Développement Economique

De
Publié par

Dans le cadre de l'Observatoire Statistique Transfrontalier de l'Arc Jurassien, l'Insee et les services statistiques cantonaux de Berne, Neuchâtel, Vaud et du Jura ont réalisé une sixième fiche sur le développement économique de l'Arc Jurassien. Ce dernier est abordé à partir des évolutions des stocks d'établissements, des créations d'entreprises, de l'emploi, du chômage, du travail frontalier et des échanges extérieurs.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 24
Voir plus Voir moins

DÉVELOPPEMENT
ÉCONOMIQUE
Fin 2005, l’économie marchande de l’Arc jurassien compte Fin 2005, l’Arc jurassien compte 975 000 emplois : 525 000
91 200 établissements, dont les trois quarts dans le secteur dans l’Arc jurassien suisse et 450 000 en Franche-Comté.
tertiaire. Cette activité regroupe davantage de petites unités En dix ans, le nombre total d’emplois a progressé de 5%.
(moins de 10 salariés) que la moyenne. En effet, elle né- Cette augmentation, plus marquée en Franche-Comté
cessite des moyens généralement moins importants que la que dans l’Arc jurassien suisse, s’est accompagnée d’une
construction ou l’industrie. Dans ce dernier secteur, 6% des féminisation de l’emploi.
établissements emploient 50 personnes et plus, contre 2%
dans l’ensemble des secteurs de l’Arc jurassien. La structure de l’emploi de l’Arc jurassien refl ète la tradition
industrielle du territoire et sa spécialisation : industrie auto-
La répartition des établis- mobile ou lunetterie côté français, horlogerie et mécanique
S’étendant sur huit entités, sements selon leur taille de précision des deux côtés de la frontière. Les secteurs
le périmètre de l’Observatoire et leur secteur d’activité phares des territoires ont connu des évolutions contrastées :
Statistique Transfrontalier de l’Arc est assez proche des deux entre 1995 et 2005 l’industrie automobile comtoise perd 14%
Jurassien (OSTAJ) recouvre côtés de la frontière. Ce- de ses effectifs (– 4 100) alors que, dans l’Arc jurassien
le territoire de la Conférence pendant, l’Arc jurassien suisse, l’horlogerie a vu ses effectifs progresser de 20%
TransJurassienne (CTJ) : la région suisse affi che, en moyen- (+3 500). Dans l’ensemble de l’Arc jurassien, les activités
de Franche-Comté avec ses quatre ne, des établissements tertiaires continuent leur progression en particulier dans les
départements (Doubs, Jura, Haute- plus grands : la proportion services dont les emplois progressent plus fortement en
Saône, Territoire de Belfort), quatre d’unités de 50 personnes Franche-Comté que dans l’Arc jurassien suisse.
cantons suisses : Vaud, Neuchâtel, et plus est de 2,7% contre Depuis le début de l’année 2006, l’emploi de l’Arc Jurassien
Jura et la partie située au nord 1,4% en Franche-Comté. suisse est en forte progression, en particulier dans le se-
du canton de Berne (Jura Bernois condaire. Sur l’ensemble de l’année 2006, l’emploi salarié
- Bienne - Seeland) qui sera Entre 1995 et 2005, le parc franc-comtois a augmenté de 0,1% grâce aux croissances
appelée « Berne - Nord ». d’établissements de l’Arc observées dans les services et la construction.
Par ailleurs, l’expression jurassien a globalement
er« Arc jurassien suisse » sera progressé de +2%. Cette Au 1 trimestre 2007, 26 400 frontaliers travaillent dans
utilisée pour désigner la zone croissance repose unique- l’Arc jurassien suisse, soit 5% des emplois. Entre 2002 et
observée en Suisse. ment sur le tertiaire, dont le 2007 le nombre de frontaliers a progressé de 30%. En juin
nombre d’établissements 2006, le nombre des frontaliers habitant en Franche-Comté
s’accroît de 3,5% en dix est estimé à 18 000.
ans, alors qu’il baisse de – 2,5% dans le secondaire.
Cette évolution est différente dans les deux territoires : le nom- Depuis 2000, le chômage, qui évolue de façon relative-
bre d’établissements a progressé de 11% côté français alors ment similaire entre les deux territoires, a crû de façon
qu’il a diminué de 6% dans l’Arc jurassien suisse. Celui-ci a marquée, malgré l’amélioration observée sur la période
perdu de nombreux commerces et entreprises de construc- 2005-2006. Les jeunes éprouvent plus qu’ailleurs des
tion, en plus d’établissements industriels mais cette diminu- diffi cultés à s’insérer sur le marché du travail, alors que
tion n’a pas empêché l’emploi total de croître légèrement en les réductions d’effectifs ont touché les salariés des autres
dix ans. En Franche-Comté, la croissance du parc s’appuie tranches d’âges. Le nombre de chômeurs de longue durée
sur le développement du tertiaire, le nombre d’établissements a également progressé des deux côtés de la frontière.
baissant légèrement dans l’industrie et la construction.
