Enquêtes annuelles de recensement de 2004 à 2007

De
Publié par

Formation et emploi des jeunes dans les régions françaises En 2005, dans toutes les régions, le niveau de formation des jeunes est nettement supérieur à celui de leurs aînés. Pourtant, de fortes disparités territoriales persistent. Ainsi, en Bretagne, seulement 11 % des jeunes de 25 à 34 ans sont sans diplôme contre 58 % en Guyane. En Île-de-France, 33 % des jeunes de cet âge sont diplômés du supérieur long contre moins de 14 % dans les départements d’outre-mer, en Champagne-Ardenne, Basse-Normandie et Bourgogne. Dans presque toutes les régions métropolitaines, les trois quarts des diplômés du supérieur âgés de 25 à 34 ans occupent une profession intermédiaire ou un poste de cadre. Bien que plus diplômées, les jeunes femmes sont plus souvent au chômage que leurs homologues masculins, en particulier dans les départements d’outre-mer (Dom) et en Corse. Un taux de scolarisation plus fort dans les régions du Sud Forte hausse du niveau de formation dans la quasi-totalité des régions Des emplois plus qualifiés pour les jeunes en Île-de-France, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes Selon la région, la formation joue un rôle plus ou moins protecteur contre le chômage Formation et emploi des jeunes : sept grands types de région
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 28
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 1219 - JANVIER 2009
PRIX : 2,30€
Enquêtes annuelles
de recensement de 2004 à 2007
Formation et emploi des jeunes
dans les régions françaises
Magali Beffy (Depp), Élodie Leprévost (Depp), Daniel Martinelli (Insee)
n 2005, dans toutes les régions, le 20 à 24 ans (carte 1), souvent en études supé-
rieures, est très élevé en Midi-Pyrénées (44 %)niveau de formation des jeunes est
et en Île-de-France (47 %).Enettement supérieur à celui de
Compte tenu de la forte proportion des 15-24
leurs aînés. Pourtant, defortesdisparités
ans en formation, la suite de l’étude porte sur
territoriales persistent. Ainsi, en les 25-34 ans non inscrits dans un établisse-
Bretagne, seulement 11 % des jeunes de ment d’enseignement. Ceux-ci sont comparés
25 à 34 ans sont sans diplôme contre 58 % aux 35-64 ans, autre tranche d’âge où l’activité
professionnelle domine.en Guyane. En Île-de-France, 33 % des
jeunes de cet âge sont diplômés du Taux de scolarisation des 20-24 ans en 2005
supérieur long contre moins de 14 %
Taux en %
dans les départements d’outre-mer, en
43 et plus
Champagne-Ardenne, Basse-Normandie 36à42
et Bourgogne. Dans presque toutes les 30à35
373737373737373737 Moins de 30régions métropolitaines, les trois quarts
30desdiplômésdusupérieurâgésde25à34 34
31 34 3547ans occupent une profession intermé-
3440diaire ou un poste de cadre. Bien que plus 3335 31 34diplômées, les jeunes femmes sont plus
souvent au chômage que leurs homolo-
363636363636363636
393939 373737373737gues masculins, en particulier dans les 393939393939 373737
40
départements d’outre-mer (Dom) et en
40Corse. 4044 41
33
Selon le recensement de la population, les taux
de scolarisation (définitions) sont les plus Guadeloupe Martinique Guyane Réunion
élevés dans les régions situées au sud de la
Loire. Ainsi, en Provence - Alpes - Côte d’Azur 37 24 25
(Paca), Languedoc-Roussillon et Midi-Pyré- 31
nées, la moitié des 15-29 ans poursuivent des
études en 2005. Au nord de la Loire, seules la Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement de la population
2004-2007.Bretagne et l’Île-de-France ont des taux de
scolarisation élevés (48 %). Les différences
entre régions ne sont pas seulement dues à Forte hausse du niveau de formation
des comportements locaux spécifiques. Elles dans la quasi-totalité des régions
sont aussi le reflet de mouvements migratoires
au cours des études, liés notamment à l’offre Depuis 1975, le nombre de jeunes sortant du
d’enseignement supérieur. Ainsi, certains système éducatif sans qualification est en
jeunes quittent leur région d’origine pour suivre constante diminution. La part des
leurs études supérieures dans une autre sans-diplôme (définitions) est ainsi deux fois
région. Le taux de scolarisation des jeunes de plus faible parmi les 25-34 ans que chez les
INSEE
PREMIERE35-64 ans (19 % contre 38 %). Cette jeunes possèdent un diplôme de l’ensei-Des emplois plus qualifiés pour
montée du niveau de formation a particu- gnement supérieur. Le chômage desles jeunes en Île-de-France,
lièrement profité aux femmes : 17 % des 25-34 ans y est élevé, mais lorsqu’ils
Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes
femmes de 25 à 34 ans sont sans diplôme sont en emploi, celui-ci est presque
contre 40 % de leurs aînées. Désormais, Selon l’enquête Emploi, parmi les 25-34 aussi qualifié qu’en métropole : plus du
parmi les 25-34 ans, 61 % possèdent le ans, les trois quarts des diplômés du tiers occupent alors une profession inter-
baccalauréat, contre 34 % des 35-64 ans. supérieur occupent une profession inter- médiaire ou un poste de cadre.
