Egalité professionnelle en Midi-Pyrénées : des progrès encore insuffisants

De
Publié par

L'augmentation de l'activité féminine est une des conditions de la poursuite de la progression de la population active de Midi-Pyrénées à l'horizon 2015. Le taux d'activité des femmes dépend aujourd'hui davantage de l'âge et du niveau de diplôme que de la situation familiale. Bien que les femmes exercent de plus en plus souvent des métiers qualifiés, elles restent surreprésentées dans les secteurs du tertiaire les moins rémunérés et les plus exposés à la précarité professionnelle et au chômage.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 35
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 89 : septembre 2006
Égalité professionnelle en Midi-Pyrénées :
des progrès encore insuffisants
L’augmentation de l’activité féminine est une des conditions
de la poursuite de la progression de la population active de
Midi-Pyrénées à l’horizon 2015. Le taux d’activité des femmes
dépend aujourd’hui davantage de l’âge et du niveau de diplôme
que de la situation familiale. Bien que les femmes exercent
de plus en plus souvent des métiers qualifiés, elles restent
surreprésentées dans les secteurs du tertiaire les moins rémunérés
et les plus exposés à la précarité professionnelle et au chômage.
Une forte féminisation des métiers qualifiés
Évolution de la part des femmes actives par famille professionnelle de métiers entre 1982 et 1999
Les métiers en forte masculinisation Les métiers en forte féminisation
-15 -10 - 5 0 0 5 10 15 20 25
Patrons hôtel-café-restaurant Techniciens administratifs
(40 %) (60 %)
Industries légères Représentants
(37 %) (31 %)
Ouvriers non qualifiés Comptables
manutention (25 %) (84 %)
Électricité, électronique Fonction publique cat. A
(28 %) (34 %)
Ouvriers non qualifiés textile et cuir Ouvriers non qualifiés process
(62 %) (37 %)
Agents entretien Fonction publique cat. C
(71 %) (75 %)
Caissiers employés de livre service Médecins et assimilés
(83 %) (44 %)
Vendeurs Coiffeurs esthéticiens
(68 %) (85 %)
Midi-Pyrénées
France
Source : Insee, recensements de la population
Champ : métiers comptant plus de 3 000 femmes en 1999 en Midi-Pyrénées
Note de lecture
Parmi les techniciens administratifs de Midi-Pyrénées, 60 % sont des femmes en 1999. Cette part a gagné 21 points dans la région entre
1982 et 1999 et 18 points en France.
Odile RUHLMANN
Marie-Thérèse DE LABARTHE
1
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6epuis plusieurs décennies, l’acti- l’ac croissement de la population active femmes remplissant plus tardivement lesDvité féminine progresse en Midi- (+ 31 800), plus important que celui des conditions d’accès à la retraite et les
Pyrénées. Cette progression porte migrations résidentielles et du vieillis- hommes étant sans doute plus souvent
à 68 % le taux d’activité des femmes sement de la population (+ 10 400 femmes concernés par un départ en pré-retraite.
résidant dans la région en 2004. C’est actives). La part des femmes dans la Les femmes possédant un diplôme de
un taux élevé par rapport à la moyenne population active, qui était de 44,0 % niveau « bac + 2 » (soit une femme sur
de province (+ 2 points) et à la moyenne en 1990, a gagné 2,3 points entre 1990 sept) ont deux fois plus de chances de
de France métropolitaine (+ 1 point). et 1999 et passerait à 47,5 % en 2015. se porter sur le marché du travail qu’une
La croissance de la population active s’ac- femme n’ayant aucun diplôme (une femme
À l’horizon 2015, compagnerait de son vieillissement : en sur huit). Et les diplômes techniques,
2015, un actif sur quatre serait âgé de détenus par plus d’une femme surla féminisation de la population
50 ans et plus. Ce vieillissement jouerait quatre (quel que soit leur niveau : CAP,active s’accélèrerait
plus fortement pour les femmes que pour BEP, baccalauréat technologique),
Si les comportements migratoires, d’acti- les hommes, du fait de l’évolution des taux semblent garantir un meilleur taux d’acti-
vité et la mortalité suivaient l’évolution d’activité féminins après 40 ans : 26 % des vité (76 %) que les études générales, à
observée en France métropolitaine femmes actives seraient quinquagénaires l’exception des diplômes de niveau
dans la décennie 90, les ressources ou sexagénaires. supérieur détenus par une femme sur
en main-d’œuvre de la région augmen- quatre. Comparativement, la part des
teraient jusqu’en 2012 puis se stabilise- L’âge et le diplôme déterminent hommes au chômage est plus faible que
raient jusqu’en 2015. Selon ce scénario celle des femmes quel que soit le diplôme,l’activité des femmes
tendanciel, qui n’intègre pas les chan- et pour les détenteurs d’un CAP ou d’un
gements de comportements en cours, Si le choix pour une femme d’exercer une BEP, le taux d’activité masculin est
induits par les réfor mes des retraites de activité professionnelle est en partie supérieur de 12 points au taux d’activité
1993 et 2003, ni l’accélération des conditionné par le contexte économique, féminin (respectivement 79 % et 67 %).