L’économie de l’Arc jurassien est fortement présente sur les
De 1999 à 2004, 4 470 créations ex nihilo d’entreprises inter- marchés extérieurs, avec des produits industriels confrontés
viennent chaque année dans l’Arc jurassien. Réparties qua- de plus en plus à la compétition internationale : véhicules
siment à égalité entre les deux territoires, celles-ci se situent en Franche-Comté et horlogerie et matériel de précision
surtout dans le tertiaire. Des deux côtés de la frontière, les dans l’Arc jurassien suisse. La Suisse et la France ont des
taux de survie à quatre ans sont plus élevés qu’en moyenne échanges commerciaux privilégiés, ceux-ci étant encore
nationale, témoignant peut-être de l’existence de conditions fa- plus intenses entre la Franche-Comté et la Suisse d’une part
vorables au maintien et au développement des entreprises. et entre l’Arc jurassien suisse et la France d’autre part.
Développement économique - OSTAJ - 2007 1Établissements : une structure proche
de part et d’autre de la frontière
Un quart des établissements
de l’Arc jurassien suisse
n’a qu’un emploi
Fin 2005, dans l’Arc jurassien suisse,
14% des établissements ont une acti-
vité industrielle, 11% sont actifs dans la
construction et 28% dans le commerce.
Les services aux entreprises représen-
tent 20% des établissements, les servi-
ces aux particuliers 15% et la santé et
l’action sociale 7%.
Sur les 45 000 établissements (champ
ICS) dénombrés dans l’Arc jurassien
suisse en 2005, 12 200 n’ont qu’un
emploi, celui de leur dirigeant et 8 000
établissements ont deux emplois. L’im-
portance quantitative des petits établisse-
Des établissements de établissements emploient au moins ments s’explique notamment par le poids
petite taille majoritairement 50 personnes. Les petites entités du secteur tertiaire dans l’économie de
présents dans le secteur sont plus présentes dans le secteur l’Arc jurassien suisse, proche de celle
tertiaire tertiaire car l’activité industrielle né- de l’ensemble de l’Arc jurassien : toutes
cessite souvent des implantations de tailles confondues, 75% des établisse-
Fin 2005, 91 200 établissements plus grande taille. ments (dont 28% dans le commerce et
dans l’industrie, la construction, le 20% dans les services aux entreprises)
commerce et les services (champ Refl et de la tertiarisation de l’écono- appartiennent à ce secteur.
ICS, cf. note méthodologique page mie de l’Arc jurassien, les établisse- Les grands établissements de 500 em-
3) sont dénombrés dans l’Arc juras- ments du tertiaire concentrent 74% plois et plus représentent autour de 0,1%
sien. Ces établissements, implantés du parc (dont 47% dans les services du parc de l’Arc jurassien suisse.
à part égale de chaque côté de la et 27% dans le commerce) contre Fin 2005, l’Arc jurassien suisse compte
frontière, représentent une densité 72,7% dix ans auparavant. Les autres 37 800 établissements de moins de 10
2de 5,6 établissements au km : 8,5 établissements se répartissent entre emplois dont 78% sont actifs dans le
dans l’Arc jurassien suisse et 4,2 l’industrie 14% et la construction tertiaire, 12% ont une activité industrielle
en Franche-Comté. Cette densité 12%. et 10% dans la construction.
traduit l’importance marquée des Les établissements de 10 à 50 emplois
très petits établissements : 88% du De part et d’autre de la frontière, l’en- regroupent 14% du parc de l’Arc juras-
parc de l’Arc jurassien a moins de 10 treprise individuelle prédomine : près sien suisse ; le tertiaire prédomine enco-
salariés/emplois (cf. note méthodo- d’un établissement sur deux appar- re, mais de façon moins marquée (63%
logique page 3). À l’opposé, 2% des tient à un entrepreneur individuel. des établissements de cette taille).
Développement économique - OSTAJ - 20072Entre 50 et 500 emplois, le secteur dans les transports et 6% dans les
secondaire (industrie + construction) services aux entreprises. Au-delà de Note méthodologique
devient majoritaire avec 58% des éta- 50 salariés, les établissements indus-
blissements. Au-delà de 500 emplois, le triels sont majoritaires avec près de
Champ ICS : ertertiaire repasse en tête avec 34 unités 54% des sites. Au 1 janvier 2006,
Pour permettre les comparaisons entre
de l’Arc jurassien suisse. Un tiers d’entre en Franche-Comté, 12 établissements
les données françaises et suisses, eux relèvent du domaine de la santé. industriels et 2 établissements tertiai-
l’analyse des établissements porte sur les res (champ ICS) emploient au moins
secteurs marchands de l’industrie, de la En 2005, les établissements (champ 500 salariés.
