Changer de métier en Alsace, regards sur trois espaces de mobilité

De
Publié par

Les mutations du marché du travail dans un contexte d'internationalisation de l'économie placent les mobilités professionnelles au centre des préoccupations individuelles et collectives. À l'échelle d'un secteur exposé, comme celui de la métallurgie, elles imposent d'identifier les compétences facilement transférables d'une branche à l'autre. Un autre aspect renvoie à la sécurisation des parcours professionnels mesurée par l'analyse de trajectoires type reliant des emplois de qualifications distinctes, comme par exemple ici ceux de la manutention ou de la banque-assurances. 10 % de l'emploi industriel dans la métallurgie Départs en retraite et modernisation des métiers de la métallurgie nécessiteront de nouvelles embauches Peu de mobilités de la métallurgie vers d'autres spécialités et secteurs Des parcours professionnels construits au fil des expériences Forte mobilité des ouvriers non qualifiés de la manutention Banque et assurances : une évolution professionnelle plus organisée Une mobilité ascendante pour les employés
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 27
Tags :
Nombre de pages : 7
Voir plus Voir moins

N°31 SEPTEMBRE 2012POUR L ALSACE'
Changer de métier en Alsace,
regards sur trois espaces de mobilité
En Alsace, comme dans d'autres Si les plus importantes entrepri-Les mutations
régions, le secteur de la métal- ses sidérurgiques sont tradition-du marché du travail
lurgie va connaître un renouvelle- nellement situées dans le nord et
dans un contexte
ment sensible de ses effectifs. l'est de la France, le secteur se
d'internationalisation Cette évolution est rendue néces- caractérise aussi par un nombre
de l'économie placent saire par la pyramide des âges important d'établissements de pe-
vieillissante des salariés et donc la tite taille orientés vers la fonderieles mobilités professionnelles
perspective de nombreux départs et l'industrie de sous-traitance quiau centre des préoccupations
à la retraite, mais aussi par un fort sont présents sur l'ensemble du
individuelles et collectives.
besoin d'adaptation des compé- territoire national.
À l'échelle d'un secteur tences. En effet, les métiers de la Fin 2008, ce secteur emploie près
exposé, comme celui métallurgie devront nécessairement de 14 000 salariés en Alsace et re-
s'adapter aux transformations d'un groupe plus de 10 % de l'emploide la métallurgie,
secteur marqué également par la industriel. La plus grande part deselles imposent d'identifier
désindustrialisation, la concentration effectifs se situe dans les services
les compétences facilement
des capitaux et la concurrence des industriels du travail des métaux
transférables pays à bas coûts. (traitement et revêtement des mé-
d'une branche à l'autre. taux, forge, découpage, emboutis-
Le secteur de la métallurgie et de sage…). La région est toutefoisUn autre aspect renvoie
la fabrication de produits métalli-à la sécurisation des parcours
Entre 2007 et 2008, les troisques se situe en amont de nom-
professionnels mesurée quarts des salariés entrant dansbreuses activités de l'industrie.
le secteur de la métallurgie ou lepar l'analyse Ses produits sont largement dif-
quittant changent de profession.
de trajectoires type fusés dans la construction mé-
12 % de femmes ouvriers quali-
canique, aéronautique, spatiale,reliant des emplois fiés de la manutention entrent en
ferroviaire et automobile, les com- mobilité ascendante dans cettede qualifications distinctes,
posants et équipements électri- famille professionnelle contre
comme par exemple 8,7 % d'hommes.ques ou la fabrication d'appareils
En 2008, 60 % des employés duiciceuxdelamanutention électroménagers…
secteur de la banque et des as-ou de la banque-assurances.
surances effectuant une mobilité
rejoignent la famille profession-
nelle des techniciens.
1Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012Évolution des effectifs du secteur de la métallurgie perspectives d'évolution, les salaires
entre 1989 et 2008 sont élevés (1 980 euros en moyenne)
105 et les durées de travail sont supé-
Indice (base 100 en 1989)
rieures à 35 heures.