mouvements migratoires sur la période il est surtout lié à ses caractéristiques indi-
récente, la population active de la viduelles et secondairement à sa situation Dans l’ordre, l’âge, le nombre d’enfants,
région s’accroîtrait de 5,3 % entre familiale. le diplôme et la nationalité expliquent
1999 et 2015. Parmi les 61 000 actifs L ’âge et le diplôme jouent un rôle détermi- dans plus de 70 % des cas la situation
supplémentaires que compterait la nant. Le taux d’activité féminin est à son d’activité des femmes. À autres carac-
région, 70 % seraient des femmes. maximum vers 27 ans (84 %). Il est plus téristiques identiques, la probabilité
La progression des taux d’activité réduit que celui des hommes avant 25 ans, d’activité féminine est la même (85 %)
féminins de 5 à 11 points selon l’âge les femmes poursuivant des études plus de 25 à 39 ans que de 40 à 49 ans mais
entre 40 et 60 ans aurait un fort impact longues. Il est par contre plus élevé entre la chance d’occuper un emploi (82 %)
sur la contribution des femmes à 60 et 65 ans (16 % contre 14 %), les est par contre supérieure de 6 points
pour une femme de 40 à 49 ans. Une
Progression des taux d'activité féminins par âge femme de 50 à 59 ans a une probabilité
en Midi-Pyrénées de 36 % d’être inactive, soit 21 points
Taux d'activité en %100 de plus qu’une femme de 25 à 39 ans.
À âge, diplôme et situation familiale
80
équivalents, une femme de nationalité
étrangère a une probabilité de 27 %
60
d’être inactive (12 points de plus qu’une
femme de nationalité française) et de40
12 % d’être au chômage. En Midi-
20 Pyrénées, la situation familiale joue un
rôle moins important que les caractéris-
0
Âge15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70 tiques individuelles d’âge, de diplôme
ou de nationalité. Le nombre d’enfants
Femmes 1990 Femmes 1999 Femmes 2015 (projection tendancielle)
entre en ligne de compte : une femmeHommes 1999
sans enfant a une probabilité de 81 %Source : Insee, recensements de la population 1990, 1999 - projections OMPHALE
2
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6d’être active, soit 4 points de plus
Un taux d'activité élevé pour les diplômes techniquesqu’une mère de deux enfants et
Situation professionnelle des femmes selon le niveau du diplôme12 points de plus qu’une mère de trois
%
80enfants. Le fait d’être responsable d’une
Active occupéefamille monoparentale augmente de 70
Chômeuse
5 points la probabilité d’être active et 60 Inactive
de 6 points celle d’être au chômage. Les
50
diplômes les plus qualifiants majorent
40la probabilité de se placer sur le marché
du travail et les chances d’occuper un 30
emploi, toutes choses égales par 20
ailleurs.
10
0Une féminisation des métiers
aucun CEP BEPC CAP BEP Bac Bac Bac Supérieur
qualifiés général Techno- + 2 à Bac + 2
logique
Source : Insee, recensement de la population 1999
En 1999, les femmes sont largement
majoritaires dans les métiers non manuels
et de faible qualification du secteur tertiaire.
