Conjoncture francilienne au 1er semestre 2007 - Retour de la croissance et des créations d'emploi

De
Publié par

Début 2007, l’amélioration de l’économie francilienne se poursuit alors que le contexte international est favorable et que les performances de la France restent en deçà de celles des autres pays européens. L’activité redémarre dans l’industrie, y compris dans le secteur automobile. Elle est également soutenue dans le commerce et le tourisme. Dans ces conditions, les créations d’emploi sont plus nombreuses. Cette amélioration repose exclusivement sur le dynamisme du tertiaire. Parallèlement, les demandes d’emploi diminuent et le chômage aurait baissé de 1 point en un an. Introduction Redémarrage attendu de la consommation des ménages français Activité industrielle soutenue Des difficultés de recrutement persistantes dans la construction Reprise dans le commerce Des créations d'entreprises en augmentation Accélération des créations d'emplois Des évolutions d'emplois contrastées Un recours accru à l'intérim Moins d'offres d'emploi et moins de nouvelles inscriptions Le nombre des demandeurs d'emploi baisse encore
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 152
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

ILE-DE-FRANCE à la page
N° 283 - Juillet 2007
Conjoncture francilienne
er
au 1 semestre 2007
Retour de la croissance
et des créations d'emploi
Début 2007, l’amélioration de l’économie francilienne se poursuit alors que le contexte
international est favorable et que les performances de la France restent en deçà de celles
des autres pays européens. L’activité redémarre dans l’industrie, y compris dans le secteur
automobile. Elle est également soutenue dans le commerce et le tourisme.
Dans ces conditions, les créations d’emploi sont plus nombreuses. Cette amélioration
repose exclusivement sur le dynamisme du tertiaire. Parallèlement, les demandes d’emploi
diminuent et le chômage aurait baissé de 1 point en un an.
Nathalie GUILLON DESHAYES, Insee Ile-de-France
François RAGEAU, DRTEFP Ile-de-France
ébut 2007, la croissance créations d’emploi seraient nombreuses. devrait être plus soutenue les trimestres
mondiale est restée soutenue Sur l’ensemble de l’année, la croissance prochains, de l’ordre de 0,7 % par tri-D malgré le ralentissement de serait de 2,8 % comme en 2006. mestre, et pourrait atteindre 2,1 % sur l’en-
l’économie aux Etats-Unis. En effet, le semble de l’année. Cette amélioration
Redémarrage attenduretournement du marché immobilier résulterait de deux principaux facteurs : les
américain, à l’origine du fléchissement entreprises continueraient à accroître leursde la consommation
de la croissance, ne s’est pas propagé investissements, et la consommation desdes ménages français
aux autres secteurs, ni aux autres pays. ménages devrait redémarrer grâce aux
En zone euro, le ralentissement de la gains de pouvoir d’achat liés à la baisse desDans ce contexte international favorable,
consommation des ménages allemands, les performances de la France début 2007 prélèvements obligatoires et aux nombreu-
dû au relèvement du taux de TVA, a eu ont paru décevantes. Les investissements et ses créations d’emplois (de l’ordre de
un effet négatif sur la croissance supé- les exportations ont progressé, mais la 300 000 sur l’année). Seul point défavo-
rieur à celui attendu. Néanmoins, consommation des ménages a ralenti. La rable, le commerce extérieur pèserait néga-
ercelle-ci a été forte grâce à la vigueur de tivement sur la croissance.croissance du 1 trimestre est de 0,5 %. Elle
l’investissement et des exportations. Le
dynamisme de l’Allemagne a bénéficié à Autres contributeurs du diagnostic conjoncturel
toute la zone.
Aéroport de Paris : Fabrice Benoudiba Crocis-CCIP : Aurélie Terlier
ANPE, délégation régionale d’Ile-de-France : DGDDI Ile-de-France : Nicole Difede
Les perspectives pour la deuxième partie
Marie-Laure Rallet DREIF : Laurent Guinardde l’année sont encore plus favorables.
