Emploi : Une bonne progression de l'emploi en 2004 (Octant n° 101)

De
Publié par

Selon des estimations encore provisoires et portant sur le seul emploi salarié privé non agricole, intérim compris, la croissance de l'emploi se situe autour de 2,3 % en 2004, soit près de 15 000 postes de travail supplémentaires. A l'exclusion de l'industrie, tous les autres secteurs affichent une nette amélioration de l'emploi. Dans la construction et les services, le rythme d'évolution est plus favorable que celui des deux précédentes années.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 39
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Emploi
Une bonne progression de l’emploi
en 2004
Selon des estimations encore provisoires et portant Regain d’activité dans
l’industrie automobilesur le seul emploi salarié privé non agricole,
intérim compris, la croissance de l’emploi se situe
Dans ce contexte apathique,autour de 2,3 % en 2004, soit près de 15 000
deux secteurs montrent des si-
postes de travail supplémentaires. A l’exclusion de gnes de vigueur : l’industrie au-
l’industrie, tous les autres secteurs affichent une tomobile et les industries des
biens d’équipement. Dans lenette amélioration de l’emploi. Dans la
premier, la reprise tant attendue
construction et les services, le rythme d’évolution s’est manifestée au cours de
est plus favorable que celui des deux précédentes l’année (+ 10,6 %). A la faveur
de la mise en place de la nou-années.
velle chaîne de production dans
l’usine PSA, plusieurs postes de
la faveur de l’essor de l’in- Dans l’agroalimentaire, princi- travail ont été créés notammentAtérim, l’année 2004 de- pal employeur du secteur in- dans le cadre du lancement de
vrait enregistrer une assez forte dustriel en Bretagne avec plus la Peugeot 407. Les effets posi-
progression de l’emploi salarié de 34 % des salariés en fin tifs de cette reprise ont été éga-
privé non agricole. Selon les d’année, près de 600 postes ont lement perçus par l’ensemble
premières estimations, les créa- disparu (- 1 %). En 2003, les dis- des sous-traitants de l’établisse-
tions d’emploi seraient proches paritions nettes d’emploi ment de Rennes.
de 15 000 contre moins de étaient sensiblement du même
3 000 l’année précédente. ordre. Dans les industries des équipe-
ments mécaniques également,
Parmi les autres secteurs en re-A l’exception de l’industrie en- l’amélioration de l’emploi est
cul, il faut mentionner les in-core fragile, tous les autres sec- avérée.
dustries de biens de consomma-teurs d’activité affichent des si-
tion : habillement-cuir (- 8,5 %),gnes positifs de vitalité,
édition-imprimerie (- 3,5 %) etnotamment dans les activités Construction : secteur
équipement du foyer. Seules latertiaires. toujours en expansion
pharmacie et la parfumerie arri-
vent à maintenir leurs effectifs.
A l’image des années passées,Industrie :
Concernant l’industrie des une nouvelle hausse du nombrel’emploi se stabilise
d’emplois est observée dans lebiens intermédiaires, la ten-
dance est également défavo- secteur de la construction en
2004 : + 4,1 %, soit environAprès les pertes significatives rable. Bien que moins dégradé
d’emploi observées en 2002 et que lors des périodes précéden- 2 600 postes de travail en plus.
