De plus en plus de travailleurs frontaliers de Saint-Louis à Dunkerque

De
Publié par

Sept travailleurs frontaliers sur dix résidant en France sont concentrés le long de la frontière nord-est. L'Alsace et la Lorraine en regroupent la plus grande part, mais les effectifs ont doublé dans le Nord-Pas-de-Calais au cours de la dernière décennie. Ces flux, qui peuvent concerner localement jusqu'à la moitié de la population active occupée, sont limités spatialement et orientés dans un seul sens. Ils se nourrissent des particularités nationales, par exemple en matière salariale, fondées sur le maintien d'une frontière institutionnelle.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 67
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

TRANSFRONTALIER
De plus en plus de travailleurs frontaliers
de Saint-Louis à Dunkerque
Sept travailleurs frontaliers Augmentation des flux
Évolution du nombre de frontaliers de 1968 à 1999sur dix résidant en France
sont concentrés le long
de la frontière nord-est.
L’Alsace et la Lorraine
en regroupent la plus grande
part, mais les effectifs ont
doublé dans le Nord-Pas-
de-Calais au cours de la
dernière décennie.
Ces flux, qui peuvent
concerner localement jusqu’à
la moitié de la population
active occupée, sont limités
spatialement et orientés
dans un seul sens.
ntre Dunkerque et Saint- avoisinait 50 % en 1990. A vec plusIls se nourrissent des parti-
Louis, 150 000 personnes du quart des frontaliers français,cularités nationales, Etraversent chaque jour l'Alsace se classe en première
par exemple en matière
la frontière pour travailler en position, juste avant la Lorraine.
salariale, fondées sur
Belgique, en Allemagne, au
le maintien d’une frontière Luxembourg ou en Suisse. Le Des potentialités
institutionnelle. phénomène, en augmentation géographiques et
continue depuis 30 ans, s’est économiques
Qu’est ce encore accéléré pendant la
L’histoire et la géographie éco-qu’un travailleur dernière décennie, particulière-
nomique constituent un terrainfrontalier ? ment en Lorraine et dans le Nord-
favorable au développement dePas-de-Calais où les chiffres ont
es textes communau- ces flux : une langue communedoublé. La part des régions
taires définissent le tra- dans le Nord et en Wallonie,du nord-est dans le total desL vailleur frontalier comme ou facilement partagée entretravailleurs frontaliers français dépas-
une personne qui réside dans Lorrains, Alsaciens, Allemands ouse maintenant 65%, alors qu’elle
un pays et travaille dans un
autre, en effectuant au mini-
mum une navette hebdoma-
daire. Ont été considérés ici
250 000 frontaliers en France en 1999.comme travailleurs frontaliers
150 000 frontaliers dans les régions du nord-est.- appelés aussi " frontaliers " -
les résidants des régions du 70 200 en Alsace : 30 100 dans le Bas-Rhin, 40 100 dans le Haut-Rhin.
nord-est qui ont déclaré tra- 36 600 frontaliers alsaciens se rendent en Allemagne, 33 200 en Suisse.
vailler dans un pays limitrophe 1 frontalier sur 3 est une femme, en Alsace comme dans le Nord-Est.
au recensement de la popula-
tion de 1999, l’existence d’une
navette domicile-travail étant
Chiffres pour l’Alsace • revue n° 3 • juillet 2001 3de ce fait supposée.
nnnnnnnnnn
Source : Insee, recensements de la population.TRANSFRONTALIER
Les frontaliers de Saint-Louis à Dunkerque :
les flux sont concentrés à l’Est
Luxembourg et la Belgique pour la
Lorraine; la Belgique et le

Royaume-Uni pour le Nord-Pas-
de-Calais. Dans ce dernier cas
cependant, c’est bien un obstacle
naturel, un espace de rupture qui
sépare le Nord-Pas-de-Calais de
son voisin, malgré la mise en
service du transmanche.
