Emploi et chômage dans les 24 domaines professionnels

De
Publié par

Un marché du travail à plusieurs vitesses se dessine pour la région Nord-Pas-de-Calais, qui doit beaucoup aux situations hétérogènes des différents domaines professionnels. La reprise économique, effective à partir de la fin de l'année 1996 dans la région, est venue accentuer des divergences que l'on pouvait en apparence croire figées. Certains métiers cumulent les avantages, faisant bénéficier de leurs atouts l'ensemble des personnes ayant choisi ces spécialités. À l'opposé de ces métiers idéaux, on trouve surtout des métiers touchés par la reconversion ou peu portés par la conjoncture. Ensuite, l'éventail des situations professionnelles rencontrées pour le reste des métiers oscille entre ces deux extrêmes.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 48
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

NORD-PAS-DE-CALAIS
F 15 - 2,29 N°7 - JUILLET 2000
Emploi et Chômage
dans les 24 domaines professionnels
Regroupés en domaines professionnels, les
métiers se situent sur des marchés de l’emploiUn marché du travail à plusieurs vitesses se
présentant des caractéristiques différentes. Ils
sont en effet créateurs de volumes d’emploidessine pour la région Nord-Pas-de-Calais,
plus ou moins généreux, marqués plus ou
qui doit beaucoup aux situations hétérogènes moins fortement par des pratiques de flexibilité
de l’emploi et exposés variablement au risque
des différents domaines professionnels. de chômage et à la mise à l’écart des travailleurs
qui en sont frappés. Selon leur position au
La reprise économique, effective à partir regard de ces paramètres, les métiers régionaux
peuvent être classés dans quatre groupes.de la fin de l’année 1996 dans la région,
QUELQUES DOMAINES PROFESSIONNELSest venue accentuer des divergences que l’on
“IDÉAUX” CONJUGUENT FAIBLE RISQUE
pouvait en apparence croire figées. Certains DE CHÔMAGE DE LONGUE DURÉE,
MÉTIERS PORTEURS ET EMPLOI STABLE
métiers cumulent les avantages, faisant
Un ensemble de domaines professionnels sebénéficier de leurs atouts l’ensemble des révèlent avantagés sur de nombreux aspects
au regard de leurs performances sur le marchépersonnes ayant choisi ces spécialités.
du travail. Il s’agit des métiers de l’électricité,
électronique, de l’alimentation, de la méca-À l’opposé de ces métiers idéaux, on trouve
nique automobile, des métiers du tertiaire de
bureau, de l’hôtellerie, restauration et du tou-surtout des métiers touchés par la reconversion
(1)risme , des soins personnels et du commerce.
Les métiers non repérés par un domaine précisou peu portés par la conjoncture. Ensuite,
et classés dans les rubriques “autres fonctions
l’éventail des situations professionnelles tertiaires” et “autres métiers” tirent également
honorablement leur épingle du jeu.
rencontrées pour le reste des métiers oscille
Ces métiers représentent le noyau dur et stable
entre ces deux extrêmes. des emplois par domaines professionnels. Ils se
montrent porteurs car les créations d’emplois
Yann Lhomme externes sont non seulement importantes,
INSÉE mais présentent un fort caractère de pérennité,
que viennent confirmer le fort taux d’embauche
Au moment de la rédaction de cette étude, l’auteur faisait partie du Sepes de la Direction
régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle du Nord-Pas-de-Calais ; (1) Le positionnement de ces derniers domaines est fragilisé
il a rejoint aujourd’hui le Sessi du Secrétariat d’État à l’Industrie. car les très petits établissements pèsent d’un poids important.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CÉDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00N°7
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
en contrat à durée indéterminée de la mécanique Un second groupe de domaines professionnels que les entreprises répugnent à s’engager pour
automobile ou des soins personnels, ainsi que présente pratiquement les mêmes qualités que l’avenir, en raison des difficultés du présent, qui
le fort taux de pérennisation des contrats à ceux de la classe précédente, si ce n’est que les s’expriment également par le fort taux
(2)durée déterminée . emplois y stagnent ou sont en régression. d’inscription à l’ANPE suite à un licenciement.
