Bilan 2007 - Emploi

De
Publié par

Emploi L'emploi redécolle L’emploi salarié repart à la hausse. La construction et les services sont toujours en tête des créa- teurs d’emplois mais l’emploi industriel augmente lui aussi. Du jamais vu depuis 2000. Toute- fois, l’emploi créé en Basse-Normandie est plus souvent précaire qu’en France n 2007, les effectifs salariés ont crû de 1,3 % enEBasse-Normandie, soit 6 800 emplois supplémentaires. Le rythme de croissance s’accélère donc un peu en 2007, après les + 0,9 % de 2006 et les + 0,4 % de 2005. La croissance est en- core éloignée de celle des années 1999 et 2000 (+ 3,3 % et + 2,7 %), mais on est sorti de la période sombre de 2001 à 2004. (1)Dans les secteurs non marchands , la croissance reste infé- rieure à 1 %. Le secteur marchand non agricole croît un peu plus vite que l’ensemble, presque au rythme de la France mé- tropolitaine (+ 1,7 % en Basse-Normandie, + 2,0 % en France). Les créations d’emplois sont très liées au dynamisme du bâti- ment et à une conjoncture industrielle régionale favorable. avec parfois la délocalisation de lignes de production Dans la construction, l’emploi stable (hors intérim) augmente (Valéo...). Les intérimaires sont les premiers à en faire les frais de 5,4 % (4,3 % en France) et dans l’industrie de 0,3 % (alors en 2007. que l’emploi industriel continue de baisser en France). Ces Dans le tertiaire, la croissance des effectifs est plus mitigéesecteurs ont aussi augmenté l’embauche d’intérimaires. et très inégale.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Emploi
L'emploi redécolle
L’emploi salarié repart à la hausse. La construction et les services sont toujours en tête des créa-
teurs d’emplois mais l’emploi industriel augmente lui aussi. Du jamais vu depuis 2000. Toute-
fois, l’emploi créé en Basse-Normandie est plus souvent précaire qu’en France
n 2007, les effectifs salariés ont crû de 1,3 % enEBasse-Normandie, soit 6 800 emplois supplémentaires. Le
rythme de croissance s’accélère donc un peu en 2007, après
les + 0,9 % de 2006 et les + 0,4 % de 2005. La croissance est en-
core éloignée de celle des années 1999 et 2000 (+ 3,3 % et
+ 2,7 %), mais on est sorti de la période sombre de 2001 à 2004.
(1)Dans les secteurs non marchands , la croissance reste infé-
rieure à 1 %. Le secteur marchand non agricole croît un peu
plus vite que l’ensemble, presque au rythme de la France mé-
tropolitaine (+ 1,7 % en Basse-Normandie, + 2,0 % en France).
Les créations d’emplois sont très liées au dynamisme du bâti-
ment et à une conjoncture industrielle régionale favorable. avec parfois la délocalisation de lignes de production
Dans la construction, l’emploi stable (hors intérim) augmente (Valéo...). Les intérimaires sont les premiers à en faire les frais
de 5,4 % (4,3 % en France) et dans l’industrie de 0,3 % (alors
en 2007.
que l’emploi industriel continue de baisser en France). Ces
Dans le tertiaire, la croissance des effectifs est plus mitigéesecteurs ont aussi augmenté l’embauche d’intérimaires.