construction, du commerce et des services ICS) de l’Arc jurassien suisse sont pour Début 2006, en Franche-Comté, 48%
(champ I.C.S.). Sont exclues de ce champ : moitié gérés sous statut de raison indi- des établissements sont gérés par des
- les unités économiques dont le viduelle (48%). Les sociétés anonymes entrepreneurs individuels, 34% le sont
fonctionnement n’est pas fi nancé par représentent 30% des établissements sous forme de Société à Responsabi-
une activité marchande (administrations, et 14% du parc est constitué de so- lité Limitée (SARL) et 6% sous forme
collectivités territoriales, organismes ciétés à responsabilité limitée, très de Société Anonyme.
sociaux, associations) ;majoritairement de petite taille.
Des établissements - l’agriculture, la sylviculture et la pêche.
En Franche-Comté, plus de en moyenne plus grands - les activités fi nancières
la moitié des établissements en Suisse - les activités de locations de biens
n’emploie aucun salarié immobiliers.
Fin 2005, l’Arc jurassien suisse compte
erAu 1 janvier 2006, en Franche- 3 300 établissements de plus de 20 em- Nombre d’emplois - nombre de salariés :
Comté, 53% des établissements plois contre 1 900 établissements de plus - côté suisse, les données sont issues du
n’emploient pas de salarié : ils ont de 20 salariés comtois. L’écart est le plus recensement fédéral des entreprises de
au moins 1 emploi, celui de leur marqué dans les services (930 établis- 2005 ; les emplois des établissements
dirigeant et éventuellement celui sements) et les commerces (260) mais comptabilisent globalement les personnes à
du conjoint collaborateur. 38% des reste supérieur à 100 établissements leur compte (non salariés) et les salariés.
établissements comtois ont entre 1 dans l’industrie et la construction. - côté français, les données sont issues du
et 9 salariés. Les établissements de
répertoire des entreprises et établissements
moins de 10 salariés sont fortement Parmi les plus grands établissements, erau 1 janvier 2006 ; seuls les effectifs
représentés dans le secteur tertiaire, Arc jurassien suisse et Franche-Com-
salariés sont pris en compte. Est considérée dans la construction et les industries té comptent autant d’établissements
comme salarié, toute personne qui agricoles et alimentaires (activités qui industriels de 250 salariés/emplois
travaille, aux termes d’un contrat, pour regroupent notamment les boulange- et plus. Leur activité économique
une autre unité institutionnelle résidente ries, boucheries, charcuteries, …). refl ète la spécialisation du territoire :
en échange d’un salaire ou d’une majoritairement présents dans l’hor-
rétribution équivalente. Les non salariés Les établissements de cette tranche logerie et la fabrication des machines
sont les personnes qui travaillent pour une de taille représentent un peu plus de en Suisse et dans l’automobile, la
rémunération sous une autre forme qu’un 80% du parc d’établissements dans chimie, le plastique ou la métallurgie
salaire.les industries des biens de consom- en Franche-Comté.
De nombreux établissements ont à leur tête mation, environ 70% dans celui des
industries des biens d’équipement ou Dans le tertiaire, la Franche-Comté un ou plusieurs dirigeants ou associés mais
des biens intermédiaires. abrite un nombre important de com- n’emploient pas de salarié ; une tranche
Les établissements de 10 à 49 salariés merces (essentiellement des hyper- « 0 salarié » est prévue pour eux dans ce
représentent 7% des établissements marchés) de 250 salariés et plus. cas. Cette possibilité n’existe pas pour les
francs-comtois. Dans l’industrie, 15% Les entreprises de services sont plus données suisses.
des établissements se situent dans nombreuses côté suisse, en particulier
cette tranche de taille ; ils sont 13% dans la santé-action sociale.
Nombre d’établissements par activité et par taille (champ ICS)
erFranche-Comté (1 janvier 2006) Arc jurassien suisse (fin 2005)
Industrie Construction Commerce Services Total Industrie Construction Commerce Services Total
0 salarié ou non déclaré 2 487 2 837 5 860 13 380 24 564 -----
1 à 2 salariés/emplois 1 129 1 529 2 715 3 928 9 301 2 470 2 141 5 407 10 121 20 139
3 à 9 salariés/emplois 1 492 1 342 2 769 2 789 8 392 2 167 1 736 5 289 8 427 17 619
10 à 19 salariés/emplois 548 339 515 532 1 934 729 558 1 090 1 655 4 032
20 à 49 salariés/emplois 434 173 271 343 1 221 505 272 461 901 2 139
50 à 99 salariés/emplois 174 31 73 92 370 203 65 119 306 693
100 à 249 salariés/emplois 140 8 27 45 220 161 23 59 149 392
250 et plus salariés/emplois 47 0 11 16 74 48 0 7 65 120
Ensemble 6 451 6 259 12 241 21 125 46 076 6 283 4 795 12 432 21 624 45 134
Développement économique - OSTAJ - 2007 3Une croissance du nombre d’établissements
qui s’appuie uniquement sur le tertiaire
L’Arc jurassien suisse
perd plus de 6% de ses
établissements entre
fi n 1995 et fi n 2005
Entre fi n 1995 et fi n 2005, l’Arc juras-
sien suisse perd annuellement près
de 300 établissements et voit son
parc se réduire de 6,2% en dix ans.
