de plus en plus de frontaliers le long de la frontière nord-est

De
Publié par

Une histoire partagée, les similitudes et les complémentarités de l'espace économique, coupé artificiellement par une frontière devenue perméable, offraient des conditions favorables au développement de navettes domicile-travail transfrontalières. Mais ces flux, qui peuvent concerner localement jusqu'à la moitié de la population active occupée, sont limités spatialement et orientés dans un seul sens. Ils se nourrissent des particularités nationales, par exemple en matière salariale, fondées sur le maintien d'une frontière politique
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°1 - MARS 2001
De plus en plus
de frontaliers
le long de la frontière nord-est
Cette étude a été réalisée dans le cadre deUne histoire partagée, les similitudes
la coopération entre les directions
régionales de l’Insee d’Alsace, de Lorraine
et du Nord-Pas-de-Calais. Les travailleurset les complémentarités de l’espace économique,
frontaliers dont il est question ici
appartiennent donc à ces trois régions.
coupé artificiellement par une frontière devenue
Sept travailleurs frontaliers sur dix résidantperméable, offraient des conditions favorables
en France sont concentrés le long de la
frontière nord-est. L’Alsace et la Lorraine en
regroupent la plus grande part.au développement de navettes domicile-travail
Entre Dunkerque et Saint-Louis, 150 000
personnes traversent la frontière pour
transfrontalières. Mais ces flux, qui peuvent concerner travailler en Belgique, en Allemagne, au
Luxembourg ou en Suisse. Le phénomène,
en augmentation continue depuis trentelocalement jusqu’à la moitié de la population active
ans, s’est encore accéléré pendant la
dernière décennie, particulièrement en
Lorraine et dans le Nord-Pas-de-Calais oùoccupée, sont limités spatialement et orientés
les chiffres ont doublé. La part des régions
du Nord-Est dans le total des travailleurs
dans un seul sens. Ils se nourrissent des particularités frontaliers français dépasse maintenant
65%, alors qu’elle avoisinait 50% en 1990.
nationales, par exemple en matière salariale, DES POTENTIALITÉS
GÉOGRAPHIQUES ET ÉCONOMIQUES
fondées sur le maintien d’une frontière politique.
L’histoire et la géographie économique
Jean-Luc Van Gheluwe constituent un terrain favorable au dévelop-
MISSION TRANSFRONTALIÈRE pement de ces flux : une langue commune
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00241
N°1
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
dans le Nord et en Wallonie, ou facilement
DES FLUX CONCENTRÉS À L’EST
partagée entre Lorrains, Alsaciens,
Les frontaliers de Dunkerque à Saint-Louis
Allemands ou Luxembourgeois ; une
frontière souvent artificielle, qui a connu
des fluctuations et qui est aujourd’hui
BELGIQUEperméable ; une révolution industrielle qui
partout a façonné le type de développement Nord-Pas-de-Calais
et les mentalités. Les activités traditionnelles
LUXEMBOURG- houille, textile, sidérurgie - ont subi les
mêmes restructurations et leur cortège de
Picardie 36956
difficultés pour une nombreuse population 3657
ouvrière. Souvent les pôles économiques
sont établis de part et d’autre de la frontière, Lorraine
Champagne-
Alsace ALLEMAGNEparticulièrement dans le cas des ex-bassins Ardenne
miniers et sidérurgiques, composant ainsi
une étonnante symétrie : Valenciennes-
33224 4
Mons, Maubeuge-Charleroi, Longwy-
Pétange, Forbach-Sarrebrück.
SUISSELe contre-exemple ardennais est à cet égard
significatif, puisque l’axe économique
Charleville-Mézières - Sedan n’a pas de
pendant belge. Mais cette situation est Source : Insee - Recensement de la population 1999
isolée ; ce sont même souvent de puissants
centres d’attraction, comme Bâle,
Sarrebrück ou Luxembourg, qui s’étendent
à proximité de la frontière. En outre, les Belgique pour la Lorraine ; la Belgique et contracté l’espace-temps, mais les
opportunités sont multipliées par la le Royaume-Uni pour le Nord-Pas-de-Calais. contraintes subsistent et les différences
présence de plusieurs pays limitrophes Dans ce dernier cas cependant, c’est bien un culturelles et linguistiques n’en restent pas
face à chaque région française : obstacle naturel, un espace de rupture qui moins marquées. Seuls 250 résidants du
l’Allemagne et la Suisse pour l’Alsace ; sépare le Nord-Pas-de-Calais de son voisin. Nord-Pas-de-Calais affirment travailler
l’Allemagne, le Luxembourg et la Certes, la mise en service du transmanche a outre-Manche.