Toujours parmi les 25-34 ans, 43 % des médiaire ou un poste de cadre, alors que À niveau de diplôme égal, l’emploi
femmes et 35 % des hommes sont diplô- 72 % des titulaires d’un baccalauréat, occupé dépend de l’activité économique
més de l’enseignement supérieur. BEP ou CAP sont ouvriers ou employés. des régions. Parmi les jeunes titulaires de
Dans toutes les régions, à l’exception de Ce constat reste vrai dans la quasi-tota- CAP ou BEP, plus de la moitié sont
la Guyane, la part des sans-diplôme est lité des régions métropolitaines. La ouvriers en Franche-Comté, Alsace,
nettement plus faible parmi les 25-34 Bretagne et l’Île-de-France se distin- Pays de la Loire et Champagne-Ardenne,
ans que chez leurs aînés. Cette baisse guent. En Bretagne, 40 % des jeunes où le secteur industriel tient une place
est la plus forte à la Réunion, où quatre possèdent un diplôme de l’enseigne- importante ; près de 40 % sont employés
jeunes sur dix sont toutefois sans ment supérieur, tandis que seuls 39 % en Corse, Paca, Languedoc-Roussillon,
diplôme (cartes 2 et 3). C’est en occupent un emploi de cadre ou une Île-de-France et dans les Dom, où le
Bretagne que la proportion de jeunes profession intermédiaire (cartes 4 et 5). secteur tertiaire est très développé.
sans diplôme est la plus faible (moins de Cette région compte une forte proportion L’Île-de-France offre beaucoup plus
11 %), et en Guyane qu’elle est la plus de jeunes diplômés du supérieur court d’opportunités d’occuper une profes-
élevée (58 %). (23 %) et peu de diplômés du supérieur sion intermédiaire ou un poste de
Dans la plupart des régions métropolitai- long (17 %). À diplôme donné, le niveau cadre que les autres régions. 31 %
nes, les jeunes possèdent plus rarement des emplois occupés est plus élevé en des bacheliers de 25 à 34 ans exercent
que leurs aînés un certificat d’aptitude Île-de-France. Dans cette région, 51 % une profession intermédiaire en
professionnelle (CAP) ou un brevet des jeunes de 25-34 ans sont diplômés Île-de-France, contre 20 % en Limousin
d’études professionnelles (BEP). En de l’enseignement supérieur mais 58 % et en Auvergne. Parmi les diplômés du
Alsace, où ces formations étaient très occupent une profession intermédiaire supérieur long, 64 % des 25-34 ans sont
répandues, seuls 25 % des jeunes ou un emploi de cadre. cadres en Île-de-France, contre 47 % en
possèdent un CAP ou un BEP. Ils sont Dans les Dom, moins de 27 % des province.
aujourd’hui plus nombreux à poursuivre
vers un baccalauréat professionnel. La Part des sans-diplôme parmi Écart entre la part
Basse-Normandie est désormais la les 25-34 ans ayant quitté des sans-diplôme parmi les
région où la proportion de titulaires de le système éducatif (2005) 25-34 ans et les 35-64 ans (2005)
Écart en pointsCAP ou de BEP parmi les jeunes est la Part en %
plus forte (28 %) ; l’Île-de-France et la 058
Guyane, celles où cette proportion est la –16 à–125à57
plus faible (14 %). –19 à–1717à24
Dans la plupart des régions, un jeune sur –25 à–20Moins de 17
cinq a cessé sa scolarité après l’obten- 19 -22
tion du baccalauréat, voire même un sur 21 -2118 -21
quatre dans le Limousin et en Bretagne. -2118 20 -21 17 -1916 -15
-12Bien que l’enseignement supérieur se 1811 -19
17 -18développe dans toutes les régions, les -1914 17 18 -18 -19
disparités régionales sont fortes en
161616 -19-19-19161616161616 -19-19-19-19-19-19matière de formation chez les jeunes.
