Entre 1990 et 1998 les prix à la consommation ont augmenté de 16 %

De
Publié par

En huit ans, les prix à la consommation ont augmenté de 16,0 % et de 14,8 % hors tabac. La décélération a été très forte sur cette période : de 3,4 % en 1990, la hausse annuelle s'est réduite à 0,7 % en 1998. Les écarts entre secteurs sont très importants. Les prix du tabac ont plus que doublé, ceux des loyers et de l'eau ont augmenté plus de deux fois plus que la moyenne et ceux des services du secteur privé un peu moins de deux fois plus. Les prix des autres secteurs ont moins augmenté que l'ensemble des prix, et en particulier ceux des produits manufacturés près de deux fois moins avec 8,5 %.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

N° 673 SEPTEMBRE 1999
PRIX : 15 F (2,29 $)
Entre 1990 et 1998 les prix à la consommation
ont augmenté de 16 %
Catherine Gilles, division Prix à la consommation, Insee
ble des prix. Mais la décélération a été forten huit ans, les prix à la consomma
entre le début et la fin de la période : de plus de
tion ont augmenté de 16,0 % et de3 % en 1991, l’augmentation des prix est des
cendue en dessous de 1 % en 1998 tableau 2( ).E14,8 % hors tabac. La décélération
La petite remontée de 1996 n’a été due qu’à la
a été très forte sur cette période : de 3,4 % hausse du taux normal de la TVA d’août 1995
affectant de nombreux produits. Cependant, paren 1990, la hausse annuelle moyenne
secteur, les évolutions de prix sont contrastées.
s’est réduite à 0,7 % en 1998.
Les écarts entre secteurs sont très impor Les plus fortes hausses : tabac,
« loyers eau » et services privés tants. Les prix du tabac ont plus que dou
blé, ceux des loyers et de l’eau ont
Au palmarès des plus fortes hausses, le groupe
formé des « services publics » et du tabacaugmenté plus de deux fois plus que la
(dénommés « tarifs publics ») arrive en tête
moyenne et ceux des services du secteur
(+ 31,6 % graphique 1). Mais ce dernier repré
sente près d’un tiers de la pondération du groupeprivé un peu moins de deux fois plus. Les
des tarifs publics en 1998 (tableau 4), et la
prix des autres secteurs ont moins aug
hausse des prix lui est essentiellement due : en
huit ans, les prix du tabac font plus que doublermenté que l’ensemble des prix, et en par
(+ 102,5 %). Les campagnes contre le tabagisme
ticulier ceux des produits manufacturés
engagées à la suite de la loi Evin (cf. encadré)
se sont accompagnées de fortes hausses desprès de deux fois moins avec 8,5 %.
taxes qui frappent les tabacs et représentent la
majeure partie de leur prix. Le tabac a même aug
menté de 19 % en1993. En revanche, les prixUne inflation modérée. Ce qui semblait très loin
au début des an nées quatre vingt est désormais des « services publics » ont contribué à modérer
une réalité. En huit ans, de 1990 à 1998, les prixl’inf à lation. Ils ont même bssé en 1998. Leur dé ai
célération a commencé en 1994 dans le contextela consommation n’ont augmenté que de 16,0 %
(tableau 1) ; sur les huit années précédentes, de la déréglementation. En particulier, les prix
l’augmentation avait été de 45,1 %. Hors tabac, lades télécommunications ont baissé de 9,9 %
sur huit ans tableau 3( ). Les prix des transportsprogression est encore plus modérée : 14,8 %.
