Bilan économique 2004 - Emploi : stabilité grâce à l'intérim

De
Publié par

En dépit du retour à une croissance assez soutenue en France, l'emploi salarié champardennais n'a pu se maintenir que grâce aux nombreuses créations de postes d'intérimaires. Hors intérim, l'emploi « direct » s'est replié d'environ 0,4% en Champagne-Ardenne. Les effectifs industriels des quatre départements de la région ont reculé en 2004, le secteur des biens indermédiaires est le plus touché. L'emploi salarié dans le secteur tertiaire essentiellement marchand s'est redressé, avec la création de 2 100 postes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 37
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

24
n dépit du retour à une croissance écono-
Evolution de l’emploi salarié concurrentielmique assez soutenue en France, la progres-
sion de l’emploi salarié est demeurée faible
Unités : nombre et % Déc.2003 Déc. 2004 EvolutionEdans les secteurs concurrentiels non agrico-
les : +0,1% sur un an. Ardennes 59 708 59 979 +0,5
Les entreprises ont ajusté lentement leurs embauches à la Aube 71 739 71 793 +0,1
reprise de l’activité et n’ont créé que 17 000 postes de tra-
Marne 137 350 137 640 +0,2vail supplémentaires en 2004.
N’échappant pas à ce manque de dynamisme, l’emploi sa- Haute-Marne 44 112 43 553 -1,3
larié champardennais n’a pu se maintenir que grâce aux
Champagne-
312 909 312 965 +0,0nombreuses créations de postes d’intérimaires. L’utilisa- Ardenne
tion de missions d’intérim pour faire face à un surcroît
Source : INSEE - URSSAF - DARESd’activité est désormais devenue le mode privilégié de
gestion de la main-d’œuvre, notamment pour les entrepri-
ses industrielles ou de construction. Hors intérim, l’emploi
«direct» s’est replié d’environ 0,4% en Cham- Ralentissement des pertes d’emplois
pagne-Ardenne alors que le reste de la France a enregistré
industriels
une quasi-stagnation.
L’emploi en France a globalement peu varié au cours
de l’année et les créations de postes se sont essentielle- Après une année 2003 particulièrement défavorable à
ment produites au cours du deuxième trimestre. En l’emploi salarié, l’industrie (hors emplois intérimaires) a
Champagne-Ardenne, après un premier semestre étale, continué de perdre des postes en 2004, mais à un
l’emploi salarié s’est infléchi au troisième trimestre, rythme un peu plus modéré, en France (-1,9%) comme
parallèlement à l’essoufflement de la croissance écono- en Champagne-Ardenne (-2,1%).
mique, puis une reprise des embauches, au cours du der- Les effectifs industriels des quatre départements champar-
nier trimestre, a finalement permis d’effacer toutes les dennais ont reculé en 2004 : -2,1% dans les Ardennes,
pertes enregistrées. -2,3% dans l’Aube, -1,7% dans la Marne et -2,8% en
L’arrêt de la détérioration de l’emploi en Cham- Haute-Marne.
pagne-Ardenne s’est également traduit dans les entreprises Regroupant près de la moitié des emplois industriels régio-
par un moindre recours au chômage partiel dont le naux, le secteur des biens intermédiaires est le plus touché
nombre d’heures autorisées a chuté sensiblement (-23%). (-4% en glissement annuel, soit -2 000 postes). En particu-
Hormis la Haute-Marne, où l’emploi a régressé de 1,3%, lier, celui de la métallurgie et de la transformation des mé-
les autres départements de la région ont gagné quelques taux a perdu environ 4% de ses effectifs en un an, dans
emplois. Bien qu’il ne représente, selon les départements, chaque département, en raison d’une relative atonie de
que3à4%de l’emploi salarié concurrentiel, le rôle du tra- son activité et de la fermeture de quelques entreprises.
vail temporaire a été souvent déterminant par l’ampleur de Par ailleurs, la perspective de suppression des derniers
ses fluctuations. Hors intérim, l’emploi salarié concurren- quotas d’importation dans le textile semble avoir accéléré
tiel n’a pas varié dans la Marne alors que les Ardennes, le processus de restructuration des entreprises et l’emploi
l’Aube et la Haute-Marne ont subi des pertes d’effectifs. de ce secteur a encore été lourdement pénalisé (-10,6%),
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne n°19notamment dans l’Aube (-15,8%) et la Haute-Marne Evolution de l’emploi salarié concurrentiel
(-13%) qui ont connu d’importants plans de licenciement. en Champagne-Ardenne
Après une année de stabilité, les effectifs de la chimie, du Indice base 100 au 31 décembre 1997 25
caoutchouc et des plastiques ont finalement reculé de
115
2,6%. Dans l’automobile et dans les industries des biens
Tertiaire
de consommation l’emploi a régressé d’environ 2%.
110Une légère reprise de l’emploi s’est amorcée dans les in- Construction
