De la richesse produite ...au revenu disponible

De
Publié par

La force économique de la région Nord-Pas-de-Calais s'est amoindrie tout au long du siècle et tout particulièrement sur les trente dernières années. Néanmoins, il semble que la région a terminé sa phase de déclin et qu'elle a retrouvé un rythme de croisière depuis le début des années quatre-vingt-dix grâce au développement de nouvelles activités dans le cadre de sa reconversion industrielle. Les habitants doivent désormais composer avec la nouvelle réalité de la région : une région qui représente 5,6% du PIB national et 6,9% de la population en 1996. Dynamique mais sous-dimensionné, l'appareil productif ne suffit plus à rétribuer les hommes. Il apparaît en outre, que les mécanismes de redistribution ne jouent pas assez leur rôle compensateur.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 43
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-P AS-DE-CALAIS
ROFILS
DÉCEMBRE 1998Prix : 15 francs N°14P
Le produit intérieur brut du Nord-Pas-La force économique de la régionDe la richesse de-Calais s’est élevé à 444 milliards deNord-Pas-de-Calais s’est amoindrie
francs en 1996. Il traduit que 5,6% detout au long du siècle et tout parti-
la richesse produite en France provient
culièrement sur les trente dernières
de l’activité économique de la région.produite... années. Néanmoins, il semble que Ce poids a diminué de 0,5 point entre
la région a terminé sa phase de 1982 et 1996. Les quinze années qui
déclin et qu’elle a retrouvé un rythme séparent ces deux dates ont en effet vu
se modifier profondément le systèmede croisière depuis le début des annéesau revenu
productif régional. Mais, il faut noterquatre-vingt-dix grâce au dévelop-
qu’entre 1989 et 1996, la régionpement de nouvelles activités dans
Nord-Pas-de-Calais n’a perdu que
le cadre de sa reconversion indus-
0,1 point dans la part de richessedisponible
trielle. Les habitants doivent nationale produite.
désormais composer avec la nouvelle
réalité de la région : une région qui Une croissance ralentie par le
poids des activités industriellesreprésente 5,6% du PIB national et
6,9% de la population en 1996.
En fait, les régions françaises ont réagiDynamique mais sous-dimensionné,
différemment aux évènements conjonc-l’appareil productif ne suffit plus à
turels de cette période, le plus souventÉlisabeth Vilain
rétribuer les hommes. Il apparaît en fonction de leur structure d’activités.
Éric Lesage en outre, que les mécanismes de Globalement, la richesse produite au
redistribution ne jouent pas assez plan national a augmenté au rythme deService Études Diffusion
leur rôle compensateur. 1,9% l’an. Mais les services marchands
Des répercussions vives sur le PIB des à-coups conjoncturels
Évolution du PIB entre 1982 et 1996
6,0
5,0
4,0
3,0
2,0
1,0
0,0
1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995
- 1,0
- 2,0
- 3,0
Province Nord-Pas-de-Calais
Source : Insee
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00ont progressé beaucoup plus vite l’ensemble des régions de province Une économie plus productive ma
(+2,3% l’an), contribuant à plus de la (+7,5% contre +7,0% en trois ans).
moitié de la croissance. Le tertiaire non
marchand a progressé comme la Dans le groupe de tête, même PIB par PIB par
habitant emploi pmoyenne tandis que les autres secteurs pour le PIB par emploi
ont progressé plus lentement. Par Nord-Pas-de-Calais 111 343
Province 118 327exemple, la croissance de l’industrie Au total, le Nord-Pas-de-Calais conserve
Île-de-France 207 463n’a été que de 1,1% par an. Les en 1996 sa quatrième place dans
France métropolitaine 135 358régions qui accordent une large place l’économie nationale pour la richesse
Source : Insee
aux services en général, et aux services produite. Il est vrai que les disparités
marchands en particulier, ont bénéficié entre les régions françaises laissent
Le Nord-Pas-de-Cade la vive croissance de ces activités. encore loin devant, la région Provence-
C’est le cas de l’Île-de-France bien sûr Alpes-Côte d’Azur avec un PIB de 532
Si l’on prend comme référence non plus l’emais aussi de Midi-Pyrénées ou du milliards de francs courants et, loin
erégion apparaît au 128 rang des régions
Languedoc-Roussillon. Le Nord-Pas-de- derrière, les Pays de la Loire avec un
inférieur de 12,5% au PIB moyen des région
Calais a eu lui, à aborder la reprise de PIB de 374 milliards de francs courants. eFrance apparaît à la 5 position. Parmi ses vo
1988 et 1989 puis la récession de Mais si le classement des régions se fait jeu égal avec trois provinces de Wallon
1993 dans un contexte de reconversions resserre et se modifie sous l’angle du et le Kent, largement distancé par la Fland
eindustrielles et de croissance du secteur rapport entre la richesse produite et le 2 place du classement.
