Chapitre "Emploi- Marché du travail" extrait du Bilan économique et social - Picardie 2005

De
Publié par

Troisième année consécutive de baisse de l'emploi salarié : L'évolution de l'emploi total salarié en Picardie est négative en 2005 pour la troisième année consécutive. Après la baisse constatée en 2004, l'emploi salarié diminuerait encore de 0,5% sur la base des premières estimations disponibles pour 2005. Renversement de tendance en 2005 sur le marché du travail: Pour la quatrième année consécutive, le taux de chômage annuel moyen en Picardie a continué de progresser en 2005, pour atteindre 10,9% de la population active. 2005, mise en place du Plan de Cohésion Sociale : Au 31 décembre 2005, la Picardie compte 56 000 bénéficiaires des mesures de politique de l'emploi. Alors que la Somme concentre 29,8% des demandeurs d'emploi, 38,4% des bénéficiaires de la politique de l'emploi sont recensés dans ce département.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins

EMPLOI
MARCHÉ DU TRAEVAIL
Troisième année consécutive
de baisse de l’emploi salarié
L’évolution de l’emploi total salarié en Picardie est négative
en 2005 pour la troisième année consécutive. Après la baisse
constatée en 2004, l’emploi salarié diminuerait encore de 0,5%
sur la base des premières estimations disponibles pour 2005.
L’évolution serait négative dans l’Aisne et l’Oise. La Somme
réussirait à stabiliser ses effectifs. Dans le secteur privé
marchand, la progression est très modérée dans le tertiaire,
légèrement positive dans la construction mais ne compense
pas l’évolution toujours largement négative dans l’industrie.
es effectifs salariés des établissements troniques réussissent à limiter les baisses d’ef-L picards du secteur privé marchand af- fectifs à hauteur de -1,1 %.
filiés à l’Urssaf se contractent encore plus en Les pertes sont aussi fortes dans l’indus-
2005 qu’en 2004. Les emplois industriels sont trie automobile et dans l’industrie agro-alimen-
en forte baisse : -3,9 % contre -2,8 % en 2004. taire : respectivement -3,6 % et -3,3 %. Dans
Dans le secteur privé marchand, le recul de les industries des biens d’équipement, l’em-
l’emploi s’accentue dans l’Oise (-0,8 %) tan- ploi salarié diminue moins qu’en 2004 et
dis que dans les départements de la Somme moins que dans les autres secteurs indus-
et de l’Aisne, le nombre de salariés diminuent triels : -2,3 % mais les évolutions par activité
plus faiblement et au même rythme qu’en sont contrastées. Ainsi, les pertes d’emploi
2004. salarié dans les industries des équipements
Baisse des emplois 2 300 salariés en moins entre 2004 et 2005
L'emploi salarié dans les établissements du secteur marchand privé en Picardiedans l’industrie,
sauf dans l’aéronautique Unité : millier
Évolution 2004-2005Taux de couverture/ Effectif au
Dans l’industrie, après la baisse consta-
estimations d'emploi 01/01/2005 nombre %tée en 2004, les effectifs des établissements
Industrie 96 133,7 -5,2 -3,9 picards diminuent encore fortement en 2005
IAA 82 16,4 -0,5 -3,3 (-3,9 %), conséquence des restructurations
Biens de consommation 99 18,8 -0,9 -4,6 économiques. Pratiquement aucun secteur
Industrie automobile 100 6,2 -0,2 -3,6 n’échappe à ce phénomène. Ainsi, l’évolution
Biens d'équipement 99 21,4 -0,5 -2,3 de l’emploi dans les industries des biens de
consommation et dans celles des biens inter- Biens intermédiaires 100 69,0 -3,1 -4,5
médiaires reflète bien l’aggravation de la mau- Construction 97 32,7 0,9 2,8
vaise santé de l’industrie picarde : Tertiaire 49 210,9 2,1 1,0
respectivement -4,6 % et -4,5 %. Ainsi, dans Commerce 96 74,8 0,3 0,4
les industries des biens de consommation, les Transports 81 24,7 -0,2 -1,0
contractions d’effectifs sont plus accentuées Activités financières 66 7,9 0,1 1,6
qu’en 2004, notamment dans les industries des Activités immobilières 53 2,4 0,2 8,9
équipements du foyer (-6,5 %) et l’édition, im-
Services aux entreprises 57 39,0 0,7 1,8
primerie, reproduction (-6,5 %). Les pertes sont
Services aux particuliers 53 22,8 0,5 2,0
aussi importantes dans l’habillement, cuir
Santé, action sociale 33 39,4 0,6 1,4
(-4,8 %). En revanche, le nombre de salariés
Ensemble : secteur marchand dans la pharmacie, parfumerie et entretien ne
non agricole* 62 377,3 -2,3 -0,6 diminue que de 1,6 %. Dans les industries des
Aisne 58 94,8 -0,5 -0,5 biens intermédiaires, le textile perd 11,6 % de
Oise 65 167,0 -1,3 -0,8 ses effectifs, ceux des industries du bois et du
Somme 60 115,5 -0,3 -0,3 papier 7,6 %, ceux de la métallurgie et trans-
*nc intérim, grandes entreprises nationales, non marchand public et privé, syndics, …formation des métaux 5,4 %. Par contre, les
industries des composants électriques et élec- Source : Insee-Urssaf
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 2005 73EMPLOI
MARCHÉ DU TRAVAIL
mécaniques sont encore importantes en 2005 Le rythme des pertes d’emploi salarié in-
(-2,7 %) bien qu’inférieures à 2004 (-4,3 %). dustriel s’est accentué dans tous les dépar-
Par contre, la construction navale, aéronau- tements picards et les évolutions
tique et ferroviaire (yc. les cycles) stabilise départementales sont identiques au rythme
presque ses effectifs (-0,4 %) contre +6 % en régional (-3,9 %). Malgré tout, les départe-
2004. Ce phénomène cache deux tendances, ments se distinguent entre eux par des évo-
l’essor de l’activité aéronautique et les diffi- lutions contrastées selon les secteurs. Dans
cultés dans l’activité du cycle. l’Aisne, les difficultés augmentent dans tous
les grands secteurs industriels. Ainsi, les
emplois dans les biens de consommation se!
contractent de -6,7 %, ceux de l’automobile;# 2
- # !! 2E3$$0/ de -5,8 %. Dans le département de l’Oise, les
pertes s’accélèrent dans les industries des0 # .
3 - - # biens intermédiaires (-4,6 %) et dans l’auto-
mobile (-3,4 %) et sont aussi fortes dans les
B> biens de consommation qu’en 2004 (-4,2 %).
$ # F
Le rythme des suppressions d’emploi se ra-
$ #
lentit dans les biens d’équipement (-2,8 %) ?
mais reste à un niveau élevé. L’industrie0 # ! .
$ ? agroalimentaire stabilise ses effectifs contrai-


