Emploi en 2001 : les enseignements d'un bilan définitif

De
Publié par

Le nombre d'emplois, salariés et non salariés confondus a continué de croître en 2001, avec une vigueur moindre que pendant l'exceptionnelle année 2000. Le tassement est un peu plus sensible dans le Nord. Le tertiaire peine à compenser le repli de l'industrie qui a connu toutefois une embellie dans le Valenciennois et dans la zone de Béthune-Bruay.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 24
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
N°9 - NOVEMBRE 20032,2 €
Emploi en 2001 :
les enseignements
d’un bilan définitif
Entre le 31 décembre 1998 et le 31 décembre
2001, le taux annuel moyen de progression de
l’emploi total régional s’élève à 2,2%. Bien
qu’identique à celle observée au plan national,
cette évolution moyenne masque des différences
de rythme d’évolution. En effet, la croissance de
l’emploi a été forte en 1999 et 2000 dans le
Nord-Pas-de-Calais (+2,9% en moyenne
annuelle), alors qu’elle était d’une vigueur un
peu moindre sur le territoire métropolitain
(+2,6%). En 2001, une augmentation modérée
(+0,9%) a prolongé cette tendance positive,
plus faible cependant qu’au niveau FranceLe nombre d’emplois, salariés et non salariés
(+1,1%).
En trois ans, l’agriculture a vu reculer le nombre
de ses emplois de 1,6% en moyenne annuelle.confondus a continué de croître en 2001, Le développement a été significatif dans les
secteurs tertiaire et construction avec des
croissances annuelles moyennes respectives de
2,8% et 3,4%, proches de celles enregistrées auavec une vigueur moindre que pendant
niveau France (respectivement +2,7% et
+2,9%). L’industrie a stabilisé ses effectifs grâce
à la progression de 2,4% enregistrée en 2000.l’exceptionnelle année 2000. Le tassement
EN 2001, RALENTISSEMENT
IMPORTANT DE LA CROISSANCEest un peu plus sensible dans le Nord. Le tertiaire
DE L’EMPLOI TOTAL
Au 31 décembre 2001, 1 434 300 emplois
peine à compenser le repli de l’industrie salariés et non salariés étaient dénombrés dans
les secteurs public et privé de la région, qui enre-
gistraient ainsi sur une année une progression
d’un peu plus de 12 600 emplois (+0,9%). Cequi a connu toutefois une embellie
résultat représente à peine le tiers de ce qui avait
été créé en 2000 (+42 500 emplois au total, soit
+3,1%). En effet, comme en 2000, le nombre
dans le Valenciennois des non-salariés a reculé, amplifiant même
sensiblement le mouvement de contraction :
-1 800 emplois contre -1 100 emplois l’année
précédente. Mais l’essentiel de l’écart deet dans la zone de Béthune-Bruay.
croissance entre 2000 et 2001 s’explique par
la faiblesse des gains de l’emploi salarié, lequel
occupe 93% des travailleurs. Sa croissance s’estRaymond Bénard - Élisabeth Vilain
limitée à 14 400 emplois après un bond excep-SER VICE ST A TISTIQUE
tionnel de 43 700 emplois l’année précédente.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°9
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
Les industries manufacturières n’ont pas secteurs qui “pèsent lourd” dans l’évolution sont En 2001, les industries des biens d’équipement
renouvelé leur remarquable progression de intervenus : d’une part, la nette décélération ont très modérément créé de l’emploi (+0,3%)
l’année 2000. La réduction des effectifs a repris du rythme des créations d’emplois aidés comparativement à l’année 2000 (+2,7%).
en 2001 (-0,7%), soit une perte de 1 900 (+330 emplois contre +8 000 en 2000) a affecté Les industries des équipements électriques et
postes. L’emploi agricole a recommencé à la croissance des secteurs non marchands et électroniques (+3,7%) et la construction de
décroître plus franchement dans le Nord-Pas- d’autre part, l’affaiblissement du dynamisme de matériel ferroviaire (+5,2%) de la région Nord-
de-Calais (-2,2%) qu’au niveau France (-1,7%) l’activité générale a eu des effets sur l’emploi Pas-de-Calais ont amplifié la timide reprise
tandis que l’emploi dans le tertiaire régional dans les services aux entreprises et notamment amorcée l’an passé. À l’inverse, le nombre de
augmentait moins rapidement que sur l’ensemble dans l’intérim. salariés des industries des équipements méca-
de l’hexagone (+1,3%), ce qui correspond niques a régressé de 1,2% dans la région, alors
Le ralentissement de la progression des effectifs
néanmoins à la création de 13 800 postes contre qu’il est demeuré stable en France.a été ainsi particulièrement marqué dans le
32 100 l’année précédente.