100 Le groupe anglo-australien Rio
Tinto, leader mondial de l'industrie
Industrie (Alsace)
95 de l'aluminium, compte deux éta-
blissements d'importance implan-Métallurgie (Alsace)
90
tés dans le Haut-Rhin à Biesheim
(Alcan Rhenalu devenu Constel-
85
lium France) et dans le Bas-Rhin à
Métallurgie (France métropolitaine)
Sélestat (Alcan Packaging devenu
80
Amcor Flexibles). Par ailleurs, De
Dietrich, un des acteurs majeurs
75
de la vie économique alsacienne1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2008
depuis plus de trois siècles,
plus spécialisée dans la fabrication automatismes ont supprimé une possède un important site de
de produits métalliques (outillages grande part des tâches les plus production de chaudières dans le
mécaniques, serrures et ferru- pénibles, les ouvriers restent Bas-Rhin à Mertzwiller.
res…), dans la production de encore majoritaires. Ils occupent
métaux non ferreux et dans la 70 % des emplois en Alsace pour De nombreuses familles profes-
récupération. La métallurgie de 68 % en moyenne dans l'en- sionnelles sont présentes dans ce
l'aluminium et la sidérurgie qui semble des régions de France secteur : 70 sur un total de 87. La
sont moins bien implantées en métropolitaine. majorité d'entre elles correspond
Alsace qu'en France sont toutefois Comme partout, la main-d'œuvre au cœur de métier (travail des
représentées à travers de grandes régionale est essentiellement métaux), les autres sont des acti-
unités de production. masculine (84 %). Les grands éta- vités connexes ou transversales
blissements sont très présents. (pilotage des systèmes de produc-
L'Alsace compte 29 unités de plus tion, maintenance, administration,Départs en retraite
de 100 salariés qui rassemblent la commerce, électronique…).et modernisation
moitié de l'emploi total du secteur. Les six plus importants métiers tota-des métiers
En moyenne, ces structures de lisent plus de la moitié des effectifsde la métallurgie
grande taille offrent de meilleures du secteur. Ils font partie desnécessiteront de
nouvelles embauches
Répartition des salariés du secteur de la métallurgie
Les effectifs salariés sont en dimi- selon leur domaine professionnel en 2008
nution depuis une vingtaine d'an-
nées (-17 % entre 1989 et 2008). Mécanique,
travail des métauxL'internationalisation croissante rend
Industries de processla concurrence des pays émer-
gents (Chine, Inde, Russie) de Gestion, administration
plus en plus forte et face à l'aug-
Transportsmentation sensible du coût des
matières premières, les entre- Maintenance
prises du secteur s'adaptent au
Commerceprix d'importantes restructurations
Bâtiment,et de délocalisations.
travaux publics
Dans le même temps, les entrepri-
Ingénieurs,
cadres de l'industrieses modernisent leurs équipe-
ments et misent sur l'innovation, Études et recherche
d'où une tendance à recruter à un
Électricité, électronique
niveau de qualification plus élevé.
InformatiqueLes métiers de la métallurgie ont
ainsi enregistré une hausse si-
Autres domaines
En %gnificative du nombre d'ingénieurs
0 5 10 15 20 25 30 35et de cadres. Cependant, si les
2 Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012
Source : Insee, Estimations d'emploi au 31 décembre
Source : Insee, DADS 2008Mobilité professionnelle 2007-2008 des salariés de la métallurgie
Provenance des salariés Destination des salariés
recrutés par le secteur de la métallurgie quittant le secteur de la métallurgie
Même domaine Autre domaine Même domaine Autre domaine
professionnel professionnel professionnel professionnel
41 % 59 % 36 % 64 %
Même famille Autre famille Autre famille Même famille Autre famille Autre famille
professionnelle professionnelle professionnelle professionnelle professionnelle professionnelle
28 % 13 % 59 % 24 % 12 % 64 %
domaines professionnels de la Les mouvements sont cepen- Les passages croisés du domaine
"Mécanique, travail des métaux" et dant plus faibles qu'en moyenne professionnel de la "Mécanique,
des "Industries de process". pour les autres secteurs de l'é- travail des métaux" vers celui des
conomie alsacienne. Entre 2007 "Industries de process" sont les
Parmi les différents itinéraires et 2008, le taux de mobilité n'at- plus fréquents. Cette intensité
possibles pour intégrer le secteur teint que 5 %. Le nombre d'en- s'explique par la proximité des fa-
de la métallurgie, le recrutement trées dépasse cependant celui milles de métiers qui leur sont
après une formation initiale reste des sorties avec un solde positif rattachées. Ces mouvements s'ef-
la voie principale. Le niveau mini- de 270 unités. fectuent généralement avec une
mal requis est le CAP, mais de nom- Ces changements concernent la hausse de qualification du type
breux débouchés existent égale- plupart des familles professionnel- ouvrier non qualifié vers ouvrier
ment après le bac professionnel les présentes dans le secteur et qualifié ou ouvrier qualifié vers
ou un diplôme de niveau su- principalement la catégorie des technicien et agent de maîtrise.