Sur cette période, le commerce de
détail enregistre une baisse de 20%
de ses unités (– 1 860 établissements)
des biens intermédiaires en perdent Entre fi n 1995 et fi n 2005, le parc alors que le nombre d’établissements
un sur vingt.d’établissements de l’Arc jurassien industriels baisse de 13%. Un quart
(champ ICS) augmente de 1,9% des établissements disparaissent
Dans le tertiaire, le nombre d’établis-(+1 700 établissements). En Franche- dans les industries agricoles et ali-
sements de l’Arc jurassien augmente Comté, le nombre d’établissements mentaires et dans celles des biens de
de 3,5% en dix ans (+2 300 établis-s’accroît de près 4 700 (+11%) sur la consommation ; la construction perd
sements). Cette évolution résulte prin-période alors qu’il se replie de 3 000 un établissement sur vingt.
cipalement de la croissance dans les (– 6%) dans l’Arc jurassien suisse. Sur la même période, le nombre
services : +4 700 établissements dont d’établissements dans le secteur
3 300 dans les services aux entrepri-Sur cette période, dans le secteur des services augmente de 2% (+430
ses. Le parc d’établissements s’accroît secondaire, le nombre d’établisse- établissements). L’accroissement du
de 700 dans les activités immobilières ments dans la construction s’accroît parc dans les services aux entreprises
et de 600 dans celles de la santé et de 5,1% (+540 établissements), tandis (+1 100) et dans les activités immobi-
de l’action sociale. En revanche, les qu’il recule de 8,2% (– 1 140 établis- lières (+160) fait plus que compenser
activités du commerce perdent 2 400 sements) dans l’industrie. L’industrie les réductions dans les services aux
établissements (– 8,7%), en particulier des biens de consommation perd un particuliers (– 430), dans la santé et
dans le commerce de détail (– 2 000 établissement sur cinq ; les industries l’action sociale (– 190) et dans les
établissements).des biens d’équipements et celles transports (– 130).
Développement économique - OSTAJ - 20074Tous les cantons de l’Arc jurassien augmentation de 11% de ses éta- tions y sont moins défavorables que
suisse enregistrent une baisse de blissements (+4 700), principale- dans l’Arc jurassien suisse.
leur parc d’établissements entre 1995 ment concentrée dans le tertiaire
et 2005 ; celle-ci est plus marquée (+4 200) et dans la construction Progression du parc des plus
dans le canton de Neuchâtel. Le (+800). Dans ces deux secteurs, grands établissements
nombre d’établissements recule de le parc progresse de 25% et 15% dans l’Arc jurassien suisse
11%, soit – 880 établissements au respectivement.
total. Cette baisse s’observe essen- Sur dix ans, le nombre d’établis-
tiellement dans l’industrie (– 16%). En dix ans, en Franche-Comté, le sements d’au moins 50 salariés/
Le canton du Jura enregistre la si- secteur des services aux entreprises emplois évolue de façon opposée
tuation la moins défavorable, avec un a vu son nombre d’établissements entre les deux territoires. La Fran-
recul de son parc de 4%. Les autres augmenter de plus de 50% (+2 200 che-Comté perd globalement 34
cantons perdent en moyenne 5% de établissements) et le nombre d’éta- établissements : les disparitions
leurs établissements en dix ans. Par blissements a pratiquement doublé dans l’industrie et la construction
contre, le nombre d’établissements dans les activités immobilières. Seul ne sont pas compensées par les
de services aux entreprises pro- le secteur des transports enregistre gains dans le tertiaire. L’Arc juras-
gresse dans l’ensemble des cantons une stabilité de son parc et les hôtels sien suisse gagne au contraire 58
de l’Arc jurassien suisse. et restaurants perdent 97 établisse- établissements dans cette tranche
ments (– 3%). de taille : les pertes sont limitées
Un volume d’établissements dans l’industrie et la construction,
comtois en hausse de 11% Dans l’industrie et dans le commerce, tandis que le tertiaire affiche un
entre début 1996 et début le nombre d’établissements diminue solde très positif.
