Emploi en Lorraine : une progression qui s'essouffle depuis 2001

De
Publié par

Entre fin 1999 et début 2003, la Lorraine a gagné 20 000 emplois supplémentaires. Cette hausse de 2,4% est inférieure à la tendance moyenne française (+4,3% sur la même période), et concerne essentiellement l'année 2000. Elle s'atténue en 2001 pour se changer en baisse en 2002, soit dès avant la mauvaise année 2003. Les gains d'emplois salariés assurent ces résultats, l'emploi non salarié poursuivant son recul. La progression des effectifs dans les activités tertiaires se ralentit et l'industrie perd à nouveau des salariés. Le département de la Meurthe et Moselle affiche la meilleure évolution. Les zones d'emploi de Briey, Toul et Metz se distinguent par une croissance vive de l'emploi sur la période.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 47
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/lorraine
° 8N
Emploi en Lorraine :
Mai 2004 - 2 €
une progression qui s’essouffle depuis 2001
Entre fin 1999 et début 2003, la Lorraine a gagné 20 000 emplois
supplémentaires. Cette hausse de 2,4% est inférieure à la tendance
moyenne française (+4,3% sur la même période), et concerne
essentiellement l’année 2000. Elle s’atténue en 2001 pour se changer
en baisse en 2002, soit dès avant la mauvaise année 2003. Les gains
d’emplois salariés assurent ces résultats, l’emploi non salarié poursuivant
son recul. La progression des effectifs dans les activités tertiaires
se ralentit et l’industrie perd à nouveau des salariés. Le département
de la Meurthe-et-Moselle affiche la meilleure évolution. Les zones d’emploi
de Briey, Toul et Metz se distinguent par une croissance vive de l’emploi
sur la période.
erAu1 janvier 2003, la Lorraine comp moyenne un gain d’emplois de 4,3% sur la pé- -
tait 850 370 emplois soit une augmentation de riode. Le haut du classement est occupé par
2,4% par rapport à fin 1999. Cette progres les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Lan- -
sion place la Lorraine en queue du classement guedoc-Roussillon et Corse dont la hausse dé-
national (vingtième position) où l’on observe en passe 9%, alors que seules les régions voisines
de Bourgogne et de Champagne-Ardenne font
Hausse dans le Sud et l’Ouest moins bien que la Lorraine. En terme d’évolu-
tion absolue, l’emploi lorrain augmente d’un peu
Évolution de l’emploi total des régions françaises
de 1999 à 2002 plus de 20 000 postes. Cette progression est
due exclusivement à l’emploi salarié qui a pro-
gressé de 2,8% (+21 500 postes) pour atteindre
le niveau de 792 200 salariés. Dans le même
temps, l’emploi non salarié a poursuivi son recul
(-1 500 emplois soit -2,5%), tant en Lorraine
qu’au niveau national, même si le rythme de la
baisse se ralentit. L’augmentation de l’emploi
salarié se concentre dans le tertiaire (+4,9%)et
la construction (+3,6%). Ainsi, le secteur
“conseil et assistance” a généré plus de 4 200
emplois. L’administration publique, les services
Évolution totale opérationnels - qui incluent l’intérim - et le com-
(%) merce de détail ont aussi fait preuve de dyna-
misme durant ces trois années. En France, ces
6
4 quatre secteurs sont aussi ceux qui ont créé le
3
plus d’emplois en totalisant près de 550 000
salariés supplémentaires.
