Emploi 2003 : le repli s'accentue en Lorraine

De
Publié par

La Lorraine a perdu 2 700 emplois en 2003, accusant une baisse de 0.3%, cependant moindre qu'au niveau national (-0,4%). La perte d'effectifs dans l'industrie n'a pu cette fois être compensée par la création d'emplois dans le tertiaire. Mais ce dernier continue à créer des emplois en Lorraine, à l'inverse du niveau national. La Meurthe et Moselle est marquée per le recul de son secteur industriel. La Meuse est le seul département à perdre des salariés dans le tertiaire. L'emploi se maintient en Moselle, tiré par les zones d'emploi de Metz, Sarreguemines et Sarrebourg Seul le département des Vosges affiche une évolution positive en Lorraine.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
°N 26 Emploi 2003 :

La Lorraine a perdu 2 700 emplois en 2003, accusant une baisse de 0,3%,
cependant moindre qu’au niveau national (-0,4%). La perte d’effectifs
dans l’industrie n’a pu cette fois être compensée par la création d’emplois
dans le tertiaire. Mais ce dernier continue à créer des emplois en Lorraine,
à l’inverse du niveau national. La Meurthe-et-Moselle est marquée
par un recul de son secteur industriel. La Meuse est le seul département
à perdre des salariés dans le tertiaire. L’emploi se maintient en Moselle,
tiré par les zones d’emploi de Metz, Sarreguemines et Sarrebourg.
Seul le département des Vosges affiche une évolution positive en Lorraine.
En 2003, pour la première fois depuis dix cette baisse. Cependant, les gains d’emplois
ans, l’emploi total a reculé en France (-98 000 dans les industries automobile (+2,5%)et
emplois soit -0,4%).Lespertesd’emploissalariés agroalimentaire (+1,7%) amortissent la chute.
dans le secteur industriel (-104 000 salariés)ont La Lorraine est la région qui accuse la plus forte
majoritairement contribué à cette baisse, plus baisse absolue et relative dans le secteur de la
particulièrement dans la métallurgie et la trans- construction (-500 emplois).Acontrario,laré-
formation des métaux (-4% des effectifs). Le sec- gion réalise un des meilleurs scores en termes
teur des services a lui aussi reculé de près de de gains d’emplois dans les services : +0,5%,
9 500 salariés, alors que depuis 1989 ses ef- alors que la tendance nationale est à la baisse.
fectifs augmentaient. Ce léger repli s’explique Le domaine de la santé et de l’action sociale,
surtout par la chute du nombre de salariés avec près de 2 800 salariés supplémentaires,
dans l’éducation, due en grande partie à la dimi- représente plus de 20% des salariés du sec-
nution des emplois aidés. Seules les régions teur des services. Le taux de féminisation dans
Languedoc-Roussillon, Corse, Midi-Pyrénées et l’emploi salarié lorrain reste l’un des plus bas
Provence-Alpes-Côte d’Azur affichent une évolu- avec une proportion de 45,5% (47% en France).
tion positive de leur emploi total. Les autres La structure du tissu économique régional et
perdent des emplois, la Champagne-Ardenne et ses spécificités en termes d’activités en sont
le Limousin présentant les évolutions relatives les principaux facteurs.
les plus défavorables.
Meurthe-et-Moselle :ème
La Lorraine se situe à la 10 place avec une
fortes pertes dans l’industrie
perte de 0,3% de ses emplois. Fin 2003, elle
compte ainsi 848 610. L’essentiel de La Meurthe-et-Moselle est le département lor-
la baisse se focalise sur le secteur salarié avec rain qui accuse la plus forte perte d’emplois,
2 570 emplois de moins qu’en 2002, le malgré une stagnation du nombre de non sa-
nombre de non salariés ne diminuant que de lariés. En un an elle a perdu près de 1 800
120.Al’instardelaFrance,lereculdel’emploi salariés. La perte de plus de 2 200 salariés
dans le secteur industriel a le plus participé à dans l’industrie, qui représente plus de la moi-
Vtié de la baisse des effectifs indus- ploi dans l’industrie s’accompagne gion - respectivement 49,5% et
triels lorrains, constitue d’une nette dégradation dans les 48,8%. Ces valeurs dépassent la
l’explication majeure de ce déficit. services aux entreprises intégrant moyenne nationale (47%).Al’in-
Parmi les secteurs touchés, arri- les effectifs intérimaires. En 2003, verse, le Toulois présente le taux de
vent en tête : les industries des la zone connaît l’évolution la plus dé- féminisation le plus faible de Lor-
composants électriques et électro- favorable du département et même raine (36%).
