Des revenus contrastés entre le nord et le sud de la région

Publié par

En Picardie, le revenu fiscal médian est légèrement inférieur à celui de la France de province (14 739 euros annuels contre 14 934 euros en 2003.) Les 10% de foyers fiscaux les plus riches gagnent 5 fois plus que les 10% de foyers les plus pauvres. Avec 14% de la population vivant sous le seuil des bas revenus, la Picardie fait partie des cinq régions françaises ayant la plus forte proportion de bas revenus. Ceux-ci sont plutôt concentrés dans le nord et dans les grandes villes de la région. A l'inverse, le sud de l'Oise et le sud de l'Aisne bénéficient de la proximité de l'Ile-de-France et ont les revenus les plus élevées.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 17
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

DYNAMIQUES
CONDITIONS DE VIE 1HUMAINES
Des revenus contrastés
entre le nord et le sud de la région
En Picardie, le revenu fiscal médian est
légèrement inférieur à celui de la France
de province (14 739 euros annuels
contre 14 934 euros en 2003). Les 10%
de foyers fiscaux les plus riches gagnent
5 fois plus que les 10% de foyers
les plus pauvres.
Avec 14% de la population
vivant sous le seuil des bas revenus,
la Picardie fait partie des cinq régions
françaises ayant la plus forte proportion
de bas revenus. Ceux-ci sont
plutôt concentrés dans le nord
et dans les grandes villes de la région.
À l’inverse, le sud de l’Oise
et le sud de l’Aisne bénéficient de la proximité de l’Île-de-France
et ont les revenus les plus élevés.
n 2003, 59 % des foyers fiscaux sont imposés Sous l’influence de la part plus importante des fai-E
en Picardie soit un peu plus qu’en moyenne de bles revenus, les écarts de revenus des Picards
France de province (57 %). Les revenus médians sont un peu plus marqués qu’ailleurs. Les 10 % de
déclarés sont en revanche d’un montant légère- foyers fiscaux les plus modestes déclarent un re-
ment inférieur à ceux de province. La moitié des venu inférieur à 5 580 euros annuels par unité de
foyers fiscaux déclarent moins de 14 739 euros consommation et les 10 % les plus riches ont un
annuels par unité de consommation, contre 14 934 revenu 5 fois supérieur, au-delà de 28 615 euros.
eeuros en province. La région se situe au 13 rang Entre les années 2000 et 2003, le montant du re-
national, loin derrière l’Île-de-France et l’Alsace venu médian s’est accru de 1 300 euros. Le niveau
mais loin devant le Nord - Pas-de-Calais et la des revenus les plus modestes a davantage pro-
Corse. gressé que celui des revenus les plus élevés.
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
47DYNAMIQUESCONDITIONS DE VIE1 HUMAINES
Classement des régions selon le revenu médian Les trois quarts des revenus
par unité de consommation proviennent de l’activité
Médiane
La part des revenus d’activités dans le revenu estÎle-de-France 18 598
stable et supérieure à la moyenne nationale enAlsace 17 128
Picardie. En 2003, elle fait partie des plus élevéesRhône-Alpes 15 947
après l’Île-de-France et l’Alsace. En effet, 75 %Centre 15 583
des revenus déclarés proviennent des revenusBretagne 15 188
d’activité contre 72 % en France de province. ToutAquitaine 15 163
d’abord, la part des pensions et retraites dans leFranche-Comté 15 159
revenu est moins importante qu’en France de pro-Haute-Normandie 15 108
vince en raison de la jeunesse de la populationProvence Alpes-Côte-d'Azur 15 000
picarde, plus souvent en âge actif et comptantMidi-Pyrénées 14 984
moins de retraités (c’est toutefois moins le casBourgogne 14 960
dans l’Aisne où la population est plus âgée doncPays de la Loire 14 875
les revenus des retraites prennent une part plusPicardie 14 739
importante dans le revenu). Ensuite, la part desLorraine 14 725
revenus du patrimoine est faible parce que lesLimousin 14 672
Picards placent plutôt leur épargne dans l’achatChampagne-Ardenne 14 597
de leur logement : en Picardie, la proportion deAuvergne 14 473
ménages propriétaires de leur logement est su-Poitou-Charentes 14 392
périeure à celle de province.Basse-Normandie 14 302
Languedoc-Roussillon 13 722
Une forte proportionNord - Pas-de-Calais 13 362
Corse 13 265 de bas revenus
Province 14 934
La part de personnes vivant avec de bas reve-
France métropolitaine 15 447
1nus est supérieure à la moyenne nationale. Avec
Sources : DGI, Insee, revenus fiscaux 2003
14 % de la population vivant sous le seuil de bas
revenus, la Picardie se situe dans les cinq régions
françaises ayant la plus forte proportion de bas
revenus. Elle demeure toutefois loin derrière les
régions du bassin méditerranéen (Languedoc-
Roussillon, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse)
et après le Nord - Pas-de-Calais. Plusieurs rai-
sons expliquent cette position de la région, notam-
ment un taux de chômage supérieur à la moyenne.Revenu fiscal par unité de consommation : indicateurs de dispersion
Avec la précarisation des emplois (intérim, CDD)
Rapport er eMédiane 1 décile 9 décile et le développement du temps partiel, de plus en
inter-décile
plus d’individus ayant un emploi sont en difficultéAisne 13606 5067 26387 5,2
à cause de revenus faibles ou irréguliers. CetteOise 16082 6305 30629 4,9
situation peut être accentuée en Picardie du faitSomme 14117 5285 27481 5,2
que les emplois sont moins qualifiés qu’ailleurs etPicardie 14739 5580 28615 5,1
que l’intérim y est plus développé.France province 14934 5780 29136 5,0
1Le seuil de bas revenus est la valeur de la moitié du revenu médian.France métropolitaine 15447 5766 31441 5,5
Il est en 2004 de 735 euros par mois et par unité de consommation
Sources : Insee, DGI, revenus fiscaux localisés 2003
soit 8 820 euros annuels.
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
48DYNAMIQUES
CONDITIONS DE VIE 1HUMAINES
Suite à la détérioration de la conjoncture écono- #
mique et des conditions d’indemnisation du chô-
mage, les allocataires de minima sociaux sont
- , toujours plus nombreux. Le nombre de Rmistes
s’est notamment accru de 9,5 % entre 2003 et
4 0 # - A 2004 à un rythme voisin de la moyenne nationale
&
et s’établit fin 2004 à 29 000 allocataires en Picar-
’ 3
die. Le nombre de bénéficiaires de l’Allocation
1 (
Parent Isolé et de l’Allocation d’Adulte Handicapé 2
a augmenté d’environ 3 % entre 2003 et 2004.
4 , L’Oise a par ailleurs connu une plus forte hausse ’ " /(
du nombre d’allocataires de minima sociaux que " ! ( .
l’Aisne et la Somme. Les profils de ces allocatai-
"
J res de minima sociaux sont divers, mais les per-
,
sonnes les plus fragiles sont les personnes isolées 6
- seules ou avec des enfants à charge - et les jeu-
nes sans emploi.