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2002 provisoires)
V
© IGN - INSEE 2004En 2002, la croissance continue ob toutes les zones d’emploi à l’excep l’industrie automobile (SOVAB à Batil- - -
servée depuis 1996 en Lorraine tion de Longwy. Plus du quart des ly). La zone d’emploi de Toul a aussi
s’interrompt avec la perte de près créations d’emploi du secteur des créé significativement de l’emploi
de 1 950 emplois salariés sur services sont à mettre à l’actif des dans le tertiaire (+9%). Avec res-
l’année. En France, le ralentisse de conseil et assistance. pectivement +7,8% et +6,7%, ces-
ment déjà amorcé en 2001 se deux zones d’emploi affichent lesLa zone d’emploi de Nancy a majo-
poursuit. L’emploi salarié a progres plus fortes évolutions relatives en- ritairement contribué aux créations
sé de 0,6% sur l’ensemble du terri Lorraine. Sur la période- d’emploi dans ce domaine avec
toire et la Lorraine figure parmi les 1999-2002, la zone de Longwy1 550 salariés supplémentaires en
trois régions dont les effectifs sala connaît une légère progression de- trois ans (ARVATO-ex BERTELSMANN à
riés baissent (-0,2%). Cette baisse l’emploi (+0,4%), grâce surtout à la
Nancy et Atton). Cette même zone
Le tertiaires’explique essentiellement par les ré hausse des effectifs industriels- concentre plus des trois quarts desse renforce
ductions d’effectifs dans l’industrie (EUROSTAMP à Villers-la-Montagne).nouveaux emplois du tertiaire dansà Nancy
(-3,2%). L’industrie des équipements Enfin, Lunéville est la seule zonele département sur la période :
du foyer, la production de combusti meurthe-et-mosellane à connaître- 1 465 emplois supplémentaires
bles et de carburants et le textile-ha une évolution négative (-1,7%) affec- -dans le secteur des services opéra-
billement-chaussure sont les tant surtout l’industrie (FLEXTRONICStionnels, 710 dans l’administration
secteurs qui ont le plus souffert en à Lunéville, BACCARAT à Baccarat)etpublique, 510 pour la santé et l’ac-
totalisant une perte de plus de les services opérationnels.tion sociale, etc. Les effectifs indus-
2 900 emplois en une annéeet triels baissent sur les trois années
près de 6 900 emplois en trois (ASAT à Maxéville, NORDON à Nan- Moselle : seul le Bassin
ans. Les pertes d’emploi au niveau
cy,…). La zone de Briey a gagné Houiller modère
national concernent aussi essentiel- 1 400 emplois et se caractérise le bilan favorablelement l’industrie avec la suppres- par une progression de l’emploi
sion de plus de 90 000 emplois Entre 1999 et 2002, la Moselledans chacun des grands secteurs,
salariés entre 2001 et 2002. gagne plus de 9 100 emplois sa-la plus forte contribution revenant à
850 000 emplois en Lorraine en 2002Meurthe-et-Moselle :
meilleure évolution Lorraine France
de la région Emploi Évolution (%) Évolution (%)
au 31/12 1999 2002En 2002, la Meurthe-et-Moselle 1999- 2001- 1999- 2001-
2002 2002 2002 2002compte 247 000 salariésetre-
présente près du tiers de l’emploi TOTAL 830 360 850 374 2,4 -0,2 4,3 0,5
lorrain. Elle est le département Non salarié 59 638 58 153 -2,5 -0,2 -2,4 -0,2
lorrain où l’emploi a le plus pro- Salarié 770 722 792 221 2,8 -0,2 5,0 0,6
Agriculture 7 902 7 215 -8,7 -1,0 -6,7 -0,7gressé depuis 1999 avec prèsde
Industrie 181 654 175 783 -3,2 -3,1 -0,6 -2,28 400 emplois supplémentaires
Construction 44 552 46 141 3,6 -1,0 7,1 0,3
(+3,5%) dont environ 4 000 sur
Commerce 95 592 100 924 5,6 0,1 6,9 1,0
chacune des deux premières an- Services 441 022 462 158 4,8 0,9 6,5 1,4
nées. Avec plus de 450 salariés Source: Insee- Estimations d’emplois (données 2002 provisoires)
supplémentaires sur la dernière
année, elle est aussi le seul dé- Essoufflement de la Lorraine
partement de la région à avoir en-
Évolution de l’emploi salarié et non salariéregistré un solde positif en 2002.