2006 faiblement (– 3% et – 1%). Pratique-
ment toutes les activités enregistrent Au-dessus du seuil de 100 salariés/
Entre début 1996 et début 2006, une baisse de leur parc à l’exception emplois, le bilan reste favorable à la
contrairement à la partie suisse, de l’industrie automobile et du com- Suisse : +14 établissements contre
la Franche-Comté enregistre une merce de gros. Toutefois, les évolu- – 11 en Franche-Comté.
Établissements de l’Arc jurassien (champ ICS)
Franche-Comté Arc jurassien Arc jurassien suisse
Variation sur 10 ans Variation sur 10 ans Variation sur 10 anser Activité économique Établissements 1 Établissements Établissements
janvier 2006 fin 2005 fin 2005Absolue En % Absolue En % Absolue En %
Industrie 6 451 – 208 – 3,1 12 734 – 1 143 – 8,2 6 283 – 935 – 13,0
Industries agricoles et alimentaires 1 553 – 95 – 5,8 1 866 – 216 – 10,4 313 – 121 – 27,9
Industrie des biens de consommation 1 366 – 197 – 12,6 3 101 – 777 – 20,0 1 735 – 580 – 25,1
Industrie automobile 65 +12 +22,6 85 +5 +6,3 20 – 7 – 25,9
Industries des biens d’équipement 805 – 18 – 2,2 1 967 – 85 – 4,1 1 162 – 67 – 5,5
Industries des biens intermédiaires 2 359 – 41 – 1,7 5 295 – 235 – 4,2 2 936 – 194 – 6,2
Énergie 303 +131 +76,2 420 +165 +64,7 117 +34 +41,0
Construction 6 259 +792 +14,5 11 054 +536 +5,1 4 795 – 256 – 5,1
Commerce 12 241 – 134 – 1,1 24 673 – 2 362 – 8,7 12 432 – 2 228 – 15,2
Commerce et réparations 1 750 – 56 – 3,1 4 109 – 153 – 3,6 2 359 – 97 – 3,9
Commerce de gros 2 437 +52 +2,2 5 089 – 216 – 4,1 2 652 – 268 – 9,2
Commerce de détails 8 054 – 130 – 1,6 15 475 – 1 993 – 11,4 7 421 – 1 863 – 20,1
Services 21 125 +4 221 +25,0 42 749 +4 649 +12,2 21 624 +428 +2,0
Transports et communications 1 552 +2 +0,1 3 004 – 125 – 4,0 14 522 – 127 – 8,0
Activités immobilières 1 127 +542 +92,6 1 790 +697 +63,8 663 +155 +30,5
Services aux entreprises 6 530 +2 236 +52,1 15 542 +3 299 +26,9 9 012 +1 063 +13,4
Services aux particuliers 6 649 +510 +8,3 13 306 +81 +0,6 6 657 – 429 – 6,1
Éducation 590 +129 +28,0 1 291 +84 +7,0 701 – 45 – 6,0
Santé, action sociale 4 677 +802 +20,7 7 816 +613 +8,5 3 139 – 189 – 5,7
Ensemble 46 076 +4 671 +11,3 91 210 +1 680 +1,9 45 134 – 2 991 – 6,2
Développement économique - OSTAJ - 2007 55 200 nouvelles entreprises en 2004
dans l’Arc jurassien
Sur la période 1999-2004, l’Arc jurassien, Franche-Comté affiche un taux de
incluant la totalité du canton de Berne, a création annuel moyen sur la période
Les taux de créations d’entreprisesenregistré, en moyenne chaque année, de 6,1%.
la création pure (ex nihilo) de 4 470
L’entreprise est une unité juridique d’entreprises. Le taux annuel moyen Le taux de survie des
autonome, organisée pour exercée de créations pures est de 4,1% (6,1% entreprises comtoises supérieur
une activité économique. Elle peut se en Franche-Comté et 3,0% dans l’Arc à la moyenne nationale
composer d’un ou plusieurs établissements jurassien suisse).
(l’établissement principal et ses Sur la seule année 2004, dans l’Arc Sur la période 1999-2004, le taux de
succursales)jurassien, 5 200 entreprises ont été créations d’entreprises est de 7,3%
créées ex nihilo ; 54% d’entre elles sont dans la construction, de 6,8% dans les
La création est qualifi ée de « pure » ou ex localisées en Franche-Comté. Le volume services, de 5,8% dans le commerce
nihilo si l’activité exercée ne constitue pas de créations est en hausse de 15% par et de 3,6% dans l’industrie. La rela-
la poursuite d’une activité de même type rapport à 2003 et de 30% par rapport tive faiblesse du taux dans ce dernier
pratiquée antérieurement au même endroit à l’année 2002. Une grande partie de secteur s’explique notamment par la
par une autre entreprise. Les entreprises ces nouvelles entreprises exercent leur nécessité d’investir des moyens plus
issues d’une fusion, d’une dissolution ou activité dans le secteur tertiaire, notam- importants lors du démarrage d’une
d’une scission d’entreprises préexistantes ment dans le commerce et les activités nouvelle unité de production.