ARD : Fouad Belmanaa DRIRE Ile-de-France : Anne-Marie PoinsotAux Etats-Unis, le marché immobilier
commence à se stabiliser et l’économie re- Banque de France : Monique Chiffe GARP/UNEDIC : Frédéric Savalle
démarrerait progressivement. La crois- CERC Ile-de-France : Hervé Vibert GIM : Isabelle Chaptal
sance 2007 y atteindrait 1,7 % après
COER : Alain Henriot OREF Ile-de-France : Nathalie Roy
3,3 % en 2006. En zone euro, l’investisse-
CRCI Paris Ile-de-France : Thomas Bertaud PRIF : Christophe Centonze
ment resterait dynamique et la consom-
CRT : Sandrine Chausson RGF : Olivier Kuntzmation des ménages s’accélèrerait. Les
ConjonctureMilliers
Evolution de la fréquentation hôtelière L’activité des travaux publics est égale-
%
ment restée bien orientée début 20076 000 85
malgré les difficultés de recrutement, et
les carnets de commandes pour les pro-80
chains mois sont bien garnis.5 500
75
Reprise dans le commerce
5 000 Depuis mi-2006, l’activité a redémarré70
dans le commerce, plus rapidement en
Ile-de-France que pour l’ensemble de la
65
4 500 France. Ainsi, le chiffre d’affaires des
entreprises franciliennes du commerce
60
est en hausse de 3,9 % en 2006 contre
4 000 2,9 % pour celles de la France métropo-
55 litaine.
Dans le commerce de gros comme dans3 500 50
Sept.Janv. Fév. Mars Mai Juin Juil. Août Oct. Nov. Déc.Avril le commerce de détail, les chefs d’entre-
Taux d'occupation 2006Nuitées 2006 Nuitées 2007 Taux d'occupation 2007 prises estiment que les ventes ont atteint
Source : Insee - Direction du Tourisme - Comité régional du tourisme un niveau comparable à celui de fin
2000, avant le recul de leur activité. Les
intentions de commandes sont bien
En Ile-de-France, l’activité des différents des sont bien garnis. L’industrie automo-
orientées pour les deux secteurs.
secteurs est bien orientée et les perspec- bile, qui avait connu des difficultés en
tives pour les prochains mois sont bon- 2006, retrouve un niveau d’activité nor- Début 2007, l’activité dans les services
nes. Les créations d’emploi sont plus mal et les perspectives pour les prochains marchands a continué à progresser, princi-
nombreuses tandis que le nombre de mois sont encourageantes. palement grâce au marché intérieur. La
demandeurs d’emploi recule. Comme demande est particulièrement dynamique
au niveau national, le commerce exté- dans le travail temporaire, l’hôtellerie et laDes difficultés de recrutement
rieur de la région est déficitaire. location automobile. Les perspectivespersistantes dans la construction
pour les prochains mois sont favorables.
Activité industrielle soutenue
L’activité du secteur du bâtiment devrait
Depuis le début de l’année, la fréquenta-
L’activité industrielle francilienne a aug- encore progresser en 2007, tant sur le
tion des hôtels de la région a augmenté
menté depuis le début de l’année malgré marché du neuf que sur celui de l’entre-
par rapport à 2006✎❶.Letauxd’occupa-
une décélération en avril et mai. Le cou- tien - réhabilitation. Malgré le ralentisse-
tion des hôtels atteint 75 % pour les mois
rant de commandes s’est raffermi, princi- ment des nouvelles mises en chantier, la
de mars et avril. Toutes les catégories d’hô-
palement sur les marchés étrangers. construction de logement et de locaux
tels bénéficient de cette amélioration. La
Néanmoins, les capacités de production d’activité devrait continuer à augmenter,
durée moyenne des séjours dans la région
ont été légèrement moins utilisées en les carnets de commandes des entreprises
s’allonge : le nombre de nuitées passées
avril et mai. Les perspectives de produc- étant complets pour plusieurs mois. Dans
dans les hôtels s’accroit plus vite que celui
tion pour les prochains mois sont orien- ce secteur, les tensions sur le marché du
des arrivées. Les hôteliers sont confiants
tées à la hausse dans toutes les branches travail limitent la progression de l’activi-
pour les prochains mois.
de l’industrie et les carnets de comman- té, alors que la demande est importante.