Elles assurent la flexibilité de leur activité en ne
Ces métiers générant de l’emploi embauchent UN SECOND GROUPE DE MÉTIERS pérennisant pas une partie de leur main-
également massivement des jeunes, notam- d’œuvre. Cet attentisme des employeurs seATTRACTIFS S’ILS CRÉAIENT DES EMPLOIS
ment dans les domaines professionnels de révèle sans conséquence auprès des deman-
l’hôtellerie, restauration, tourisme, ainsi que le Il s’agit des métiers de la chimie, plasturgie, deurs d’emploi qui présentent un risque assez
commerce et l’alimentation. Il est d’ailleurs biologie, des métiers de la pêche, du bois et faible de rester au chômage. D’autre part, les
intéressant de noter que les jeunes postulent ameublement, des industries graphiques, du demandeurs d’emploi garantissent leur inser-
massivement pour ces domaines professionnels travail des métaux et de mécanique générale, tion en maintenant leur inscription à l’ANPE et
lors de leur première recherche d’emploi et ainsi que des métiers dits “des autres fonctions en acceptant des contrats courts, l’insertion en
que ceux qui présentent un niveau de industrielles”. Les marchés du travail pour ces emplois durables se faisant à moyen terme.
formation bas bénéficient plus fréquemment métiers sont certes pérennes et fluides en
de stages de formation professionnelle dans moyenne, mais ces caractéristiques s’atténuent Les deux premières classes esquissent le
ces domaines, augmentant ainsi leurs chances et s’incarnent dans un taux d’accès en contrat à contour d’un poste de travail, qui n’est pas
de réinsertion en se positionnant sur des durée déterminée un peu moins élevé, si ce sans rappeler les emplois typiques des “trente
domaines porteurs. n’est pour les métiers du travail des métaux. glorieuses”, salariés, inscrits dans la durée et
à temps plein. Le deuxième groupe en
Ces créations ont un impact immédiat sur le Toutefois, les tensions induites par le manque constitue une variante atténuée qui privilégie
marché du travail au travers d’une fluidification de créations d’emplois expliquent un fort conjointement un autre mode d’organisation
de la demande d’emploi. Les chômeurs de ces passage des demandeurs d’emploi en caté- de la main-d’œuvre, déjà présent au sein du
(3)domaines professionnels présentent un faible gorie 6 , avec des valeurs extrêmes pour les premier groupe. Face à l’imprévu lors des
risque, une fois inscrits à l’ANPE, d’être encore métiers de la chimie, plasturgie, biologie, sans surcroîts d’activité et pour répondre au mieux
présents un an plus tard. La part de marché de que ces métiers puissent pour autant être aux exigences des clients, les établissements
l’ANPE sur l’ensemble des recrutements des qualifiés de précaires. Cela se vérifie aussi bien recourent dans ces spécialités à des recru-
entreprises de plus de dix salariés est assez pour les jeunes de bas niveau de formation que tements de courte durée qui viennent renforcer
élevée, autrement dit les offres d’emploi réper- les plus de 30 ans non qualifiés. les effectifs pérennes de l’établissement.
toriées par l’ANPE concernant ces métiers Ces missions de faible durée permettent de
couvrent une plus grande part des embauches. Cette forte présence de contrats courts et/ou fluidifier la demande d’emploi et sans doute
Ces offres concernent plus qu’ailleurs des offres de missions de travail temporaires, conjointe- d’assurer à terme l’insertion durable des
d’une durée supérieure à six mois. ment aux faibles créations d’emplois, indique demandeurs d’emploi. Les taux d’entrée en
(2) Contrat à durée déterminée n’ayant apparemment pas (3) Cela indique la présence de chômeurs ayant travaillé plus
donné lieu à une sortie dans l’année. de 78 heures sur le mois.
