Emploi en Champagne-Ardenne : l'intérim equivaut à 13 000 emplois à temps plein

De
Publié par

Les établissements de Champagne-Ardenne ont conclu quelque 281 000 contrats de travail temporaire en 2000. Trois missions sur cinq effectuées dans la région le sont dans l'industrie. Le rythme annuel de progression du nombre de missions a été nettement moins élevé en 2000 que les années précédentes. Une mission dure en moyenne quatorze jours (13 au plan national). L'industrie demeure le principal secteur utilisateur de travailleurs intérimaires. Avec 85% des contrats, les ouvriers sont la source essentielle de recrutement dans l'intérim. Les employés effectuent un peu plus de 10% des missions, principalement dans le tertiaire, le commerce et les services, mais aussi dans l'industrie. Les intérimaires sont en moyenne plutôt jeunes : la moitié a moins de 26 ans. L'activité d'intérim demeure majoritairement masculine : 73% des hommes ont accompli plus de 75% des missions. Six entreprises de travail temporaire, sur 24 que compte la région, concentrent l'essentiel des missions.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 69
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Nº 24 - Juillet 2001 - Prix : 15F (2,29€)
E mploi en Champagne-Ardenne
L’intérim équivaut à 13 000 emplois à temps plein
Evolution du volume de l’emploi intérimaire (enLes établissements de Champagne-Ardenne ont conclu équivalents-emplois à temps plein) entre 1996 et 2000*
quelques 281 000 contrats de travail temporaire en 2000.
210Trois missions sur cinq effectuées dans la région le sont dans
200l’industrie, une sur cinq dans les services et les autres dans le
190commerce et la construction. L’ensemble de ces missions
180d’intérim équivaut à 13 000 emplois à temps plein. La
170Marne, qui rassemble deux salariés sur cinq, capte plus d’un
160emploi intérimaire sur trois et les Ardennes plus d’un sur
150quatre. C’est pendant la trêve estivale, en particulier au mois
140d’août que les entreprises ont le plus fortement recours à l’in-
130térim, confirmant ainsi son caractère saisonnier.
En 2000, le rythme annuel de progression du nombre de mis 120-
sions a été nettement moins élevé que les années 110
précédentes, de l’ordre de 1,6% (après + 17% en 1999 et 100
1996 1997 1998 1999 2000+ 21% en 1998). En terme d’emplois, l’augmentation est de
2% en équivalents temps plein (contre + 5% en 1999). Au FranceChampagne-Ardenne
plan national, le ralentissement de la croissance de l’activité
intérimaire s’observe également en nombre de contrats con- Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des
déclarations mensuelles des agences d’intérimclus, tandis que le volume d’emplois connaît un regain de
* En base 100 en 1996
dynamisme.
Depuis deux ans, la moindre progression du volume de l’em-
Répartition des contrats d’intérim par grands secteurs
ploi intérimaire rapporté à celui du nombre de contrats con- d’activité en 2000 (en%)
clus s’est accompagnée en Champagne-Ardenne, d’une
baisse de la durée moyenne des missions. Celle-ci est passée
de quinze jours en 1998 à un peu plus de quatorze jours en
Services
1999 et 2000, soit une diminution de près d’un jour. Au plan
national, une mission est de treize jours en moyenne.
Commerce
Des missions plus longues dans
Constructionles Ardennes, plus courtes dans la Marne
IndustrieAu-delà des évolutions de l’activité intérimaire constatées au
cours des dernières années, l’analyse ci-après s’attachera à
0 1020 3040 5060 70caractériser l’intérim à partir de l’exploitation détaillée des
résultats de 1999, retenue comme année de référence.
Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des
Si une mission d’intérim dure en moyenne quatorze jours en déclarations mensuelles des agences d’intérim
INSEE Flash Champagne-ArdenneL’emploi intérimaire en 1999 par secteur d’activité *
Nombre Volume Taux de DuréeActivité de l’établissement d’accueil de contrats d’emplois recours moyenne
en ETP** en 1998 des missions
Industrie manufacturière 160 685 7 942 7,0 15,3
Dont industries alimentaires 28 067 739 3,5 8,2
Industrie textile 8 972 505 8,7 18,7
Travail du bois et fabrication d’articles en bois 7 752 458 9,4 19,1
Industrie du papier et du carton 6 241 193 5,4 10,6
Édition, imprimerie, reproduction 5 160 123 3,6 8,2
Industrie chimique 7 412 269 9,1 11,7
Industrie du caoutchouc et des plastiques 14 517 636 8,1 13,6
Fabrication d’autres produits minéraux non-métalliques 7 605 213 5,1 8,5
Métallurgie 10 220 616 7,4 18,6
Travail des métaux 28 280 1 845 9,4 19,6
Fabrication de machines et d’équipements 8 715 652 6,4 23,9
Industrie automobile 15 078 871 19,9 19,0
Construction 31 750 1 611 6,1 16,2
Commerce, réparation automobile et d’articles domestiques 25 736 1 052 1,5 13,3
Dont commerce de gros et intermédiaires de commerce 13 045 527 2,8 12,9
Commerce de détail et réparation d’articles domestiques 9 999 215 0,6 6,7
Services 51 209 1 786 1,3 10,2
Dont transports terrestres 9 320 299 1,7 9,8
Services auxiliaires des transports 11 760 342 7,5 8,8
Services fournis aux entreprises 11 022 596 2,1 14,8
Assainissement, voirie et gestion des déchets 7 324 158 10,3 6,8
Total*** 276 499 12 689 4,1 14,2
Dont secteurs ayant conclu moins de 5 000 contrats 34 260 1 822 1,5 16,7
Dont secteurs ayant conclu plus de 5 000 contrats 242 239 10 867 5,2 13,6
Source : DRTEFP
* Seuls les secteurs ayant conclu plus de 5 000 contrats apparaissent dans ce tableau
** Equivalent temps plein
*** Les totaux calculés ici sont supérieurs à la somme industrie, constrution et services car ils incluent les contrats dont le secteur éco-
nomique n’est pas déterminé.
Champagne-Ardenne, une sur deux ne dépasse pas la se secteurs affichent des écarts importants à la moyenne-
maine et une sur quatre trois jours tandis qu’une sur dix seu nationale, notamment l’automobile. Forte consommatrice-
lement s’effectue sur plus d’un mois. Ces résultats masquent d’emplois intérimaires dans ce secteur, la région enregistre
toutefois des disparités géographiques importantes tenant es un taux de recours au travail temporaire de 20%, soit 11-
sentiellement aux particularités du tissu économique de cha- points de plus que le taux national.
cun des départements de la région.
Ainsi, davantage tournée vers des industries
Les agences d’intérim recrutentagroalimentaires, la chimie et le papier-carton, moins de-
mandeuses en travail temporaire, la Marne, avec une durée avant tout des ouvriers
moyenne de plus de onze jours, détient la palme des mis-
sions les plus courtes.
Avec près de 130 000 missions accomplies en 1999, les ou-A l’inverse, dans les Ardennes, les contrats conclus durent
vriers non-qualifiés sont la catégorie socioprofessionnelle la
plus longtemps, dix-neuf jours en moyenne, en raison de la
plus recherchée par les agences de travail temporaire quiprésence plus marquée de secteurs, ayant un fort recours à
leur confient 56% des contrats, les ouvriers qualifiés en effec-l’intérim et sur des périodes plus longues, tels que l’automo-
tuant 29%. Au total, avec 85% des contrats, les ouvriers sont
bile, la métallurgie et le travail des métaux.
la source essentielle de recrutement dans l’intérim. Sept con-Plus généralement, le taux de recours régional à l’intérim est
trats sur dix proposés à des ouvriers non-qualifiés le sont dans
supérieur à celui observé au niveau national. En 1998, la
l’industrie. Si les ouvriers qualifiés travaillent eux aussi prin-Champagne-Ardenne compte quatre intérimaires pour cent
cipalement dans ce secteur, ils sont également très présents
salariés, soit un point de plus qu’au niveau France. Quelques
INSEE Flash Champagne-Ardennedans la construction où leur nombre dépasse celui des ou- Profil des intérimaires en 1999 (en %)
vriers non-qualifiés. Parmi ces derniers, 40% sont affectés à
Répartition par sexedes tâches d’enlèvement ou de formage du métal et 20% à de
la manutention, du tri ou de l’emballage. Leurs homologues
plus qualifiés sont en majorité embauchés comme conduc-
Femmes
teurs de chariots élévateurs, conducteurs routiers, soudeurs,
maçons, électriciens, magasiniers ou ouvriers qualifiés des
traitements thermiques. Les employés effectuent un peu plus
de 10% des missions d’intérim, principalement dans le ter- Hommes
tiaire, le commerce et les services mais aussi dans l’industrie
qui regroupe 39% de leurs contrats. Ils remplissent pour la
20 40 60 80 100plupart des fonctions de secrétaires, d’employés administra 0-
Répartition par âgetifs non qualifiés, d’employés de libre service, de vendeurs
ou d’agents et hôtesses d’accueil.