Ces évolutions s’expliquent par la Indice base 100 en 1999106
structure de l’emploi du départe- Salariés France105
ment. Ainsi, le tertiaire concentre
104plus de 77% de l’emploi salarié et
Salariés Lorraine
l’industrie a perdu relativement
103
moins de salariés que les autres dé-
102
partements lorrains sur la période.
La Meurthe-et-Moselle conserve le 101
taux de féminisation de l’emploi le
100
plus élevé de la région.
99
Non salariés FranceLe recul des effectifs industriels
Non salariés Lorraine
98(-1,5%), résulte surtout de la baisse
de 2002, après une progression 97
1999 2000 2001 2002
entre 1999 et 2001. Les effectifs
de la construction sont en hausse
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2002 provisoires)
de 4,3% ; cette hausse profite à
2lariés, soit une progression de SONOPRESS à Forbach et POLIGLAS à importante (9 sur 10) des femmes
2,7%. Avec 346 400 salariés, le Saint-Avold) danslemême temps. dans les créations nettes d’emploi.
département regroupe prèsde Le Bassin Houiller est la zone dont Si l’évolution relative du départe-
44% de l’emploi lorrain. A la diffé la situation de l’emploi s’est le plus- ment est la moins forte de la ré-
rence de la Meurthe-et-Moselle, dégradée dans la région sur gion, les Vosges sont le seul
où le gain est réparti équitable 1999-2002. Les effectifs de la- département à voir l’ensemble de
ment sur les années 2000 et construction ne chutent que dans ses zones d’emploi afficher un bilan
2001, la hausse mosellane se ces deux zones de l’Est Mosellan. positif. Avec une hausse de 2,4%,
concentre presque exclusivement Pour la zone de Sarrebourg, le la zone d’emploi d’Épinal regroupe
sur l’année 2000. L’année sui constat est proche : une baisse- prèsdelamoitié des emplois sup-
vante, l’emploi mosellan se stabi globale (-0,8%) expliquée cette fois- plémentaires dégagés sur la pé-
lise pour accuser ensuite un par des suppressions d’emploi riode 1999-2002. Les
déficit de près de 1 900 emplois dans le secteur de la chaussure et contributions les plus importantes
en 2002. du textile (BATA à Moussey et sont à porter à l’actif du com-
CHAUFETTE à Sarrebourg). merce et des services aux entre-De manière comptable, les pertes
prises, les activitésdu
d’emplois dans l’industrie (-2 900)
textile-habillement concentrant lesVosges :sont compensées par la progres-
pertes dans l’industrie. La zonel’industrie tempèresion dans la construction et le
d’emploi de Neufchâteau (Vosges de
commerce ; le gain de plus de les gains d’emplois
l’Ouest) présente la plus forte évolu-9 100 emplois équivalant finale- L’emploi salarié vosgien a crû de 2000, une tion relative du département
ment à la hausse des effectifs
2,0% entre 1999 et 2002 pour at- bonne année (+4,0%). L’augmentation des effec-dans les services - plus particuliè- teindre 137 000 personnes soit en Moselle et tifs se concentre sur l’année
rement les activités de conseil et
17% des effectifs lorrains. Le solde dans les Vosges 2000, la légère baisse de 2001
assistance, les services opération- positif de 2 700 emplois s’est cons- étant gommée en 2002. Si cette
nels, les services aux particuliers
truit exclusivement sur l’année zone est la moins touchée par le
et les domaines de la santé et de
2000, puisque les deux années sui- repli des effectifs dans l’industrie,
l’administration.