ne sont pas considérées. Les fi liales d’une de services aux entreprises. Le taux de créations franc-comtois,
entreprise déjà existante ne sont pas moins élevé de 1,3 point que le taux
comptées, sauf s’il s’agit de la première eLa moitié des créations métropolitain, situe la région au 15 rang
fi liale sur territoire d’une entreprise dans les services des régions sur 22. Cependant, le taux
étrangère. Le critère fondamental est en Franche-Comté de survie des entreprises comtoises est
donc que l’entreprise ait effectivement supérieur à la moyenne nationale. Qua-
commencé une activité économique En Franche-Comté, 12 250 entreprises tre ans après leur création, 60% des
productive sur le territoire.nouvelles sont enregistrées sur la pé- entreprises existent encore contre 53%
riode 1999-2004, dont quatre sur dix sont pour l’ensemble de la France. La survie
Le taux de créations pures d’entreprises des entreprises individuelles. Environ des entreprises dépend principalement
rapporte le nombre d’entreprises crées la moitié des entreprises nouvellement des caractéristiques de l’entrepreneur
ex nihilo au cours d’une période au stock créées sont situées dans les activités de (activité professionnelle, diplôme, ...) et
d’entreprises présentes à une date donnée services et un quart dans le commerce. des conditions de démarrage (capital
sur le même territoire. Les taux de création En rapportant ces créations au stock de départ, aides publiques, ...). Ces
d’entreprises, relativement fl uctuants erd’entreprises présentes au 1 janvier facteurs positifs, plus souvent pré-
d’une année sur l’autre notamment du fait 2002 en Franche-Comté (36 700 sents en Franche-Comté, expliquent
de facteurs conjoncturels, sont analysés entreprises dans le champ ICS), la le niveau du taux de survie.
sur des périodes de plusieurs années
Pour assurer une comparabilité de part et
d’autre de la frontière de l’Arc jurassien,
les taux de création sont défi nis de la
manière suivante :
- côté français, c’est le rapport entre
le nombre annuel de créations pures
d’entreprises (champs ICS) enregistrées en
Franche-Comté sur la période 1999-2004,
eret le stock d’entreprises au 1 janvier
2002.
- côté suisse, c’est le rapport entre
le nombre annuel de créations pures
d’entreprises enregistrées dans les
quatre cantons de l’Arc jurassien suisse,
et le stock d’entreprises comptabilisées
au Recensement Fédéral des Entreprises
de 2001.
Développement économique - OSTAJ - 20076Des créations
majoritairement tertiaires
dans l’Arc jurassien suisse
En 2004, dans l’Arc jurassien suisse,
près de 2 400 entreprises (20% des
nouvelles entreprises de Suisse) ont été
créées, générant près de 5 000 emplois.
Le nombre d’entreprises créées a pro-
gressé de 11% par rapport à 2003, deux
fois plus rapidement qu’en Suisse.
Sur la période 1999-2004, l’Arc juras-
sien suisse compte, en moyenne cha-
que année, 2 220 entreprises nouvel-
lement créées. Les années 2000/2001
ont été les moins dynamiques en
termes de créations d’entreprises pour
cause de diffi cultés conjoncturelles. La
répartition sectorielle de ces nouvel-
les créations révèle le rôle majeur du
secteur tertiaire : 80% des nouvelles
entreprises et 77% des emplois créés
proviennent du secteur tertiaire. À un
niveau plus détaillé, les activités les
plus dynamiques en termes de créa-
tions d’entreprises sont les services
aux entreprises (30%), le commerce
(23%) et la construction (11%).
En moyenne, deux emplois
par nouvelle entreprise dans
l’Arc jurassien suisse entre
1999 et 2004
Les nouvelles entreprises de l’Arc
jurassien suisse créées sur la période
1999-2004 occupent peu de person-
nes au moment du démarrage de
leur activité : 95% avaient moins de
5 emplois équivalents plein temps et
le nombre moyen d’emplois créés par
entreprise s’élève à 2,1 sur la période.
En outre, plus de la moitié de ces
nouvelles entreprises (52%) sont des
entreprises individuelles.
Sur cette période, le taux de créations
d’entreprises (3%) est identique à la
moyenne suisse. La construction affi -
che le taux de créations le plus élevé
(3%) ; l’industrie enregistre un taux de
créations plus faible (1,7%).
Le taux de survie des entreprises de
l’Arc jurassien suisse avoisine 80% la
première année, 72% la deuxième an-
née pour s’établir à 55% après 4 ans.
En termes d’emploi, 88% des effectifs
initialement créés sont maintenus
après 4 ans d’existence. Dans l’Arc ju-
rassien suisse, la taille des entreprises
créées augmente en moyenne de 1,2
emploi tous les quatre ans.