ERINDICATEURS DU MARCHÉ DU TRAVAIL PAR DOMAINES PROFESSIONNELS ENTRE LE 1 JANVIER 1996 ET LE 31 DÉCEMBRE 1998
Taux apparent Taux de passageRappel : Taux apparent Indice de Part des CDD Part des CDIÉvolution du d'écoulement des moins d'un anemploi au RP d'écoulement Taux de reprise créations apparemmentDomaines professionnels dans les entréeschômage annuel des moins d'ancienneté à de 1990 annuel d'emplois pérennisés
de 26 ans “un à deux ans”
12345
DP01-Agriculture 48 248 +17,5 48,7 57,0 41,3 29,6 2,0 13,1 10,5
DP02-Pêche 3 688 +22,0 53,4 56,4 35,7 39,7 -1,5 21,4 15,4
DP03-Bâtiment, travaux publics 90 913 -4,4 50,9 58,9 37,7 31,1 -4,5 33,4 20,4
DP04-Travail des métaux, mécanique générale 111 636 -18,0 52,5 57,0 33,8 37,3 0,7 30,5 21,2
DP05-Mécanique automobile 11 448 +10,2 54,8 58,1 31,0 30,1 -1,8 47,3 37,9
DP06-Électricité, électronique 28 845 -5,0 55,0 58,6 30,7 36,4 3,9 47,0 23,4
DP07-Industries graphiques 7 852 -3,5 52,1 59,9 38,3 32,2 -4,4 23,1 30,6
DP08-Chimie, plasturgie, biologie 13 932 +12,2 48,6 52,8 34,5 36,8 0,2 24,5 9,3
DP09-Alimentation 14 564 -1,4 57,4 61,1 28,2 38,5 6,5 36,7 19,1
DP10-Textile 23 560 -3,3 39,6 55,2 54,1 32,2 -5,8 27,7 11,8
DP11-Habillement, cuir 19 984 -12,5 46,0 55,7 45,3 28,1 -7,9 34,0 15,5
DP12-Bois et ameublement 15 020 +0,2 52,4 59,7 37,7 44,3 -4,9 31,8 12,8
DP13-Transport, logistique 118 742 -12,8 47,4 57,7 42,0 35,4 3,9 21,5 11,7
DP14-Nettoyage, sécurité 81 332 +7,0 44,4 55,3 47,5 19,5 5,0 15,3 14,1
DP15-Tertiaire de bureau 190 273 -8,5 53,1 57,6 35,1 30,9 1,2 23,6 25,2
DP16-Commerce 125 547 -0,8 51,6 56,5 35,8 28,3 11,8 26,8 28,4
DP17-Hôtellerie, restauration, tourisme 39 049 -0,1 56,2 61,8 31,2 26,7 2,1 31,0 29,0
DP18-Arts appliqués 884 +48,1 43,5 55,3 54,6 24,9 -0,4 60,0 33,3
DP19-Santé, services sociaux 92 766 +0,4 48,0 56,2 41,6 23,6 8,4 12,0 10,5
DP20-Soins personnels 9 120 -6,6 59,1 62,1 26,9 26,5 // 37,5 33,0
DP21-Industries agroalimentaires 11 080 +25,9 45,7 55,1 43,7 36,7 // // //
DP22-Autres fonctions industrielles 50 140 +48,4 48,4 55,2 38,3 35,2 1,7 30,8 16,8
DP23-Autres fonctions tertiaires 92 062 +4,5 56,1 61,7 31,2 34,9 4,2 14,2 20,7
DP99-Autres métiers 111 904 +1,1 57,4 63,8 26,5 45,2 -3,9 19,2 34,9
Total de la région 1 312 589 -3,1 50,7 57,7 37,7 30,6 2,9 21,3 17,5
Source : DRTEEF, ANPE, Insee
1 : complément à 1 du stock de demandeurs à l’ANPE en décembre 1998 rapporté au stock de décembre 1997 augmenté des demandes enregistrées au cours de 1998. Il est calculé
pour divers publics.
2 : nombre de chômeurs dont l’ancienneté est comprise entre un et deux ans rapporté au nombre de chômeurs de moins d’un an d’ancienneté. Il est calculé pour divers publics.
3 : nombre de sorties de l’ANPE pour reprises d’emploi par rapport à l’ensemble des demandes enregistrées sur la période 1996-1998.
4 : différence entre les flux d’embauches et de sorties dans les établissements du champ sur la période 1996-1998, rapporté à l’effectif de début 1996.
5 : écart entre les entrées en CDD et les sorties pour fin de CDD rapporté aux entrées en CDD. Elle permet d’estimer la part des contrats qui ont pu être requalifiés en CDI. Elle est
calculée pour les jeunes et pour les non-qualifiés.N°7
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
contrat à durée indéterminée et en contrat à Ces métiers marqués par le chômage de
L’ÉVOLUTION DU CHÔMAGE EST UN CRITÈRE
durée déterminée visiblement pérennisé sont longue durée se caractérisent de plus par une DIFFICILE À INTERPRÉTER
plus élevés pour ces domaines professionnels. précarité relative importante. Les entreprises
Un domaine professionnel qui propose des
pour ces métiers satisfont leur besoin de emplois pérennes, en effectifs croissants et où
En miroir se retrouvent les marchés du travail flexibilité accrue en imposant un fort turn-over les demandeurs restent peu de temps au
chômage n’est pas pour autant un lieu de professionnels qui semblent relativement plus des salariés : les taux d’entrée et de sortie dans
baisse du chômage, et inversement.