151515151515 141414141414141414 -18-18-18-18-18-18151515 -18-18-18 -20
15 -16L’Île-de-France dépasse largement les
autres régions pour la proportion de 16 -1520 -15 -1413 19 -16diplômés de l’enseignement supérieur
long parmi les 25-34 ans (33 %). L’offre
-16de formation à ce niveau est très déve- 25
loppée et les opportunités d’insertion
sur le marché du travail sont nombreu-
Guadeloupe Martinique Guyane Réunion Guadeloupe Martinique Guyane Réunionses. Viennent ensuite Rhône-Alpes,
Midi-Pyrénées et Paca, mais avec des
58 3826 0-23 -25proportions de dix points inférieures à 33 -19
l’Île-de-France. À l’inverse, dans
les Dom et en Champagne-Ardenne, Note de lecture : en Rhône-Alpes, la part des sans-diplôme
est inférieure de 16 points chez les 25-34 ans comparative-Basse-Normandie et Bourgogne, la part
ment aux 35-64 ans.
des diplômés de l’enseignement supé- Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement
rieur long est faible (moins de 14 %). de la population 2004-2007. de la population 2004-2007.
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIERELe taux de chômage (définitions) s'élève second degré professionnel, elles choi-Selon la région, la formation
à 10 % en 2005 chez les 25-34 ans, sissent souvent des spécialités desjoue un rôle plus ou moins
selon l’enquête Emploi. Il décroît rapide- services à l’issue desquelles l’insertion
protecteur contre le chômage
ment avec le niveau de diplôme, passant professionnelle est difficile. Dans les
Certains jeunes sans diplôme sont éloi- de 19 % chez les jeunes actifs sans Dom et en Corse, le taux de chômage
gnés du marché du travail : 23 % d’entre diplôme à 7 % pour les jeunes diplômés des jeunes femmes est nettement supé-
eux sont inactifs contre moins de 10 % du supérieur long. Cette tendance est rieur à celui des jeunes hommes (plus de
des diplômés, selon l’enquête Emploi. perceptible sur tout le territoire mais le six points d’écart). En Île-de-France et
Le taux d’activité (définitions) des jeunes diplôme a souvent un effet plus protec- dans le Limousin, le risque de chômage
hommes est très élevé dès lors qu’ils teur lorsque le chômage est élevé dans chez les jeunes femmes est proche de
possèdent un diplôme, alors que celui la région. Cet effet protecteur joue celui des hommes. En matière de
des jeunes femmes augmente avec le essentiellement à partir du baccalauréat. chômage de l’ensemble des femmes
niveau de diplôme. Au total, parmi les D’après le recensement, en Nord - (toutes classes d’âges confondues), les
25-34 ans, 96 % des hommes et 82 % Pas-de-Calais par exemple, les jeunes disparités régionales s’amenuisent
des femmes ayant terminé leurs études actifs sans diplôme sont quatre fois plus lorsque le niveau de diplôme augmente.
sont actifs. souvent au chômage que les diplômés C’est ainsi qu’en Guyane, 58 % des acti-
Selon le recensement de la population, de l’enseignement supérieur. La ves sans diplôme sont au chômage
le taux d’activité des jeunes hommes tendance est la même dans les Dom. À (contre 14 % en Bretagne), tandis que le
varie peu selon la région. Les taux d’acti- l’inverse, le taux de chômage est supé- taux de chômage des femmes diplô-
vité féminins sont plus hétérogènes. Ils rieur à la moyenne nationale en Langue- mées de l’enseignement supérieur long
sont les plus faibles en Guyane (66 % doc-Roussillon et Paca, quel que soit le y est parmi les plus faibles (6 %, contre
chez les 25-34 ans), à la Réunion niveau de diplôme. 11 % en Languedoc-Roussillon où il est
(76 %), en Corse et dans le Nord - Bien que plus diplômées, les jeunes le plus élevé).
