AntianÉco 66 - Année économique et sociale 2005 en Guadeloupe

De
Publié par

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 25 Emploi chômage La situation des femmes se dégrade davantage de difficultés sur le marchée nombre de demandeurs d’emploiLe taux de chômage des du travail et sont plus fréquemment auLde catégorie 1 inscrits à l’ANPE. Le femmes reste plus élevé que chômage de longue durée. Ainsi unenombre de demandeurs d’emploi de demandeuse d’emploi sur deux a unecatégorie 1 inscrits à l’ANPE (DEFM1) acelui des hommes et les plus ancienneté d’inscription supérieure àaugmenté au cours du premier de 50 ans ont le plus de diffi- un an. Ceci explique que le taux desemestre 2005 puis s’est stabilisé en fin chômage des femmes (30,1%) soit plusd’année (44 537 en décembre). Cettecultés à sortir du chômage. élevé que celui des hommes (22,0%).hausse du chômage a été ressentie dès Les demandeurs d’emploi le milieu de l’année 2004 quand le L’accès des femmes à l’emploi esttaux de croissance du produit intérieurà faible niveau de formation entravé par les contraintes familialesrégional n’était que de 0,9%. En 2005, sont concurrencés dans leur qu’elles assument souvent et parce sont les femmes qui ont subi la plus diverses discriminations, plus ou moinsforte dégradation de leur situation facerecherche d’emploi et les intériorisées, qui les conduisent à pos-au chômage : 3% de hausse contre une nouveaux dispositifs de la tuler massivement sur quelquesbaisse de 2,3% chez les hommes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 25
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 25
Emploi chômage
La situation
des femmes
se dégrade
davantage de difficultés sur le marchée nombre de demandeurs d’emploiLe taux de chômage des
du travail et sont plus fréquemment auLde catégorie 1 inscrits à l’ANPE. Le
femmes reste plus élevé que chômage de longue durée. Ainsi unenombre de demandeurs d’emploi de
demandeuse d’emploi sur deux a unecatégorie 1 inscrits à l’ANPE (DEFM1) acelui des hommes et les plus
ancienneté d’inscription supérieure àaugmenté au cours du premier
de 50 ans ont le plus de diffi- un an. Ceci explique que le taux desemestre 2005 puis s’est stabilisé en fin
chômage des femmes (30,1%) soit plusd’année (44 537 en décembre). Cettecultés à sortir du chômage.
élevé que celui des hommes (22,0%).hausse du chômage a été ressentie dès
Les demandeurs d’emploi le milieu de l’année 2004 quand le
L’accès des femmes à l’emploi esttaux de croissance du produit intérieurà faible niveau de formation
entravé par les contraintes familialesrégional n’était que de 0,9%. En 2005,
sont concurrencés dans leur qu’elles assument souvent et parce sont les femmes qui ont subi la plus
diverses discriminations, plus ou moinsforte dégradation de leur situation facerecherche d’emploi et les
intériorisées, qui les conduisent à pos-au chômage : 3% de hausse contre une
nouveaux dispositifs de la tuler massivement sur quelquesbaisse de 2,3% chez les hommes.
métiers non qualifiés, encombrés, àpolitique de l’emploi ne
temps partiel et peu rémunérés : 10%Les femmes peu couvertescompensent pas des salariées guadeloupéennespar l’assurance chômage
gagnent moins de 500 euros mensuelsle tassement des
et 50% moins de 1 100 euros. De plus,En dépit de meilleurs niveaux de for-anciennes mesures. elles sont faiblement couvertes par l’as-mation initiale, les femmes rencontrent
surance chômage puisqu’à peine plus
d’un tiers des demandeuses d’emploi à
Dégradation de la situation des femmes en fin 2005 l’ANPE bénéficie d’une allocation en
fin 2005.DEFM1 par sexe depuis 2000 en données CVS
En nombre Si les jeunes demandeurs d’emploi