figés et précaires. Non seulement ils présentent les établissements d’au moins dix salariés sont
Deux exemples permettent d’illustrer ce des valeurs en moyenne moins bénéfiques élevés, et le plus souvent en moyenne sous
phénomène.
pour tous les indicateurs étudiés précédem- forme de contrats à durée déterminée. Ces Les métiers des “autres fonctions tertiaires”,
regroupant les professionnels de l’information,ment, mais ils se révèlent handicapés sur marchés professionnels sont parmi ceux qui
les personnels d’études ainsi que les ensei-
d’autres aspects. créent le plus d’emplois pour les jeunes de gnants et formateurs présentent ainsi la
particularité d’être plus créateurs d’emplois moins de 26 ans ou, si la perspective est
que la moyenne, tout en se caractérisant parUN TROISIÈME GROUPE DE MÉTIERS inversée, ces métiers sont plus facilement une fluidité et une pérennité importante de
PORTEURS DE CRÉATIONS D’EMPLOIS acceptés par les jeunes. leur marché du travail. Malgré cela, ce domaine
professionnel enregistre, sur la période MAIS SOUS DES FORMES PRÉCAIRES Ainsi, les créations d’emplois peuvent être
1996-1998, une augmentation de son chômage
corrélées positivement avec une forte flexibilité de 4,5% contre une baisse de 3,1% pour
La conséquence la plus immédiate de ce l’ensemble des métiers. Une orientation de la main-d’œuvre.
importante des demandes d’emploi vers manque de fluidité est l’importance du
ces métiers a pour conséquence d’accroître
chômage de longue durée. Ce phénomène est Ces caractéristiques correspondent à celles des mécaniquement le chômage dans ce domaine
professionnel, sans pour autant que ses appréhendé au travers de plusieurs indicateurs métiers du nettoyage, sécurité, de la santé et
capacités d’insertion soient véritablement
qui présentent tous des valeurs relativement des services sociaux ainsi que des métiers de remises en cause.
(4)préoccupantes. La part des chômeurs de très l’agriculture . Ces métiers souffrent d’une
Dans le même registre, les métiers du textile,
longue durée (durée d’inscription supérieure à très grande précarité des emplois proposés. De composés d’ouvriers qualifiés et non qualifiés
restent fortement marqués par les difficultés dudeux ans) est supérieure à la moyenne pour surcroît, le plus souvent ces emplois sont à
passé (un chômeur sur trois de ce domaineces métiers. En ce qui concerne le suivi des temps partiel : l’exemple extrême est illustré professionnel a plus de deux ans d’inscription à
cohortes des chômeurs de longue durée, ces par les métiers du nettoyage, sécurité où l’ANPE, le poids des plus de 50 ans est de trois
chômeurs sur dix) et détruisent des emplois,domaines professionnels présentent des taux trois offres sur cinq déposées à l’ANPE sont
mais voient leur chômage diminuer de 3,3%
de passage des chômeurs inscrits depuis moins proposées à temps partiel. entre décembre 1995 et décembre 1998,
soit 0,2 point de mieux que pour l’ensembled’un an dans la tranche des “un à deux ans”,
des métiers. Cette baisse du nombre d’inscrits
puis des “un à deux ans” dans les “deux ans et Ces domaines professionnels se révèlent ainsi est notamment due à une désaffection
plus” plus élevés que la moyenne. des demandeurs d’emploi, principalement desau final créateurs nets d’emplois malgré un
jeunes, qui sont de moins en moins nombreuxcontexte de forte précarité. Ce constat doit à s’inscrire pour ces métiers auprès de l’ANPE.(4) Les métiers de l’agriculture, constitués d’indépendants qui
toutefois être nuancé par l’importance dess’inscrivent peu à l’ANPE, ne sont appréhendés ici que de
façon minoritaire, les salariés et les demandeurs d’emploi sont
dans leurs versant majoritaire composés de jardiniers, famille
professionnelle d’insertion.