L’image du frontalier
homme, ouvrier de
l’industrie, s’estompe
Luxembourgeois; une frontière Mons, Longwy-Pétange, Forbach- Une bonne moitié des travailleurs
souvent artificielle, qui a connu des Sarrebruck, par exemple. frontaliers du Nord-Est se décla-
fluctuations et qui est aujourd’hui Le contre-exemple ardennais est à rent encore ouvriers. D’ores et
perméable ; une révolution indus- cet égard significatif, puisque l’axe déjà, il faut noter une augmenta-
trielle qui, partout, a façonné le économique Charleville-Mézières- tion significative du nombre
type de développement et les men- Sedan n’a pas de pendant belge. d’employés et de professions
talités. Les activités traditionnelles Mais cette situation est isolée ; le intermédiaires, particulièrement
-houille, textile, sidérurgie- ont subi plus souvent, ce sont de puissants en Alsace et en Lorraine ; elle va
les mêmes restructurations et leur centres d’attraction, comme Bâle, de pair avec une féminisation des
cortège de difficultés pour une Karlsruhe-Rastatt, Sarrebruck ou effectifs. Le nombre d'employées
nombreuse population ouvrière. Luxembourg, qui s’étendent à double en Alsace et triple en
Souvent les pôles économiques proximité de la frontière. En outre, Lorraine. L’élévation sensible du
sont établis de part et d’autre de la les opportunités sont multipliées niveau des diplômes pourrait
frontière, particulièrement dans le par la présence de plusieurs pays également révéler une diffusion
cas des ex-bassins miniers et sidé- limitrophes face à chaque région du phénomène vers le secteur
rurgiques, composant ainsi une française : l’Allemagne et la Suisse tertiaire qu’illustre l’exemple du
étonnante symétrie : Valenciennes- pour l’Alsace; l’Allemagne, le Luxembourg vis-à-vis de la
Lorraine.
De plus en plus de femmes
Un phénomène
limité dans l’espace
La proximité immédiate de la
frontière semble déterminer
l’ampleur du phénomène. Dans
4 Chiffres pour l’Alsace • revue n° 3 • juillet 2001
Source : Insee, recensement de la population de 1999 - © IGN - INSEE.
Source : Insee, recensements de la population.Les frontaliers à l’extrême nord et sud de l’Alsace :
près de la moitié des actifs
TRANSFRONTALIER
des Allemands voire des Belges,
s’installent en France tout en
conservant leur emploi de l’autre
côté de la frontière.
L’emploi transfrontalier, qui peut
être considéré comme une forme
d’emploi stable puisque plus de
80% des contrats sont à durée
indéterminée, ne repose sans
doute pas pour autant sur une
simple intégration spatiale, sur une
extension "naturelle" des limites
des bassins d’emploi.
les trois régions considérées, En effet, il est frappant de cons- 1 frontalier français
les cantons où la part des fron- tater à quel point l’augmentation sur 4 vient d'Alsace
régulière du nombre de fronta-taliers dans la population active
L’Alsace est la première région fran-liers semble dépasser les aléasoccupée est la plus importante
çaise en terme d’effectifs de tra-
de la conjoncture économiquesont systématiquement limitro-
vailleurs frontaliers. Ils représententpendant le dernier quart de siè-phes du pays voisin. De plus,
un peu plus du quart des frontalierscle. Par ailleurs, cette augmen-une bande homogène, au sein
français, juste devant la Lorrainetation touche indifféremmentde laquelle le phénomène reste
(24,4 %) et Rhône-Alpes (20 %).des départements dans les-marqué, suit assez fidèlement
Les migrations transfrontalièresquels les taux de chômage sontle tracé de la frontière. alsaciennes se sont nettementextrêmement inégaux : 5,2%N’atteignant jamais 10 % de accrues entre les recensementsdans le Bas-Rhin contre 12,7 %la population active occupée à de 1990 et de 1999: + 31%.dans le Nord, par exemple, aul’échelle du canton dans le Aujourd'hui, au total, 70200 31 mars 2001.Nord-Pas-de-Calais, la part de actifs franchissent chaque jour
travailleurs frontaliers grimpe la frontière : 30 100 dans le Bas-Une frontière
jusqu’à 40 % ponctuellement en Rhin et 40 100 dans le Haut-Rhin.qui suscite des fluxLorraine et dépasse les 50 % L’accroissement résulte essen-à sens uniquedans certains cantons alsa- tiellement de l’accélération des
ciens, ce qui pèse fortement sur Une autre caractéristique propre flux vers l’Allemagne: ils ont
les marchés locaux du travail. augmenté de 48 % pour s’éta-aux déplacements de travail trans-
La frontière ne semble plus frontaliers réside dans le fait qu’ils blir à 36 600 personnes aujour-
constituer un obstacle à la sont totalement déséquilibrés, d'hui. Le nombre de frontaliers à
constitution de bassins d’emploi opérant presque exclusivement au destination de la Suisse, pour
transfrontaliers. départ de la France, à tel point que sa part, a progressé un peu
Chiffres pour l’Alsace • revue n° 3 • juillet 2001 5
Source : Insee, recensement de la population de 1999 - © IGN - INSEE.Travailler dans le pays voisin
a travailleur frontalier bénéficie de l'effacement des frontiè-
res économiques et de la liberté de circulation des person-
TRANSFRONTALIER L nes issus de la construction européenne ; mais, dans le
même temps, il tire parti des différences nationales dont la fron-
tière institutionnelle reste le symbole. Comme le montrent plu-
sieurs travaux menés dans les régions concernées ici, les dispa-
rités, particulièrement en matière de salaire ou de fiscalité, sont
à prendre en considération pour cerner les motivations du tra-
vailleur qui traverse les frontières.
