Économie sociale et solidaire : 9 000 établissements employeurs

De
Publié par

L'économie sociale et solidaire regroupe environ 30 000 établissements en Aquitaine. Les associations sont prépondérantes devant les coopératives et les mutuelles. Fin 2002, le tiers des établissements immatriculés emploie des salariés pour un volume global de 88 000 postes. L'emploi en économie sociale et solidaire se distingue par un poids important de contrats à temps partiel, par une forte présence de femmes et par un niveau de salaire moyen un peu plus faible que dans le reste de l'économie.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 32
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUATRE PAGES
INSEE AQUITAINE
ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE
9 000 ÉTABLISSEMENTS EMPLOYEURS
L’économie sociale et solidaire
regroupe environ 30 000 établissements
cinq personnes en fin d’année. Ils ne sont que 4 % àen Aquitaine.
en rémunérer plus de 50.Les associations sont prépondérantes
La moitié des emplois en santé,devant les coopératives et les mutuelles.
action sociale ou éducationFin 2002, le tiers des établissements
En terme d’emploi salarié, la santé, l’action sociale etimmatriculés emploie des salariés
l’éducation sont les principaux domainespour un volume global de 88 000 postes.
d’intervention de l’économie sociale et solidaire : la
L’emploi en économie sociale et solidaire
moitié des emplois y est concentrée. Les services aux
se distingue par un poids important particuliers, principalement les activités récréatives
de contrats à temps partiel,
Les associations occupent la première place
par une forte présence de femmes
Associationset par un niveau de salaire moyen
un peu plus faible
Coopératives
que dans le reste de l’économie.
Salaire brut versé
Mutuelles
Contrats dans l’année
Nombre d’établissements employeurs
Marges
%
010 20 30 40 50 60 70 80 90Quoi de commun entre la coopérative Maïsadour
Poids de chaque composante de l’économie socialedans les Landes qui gère plus de 500 salariés et la
et solidaire en Aquitaine
Source : Insee - DADS 2002petite association culturelle “Théâtre pas sage” dans
les Pyrénées-Atlantiques ? Peu de points communs
Économie sociale et solidaire
sinon le fait d’appartenir au même secteur, celui dit
C’est un ensemble hétérogène en terme d’activités se définissantde l’économie sociale et solidaire.
autour de valeurs communes : non-rétribution individuelle des
profits réalisés, liberté d’adhésion, gestion démocratique selon le
En 2002, en Aquitaine, 30 000 établissements se principe “une personne, une voix”, solidarité. Ce secteur, dont
l’initiative est privée et collective, peut relever du domaine mar-rattachent à l’économie sociale et solidaire, et parmi
chand (coopératives, associations soumises à la concurrence...),
eux, 9 000 emploient des salariés. Au 31 décembre,
du domaine non marchand (activités d’utilité sociale financées
88 200 salariés y sont en poste, soit 11 % de par le contribuable) ou des deux à la fois.
1
Une Délégation interministérielle à l’innovation sociale et àl’emploi salarié de la région. Le nombre de contrats
l’économie sociale (DIIES) rattachée au ministère des Affaires so-
rémunérés au cours de l’année s’élève à 117 200,
ciales, du travail et de la solidarité, créée en 1981, marque la re-
soit 10 % de l’ensemble des contrats aquitains. Ils connaissance officielle de ce secteur. Elle a pour objectif de
promouvoir les innovations sociales s’inscrivant dans une dé-sont pour certains à temps partiel ou établis
marche de citoyenneté active, de création d’activités d’utilité so-
seulement une partie de l’année. En équivalents ciale, de lutte contre les exclusions. Elle anime la réflexion des
administrations pour favoriser le développement de ces structu-temps plein, on peut les estimer à 72 400 emplois
res en leur offrant un cadre juridique, financier et fiscal approprié
pour l’année 2002. permettant de préserver leur originalité.
La nomenclature utilisée dans cet article est issue des travaux de
La plupart des établissements de ce secteur sont de
l’Association de Développement et la Documentation sur l’Éco-
nomie Sociale (ADDESS). Un croisement entre activité écono-petite taille. Les deux tiers employaient moins de
mique et catégorie juridique permet d’identifier les composantesINSEE
1 de l’économie sociale et solidaire.Hors salariés de l’État et emplois domestiquesAQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUES
o
N 133
OCTOBRE 2004Surtout des associations
mutuel et dans les associations de santé.