Pas-de-Calais (80 % dans ces deux femmes ont un taux de chômage plus
régions). La proportion des jeunes élevé que leurs homologues masculins
Formation et emploi des jeunes :
femmes en activité atteint en revanche (11 % contre 9 %, selon l’enquête
sept grands types de région90 % en Île-de-France, Bretagne et Emploi), mais les écarts s’atténuent
Pays de la Loire. avec le niveau de diplôme. Dans le
En Guyane, les jeunes sont les moins
formés : 60 % n’ont aucun diplôme et Part des diplômés du supérieur Part des professions intermédiaires
rares sont ceux qui poursuivent leursparmi les 25-34 ans ayant quitté et des cadres parmi les 25-34 ans
études supérieures dans le départe-le système éducatif (2005) ayant quitté le système éducatif
ment. Parmi les 25-34 ans qui ont(2005)
terminé leurs études, 66 % des femmesPart en % Part en %
et 80 % des hommes seulement sont
40 à 51 44 à 58
présents sur le marché du travail (en35 à 39 39à43
emploi ou au chômage). Le taux de30 à 34 37à38
chômage est élevé, particulièrement17à29 32à36
chez les jeunes femmes. Les jeunes qui
35 40
travaillent ont cependant des emplois
32 38 relativement qualifiés, près de la moitié33 39
32 35 3632 35 3851 58 36 des jeunes femmes occupant une
37 4140 39 profession intermédiaire ou un poste de35 3937 38 373737333333 373737373737333333333333 363636363636363636 cadre.353535353535353535
Dans les autres Dom et en Corse, la
343434343434 363636
35 36 35 36 situation des jeunes est moins difficile.
42 45
Toutefois, la part des jeunes sans
3837 diplôme ou au chômage reste relative-37 4043 36 44 42 ment élevée. Dans ce groupe, c’est à la
Réunion que la situation des jeunes est
la moins favorable : 38 % n’ont pas de
303030 323232303030303030 323232323232
diplôme et 25 % seulement poursuivent
des études à la Réunion entre 20 et 24Guyane RéunionGuadeloupe Martinique Guadeloupe Martinique Guyane Réunion
ans. En Corse, le taux de chômage des-25
jeunes est plus réduit que dans les Dom17 3927 21 39 36
mais il reste assez élevé chez les jeunes22-19 34
femmes.
Sur le continent, les régions Nord -
-19-1-19 9 -1-19-19 9
Pas-de-Calais, Languedoc-RoussillonSource : Insee, enquêtes annuelles de recensement Source : Insee, enquêtes annuelles de recensement
de la population 2004-2007. de la population 2004-2007. et Provence - Alpes - Côte d’Azur se
INSEE - 18, BD ADOLPHE PINARD - PARIS CEDEX 14 - TÉL. : 33 (0) 1 41 17 50 50
INSEE
PREMIEREobtenu et recouvrent tous les diplômes dedistinguent par un taux de chômage 25-34 ans, un tiers possède un diplôme
niveau équivalent (par exemple, les bre-supérieur au taux métropolitain, notam- de l’enseignement supérieur long contre
vets professionnels ou de technicien sont
ment chez les jeunes. Les jeunes un sur cinq en France. La majorité des
inclus dans la catégorie « baccalauréat »).
femmes y accèdent plus souvent que jeunes occupe une profession intermé- Le taux d’activité est le rapport entre la po-
dans les autres régions de province à diaire ou un emploi de cadre. pulation active et la population totale, non
inscrite dans un établissement d’enseigne-des postes de cadre ou à des profes-
ment. Usuellement, ce taux est calculé sursions intermédiaires (43 à 45 %). Sources l’ensemble de la population des 15 ans et
Le taux de chômage des jeunes est
plus.
relativement faible en Alsace, Bour- Le taux de chômage est le rapport entre la
Les données nationales présentées sontgogne, Centre, Champagne-Ardenne, population au et la population ac-
issues de l’enquête Emploi 2005 et portent tive. Dans les enquêtes du recensement,Franche-Comté, Lorraine, Picardie,
sur la France métropolitaine. Les données sont classées comme chômeurs les per-Haute et Basse-Normandie. Ces régions régionales proviennent du cumul des sonnes qui se sont déclarées « chômeurs
comptent une part de titulaires de CAP quatre premières enquêtes annuelles de (inscrits ou non à l’ANPE) » sauf si elles ont
recensement de la population (2004 àet de BEP supérieure à la moyenne, déclaré ne pas rechercher de travail. La dé-
2007) réalisées en métropole et dans lesmais les jeunes y font rarement des finition du chômage au sens du recense-
Dom ; elles décrivent une situation ment (déclaratif) diffère de celle du Bureauétudes supérieures longues. L’industrie
moyenneàlami-2005. international du travail (BIT), utilisée dansreste relativement présente et offre donc Dans cette étude, les résultats du recense- l’enquête Emploi.