Pour en savoir plus
L’intégration européenne et les travailleurs frontaliers de l’Europe
occidentale, Véronique Soutif, L'Harmattan, 1999.
Alsace - Bade-Wurtemberg : comparaison des salaires, Insee-moins vite entre 1990 et 1999 :
Alsace, Documents pour l'Alsace n° 16, octobre 1999.+10,8 %, pour atteindre 33 200
personnes. Bade-Wurtemberg : des salaires attractifs pour les Alsaciens,
Insee première n° 660, Insee 1999.
Profil de la Grande Région, Insee Lorraine, Economie LorraineL'Allemagne
n° 202, novembre 2000.à la première place
Le Nord-Pas-de-Calais région frontalière, Insee Nord-Pas-de-
En 1990, les départs vers la Calais, Les Dossiers de Profils n° 39, 1996.
Suisse prédominaient avec 55 %
de l’ensemble des frontaliers
alsaciens. En 1999, le phénomène 4% des frontaliers qui quittent peu, elles ont investi les activités
s’est inversé et l’Allemagne chaque jour l'Alsace vers ce tertiaires et désormais plus de la
devient le premier pays de desti- pays ; ils étaient 0,5 % en 1990. moitié d'entre elles occupent
nation des frontaliers en prove- des postes d’employées et de
nance d'Alsace: il en accueille Dans le Haut-Rhin, " professions intermédiaires ". Les
52 %, au lieu de 45 % en 1990. hommes travaillent surtout dansprès d'un actif sur
L'installation d’Allemands dans l'industrie et sont encore majori-sept est frontalier
la région a contribué à cette tairement ouvriers : 38 % se décla-
évolution: chaque jour, 5400 En Alsace, près d’un actif ayant un rent ouvriers qualifiés, un quart
d'entre eux traversent la frontière emploi sur dix est frontalier en non qualifiés.
pour travailler. Leur part dans mars 1999; ils étaient 8% en Le frontalier alsacien a vieilli. L’âge
l’ensemble des frontaliers vers 1990. Le travail frontalier est plus moyen dépasse aujourd'hui 39 ans,
l'Allemagne passe ainsi de 6 % développé dans le Haut-Rhin où il contre moins de 35 ans en 1990.
en 1990 à 15 % en 1999. concerne 13,4 % des actifs occu- Les frontaliers vers l’Allemagne
C'est le Bade-Wurtemberg, avec pés, soit deux fois plus que dans le sont en moyenne plus jeunes que
ses grands centres urbains – Bas-Rhin. La proportion varie ceux qui se rendent en Suisse.
Karlsruhe, Rastatt, Fribourg – qui beaucoup selon les zones de rési-
reçoit les neuf dixièmes des fronta- dence. Elle s'élève à plus de 50 %
liers résidant en Alsace, loin devant dans les cantons de Seltz, Marie-Laure KAYALI
la Rhénanie avec 10 % et la Sarre, Lauterbourg et Ferrette. Jean-Luc Van GHELUWE
avec seulement 2 %. Le mouvement transfrontalier s’est
Le pôle bâlois exerce également féminisé. Même si les femmes res- Cette étude a été réalisée
une forte attraction. La moitié tent minoritaires en constituant un dans le cadre de la coopération
des frontaliers de la région qui tiers de l’ensemble des frontaliers, entre les directions régionales
travaillent en Suisse se rendent leur nombre a progressé de 41 % de l'Insee d'Alsace, de Lorraine
à Bâle-Ville, un peu plus du entre 1990 et 1999. Elles sont plus et du Nord-Pas-de-Calais.
quart à Bâle-Campagne. Les diplômées que les hommes : 31 %
1 200 frontaliers suisses installés d’entre elles sont bachelières cont-
en Alsace représentent près de re 23% chez les hommes. Peu à
6 Chiffres pour l’Alsace • revue n° 3 • juillet 2001
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.