Chômage : la plus forte hausse des régions

De
Publié par

L'Alsace a subi en 2004 une nouvelle hausse du chômage, qui affectait 8,6 % de la population active en fin d'année. Même si cette hausse a été moins élevée que celle de 2003, l'Alsace reste la région de France qui connaît la plus forte dégradation du marché du travail. Le nombre de chômeurs inscrits à l'ANPE, qui dépasse les 66 500 individus, a augmenté de 5,8 % par rapport à 2003. Les femmes ont été les plus touchées par cette nouvelle dégradation.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

EMPLOI - TRAVAIL
Chômage :
la plus forte hausse des régions
L’Alsace a subi en 2004
Forte hausse du chômage dans le Haut-Rhin
une nouvelle hausse
11
du chômage, qui affectait 8,6 % Taux de chômage BIT (cvs en %) France métropolitaine
de la population active 10
en fin d’année. Haut-Rhin
9
Même si cette hausse a été
moins élevée que celle de 2003, 8
Bas-RhinAlsacel’Alsace reste la région
7
de France qui connaît
la plus forte dégradation 6
du marché du travail.
5Le nombre de chômeurs
inscrits à l’ANPE,
4
mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc mars juin sept déc marsquidépasseles66500individus,
2000 2001 2002 2003 2004 2005a augmenté de 5,8 %
par rapport à 2003.
plan national, la situation s’est que la situation est la plus critique,Les femmes ont été
stabilisée. En fin d’année, le taux de avec une hausse de 8,5 % des chô-
les plus touchées par cette
chômage s’établit à 8,6 % de la popu- meurs inscrits, contre +3,9 % pour
nouvelle dégradation. lation active en Alsace, alors qu’il le Bas-Rhin. C’est aussi dans le
reste fixé à 10,0 % pour l’ensemble de Haut-Rhin que la baisse de l’emploi
la métropole. salarié a été la plus forte.
n 2004, la croissance écono- Pour la première fois depuis le re-Une situation plus dégradéeE mique française était plus sou- tournement conjoncturel de mi-2001,dans le Haut-Rhin
tenue qu’en 2003. Cependant, dans la situation des femmes a été plus
un contexte de reprise encore incer- Fin 2004, 66 500 personnes étaient défavorable que celle des hommes,
taine, les entreprises ont privilégié un inscrites à l’ANPE, à la recherche avec une hausse des demandeuses
comportement prudent, préférant la d’un emploi à durée indéterminée et d’emploi de 8,2 % en 2004, contre
recherche de gains de productivité à à plein temps (chômeurs de caté- +3,9 % pour leurs homologues mas-
la hausse des effectifs. L’emploi sa- gorie 1), soit une augmentation de culins. En effet, on observe que dans
l’industrie, où travaille une majoritélariéenAlsaceétait orientéàla 5,8 % par rapport à fin 2003. Dans
d’hommes, les pertes d’emplois sebaisse, avec pour corollaire, une nou- le même temps, en métropole, on
observait une légère baisse sont sensiblement ralenties, tandisvelle hausse du chômage. Pour la
troisième année consécutive, (-0,1 %). L’Alsace reste la région que dans le tertiaire, qui est très fé-
l’Alsace est la région qui a subi la française la plus touchée par cette minisé, les créations d’emplois ont
plus forte augmentation du chô- hausse du nombre de demandeurs été nettement moins nombreuses.
mage (+0,5 point) alors que, sur le d’emploi. C’est dans le Haut-Rhin Pour autant, les hommes restent
34
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : InseeEMPLOI - TRAVAIL
majoritaires parmi les chômeurs âgés, les licenciés ou les non-quali- affecte principalement les chômeurs
(plus de 54 %), le taux de chô- fiés ont de grandes difficultés à se plus âgés. Les entreprises préfèrent