tertiaire. Deux autres régions, la nombre d’emplois mis en œuvre, le
Champagne-Ardenne et la Lorraine, Nord-Pas-de-Calais ne cède sa place à
Une part décroissante pour les revenus du travailont eu des difficultés similaires. Toutes cet égard, qu’à une région. Parmi les
Répartition du RDB par habitant dans le Nord-Pas-de-Calaisles trois ont en conséquence connu une régions de province, il voit ainsi passer
en 1982 et en 1996 en francs de 1982
croissance faible de leur PIB, inférieure devant lui, pour le PIB par emploi, en %
100à celle de l’ensemble des régions de Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’Alsace et 4 225 7 719
province. 3 019la Haute-Normandie, celle-ci voyant
4 558
80son indicateur gonflé par l’affectation
15 204Les signes d’une reconversion d’une partie des taxes pétrolières aux
20 19460qui s’éloigne ? raffineries implantées. Le PIB par emploi
nordiste s’élève ainsi à 343 000 francs 6 349
40 5 184Pour le Nord-Pas-de-Calais, le taux soit 16 000 francs de plus que dans
moyen annuel de croissance du PIB de l’ensemble des régions de province.
+1,4% entre 1982 et 1996 rend 20 20 689
20 196
cependant mal compte des fluctuations Le taux d’emploi fait chuter
de croissance au cours de la période. l’indicateur de richesse produite 0
1982 1996Les profondes mutations industrielles par habitant
Autresdes années quatre-vingt ont provoqué
L’opération “AuImpôts
Prestations sociales de logement et d’abord un net retard de croissance. L’économie régionale affiche ainsi une
Excédent brut d'exploitation des entrepreneurs individuels indemnités d’as
Salaire netEntre 1982 et 1989, le PIB régional productivité tout à fait honorable. sociales des non
n’a progressé que de 12% tandis qu’il Source : InseePourtant, compte tenu de sa taille en
progressait en moyenne dans les régions
de province de18%. De plus, l’activité PIB régionaux par habitant en 1996 en milliers de francs Revenu disponible brut
régionale a amplifié les à-coups à la
de 102 à moins de 110hausse et à la baisse lors des chocs
de 110 à moins de 120conjoncturels. Ainsi, les répercussions
de 120 à moins de 135
de la reprise d’activité en 1988 ont en de 135 à 207
effet été plus nettes dans la région tirant
France : 135la croissance du PIB à plus de 5%. En
Province : 118revanche, la récession de 1993 a fait
régresser le PIB d’environ 2%. Ce
mauvais résultat a cependant été
aussitôt compensé par une croissance
dépassant de plus d’un point la crois-
sance des régions de province en
1994. Ainsi, sur la période 1994-
1996, la richesse produite dans le Nord-
Source : Insee Source : InseePas-de-Calais a connu une croissance
légèrement supérieure à celle de
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAISterme de population, celle-ci ne permet de-Calais peut expliquer cet écart. Enais moins de richesse par habitant
pas au Nord-Pas-de-Calais de se compter effet, en 1997, 26% de la population
Unités : milliers de francs, %
parmi les régions les mieux classées française a moins de 20 ans contre
PIB par habitant PIB par emploi
Emploi/ pour le PIB par habitant. Cet agrégat 30% dans la région. Cependant cetProvince = 100 Province = 100
population ne rend certes pas forcément compte effet de structure explique au plus la1982 1996 1982 1996
de la richesse moyenne par habitant de moitié de l’écart de pouvoir d’achat. 32 95 94 105 105
36 100 100 100 100 la région, toute la richesse produite ne
45 165 176 131 142 restant pas nécessairement dans la Un écart qui provient surtout
38 114 115 108 110 région. Mais la rétrogradation du des revenus non salariés
eNord-Pas-de-Calais à la 15 place du
classement des régions de province Le revenu disponible brut par habitant
alais dans l’Europe peut interroger. La région affiche en se divise en deux grandes composantes :
effet un PIB par habitant de 111 000 d’une part le revenu primaire brut
space national mais l’Union européenne, la francs alors que la moyenne des (salaire net et excédent brut d’exploi-
pour le PIB par habitant avec un indicateur
régions de province se situe 7 000 francs tation des entrepreneurs individuels en
ns européennes. Dans ce classement, l’Île-de-
au-dessus. C’est principalement le taux particulier) et d’autre part les transfertsoisines de l’Eurorégion, le Nord-Pas-de-Calais
d’activité faible et le taux de chômage nets de redistribution (impôts, prestationsnie (le Hainaut, le Brabant wallon et Namur)
élevé qui en sont responsables. Le sociales, etc.). dre et surtout Bruxelles-Capitale qui détient la
premier est inférieur de plus de 4 points Le salaire net moyen par habitant est