tertiaire (+1,6% contre +3,5%) et la construction Le recul de l’emploi observé en France dans les
(+1,7% contre +5,7%) ; il s’est produit simul- biens intermédiaires en 2001 (-0,7%), après laDÉCÉLÉRATION PLUS FORTE DANS LE tanément au recul du nombre de salariés dans reprise exceptionnelle de 2000, s’est observé de
l’agriculture (-4,3%), toutefois peu important enNORD QUE DANS LE PAS-DE-CALAIS manière plus accentuée dans la région (-1,3%).
volume, et dans l’industrie (-0,7% soit 1 900
La poursuite de la diminution du nombre deLes départements du Nord et du Pas-de-Calais emplois). Cette baisse de l’emploi industriel a de salariés dans l’industrie textile (-5,8%), et dansont tous deux connu des croissances de l’emploi nouveau contribué à la diminution du poids du les industries du bois et du papier (-2,2%) senettement plus défavorables que celles enre- secteur dans l’emploi salarié régional. Celui-ci conjugue à une orientation à la baisse dans lesgistrées en 2000. Le Nord n’a connu que 6 900 atteint 20,6% contre 18,5% en France, ce qui industries des produits minéraux (-3,4%). Cescréations, contre 25 000 l’année précédente. Il autorise à dire que la région demeure un pôle
pertes n’ont pas été compensées par les haussescompte environ 948 600 postes de travail fin d’emplois industriels important. Cependant, observées dans tous les autres secteurs de la2001, accusant un net ralentissement de sa dans un contexte de tertiarisation accrue, l’écart branche. Celle-ci est confrontée à la délocalisationcroissance comparé à l’année 2000 (+0,6% contre ne cesse de se réduire. d’établissements vers les pays où la main-d’œuvre+2,7%). Dans le Pas-de-Calais, la croissance des
est bon marché et la réglementation sur laeffectifs enregistre également un coup de frein, BONNE TENUE DE L’EMPLOI SALARIÉ
protection de l’environnement moins contraignante.passant de +3,9% en 2000 à +1,2% en 2001. Le
DANS L’AUTOMOBILEdépartement a créé ainsi 5 700 postes de travail
La croissance des effectifs dans la constructionsupplémentaires contre 17 500 en 2000, tota- ET LES BIENS D’ÉQUIPEMENT (non compris les intérimaires occupés dans lelisant au 31 décembre 485 700 emplois.
secteur) s’est sensiblement atténuée en 2001Dans les deux départements, la croissance ne L’emploi dans l’industrie agroalimentaire,
(+1,7% contre +2,0% au niveau national).s’appuie que sur l’emploi salarié. Dans chacun après s’être stabilisé en 1999 puis avoir connu
Faisant suite aux très bons résultats des dernièresdes grands secteurs, les évolutions sont plus une forte accélération en 2000, a progressé
années, ce net ralentissement provient en partiedéfavorables dans le Nord que dans le Pas-de- modérément de 1,2% durant l’année 2001.
d’un recul sensible de l’embauche dans leCalais. En particulier, le premier pâtit du recul des Le dynamisme de l’emploi s’est poursuivi dans
gros-œuvre. Cependant, le secteur a bénéficiéeffectifs salariés de l’industrie (-1,2%), tandis que l’industrie automobile (hors intérim), puisque
d’un renouveau de l’emploi dans les activitésle second connaît là une très légère progression les effectifs y ont crû de 5,1% en 2001 contre
de réalisation de charpentes et couvertures etdu nombre de ses emplois (+0,3%). 6,7% en 2000, ce qui correspond à un volume
du dynamisme des travaux d’installation.Globalement, les effectifs des non-salariés baissent de 1 400 embauches. De plus, certaines chaînes
Globalement, le volume des créations de postesde 1,6% dans le Nord et de 2,3% dans le Pas-de- de production ont employé un important
(+1 300) est relativement faible comparé auxCalais. Seule parmi les quatre grands secteurs, la contingent d’emplois intérimaires comptabilisés
4 000 créés l’an passé.construction résiste en progressant dans les deux dans les services aux entreprises.
départements de respectivement 3,1% et 2,6%.