des débouchés professionnels aux ment ne sont exploités que sur la popula-
tion des ménages (hors habitationsjeunes diplômés de l’enseignement
mobiles, sans-abri, maisons de retraite,technique court. Bibliographie
internats, etc.), soit 98 % de la population
En Aquitaine, Auvergne, Bretagne, Pays
totale. L’enquête Emploi porte uniquement
de la Loire, Limousin et Poitou-Charen- sur cette population. Dans le recensement,
Marchand O., « Enquêtes annuelles detes, le taux de chômage des jeunes est les étudiants mineurs sont comptés chez
recensement de 2004 à 2006 - Les tauxleurs parents même lorsqu’ils logent en citéégalement inférieur à la moyenne natio-
d’emploi vont de 56,9 % en Langue-universitaire. Une chambre louée par unnale. Les jeunes sont rarement sans
doc-Roussillon à 66,8 % dans les Pays deétudiant majeur est considérée comme sa
diplôme, beaucoup possèdent un CAP, la Loire », Insee Première n° 1117, janvierrésidence principale. Il est domicilié à son
un BEP ou un baccalauréat. Dans ce 2007.lieu d’études et non chez ses parents.
Léger F., « Les sorties sans qualification : lagroupe, la Bretagne compte une propor-
baisse se poursuit », Note d’informationtion de jeunes sans diplôme particulière-
08-05, Depp, janvier 2008.Définitions
ment faible (11 %).
«L’étatdel’École,delamaternelleàl’en-
Comme dans les régions précédentes, seignement supérieur » n° 17, Depp, minis-
en Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées les Le taux de scolarisation est le rapport tère de l’Éducation nationale et ministère
entre la population inscrite dans un établis- de l’Enseignement supérieur et de lajeunes sont rarement sans diplôme ou
sement d’enseignement et la population to- Recherche, octobre 2007.au chômage. Mais ils font plus souvent
tale. Il est calculé sur la des Couppié T., Gasquet C., Lopez A., « Les
des études supérieures longues et occu-
ménages, et donc sans prendre en compte sept premières années de vie active de la
pent des emplois plus qualifiés. la population domiciliée en internat (y com- Génération 98. Entre insertion et débuts de
Enfin se distingue l’Île-de-France qui pris résidences universitaires). carrière », Bref n° 234, Céreq, octobre
Les « sans-diplôme » désignent les per- 2006.accueille 40 % des chercheurs du pays
sonnes n’ayant obtenu aucun diplôme ou ti- Julien P., « Onze fonctions pour qualifieret de nombreux sièges d’entreprise.
tulaires du certificat d’études primaires ou les grandes villes », Insee Première n° 840,
Dans cette région, les jeunes de 20 à 24
du diplôme national du brevet. Par ailleurs, mars 2002.
ans sont fréquemment scolarisés, dans cette étude, les diplômes cités corres- « Bilan Formation Emploi », Insee Réfé-
notamment les filles (50 %). Parmi les pondent au plus haut niveau de diplôme rences, édition 2009.
INSEE PREMIÈRE figure dès sa parution sur le site Internet de l'Insee : www.insee.fr (rubrique Publications)
Pour vous abonner aux avis de parution : http://www.insee.fr/fr/publications-et-services/default.asp?page=abonnements/liste-abonnements.htm
Direction Générale :BULLETIN D'ABONNEMENT A INSEE PREMIERE
18, Bd Adolphe-Pinard
75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :
Jean-Philippe Cotis
OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE - Tarif 2009 Rédacteur en chef :
Gilles RotmanAbonnement annuel : 74€ (France) 92€ (Étranger)
Rédacteurs :
C. Dulon, A.-C. Morin,Nom ou raison sociale : ________________________ Activité : ____________________________
C. Perrel, C. Pfister
Adresse : ___________________________________________________________________
Maquette : RPV
______________________________________ Tél : _______________________________ Code Sage IP091219
ISSN 0997 - 3192Ci-joint mon règlement en Euros par chèque à l’ordre de l’INSEE : __________________________________€.
© INSEE 2009
Date : __________________________________ Signature
INSEE
PREMIERE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.