périeur. La formation en alter- ouvriers (qualifiés et non qualifiés). Quelques rares mouvements s'ef-
nance est très développée et fectuent également en sens inverse.
accompagne généralement l'ap- Les filières de mobilités entre diffé-
prentissage entre les niveaux rents niveaux de qualification ainsi Comme pour les entrées, une
CAP et Bac+3. que les entrées en provenance forte proportion de salariés qui
Avec le développement d'activités d'autres domaines professionnels quittent ce secteur change de pro-
à forte valeur ajoutée, les besoins ne sont pas rares. Au total, 72 % fession. Entre 2007 et 2008, les
vont surtout concerner des mé- des salariés nouvellement re- trois quarts des effectifs sortant de
tiers qualifiés de niveau ouvrier et crutés dans le secteur de la mé- la métallurgie accèdent à un nou-
vont accroître la demande des en- tallurgie exerçaient dans une veau métier.Il s'agit principalement
treprises en personnel disposant autre famille professionnelle un d'ouvriers qualifiés (travaillant par
de multiples profils et compéten- an auparavant. enlèvement ou formage de métal,
ces. Les offres seront concentrées
dans la maintenance industrielle, Principaux secteurs de destination des salariés de la métallurgie
électrotechnique, productique mais
aussi la chaudronnerie et la Activités de services administratifs
et soutien (intérim)soudure.
20%Autres secteursDans ce contexte, la formation
27 %
continue est aussi une nécessité,
elle permet déjà aux salariés de
s'adapter à de nouveaux métiers
mais cela ne suffira pas à combler
Commerce,
l'ampleur des besoins. réparation automobile
et motocycleAdministration publique
15%5 %
Peu de mobilités
Activités juridiques,
de la métallurgie vers comptables, de gestion,
d''architecture et d ingéniéried'autres spécialités
5 %
Constructionet secteurs
Autre industrie manufacturière, 14 %
réparation et installation de machines
6 %Les mobilités interprofession-
Fabrication de machinesnelles constituent un autre canal
et équipements
de recrutement pour ce secteur. 8 %
3Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012
Source : Insee, DADS 2007-2008 Source : Insee, DADS 2007-2008Des ouvriers non qualifiés
22 % des sorties) et de salariés de complémentaires qualifiantes tout
beaucoup plus mobiles
la branche commerciale (cadres en changeant de secteur.
Taux de mobilité 2007-2008 des ouvriers
commerciaux et technico-com- Ces deux types de parcours pro- de la manutention
merciaux, attachés commerciaux, fessionnels caractérisent des
35
En %17 % des sorties). "mobilités promotion" différentes.
30Les métiers de destination tout Les employés, techniciens et ca-
25comme les secteurs sont très di- dres de la banque et des assu-
vers. Le tertiaire accueille la plu- rances sont représentatifs d'une 20
part des sortants, en particulier le mobilité promotionnelle interne, tan- 15
secteur des activités de services dis que les ouvriers non qualifiés et
10
administratifs et de soutien (20 %). les ouvriers qualifiés de la manuten-
5
Les treize secteurs industriels to- tion sont représentatifs d'une mobi-
0talisent 29 % de l'ensemble des lité promotionnelle intersectorielle.