niques, l’industrie automobile et de la région (-2,6%). Sur la zone de
celle des équipements du foyer. Nancy, le nombre de salariés ré- Meuse :
gresse dans l’industrie mais égale-Les gains d’emplois dans le tertiaire régression du tertiaire
ment dans le commerce.ne suffisent pas à compenser les
Cependant la progression des effec- La Meuse affiche la plus fortepertes de l’industrie. Ce secteur est
tifs des services permet presque de baisse relative des emplois en Lor-pourtant très dynamique dans le dé-
maintenir le niveau d’ensemble raine (-1,5%). Elle est proportion-partement, où il concentre 78% des
(-0,2%), déjà stabilisé l’année précé- nellement aussi importante poureffectifs. Ainsi la Meurthe-et-Moselle Meurthe-et-
dente. Enfin la zone de Toul affiche les non salariés (-1,4%) que pourest le seul département où le com- Moselle :
la même évolution globale que celle les salariés (-1,5%). Tous lesmerceaprogressé.Ledomaine de la plus forte
de Nancy, le tertiaire effaçant les grands secteurs ont vu leurs ef-la santé-action sociale a aussi créé féminisation
pertes enregistrées dans l’industrie. fectifs chuter, sauf la constructiondes emplois (800 salariés supplémen-
En 2003, la baisse des effectifs qui a progressé de 2,9%. La
taires) mais celui de l’éducation mo-
masculins l’emporte sur la quasi-sta- Meuse est donc le seul départe-dère la hausse, en perdant près de
bilité de l’emploi féminin dans le dé- ment lorrain à avoir perdu des sa-600 salariés. La structure de l’em-
partement. Les zones d’emploi de lariés dans le secteur desploi dans le département ne varie
Nancy et Longwy se caractérisent services. La diminution y estpas, le taux de féminisation y reste
par les plus fortes proportions de même plus importante que dansdonc le plus élevé de la région
femmes parmi les salariés de la ré- le secteur industriel. Les domai-(47%).
Aucune des cinq zones d’emploi du Essoufflement général de l'emploi
département ne voit son emploi pro-
Évolution de l'emploi total
gresser en 2003. Si les zones de
Indice base 100 en 1993 France112
Nancy et Toul maintiennent leurs ef-
fectifs salariés, les trois autres recu-
110
Moselle
lent plus nettement. Sur Longwy, le
Lorraine108bon comportement du commerce
Meurthe-
et-Mosellede détail (AUCHAN à Mont-Saint- Mar-
106 Vosges
tin) ne suffit pas à compenser les
suppressions intervenues dans l’in-
104
Meusedustrie (DAEWOO ORION à
Mont-Saint-Martin et DAEWOO 102
ELECTRONICS à Villers-la-Montagne). De
100même surlazonedeLunéville,l’es-
sentiel de la baisse se concentre
98
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003dans le secteur industriel (GENERAL
TRAILERS à Lunéville, BACCARAT SA à Source : Insee - Estimations d'emplois (données 2003 provisoires)
Baccarat). Sur Briey, le repli de l’em-
Résistance des Vosges face à la baisse de l’emploi
Meurthe-et-
Meuse Moselle Vosges Lorraine France
Moselle
Évolution Évolution Évolution Évolution Évolution ÉvolutionEmploi
2003/ 2003/ 2003/ 2003/ 2003/ 2003/
2003 2003 2003 2003 2003 2003
2002 2002 2002 2002 2002 2002
(%) (%) (%) (%) (%) (%)
Total 262 838 -0,7 68 524 -1,5 366 843 -0,1 150 406 0,3 848 611 -0,3 24 271 808 -0,4
17 161 0,0 7 725 -1,4 20 371 0,4 12 776 -0,8 58 033 -0,2 2 135 004 -0,2Non salarié
Salarié 245 677 -0,7 60 799 -1,5 346 472 -0,1 137 630 0,4 790 578 -0,3 22 136 804 -0,4
dont :
- Agriculture 1 474 -4,9 1 300 -15,2 2 028 -0,4 1 674 -4,9 6 476 -5,9 326 494 -3,3
- Industrie 39 408 -5,3 13 647 -2,5 77 660 -0,9 40 929 -2,6 171 644 -2,5 3 866 460 -2,6