La hausse moyenne (cf. Pour comprendre ces aériens ont progressé modérément, de 17,5 %,
résultats) est ainsi de 1,9 % par an pour l’ensemainsi que ceux des - transports ferroviaires, de
Indices des prix à la consommation
Indices moyens annuels base 100 en 1990
1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998
Ensemble 100 103,2 105,7 107,9 109,7 111,6 113,8 115,2 116,0
Alimentation 100 103,0 103,7 103,6 104,5 105,8 107,1 109,0 110,7
produits frais 100 108,7 101,2 97,7 99,9 102,0 103,6 105,7 110,0
autres produits alimentaires 100 102,0 104,1 104,7 105,3 106,5 107,7 109,7 110,9
Produits manufacturés 100 102,7 104,8 106,1 106,6 107,4 108,5 108,4 108,5
habillement 100 103,3 105,3 106,4 106,8 107,2 108,2 108,7 108,5
autres produits manufacturés 100 102,5 104,6 106,0 106,5 107,4 108,6 108,3 108,4
Services du secteur privé 100 105,3 110,5 114,9 118,1 121,3 124,6 126,8 129,2
Énergie 100 102,1 100,8 102,8 104,4 106,4 111,6 114,3 110,9
dont produits pétroliers 100 101,2 98,1 101,1 103,6 106,8 115,1 119,8 114,9
Tarifs publics 100 101,8 106,3 113,3 119,7 123,7 127,0 130,6 131,6
services publics 100 102,1 104,4 107,1 108,8 110,3 110,9 111,6 111,4
tabac 100 101,3 112,1 133,7 155,9 169,1 182,0 196,5 202,5
Loyers eau 100 105,1 111,2 116,6 121,3 125,2 128,7 130,9 133,8
loyers 100 105,0 110,3 115,1 118,4 121,5 124,1 125,8 128,3
eau et chauffage urbain 100 106,5 117,5 126,9 140,3 149,8 159,0 164,5 170,1
Santé 100 100,9 102,7 103,5 105,1 108,5 109,8 110,5 111,2
Source : Insee
˚
INSEE
PREMIERE15,4 %. En revanche, les prix des trans 29,2 %. Ont le plus augmenté les prix desnuelles ont été très contrastées. En début
ports urbains et suburbains de voyageurs terrains de camping et auberges de jeu de période, l’essentiel des mouvements
ont augmenté plus de deux fois et demie nesse (54,6 %), ceux des spectacles ré était rythmé par les changements de mil
plus vite que l’inflation (41,4 %) en raisoncréatifs et musées (52,8 %), de la lésimes entraînant des revalorisations.
principalement des transports franciliens. réparation de véhicules privés (47,1 %), Par la suite, les modifications de TVA et
L’ensemble loyers eau (+ 33,8 %) a aug et des consommations au café, en parti surtout les diverses « primes » gouverne
menté également beaucoup plus que l’in culier le café et les boissons chaudes mentales, renforcées de promotions im-
flation. L’eau et le chauffage urbain en sont(46,9 %). Néanmoins, les hausses ont portantes de la part des construct eurs, ont
la cause : ils se sont renchéris de 70,1 %été moindres deux années : en 1994, engendré des baisses de 0,1 % en 1994 et
en huit ans, soit une moyenne de près dedans le secteur de l’hôellerie et des va t 1996 et de 2,6 % en 1997. La remontée de
7 % par an. Cette hausse, la plus forte cances en particulier, et en 1997 dans le1995 est en partie due à la hausse de la
dans l’indice entre 1990 et 1998 après secteur des services liés à l’automobile TVA. Par ailleurs on peut noter le recul des
celle du tabac, a des causes multiples : ef en raison du développement des promo prix de la bijouterie joaillerie de 13 % prove
fort accru d’assainissement, maintenance tions et des fortes réductions de prix nant de la baisse des cours de l’or.
