Bilan économique regional 2007 - Emploi : la hausse se poursuit

De
Publié par

En Champagne-Ardenne, après une hausse de 0,4% en 2006, l’emploi salarié principalement marchand non agricole confirme sa reprise en 2007 et progresse de 0,8%, soit 2 600 postes nouveaux créés dans les secteurs marchands. La présence d’activités industrielles relativement plus sensibles aux aléas conjoncturels et un secteur tertiaire moins dynamique qu’au niveau national expliquent, notamment, les écarts entre les évolutions régionales et nationales. Au premier trimestre 2007, comme à l’échelon national, les créations d’emploi sont particulièrement fortes en Champagne-Ardenne. Au deuxième trimestre, l’emploi champardennais se dégrade sensiblement alors que la hausse se poursuit au niveau France entière, mais à un rythme ralenti. Au troisième trimestre, les embauches reprennent en Champagne-Ardenne, au même rythme qu’à l’échelon national. L’année s’achève par une quasi-stabilité des effectifs de la région alors que l’emploi national continue de croître modérément. Sommaire Le tertiaire, moteur des créations d’emploi La construction recrute L’emploi industriel au plus bas Le tertiaire, moteur des créations d’emploi La construction recrute L’emploi industriel au plus bas
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

EMPLOI
La hausse se poursuit
u cours de l’année 2007, la croissance de l’emploi s’accé- Le tertiaire, moteur des créationsAlère dans l’économie française, 294 000 postes supplémen- d’emploi
taires ont été créés dans les secteurs principalement marchands
non agricoles. Mesuré en glissement annuel, d’un mois de dé- En 2007, l’emploi salarié du secteur tertiaire principalement mar-
cembre à l’autre, le rythme de progression de l’emploi salarié des
chand s’accroît de 2,0% en Champagne-Ardenne et de 2,6% au ni-
secteurs principalement marchands non agricoles s’inscrit à
veau national. L’intérim, comptabilisé dans le tertiaire même quand il
+1,9%, succédant à une hausse de 1,2% en 2006. s’agit de missions effectuées dans l’industrie ou le bâtiment, pro-
En Champagne-Ardenne, après une hausse de 0,4% en 2006,
gresse un peu plus vite dans la région (+4,9%) qu’au niveau national
l’emploi salarié principalement marchand non agricole confirme
(+4,6%). L’essentiel de la hausse de l’intérim s’est réalisé au premier
sa reprise en 2007 et progresse de 0,8%, soit 2 600 postes nou- trimestre 2007.
veaux créés dans les secteurs marchands.
Hors intérim, l’emploi salarié champardennais du secteur tertiaire
La présence d’activités industrielles relativement plus sensibles
principalement marchand croît de 1,8%. Les effectifs des services aux
aux aléas conjoncturels et un secteur tertiaire moins dynamique entreprises progressent de 3,1% grâce au dynamisme des embau-
qu’au niveau national expliquent, notamment, les écarts entre les
ches dans les activités fortement utilisatrices de main d’œuvre,
évolutions régionales et nationales.
comme le nettoyage, la sécurité et les centres d’appels téléphoni-
Au premier trimestre 2007, comme à l’échelon national, les créa- ques. Dans les services aux particuliers, l’emploi salarié augmente de
tions d’emploi sont particulièrement fortes en Champagne-
3,9%, bénéficiant de créations nettes de postes dans les secteurs de
Ardenne. Au deuxième trimestre, l’emploi champardennais se dé-
l’hôtellerie-restauration, des activités récréatives, culturelles, sporti-
grade sensiblement alors que la hausse se poursuit au niveau ves et ceux des services personnels et domestiques.
France entière, mais à un rythme ralenti. Au troisième trimestre,
En hausse de 3,1%, l’emploi salarié du secteur des transports (hors
les embauches reprennent en Champagne-Ardenne, au même
SNCF) est tiré par les embauches dans le transport routier de mar-
rythme qu’à l’échelon national. L’année s’achève par une qua- chandises. Dans les activités financières, l’emploi salarié recule de
si-stabilité des effectifs de la région alors que l’emploi national
0,5% alors que celui des activités immobilières (+1,3%) continue de
continue de croître modérément.
profiter de la bonne conjoncture de l’immobilier.
Hormis les Ardennes, les autres départements de la région béné- Les effectifs du commerce progressent de 0,6% grâce à des créations
ficient de cette amélioration de l’emploi et, comme par le passé, d’emploi dans le de gros. Les effectifs du commerce de dé-
les évolutions dépendent des particularismes locaux des systè-
tail et de la réparation restent pratiquement stables.
mes productifs.
-Avec 1,1% d’augmentation de son emploi salarié, la Marne, pre
mier département employeur de la région, bénéficie du Évolution de l'emploi salarié des secteurs
dynamisme des créations dans le secteur tertiaire, ainsi que de principalement marchands en Champagne-Ardenne
-nombreuses embauches dans le secteur de la construction. L’em
Indice base 100 au 31 décembre 1999ploi salarié aubois avance de 0,7% en 2007, malgré des pertes
.120
d’emplois industriels, les plus importantes de la région, en valeur Construction
115 Tertiairerelative. En Haute-Marne, l’emploi s’accroît de 1,2% grâce à des
Ensemble
créations de postes dans les services aux entreprises et les servi- 110 Industrie
ces aux particuliers. 105