la méthode de l’analyse
en composantes principales
(ACP)
La méthode de l’ACP a pour objet de
restituer le mieux possible l’information Industries
agroalimentaires fournie par de nombreuses variables quanti-
tatives (une trentaine) pour l’ensemble
Autres fonctions industrielles
des 24 domaines professionnels du
Chimie, plasturgie, biologie Nord-Pas-de-Calais. Le nuage de points Arts appliquésTextile
correspondant à ces informations est situéBâtiment,
Pêchetravaux publiques dans un espace de dimension largement
supérieure à 3. L’objectif de l’ACP est de Industries Bois et ameublement
Habillement, cuir graphiques le représenter dans un sous-espace dePrécarité Travail des métaux, Pérénité
Transport, logistiqueet rigidité mécanique générale dimension plus faible, ce qui autorisera des et fluidité
du marché interprétations visuelles, tout en respectantAutres métiers du marché
du travail du travailTertiaire Mécanique automobile au mieux un critère de proximité afin de
de bureaux
restituer le maximum d’information. CetteAgriculture Alimentation
Commerce Autres Électricité, représentation se fera en projetant chacun
fonctionsSanté, éléctronique
Nettoyage, des points sur ce sous-espace, défini par detertiairesservices sociauxsécurité
nouvelles variables, combinaisons linéaires
Hôtellerie, restauration, tourisme des variables de départ. Les trois premiers
facteurs principaux (les deux premiers sontSoins personnels
portés sur les axes du graphique, le troisième
est l’importance de l’évolution du chômage)
permettent dans le cas présent d’expliquer
près de 80% de l’information totale.
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00
Métiers plus Métiers moins
créateurs d'emplois créateurs d'emploisN°7
Profils
NORD-PAS-DE-CALAIS
(5)contrats aidés , notamment dans le secteur par un fort risque de chômage de longue les difficultés conjoncturelles et le taux
non marchand ; ceux-ci introduisent une durée et sont de surcroît peu créateurs d’inscription à l’ANPE suite à un licenciement
distorsion dans la comparaison avec les autres d’emplois. y est plus important. En conséquence, les
métiers, qui par définition ne peuvent en demandeurs d’emploi dans ces métiers
bénéficier. L’afflux des demandeurs sur ces L’ancienneté moyenne d’inscription à l’ANPE bénéficient plus fréquemment de mesures
spécialités conduit à une détérioration en jours y est parmi les plus élevées, que ce soit de politiques d’emploi et de réinsertion.
“mécanique” des indicateurs de chômage. La pour l’ensemble des demandeurs ou pour des
demande dans ces métiers peut être liée au catégories plus précises comme les moins de S’ils sont globalement moins créateurs
souhait de pouvoir bénéficier des mesures 26 ans à bas niveau de formation ou les plus de d’emplois, ils ne sont pas pour autant marqués
de politiques d’emploi. Ces métiers sont 30 ans de basse qualification. par l’immobilisme. Lorsque des pics d’activité
en conséquence marqués par un fort poids Le poids des 50 ans y est très élevé, notam- se présentent, les entreprises ont tendance à
des chômeurs de longue durée, notamment ment dans le textile. Il est à noter que les absorber ce surcroît de travail en embauchant
des jeunes de bas niveau de qualification. jeunes demandeurs d’emploi, y compris de plus fréquemment sous forme de contrats
bas niveau de formation, sont peu attirés par courts (durée inférieure au mois) ou de
UN DERNIER GROUPE DE MÉTIERS EN ces métiers lors de leur première insertion sur missions de travail temporaires. Elles créent
DIFFICULTÉ OU EN PHASE DE le marché du travail, comme l’indique le donc moins d’emplois au profit d’une
RECONVERSION faible poids des primo-demandeurs. Les plus main-d’œuvre ponctuelle. Deux hypothèses
de 30 ans à faible niveau de qualification sont peuvent être avancées pour expliquer cela, soit
Enfin, les métiers du textile, de l’habillement, donc sur-représentés. ces entreprises sont confrontées à une
du transport et de la logistique, des arts appli- conjoncture difficile, soit il s’agit pour elles
qués et enfin, dans une moindre mesure, du Les flux d’embauches dans ces spécialités d’un mode de gestion volontaire de la main-
bâtiment et des travaux publics sont des sont plus faibles qu’ailleurs, même en contrats d’œuvre à part entière leur permettant de
métiers qui cumulent les handicaps du groupe à durée déterminée ou missions d’intérim. gérer au mieux le risque de leurs marchés.
précédent (précarité, rigidité), sont stigmatisés Ces métiers sont plus fortement marqués par
(5) Ce phénomène est d’autant plus marqué que les contrats
de politique d’emploi ne sont comptabilisés dans les mouve-
ments qu’à partir de 1998.
Pour comprendre ces résultats
L’objet de la présente analyse est d’aider à la compréhension des différentes dimensions des marchés du travail par professions de la région
Nord-Pas-de-Calais. Elle s’attarde sur la période récente 1996-1998, période de redémarrage de l’économie régionale.