Alsace France de provincesorties, suivi par le commerce
Ouvriers non qualifiés de la manutention(15 %) et la construction (14 %). Les ouvriers qualifiés et non quali-
fiés de la manutention assurent Ouvriers qualifiés de la manutention
des opérations de manipulation,Des parcours
chargement, tri, emballage et ex- qualifiés s'établit à 37,4 ans, celuiprofessionnels
péditions de produits ou d'objets. des ouvriers qualifiés à 39,8 ans.construits au fil
Ils exercent dans différents sec-des expériences
teurs d'activité. Les grossistes et Forte mobilité des
Les mobilités sont également au les grandes surfaces ainsi que les ouvriers non qualifiés
cœur du sujet de la sécurisation entreprises industrielles et les so- de la manutention
des parcours professionnels. ciétés de transports-logistique font
Dans un contexte d'allongement partie des principaux employeurs. La mobilité professionnelle des
de la durée de vie professionnelle L'évolution du nombre de salariés ouvriers non qualifiés est particu-
et d'évolution des fonctions et des est très dépendante de la conjonc- lièrement forte. Entre 2007 et
formes d'organisation, il est de ture économique. Les effectifs ont 2008, un quart des effectifs de
plus en plus difficile d'imaginer progressé avec la croissance gé- cette famille professionnelle a été
exercer un métier dans un même nérale de la production et donc du renouvelé. Les entrées (21 % de
domaine professionnel au volume de marchandises com- l'effectif) ne compensent cepen-
endroit tout au long de sa carrière. mercialisées. Les tâches se sont dant pas les nombreuses sorties
La majorité des parcours profes- également transformées avec la (31 %). Cette mobilité importante
sionnels se construit désormais modernisation et l'automatisation des ouvriers non qualifiés est le
au fil des expériences avec des espaces de stockage. reflet d'une évolution profession-
souvent des formations tout au nelle, malgré une offre restreinte
long d'une carrière ponctuée par En 2007-2008, ces métiers ras- de formation continue pour ces
des changements de trajectoires semblent 20 200 personnes en salariés.
volontaires ou non. Alsace, dont deux tiers d'ouvriers Le taux de mobilité des ouvriers
Cependant, même si elles sont de qualifiés. Ils sont particulièrement qualifiés est relativement faible
plus en plus rares, les carrières li- présents en Alsace car ils repré- (14 %). Il est comparable à celui
néaires ascendantes consécuti- sentent 3,8 % des salariés de la de l'ensemble des salariés alsa-
ves à des promotions successives région, une proportion supérieure ciens, tous métiers confondus, et
sont toujours possibles. Ces par- à celle observée en France métro- globalement moins élevé que celui
cours internes longs se maintien- politaine (3,3 %). de la France métropolitaine et de
nent toutefois dans des domaines Ces deux professions d'ouvriers la plupart des autres régions.
professionnels bien ciblés. sont nettement masculines. Les
Le secteur de la banque et des as- femmes n'occupent qu'un poste Le métier d'ouvrier non qualifié de la
surances est l'une des branches sur quatre. Néanmoins, elles sont manutention ne requiert pas de for-
les plus caractéristiques de ces proportionnellement plus nom- mation spécifique. Cependant, les
marchés de travail fermés. Dans breuses parmi les ouvriers non titulaires d'un diplôme de niveau V
l'industrie et le tertiaire, les métiers qualifiés. (CAP ou BEP) ou inférieur sont
liés à la manutention permettent Les jeunes constituent une part si- majoritaires. Après quelques an-
au salarié d'évoluer autant par gnificative des effectifs : 23 % des nées d'expérience, l'accès aux
l'expérience qu'il a acquise, que salariés sont âgés de moins de 30 fonctions de responsable de manu-
par les formations techniques ans. L'âge moyen des ouvriers non tention s'impose naturellement.
4 Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012
Source : Insee, DADS 2007-2008professionnelles par l'intermé- pour les techniciens et les cadresLe taux d'intérim selon le type
diaire d'une agence de travail en Alsace qu'en France de pro-de mobilité effectuée en 2008
temporaire. Ainsi, parmi les arri- vince. Seule la part des cadres en
60
En % vées, ces taux atteignent respecti- Alsace est inférieure à celle de la
50 vement 56 % et 21 % pour ces France métropolitaine. Le poids
deux professions. important en Alsace et en Île-de-40
Les sorties se font moins fréquem- France du tertiaire banque-assu-
30
ment sur ce type de contrat : seuls rances explique ces particularités.