Avec des pertes d’emploi dans l’industrie et de faibles créations
100de postes dans le tertiaire, l’emploi ardennais reste pratiquement
95inchangé.
90
85
1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
Sources :Insee, Urssaf, Dares
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº22 - Bilan économique 2007La construction recrute > MÉTHODOLOGIE
Avec une hausse des effectifs salariés (non compris les intérimai-
Une mesure de l’emploi en trois temps.
res) de 3,0% en Champagne-Ardenne et de 4,2% au niveau natio- Les statistiques de l’emploi départemental au 31 décembre sont établies en
nal, le secteur de la construction contribue fortement à la trois phases :
· Les informations « provisoires » publiées dans cet article sont relatives àcroissance de l’emploi, en dépit de difficultés persistantes de re-
l’emploi salarié dans les « secteurs principalement marchands non
crutement. Fin 2007, avec près de 29 500 salariés (hors intérim)
agricoles » qui regroupent toutes les activités économiques hors agriculture,
les effectifs du secteur de la construction atteignent leur plus administration, éducation, santé et action sociale. Elles proviennent
haut niveau depuis les vingt dernières années. d’indicateurs calculés à partir de l’exploitation des bordereaux de versement
de cotisations sociales aux URSSAF, renseignés par l’ensemble desLes embauches sont dynamisées par la bonne orientation de l’ac-
entreprises de toutes tailles, y compris les entreprises publiques (SNCF, La
tivité du bâtiment qui a bénéficié d’une demande soutenue des
Poste, EDF, GDF, etc.) L’intérim est connu par la DARES ( Ministère du
ménages et des entreprises, malgré un resserrement des condi- Travail, des Relations Sociales, de la Famille et de la Solidarité) qui exploite
les relevés des missions d’intérim que l’Unedic met à sa disposition. Lestions de crédit. L’emploi est resté soutenu dans le secteur des tra-
variations d’emploi sont mesurées à activité constante sur l’année.vaux publics dont l’activité reste notamment portée par la
· En fin d’année 2008, des estimations départementales d’emploi
demande des collectivités territoriales. Hormis la Haute-Marne
«semi-définitives 2007 » sont établies par actualisation d’une base de
où l’emploi du secteur de la construction stagne depuis deux ans, personnes en emploi, issue du Recensement de la population de 1999. Les
tous les autres départements de la région enregistrent des pro- données exhaustives de l’UNEDIC - qui constituent alors la source principale
de calcul des évolutions - sont complétées par des informations recueilliesgressions : +2,4% dans les Ardennes, +3,6% dans l’Aube et
auprès de divers organismes (fichiers de paye des agents de l’Etat, enquête
+3,9% dans la Marne. des collectivités territoriales, Mutualité Sociale Agricole, etc.) pour
couvrir la totalité du champ économique ainsi que l’emploi non-salarié.
L’activité économique d’un établissement est celle du 31/12 et desL’emploi industriel au plus bas
« glissements d’activité » - d’une année sur l’autre – peuvent alors conduire à
des évolutions sensiblement différentes de celles obtenues provisoirement.
En 2007, l’industrie champardennaise continue de perdre des em- · Enfin, des rectifications – le plus souvent mineures – sur les sources
plois (-2,0%) mais à un rythme un peu moindre qu’en 2006 d’actualisation seront réalisées en fin d’année 2009, pour obtenir une
statistique « définitive » de l’emploi total au 31/12/2007, pour la région et(-2,4%). A l’échelon national, les effectifs industriels reculent de
chacun de ses départements.
1,1%, après un repli de 1,7% en 2006. En dix ans, l’emploi salarié
industriel (hors emplois intérimaires) diminue de 15,4% en Cham-
pagne-Ardenne. Au niveau national, le recul se limite à 9,7%.
Au cours de l’année 2007, la baisse de l’emploi industriel est pra-
tiquement de même ampleur dans chacun des départements :
-2,0% dans les Ardennes, -2,4% dans l’Aube, -1,9% dans la
Marne et -1,7% en Haute-Marne.
Dans la région, pour la seconde année consécutive, l’industrie au-
tomobile est affectée par des plans de réorganisation qui tou-
chent les équipementiers automobiles et leurs fournisseurs de
premier rang. Les effectifs du secteur automobile - stricto-sensu -
diminuent fortement : -8,1% après -5,6% en 2006. Concentrant
près de la moitié des salariés de l’industrie régionale, les indus-
tries des biens intermédiaires perdent globalement 2,8% de leurs
effectifs, sous l’effet de réductions d’emploi, notamment, dans
les entreprises de la métallurgie, de la transformation des mé-
taux, et de l’industrie textile. L’emploi des industries des biens de
consommation (-2,6%) est encore pénalisé cette année par les
restructurations du secteur de l’habillement qui affectent particu-
lièrement les entreprises auboises.
Après une année 2006 déjà favorable à l’emploi, les industries
des biens d’équipement continuent à embaucher en 2007, les ef-
fectifs progressent de 1,6%. Dans les industries agricoles et ali-
mentaires, l’emploi salarié diminue légèrement (-0,3%) et revient
à son niveau de 2005, le plus bas, depuis le début de la dé -
cennie.
Patrick Bouny
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº22 - Bilan économique 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.