Bilan économique regional 2007 - Sanitaire et social - APA : moindre croissance du nombre de bénéficiaires

De
Publié par

Fin 2007, un peu plus de 23 000 personnes âgées de 60 ans ou plus perçoivent l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa). Le nombre de bénéficiaires progresse de 6% par rapport à 2006. Cette hausse, plus faible que les trois années précédentes, est due principalement à une moindre croissance du nombre des bénéficiaires à domicile (9% en 2007 contre 14% les trois années précédentes). L’augmentation du nombre de bénéficiaires en établissement, dépendante du nombre de places en établissements qui évolue lentement, reste stable à 2% en 2007. Sommaire Des disparités départementales D’année en année, le profil des bénéficiaires évolue peu Des disparités départementales D’année en année, le profil des bénéficiaires évolue peu
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 14
Nombre de pages : 1
Voir plus Voir moins

SANITAIRE ET SOCIAL
APA : moindre croissance
du nombre de bénéficiaires
in 2007, un peu plus de 23 000 personnes âgées de 60 ans ou Évolution du nombre de bénéficiaires de l’ApaFplus perçoivent l’allocation personnalisée d’autonomie (Apa). en Champagne-Ardenne
Le nombre de bénéficiaires progresse de 6% par rapport à 2006.
milliersCette hausse, plus faible que les trois années précédentes, est
25
due principalement à une moindre croissance du nombre des bé- Ensemble
néficiaires à domicile (9% en 2007 contre 14% les trois années 20
précédentes).
15L’augmentation du nombre de bénéficiaires en établissement, dé-
A domicilependante du nombre de places en établissements qui évolue len-
10
tement, reste stable à 2% en 2007. Les personnes les plus
En établissement
dépendantes (Gir 1 et 2) constituent 29% des bénéficiaires contre 5
71% de personnes classées en Gir 3 et 4. En effet, près de deux
0tiers des bénéficiaires vivent à domicile. Cette proportion régio-
2003 2004 2005 2006 2007
nale de bénéficiaires à domicile est proche du niveau national.
Source :Enquête trimestrielle de la DREES auprès des conseils généraux
Des disparités départementales
En 2006, 91 % des dépenses des conseils généraux de la Marne et de
Haute-Marne étaient destinés à financer la rémunération d’interve-
Dans la région, pour 1 000 personnes âgées de 75 ans ou plus, 198
nants à domicile y compris l’emploi direct de gré à gré. Le reste des
bénéficient de l’APA. Le taux de bénéficiaires est proche de la
dépenses couvertes par l’Apa prend en charge des aides diverses
moyenne régionale pour l’Aube et la Haute-Marne. Il varie de 183
concourant à l’autonomie telles que les dépenses de transport, les ai-
dans la Marne à 231 dans les Ardennes. La hausse du nombre de
des techniques, de portage de repas, de téléalarme, de diagnostic en
bénéficiaires est la plus forte dans les Ardennes (+13%), qui pré-
matière d’adaptation du logement, de petits travaux.
sente également l’augmentation du nombre de bénéficiaires à do-
micile la plus élevée avec +18%. En revanche, la Haute-Marne
Clarisse Lefèvre (DRDASS)présente la plus forte évolution du nombre de bénéficiaires en
établissements pour personnes âgées (+5%). De manière géné-
rale, la hausse du nombre de bénéficiaires est limitée dans la
Marne et dans l’Aube (respectivement 2% et 5%). > DÉFINITION
La répartition, selon le degré de dépendance, n’évolue quasiment
pas d’année en année. Chaque trimestre, environ 4% de bénéfi-
L’allocation personnalisée d’autonomie peut être versée à des personnes
ciaires cessent de percevoir l’Apa, et 5 à 7% y accèdent.
vivant à domicile ou en établissement, et évaluées en Gir 1 à Gir 4. En
établissement l’Apa peut être versée selon trois modalités : au bénéficiaire, à
l’établissement avec l’accord du bénéficiaire, ou à l’établissement sous formeD’année en année, le profil des
de dotation globale. Les quatre degrés de dépendance ouvrant droit à l’Apa :
bénéficiaires évolue peu - Gir 1 : personnes confinées au lit ou au fauteuil ayant perdu leur autonomie
mentale, corporelle, locomotrice et sociale ;
- Gir 2 : d’une part les personnes confinées au lit ou au fauteuil dont lesLes allocataires à domicile sont pour trois quarts d’entre eux des
fonctions mentales ne sont pas totalement altérées ; d’autre part, celles donthommes contre un quart de femmes. Ils sont généralement âgés :
les fonctions mentales sont altérées mais qui ont conservé leurs capacités
46% ont entre 75 et 84 ans et 36% ont plus de 84 ans. Les Arden- motrices ;
nes se singularisent par une plus faible proportion de personnes - Gir 3 : personnes ayant conservé leur autonomie mentale et partiellement leur
autonomie locomotrice et corporelle;de 85 ans et plus, et l’Aube par la plus forte.
- Gir 4 : personnes n’assumant pas seules leur transfert mais qui, une foisLes personnes résidant en établissement hors dotation globale
levées, peuvent se déplacer à l’intérieur du logement ; ou personnes sans
sont plus âgées que celles vivant à domicile : 56% ont plus de 84 problème de locomotion ayant besoin d’aide pour les activités corporelles et
ans et 35% entre 75 et 84 ans. les repas.
INSEE DOSSIER Champagne-Ardenne nº22 - Bilan économique 2007

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.