20 28 % des salariés quittant leur em-
ploi d'ouvrier non qualifié de la Les techniciens forment la caté-10
manutention travaillent en intérim gorie la plus importante.En Alsace,
0
et 15 % des ouvriers qualifiés. ils sont au nombre de 7 200 soitEntrée de famille Sortie de famille
professionnelle professionnelle presque la moitié des effectifs de
la filière. Ils sont chargés de clien-Ouvriers non qualifiés de la manutention Banque et
tèle, techniciens des opérationsOuvriers qualifiés de la manutention assurances :
bancaires ou techniciens et com-une évolution
En effet, les ouvriers qualifiés de la merciaux des assurances.professionnelle
manutention viennent principale- Les cadres, au nombre de 3 000plus organisée
ment de la famille professionnelle dans la région, sont conseillers
des ouvriers non qualifiés de la Trois catégories de familles pro- financiers, opérateurs sur les mar-
manutention (19 % des entrées). fessionnelles (employés, techni- chés, responsables de services
Cette profession est également ciens et cadres) de la banque et dans la banque, courtiers, concep-
très liée en termes de mobilités des assurances exercent, pour teurs de produits ou responsables
entrantes et sortantes avec les fa- 80 % dans les activités financières de services dans les assurances.
milles professionnelles des ou- et d'assurance et, pour les autres, Il existe une grande fluidité entre
vriers qualifiés et non qualifiés des dans l'administration publique et ces trois familles professionnelles
industries de process (17 % des les organismes de sécurité sociale dans l'activité de la banque et des
entrées et 11 % des sorties). et assimilés. assurances mais également vers
Les entrées concourent à une Dans la région, le nombre d'em- l'activité de gestion et d'adminis-
féminisation de la profession. Les ployés atteint 4 700, soit presque tration des entreprises et dans
femmes représentent 15 % des le tiers des effectifs de la filière, et une moindre mesure vers celles
arrivants et sont proportionnelle- les place à la jonction des deux du commerce.
ment plus nombreuses parmi ceux autres catégories. Avec le déve-
qui n'affichent pas de mobilité. loppement de l'informatique, ils ont Comme pour la plupart des autres
vu leur qualification évoluer. Aupa- familles de cadres, le taux de sta-
Globalement, les arrivées dans ravant plus "administrative" la pro- bilité de ceux qui occupent un em-
cette famille professionnelle se fession s'est davantage spécia- ploi dans le domaine de la banque
font principalement à niveau de lisée dans la vente et le commerce et des assurances est élevé. En
qualification équivalent. Cepen- et dans le contact avec les clients, 2008, en Alsace, il est de 91 %. En
dant, les femmes entrent dans y compris à distance et en ligne. conséquence, le taux d'entrée est
cette catégorie plus fréquemment Contrairement aux employés, dont plus faible qu'ailleurs (12 %).
que les hommes en mobilité as- la part est sensiblement identique La majorité des entrants sont des
cendante : 12 % contre 9 %. Parmi en Alsace comme en France de hommes. Pour plus de la moitié
ces derniers, 10 % connaissent province, la part des deux autres d'entre eux, cette mobilité entrante
même une déqualification. métiers de la filière, celle des tech- est ascendante et correspond à
En revanche, en sortie, la mobilité niciens et celle des cadres, est dif- une promotion. Les techniciens de
ascendante est plus importante férente. Elle est plus importante la banque et des assurances
pour les salariés de cette profession
Plus de mobilité ascendante en entrée pour les femmes
(17 %). Ce constat est particulière-
Part de la mobilité ascendante et descendante pour les ouvriers qualifiés de la manutentionment marqué chez les hommes et
les jeunes. Entrée de famille professionnelle Sortie de famille professionnelle
En 2008, trois fois plus d'ouvriers
Mobilité Mobilité Mobilité Mobilité
non qualifiés que d'ouvriers quali-
ascendante (%) descendante (%) ascendante (%) descendante (%)
fiés de la manutention exercent
Hommes 8,7 10,0 17,0 6,0
dans l'intérim. De nombreux sala- Femmes 12,0 8,0 13,8 6,9
riés entrent dans ces familles Ensemble 9,2 9,7 16,6 6,1
5Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012
Source : Insee, DADS 2008
Source : Insee, DADS 2007-2008constituent la principale famille quelques hauts salaires en lien Part des femmes parmi
professionnelle de provenance. avec la présence d'une salle des les salariés de la banque et des
Une part moins importante était marchés à Strasbourg. assurances en 2008
composée de techniciens des Pour les salariés rejoignant cette
100
En %services administratifs comptables famille professionnelle, le salaire
et financiers. Pour 43 % des en- net mensuel moyen est d'un peu 80
trants, la mobilité est horizontale : en plus de deux fois le smic alors qu'il
effet, une partie exerçait déjà en tant équivaut à trois fois le smic pour 60
que cadres dans une autre activité. les cadres sortants.