DES FLUX DOUBLÉS ENTRE 1990 ET 1999 EN LORRAINE ET NORD-PAS-DE-CALAIS LENTE FÉMINISATION DE L’EMPLOI TRANSFRONTALIER
Évolution du nombre des frontaliers Part des femmes parmi les frontaliers
%
160 000
40
35140 000
30Ensemble
120 000 25
20
100 000 15
10
80 000 5
0
60 000 31 41 42Alsace
Nord-Pas-de-Calais Lorraine Alsace EnsembleLorraine
40 000
1990 1999
Nord-Pas-de-Calais20 000
Source : Insee - Recensements de la population
0
1968 1975 1982 1990 1999
Source : Insee - Recensements de la population
36606
14370
245
24619
270
1302N°1
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
laquelle le phénomène reste marqué, suit réside dans le fait qu’ils sont totalementL’IMAGE DU FRONTALIER MASCULIN,
assez fidèlement le tracé de la frontière. déséquilibrés, opérant quasi exclusivementOUVRIER DE L’INDUSTRIE, S’ESTOMPE
au départ de la France, à tel point que
des Allemands (6140 Allemands parmi les… QUI CONCERNE LOCALEMENT UNEUne bonne moitié des travailleurs frontaliers
frontaliers lorrains au recensement dePART DÉTERMINANTE DE L’EMPLOIse déclarent encore ouvriers. Seul un examen
mars 1999), voire des Belges, s’installentplus approfondi des catégories socioprofes-
N’atteignant jamais 10% de la population en France tout en conservant leur emploisionnelles et des secteurs d’activité, livrés
active occupée à l’échelle du canton dans le de l’autre côté de la frontière. L’emploiavec l’exploitation complémentaire du
Nord-Pas-de-Calais, la part de travailleurs transfrontalier, qui peut être considérérecensement de la population, permettra de
frontaliers grimpe jusqu’à 40% ponctuel- comme une forme d’emploi stable puisquesituer le poids conservé par l’industrie. D’ores
lement en Lorraine, voire plus de 50% dans environ 80% des contrats sont à duréeet déjà, il faut noter une augmentation
certains cantons alsaciens, ce qui marque indéterminée, ne repose sans doute passignificative du nombre d’employés et de
fatalement les marchés locaux du travail. Se pour autant sur une simple intégrationprofessions intermédiaires, particulièrement
pose ainsi la question de l’existence éventuelle spatiale, sur une extension “naturelle” desen Alsace et en Lorraine, qui va de pair avec
de bassins d’emploi transfrontaliers, dont le limites des bassins d’emploi.une féminisation des effectifs. L’élévation
fonctionnement serait toutefois particulier.sensible du niveau des diplômes pourrait
En effet, il est frappant de constater à quel … PARCE QU’ELLE ENGENDREégalement révéler une diffusion du phéno-
point l’augmentation régulière du nombre DES DIFFÉRENCESmène vers le secteur tertiaire, qu’illustre
de frontaliers semble dépasser les aléas de lal’exemple du Luxembourg vis-à-vis de la
Le travailleur frontalier bénéficie de l’effa-conjoncture économique pendant le dernierLorraine.
cement des frontières économiques et dequart de siècle. Par ailleurs, cette augmen-
la liberté de circulation des personnes issustation touche indifféremment des dépar-
UNPHÉNOMÈNE LIMITÉ de la construction européenne mais dans letements dans lesquels les taux de chômage
même temps, il tire partie des différencesDANS L’ESPACE… sont extrêmement inégaux : 5,4% dans le
nationales dont la frontière politique resteBas-Rhin contre 13,7% dans le Nord, par
le symbole. La proximité immédiate de la frontière semble exemple, au 30 septembre 2000.