En particulier, elles représentent plus
de 70 % des secrétaires et employés
administratifs, catégorie C de la fonction
publique, employés d’assurance, caissiers
de libre service, coiffeurs, employés de
maison, assistants maternels, aides à
domicile, agents d’entretien et aides-
soignants. La dénomination de sage-
femme et infirmière témoigne aussi
de la forte féminisation de ces métiers.
Les femmes n’entrent par contre que pour
une part très faible (moins de 10 % des
effectifs) dans les métiers manuels de
production (bâtiment et travaux publics,
mécanique et travail des métaux, main-
tenance, conducteurs de véhicules),
ainsi que dans les métiers de pompiers
et de la police.
De 1982 à 1999, l’emploi masculin a
globalement stagné en Midi-Pyrénées,
alors que l’emploi féminin a progressé
annuellement de 1,7 %, ce qui est plus
que la moyenne française de métropole
(1,2 %). Dans le secteur tertiaire, c’est
Note de lecturesouvent dans les métiers à haute qualifi-
L’individu de référence est une femme, ayant entre 25 et 39 ans, ayant deux enfants et vivantcation que la hausse annuelle de l’emploi
e een couple, de nationalité française et diplômée du 2 ou 3 cycle. Elle a une probabilité de 76 %
féminin a été la plus élevée ; elle d’être active occupée. Les nombres du tableau indiquent l’écart de probabilité quand on
modifie, une à une, les modalités des variables retenues, les autres restant identiques.dépasse 5 % dans les métiers de tech-
Une femme de 18 à 24 ans qui ne diffère de l’individu de référence que par son âge aura une
niciens, catégorie A de la fonction probabilité de 76 % - 40 % = 26 % d’être activ e occupée. À l’inverse, une femme sans d’enfant,
les autres caractéristiques étant inchangées, a une probabilité d’être active occupée depublique, cadres commerciaux, profes-
76 % + 2 % = 78 %.
Le modèle utilisé est un modéle de régression logistique.sions des arts et de la communication.
3
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6Les femmes qui comptaient pour 38 % imputable aux entreprises du secteur Mais la féminisation parfois spectacu-
dans les personnes actives en 1982, privé et semi-public qui ont créé laire de certains métiers qualifiés n’a
interviennent pour 45 % en 1999, soit 86 300 emplois sur la période, dont la pas suffi à une meilleure répar tition sec-
un gain de 7 points. Et parmi les métier s moitié ont été offerts à des femmes torielle de l’emploi entre hommes et
où leur présence est significative (plus alors que le taux de féminisation de femmes. Celles-ci restent massivement
de 3 000 femmes en 1999), le gain est ces entreprises n’est que de 42 %. représentées dans les secteurs du
supérieur à cette moyenne dans les Dans l’industrie, certains secteurs tradi- tertiaire aux compétences souvent
métiers de comptables (14 points), tionnellement peu féminisés ont créé moins visibles, plutôt que dans des sec-
techniciens administratifs (21 points), plus d’emplois féminins que masculins : teurs plus techniques et souvent mieux
catégories A et C de la fonction publique c’est le cas de l’édition-imprimerie, des rémunérés. Parmi les secteurs du tertiaire
(12 points), représentants de commerce industries des produits minéraux et de à taux de féminisation élevé et où l’em-
(14 points) et médecins (11 points). la chimie. Par contre dans les secteurs ploi féminin s’est accru beaucoup plus
en déclin de l’habillement-cuir et de que l’emploi masculin, on peut citer
Les créations d’emplois l’industrie textile, la suppression des l’éducation, le commerce de détail, les
emplois féminins est double de celle activités financières, les services opéra-salariés continuent de profiter
des emplois masculins. Outre l’habille- tionnels aux entreprises, les servicesaux femmes
ment-cuir, les secteurs dont le taux de personnels et domestiques. Globalement,
Sur la période récente, entre 1999 et féminisation diminue fortement sont les secteurs du tertiaire pour lesquels
2003, l’emploi salarié de Midi-Pyrénées l’industrie des composants électriques le taux de féminisation a le plus progressé
a progressé de 15 % (soit 3,5 % en et électroniques et la pharmacie- sont les postes et télécommunications
moyenne annuelle) et a plus profité aux parfumerie (respectivement - 7, - 5, et (+ 6 points) et l’éducation (+ 5 points).
femmes qu’aux hommes (16 % contre - 4 points).