50 ans
Près d’un contrat sur dix est destiné à répondre à la demande
ou plus
en serveurs ou employés de restaurants, mais pour des mis-
sions de très courte durée, en moyenne trois jours. Les trois
De 26 ansquarts d’entre elles sont même inférieures à deux jours.
à 49 ans
Moins
de 26 ans
Durée moyenne d’une mission d’intérim 0 10203040 5060
par qualification en 1999 (en nombre de jours)
Intérimaires Missions
20 Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des
déclarations mensuelles des agences d’intérim
15
10 Enfin, le recours au travail temporaire n’est pas la règle dès
lors qu’il s’agit de recruter des cadres moyens et supérieurs.
Ainsi, les chefs d’entreprise, cadres et professions intermé-5
diaires représentent moins de 3% de l’ensemble des contrats,
cette proportion atteignant tout de même 7% dans le com-
0 merce.
Employés Ouvriers non Chefs Ouvriers Ensemble
Les ouvriers qualifiés se voient offrir les missions les plus lonqualifiés qualifiés -d'entreprises,
cadres et professions gues (dix-huit jours environ en 1999 comme en 1998) mais
intermédiaires
aussi les cadres et les professions intermédiaires. En re-
vanche, celles confiées aux employés et aux ouvriers
Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des
non-qualifiés sont plus courtes.déclarations mensuelles des agences d’intérim
En 1999, la moitié des intérimaires n’a effectué qu’une ou
deux missions, alors qu’un intérimaire sur sept en a réalisé au
moins dix dans l’année. Ainsi le recours à l’emploi intéri-
maire répond à des besoins différents : dans un cas, il s’agit
Répartition des contrats d’intérim par qualification
de demandes ponctuelles où une ou deux missions suffisenten 1999 (en %)
généralement, dans l’autre, le recours à l’intérim est plus pé-
renne et concerne des missions plus longues.
Plus le niveau de qualification est élevé plus le nombre de
missions effectuées est faible. Sur la période 1998-1999,Ouvriers qualifiés
80% des cadres n’ont assuré qu’une ou deux missions et seu-
lement 2% plus de dix. Ces chiffres sont respectivement de
Ouvriers non qualifiés 50% et 13% pour les ouvriers non qualifiés.
Quel que soit le nombre de missions réalisées, en 1999 près
de huit sur dix le sont par des hommes, ceux-ci représentant
73% des intérimaires. Fortement féminisée dans les annéesEmployés
1970-1980, l’activité d’intérim enregistre une proportion de
femmes plus faible au cours des années 90. La moitié des per-
Chefs d'entreprises, cadres et professions intermédiaires sonnes embauchées sont des jeunes de moins de 26 ans,
hommes ou femmes, qui ont accompli 46% des missions
d’intérim. Deux années auparavant, si la part des ef-0 204060 80 100
fectuées par les jeunes était la même, ceux-ci ne représen-
Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des taient que 38% des intérimaires. Quant aux plus de 50 ans,
déclarations mensuelles des agences d’intérim leur poids dans l’emploi temporaire reste très faible.
INSEE Flash Champagne-ArdenneNombre des agences par commune en 1999Six entreprises de travail temporaire
concentrent l’essentiel des missions
En 1999, la Champagne-Ardenne compte 24 entreprises de Charleville-Mézières
travail temporaire et 108 agences réparties sur l’ensemble du
territoire régional. Six entreprises concentrent à elles seules
86% de l’activité intérimaire. Trois ont même proposé plus
de 50 000 missions chacune en un an. Par ailleurs, 8% des
missions offertes par des agences champardennaises l’ont été
hors de la région, en particulier en Île-de-France, en Lorraine
Reimset en Picardie.