Développement économique - OSTAJ - 2007 7 Développement économique : chiffres clés
Doubs Jura (F) Haute Saône Territoire de Belfort
Nombre d’établissements, fi n 2005 (champ ICS) 20 219 12 034 8 801 5 022
Part dans l’ensemble de l’espace franco-suisse, en % 22,2 13,2 9,6 5,5
Nombre d’établissements par secteur, fi n 2005 (champ ICS), en % 100,0 100,0 100,0 100,0
Secondaire 25,8 29,9 31,0 24,9
Tertiaire 74,2 70,5 69,4 75,3
Nombre d’établissements par tranche de taille (champ ICS) 20 219 12 034 8 801 5 022
De 0 à 9 emplois/salariés 18 414 11 095 8 177 4 571
De 10 à 49 emplois/salariés 1 481 795 517 362
De 50 à 499 emplois/salariés 317 142 104 87
De 500 et plus emplois/salariés 7232
Évolution du nombre d’établissements (champ ICS), 1996-2006 (F),1995-2005 (CH), en % 13,1 8,5 13,9 6,6
Secondaire 6,9 – 3,6 12,2 7,3
Tertiaire 15,4 14,5 14,7 6,3
Nombre annuel moyen d’entreprises créées (champ ICS) par secteur, 1999-2004 1 016 546 428 262
Secondaire 236 150 142 69
Tertiaire 780 396 286 193
Taux de création annuel moyen par secteur (champ ICS), 1999-2004, en % 6,4 5,6 6,1 6,6
Secondaire 5,3 4,7 6,2 6,7
Tertiaire 6,8 6,0 6,1 6,5
Nombre d’emplois totaux (champ complet) 2005 215 703 98 905 81 928 53 855
Part dans l’ensemble de l’espace franco-suisse, en % 22,1 10,1 8,4 5,5
Nombre d’emplois totaux par secteur (champ complet), fi n 2005, en % 100,0 100,0 100,0 100,0
Primaire 3,0 4,8 5,7 1,0
Secondaire 30,8 32,6 31,7 26,6
Tertiaire 66,2 62,6 62,6 72,4
Évolution du nombre d’emplois par secteur (champ complet), 1995-2005, en % 9,1 3,8 10,6 5,1
Primaire – 13,1 – 11,8 – 16,0 – 19,1
Secondaire – 9,0 – 8,6 5,0 – 20,0
Tertiaire 21,8 13,3 17,1 19,4
Balance commerciale, 2006 1 641 465 1 116 444
Importations (France : millions d’euros ; Suisse : millions de francs) 2 563 631 923 768
Exportations (France : millions d’euros ; Suisse : millions de francs) 4 204 1 096 2 039 1 212
erFrontaliers (1 trimestre 2007)
* Données concernant le canton de Berne dans sa totalité
Développement économique - OSTAJ - 20078Franche-Comté Arc jurassien Arc jurassien suisse Berne Vaud Neuchâtel Jura (CH)
46 076 91 210 45 134 8 137 27 110 6 949 2 938
50,5 100,0 49,5 8,9 29,7 7,6 3,2
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
28,0 26,3 24,5 29,7 21,3 27,6 32,5
72,0 73,7 75,5 70,3 78,7 72,4 67,5
46 076 91 210 45 134 8 137 27 110 6 949 2 938
42 257 80 015 37 758 6 702 22 784 5 769 2 503
3 155 9 326 6 171 1 213 3 619 981 358
650 1 821 1 171 217 686 195 73
14 48 34 5 21 4 4
11,3 1,9 – 6,2 – 5,9 – 5,2 – 11,2 – 4,3
4,8 – 2,5 – 9,7 – 9,5 – 9,0 – 14,9 – 2,8
14,0 3,5 – 5,0 – 4,2 – 4,1 – 9,7 – 5,0
2 252 4 474 2 222 1 032* 926 193 71
597 1 042 445 194* 178 50 22
1 655 3 432 1 777 838* 747 143 49
6,1 4,1 3,0 2,7* 3,6 2,8 2,4
5,4 3,3 2,3 1,9* 3,1 2,6 2,3
6,4 3,6 3,3 3,1* 3,8 2,9 2,5
450 391 975 249 524 858 94 842 311 930 83 760 34 326
46,2 100,0 53,8 9,7 32,0 8,6 3,5
100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
3,7 4,9 6,0 8,0 5,6 3,9 10,2
30,9 28,3 26,1 34,8 19,7 34,8 39,0
65,5 66,8 67,8 57,2 74,7 61,3 50,9
7,7 4,7 2,3 – 0,8 4,1 0,1 0,8
– 13,8 – 15,1 – 15,8 – 2,3 – 20,2 – 18,9 – 15,1
– 7,9 – 6,2 – 4,4 – 6,8 – 4,1 – 2,1 – 3,9
18,8 12,2 7,3 3,4 9,1 3,0 9,0
3 665 5 992 1 174* 3 532 1 182 103
4 884 - 23 491 10 359* 6 566 5 761 805
8 549 - 29 483 11 533* 10 098 6 943 908
- 26 341 1 131 13 646 6 892 4 671
Développement économique - OSTAJ - 2007 9Une progression de l’emploi total plus marquée
en Franche-Comté que dans l’Arc jurassien suisse
Fin 2005, l’Arc jurassien compte Le tertiaire de l’Arc jurassien rassem- contre un recul de 3,5% (– 3 700
975 200 emplois salariés et non-sala- ble 67% de l’emploi total : 68% dans emplois) dans l’Arc jurassien suisse.