rement à 2004. Dans la Somme, la quasi-to-
0 # # ? # talité des secteurs industriels voient leur
# ? F ! #O situation, déjà mauvaise en 2004, se dégra-
; J - "
der. Ainsi, les pertes sont importantes dans "
les industries agroalimentaires (-6,7 %). Les=
O F O industries des biens intermédiaires régressent
- ? ! de -4,7 % notamment à cause des difficultés
O F F O de la branche « bois et papier ». En revan-
%
che, les effectifs dans l’industrie des biens

d’équipement se maintiennent grâce notam- F F
ment au secteur de l’aéronautique. - ? - ? F
"
Les effectifs salariés
B ? de la construction
1 " ! % toujours en hausse
F ! <
; ? ? En 2005, les effectifs salariés dans la





construction augmentent de 2,8 % contre
%
1,4 % en 2004. C’est dans la Somme que
5 ) ( ( ) 5
l’évolution est la plus favorable : +5,6 %. Les

+ ; autres départements picards évoluent moins
fortement mais à un rythme plus soutenu
qu’en 2004 : respectivement +2,2 % dansSources
l’Aisne et +1,5 % dans l’Oise.Deux sources d’informations administratives sont utilisées ici, la principale porte sur l’em-
ploi salarié marchand non agricole.
Hausse des emplois du commerce
1 - Les bordereaux récapitulatifs de cotisations (BRC) des établissements affiliés à l’Urssaf
dans l’Aisne, baisse dans l’Oisesont transmis à l’Insee qui, après traitement des aspects d’évolution d’effectifs, de localisation
ou d’activité économique, les exploite de façon statistique. Dans le tertiaire, la croissance des effec-
Les évolutions commentées dans cet article sont celles des établissements marchands : tifs salariés est modérée (+1 %) encore plus
sociétés, quasi-sociétés et les entreprises individuelles (SQS + EI). Ne sont pas prises en
qu’en 2004 (+1,2 %). Le rythme, dans les sec-er janvier 2005, lescompte : les grandes entreprises nationales, l’intérim, les syndics… Au 1
teurs des services, est toujours soutenu
effectifs des établissements de ce champ représentent 62 % des estimations de l’emploi sala-
(+1,3 %) bien qu’en diminution par rapport à
rié total en Picardie et 96 % de l’emploi salarié industriel.
2004 (+1,7 %). Les gains sont très importantsLes résultats sont disponibles par secteurs d’activité détaillés (NAF 36) et par zone d’em-
dans les activités immobilières (+8,9 %) etploi. Ils décrivent les effectifs inscrits en fin de trimestre. Cette source administrative peut
dans la recherche et le développementservir également à décrire les salaires moyens par le rapport des masses salariales (base
(+6,7 %). Les effectifs salariés dans le sec-CSG) sur les effectifs rémunérés dans le trimestre.
teur des services opérationnels augmententLes statistiques sur les autres secteurs assujettis à l’Urssaf ne sont pas décrites ici : les
modérément (+2,3 %) comme en 2004. Parévolutions semblent plus fragiles, conséquence d’habitudes déclaratives.
contre, les effectifs dans le secteur des trans-2 - Une estimation de l’évolution de l’emploi total est obtenue en prenant en compte égale-
ment les contrats aidés, le recours à l’intérim et des sources complémentaires. ports diminuent de -1,1 % cette année. Le
INSEE PICARDIE - Bilan économique et social 200574