Établissements Postes À l’opposé, l’emploi est beaucoup plusÉquivalentsayant rémunéré
au 31/12
des salariés temps plein volatil dans certaines associations,(%)dans l'année
celles d’insertion mais aussi celles
Associations 7 674 76,1 52 800
d’accueil-hébergement ou dedont associations sociales 1 692 39,9 27 200
dont associations d'enseignement 842 9,4 7 000 culture-sport-loisir où la part des
dont associations culture-sport-loisir 2 661 7,7 4 800
contrats annuels varie de 24 à 39 %.
Coopératives 761 15,1 12 700
Coopératives agricoles * 198 4,1 3 400
La majorité des 117 500 postes sont desCoopératives de crédit 138 7,0 5 900
Autres coopératives 425 4,0 3 400 emplois “ordinaires”, mais on
Sociétés d'assurance à caractère mutuel 95 1,0 800 dénombre parmi eux 400 apprentis,
Organisations régies par le code de la mutualité 192 3,8 3 000 près de 3 000 stagiaires et 5 900 postes
Marges 214 4,0 3 100 d’emplois aidés. Les apprentis surtout
Économie sociale et solidaire 8 936 100,0 72 400 employés par les coopératives sont
Part économie sociale-solidaire / Aquitaine 9,2 10,9 9,6
moins présents dans l’économie sociale
* chiffres différents des données MSA pour des raisons de collecte
que dans l’ensemble de l’économie
Les établissements employeurs selon leur type
Source : Insee - DADS 2002 aquitaine. En revanche, les stagiaires et
les emplois aidés sont en proportion
culturelles et sportives, regroupent mutuelles, les assurances à caractère plus importante. Un quart des contrats
13 % des emplois. Viennent ensuite les mutuel et les entreprises situées aux de stagiaires de la région est conclu par
activités de banques et assurances, les marges de l’économie sociale. Le des employeurs de l’économie sociale de services aux entreprises et secteur associatif, avec plus de trois et solidaire. Ces stagiaires représentent
de commerce. quarts des emplois, en constitue la ainsi dans ce secteur 2,5 % des contrats
Le poids en terme d’emploi salarié de principale. Les coopératives offrent contre 1 % sur l’ensemble des
cette forme d’économie varie de 16 % 15 % des postes salariés. aquitains. Dans les associations
sur l’ensemble des services jusqu’à d’enseignement, les stagiaires signent
38 % dans l’éducation-santé-action Deux contrats sur cinq 16 % des contrats. Un tiers des contrats
sociale ainsi que dans les banques et à temps partiel aidés en vigueur en 2002 en Aquitaine
assurances. dépend du domaine de l’économie
Les contrats de travail de l’économie
L’économie sociale et solidaire se sociale. Dans l’ensemble des contrats,
sociale relèvent beaucoup plus souvent
décline en grandes familles : les les emplois aidés représentent 5 % de
du temps partiel que ceux de
associations, les coopératives, les l’économie sociale contre 1,4 % sur lal’ensemble de l’économie aquitaine
totalité des postes aquitains. La plupart
(39 % contre 25 %). Dans les
Les DADS travaillent dans les associations,
associations, 45 % des postes en
principalement celles de l’actionLa déclaration annuelle de données sociales est moyenne sont à temps partiel. Certaines
une formalité administrative qui doit être ef- sociale, mais aussi celles de culture-
activités dont “culture-sports-loisir”fectuée chaque année par tout employeur. Elle
sports-loisir ou d’enseignement.permet à l’Insee d’établir des statistiques sur recourent encore plus fréquemment à
l’emploi salarié (conditions d’emploi, sexe, âge,
ce type de contrat. Dans ce domaine Plus de cadres dans les mutuellescatégories socioprofessionnelles, salaires…). Le
champ ne couvre ni les salariés de l’État ni les d’ailleurs ou dans celui des associations
emplois domestiques. Les salariés de l’économie sociale
d’insertion, un tiers des contrats partiels
Outre les salariés occupant des “vrais emplois”, appartiennent plus souvent aux
sont qualifiés “faible temps partiel”. Les
certains contrats sont très occasionnels. Ces
catégories professions intermédiaires
contrats “annexes” représentent un nombre de mutuelles se distinguent peu de
ou employés que l‘ensemble despostes important 32 % sur le champ de l’éco- l’ensemble Aquitaine. Par contre, pour
nomie sociale et solidaire et 23 % en Aquitaine. salariés aquitains. La part des employés
les coopératives, le temps complet estCependant, en terme de masse de salaire brut
représente quatre points de plus ; plusversée, leur part est seulement de 2,2 % sur le plus fréquent.