riés (54% dans la partie suisse et 46% l’Arc jurassien suisse et 66% en Fran- La construction et le commerce
en Franche-Comté). Depuis dix ans, le che-Comté. Ces proportions restent créent respectivement 5 200 et 4 500
nombre d’emplois augmente de 4,7% : en dessous des moyennes nationales emplois chacun entre 1995 et 2005
la progression est plus forte en Fran- (69% en Suisse et 76% en France). Au en Franche-Comté. En revanche,
che-Comté (+7,7%, soit +32 000 em- sein du tertiaire, les services affi chent ces deux secteurs ont perdu respec-
plois) que dans l’Arc jurassien suisse une proportion d’emplois en Franche- tivement 2 600 et 6 200 dans l’Arc
(+2,3%, soit +11 900 emplois). Comté légèrement supérieure (54%) à jurassien suisse sur la même période.
Le secteur primaire occupe 5% des celle de l’Arc jurassien suisse (52%). Les effectifs des services progres-
emplois (6% côté suisse et 4% côté sent dans les deux régions, mais
français) et accuse une perte de 15% Sur la période 1995-2005, l’emploi dans des proportions sensiblement
de ses effectifs (– 8 600 emplois) en total de l’Arc jurassien a augmenté de différentes (+20,6% en Franche-
dix ans. 44 000 emplois. Le secteur tertiaire Comté et +12,3% dans l’Arc jurassien
a progressé de 12,2%, dégageant suisse).
Deux régions encore un solde positif de 70 700 emplois.
fortement industrialisées Ces créations d’emplois compensent
largement la baisse enregistrée dans Note explicative
Le secteur secondaire (industrie et le secteur secondaire (– 6,2% soit
construction) représente 28% des – 18 200 emplois). - En Suisse, l’Offi ce fédéral de la
emplois de l’Arc jurassien, 31% en statistique (OFS) réalise tous les trois à
Franche-Comté et 26% dans l’Arc Les services tirent la quatre ans un recensement des entreprises
jurassien suisse. Ces proportions croissance de l’emploi des dans les secteurs secondaire et tertiaire de
sont supérieures à la moyenne natio- deux côtés de la frontière l’économie suisse. Il s’agit d’une enquête
nale qui est respectivement de 23% exhaustive menée auprès de l’ensemble
en France et 25% en Suisse. L’Arc L’évolution de l’emploi total sur la pé- des entreprises et établissements privés et
jurassien demeure encore une région riode 1995-2005 est différente de part publics. Les effectifs des établissements
industrielle : l’industrie concentre un et d’autre de la frontière. Si l’emploi comptabilisent globalement les personnes
emploi sur cinq. De part et d’autre dans le secteur primaire baisse dans à leur compte et les salariés.
de la frontière, le poids des emplois les deux régions, le nombre d’emplois - En France, les données d’emploi ont
industriels dépasse les moyennes agricoles perdus dans la partie suisse été collectées au cours des Recensements
nationales. est plus du double (– 5 900) de celui Généraux de la Population de 1990 et de
Le secteur de la construction occupe de la Franche-Comté (– 2 600). 1999. Entre deux recensements, l’INSEE
près de 7% des emplois jurassiens, utilise des sources administratives pour
proportion quasi identique des deux L’industrie comtoise perd 12,9% de appréhender les évolutions de l’emploi et
côtés de la frontière. ses effectifs (– 16 400 en dix ans) en estimer le niveau au 31 décembre de
chaque année.
Les données relatives à l’emploi salarié
sont nombreuses et permettent de disposer
d’une description annuelle d’activités
en 36 postes incluant l’agriculture et
l’ensemble des secteurs public et privé.
L’emploi non salarié, relevant d’autres
procédures de comptage, n’est disponible
qu’au niveau des principales activités
économiques.
Pour autant, l’emploi salarié est
très largement prédominant dans de
nombreuses activités économiques ; c’est
pourquoi il a été décidé de mettre en
parallèle le volume et les évolutions de
l’emploi total dans l’Arc jurassien suisse
avec celui de l’emploi salarié en Franche-
Comté.
Développement économique - OSTAJ - 200710

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.