Comme le montrent plusieurs travauxdéterminer l’ampleur du phénomène. Dans
menés dans les régions concernées, lesles trois régions considérées, les cantons où UNE FRONTIÈRE QUI SUSCITE
disparités, particulièrement en matière dela part des frontaliers dans la population DES FLUX À SENS UNIQUE…
salaire ou de fiscalité, sont à prendre enactive occupée est la plus importante sont
considération pour cerner les motivationssystématiquement limitrophes du pays voisin. Une autre caractéristique propre aux
du travailleur qui traverse la frontière.De plus, une bande homogène, au sein de déplacements de travail transfrontaliers
LA PROXIMITÉ DE LA FRONTIÈRE EST DÉTERMINANTE
Part des frontaliers dans la population active occupée de chaque canton en %
ALSACENORD-PAS-DE-CALAIS
de 40 à 52
de 20 à moins de 40
de 5 à moins de 20
LORRAINE moins de 5
de 20 à 48de 4 à 8
de 5 à moins de 20de 3 à moins de 4
de 0,5 à moins de 5de 1 à moins de 3
moins de 0,5moins de 1
NN
© IGN - Insee
Source : Insee - Recensement de la population 1999
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°1
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
LES SPÉCIFICITÉSDU NORD-PAS-DE-CALAIS
offerts ne leur conviennent pas ? LaUN DOUBLEMENT DES FLUX TOUJOURS PEU DE FEMMES
répartition des frontaliers par secteurVERS LA BELGIQUE
d’activité, connue dans quelques mois,Le fait que les employés soient peu nom-
permettra d’avancer sur ce point.breux n’est pas sans lien avec le constatTandis que les résidants nordistes qui tra-
que les femmes ne représentent que 20%vaillent au Royaume-Uni restent rares - à
des frontaliers, proportion inchangée par Le cas du textile-habillement, où l’emploipeine 250 personnes - les déplacements
rapport à celle de 1990. Est-ce que les est très féminisé et qui occupait 17,5% desvers la Belgique, qui concernent 14 370
travailleuses nordistes hésitent à franchir frontaliers en 1990, pourrait constituer unpersonnes, ont été multipliés par deux
la frontière, ou est-ce que les emplois secteur révélateur à cet égard.entre 1990 et 1999.
RÉPARTITION DES FRONTALIERS SUR LE TERRITOIRE RÉGIONALL’inversion des flux, mise en évidence
précédemment, est amplement confirmée
puisque seuls 5 500 résidants belges
(données Inami) continuent à franchir la
frontière, soit un niveau quasiment
inchangé depuis dix ans.
UNE NETTE SUR-REPRÉSENTATION
OUVRIÈRE
63% des frontaliers nordistes déclarent être
ouvriers. Non seulement cette part est deux
fois plus élevée que dans la population active
régionale, mais elle est également de 10
points plus forte que chez les frontaliers
Un point = 10 frontaliers
lorrains ou alsaciens. Cette sur-représentation
se combine à une sous-repré
Source : Insee - Recensement de la population 1999 (fond cantonal)
prononcée des employés.
Pour comprendre ces r ésultats
Qu’est-ce qu’un travailleur frontalier ?
Les textes communautaires définissent le travailleur frontalier comme une personne qui réside dans un pays et travaille dans un autre, en effectuant
au minimum une navette hebdomadaire. Ont été considérés ici comme travailleurs frontaliers - appelés aussi “frontaliers” - les résidants des régions
du Nord-Est qui ont déclaré travailler dans un pays limitrophe au recensement de la population de 1999, l’existence d’une navette domicile-travail
étant de ce fait supposée.
Pour en savoir plus
• L’intégration européenne et les travailleurs frontaliers de l’Europe occidentale - Véronique Soutif - L’Harmattan - 1999.
• La frontière franco-belge - Étude géographique des effets d’une frontière internationale sur la vie de relations - Firmin Lentacker -
1974.
• Bade-Wurtemberg : des salaires attractifs pour les Alsaciens - Insee - Insee Première n° 202, novembre 2000.
• Habiter dans le Nord-Pas-de-Calais et travailler en Belgique - Insee - Profils de l’économie Nord-Pas-de-Calais n° 5, octobre 1994.
• Le Nord-Pas-de-Calais, région frontalière - Insee - Les Dossiers de Profils n° 39, février 1996.
• Une frontière ambivalente - Insee - Les Dossiers de Profils n° 49, avril 1998.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal avril 2001 - © Insee 2001 - Code Sage PRO 010120 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 91 80
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.