Concernant l’industrie des biens de consom- MOINS DE VIGUEUR DANS LE TERTIAIRE
mation, l’hémorragie s’est poursuivie dans
L’EMPLOI SALARIÉ NETTEMENT l’habillement, cuir dont l’activité a perdu 16,3% Dans le commerce, l’emploi a progressé moins
de ses effectifs soit l’équivalent de 1 300 emplois. rapidement (+1,9%) qu’au niveau national
MOINS CRÉATEUR QU’EN 2000
Le recul du nombre de salariés est également (+2,7%). Ce secteur a cependant bénéficié de la
La croissance régionale de l’emploi salarié sévère dans les secteurs de l’édition, imprimerie création de près de 3 500 postes parmi lesquels
(+1,1%) s’est donc nettement ralentie en 2001, et reproduction (-5,6%) et de la pharmacie, sept sur dix proviennent du commerce de détail.
après une progression exceptionnelle en 2000 parfumerie et entretien (-3,9%). Ces secteurs Bien qu’en retrait par rapport aux deux dernières
(+3,4%). Au moins deux facteurs touchant les avaient connu une relative stabilité en 2000. années, l’emploi salarié dans l’hôtellerie et la
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI TOTAL PAR GRANDS SECTEURS DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS
POUR COMPRENDRE CES RÉSULTATS
ENTRE LE 31/12/1998 ET LE 31/12/2001
Indice base 100 au 31/12/1998
Comment sont calculées les estimations d’emploi ?
115
Le recensement de population de 1999 sert de base de référence aux
Construction estimations d’emploi. Il permet en effet de comptabiliser l’emploi au lieu110 Services
de travail pour une zone géographique et un secteur d’activité écono-
Total mique donnés. Les résultats sont ensuite actualisés au 31 décembre de
Commerces105 chaque année à partir d’indices d’évolution déterminés d’après différentes
sources :
Industrie100
• les données de l’Unedic (Union nationale pour l’emploi dans l’industrie
et le commerce) pour la majorité des salariés ;
Agriculture95
• des données complémentaires pour les non-salariés et les salariés des sec-
teurs non couverts par l’Unedic (par exemple de la Mutualité sociale agri-
90 cole, des fichiers de paie des agents de l’État, l’enquête annuelle sur les
1998 1999 2000 2001 collectivités territoriales).
Source : Insee - Estimations d’emploiN°9
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
restauration a bénéficié d’une croissance rela- annexes, d’un important contingent de créations Valenciennois, de Roubaix-Tourcoing et de
tivement soutenue (+3,2% contre +5,5% en 1999 d’emplois dans l’industrie automobile hors l’Artois-Ternois accusent de sensibles baisses
et +4,4% en 2000), soit un petit millier de postes. intérim (+17,9%, soit 1 200 emplois). La réali- respectivement de 2,7%, 2,7% et 4,4%, expli-
La forte impulsion constatée depuis 1998 dans sation des commandes passées à l’industrie cables pour le Valenciennois par la fin des
le secteur des services aux entreprises ne s’est ferroviaire a permis également quelque 200 chantiers d’aménagement et d’implantation du
pas prolongée en 2001. L’inflexion a concerné embauches (+7,2%). La zone de Béthune- site industriel Toyota.
principalement l’activité des services opéra- Bruay présente un solde positif d’emplois
tionnels qui englobe l’intérim. L’emploi, plus industriels (+2,6%) grâce à l’apport d’ DANS DE NOMBREUSES ZONES,
sensible à l’ajustement de la conjoncture écono- dans l’automobile et les industries des composants
FAIBLE CROISSANCE DU TERTIAIREmique, s’y est orienté à la baisse dans la région électriques et électroniques (+300 emplois
(-0,9%) comme en France après deux années de chacune), la chimie, caoutchouc, plastiques (un Malgré un sensible ralentissement observé par
forte croissance. Cependant, l’activité de conseils peu moins de 200 emplois supplémentaires), la rapport à 2000, la croissance de l’emploi dans le
et assistance demeure créatrice d’emplois (+5,6%). métallurgie et transformation des métaux et les commerce a été perceptible dans la presque
Dans les secteurs non marchands, les emplois industries agroalimentaires (créatrices chacune totalité des zones, le commerce de détail
aidés ont peu contribué en 2001 à la progression d’une centaine d’emplois). Plus modestes, les connaissant des croissances comprises entre 2%
des effectifs de l’administration (+1,9%) et de effectifs des industries des zones de l’Artois- et 4% dans neuf zones d’emploi sur douze.