champ de l’économie sociale et solidaire et de de la moitié des contrats des mutuelles
1,2 % en Aquitaine. Dans cet article, les con-
Dans l’économie sociale ou dans ou des marges les concerne. L’écart esttrats occasionnels n’ont pas été retenus.
l’ensemble de l’Aquitaine, près de six encore plus grand (dix points) pour lesUn poste de travail (ou contrat) correspond à un
salarié dans un établissement, qu’il ait effectué contrats sur dix correspondent à des professions intermédiaires. Elles sont
une seule période de travail ou plusieurs. Mais
salariés gardant leur poste toute majoritaires dans les coopératives de
le même salarié ayant travaillé dans plusieurs
établissements différents au cours de l’année l’année. La stabilité est plus grande dans crédit, les mutuelles d’assurance
sera comptabilisé comme autant de contrats. les sociétés d’assurance à caractère ainsi que dans les associations
oN 133
OCTOBRE 2004d’enseignement ou de culture- dans quelques cas, comme lesPlus de femmes dans l’économie sociale
sport-loisir. Les postes d’ouvriers sont coopératives agricoles, les autres
Économie 66 Économie
aquitaine socialedonc plus rares (17 % contre 34 %). On 61 coopératives, les associations
56
les retrouve surtout dans les d’insertion ou de culture-sport-loisir, la51
46coopératives agricoles ou les autres situation est inverse.Hommes Femmes
41
36 ainsi que dans les 231 Le salaire net horaire moyen perçu est
26associations d’insertion. Enfin, 10 %
21 d’environ 10 euros dans l’économie
des fonctions dans l’économie sociale 16
80 60 40 20 020 0 40 60 80 sociale comme dans l’ensemble de
sont des emplois de cadres ou de pour mille
l’économie régionale. Mais cette
Les salariés par sexe en 2002dirigeants contre 9 % pour l’ensemble
Source : Insee - DADS 2002 équivalence masque des disparités
des postes aquitains. Cette catégorie est
importantes selon les domaines. Le
sur représentée dans les mutuelles ou d’action sociale. Elles sont en large
salaire moyen est plus élevé dans les
(14 %). majorité chez les employés. Elles sont
associations de santé, les coopératives
aussi plus nombreuses que les hommes
Les femmes sont plus nombreuses que de crédit et surtout les assurances où il
dans les professions intermédiaires.
les hommes dans l’économie sociale. atteint 15 euros. Il est moindre dans
Elles y occupent 61 % des postes contre Dans les catégories où elles sont l’action sociale, la culture-sport-loisir et
45 % dans l’ensemble de l’économie minoritaires, soit les cadres ou les l’insertion. Les salariés de ce dernier
régionale. Leur part dépasse même ouvriers, leur part reste supérieure dans secteur perçoivent seulement 7,3 euros
70 % dans les mutuelles ou les marges l’économie sociale, comparée à 2
Quel que soit le temps de travail, mais hors
l’ensemble de l’économie. Cependant,ainsi que dans les associations de santé dirigeants, stagiaires, apprentis et emplois aidés
Les familles de l’économie sociale et solidaire
Les associations
La moitié des employés des associations travaille dans le secteur social. Ce domaine englobe l’aide aux personnes âgées, l’aide aux adultes et jeunes handi-
capés, les structures d’assistance aux personnes sans emploi, les associations de prévention ainsi que des organismes tels que les unions départementales
des associations familiales.
Les associations d’enseignement occupent 13 % de l’emploi associatif. Il s’agit d’établissements de formation professionnelle pour adultes, d’enseigne-
ment primaire, secondaire et professionnel.