La fréquentation des autres modes d’hé-
bergement, principalement les gîtes, s’a-
Changement de la comptabilisation des créations d’entreprises méliore également.
Les informations sur les créations d’entrepri- vations d’entreprises dont la dernière cessa-
ses sont issues du répertoire des entreprises tion remonte à plus d’un an et les reprises Des créations d’entreprises
et des établissements (Sirene). Depuis le 1er d’entreprises s’il n’y a pas continuité de l’en- en augmentation
janvier 2007, la notion de création d’entre- treprise. Cette continuité est évaluée en fonc-
prise a été modifiée. Elle s’appuie doréna- tion des critères suivants : l’unité légale er
Au cours du 1 trimestre 2007, 18 500
vant sur un nouveau concept harmonisé au contrôlant l’entreprise, l’activité économique
nouvelles entreprises ont été créées dans
niveau européen dans lequel une création et la localisation. Quand au moins deux de
la région, soit une hausse de 3,6 %
d’entreprise correspond à l’apparition d’une ces critères sont modifiés lors de la reprise, il
par rapport au trimestre précédent
unité légale exploitante n’ayant pas de pré- n’y a pas continuité et donc création.
(➩■ Changement de la comptabilisationdécesseur et qui met en œuvre de nouveaux
Ces changements de concepts s ‘accompa- des créations d’entreprises). Les créationsmoyens de production.
gnent d’un élargissement du champ. Doréna- d’entreprises progressent dans tous les
La notion de création d’entreprise est désor- vant, la statistique de créations d’entreprises
secteurs, sauf dans les services aux entre-
mais plus large que celle de création pure de couvre l’ensemble des activités marchandes prises qui est le secteur où les créations
l’ancien concept puisqu’elle inclut les réacti- hors agriculture.
sont les plus nombreuses (- 1,6 %).L’emploi salarié francilien dans le secteur privé non agricoleParallèlement, d’avril 2006 à mars 2007,
Données CVS en fin de trimestreles défaillances d’entreprises reculent de
4 060 00014 % par rapport aux quatre trimestres
précédents. Cette diminution concerne 4 040 000
tous les secteurs d’activité.
4 020 000
Accélération 4 000 000
des créations d’emplois 3 980 000
L’emploi salarié en Ile-de-France a pro- 3 960 000
er
gressé de + 0,7 % au 1 trimestre 2007,
e 3 940 000après une hausse de + 0,4 % au 4 tri-
mestre 2006. Ainsi, 4,03 millions de sa- 3 920 000
lariés travaillent dans le secteur
3 900 000
concurrentiel non agricole à la fin mars
3 880 0002007, soit près de 30 000 emplois sup-
plémentaires en un trimestre (champ
Unedic). Cette croissance est due exclu-
Source : Garp/Unedicsivement au dynamisme du secteur ter-
tiaire (+ 1,0 %), qui connaît sa plus forte
augmentation trimestrielle depuis la fin
de l’année 2000✎❷. ports, il est en faible hausse dans le com- Un recours accru à l’intérim
merce, mais il croît rapidement dans les
erLes effectifs de la construction stagnent La hausse sensible de l’intérim au 1
services, notamment dans les hôtels et
(+ 0,1 %), après leur très forte hausse en trimestre 2007 confirme le dynamisme
restaurants et dans les activités marchan-
2006 (+ 4,5 %). Mais, dans ce secteur, actuel de l’emploi en Ile-de-France.
des des secteurs de l’éducation et de lales missions d’intérim sont de plus en Chaque jour, en moyenne, 105 000santé, action sociale.
plus nombreuses : + 2 300 équivalents personnes ont exercé une activité inté-
er
temps plein par rapport au 1 trimestre L’évolution annuelle des effectifs sala- rimaire, soit une augmentation de
er2006. Ce phénomène peut s’expliquer riés est particulièrement favorable en + 8 % par rapport au 1 trimestre 2006.