disposent assez naturellement de
meilleurs niveaux de formation initiale
que leurs aînés, leur manque d’expé-
rience professionnelle pèse lourd. Ils
subissent des taux de chômage deux
fois plus élevés, 44,7% contre 26,0 %
tous âges confondus. Ils connaissent
des va-et-vient fréquents entre l’emploi
à durée déterminée (plus de 80% des
embauches les concernant) et le
chômage dont ils sortent plus rapide-
ment que leurs aînés. Toutefois, un
Source : DTEFP - ANPE
25
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006BROCHGUADOK.qxd 18/09/06 14:37 Page 26
Emploi chômage
Bien que mieux formées, les femmes subissent davantage le chômage
Caractéristiques des demandeurs d’emploi par sexe
En % et effectif en nombre
Effectif Effectif Evol. Part des Part des Part des Parts des Parts des
au 31/12 au 31/12 2004/2005 moins de 50 ans CLD de niveaux de niveaux de
25 ans et plus 1 an et plus formation formations
I à III Vbis et VI
Hommes 21 361 19 579 -2,3% 13,5% 12,0% 46,6% 8,2% 39,3%
Femmes 26 481 24 958 3,0% 13,0% 9,3% 49,0% 11,3% 33,1%
Ensemble 47 842 44 537 0,6% 13,2% 10,5% 47,9% 10,0% 35,8%
Notes : CLD : chômage de longue durée \ niveaux I à III : Bac+2 et plus \ Source : DTEFP - ANPE
Niveaux Vbis et VI : aucun diplôme validé
tiers d’entre eux a une ancienneté faible niveau de formation sont forte- travail un nombre croissant d’alloca-
d’inscription supérieure à un an et ment concurrencées et pénalisées dans taires de minima sociaux. Pour l’en-
n’est donc pas épargné par le chôma- leur recherche d’emploi. Elles repré- semble des demandeurs d’emploi de
ge de longue durée. sentent en 2005 près de 40% des longue durée, les contrats d’accompa-
21 340 chômeurs de longue durée. gnement dans l’emploi, qui prévoient
A l’autre extrémité de la vie active, la possibilité d’une formation financée
davantage de personnes de plus de Les nouvelles mesures par l’Etat, débutent en 2006.
cinquante ans se retrouvent chaque ne compensent pas les Dans les politiques publiques en
année sur le marché du travail et anciennes Guadeloupe et dans les Dom, le sou-
peinent à sortir du chômage. Elles tien à l’emploi continue de se fonder
sont désormais plus de 5 000 à être Quant aux solutions alternatives que majoritairement sur les exonérations
demandeurs d’emploi, presque autant constituent les dispositifs de la poli- de charges patronales de sécurité
que les jeunes inscrits de moins de tique de l’emploi, les mesures du sociale. Ces dernières se sont élevées à
25 ans. Arrivant plus fréquemment au secteur marchand se sont tassées et 208 millions d’euros en 2005 alors que
chômage du fait d’un licenciement, celles du non marchand ont même les dispositifs spécifiques d’aide directe
handicapés par leur faible niveau de reculé au cours de ces dernières à l’emploi ont totalisé 90 millions
formation, mais globalement mieux années. Toutefois, des nouveaux dis- d’euros de dépenses.
indemnisés par l’Assédic (52,3% positifs commencent à jouer leur rôle
d’entre eux sont couverts contre en 2005 : c’est la cas des contrats
37,1% tous âges confondus), les d’insertion dans la vie sociale (Civis) Charly Darmalingon
seniors s’enlisent dans le chômage. qui ont permis d’intégrer mille jeunes Gérard Moreau
Dans la situation de croissance molle dans une trajectoire vers l’emploi au DTEFP - SEPES
et de pénurie d’emplois que subit la cours du second semestre, ainsi que
Guadeloupe, le fait d’être bien formé des contrats d’avenir et des contrats
est une protection particulièrement d’insertion (CI-RMA) qui contribuent
efficace. En revanche, les personnes de désormais à remettre en situation de
26
N° 66 - Guadeloupe - Septembre 2006

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.