40Les faibles sorties s'effectuent
surtout en mobilité horizontale La "stabilité" des techniciens de la
20vers des postes de cadres des banque et des assurances est
services administratifs compta- élevée et proche de celle des
0
bles et financiers, de dirigeants cadres. Cependant quelques mo- Mobiles Stables
d'entreprises ou encore de cadres bilités s'observent aussi bien en Employés Techniciens Cadres
commerciaux et technico-com- entrée qu'en sortie mais elles
merciaux. La mobilité est aussi s'équilibrent comme dans la plu- cadres, ou descendante vers les
descendante pour 19 % des ca- part des familles professionnelles employés.
dres qui retournent vers la famille de niveau intermédiaire. Pour les
professionnelle des techniciens entrants, il s'agit à 61 % d'une Les employés de la banque et des
ou employés de la banque et des mobilité ascendante. Ce qui équi- assurances forment la famille la
assurances. vaut, comme pour les cadres, à plus mobile du domaine profes-
une promotion dans la filière. Pour sionnel de la banque et des assu-
près des deux tiers, ce sont des rances. En effet, 13 % des salariésUne mobilité
femmes âgées de 30 à 44 ans qui de cette catégorie ont changé deascendante
étaient employées de la banque et métier entre 2007 et 2008.pour les employés
des assurances, mais aussi des Cette caractéristique est le reflet
En 2007 comme en 2008, les deux secrétaires. d'un taux de sortie deux fois plus
tiers des cadres sont des hommes En sortie, pour une part impor- élevé que celui des techniciens et
d'une cinquantaine d'années qui tante des techniciens (43 %), la trois fois plus important que celui
travaillent à temps complet et dont mobilité est horizontale : ils se des cadres de la filière.
le salaire net mensuel moyen est dirigent vers le domaine profes- Près de 60 % des sortants rejoi-
de l'ordre de quatre fois le smic net sionnel des services administratifs gnent la famille professionnelle des
mensuel. L'écart important entre comptables et financiers. Pour techniciens de la banque et des
le salaire moyen et le salaire moins d'un tiers des sortants, la assurances. Parallèlement, 27 %
médian traduit la présence de mobilité est ascendante vers les quittent ce domaine professionnel
Des échanges particulièrement intenses entre employés et techniciens
Principales mobilités professionnelles des salariés du domaine de la banque et des assurances en Alsace
Cadres de la banque et des assurances
12 %
53 % 28 % 9 %
Gestion, administration
1 %
des entreprises (cadres et techniciens
Techniciens de la banque Commerce (cadres commerciaux
des services administratifs, comptables
et des assurances et technico-commerciaux, vendeurs...)31 % 6 %et financiers, employés administratifs
d'entreprise...) 8 %
27 %
60 % 26 % 4 %
Employés de la banque et des assurances
Flux de salariés entre 2007 et 2008
moins de 20 salariés
de 100 à 199 salariés
de 20 à 49 salariés
200 salariés et plusde 50 à 99 salariés
Lecture : parmi les salariés qui ont quitté la famille professionnelle des "Techniciens de la banque et des assurances", 28 % ont rejoint celle des "Cadres
de la banque et des assurances". Cette mobilité concerne 180 personnes.