Les créations avoisinaient2003 dans l’industrie, un arrêt tes, l’emploi y diminue en
de la dégradation générale s’est moyenne de 0,5 % avec un 1 300 postes en 2003 et 1 000
en 2002. L’activité a été sou-manifesté en 2004. Sur l’en- nouveau fléchissement dans
semble de l’année, les effectifs l’industrie textile (- 12,3 %) et tenue dans tous les secteurs :
qu’il s’agisse des travaux dese stabilisent autour de dans l’industrie des composants
171 400. électriques et électroniques. préparation des sites (terrasse-
Bilan économique 2004 Octant n° 101 - Avril 2005 29Emploi
Emploi intérimaire :Intérim : nombre de missions en fin de mois missions
des missions en fin de mois en nette progression40 000
35 000
Selon les chiffres publiés par la Dares (direction de l’animation de30 000
la recherche et des statistiques du ministère de l’Emploi et de la
25 000 Solidarité), le nombre d’entreprises qui a recours à l’interim est en
20 000 forte augmentation (+ 7 % par rapport à 2003). En 2004, prèsde
13 800 unités en moyenne sont concernées, avec des durées de
15 000
1,8 semaine environ par mission. Ces durées s’allongent pendant
10 000 les mois de juillet et aoûtoù la moyenne atteint 2,3 semaines par
mission.
5 000
0 Al’exception du premier trimestre 2004 où les missions en fin de
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
mois reculent sensiblement (- 8 %), les évolutions sont beaucoup
Source : DARES - DRTEFP
plus favorables au cours des trimestres suivants, et notammentEstimation du mois de décembre 2004 effectuée par l’Insee
Rappel : Une modification du calcul du nombre d'intérimaires en fin de mois est pour le deuxième (+ 25 %) en lien avec la reprise des activités
intervenue dans le courant de l'année 2002. Les calculs intégrent maintenant les saisonnières.
missions des 5 derniers jours du mois, alors qu'antérieurement seule la dernière
journée du mois était prise en compte.
ment essentiellement), de la Parallèlement, dans l’ensembleVariation de l’emploi salarié privé non agricole
construction d’ouvrages de bâ- des activités de services, l’aug-en Bretagne, intérim compris, au cours des deux
timents ou de génie civil (mai- mentation est voisine de 4 %dernières années (de décembre à décembre)
(1) sons individuelles) et des tra- soit environ 11 000 emplois2002-2003 2003-2004
vaux de finition (plâtrerie, supplémentaires. Les intérimai-
Industrie -2,1 0,2 menuiserie et peinture). res alimentent habituellement
dont IAA -1,0 -1,0
les flux de créations d’emplois
Construction 2,1 4,1
dans ce qu’on appelle les servi-Tertiaire 0,9 3,1
Le tertiaire ces opérationnels. En findont commerce 1,8 1,4
Ensemble 0,4 2,3 d’année 2004, les estimationsconserve son dynamisme
Source : Insee - Urssaf - Dares provisoires montrent que dansgrâce à l’intérim(1) Données provisoires ce secteur, qui inclut en outre
les activités de nettoyage indus-
Avec un solde de prèsde triel et de gardiennage, l’emploi
12 800 emplois, le secteur ter- est en progression de plus de
tiaire contribue de manière dé-Variation de l'emploi salarié privé non agricole 9 % par rapport à la fin 2003.
terminante à la hausse globalepar département, intérim compris L’intérim a un impact direct de
de l’emploi salarié en 2004. Les(décembre 2003 à décembre 2004) 8,2 points dans cette évolution.
effectifs globaux du commerce
Côtes- Ille-et-
Finistère Morbihan augmentent de 1,4 % (+ 1 800 Dans les services aux particu-d'Armor Vilaine
emplois) sous l’impulsion quasi liers, la hausse se poursuit à un
Industrie -1,0 0,0 1,8 -1,6
exclusive du commerce de dé- rythme soutenu (+ 3,7 %, soitdont IAA -1,4 -0,7 -0,8 -1,4
tail. Le commerce de gros, le 1 800 emplois supplémentai-Construction 3,9 3,7 2,3 7,0
commerce et la réparation auto-Tertiaire 2,7 1,5 4,6 3,0 res) avec néanmoins quelques
dont commerce 2,0 1,8 0,2 1,9 mobile affichent de leur côté légères disparités sectorielles.
