Bilan 2009 - Chômage

De
Publié par

Nouvelle augmentation du chômage Pour la deuxième année consécutive, le nombre de demandeurs d’emploi est en aug- mentation : + 6 800 en 2009 après 7 200 l’année précédente. Les effets de la crise économique du printemps 2008 perdurent et se répercutent sur l’évolution du chô- mage : les seniors, les hommes mais égale- ment les chômeurs de longue durée sont les catégories les plus touchées. La situation des jeunes sur le marché du travail reste Au quatrième trimestre 2009, le taux de chômage régional très préoccupante. L’exclusion se renforce à moyen s’élève à 9,1 % de la population active, contre 9,6 % l’égard des bénéficiaires de minima sociaux pour la France métropolitaine. (RSA) et des chômeurs de très longue durée (plus de deux ans d’inscription), dont le L’augmentation du taux de chômage, moins forte en nombre repart à la hausse en 2009. Basse-Normandie qu’en France, a pour effet de porter l’écart entre les deux à un demi-point en faveur de la région, après avoir été réduit à un dixième de point en 2008. vec 57 000 demandeurs d’emploi sans aucune activité,Ainscrits en catégorie A (voir encadré) à Pôle Emploi à la fin du mois de décembre, la Basse-Normandie enregistre, en 2009, une croissance du chômage de 6 800 personnes, soit une DEMANDEURS D’EMPLOI ET TAUX DE CHÔMAGEhausse relative (+ 13,5 %) moins forte qu’au niveau national (fin décembre 2009) e(+ 18,8 %), avec un léger tassement au 2 semestre.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Nouvelle augmentation
du chômage
Pour la deuxième année consécutive, le
nombre de demandeurs d’emploi est en aug-
mentation : + 6 800 en 2009 après 7 200
l’année précédente. Les effets de la crise
économique du printemps 2008 perdurent
et se répercutent sur l’évolution du chô-
mage : les seniors, les hommes mais égale-
ment les chômeurs de longue durée sont les
catégories les plus touchées. La situation
des jeunes sur le marché du travail reste
Au quatrième trimestre 2009, le taux de chômage régional
très préoccupante. L’exclusion se renforce à
moyen s’élève à 9,1 % de la population active, contre 9,6 %
l’égard des bénéficiaires de minima sociaux
pour la France métropolitaine.
(RSA) et des chômeurs de très longue durée
(plus de deux ans d’inscription), dont le L’augmentation du taux de chômage, moins forte en
nombre repart à la hausse en 2009. Basse-Normandie qu’en France, a pour effet de porter l’écart
entre les deux à un demi-point en faveur de la région, après
avoir été réduit à un dixième de point en 2008.
vec 57 000 demandeurs d’emploi sans aucune activité,Ainscrits en catégorie A (voir encadré) à Pôle Emploi à la
fin du mois de décembre, la Basse-Normandie enregistre, en
2009, une croissance du chômage de 6 800 personnes, soit une
DEMANDEURS D’EMPLOI ET TAUX DE CHÔMAGEhausse relative (+ 13,5 %) moins forte qu’au niveau national
(fin décembre 2009)
e(+ 18,8 %), avec un léger tassement au 2 semestre. Cette
Une progression accentuée dans le Calvados et dans la Manche
croissance du chômage en 2009 confirme la reprise de 2008.
Sur les deux années cumulées, la région compte 14 000 chô- Évolution des Taux de
DEFM(a)
meurs supplémentaires, alors qu’au cours des quatre années DEFM sur un an chômage(b)
précédentes, leur nombre avait diminué de 17 700 personnes. Calvados 28 471 + 14,3 % 9,6 %
Si l’on considère l’ensemble des demandeurs d’emploi disponi- Manche 17 231 + 14,0 % 8,3 %
bles, avec ou sans activité réduite (catégories A, B, C, voir enca-
Orne 11 338 + 10,8 % 9,5 %
dré), leur nombre a progressé de 11 700 personnes, soit + 15,4 %.
Basse-Normandie 57 040 + 13,5 % 9,1 %
L’augmentation du chômage concerne l’ensemble des terri-
France métropolitaine 2 681 437 + 18,8 % 9,6 %
toires régionaux. Elle est cependant plus marquée dans le
(a) Demandeurs d’emploi en fin de mois de catégorie ACalvados (+ 14,3 %) et dans la Manche (+ 14,0 %) que dans
Source : DIRECCTE Basse-Normandie, Pôle emploil’Orne (+ 10,8 %), département qui avait été davantage touché
e
(b) Taux de chômage moyen du 4 trimestre 2009
en 2008. Dans les zones d’emploi, le chômage croît un peu
Source : Insee
moins vivement dans celle d’Alençon-Argentan et de
l’Aigle-Mortagne.
CARACTÉRISTIQUES DES DEMANDEURS D’EMPLOI (a)
(fin décembre 2009)