6 Chiffres pour l'Alsace · n°31 · septembre 2012
Source : Insee, DADS 2007-2008
Source : Insee, DADS 2008pour exercer dans celui de la ges- en mobilité horizontale (48 %). féminisée : les trois quarts sont des
tion et de l'administration des en- Cependant les déclassements femmes ayant entre 30 et 44 ans.
treprises (niveau techniciens et ne sont pas rares. Un nombre
employés). significatif de techniciens revient
Marie-José DURRLes entrées dans cette famille vers la famille professionnelle des
Stéphane ZINSprofessionnelle se font surtout employés qui est aussi la plus
L'étude a été réalisée dans le cadre d'un partenariat entre l'Insee-Alsace et l'Observatoire régional de l'emploi et de la
formation (OREF Alsace), avec le concours du Secrétariat général aux affaires régionales et européennes (Sgare) et de
la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi d'Alsace
(Direccte Alsace).
Mobilités professionnelles : de quoi parle-t-on ?
La mobilité professionnelle recouvre de multiples dimensions et s'applique à des situations très différentes : entrée et
sortie d'activité, transition entre inactivité, chômage et emploi, changement de fonction ou de qualification, de secteur
d'activité, de catégorie socioprofessionnelle ou d'entreprise.
La présente étude s'intéresse principalement à ces dernières dimensions, à savoir aux flux entre métiers et aux proximi-
tés existant entre eux ainsi qu'à certaines caractérisations des conditions d'emploi avant, pendant et après le change-
ment de métier (salaire, mobilité ascendante, interne/externe, géographique).
La notion de mobilité professionnelle se limite donc aux changements professionnels d'un métier vers un autre métier
observés entre octobre 2007 et octobre 2008.
Seules les situations professionnelles des personnes en emploi en début et fin de période d'étude ont été conservées
pour l'analyse. Des taux d'entrée, de sortie et de stabilité sont calculés en rapportant les entrées (ou les sorties) aux
effectifs moyens de la famille professionnelle. Ces taux décrivent les changements de métier, mais non la croissance ou
la décroissance d'un métier car les entrées de jeunes et les départs en retraite sont exclus ainsi que le passage de l'acti-
vité vers l'inactivité ou l'inverse.
Le taux de mobilité professionnelle est le rapport entre le nombre de salariés mobiles (entrées + sorties) et l'effectif
moyen de la période 2007-2008.
La mobilité est ascendante quand elle s'accompagne d'un changement de catégorie sociale et de qualification mar-
quant une progression. Dans le cas contraire, la mobilité est qualifiée de descendante. Enfin, si la mobilité profession-
nelle n'entraîne aucun changement, cette dernière est qualifiée d'horizontale.
Les familles professionnelles (FAP) regroupent les métiers à niveaux de qualification identiques et faisant appel à des
compétences prof proches. Il s'agit d'un regroupement des professions et catégories sociales (PCS) de
l'Insee, cohérent avec le répertoire opérationnel des métiers de Pôle emploi.
Les 87 FAP-2009 s'agrègent en 22 grandes catégories de métiers : les domaines professionnels.
Source et champ de l'étude
Le champ de l'étude est celui des déclarations annuelles de données sociales (DADS). Il est constitué par les personnes
résidant en Alsace et qui occupent un emploi dans les secteurs privé et semi-public en octobre 2007 et en octobre 2008
(bien qu'elles aient pu connaître une autre situation entre ces deux dates, chômage ou inactivité par exemple). En oc-
tobre 2008, ces personnes ne résident pas forcément en Alsace (1,8 %).
Sont exclus de ce champ les salariés de l'agriculture et ceux des services domestiques, les agents de l'État et les
non-salariés.
Les employés de maison tout comme les assistantes maternelles, qui sont employés par des particuliers, n'entrent pas
dans le champ de l'étude.
Insee-Alsace : Cité Administrative - 14 rue du Maréchal Juin - CS 50016 - 67084 Strasbourg Cedex
Tél : (33) 03 88 52 40 40 - Fax : (33) 03 88 52 40 48 - Internet : www.insee.fr/alsace
Directeur de la publication : Guy Bourgey❍ Rédactrice en chef : Simone Schnerf❍ Secrétaire de rédaction : Chantal Rousselle
Mise en page : Patricia Clot, Thana Kim, Christian Milanini❍
7
Maquette : Carré Blanc - Strasbourg
© INSEE 2012❍ ISSN : 2104-4945❍ Dépôt légal : septembre 2012

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.