14 %). Cette tendance favorable est Le travail à temps partiel
ne favorise pas l’égalité
professionnelle
Dans le secteur privé et semi-public,
73 % des salariés à temps partiel sont
des femmes. Plus d’une femme sala-
riée sur trois est employée à temps
partiel, contre un homme sur dix. Le
temps partiel est particulièrement
répandu parmi les employées et les
ouvrières non qualifiées des secteurs
du commerce. Du fait de l’amputation
du revenu qu’il induit et de sa
fréquence dans les emplois peu quali-
fiés, le temps partiel constitue un
facteur défavorable à l’égalité profes-
sionnelle.
Dans la fonction publique, le temps
partiel est relativement répandu dans
les collectivités locales (38 % chez les
femmes, 16 % chez les hommes).
Contrairement aux idées reçues, il l’est
beaucoup moins dans les établis-
sements hospitaliers (respectivement
24 % et 13 %) et les administrations
d’État (25 % et 13 %).
4
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6Par ailleurs, selon une enquête natio-
Le temps partiel plus répandu
nale menée en 2003, les femmes
chez les ouvrières et les employées
sont quatre fois plus nombreuses
Secteur privé et semi-public : part des salariés à temps partiel au 31/12/2003 (%)
que les hommes dans une situation de
sous-emploi, c’est-à-dire à temps partiel 10 HommesCadres
27et souhaitant travailler davantage. Ces Femmes
10Professions intermédiairesfemmes à temps partiel subi sont 29
aussi plus souvent des ouvrières et des 17Employés
40employées que des cadres.
10Ouvriers qualifiés
31
13Les femmes sont plus Ouvriers non qualifiés 42
touchées par la précarité 11
Ensemble 36professionnelle
Source : Insee, Dads 2003 (hors agriculture et fonction publique d'État)
Être au chômage, être allocataire d’un
ou plusieurs minima sociaux ou être en
emploi avec un contrat précaire sont
Les femmes plus afffectées par le chômage
autant de situations qui touchent plus
Taux de chômage moyen annuel au sens du BIT les femmes que les hommes. %16
En Midi-Pyrénées, le taux de chômage
14
moyen annuel des femmes s’établit à
Femmes12
11,5 % en 2004, celui des hommes à
108,4 %. Même s’il a tendance à se Hommes
8réduire, l’écart entre les femmes et les
6hommes reste supérieur à 3 points dans
ÉcarÉcart Midi-Pyrénéest Midi-Pyrénées
4la région, contre 2 points en moyenne
Écart France2en France métropolitaine.
0Fin 2004, près de 102 000 femmes
1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
recherchent un emploi en Midi-
Sources : InseePyrénées, soit 57 % de l’ensemble des
demandeurs d’emploi. Si un cinquième Note de lecture
d’entre elles recherchent un emploi à Le taux de chômage des femmes et des hommes se mesure en pourcentage.
L’écart résulte de la différence entre le taux de chômage des femmes et celui des hommes.temps partiel, elles sont plus de la moitié
Il se mesure en nombre de points : ainsi, en 1991 le taux de chômage des femmes en
Midi-Pyrénées est de 5,5 points plus élevé que celui des hommes.à demander un emploi à durée indéter-
minée et à temps plein. Les femmes
sont majoritaires parmi les demandeurs minimum d’insertion (RMI) et 80 % d’entre Des différences de salaires
d’emploi pour toutes les tranches d’âge elles vivent sans conjoint : ce taux est entre hommes et femmes
inférieures à 50 ans. Les femmes sont comparable à celui des allocataires plus fortes pour les hauts
aussi plus affectées par le chômage de masculins, mais à la différence de ces et bas salaires
longue durée : fin 2004, 31 % des chô- derniers, les femmes ont souvent des
meuses recherchent un emploi depuis enfants à charge (dans 40 % des cas). En Midi-Pyrénées, dans le secteur
plus d’un an, alors que cette part n’est Dans 18 % des cas, elles élèvent deux privé et pour l’année 2003, le salaire
que de 29 % chez les hommes. enfants ou plus. médian, tel que la moitié des salariés
En 2004, en Midi-Pyrénées,147 000 per- 17 % des femmes en emploi en 1999 dispose d’un salaire infér ieur, s’établit
sonnes perçoivent un des cinq princi- ont été embauchées sur un contrat à 15 190 € pour les hommes et 12 100 €
1paux minima sociaux et 82 000 d’entre précaire (contrats à durée déterminée, pour les femmes, soit 20 % d’écar t. Mais
elles sont des femmes, soit 56 %. Parmi intérim, stages ou emplois aidés) soit pour les salaires les plus bas comme
ces femmes, 26 200 touchent le revenu quatre points de plus que les hommes. pour les salaires les plus élevés, les
1 Revenu minimum d’insertion, allocation de parent isolé, allocation d’adulte handicapé, allocation de solidarité spécifique, allocation supplémen-
taire pour personnes âgées.