vantes se résument respectivement elle bénéficie également le moins
par -0,5% et -0,1%. A l’instar de la de la hausse de l’emploi dans leLes trois quarts de cette augmen-
Moselle, le bilan négatif dans l’in- commerce. Dans la zone de Remitation du nombre d’emplois se -
dustrie neutralise le bénéfice des remont-Gérardmer, la légère proconcentrent sur la zone d’emploi -
emplois créés dans la construction gression du nombre de salariésde Metz où le commerce et les
et le commerce. Si le département (+0,3%)résulte de l’annulation desservices dégagent respectivement
vosgien présente la plus forte évolu- gains d’emploi de 2000 sur les1 000 et 4 900 postes, et qui est
tion du commerce de la région deux années suivantes. Cette zoneégalement l’unique zone mosellane
(+7,9%), il est le moins bien placé est la plus affectée par les réducà voir ses effectifs industriels aug --
quant à celle des services. Le se- tions d’effectifs dans l’industriementer (SMAE à Metz et Trémery).
cond taux de féminisation de la ré- (-6,4%) qui concernent surtout lePlus de 3 200 emplois sont créés
gion est conforté par la part textile-habillement (FILATURE DE LAdans la zone de Thionville, encore
une fois dans des activités tertiai-
res;l’industrie maintient son ni- Baisse de l’emploi dans les zones de l’Est
veau d’emploi, les créations dans
Évolution (en%)Effectifs salariés
l’automobile (KRUPP PRESTA à Flo Zones d’emploi- au 31/12/2002 1999-2002 2001-2002
range) compensant les réductions Longwy 19 308 0,4 -0,4
dans les industries de biens d’équi- Briey 19 690 7,8 0,1
Lunéville 20 140 -1,7 -0,5pement du foyer (DAEWOO
Nancy 167 234 3,7 0,1ELECTRONICS à Fameck).
Toul 20 939 6,7 2,5
Meurthe-et-Moselle 247 311 3,5 0,2
Si la zone de Sarreguemines dé-
Meuse-du-Nord 24 612 4,4 0,7
gage quelque 700 emplois, là en-
Bar-le-Duc 24 002 1,0 -0,9
core dans le commerce et les Commercy 12 868 -0,3 -1,4
services, les effectifs du Bassin Meuse 61 482 2,1 -0,4
Houiller reculent. Dans ce dernier, Thionville 90 269 3,7 -0,6
Metz 126 520 5,8 1,0l’emploi dans le commerce stagne
Bassin-Houiller 70 904 -2,0 -3,0et les gains dans les services ne
Sarreguemines 30 212 2,4 -0,8
parviennent pas à compenser les Sarrebourg 28 505 -0,8 -0,5
pertes conséquentes dans l’in- Moselle 346 410 2,7 -0,5
dustrie liées à la réduction pro- Vosges-de-l’Ouest 23 315 4,0 1,0
Épinal 55 776 2,4 0,0gressive de l’activité charbonnière
Remiremont-Gérardmer 30 347 0,3 -0,7(près de 2 800 emplois sur trois ans)
Saint-Dié 27 580 1,6 -0,5
en dépit d’implantations d’unités
Vosges 137 018 2,0 -0,1
nouvelles (PILKINGTON à Seingbouse, Source : Insee- Estimations d’emplois (données 2002 provisoires)
3GOSSE à Saint-Nabord, PERRIN dans le secteur de la construction
Les composantes de l’emploi CONFECTION à Vagney), les biens et des services avec +5,4% chacun
d’équipement du foyer et l’agroali et la moins forte des effectifs comtotal : emploi salarié et - -
mentaire. Elle est également la merciaux (+4,0%).non salarié
plus favoriséedudépartementEntre 1999 et 2002, l’emploi total en La zone d’emploi de Verdun (Meuse
Lorraine augmente de 20 500 per dans le commerce. La zone d’em- - du Nord) recueille 8 emplois nou-
sonnes. Ce chiffre se décompose en ploi de Saint-Dié connaît une veaux sur 10 créés en Meuse sur
une hausse de 21 500 du nombre de hausse modeste (+1,6%) : elle la période 1999-2002. Le milliersalariés et une baisse de 1 500 des
gagne 450 emplois, là encore les
non salariés (exploitants agricoles, arti d’emplois dégagé provient essentiel- -
pertes sur 2001 et 2002 ont ro-sans, commerçants, indépendants…). lement des entreprises du com-
Les non salariés reculent de 2,5% en gné le solde positif dégagé en merce de détail et des services
moyenne, l’essentiel de la baisse affec- 2000. Le secteur automobile (santé, administration et services opéra-tant le secteur agricole (en 2002) et (MERITOR LVS)acréé des emplois
tionnels),l’industrie stabilisant ses ef-les services (en début de période).