et très inégale. En dépit du maintien de la consommation des
Parmi les 5 700 emplois supplémentaires du secteur mar- ménages en 2007, le commerce crée peu d’emplois nouveaux
chand non agricole, plus de 1 300 sont des emplois d’intérim. dans la région (+ 0,3 %), moins qu’en France (+ 1,5 %). Les ef-
La proportion d’intérimaires parmi les nouveaux emplois sala- fectifs salariés augmentent un peu plus vite dans les hyper-
riés de ce secteur est ainsi plus forte en Basse-Normandie marchés (+ 1 %) et dans certains magasins comme ceux
(presque un quart) qu’en France (moins de 10 %). Environ 60 % spécialisés dans le bricolage. Dans les services non mar-
des nouveaux intérimaires travaillaient dans l’industrie bas-nor- chands l’emploi ne montre pas plus de dynamisme, à l’excep-
mande fin 2007, et 20 % dans la construction. Du coup, entre fin tion de l’action sociale. Ainsi l’accueil des personnes âgées,
2006 et fin 2007, le volume de main d’œuvre total, c’est-à-dire les crèches et les garderies voient leurs effectifs croître de 3
l’emploi stable augmenté de l’emploi en intérim, a augmenté de à 4 %. Dans l’aide à domicile, le nombre de personnes en em-
5,5 % dans la construction et de 1,1 % dans l’industrie. ploi, le plus souvent à temps partiel, progresse de 11 %. Dans
les associations, les effectifs salariés continuent égalementDans l’industrie aussi
d’augmenter (+ 3 %). Enfin, dans le secteur des services mar-
chands, la croissance des effectifs reste aussi très modéréeLe retour de la croissance des effectifs dans l’industrie en
(et en deçà de la croissance française avec + 2,5 % enBasse-Normandie est à rebours de la tendance nationale. Il
Basse-Normandie et + 3 % en France). De plus, les nouveauxse trouve que les piliers de l’industrie bas-normande, l’agroa-
emplois sont en partie des emplois d’intérimaires travaillantlimentaire et l’automobile, sont, en 2007, dans une configura-
dans l’industrie et dans la construction. Hors ces derniers, letion plutôt favorable qui permet des créations d’emplois. Mais
nombre de personnes travaillant réellement dans les servicesles anticipations des chefs d’entreprise restent prudentes
marchands n’a augmenté que de 1,9 % en Basse-Normandiepuisque l’essentiel des emplois qu’ils offrent sont en intérim.
(+ 2,8 % en France). Hors intérim, les effectifs des servicesAinsi, dans l’automobile, l’emploi stable n’augmente que de
opérationnels aux entreprises stagnent, la croissance dans le0,5 % (il augmente chez Renault Trucks mais baisse chez
PSA) quand l’emploi intérimaire bondit de 20 %. Même phéno-
mène dans l’agroalimentaire, avec une croissance de l’em-
ploi stable de 1,5 % et une augmentation de l’emploi en intérim
de 13 %. La pharmacie, les matériaux de construction, l’édi-
tion et l’imprimerie ont eux aussi créé de nouveaux emplois.
En revanche, l’électronique a passé une mauvaise année, no-
tamment les équipementiers automobiles. Dans cette
branche, les grands groupes sont en pleine restructuration,
(1) Education, santé, action sociale, administration publique, activités
associatives.
10 Insee Basse-Normandie - Bilan 2007Emploi
ders. L’agroalimentaire, notamment l’industrie du poisson, a
Les estimations d'emploi
également le vent en poupe. Le bilan est terni par la fermeture
- Les estimations de l’emploi salarié au 31 d’Euromoteurs (fabrication de moteurs pour appareils élec-
décembre 2007 sont encore provisoires. Ces troménagers, ex filiale de Moulinex) à Saint-Lô et les difficul-
estimations sont réalisées principalement à partir
tés de Sanmina (matériel électronique pour le secteur des
des déclarations des employeurs aux URSSAF et à la MSA.
télécommunications, ex établissement d’Alcatel) à Tourla-
L’intérim est connu grâce aux déclarations des entreprises de
ville. La construction est euphorique et le commerce est plustravail temporaire à l’UNEDIC, traitées par le ministère de l’Emploi
dynamique que dans les départements voisins. Une solideet de la Solidarité. L’emploi dans les secteurs de l’administration,
économie résidentielle se développe dans les territoiresde l’éducation, de la santé et de l’action sociale est estimé à partir
de tendances nationales. Une version semi-définitive des d’accueil touristique et d’installation de retraités. Seuls les
estimations d’emploi au 31 décembre 2007 sera disponible début services aux entreprises sont à la peine.
2009.