EMPLOI
MARCHÉ DU TRAEVAIL
solde des emplois dans les « activités récréa- bilise dans la zone centrale d’Amiens et dimi- sor des effectifs du tertiaire dans le
tives, culturelles et sportives » est même lé- nue dans les autres. Ainsi, la zone d’Amiens Compiégnois. Par contre, les zones du
gèrement négatif (-0,2 %) en 2005. Par bénéficie des gains dans les secteurs de la Santerre-Oise et du Sud-Oise voient leur
contre, l’année 2005 est une année propice construction et du tertiaire et connait de fai- nombre d’emplois salariés diminuer forte-
dans les secteurs de l’hôtellerie et la restau- bles pertes industrielles (-2 %). Par contre, ment : respectivement -2,5 % et -1,1 %. Dans
ration (+2,6 %) et dans les services person- la zone d’Abbeville-Ponthieu et le Santerre- le Santerre-Oise, la baisse des effectifs de
nels et domestiques (+2,3 %). Le commerce Somme pâtissent du fort déclin industriel et l’industrie n’est pas compensée par l’évolu-
a, cette année encore, créé peu d’emplois de la stagnation des effectifs du tertiaire. Dans tion des autres secteurs. Dans cette zone, les
(+0,4 %) comme en 2004 (+0,3 %) mais les le Vimeu, zone très industrielle, l’emploi sa- emplois tertiaire diminuent même de -0,4 %.
évolutions départementales sont contrastées. larié diminue de -1,1 %. Dans cette zone, l’es- Enfin, l’emploi salarié dans la zone du Sud-
Notamment, le nombre de salariés du com- sor du tertiaire et de la construction ne peut Oise diminue de -1,1 %, les pertes industriel-
merce dans l’Aisne s’accroît de 2,2 %, il se compenser les pertes industrielles. les n’étant pas compensées par les gains
stabilise dans la Somme (+0,2 %) et diminue Dans l’Oise, toutes les zones voient leurs dans le tertiaire.
dans l’Oise (-0,4 %). La situation est aussi effectifs diminuer. Les emplois des zones de
Catherine DIZYcontrastée selon les activités : les emplois Compiègne et Beauvais diminuent peu. Les
Inseedans la réparation automobile reculent de pertes industrielles dans ces zones sont com-
-2,2 %, ceux du commerce de gros de -0,7 % pensées par la bonne tenue du secteur de la
alors que ceux du commerce de détail s’ac- construction dans le Beauvaisis et par l’es-
croissent encore de 1,8 %.
4 & + 5 4 D#? -
Dans la moitié des zones & & "
4# 2 4# 2 de l’Aisne :
-


stabilisation ou augmentation
0 # de l’emploi salarié # 0 # # - , - , 3 # 3 #
? & & L’évolution des effectifs salariés picards ? $ ? $ =- - 0 =- - $ 0 G affiliés à l’Urssaf diffère selon les zones d’em- $ G ?5 ?) ?($ ? ?5 $ (?5ploi. En 2005, la baisse de l’emploi salarié ?) )?
- < - < * * $ + affecte les trois-quarts des zones picardes 1 = "
$ + = " ? ? ? ." * /. 1 # ? * /. quel que soit le département. Contrairement ? # ? ." ? ? ? à 2004, seulement la moitié des zones de $ $ ?
$ + ?5 ? $ + l’Aisne voient leurs emplois salariés diminuer. ? ?
-@ -@ Deux zones connaissent une situation plus 1 1 =- <=- < 4# 2 défavorable que la moyenne picarde 4# 2 ? ?


- (-0,6 %) : les bassins axonais du Nord-Ouest ?5
? 4 #5/ 4 #5/
? et du Sud. Dans ces zones, la forte baisse de ?(
? l’emploi industriel associée à celle d’un autre ? H AL ( H AL (
? grand secteur en est la cause. Ainsi, dans la ? " + ; " + ; ? zone de Saint-Quentin, le nombre de sala- ?)
& : & riés dans l’industrie diminue de -6,8 % et ceux
+ 5 & 5
de la construction de -1,1 %. Dans celles de
4# 2 4# 2
Château-Thierry, la baisse des effectifs indus-




Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.