Sur les 276 000 contrats conclus en 1999 par les entreprises
20de la région, 16 000 l’ont été avec une agence de travail tem-
poraire extérieure à la Champagne-Ardenne notamment lo- 10
calisée dans les régions voisines, à savoir l’Île-de-France, la 2
Lorraine et la Bourgogne.
A l’intérieur même de la région, si plus de neuf missions sur
Troyes
dix ont été pourvues localement, 8 000 l’ont été par des inté-
rimaires résidant dans un autre département, les Ardennais
Chaumontayant été les plus mobiles. Enfin, lorsqu’ils ont travaillé à l’ex-
térieur de leur département, les intérimaires se sont, dans
leur très grande majorité, déplacés dans la Marne.
Réciproquement, 6% des contrats conclus par des établisse-
ments champardennais l’ont été avec un intérimaire n’habi-
tant pas la région. Il s’agit toutefois de personnes résidant
dans une région limitrophe. Ainsi, dans l’Aube 2 200 mis-
sions ont été confiées à des Franciliens tandis que dans la Source : MES-DARES, exploitation des fichiers UNEDIC des
Marne 3 400 l’ont été à des Picards. La Haute-Marne s’est de déclarations mensuelles des agences d’intérim
préférence tournée vers la Lorraine (1 500 missions). Enfin,
les Ardennes, plus enclavées ont davantage eu recours à des
intérimaires venus de Lorraine mais aussi du
Nord-Pas-de-Calais.
Définitions
Le taux de recours à l’intérim se définit, pour un secteur donné, commeSources
le rapport du nombre de postes occupés par des intérimaires (en équi-
DADS : la Déclaration Annuelle de Données Sociales (DADS) est un valent temps plein), au nombre total de postes occupés par des salariés
formulaire commun aux services fiscaux et à certains organismes so- permanents et des intérimaires. Par exemple, un taux de recours à l’in-
ciaux, rempli par tout employeur. Il contient, pour chaque salarié de térim de 3,5% dans un secteur donné, signifie que pour 1 000 heures
l’entreprise (à l’exclusion des agents de l’Etat et des collectivités territo- travaillées dans ce secteur, 35 heures étaient effectuées par des intéri-
riales, des apprentis, des gens de maison et des salariés agricoles), des maires.
caractéristiques d’état civil, la profession et la catégorie socio-profes- Secteurs d’activité de l’emploi intérimaire : les activités économiques
sionnelle, les périodes d’emploi et les rémunérations perçues. détaillées sont celles du niveau 60 de la Nomenclature d’Activités
Les statistiques sur l’emploi intérimaire en fin d’année sont élaborées Française (NAF) en vigueur depuis 1993.
par l’UNEDIC à partir d’un serveur informatique enregistrant la totalité
des missions d’intérim, celles-ci étant déclarées par les entreprises de
travail temporaire. L’indicateur de fin d’année constitue une moyenne
du nombre de missions effectuées au cours des cinq derniers jours de François BERTON, Bruno DELABRUYERE (INSEE)
chaque mois.
Abdellah JAMAA (DRTEFP)
Dès sa parution, INSEE FLASH Champagne-Ardenne est disponible
sur le site Internet de l’INSEE : www.insee.fr/champagne-ardenne
INSEE, Direction Régionale de Champagne-Ardenne 10, rue Edouard Mignot 51079 Reims Cédex. Tél : 03.26.48.61.00
Directeur de la publication : Michel GAUDEY, Directeur régional de l’INSEE - Chef du Service Etudes et Diffusion : Guy Bourgey
Rédacteur en chef : Johara Khélif - Secrétaire de rédaction : Marie-Paule Le Coadou - Secrétaire de fabrication : Pascale Breton
Communication externe : Guy Bourgey - Abonnements : Sylviane Mulder
Création de l’image visuelle : Champagne-Création - Imprimeur : Groupe Technologies et Impression, 51100 Reims
Le numéro : 15F (2,29 euros) Abonnement : 11 numéros 130F (19,82 euros) (France), 162F (24,70 euros) (Europe), 175F (26,68 euros) (reste
du monde) ou 11 numéros + dossier “Bilan économique” : 160F (24,39 euros) (France), 200F (30,50 euros) (Europe), 216F (32,93 euros)
(reste du monde).
© INSEE-2001 ISSN 1277-5649 Code SAGE : FLA012460 Dépot légal : juillet 2001
INSEE Flash Champagne-Ardenne

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.