du réseau, augmentation des taxes. La dé dues à la concurrence des centres auto, Les prix de l’ habillement n’ont augmenté
célération est cependant marquée entre de plus en plus nombreux. que de 8,5 % sur huit ans et ont aussi for
1993 et 1997. Les loyers des résidences tement décéléré. L’augmentation des ra
principales ont pour leur part augmenté de bais pratiqués a contribué au ralentissementLes prix des produits
28,3 %. Le rythme d’augmentation a lui des prix. Maisl’ instrument de mesure des
manufacturés n’augmentent plusaussi fléchi de 1993 à 1997, sous l’effet prix explique aussi, en partie, cette décé
d’une plus grande fluidité du marché locatif lération plus rapide que dans l’ensemble
et de moindres hausses de l’indice du coûtLes autres secteurs ont moins progressé des secteurs. En effet, l’observation des
de la construction (ICC), sur lequel sont que l’ensemble des prix. En particulier, lessoldes est prise en compte depuis 1992
indexés certains loyers. De 4,3 % en 1992, dans l’habillement, alors qu’elle ne l’a étéprix des produits manufacturés ont aug
l’évolution annuelle moyenne de l’ICC est menté près de deux fois moins : 8,5 % en que progressivement de 1993 à 1998 dans
tombée à 0,1 % en 1998. huit ans. Fait remarquable, ils sont quasi les autres secteurs.
Viennent ensuite les prix des services du ment stables les deux dernières années
secteur privé qui ont progressé de (graphique 2). Le fort ralentissement des Des évolutions irrégulières
prix des biens durables et même les bais
dans l’énergie et les servicesses fortes en fin de période expliquent ce
résultat. Sous l’effet d’évolutions techno de santéL’inflation mesurée en glissement
logiques rapides assorties d’importants(de décembre à décembre)
Si les prix de l’ énergie ont augmenté seu gains de productivité, les prix des télévi-
et en moyenne annuelle*
seurs, matériels « hifi » et vidéo et, à un lement de 10,9 % en huit ans, les évolu
En % degré moindre ceux des produits tions sur la période ont été très
« blancs » ont diminué entre 1990 et différentes de celles de l’inflation d’en Décembre Moyenne
1998. Mais sur la période, la palme re- semble (graphique 3).
1990 3,4 3,4
vient aux machines de bureau – compre Alors que les prix des fiouls domestiques
1991 3,1 3,2
nant les micro ordinateurs – dont les prix baissaient de 11,9 %, ceux de l’essence
1992 2,0 2,4
sont en recul de 63,9 % avune accen ec s’accroissaient de 18,6 %. Au total, les
1993 2,1 2,1
tuation en fin de période ( 15,8 % en prix des produits pétroliers ont progressé
1994 1,6 1,7 1997 et 22,2 % en 1998). de 14,9 %. En début de période, après les
1995 2,1 1,7 Autre fait marquant : le prix des automo augmentations liées à la guerre du Golfe,
1996 1,7 2,0 biles n’a progressé que de 5,3 % sur huit les prix ont chuté en 1992 de 3,1 % ; puis,
1997 1,1 1,2 ans. Sur les huit années précédentes, la ils n’ont cessé d’augmenter, progressant
1998 0,3 0,7 hausse avait été de 46,0 % ; elle oscillait ainsi de 22,1 % entre 1992 et 1997. La
*Les années de décélération des prix, la moyenne est même entre 8 et 11,1 % par an au début debaisse de 4,1 % en 1998 est due au fort
supérieure à l’inflation en décembre, comme en 1992 ou la décennie quatre vingt. Les évolutions an recul des prix des matières premières.
1998 ; c’est l’inverse en 1995, année de revalorisation du
taux normal de la TVA.