$ %&! %
+-/



Un clivage territorial Nord-Sud
La Picardie présente de forts contrastes géogra-
phiques en termes de revenus que masque sa
position moyenne par rapport à l’ensemble des
régions de province. Elle est caractérisée par un
clivage territorial Nord-Sud marqué en termes
d’emplois - et par conséquent de revenus. Le sud
de la région bénéficie de la proximité des pôles
d’emploi franciliens et de retombées économiques 22<
favorables au contact de l’Île-de-France. L’Oise a
notamment des caractéristiques très différentes
- , en termes de revenus des deux autres départe-
ments et dope la région à la hausse : la part de
4 0 # -
A foyers imposés et le niveau de revenu sont tous
&
deux très supérieurs à la moyenne de province,
’ 3
alors que ceux des deux autres départements sont
1 (
2 nettement en dessous de cette même moyenne.
À 16 000 euros, le revenu médian de l’Oise dé-
4 , passe de beaucoup non seulement les revenus ’ " /(
des deux autres départements mais aussi celui " ! ( .
de la France de province. L’éventail des revenus "
J est lui aussi situé largement au-dessus des deux
( autres départements picards. Les revenus les plus
élevés se trouvent dans la zone d’emploi du Sud-

Oise, en particulier dans les cantons de Senlis et

de Chantilly (revenu médian : 21 000 euros) et $ %&! %
+-/



dans une moindre mesure au Sud de l’Aisne à
PICARDIE : DIAGNOSTIC ET PERSPECTIVES
49DYNAMIQUESCONDITIONS DE VIE1 HUMAINES
Château-Thierry ; cependant quelques contrastes médicale et sanitaire très en dessous de la
locaux existent, le plus frappant étant la ville de moyenne... Les publics menacés d’exclusion sont
Creil caractérisée par de faibles revenus à proxi- nombreux : le chômage de longue durée et le chô-
mité de Senlis et de Chantilly qui concentrent des mage d’insertion sont importants. Ces deux dé-
populations très aisées. Conséquence logique, il partements sont d’ailleurs caractérisés par une part
y a moins de bas revenus dans l’Oise (12 %) supérieure de Rmistes dans la population. Les
qu’ailleurs en Picardie et qu’en moyenne natio- revenus médians sont donc les plus faibles au nord
nale (13 %). de la région. L’Aisne a un revenu médian de 13 600
euros, très proche des départements du Nord -
Pas-de-Calais, qui sont parmi les plus faibles du Les revenus
pays. Le niveau des revenus les plus modestesles plus faibles au Nord
est inférieur de 700 euros à celui de la moyenne
Le nord de la région est relativement défavorisé. de province et de 1 300 euros par rapport à l’Oise.
L’Aisne et la Somme font partie d’un ensemble de La part de personnes à bas revenus y est en con-
séquence élevée (16 %), plus particulièrement endépartements industriels du Nord, où la reconver-
Thiérache et dans le Saint-Quentinois. À l’autresion du tissu économique est lente, le chômage
extrémité de la distribution, le niveau des plus hautsélevé. Un certain nombre de paramètres sociaux,
économiques et sanitaires sont particulièrement revenus est inférieur de 2 800 euros à la moyenne
défavorables : une proportion élevée de person- de province et de 4 200 euros à celui de l’Oise. La
nes sans diplôme, un fort taux de chômage des Somme a un éventail de revenus un peu plus élevé
jeunes, un taux d’activité féminine encore faible, que celui de l’Aisne. Le revenu médian y est su-
davantage de grossesses précoces, une densité périeur de 500 euros seulement.
De fortes inégalités entre les villes




0 , Les grandes villes centres d’agglomération pré-
sentent les plus fortes disparités de revenus : de
très bas et de très hauts revenus y cohabitent.
- , L’éventail des revenus y est le plus ouvert. En
effet, l’offre de logements est en général plus di-
-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.