- Construction 13 415 0,4 3 913 2,9 20 531 -3,3 7 827 0,0 45 686 -1,2 1 253 867 1,0
- Commerce 30 901 0,9 7 098 -1,3 46 933 -0,2 15 865 -0,7 100 797 0,0 2 970 422 0,6
- Services 160 479 0,1 34 841 -1,0 199 320 0,6 71 335 2,6 465 975 0,6 13 719 561 -0,1
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2003 provisoires)
2nes de l’éducation et de la san- teurs : l’industrie (-710 salariés)et d’emploi de la région dont les effec-
té-action sociale en sont les la construction (-700 salariés). L’es- tifs progressent tous les ans de-
principaux auteurs, représentant sentiel de la baisse dans l’industrie puis 1993. En 2003, elle gagne
90% des pertes du secteur. L’in- se concentre sur deux domaines : plus d’un millier d’emplois salariés
dustrie des équipements du foyer la production de combustibles et la (+0,8%). Elle est également la seuleMetz : seule
a réduit ses effectifs de 11% et a métallurgie et transformation des dont l’emploi industriel croît enprogression
contribué fortement à la baisse de métaux. Les créations d’emplois 2003 (+3,2%), essentiellementcontinue
l’emploi industriel. dans l’automobile (+6%) permettent dans le secteur automobile (SMAEdepuis 10 ans
de compenser une partie de ces à Metz et Trémery). Si les emploisLa Meuse continue à se différen-
pertes. des services et de la constructioncier dans sa structure, avec une
sont à la hausse, les effectifs duproportion plus importante d’em- Le secteur des services génère en-
commerce y diminuent légère-plois agricoles : ils représentent core de l’emploi (+0,6%)maistend
ment.Dans les deux zones de l’estencore 7% de l’emploi total (contre à s’essouffler. Plus encore que
du département (Sarreguemines et
2,4% au niveau régional). L’emploi dans les autres départements lor-
Sarrebourg) qui gagnent respective-non salarié a relativement plus rains, le domaine de la santé et de
ment 0,7% et 0,6%, les perteschuté que dans les autres départe- l’action sociale enregistre une
modérées dans l’industrie sontmentslorrainsmaisilcontinueà hausse conséquente avec plus de
gommées par les gains dans lesreprésenter une part plus impor- 1 600 salariés supplémentaires.
autresgrandssecteurs. Lesdeuxtantedel’emploitotal (11%). Avec l’éducation, d’autres activités
autres zones connaissent une évo-voient leurs effectifs chuter. LesLa baisse de l’emploi se retrouve lution négative.services opérationnels, créateursdans chacune des trois zones
d’emplois jusqu’en 2000, perdent Le Bassin Houiller (-1,6% soit uned’emploi du département et dans
près de 300 salariés. De même, pertede1100 salariés) cumule destous les grands secteurs d’activité,
les activités récréatives, culturelles baisses importantes dans l’industriela construction mise à part. La
et sportives, dynamiques jusqu’en (HOUILLERES DU BASSIN DE LORRAINE)zone d’emploi de Verdun (Meuse du
2002, perdent 11% de leurs ef- et la construction (MULLER FRERES
Nord) dont les effectifs croissaient
fectifs. La baisse modérée de l’em- TP à Boulay). Les mêmes composan-depuis 1993, perd près de 400
ploi salarié du département se tes amènent la perte de quelqueemplois, pour l’essentiel des sala-
décompose en gains d’emplois sur 650 emplois dans le bassin deriés de l’agriculture et des activités
les zones de Metz, Sarreguemines Thionville (DAEWOO ELECTRONICS à Fa-de services. L’industrie est davan-
et Sarrebourg, annulés par les meck). La stagnation des effectifs dutage touchée dans les zones de
baisses sur le Bassin Houiller et tertiaire ne permet pas de rehaus-Bar-le-Duc (OBER à Longeville-en-Bar-
Thionville. Metz est la seule zone ser le bilan.