Source : Insee
Évolutions des prix de la santéÉvolutions des prix
et de l’énergiede l’alimentation Les secteurs qui ont augmenté
et des produits manufacturésplus que l’inflation En % (moyenne annuelle)
En % (moyenne annuelle)En % (évolutions en moyenne annuelle)
Source : Insee Source : Insee Source : Insee
?¸`´Les hausses de prix du gaz de ville qui se sont succédé. Ainsi, les prix duRemontée des prix alimentaires
(+ 6,4 %) et de l’électricité (+ 4,5 %) ont café et des huiles se sont envolés à la
quant à elles été très modérées sur l’en suite de problèmes de production : gelLes prix de l’ alimentation n’ont augmen
semble de la période. té que de 10,7 % en huit ans, mais de de la récolte de café au Brésil et mau
Les prix des services de santé se sont façon hétérogène sur la période ( graphi vaise récolte des oléagineux sur le con
relevés de 11,2 %. Ils ont augmenté de fa tinent américain. Le relèvement desque 2). Entre 1990 et 1993 la décéléra
çon très irrégulière sur la période, en fonc tion des prix a été forte alors qu’à partir accises sur les alcools et du taux normal
tion des revalorisations tarifaires. L’année de 1994 les prix sont remontés et restés de la TVA a fait remonter les prix de l’ali
1995 sort du lot avec 3,2 % d’augmenta mentaire en 1995. Des perturbations cli à un niveau soutenu en 1998. Plusieurs
tion. À l’intérieur du secteur, les évolutionsfacteurs expliquent cette remontée. Tout matiques ont entraîné des tensions sur
sont différenciées. Les analyses de labo d’abord, les prix des produits frais, aprèsle prix du vin, toujours en 1995. En ou
ratoire ont été les moins revalorisées, tre, en raison de la crise de la « vachedeux années de fort repli (1992 et 1993),
2,5 % seulement sur huit ans, et les servi ont eu des progressions bien supérieuresfolle », les prix des viandes d’agneau,
ces des médecins, avec 15,8 % de à l’inflation d’ensemble, sauf en 1996. de porc et de volaille ont fortement aug
hausse, augmentent un peu moins que l’in menté. De plus, par un effet cumuléEnsuite, les prix des autres produits ali
flation d’ensemble. Ensuite, viennent les mentaires augmentent sensiblement de d’une part d’un report de consommation
prix des transports sanitaires avec 15,0 %.puis 1994 en raison de plusieurs facteurset donc d’une augmentation de la de-
Les évolutions extrêmes dans chaque grande fonction de consommation (évolution des prix de 1990 à 1998)
5 postes ayant augmenté le plus Évolution sur 5 postes ayant diminué ou augmenté Évolution sur 8 ans1 1Rang Rang
dans chaque fonction 8 ans (en %) le moins dans chaque fonction (en %)
1 Alimentation, boissons, tabac
tabac 102,5 1 crèmes fraîches 8,4 9
café 38,7 14 yaourts 5,6 12
huiles 25,6 légumes surgelés 3,6
pâtisseries fraîches 24,5 poulet 2,6
22,4 dinde 1,9vins supérieurs
2 Habillement, chaussures
laines et mercerie 31,5 pantalons enfants 0
réparation d’articles d’habillement et de chaussures 27,4 chaussettes pour hommes 1,6
corsetterie femmes 25,4 robes femmes 3,1
collants, bas, chaussettes femmes 21,0 vêtements de loisir hommes 3,4
16,1 manteaux imperméables enfants 3,9sous vêtements et vêtements de nuit hommes
2
3 Logement, chauffage, éclairage
eau et chauffage urbain 70,1 2 fiouls -11,9 7
gazs liquéfiés 41,9 8 électricité 4,5
loyers des résidences de vacances 30,4 gaz de ville 6,4
loyers des résidences principales 28,3
charbons et combustibles solides 17,5
4 Meubles, articles de ménage, entretien de la maison
réparation d’appareils ménagers, meubles, literie 37,1 15 appareils de cuisson -6,8 10
services d’entretien du logement 30,5 lave linge, sèche linge 5,7 11