5
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6 éfinitionsD
Population active : la population active regroupe la population active ayant un emploi (ou « occupée ») et les chômeurs.
Taux d’activité : le taux d’activité est le rapport entre la population active d’une tranche d’âge et la population totale de
cette même tranche d’âge.
Projections de population active scénario tendanciel : le scénario démographique retenu s’appuie sur le maintien
de la fécondité observée en 1999, sur une baisse de la mortalité au même rythme que la tendance constatée en
France métropolitaine les trente dernières années et sur la reconduction des comportements migratoires observés
entre 1990 et 1999. Le scénario d’activité s’appuie sur les taux d’activité par sexe et âge observés au recensement de
1999 et sur l’hypothèse d’une évolution de ces taux comparable à l’évolution tendancielle retenue pour la France
métropolitaine ; cette dernière résulte d’un prolongement des évolutions passées observées entre 1968 et 2002 à
travers les Enquêtes Emploi.
Même à temps complet, les
écarts de salaires persistent
Le temps partiel influe for tement sur les
niveaux de salaires annuels moyens
perçus, toutes conditions d’emploi
confondues. Cependant, même à
temps complet, les écarts de salaires
persistent entre les hommes et les
femmes : le revenu salarial d’une
femme à temps complet est de 19 %
plus faible que celui d’un homme à temps
complet dans le secteur privé et semi-
public et de 17 % dans la fonction
différences de rémunérations entre 8 200 € pour les 20 % d’hommes ayant publique d’État. Les femmes cadres
les hommes et les femmes sont les plus bas salaires, soit 32 % d’écart. Il sont particulièrement défavor isées ainsi
encore plus marquées. Les 20 % de en va de même pour les 10 % d’hom mes que les employées de la fonction
femmes les moins bien rémunérées ont et de femmes les mieux rémunérés pour publique d’État.
reçu un salaire inférieur à 5 600 € contre lesquels la différence atteint 29 %.
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEES
Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00P our en savoir plus
Adresse : 36, r ue des Trente-Six Ponts
BP 94217
31054 TOULOUSE CEDEX 4
« La parité à pas comptés », Insee Première n° 1006, mars 2005.
Directrice de la publication :« Femmes et hommes, regards sur la parité », Insee références, édition 2004.
Magali Demotes-Mainard
« Femmes et hommes en Midi-Pyrénées, des inégalités qui subsistent », Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plaux
Maquettiste : Isabelle Darles6 Pages n° 55, Insee Midi-Pyrénées, juin 2002.
Imprimeur :« Femmes en Midi-Pyrénées : l’égalité en marche », dossier n° 110, Insee
Dépôt légal : septembre 2006
Midi-Pyrénées, juin 2002. ISSN : 1262-442X
CPPAP : 183AD« Les femmes et les métiers : vingt ans d’évolutions contrastées », Données
SAGE : SIPAG8976
sociales 2006.
« L’enquête emploi en 2002 et 2003 », Insee Résultats n° 51 soc, juillet 2006. Prix : 2,5 €
Nomenclature des métiers (site DARES) : www.travail.gouv.fr
6
pages n° 89 - Insee Midi-Pyrénées6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.