dustries agricoles et alimentaires. Représentant environ
10515% des emplois industriels régionaux, contre moins de
Ensemble4% en France, le secteur de l’agroalimentaire a réussi à
maintenir ses effectifs depuis le début de la décennie, 100
après avoir cependant subi d’importantes restructurations
à la fin des années quatre-vingt-dix.
95
Les entreprises de biens d’équipement ont également ac- Industrie
cru leurs effectifs (+0,2%) alors qu’à l’échelon national la
90
baisse a prévalu (-1,6%).
1997 1999 20001998 2001 2002 2003 2004
Depuis 1998, le secteur de la construction est créateur
d’emploi. La hausse a été plus rapide en France (+1,3%)
Source : INSEE - URSSAF - DARES - UNEDICqu’en Champagne-Ardenne (+0,5%). Les entreprises au-
boises (+1%) ont davantage embauché que celles des
Ardennes, de la Marne et de la Haute-Marne (+0,3%).
NOTE METHODOLOGIQUE
Léger rebond du tertiaire marchand Une mesure de l’emploi en trois temps
Les statistiques de l’emploi départemental au 31 décembre sont éta-
L’emploi salarié dans le secteur tertiaire essentiellement blies en trois phases :
* Les informations « provisoires » publiées dans cet article sont relati-marchand s’est redressé en Champagne-Ardenne (+1,2%,
ves à l’emploi salarié dans les «secteurs concurrentiels» quisoit 2 100 postes nouveaux créés) comme en France
regroupent toutes les activités économiques hors agriculture, admi-
(+0,8%, soit environ 80 000 postes). L’amélioration de la
nistration, éducation, santé et action sociale. Elles proviennent d’indi-
situation champardennaise a surtout résulté de la reprise de cateurs calculés à partir de l’exploitation des bordereaux de
versement de cotisations sociales aux URSSAF, renseignés par l’en-l’emploi intérimaire (+11,7%) qui est comptabilisé conven-
semble des entreprises de toutes tailles, y compris les entreprises pu-tionnellement dans les services rendus aux entreprises.
bliques (SNCF, La Poste, EDF-GDF, etc.). L’intérim est connu par la
Excepté les missions d’intérim, l’emploi tertiaire marchand
DARES (Ministère de l’Emploi du Travail et de la Cohésion sociale)
ne s’est accru que de 0,6%, témoignant de la relative fai- qui exploite les relevés des missions d’intérim que l’Unedic met à sa
blesse des autres activités de services dans la région. disposition. Les variations d’emploi sont mesurées à activité constante
sur l’année.Hormis la Haute-Marne où l’emploi tertiaire marchand
* En fin d’année 2005, des estimations départementales d’emploi
s’est replié de 0,3%, tous les autres départements ont enre-
«semi-définitives 2004 » sont établies par actualisation d’une base de
gistré des hausses : +1% dans la Marne, +1,4% dans personnes en emploi, issue du recensement de la population de 1999.
Les données exhaustives de l’UNEDIC - qui constituent alors la sourcel’Aube et +2,6% dans les Ardennes, grâce à une vive re-
principale de calcul des évolutions - sont complétées par des informa-montée de l’intérim.
tions recueillies auprès de divers organismes (fichiers de paye des
L’emploi dans les activités de services aux entreprises,
agents de l’Etat, enquête auprès des collectivités territoriales, Mutuali-
hors intérim, s’est accru de 2,3%. Regroupant diverses ac- té Sociale Agricole, etc.) pour couvrir la totalité du champ écono-
mique ainsi que l’emploi non-salarié.tivités de conseils, d’assistance, de sécurité, de nettoyage,
L’activité économique d’un établissement est celle du 31/12 et desce secteur a enregistré un vif développement de ses effec-
«glissements d’activité» - d’une année sur l’autre – peuvent alors
tifs, à un rythme annuel d’environ 3%, depuis une dizaine
conduire à des évolutions sensiblement différentes de celles obtenues
d’années. provisoirement.
Alors que les effectifs du commerce sont restés stables, * Enfin, des rectifications – le plus souvent mineures – sur les sources
d’actualisation seront réalisées en fin d’année 2006, pour obtenir unel’assez bonne tenue de la consommation des ménages a
statistique « définitive » de l’emploi total au 31/12/2004, pour la ré-
néanmoins bénéficié aux embauches dans les services aux
gion et chacun de ses départements.
particuliers (+1,8%) qui comprennent les activités récréa-
tives, les hôtels-restaurants et les services personnels ou
domestiques.
Marquant peut-être la fin des années fastes dans le transport
routier de marchandises, l’emploi salarié hors intérim du
secteur des transports (hors SNCF) a reculé d’environ 1%.
Dans les activités immobilières l’emploi a régressé d’envi-
ron 4%, alors que les activités financières ont procédé à de
nouveaux recrutements (+2,3%). Patrick Bouny
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº19

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.