verrerie 28,0 lave vaisselle 4,6 13
couverts et ustensiles de ménage 27,3 aspirateurs, gros appareils ménagers -4,3 15
26,0 réfrigérateurs, congélateurs -3,8literie
35 Santé
parapharmacie 24,9 analyses de laboratoires 2,5
optique médicale 22,8 spécialités pharmaceutiques 2,8
dentistes 5,5
appareils orthoptiques, prothèses 14,0
transports sanitaires 15,0
6 Transports et communications
réparation de véhicules 47,1 5 télécommunications 9,9 8
péages et parkings 42,4 7 automobiles 5,3
transports urbains et suburbains 41,4 9 pneumatiques 7,8
entretien courant des véhicules 32,6 motocycles 10,2
29,6 location de véhicules 13,2taxis et autres services de transport
7 Loisirs, spectacles, culture
spectacles récréatifs, musées 52,8 4 machines de bureau 63,9 1
théâtres, concerts et music hall 38,9 13 matériel vidéo 47,9 2
livres pour la jeunesse 31,7 autres appareils électro acoustiques 33,3 3
enseignement par correspondance 30,9 téléviseurs -31,0 4
services sportifs 30,8 disques bandes et cassettes vierges 24,5 5
8 Autres biens et services
terrains de camping, auberges de jeunesse 54,6 3 bijouterie, joaillerie -13,0 6
café consommé au café 46,9 6 appareils de toilette électriques 4,6 13
vin consommé au café 40,3 10 articles d’hygiène en papier 1,1
bières et cidres consommés au café 40,2 11 horlogerie 5,4
40,0 12 maroquinerie 7,3services funéraires
1. Le rang fournit la liste des 15 plus fortes hausses et baisses des postes de l’indice sur 8 ans.
2. Dans la fonction « Logement, chauffage, éclairage », trois postes seulement ont diminué ou augmenté moins que la moyenne.
3. Danstion « Santé », deux postes seulement ont augmenté plus que la moyenne.
Source : Insee
?mande et d’autre part de la raréfaction
Quelques événements et faits marquants
constatée de l’offre de poissons au niveau
ayant eu une incidence sur les prix de 1990 à 1998
mondial, la tendance à la baisse des prix
1990 Le taux de TVA applicable aux médicaments remboursables passe de 5 à 2,1 %. des poissons s’est totalement inversée de
Prémices de la guerre du Golfe, très forte augmentation des prix des produits pétroliers puis 1996. En 1997, la peste porcine a en
en août et septembre.
core contribué à faire remonter les prix du
Le taux majoré de la TVA passe de 25 à 22 %, en septembre.
porc, mais moins qu’en 1996. Enfin, la loi
Guerre du Golfe en janvier février.
Galland sur le commerce a contribué àLoi Evin relative à la lutte contre le tabagisme et l’alcoolisme en janvier.
faire remonter le prix de certains pro
1992 Loi Neiertz excluant le tabac de toute indexation utilisant l’indice des prix janvier.
duits de grande consommation qui
Le taux majoré de 22 % de la TVA est aligné sur le taux normal à 18,6 % avril.
étaient commercialisés à des prix très
1993 Harmonisation européenne des taux de TVA. Seuls trois taux demeurent : 2,1 % ;
bas ; cette loi limite notamment les pra
5,5 % ; 18,6 %.
tiques de vente à perte et redéfinit les
93/94 Envolée des prix du café et des huiles. promotions.
94/95 Première mesure gouvernementale « Balladur » sur l’automobile avec reprise de Sur huit ans, les hausses les plus fortes con
5 000 francs des véhicules de plus de 10 ans, du 4 février 1994 au 30 juin 1995. cernent le café (38,7 %), les huiles (25,6 %)
1995 Le taux normal de 18,6 % est porté à 20,6 % en août. et la pâtisserie fraîche (24,5 %). En revan
che, les crèmes fraîches, les yaourts ou95/96 Deuxième mesure gouvernementale « Juppé » sur l’automobile avec reprise de 5 000
er encore le poulet sont en net recul.ou 10 000 francs selon les modèles, des véhicules de plus de 8 ans octobre 1995du 1
jusqu’au 30 septembre 1996.