l’éducation, santé, action sociale (+1,0%). En Ternois et du Boulonnais ont progressé grâce à Roubaix-Tourcoing compense le léger recul
effet, la contraction du volume des contrats l’industrie agroalimentaire (respectivement dans cette dernière activité par une progression
emploi-solidarité (-16,7%) a été en partie +7,5% et +3,9%, soit au total 400 emplois). des effectifs dans le commerce de gros et les
compensée par la transformation en contrats effectifs de la Sambre-Avesnois et du BoulonnaisLille (-4,1%) est la zone d’emploi la plus affectéeemplois consolidés de la plupart des contrats se maintiennent à leur niveau de l’année précédente.par le fléchissement de l’activité industrielle,emploi-solidarité signés en 2000 (+2 650
subissant des reculs d’effectifs dans toutes lespostes) et par le nouvel apport d’emplois jeunes Après l’exceptionnel essor observé lors des deux
industries des biens de consommation hormis(+2 140 postes). dernières années, l’emploi dans les servicesles équipements du foyer. Roubaix-Tourcoing
auprès des entreprises a connu une moindre
(-2,8%) pâtit d’un recul général de ses secteursGAIN D’EMPLOI SALARIÉ progression. Certaines zones marquées par le
industriels et de fortes pertes dans l’édition, poids de l’industrie débauchent nettementDANS LA PLUPART DES ZONES imprimerie, reproduction (-6,7% soit près de 200
dans l’activité de services opérationnels car les
emplois) et dans les industries des équipementsEn 2001, les trois zones d’emploi de Valenciennes, intérimaires, comptabilisés ici, sont souvent lesmécaniques (-6,5% soit environ 200 emplois).Béthune-Bruay et Lens-Hénin qui totalisent premiers touchés par la compression des effectifs
La Sambre-Avesnois (-2,0%) dont le volume de22% des emplois salariés régionaux ont concentré dans ce secteur : par ordre décroissant en
postes dans l’automobile se contracte de 5,9%56% des gains. Leurs effectifs ont crû de respec- volume, Roubaix-Tourcoing (-5,7%), le
et l’Audomarois (-2,7%), confrontée pour lativement 3,5%, 3,1% et 1,9%. Les deux plus Douaisis (-15,6%), le Calaisis (-6,7%),
première fois à une forte compression des effectifspetites zones de la région, Berck-Montreuil et Dunkerque (-4,8%), Lens-Hénin (-3,1%),dans l’industrie verrière (-4,1% soit un peu plusFlandre-Lys se sont également montrées très Saint-Omer (-20,5%) et le Cambrésis (-5,8%),
de 400 postes) connaissent également unedynamiques en faisant progresser leur emploi pour un total de près de 2 600 salariés. En
situation délicate.salarié de respectivement 3,0% et 2,3%. En revanche, les services opérationnels progressent
revanche, Lille et Roubaix-Tourcoing qui à Lille (+3,3%), Valenciennes (+4,6%), Béthune-L’industrie textile et l’habillement, cuir ont
regroupent 35% de l’emploi salarié n’ont généré Bruay (+5,4%), dans l’Artois-Ternois (+8,9%) oufortement diminué leurs effectifs presque partout :
qu’un peu plus de 8% des gains (respectivement encore dans la zone de Berck-MontreuilLille perd un peu plus de 600 emplois (respecti-
+0,2% et +0,3%). Seule la zone d’emploi de (+20,6%) pour un total de plus de 1 700 salariés.vement -11,4% et -21,4%), Roubaix-Tourcoing
Saint-Omer (-0,5%) n’a pas contribué à la environ 550 emplois (respectivement -3,1% La prolongation ou l’adaptation des dispositifscroissance de l’emploi salarié. et -19,1%), Lens-Hénin et Béthune-Bruay
d’aide à l’emploi suivant diverses modalités a
300 (-25,1%) et 160 salariés (-21,8%) dansL’INDUSTRIE SE DÉVELOPPE légèrement favorisé la poursuite des créationsl’habillement, cuir.