Ensemble 2,0 1,4 3,6 2,2 une relative stabilité, voire une Les effectifs augmentent de
Source : Insee - Urssaf - Dares - Données provisoires amorce de fléchissement. 4,2 % dans l’hôtellerie et la res-
tauration, de 2,9 % dans les ser-
vices personnels (coiffure, blan-
chisserie, services domestiques)
et de 2,4 % dans les activitésré-Pour comprendre ces résultats
créatives et culturelles.
Les estimations présentées sont provisoires pour l’année 2004. Elles ont été obtenues à partir de l’ex-
ploitation des bordereaux de cotisation (BRC) que tous les employeurs relevant du régime général de la Quant aux transports, ils pré-
sécurité sociale fournissent aux Urssaf. Les effectifs pris en compte pour mesurer les évolutions sont sentent aussi un accroissement
ceux inscrits à la fin de chaque trimestre, qu’il s’agisse d’emplois à temps plein, à temps partiel ou à de l’emploi relativement vigou-
durée déterminée.
reux : + 2,4 % (900 postes en
plus) contre + 1,7 % en 2003.Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire et plus précisément dans « les services ren-
dus aux entreprises » et non pas dans le secteur d’activité dont dépend l’établissement utilisateur.
Les effectifs de la santé et de
Les évolutions seront revues une première fois au cours du mois de mai, puis à l’automne prochain lors l’action sociale (personnels des
de l’élaboration des estimations d’emploi salarié total qui intègreront les établissements cotisants à la laboratoires, des cliniques pri-
MSA et ceux relevant du secteur public.
vés, des centres d’accueil des
personnes agées, des crèches
30 Octant n° 101 - Avril 2005 Bilan économique 2004Emploi
et/ou des gardes d’enfants) aug- profil est relativement proche
Évolution de l’emploi salarié privé de 2000 à 2004 en %mentent de 2,7 %, comme ceux mais avec en plus les problèmes
de l’ensemble du secteur édu- récurrents de l’industrie des
6
catif (enseignements et forma- composants électriques et élec-
Côtes-d’Armor
tions délivrés par des organis- troniques. En Ille-et-Vilaine, es- Finistère5
mes privés). sentiellement grâce à l’impor- Ille-et-Vilaine
Morbihantant volume d’embauche dans 4
Bretagnela construction automobile,
3Ille-et-Vilaine : le plus l’amélioration de l’emploi in-
dustriel est manifeste.important contributeur
2
aux créations d’emplois
En liaison avec la forte de-
1mande en logements neufs,
La croissance de l’emploi est l’emploi a amorcé un vigoureux
0
sensiblement identique dans les mouvement de reprise dans la
Côtes-d’Armor et le Morbihan construction. Tous les départe-
-1
(autour de 2 %) ; l’Ille-et-Vilaine ments sont concernés, 2000 2001 2002 2003 2004
occupe une place prépondé- l’Ille-et-Vilaine se démarquant Source : Insee - URSSAF
rante en Bretagne avec un fort toutefois des autres par une
accroissement de ses effectifs croissance plus limitéedans
salariés (+ 3,6 %) alors que le certaines activités comme les
Finistère est en retrait par rap- travaux d’installation électrique
port à la moyenne régionale. et d’équipement thermique.
Dans l’industrie, la situation est Dans l’ensemble du tertiaire, le Finistère ferme la marche
très contrastée. La baisse est en- l’augmentation la plus impor- avec une hausse moyenne des
core forte dans le Morbihan en tante est observée en Ille-et-Vi- emplois salariés de 1,5 %, les
raison des difficultésdans laine : + 4,6 % (l’intérim y con- services y progressant plus len-
l’agroalimentaire et dans une tribuant de manière décisive). tement que régionalement.
moindre mesure dans les indus- Les Côtes-d’Armor et le Morbi-
tries des biens de consomma- han suivent avec des taux qui
tion. Dans les Côtes-d’Armor le varient de 2,7 à 3 % tandis que Jean-Luc Nativel
Bilan économique 2004 Octant n° 101 - Avril 2005 31
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.