au taux national (51,1% contre 55,3% de 33 700 francs en 1996. Cette
en 1990), la différence étant plus valeur reste inférieure à la moyenne de
Des revenus du travail faibles que ne compensent marquée chez les femmes et dans le province (36 700 francs) et surtout aux
pas les prestations sociales Pas-de-Calais. Le second présente un moyennes de la Lorraine (37 000
Composition du revenu disponible brut par habitant en 1996
écart avec le taux national qui oscille francs) ou de Rhône-Alpes (41 000
entre 3,5 et 4 points dans la périodeen francs francs) qui sont pourtant deux régions
45 000
(1)concernée. Globalement le taux d’emploi industrielles comme le Nord-Pas-de-
40 000
n’est ainsi que de 32% quand la Calais. Cette moins-value moyenneNord-Pas-de-Calais
Province35 000
France métropolitaine moyenne de province est à 36% : il est s’explique par le faible taux d’emploi
30 000 d’ailleurs en Nord-Pas-de-Calais le de la région qui est dû à la part
25 000 moins élevé de France. importante des jeunes, des inactifs et
20 000 des actifs sans emploi.
15 000 Le plus faible revenu disponible Néanmoins, la composante des revenus
10 000 brut qui s’écarte le plus de la moyenne de
5 000 province est l’excédent brut d’exploi-
0 La richesse produite dans la région (et tation des entrepreneurs individuels :
Salaire net Excédent brut Prestations Impôts Autres
d'exploitation sociales en partie redistribuée aux salariés) 8 600 francs par habitant en 1996des entrepreneurs
individuels
apparaît donc bien maigre lorsqu’on la contre 13 400 francs en province.
tres” est le solde entre diverses ressources (production de services
de services domestiques par les ménages, intérêts reçus, dividendes, rapporte au nombre d’habitants. Il en Cette différence s’explique en grande
surance dommage, etc.) et prélèvements (intérêts versés, cotisations
va de même du revenu disponible brut partie par la culture du salariat quin-salariés, primes d’assurance, etc.).
Source : Insee par habitant. Il s’élève à 81 300 francs prédomine en Nord-Pas-de-Calais. Par
en 1996, ce qui fait du Nord-Pas-de- exemple, la densité artisanale n’est que
Calais la région au plus faible revenu de 82 artisans pour 10 000 habitantspar habitant en 1996 en milliers de francs
disponible brut de l’hexagone. Dans ce contre 140 en France, ce qui fait un
moins de 87,5 classement des régions, la Picardie est écart de 41%, comparable à l’écart de
de 87,5 à moins de 90,1 proche avec 83 600 francs et, beaucoup 36% entre la région et la province sur
de 90,1 à moins de 93,7
plus loin à 87 300 francs, Poitou- les excédents bruts d’exploitationplus de 93,7
Charentes occupe l’antépénultième moyens des entrepreneurs individuels.
France : 94,0 place. Le pouvoir d’achat d’un habitant Une part importante de la moins-value
Province : 90,1 du Nord-Pas-de-Calais est inférieur de des ménages s’explique donc par un
8,5% à celui d’un habitant de province. déficit d’entrepreneurs individuels.
L’écart est important et de plus il s’accen-
tue. La progression du revenu disponible Des transferts nets de
redistribution insuffisantsbrut par habitant entre 1982 et 1996 est
inférieure dans la région à celle de la
province (+0,8% contre +1,2%). En sommant les salaires nets et les
Il vient tout de suite à l’esprit que la excédents bruts d’exploitation des
forte part des jeunes dans le Nord-Pas- entrepreneurs individuels, on obtient les
(1) Ce taux rapporte le nombre d’emplois dans la région au nombre d’habitants.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS 130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00revenus du travail. Ils s’élèvent donc à sur le revenu, les taux marginaux sont
Pour comprendre ces résultats42 300 francs par habitant en 1996 progressifs et ainsi plus une personne a
dans la région et à 50 100 francs par un revenu élevé, plus son taux d’impo- Les produits intérieurs bruts
habitant en province (soit un écart de sition moyen est important. La région
régionaux résultent de la
-16%). Si la sur-représentation des est bien avec la Franche-Comté une des
répartition par région du PIB
jeunes peut expliquer un tiers du déficit régions qui paie le moins d’impôts par
national en fonction des éva-
de pouvoir d’achat, il n’en reste pas habitant (800 francs de moins qu’un
luations régionales de la
moins que les deux autres tiers appellent habitant de province), ce qui est en
valeur ajoutée (à partir des
une compensation par les mécanismes accord avec la faiblesse des revenus du
sources DADS, Sirene et
de redistribution : soit un peu plus de travail. Cependant, le taux d’imposition
Bridge).