nettes d’emplois dans les zones jugées en difficultéFORTEMENT DANS QUELQUES ZONES
Bien qu’en retrait par rapport à 2000, la dans les secteurs de l’éducation, santé, action
Quatre zones d’emploi parviennent à gagner construction a nettement contribué à la création sociale et l’administration. Près d’un emploi
des emplois salariés dans les secteurs industriels. d’emplois. Dans neuf zones, le taux de croissance régional sur cinq bénéficiaire des dispositifs
Le Valenciennois, dont les effectifs industriels des effectifs avoisine ou dépasse les 3%. Il est d’aide est ainsi localisé dans le Valenciennois et
augmentent de 3,9%, bénéficie, avec la montée même supérieur à 7% dans celles de Béthune- la Sambre-Avesnois où leur nombre a encore
en puissance de l’usine Toyota et de ses industries Bruay et Flandre-Lys. Seules les zones du augmenté respectivement de 3,2% et 4,9%.
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI TOTAL PAR ZONE D’EMPLOI
(DÉCEMBRE 2000 - DÉCEMBRE 2001)
En nombre d'emplois RÉPARTITION DE L’EMPLOI TOTAL RÉGIONAL
3 580 PAR ZONE D’EMPLOI AU 31 DÉCEMBRE 2001
Dunkerque unité : milliers
Calaisis
1 190 Zone d’emploi Emploi total au 31 décembre 2001
Roubaix-Tourcoing 150,9
Flandre-LysBoulonnais
Roubaix-Tourcoing Lille 342,6
Dunkerque 100,5
Saint-Omer
Flandre-Lys 37,0Gain d'emploi
N
Douai 75,2Perte d'emploiLille
Valenciennes 115,0
BÈthune-Bruay
Cambrésis 60,0
Berck-Montreuil Sambre-Avesnois 71,3
Lens-HÈnin
Artois-Ternois 88,5
Douaisis Valenciennois Lens-Hénin 108,0
Béthune-Bruay 92,7
Artois-Ternois Saint-Omer 45,6
Calaisis 54,7
Boulonnais 54,830 Km Sambre-Avesnois
CambrÈsis Berck-Montreuil 37,5
Source : Insee - Estimations d’emploi
© IGN - Insee 2003
Source : Insee - Estimations d’emploi au 31 décembre
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°9
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ (SECTEUR PUBLIC ET SECTEUR PRIVÉ CONFONDUS) DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS
ENTRE LE 31 DÉCEMBRE 2000 ET LE 31 DÉCEMBRE 2001
Département Département Région Nord-Pas-de-Calais
du Nord du Pas-de-CalaisActivité économique
(Nomenclature économique de synthèse Emploi salarié Emploi salarié Emploi salariéÉvolution
niveaux 4, 16, 36) 2000 2001 2000 2001 2000 2001 2001/2000 en %
TOTAL 882,8 890,6 443,5 450,1 1 326,3 1 340,7 +1,1
Agriculture 7,3 7,0 7,6 7,3 14,9 14,3 -4,3
Industrie 180,5 178,3 97,8 98,1 278,3 276,4 -0,7
Construction 45,2 45,9 28,8 29,4 74,0 75,3 +1,7
Tertiaire 649,8 659,4 309,2 315,3 959,0 974,6 +1,6
Agriculture, sylviculture, pêche 7,3 7,0 7,6 7,3 14,9 14,3 -4,3
Industries agricoles et alimentaires 21,4 21,3 16,4 17,0 37,8 38,3 +1,2
Habillement, cuir 3,9 3,4 3,6 2,9 7,5 6,3 -16,3
Édition, imprimerie, reproduction 9,5 9,0 2,5 2,4 12,1 11,4 -5,6
Pharmacie, parfumerie et entretien 4,5 4,3 0,5 0,5 5,0 4,8 -3,9
Industries des équipements du foyer 6,5 6,4 1,8 1,9 8,3 8,3 +0,1
Industries des biens de consommation 24,4 23,1 8,4 7,7 32,8 30,8 -6,4
Industrie automobile 18,0 18,9 9,3 9,7 27,2 28,6 +5,1