par un net recul du recours au contrat Seine-et-Marne (+ 2,7 %). Dans les Le recours à l’intérim est en nette pro-
nouvelle embauche (CNE), dont la cons- Yvelines et le Val-d’Oise, à l’inverse, gression dans le secteur de la construc-
truction est le principal utilisateur, et par l’emploi baisse légèrement. Une re- tion, les transports et dans le conseil et
un retour aux pratiques antérieures d’uti- prise de l’emploi se dessine toutefois assistance. A l’inverse, le recul est très
erlisation massive de l’intérim. L’industrie dans ces deux départements au 1 tri- marqué dans l’industrie automobile
continue à perdre des emplois salariés à mestre 2007 (+ 0,5 %). (- 20,5 %).
un rythme soutenu, avec une baisse tri-
mestrielle de - 0,8 %.
er er
Entre le 1 trimestre 2006 et le 1 tri- Evolution du nombre de demandeurs d’emploi selon l’ancienneté d’inscription
Base 100 en janvier 1998mestre 2007, l’emploi a crû de + 1,5 %
110(+ 1,7 % en France métropolitaine). Sur
un champ un peu plus large, incluant
l’ensemble des entreprises publiques
100
(champ des URSSAF), la hausse de la
masse salariale en Ile-de-France est la
90
plus forte de toutes les régions : + 6,1 %
en glissement annuel contre + 5,1 % en
moyenne nationale. 80
Des évolutions d’emplois 70
contrastées
60Les effectifs diminuent dans l’industrie
(- 2,8 % en un an). La réduction est nette
dans l’industrie automobile et dans l’édi- 50
tion-imprimerie mais la baisse est limitée
dans la métallurgie et dans les composants
électriques et électroniques.
Inscrits depuis moins de 1 an Inscrits depuis1à2ans Inscrits depuis 2 ans ou plus
Champ : demandeurs d’emploi de catégorie 1 (CVS) en fin de moisL’emploi augmente de 2,1 % dans le sec-
Source : ANPE et Daresteur tertiaire. Il stagne dans les trans-
Sept. 01
Déc. 01
Mars 02
Juin 02
Sept. 02
Déc. 02
Mars 03
Juin 03
Sept. 03
Déc. 03
Mars 04
Juin 04
Sept. 04
Déc. 04
Mars 05
Juin 05
Sept. 05
Déc. 05
Mars 06
Juin 06
Sept. 06
Déc. 06
Mars 07
Janv. 98
Juil. 98
Janv. 99
Juil. 99
Janv. 00
Juil. 00
Janv. 01
Juil. 01
Janv. 02
Juil. 02
Janv. 03
Juil.03
Janv. 04
Juil.04
Janv. 05
Juil.05
Janv. 06
Juil.06
Janv. 07Taux de chômage par département Avertissement
% sur les chiffres du chômage
14
12,4
Les séries mensuelles nationales et trimes-12
11,1 trielles régionales du chômage au sens du
9,9 Bureau International du Travail (BIT) pu-10 9,49,2
8,88,6 8,6 bliées par l’Insee restent provisoires du fait8,4 8,38,2
7,8 7,88 7,5 du report à l’automne 2007 du calage annuel
7,27,06,9
6,5 sur les résultats de l’enquête Emploi de
6,1 5,9
6 l’Insee. Ces séries traduisent essentielle-
ment les variations du nombre de deman-
4 deurs d’emploi en fin de mois de catégorie 1,
2, 3 hors activité réduite, inscrits à l’ANPE.
2
0
Le rythme de diminution de la demandeParis Seine- Yvelines Essonne Hauts- Seine- Val- Val- FranceIle-
de- de-et- Saint- d'Oise de- métro. d’emploi reste donc soutenu. Il s’est,
Marne Seine Denis Marne France
toutefois, un peu ralenti par rapport à
er er
1 trimestre 2006 1 trimestre 2007
2006 et il est devenu moins rapide qu’au
Source : Insee, données CVS en fin de trimestre
niveau national (- 5,1 % depuis le début
de l’année), contrairement à ce qui avait
Moins d’offres d’emploi et ou d’un licenciement compensent, en été observé en 2006.
