les (94 %).
52 - em ployés ci vils et agents de ser vice hos pi ta liers du pu blic ou du pri vé (37 %),
agents de ser vice de la aide-soi gnants du pu blic ou du pri vé (37 %), com mis, ad joints26,0
fonc tion pu blique ad mi nis tra tifs de la fonc tion pu blique (14 %).
43 - pro fes sions in ter mé- édu ca teurs spé cia li sés (52 %), ani ma teurs so cio-cul tu rels et
diai res de la san té et du 22,5 de loi sirs (24 %), in fir miers en soins gé né raux sa la riés (9 %),
tra vail so cial as sis tan tes so cia les (4 %).
agents de ser vice de la fonc tion pu blique sauf éco les, hô pi taux
52 - em ployés ci vils et (47 %), com mis, ad joints ad mi nis tra tifs de la fonc tion pu blique
agents de ser vice de la (29 %), agents de bu reau de la fonc tion pu blique (13 %),38,4
fonc tion pu blique agents de ser vice (7 % ), agents de cons ta ta tion ou de re cou -
vre ment des Im pôts, du Tré sor, des Doua nes (3 %).
agents de po lice (23 %), pom piers (21 %), mi li tai res hom mes
53 - po li ciers et mi li tai res 8,5 du rang (18 %), agents de sé cu ri té, de sur veil lance (16 %),
gen dar mes (13 %), mi li tai res ser gents (8 %).
jar di niers (56 %), cui si niers qua li fiés (18 %), ou vriers qua li fiés
63 - ou vriers qua li fiés de
8,0 d'en tre tien gé né ral des bâ ti ments (11 %), ma çons qua li fiéstype ar ti sa nal
(3 %), élec tri ciens qua li fiés (3 %).
56 - per son nels des ser vi ces assis tan tes mater nel les, gar dien nes d'enfants, tra vail leu ses
6,3
di rects aux par ti cu liers fami lia les (89 %).
net toyeurs (54 %), ou vriers non qua li fiés du se cond œuvre du
68 - ou vriers non qua li fiés 5,7 bâ ti ment (27 %), ou vriers non qua li fiés du gros œuvre du bâ ti -
de type ar ti sa nal ment (14 %).
per son nels ad mi nis tra tifs de ca té gorie B de l'Etat sauf im pôts,
45 - pro fes sions in ter mé diai- tré sor, doua nes (36 %), pro fes sions ad mi nis tra ti ves in ter mé -
5,6res ad mi nis tra ti ves de la diai res des col lec ti vi tés lo ca les (31 %), ad ju dants et ma jors de
fonc tion pu blique l'armée et de la gen dar merie (16 %), con trô leur des Impôts, du
Tré sor et des Doua nes (13 %).
per son nels admi nis tra tifs supé rieurs des col lec ti vi tés loca les et
des hôpi taux publics (33 %), per son nel admi nis tra tif de caté -
33 - ca dres de la fonc tion gorie A de l'Etat sauf Impôts, Tré sor et Doua nes (25 %), ingé -
4,5
publique nieurs de l'Etat et des col lec ti vi tés loca les (13 %), offi ciers de
l'armée et de la gen dar merie (12 %), ins pec teurs et autres
cadres A des Impôts, du Trésor et des Doua nes (10 %).
* Sont men tion nées les PCS re pré sen tant au moins 4,5 % des ef fec tifs dans le sec teur.
19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.