et le textile-habillement (ROSY à Col-L’emploi non salarié représente 6,8% fectifs. La zone de Bar-le-Duc affiche
roy-la-Grande, ETS SCAREDER àde l’emploi total lorrain contre 9,4% au une hausse de 1%. Les pertes dans
niveau national. Ce statut d’emploi est Saint-Dié) concentre les pertes dans l’industrie (-500), représentant les
plus présent en Meuse (11,3%) et l’industrie. La zone de Saint-Dié ap- deux tiers du recul meusien s’étalent
dans les Vosges (8,6%), sa part n’at- porte la plus petite contribution du sur les trois années et pèsent surteignant que 6,5% en Meurthe-et-Mo-
département aux effectifs de la
selle et 5,5% en Moselle. ce bilan ; le secteur du bois papier
construction qui croissent dans carton est le plus touché
toutes les zones vosgiennes. (PAPETERIES JEAND’HEURS à Lisle-en-Ri-
gault).L’emploi dans la construction
Savoir plus :
et les services progresse respectiveLa Meuse : meilleure -
ment de 7,4% et 5,3% et celui duévolution relative
commerce se maintient. La zoneRubrique “Conjoncture” du site : dans les services et
www.insee.fr/lorraine. d’emploi de Commercy, la plus pe-
la construction
tite de la région, voit ses effectifs re-
Fin 2002, la Meuse compte culer légèrement (-0,3%). Les gains
61 500 salariés soit 1 250 de plus d’emplois dégagés dans le tertiaire
Ministère de l’Économie,
que fin 1999. Cette augmentation sont annulés par les pertes dans
des Finances et de l’Industrie
(+2,1%), proche de celle des Vosges l’industrie.
Insee
(+2,0%), se décompose égalementInstitut National de la Statistique
Anne MEVELet des Études Économiques en une hausse (+1 600) la première
Laurent ZINSDirection Régionale de Lorraine année suivie de deux années de
15, rue du Général Hulot
baisse. La Meuse présente la meil-CS 54229
leure évolution relative de la région54042 NANCY CEDEX
Tél :03 83 91 85 85
Fax :03 83 40 45 61
Progression du tertiaire et perte dans l’industriewww.insee.fr/lorraine
Évolution de l’emploi salarié dans l’industrie et le tertiaire de 1999 à 2002 (en %)DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
Jean-Paul FRANÇOIS Briey
Directeur régional de l’Insee
Toul
MetzCOORDINATION RÉDACTIONNELLE
Joël CREUSAT Meuse-du-Nord
William ROOS Vosges-de-l'Ouest
Thionville
RESPONSABLE ÉDITORIAL ET
Nancy
RELATIONS MÉDIAS
Jacqueline FINEL Sarreguemines
Épinal
RÉDACTRICE EN CHEF
Saint-Dié
Agnès VERDIN
Longwy
SECRÉTARIAT DE FABRICATION Bar-le-Duc
MISE EN PAGE - COMPOSITION
Commercy
Marie-Thérèse CAMPISTROUS
Remiremont-GérardmerMarie-Odile LAFONTAINE
Sarrebourg Tertiaire
ABONNEMENTS Lunéville Industrie
Myriam PUJOL
Bassin Houiller
Code SAGE : EL040840
N° à la CPPAP AD 176
-15 -10 -5 0 5 10 15 20
ISSN : 0293-9657
Note de lecture : les zones d’emploi sont classées par ordre décroissant du taux
© INSEE 2004 d’évolution de l’emploi salarié total.
Source : Insee - Estimations d’emploi (données 2002 provisoires)
4

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.