Les de culture-sports-loisir sont plus souvent des petites structures. Près de neuf sur dix emploient moins de cinq salariés. Cependant, étant
nombreuses, elles occupent 12 % de l’emploi des associations, dont la moitié dans le sport. Les activités artistiques occupent deux salariés sur dix.
Les autres associations (13 % de l’emploi des associations) englobent des structures diverses telles que l’APAVE (sécurité, qualité formation profession-
nelle), des offices de tourisme ou des organisations professionnelles. Mais elles sont principalement des “organisations associatives non répertoriées ail-
leurs” soit par leur spécificité, soit par manque de précisions lors de leur immatriculation. Cette classification concerne 40 % des postes salariés de ce
groupe “autres associations”, mais seulement 4 % des contrats de travail de l’économie sociale en 2002.
Les associations de santé sont généralement des grands établissements exerçant des activités hospitalières. Elles représentent seulement 1,4 % des établis-
sements associatifs, mais 6 % des emplois. L’institut Bergonié à Bordeaux est le plus important.
Les d’insertion (5 % de l’emploi associatif) recrutent et mettent du personnel à disposition . Elles incluent ici les groupements d’employeurs.
Les associations d’accueil hébergement, composant le poids le plus faible du secteur associatif, sont constituées d’associations d’œuvres laïques ou de
foyers de jeunes travailleurs, mais aussi de restaurants inter-administratifs.
Les coopératives
Il s’agit de coopératives agricoles, de coopératives de crédit ou de coopératives diverses. Ces dernières sont surtout des groupements agricoles d’exploitation
en commun (GAEC) et des SARL ouvrières de production (SCOP). Les coopératives agricoles les plus importantes sont : Maïsadour, SCA terres du
Sud ou Euralis céréales. Parmi les coopératives de crédit, on recense la Caisse d’Épargne et de Prévoyance, la Banque Populaire du Sud-Ouest, la Caisse régio-
nale de Crédit Mutuel. Pour les agricoles ou de crédit, les salariés des nombreuses petites implantations sont souvent comptabilisés avec ceux des
établissements principaux. Ainsi la taille de ces établissements peut apparaître plus importante qu’elle ne l’est pour une localisation donnée.
Les autres catégories de coopératives, plus diversifiées, sont surtout des établissements de petite taille. Sept sur dix ont moins de cinq salariés (contre la moi-
tié pour les coopératives agricoles ou de crédit). Toutefois, certaines structures telles les centrales d’achat alimentaire emploient aussi un nombre important
de salariés.
Sur l’ensemble des coopératives, près de la moitié de l’emploi relève du secteur crédit. Un quart des salariés travaille pour les coopératives agricoles et
l’autre quart pour les autres coopératives.
Les mutuelles et les sociétés d’assurance à caractère mutuel
er
Les mutuelles (régies par la loi du 1 avril 1898 relative aux sociétés de secours mutuels et l’ordonnance du 19 octobre 1945 portant sur le statut de la mu-
tualité et regroupées au sein de la Fédération Nationale de la Mutualité Française) exercent principalement leur activité dans le domaine de la santé, mais
aussi de l’action sociale (accueil de personnes âgées, crèches et garderie d’enfants, activités hospitalière) ou de la vente.
Les sociétés d’assurance à caractère mutuel sont réunies au sein du GEMA (le Groupement des Entreprises Mutuelles d’Assurances rassemble des sociétés
telles que : MACIF, MAIF, MATMUT, MAAF, MAPA, Mutuelle des Motards…). Elles exercent principalement une activité d’assurance de biens et de per-
sonnes.