rois) et Commercy (MEUSE OMNI
STYLES à Gondrecourt-le-Château,
Baisse surtout dans les zones de Meuse et Meurthe-et-Moselle
SIEGES EURO STYLE à Sampigny). Ces
Proportiondeux zones, déjà en retrait en
Évolution
Effectifs salariés de femmes2002, perdent respectivement 2003/2002Zones d’emploi
au 31/12/2003 en 2003
(%)0,9% et 2,5% de leurs salariés. (%)
La baisse ne concerne pas seule- Longwy 19 006 -2,2 48,8
ment les salariés hommes, mais Briey 19 197 -2,6 42,9
également les effectifs féminins, ce
Lunéville 19 738 -2,2 45,2
qui distingue les zones de la
Nancy 166 812 -0,2 49,5
Meuse de la plupart des autres zo-
Toul 20 924 -0,2 36,1
nes de la région.
Meurthe-et-Moselle 245 677 -0,7 47,4
Meuse-du-Nord 24 342 -1,6 46,3
Moselle : diminution Bar-le-Duc 23 891 -0,9 45,0
Commercy 12 566 -2,5 42,6contenue des effectifs
Meuse 60 799 -1,5 45,0
Malgré une légère perte d’effectifs
Thionville 90 401 -0,7 44,3
(-0,1%), la Moselle reste le dépar-
Metz 127 169 0,8 45,8
tement lorrain comptant le plus
Bassin-Houiller 70 097 -1,6 43,3
grand nombre d’emplois. Il re-
Sarreguemines 30 245 0,7 41,4
groupe plus de 43% des effectifs
Sarrebourg 28 560 0,6 41,7
de la région. La Moselle totalise
Moselle 346 472 -0,1 44,2366 800 emplois, dont plus de
Vosges-de-l’Ouest 23 292 0,3 45,394% de salariés. C’est le seul dé-
Épinal 56 173 0,6 45,2partement où l’emploi non salarié
Remiremont-Gérardmer 30 157 -1,1 45,8progresse. Contrairement aux au-
Saint-Dié 28 008 1,7 45,7tres départements lorrains, le re-
Vosges 137 630 0,4 45,5cul des effectifs s’observe
essentiellement dans deux sec- Source : Insee - Estimations d’emplois (données 2003 provisoires)
3Le secteur de l’ameublementVosges :Les composantes de l’emploi
conditionne la perte d’une centainele bilan le plus favorabletotal : emploi salarié
de salariés dans l’industrie, malgré
et non salarié En 2003, le département des Vos- la bonne tenue des industries
En 2003, l’emploi total lorrain recule ges est le seul à afficher un solde agroalimentaires (PERRIER VITTEL
de 0,3%, soit une diminution de près
positif. Avec 400 emplois créés, il FRANCE à Vittel). La zone d’Épinal
de 2 700 emplois. La baisse de 2 600
totalise 150 400 et repré- confirme sa hausse continue desalariés se combine à une très légère
sente 18% de l’emploi lorrain.diminution (-0,2%)dunombredenon l’emploi depuis 1996. Elle pro-
salariés (exploitants agricoles, artisans, L’emploi salarié qui constitue 92% gresse de 0,6% en 2003, en dé-
commerçants, indépendants...).Lesta- de l’emploi total, y progresse plus pit de la perte de 750 emplois
tut de non salarié est proportionnelle-
quedanslereste de la région.Le industriels, pour la plupart dans le
ment très représenté dans le secteur
secteur des services y reste plus textileetletravail desmétauxagricole (près de 7 emplois sur 10).