Les sources utilisées
Deux sources statistiques ont principalement été mises à contribution. La première concerne les statistiques du marché du travail
(source : ANPE, DRTEFP) et comptabilise les demandeurs d’emploi inscrits auprès de l’ANPE, ainsi que les offres d’emploi. Le domaine
professionnel correspond alors au métier que les demandeurs d’emploi déclarent souhaiter exercer.
La deuxième source utilisée est la déclaration de mouvement de main-d’œuvre (DMMO), ainsi que l’enquête sur les mouvements de
main-d’œuvre (EMMO ; source : Insee, DRTEFP). Elle permet de quantifier le nombre d’entrées et de sorties dans les établissements d’au moins
dix salariés. Un appariement avec la source sur l’enquête structure des emplois (source : Insee, DRTEFP) est effectué afin de pouvoir calculer
des taux d’entrée et de sortie par domaines professionnels.
Les limites des sources
Certaines précautions sont à prendre concernant les sources étudiant les mouvements de main-d’œuvre. Les DMMO/EMMO s’intéressent
aux mouvements dans les établissements de dix salariés et plus. Certains domaines professionnels, notamment les soins personnels ou
l’hôtellerie, restauration, tourisme sont donc mal couverts.
Cette source ne concerne de plus que les marchés de recrutement externe des entreprises et ne permet pas d’étudier les mouvements
à l’intérieur d’une entreprise, comme les requalifications des postes occupés ou les changements de statut. Ce phénomène est pratiquement
sans incidence tant que les mouvements à l’intérieur d’une entreprise restent conditionnés par le domaine professionnel d’entrée, mais dans
le cas contraire conduit à surestimer les créations d’emplois de ce domaine d’entrée, ainsi que les destructions du groupe professionnel de
sortie. C’est par exemple le cas si une personne est recrutée comme ouvrier non qualifié de la manutention puis dans le même établissement
est affectée au processus de production, par exemple dans le domaine professionnel de la mécanique.
Enfin, la qualité de la source EMMO/DMMO dépend en grande partie de la manière dont la codification des mouvements en PCS est
effectuée par les établissements. Les métiers des industries agroalimentaires sont ainsi mal renseignés et ont donc été retirés de l’analyse.
Les domaines professionnels
Le lien entre formation et emploi est désormais fortement distendu. De plus en plus de personnes occupent un emploi pour lequel
elles n’avaient pas été initialement formées. L’étude de la relation entre formation et emploi oblige à disposer d’outils qui permettent
aussi bien de naviguer dans les spécialités du système éducatif que dans les différentes sources traitant de l’emploi. Le réseau de l’Oref
Nord-Pas-de-Calais s’est donc fixé comme objectif de pouvoir disposer d’une nomenclature “ passerelle ” permettant de confronter ces
différentes sources d’information. Au final, ce sont 24 domaines professionnels qui constituent l’ossature de cette nomenclature. Ils regroupent
des métiers qui présentent une certaine similitude dans les spécialités de formation et les compétences professionnelles. Ils permettent de
confronter le chômage et le recrutement des divers groupes de métiers et ainsi de choisir ou développer une formation en conséquence.
Les variables retenues
On a retenu environ une trentaine de variables pour l’analyse, dont huit apparaissent dans le tableau de la page 2.
Directeur de la publication : Jean-Claude HAUTCŒUR - Service Administration des Ressources : Marie-Françoise DUBOIS
Service Études Diffusion : François HOUSSIN - Service Statistique : Michel BREZAULT - Rédactrice en chef : Élisabeth VILAIN
Secrétaire de rédaction : Francine LEDUC - Secrétaire de fabrication : Jean-Claude DELEHAYE - Vente : Bureau de vente
130 avenue J.F. Kennedy BP 769 - 59034 LILLE CEDEX - Tél : 03 20 62 86 66 - Télécopie : 03 20 62 86 00 - CPPAD en cours
ISSN 1269-0260 - Dépôt légal juillet 2000 - © Insee 2000 - Code Sage PR0000720 - UNIVERS LILLE Tél : 03 20 63 10 07
INSEE NORD-PAS-DE-CALAIS - 130, AVENUE DU PRÉSIDENT J.F. KENNEDY - 59034 LILLE CEDEX - TÉL. : 03 20 62 86 29 - TÉLÉCOPIE : 03 20 62 86 00

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.