La situation des jeunes sur le marché du travail est préoccupante
- 25 ans CLD (b) Femmes
Calvados 22,5 % 32,4 % 45,1 %
Manche 24,4 % 32,3 % 47,2 %
Orne 23,1 % 33,7 % 44,8 %
Basse-Normandie 23,2 % 32,6 % 45,7 %
France métropolitaine 19,5% 32,8 % 46,2 %
(a) En proportion de l’ensemble des demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM) :
catégorie A pour les jeunes et les femmes, catégories A, B et C pour les CLD
(b) Chômeurs de longue durée (CLD), inscrits depuis plus d’un an
Source : DIRECCTE Basse-Normandie, Pôle emploi
Insee Basse-Normandie - Bilan 2009 15Les hommes et les seniors les plus affectés
Comme l’année précédente, la hausse du chômage en 2009
concerne toutes les catégories de demandeurs d’emploi,
quels que soient leur âge et leur sexe.
Elle est cependant nettement plus forte pour les hommes
(+ 19,6 %) que pour les femmes (+ 7,0 %), en 2009. La crois-
sance est également plus vive pour les seniors (+ 26,0 %) que
pour les jeunes de moins de 25 ans (+ 11,0 %) et les adultes
d’âge intermédiaire âgés entre 25 et 49 ans (+ 11,7 %).
L’extinction progressive de la dispense de recherche d’emploi,
de 2009 à 2011, ne permet plus d’atténuer l’effet chômage
pour le public des seniors.
Malgré une progression relativement modérée, le chômage
des jeunes est des plus préoccupants en Basse-Normandie.
Leur part dans la demande d’emploi régionale (23,2 %) est su-
périeure de 3,7 points à la moyenne nationale. L’écart atteste
les difficultés d’insertion professionnelle accrues des jeunes
bas-normands.
Le chômage de longue durée (plus d’un an d’inscription) est
directement impacté par le retournement de conjoncture du
printemps 2008. Du fait de potentialités d’insertion réduites
depuis plus de 18 mois, de nombreux demandeurs comptabili-
sent plus de 12 mois d’inscription. Ainsi, fin décembre 2009,
les chômeurs de longue durée sont nettement plus nombreux
qu’un an auparavant (+ 40, 4 %). D’autre part, le chômage de
très longue durée (plus de deux ans d’inscription), contenu en
2008 (- 15,4 %), progresse en 2009 (+ 21,3 %).
Les Demandeurs d’Emploi inscrits en
Fin de Mois à Pôle Emploi (DEFM) et dis-
ponibles pour occuper un emploi sont Fin 2009, près d’un demandeur d’emploi sur trois (32,6 %) est
classés, depuis le début de l’année 2009, en chômeur de longue durée en Basse-Normandie, soit une pro-
trois catégories (A, B et C), qui se substituent aux portion équivalente à celle de la France (32,8 %).
anciennes 1, 2, 3, 6, 7 et 8. Les nouvelles catégo-
Au mois de juin 2009, le Revenu de Solidarité Active a rempla-
ries, fondées sur l’exercice ou non d’une activité réduite au
cé le Revenu Minimum d’Insertion et l’Allocation de Parent
cours du mois de référence, se définissent comme suit :
Isolé. Fin décembre 2009, la Basse-Normandie compte 32 100
- catégorie A : demandeurs d’emploi, tenus de faire des ac- bénéficiaires du RSA dont 19 000 sans activité, soit 2 000 de
tes positifs de recherche d’emploi et n’ayant exercé au- plus que celui des bénéficiaires du RMI, un an plus tôt.
cune activité au cours du mois ;
La durée du chômage augmente
- catégorie B : demandeurs d’emploi tenus de faire des actes
La durée moyenne d’inscription à Pôle Emploi augmente de 27positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activité ré-
jours en 2009, pour s’établir à 309 jours. Toutes les catégoriesduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
d’âge sont concernées, mais davantage les jeunes (+ 30 jours)
- catégorie C : demandeurs d’emploi tenus de faire des ac- que les adultes d’âge intermédiaire (+ 23 jours) et les seniors
tes positifs de recherche d’emploi, ayant exercé une activi- (+ 18 jours). L’ancienneté du chômage varie fortement selon
té réduite longue (i.e. de plus de 78 heures au cours du l’âge des demandeurs : de 179 jours pour les jeunes, elle
mois). passe à 310 pour les 25-49 ans et à 499 pour les plus de 50 ans.
L’indicateur officiel de suivi du chômage est la catégorie A
(définition la plus proche du au sens du BIT), mais Philippe LEMARINEL
la somme des trois catégories A+B+C fait également l’objet
Direction régionale des entreprises, de la consommation,d’une publication mensuelle systématique.
de la concurrence, du travail et de l’emploi
16 Insee Basse-Normandie - Bilan 2009

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.