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 4,3 4,5 0,5 0,5 4,7 5,0 +5,2
Industries des équipements mécaniques 22,2 22,0 8,7 8,4 30,9 30,5 -1,2
Industries des équipements électriques et électroniques 5,3 5,1 2,0 2,5 7,3 7,6 +3,7
Industries des biens d’équipement 31,7 31,6 11,2 11,4 42,9 43,1 +0,3
Industries des produits minéraux 6,7 6,5 13,4 13,0 20,2 19,5 -3,4
Industrie textile 19,4 18,2 4,5 4,3 23,9 22,5 -5,8
Industrie du bois et du papier 6,8 6,6 5,3 5,2 12,1 11,8 -2,2
Chimie, caoutchouc, plastiques 11,7 11,7 10,5 10,7 22,2 22,5 +1,2
Métallurgie et transformations des métaux 27,3 27,3 9,5 9,8 36,8 37,0 +0,6
Industries des composants électriques et électroniques 2,7 2,8 5,4 5,5 8,1 8,3 +2,4
Industries des biens intermédiaires 74,7 73,1 48,6 48,6 123,3 121,6 -1,3
Production de combustibles et de carburants 0,8 0,8 0,5 0,5 1,3 1,3 -2,6
Eau, gaz, électricité 9,5 9,5 3,4 3,2 12,8 12,8 -0,5
Énergie 10,3 10,3 3,9 3,7 14,2 14,1 -0,7
Construction 45,2 45,9 28,8 29,4 74,0 75,3 +1,7
Commerce et réparation automobile 14,8 14,9 8,4 8,5 23,2 23,3 +0,7ce de gros, intermédiaires 33,9 34,7 15,1 15,3 49,0 50,0 +2,1
Commerce de détail, réparations 72,9 74,0 34,9 35,9 107,7 109,9 +2,0
Commerce 121,6 123,6 58,3 59,7 179,9 183,3 +1,9
Transports 39,9 40,7 19,1 19,5 59,0 60,1 +2,0
Activités financières 25,8 26,7 8,8 8,9 34,6 35,6 +2,9és immobilières 8,7 8,6 4,4 4,4 13,0 13,0 -0,1
Postes et télécommunications 18,6 18,7 8,6 8,6 27,1 27,3 +0,7
Conseils et assistance 43,6 46,2 11,9 12,4 55,5 58,6 +5,6
Services opérationnels 55,8 55,1 27,7 27,6 83,5 82,8 -0,9
Recherche et développement 2,6 2,6 0,2 0,2 2,8 2,8 +1,3
Services aux entreprises 120,6 122,6 48,3 48,8 168,9 171,5 +1,5
Hôtels et restaurants 20,7 21,4 10,8 11,1 31,5 32,5 +3,2
Activités récréatives, culturelles et sportives 9,3 9,5 4,1 4,2 13,5 13,7 +1,8
Services personnels et domestiques 20,2 20,6 10,4 10,6 30,6 31,2 +2,0
Services aux particuliers 50,3 51,5 25,3 26,0 75,6 77,5 +2,4
Éducation 83,9 84,2 43,7 44,4 127,6 128,6 +0,8
Santé, action sociale 96,5 97,7 46,4 46,9 142,9 144,6 +1,2
Éducation, santé et action sociale 180,4 181,9 90,1 91,3 270,6 273,2 +1,0
Administration publique 91,9 92,2 50,6 52,3 142,5 144,5 +1,5
Activités associatives et extra-territoriales 10,7 11,4 4,2 4,5 15,0 15,9 +6,3
Administration 102,6 103,7 54,8 56,7 157,4 160,4 +1,9
Source : Insee – Estimations d’emploi au 31 décembre de chaque année
Pour en savoir plus
• L’emploi départemental et sectoriel de 1989 à 2001 - Insee - Insee Résultats,
série Société n° 15, juillet 2003 (cédérom).
Directeur de la publication : Jean-Jacques MALPOT - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : Anne FLIPO - Service Statistique : Karim MOUSSALLAM - Rédacteur en chef : Jean-Luc VAN GHELUWE
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Christian DE RUYCK - Vente : Bureau de vente -
130 avenue J.F. Kennedy - BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal décembre 2003 - © Insee 2003 - Code Sage PR0030920 - LA MONSOISE Tél : 03 20 61 98 44
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.