Le Calvados n’a toujours pas retrouvé le dynamisme de la fin- Le secteur marchand regroupe l’ensemble des secteurs
des années quatre-vingt-dix et du début des années 2000.d’activité, excepté les services administrés (éducation, santé,
Entre 2001 et 2007, ce département aura créé moins d’emploisaction sociale, administration publique et activités associatives).
qu’en seulement deux années, en 1999 et 2000. Le Calvados
reste en première ligne dans les mutations industrielles.
nettoyage étant compensée par la baisse des effectifs dans le
Même si les effets négatifs de ces s’atténuent en
gardiennage. Dans les services liés au tourisme et aux loisirs,
2007, les pertes d’emplois continuent dans les secteurs très
la croissance est assez faible (+ 1,5 %), sauf dans la restaura-
exposés à la concurrence internationale, comme les équi-
tion rapide (+ 13 %). Les services à la personne (emplois do-
pements électroniques pour l’automobile. De plus, l’emploi dans
mestiques, emplois dans la coiffure, soins de beauté...)
le commerce stagne et les services aux particuliers manquent
maintiennent leur rythme de croisière, avec une progression
de dynamisme. L’élément de satisfaction est la forte progres-
des effectifs frôlant 3 %. Le secteur du conseil et de l’assis-
sion des services aux entreprises, tirés par l’activité des agen-
tance aux entreprises affiche, lui, une forte
ces d’intérim et par la croissance des centres d’appels.
(+ 4 %, soit plus de 740 nouveaux emplois), mais cette perfor-
mance traduit pour l’essentiel l’implantation d’un centre d’ap- L’Orne confirme son entrée dans le club des départements où
pels du groupe Armatis à Caen et le développement de la SSII l’emploi croît. Après une année 2006 au cours de laquelle
Euriware, la filiale du groupe AREVA, à Cherbourg. a augmenté symboliquement (+ 0,1 %), la croissance
s’affirme en 2007 (+ 1,1 %). Fin 2007, les effectifs salariés res-
La Manche, toujours en tête tent quand même inférieurs de 4 % à leur niveau le plus haut,
atteint en 2000. La stabilisation de l’industrie et les embau-des créations d’emplois
ches dans le bâtiment permettent à ce département de ga-
La Manche reste en 2007 le département bas-normand où
gner des emplois salariés. Mais le rebond de l’emploi reste
l’emploi salarié augmente le plus. Les effectifs du secteur
fragile : presque la moitié des créations d’emplois, dans le
marchand non agricole y croissent de 2 %, comme en France. secteur marchand non agricole, sont des emplois d’intérimai-
La Manche crée la différence grâce à son industrie. Dans le
res. Le commerce, pour sa part, perd quelques emplois et les
Cotentin, les secteurs phares de la mécanique, de la cons-
services aux particuliers restent très peu dynamiques.
truction navale et du nucléaire se sont stabilisés. Dans le
centre et le sud Manche, la carrosserie industrielle et le tex- Michel MOISAN,
tile se portent bien, reposant sur quelques entreprises lea- Insee Basse-Normandie
BILAN DE L’EMPLOI SALARIÉ EN 2007
Près de 7 000 emplois créés
Calvados Manche Orne Basse-Normandie
Évolution des Évolution des Évolution des Évolution desEffectifs Effectifs Effectifs Effectifs
effectifs salariés effectifs salariés effectifs salariés effectifs salariéssalariés au salariés au salariés au salariés au
en 2007 en 2007 en 2007 en 200731 décembre 31 décembre 31 décembre 31 décembre
2007 2007 2007 2007Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Agriculture,
5 260 - 40 - 0,7 6 390 + 30 + 0,4 3 790 + 40 + 1,1 15 440 + 30 + 0,2
sylviculture, pêche
Industrie 40 160 - 130 - 0,3 32 570 + 440 + 1,4 23 070 - 30 - 0,1 95 800 + 280 + 0,3
Construction 16 140 + 790 + 5,1 14 410 + 850 + 6,3 7 240 + 280 + 4,0 37 790 + 1 920 + 5,4
Commerce 33 410 - 60 - 0,2 23 520 + 340 + 1,4 10 790 - 90 - 0,8 67 720 + 190 + 0,3
Services 152 770 + 2 560 + 1,7 92 130 + 950 + 1,0 52 960 + 900 + 1,7 297 860 + 4 410 + 1,5
Ensemble 247 740 + 3 120 + 1,3 169 020 + 2 610 + 1,6 97 850 + 1 100 + 1,1 514 610 + 6 830 + 1,3
dont secteur
marchand hors 161 310 + 2 610 + 1,6 111 720 + 2 240 + 2,0 63 900 + 860 + 1,4 336 930 + 5 710 + 1,7
agriculture
NOTE : les intérimaires sont comptés dans le secteur des services.
Source : Insee, estimations d’emploi provisoires.
Insee Basse-Normandie - Bilan 2007 11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.