Les marges (les entreprises situées aux marges de l’économie sociale)
Les marges, soit des fondations ou des congrégations, interviennent dans le domaine de la santé, de l’accueil d’enfants ou d’adultes handicapés. Deux fon-
dations très importantes sont implantées en Aquitaine, la fondation John Bost en Dordogne et la maison de santé Bagatelle en Gironde. Les comités d’entre-
prises sont inclus dans cette catégorie.
oN 133
OCTOBRE 2004oN 133
OCTOBRE 2004
Des salaires plus faibles dans les associations Unité : euro solidaire. Le nombre moyen de postes
Économie Mutuelles Économie
Coopératives Associations Marges journaliers en juillet-août dépasse de
(a)sociale aquitaine
prés de 5 % le nombre moyen de
Ensemble 19 000 22 200 22 800 17 500 19 300 20 300
contrats sur le reste de l’année. Cette
Cadres (b) 36 700 40 900 44 300 33 300 41 200 39 100
fluctuation de l’emploi est variable d’un
Prof. intermédiaires 20 900 23 200 22 000 20 000 21 200 22 300
domaine à l’autre. Elle est trèsEmployés 15 200 18 000 16 800 14 271 15 800 15 900
Ouvriers 12 600 15 900 16 200 10 729 16 500 16 700 importante dans les associations
Hommes 20 700 23 500 31 500 18 500 21 400 21 700 d’accueil-hébergement (+ 39 %), dans
Cadres (b) 39 500 42 300 48 600 35 700 43 800 41 500 les associations d’insertion (+ 15 %) ou
Prof. intermédiaires 21 700 24 400 23 600 20 300 21 100 23 300 les de culture-sports-loisir
Employés 15 500 19 000 17 400 14 100 16 500 16 500
(+ 12 %). Évidemment, pour cette
Ouvriers 13 200 15 900 16 700 11 180 16 700 17 000
période de l’année, dans le secteur de
Femmes 17 600 19 900 19 600 16 800 18 200 18 100
l’enseignement, le phénomène
Cadres (b) 31 200 34 000 35 300 29 700 37 500 31 800
s’inverse mais dans des proportionsProf. intermédiaires 20 300 21 400 21 400 19 800 21 300 20 900
Employés 15 100 17 600 16 650 14 300 15 700 15 600 moindres (- 1,5 %). À noter enfin que
Ouvriers 11 000 15 600 15 400 9 800 15 900 14 200
l’absence de chiffres sur le bénévolat
(a) y compris les sociétés d’assurance à caractère mutuel (b) y compris les chefs d'entreprises salariés minimise considérablement le nombre
Salaires annuels moyens nets de tous prélèvements
réel de personnes travaillant pour cepar année-travail pour les salariés à temps complet
Source : Insee - DADS 2002 secteur.
en moyenne. Pour gommer les effets de salariés de moins de 25 ans y est de
qualification et de temps de travail, on 14 % contre 29 % dans l’ensemble des Cécile BOLLIER
peut comparer les salaires moyens secteurs de la région. Ainsi, l’âge
annuels perçus par les salariés à temps médian des salariés de l’économie
3
complet . Une constante apparaît alors. sociale (39 ans) est supérieur de deux
À catégorie professionnelle identique, ans à celui de l’ensemble des salariés
les salariés travaillant à temps complet aquitains. La jeunesse prime dans POUR EN SAVOIR PLUS…
dans les associations sont toujours certains domaines associatifs, comme
“Les chiffres clés de l’Économie sociale
moins bien rémunérés que ceux des dans le domaine culture-sport-loisir où et solidaire en Aquitaine” - CRESS Aqui-
taine - octobre 2004.autres composantes de l’économie la moitié des contrats sont détenus par
sociale. des aquitains de moins de 32 ans. “Les femmes dans l’économie sociale des
Régions Atlantiques” - Insee Poitou-Charen-
tes - Les cahiers de Décimal n° 42-avrilLes jeunes sont moins présents dans L’emploi présente un caractère
2003.l’économie sociale. En effet, la part des saisonnier dans l’économie sociale et
3
Salaire moyen par année travail des temps
complets hors apprentis, stagiaires et emplois
aidés y compris dirigeants salariés
Directeur de la publication : François Elissalt -
Rédacteur en chef : Élisabeth Nadeau - Secrétaire de fabrication : Daniel Lepphaille
INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget - 33076 Bordeaux cedex
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3617 INSEE - Internet : www.insee.fr
e
© INSEE 2004 - n° ISSN 1283-6036 - Dépôt légal 4 trimestre 2004
Composition et impression : Insee Aquitaine
Code Sage IA13308
Prix : 2,2€ - Abonnement : France : 12 numéros 22€ - Étranger : 27€

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.