5 000 francs par habitant. moyen, que l’on calcule en rapportant
Les données sur le revenu
Deux mécanismes de redistribution l’impôt aux revenus du travail, est de
disponible brut présentées
interviennent au niveau des revenus : le 16,5% pour la région contre 16,0%
sont élaborées dans le cadre
premier concerne les crédits d’impôts et pour la province ! Une région au revenu
de la comptabilité régionale
le second les prestations sociales. moyen faible n’a donc pas nécessai-
qui respecte le cadre
Les prestations sociales visent à redis- rement un taux d’imposition faible.
conceptuel et méthodologique
tribuer une partie des revenus du travail L’explication pourrait résider en partie
du système élargi de compta-
(et également des placements avec la dans une dispersion plus forte des
bilité nationale (SECN).
CSG) vers les retraités, les chômeurs, revenus dans le Nord-Pas-de-Calais.
les invalides, les familles qui ont plus de En effet, dans la région, la moitié des
deux enfants, les familles monoparen- habitants la moins rémunérée perçoit
tales, etc. Or, un habitant du Nord- 14% des revenus primaires bruts alors
Pas-de-Calais a perçu, en moyenne ces que le quart le mieux nanti reçoit 60%
(2)dernières années autant voire moins de de ces revenus (en province, les
prestations qu’un habitant de province. proportions sont de 15% et 58%).
En fait, les régions qui bénéficient Cependant, les impôts non progressifs
largement des prestations sont d’abord que sont la taxe d’habitation, la vignette
celles qui associent une forte part de automobile et la redevance télévisuelle
retraités et de chômeurs comme les expliquent certainement davantage
régions Provence-Alpes-Côte d’Azur ou l’importance du montant des impôts
Languedoc-Roussillon, puis celles qui acquittés dans la région. Celle-ci
accueillent des retraités comme la présente donc un déficit de revenus du
Corse et le Limousin. Le Nord-Pas-de- travail que ne compensent pas les
Calais, qui compte relativement peu de transferts redistributifs sur les revenus
retraités, ne figure pas parmi elles, et mis en œuvre le plus souvent par l’État
ce, malgré son nombre élevé de et les organismes de sécurité sociale.
familles nombreuses et de chômeurs. Certes la redistribution ne se fait pas que
Pour les premières, l’impact est faible sur les revenus, elle intervient également
compte tenu des montants en question, au niveau des dépenses des ménages en
pour les seconds, le poids du chômage de leur mettant à disposition des services
longue durée fait diminuer l’importance moins chers (on peut penser aux loge-
du montant global des indemnités versées. ments sociaux ou aux transports en
commun) ; cependant, on peut s’inquiéter
Un impôt moyen relativement de la non-convergence des revenus entre
élevé le Nord-Pas-de-Calais et la province. Il
L’impôt a normalement une vocation semble que seul un développement
redistributive dans la mesure où il tient économique plus rapide de la région
compte des capacités contributives des pourrait faire progresser le niveau de
contribuables. Dans le cas de l’impôt vie des Nordistes.
(2) Source : Enquête budget des ménages
Pour en savoir plus
• Les régions françaises dans l’Union européenne - Insee - Insee Première n°602, août 1998.
• Les produits intérieurs bruts régionaux entre 1982 et 1996 : croissance et fluctuations
Insee - Insee Première n°616, novembre 1998.
• Le resserrement des revenus des ménages entre les régions de 1982 à 1996 - Insee - Insee
Première n°617, novembre 1998.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Daniel HUART - Service Études Diffusion : François HOUSSIN
Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE
Vente : Bureau de vente, 130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00
CPPAD en cours - ISSN 1269-0260 - Dépôt légal janvier 1999 - © Insee 1999 - Code Sage PR0981420 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
130, avenue du Président J.F. Kennedy - 59034 Lille Cedex - Tél. : 03 20 62 86 29 - Télécopie : 03 20 62 86 00 INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.