effet, la hausse des entrées à l’ANPEmoins de nouvelles inscriptions
A la fin de l’année 2006, les demandes
pour fin de mission d’intérim et pour re-
En 2004 et en 2005, le volume des offres d’emploi dans tous les départements
prise d’activité.
d’emploi déposées à l’ANPE n’avait cessé franciliens évoluaient encore plus fa-
de croître en Ile-de-France. Cette ten- vorablement qu’en moyenne natio-Les sorties de l’ANPE, toujours un peu
dance était d’autant plus notable qu’elle nale. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. A
plus nombreuses que les entrées, sont,
était accompagnée d’une transformation fin mai 2007, la baisse annuelle de laelles aussi, en diminution par rapport à
du type d’emplois proposés, avec une demande d’emploi atteint - 12,8 % enla moyenne 2006 (- 4,0 %).
part croissante des postes durables, au Essonne et à Paris. Mais elle est seule-
détriment des contrats de courte durée. ment de - 8,1 % dans le Val-de-Marne
er Le nombre des demandeursAu 1 trimestre 2007, près de 205 000 et dans le Val-d’Oise, contre - 10,4 %
offres d’emploi ont été enregistrées. Cela en France métropolitaine.d’emploi baisse encore
confirme la tendance, perceptible de-
La baisse du nombre des inscrits àLe nombre des demandeurs d’emploi àpuis un an, à un léger repli des offres
l’ANPE se traduit par une diminution du(- 1,5%). La part des offres d’emploi de la recherche d’un emploi à temps plein
taux de chômage (➩■ Avertissement surplus de 6 mois, bien qu’en retrait, de- et à durée indéterminée (catégorie 1 de
les chiffres du chômage). Celui-ci ne se-l’ANPE) a baissé de - 4,3 % au cours desmeure néanmoins importante.
rait plus que de 7,8 % à fin mars 2007,cinq premiers mois de l’année 2007 en
contre 8,8 % un an auparavant ✎❹.Le nombre de nouvelles inscriptions à Ile-de-France (données corrigées des
l’ANPE diminue légèrement en ce début variations saisonnières) ✎❸. Ce recul
Rédaction achevée le 5 juillet 2007d’année. De janvier à mai 2007, 72 000 bénéficie à toutes les catégories socio-
personnes se sont inscrites, chaque professionnelles. Il est particulièrement
mois, à l’ANPE, contre 73 000 en 2006 marqué pour les employés administra-
Pour en savoir plus
(données CVS). La nette diminution des tifs et, à un moindre degré, pour les ca-
premières entrées sur le marché du tra- dres et les professions intermédiaires. Le « Note de conjoncture »,Insee conjoncture,
vail et le recul des inscriptions à la suite repli le plus faible s’observe pour les em- juin 2007.
d’une fin de contrat à durée déterminée ployés de commerce.
Directrice de la publication : Sylvie Marchand
Comité de rédaction : Brigitte BellocINSTITUT NATIONAL
Rédactrice en chef : Corinne Martinez Gestion des abonnements : Tél.:0130969070- Fax :0130969067
Secrétaire de rédaction : Françoise Beaufils Vente par correspondance : Tél. :0322437165- Fax :0322438575DE LA STATISTIQUE
Conception graphique : PAO Insee Ile-de-France Internet : www.insee.fr/ile-de-franceET DES ETUDES ECONOMIQUES Maquette : Nathalie Lebraud - Laure Omont Vente sur place : Insee Info Service - Tour Gamma A - 195, rue de Bercy - 75582 Paris cedex 12
Impression :S.N.Rafal Tél. : 01 53 17 89 39 - Fax : 01 53 17 88 09Direction régionale d’Ile-de-France ISSN 0984-4724
7, rue Stephenson - Montigny-le-Bretonneux Commission paritaire n° 2133 AD
e78188 Saint-Quentin-en-Yvelines cedex © Insee 2007 Tarif : Le numéro : 2,2€€- Abonnement : - France : 30 - Etranger : 36€ Dépôt légal : 2 semestre 2007 Code Sage I0728352
Insee Ile-de-Fr@nce Infos : la Lettre d’information électronique vous informe tous les mois de l'activité de l'Insee Ile-de-France
www.insee.fr/ile-de-france

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.