mage des femmes étant toutefois réinsérer.À l’inverse, les jeunes et les généralement embaucher des jeu-
plus élevé. diplômés retrouvent plus facilement nes, réputés plus à même de s’adap-
1
le chemin de l’emploi. ter aux nouvelles exigences du
monde du travail, ou qui sont davan-123 000 inscriptions à l’ANPE
Les sorties correspondant à une tage susceptibles d’accepter desen 2004
entrée en stage sont en net accrois- conditions moins favorables pour ac-
sement (+26,2 %). Ce choix réalisé céder au premier emploi.Environ 123 000 personnes se sont
pour faciliter son insertion attireinscrites à l’ANPE au cours de
l’année 2004, soit une progression plus souvent les personnes ayant Nouvelle dégradation
de 1,1 % par rapport aux entrées de déjà un diplôme, ou celles qui cher- en début d’année 2005
l’année précédente. Les inscriptions chent à parfaire une reconversion,
intervenant après une fin de contrat à notamment après avoir connu un li- Au premier trimestre 2005, le
durée déterminée ou une mission cenciement économique. nombre de demandeurs d’emploi
d’intérim représentent plus du tiers en fin de mois de catégorie 1 a aug-
des entrées. Le nombre des premiè- menté de 1,8 %, alors que les ef-Forte hausse du chômage
res inscriptions, qui concernent ma- fectifs avaient légèrement reculéde longue durée
joritairement les jeunes diplômés qui (-0,7 %) à cette même époque, en
n’ont pu accéder directement au Le nombre de demandeurs d’em- 2004. D'où une nouvelle hausse du
marché du travail, est en hausse de ploi inscrits depuis plus d’un an à chômage qui, fin mars 2005, touche
4,1 % par rapport à 2003, signe que l’ANPE est en augmentation très 8,9 % de la population active en
l’économie alsacienne connaît des sensible : +22 %. Ce phénomène Alsace, et jusqu’à 9,3 % dans le
difficultés croissantes à intégrer tous s’explique par l’augmentation mas- Haut-Rhin.
les nouveaux actifs. sive de chômeurs durant les années
2002-2003, et témoigne des difficul-
Les inscriptions consécutives à tés d’insertion qui persistent dans la Laurent MONNIN
une démission ont connu un fort re- région. Le chômage de longue durée
pli (-7,0 %), ce qui met en relief le
manque de nouvelles perspectives La hausse du chômage a été plus forte en Alsace
à saisir pour les actifs déjà occupés.
Demandeurs d’emploi de
Les inscriptions à la suite d’un li- Évolution 2003-2004 (en %)
catégorie 1 au 31 décembreCaractéristiquescenciement économique, lesquel-
les étaient particulièrement nom- Alsace 2003 Alsace 2004 Alsace France
breuses en Alsace ces dernières Hommes 34 782 36 129 3,9 -0,9
années, sont en net recul (-17,1 %), Moins de 25 ans 7 431 7 603 2,3 1,0
notamment dans le Bas-Rhin. 25 à 49 ans 22 682 23 720 4,6 -0,7
50 ans et plus 4 669 4 806 2,9 -4,1
FemmesInégal retour des chômeurs 28 070 30 373 8,2 0,8
Moins de 25 ans 6 630 7 282 9,8 3,6à l’emploi
25 à 49 ans 18 392 19 724 7,2 0,2
Le nombre total de sorties des fi- 50 ans et plus 3 048 3 367 10,5 -0,1
chiers de l’ANPE est en hausse de Ensemble 62 852 66 502 5,8 -0,1
3,3 % et reste inférieur aux effectifs Moins de 25 ans 14 061 14 885 5,9 2,2
entrants. Le retour à l’activité reste 25 à 49 ans 41 074 43 444 5,8 -0,3
encore très inégal : les chômeurs 50 ans et plus 7 717 8 173 5,9 -2,3
35
1
Pour en savoir plus : "Inégal retour des chômeurs à l’emploi", Chiffres pour l’Alsace revue, n° 26, avril 2005.
Chiffres pour l'Alsace · dossier n° 9 · L'année économique et sociale 2004 · juillet 2005
Source : ANPE-Dares

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.