1996 Crise de la viande bovine britannique suite à l’ESB encéphalopathie spongiforme Pour comprendre
bovine en mai. ces résultats
Loi Galland sur « la loyauté et l’équilibre des relations commerciales » qui réglemente
les promotions et supprime les pratiques de ventes à perte juillet.
1997 Hausse des accises sur les alcools en janvier.
L’indice des prix à la consommation basePeste porcine en avril.
100 en 1990 a été publié à partir de 1993.1998 La liste des pays de la zone euro répondant aux critères de convergence du traité de
Maastricht est arrêtée. Il a été rétropolé jusqu’en janvier 1990.
Celui-ci a été diffusé en base 100 en 1990
jusqu’en décembre 1998. En janvier 1999, un
nouvel indice base 100 en 1998 lui a succédé
avec une couverture sectorielle élargie no-Poids de chaque composante dans l’indice des prix à la consommation
tamment dans les services.
En %
Dans cet article, l’indice commenté est en
1993 1994 1995 1996 1997 1998
moyenne annuelle sur la période 1990 1998.
Alimentation 21,0 20,4 20,6 20,2 20,2 20,2
produits frais 2,7 2,7 2,7 2,7 2,8 2,8
autres produits alimentaires 18,3 17,7 17,9 17,4 17,4 17,4 Pour en savoir plus
Produits manufacturés 34,4 34,0 32,9 33,1 32,8 32,5
habillement 7,6 7,3 7,1 6,8 6,5 6,4
« Les prix des services privés aux ména
autres produits manufacturés 26,8 26,7 25,8 26,3 26,3 26,1
ges », Insee première, n° 653, 1999.
Services privés 19,2 19,3 19,5 19,8 19,6 19,6
« Les loyers augmentent plus en 1998Énergie 8,3 8,5 8,4 8,3 8,7 8,7
qu’en 1997 », Insee première , n° 641, 1999.
dont produits pétroliers 4,8 5,0 4,9 4,9 5,3 5,2
Tarifs publics 6,0 6,4 6,6 6,6 6,5 6,6 « Les prix des services publics modèrent
services publics 4,5 4,7 4,7 4,7 4,5 4,6 l’inflation », Insee première, n° 621, 1998.
tabacs 1,5 1,7 1,9 1,9 2,0 2,0
« Du blocage des prix à la déréglementa Loyers eau 5,8 6,1 6,4 6,6 6,7 6,8
tion », Insee première, n° 483, 1996.loyers 4,7 5,2 5,4 5,6 5,6 5,7
eau et chauffage urbain 1,1 1,0 1,0 1,0 1,1 1,1
Présentations des nouveaux indices des prix
Santé 5,3 5,4 5,6 5,6 5,6 5,5 en base 1990=100 (BMS de février 1993) et
en base 1998=MS de février 1999).Ensemble 100 100 100 100 100 100
Source : Insee
Direction Générale :
18, Bd Adolphe Pinard
A RETOURNER A : INSEE CNGP, B.P. 2718, 80027 AMIENS CEDEX 01 75675 Paris cedex 14
Directeur de la publication :OUI, je souhaite m’abonner à INSEE PREMIÈRE Tarif 1999
Paul Champsaur 1 an, 60 numéros = 530 F (France) 663 F (Europe) 827 F (Reste du monde)
Rédacteur en chef :80,80 $ 101,07 $ 126,08 $
Baudouin Seys
Nom ou raison sociale : ____________________ Activité : __________________________ Rédacteurs : J W Angel,
C. Dulon, A.C. Morin, S. TagnaniAdresse : _______________________________________________________________
Maquette : P. Thibaudeau ___________________________________ Tél : _____________________________
Code Sage : IP99673
Ci joint mon règlement en Francs par chèque à l’ordre de l’INSEE : ___________________________ F.
ISSN 0997 3192
Date : _______________________________ Sgnaturei © INSEE 1999
q˝qq

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.