dynamique (+2,6%). Les servicesL’essentiel de la baisse affecte d’ail- (BOUSSAC à Nomexy, BTT GAT à
leurs surtout ce secteur ainsi que les opérationnels se développent en- Thaon-les-Vosges, TREFILERIES DE
services. Les non salariés, dont la core (+17%), le poids de l’intérim XERTIGNY à Xertigny). Là encore,
baisse constante se ralentit, ne repré-
dans ce secteur expliquant en l’apport des services est détermi-
sentent plus que 6,8% de l’emploi de la
grande partie cette progression nant (transports, services aux entre-région, contre 8,8% au plan national.
constante depuis 2001. La chuteLa Lorraine figure parmi les régions où prises et santé-action sociale). Sur
leur part est la plus faible. Ils sont plus des effectifs dans le textile (-10%) Saint-Dié, le seul grand secteur à
présents en Meuse (11,3%)et dans continue à alimenter majoritaire- la hausse est celui des services
les Vosges (8,5%), contre 6,5% en
ment celle de l’industrie dans sa (+4,6%), l’industrie et le commerce
Meurthe-et-Moselle et 5,6% en Mo-
globalité. Le taux de féminisation stabilisant leurs effectifs.selle. Cette proportion va de 5,8% en
dans l’industrie reste nettementAlsace et Île-de-France jusqu’à près de
La seule zone vosgienne à perdre13% en Auvergne, Limousin et Corse. supérieur au niveau national : res-
des emplois est celle de Remire-pectivement 30% et 18%.
mont-Gérardmer (-1,1%). C’est
Savoir plus : Le résultat est positif dans trois zo-
également la seule dont l’emploi
nes d’emploi sur quatre. Seule
des services recule. Malgré leur
celle de Remiremont-Gérardmer- Site Internet : www.insee.fr baisse continue, les effectifs indus-
perd 350 salariés. Ailleurs, les
triels demeurent proportionnelle-
emplois dégagés dans les services,
ment très présents. Les zones de
Ministère de l’Économie, particulièrement les services aux
Remiremont-Gérardmer, Saint-Dié
des Finances et de l’Industrie entreprises et à un degré moindre
et Neufchâteau sont en tête pourInsee la santé-action sociale, font plus
le poids de l’industrie dans l’emploiInstitut National de la Statistique
que compenser les diminutions
et des Études Économiques salarié, avec respectivement 37%,
concernant l’industrie. La légèreDirection Régionale de Lorraine 33% et 32%.
15, rue du Général Hulot croissance globale (+0,3%)dela
CS 54229 zone de Neufchâteau (Vosges de Anne MEVEL
54042 NANCY CEDEX
l’Ouest) correspond à ce schéma. Laurent ZINSTél : 03 83 91 85 85
Fax : 03 83 40 45 61
L'industrie baisse partout sauf à Metz
www.insee.fr/lorraine
Évolution de l'emploi salarié en 2003 par zone d'emploi (en %)
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Longwy
Jean-Paul FRANÇOIS
ToulDirecteur régional de l’Insee
Lunéville
COORDINATION RÉDACTIONNELLE
NancyValérie GUILLEMET
Briey
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
Bar-le-Duc
RELATIONS MÉDIAS
Meuse-du-Nord
Jacqueline FINEL
industrie Commercy
RÉDACTRICE EN CHEF
tertiaire Sarreguemines
Agnès VERDIN
Sarrebourg
SECRÉTARIAT DE FABRICATION
Metz
MISE EN PAGE - COMPOSITION
Bassin-Houiller
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Marie-Odile LAFONTAINE Thionville
Saint-Dié
ABONNEMENTS
Épinal
Myriam PUJOL
Code SAGE : EL052640 Vosges-de-l'Ouest
N° à la CPPAP AD 176
Remiremont-Gérardmer
ISSN : 0293-9657
© INSEE 2005 -20 -15 -10 -5 0 5
Source : Insee - Estimations d'emplois (données 2003 provisoires)
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.