Évolution de la population active : vers un retournement historique en 2007

De
Publié par

La population active ligérienne pourrait compter 1 501 300 personnes en 2015, soit 2,9 % de plus qu'en 1999, selon un scénario tendanciel. Toutefois, avec la sortie de la vie active des premières générations du « baby-boom », le nombre d'actifs devrait être maximal en 2007 et décroître ensuite. La population active continuerait à vieillir : en 2015 les seniors de 50 ans ou plus seraient plus nombreux que les moins de 30 ans.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 45
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

www.insee.fr/pays-de-la-loire
N° 22. Décembre 2003
Évolution de la
population active :
vers un retournement
historique en 2007
La population active ligérienne ES PROCHAINES années vont marquer 1990 et 1999, soit quasiment 1 % par
une rupture dans l’histoire démo- an. Sur les 120 000 actifs supplémen-pourrait compter 1 501 300
graphique récente : après plu- taires, deux sur trois sont des femmes.personnes en 2015, soit 2,9 % L sieurs décennies de croissance Hausse de l’activité féminine et croissancede plus qu’en 1999, selon un
ininterrompue, la population en âge de de la population en âge de travailler expli-scénario tendanciel. Toutefois,
travailler va cesser de croître. À l’origine quent cette forte progression, deux fois
avec la sortie de la vie active de cette inflexion de tendance se trouve supérieure à la moyenne nationale. Les
des premières générations le jeu des générations successives et de migrations d’actifs durant les années
du « baby-boom », le nombre leur remplacement. Les générations 1990 ont été légèrement négatives, l’ex-
d’actifs devrait être maximal nées entre 1946 et 1975, dites du cédent des arrivées sur les départs des
en 2007 et décroître ensuite. « baby-boom », sont à la croisée des personnes actives de plus de 30 ans
chemins : les individus qui les compo-La population active continuerait n’ayant pas compensé le déficit pour les
sent vont atteindre progressivement moins de 30 ans.à vieillir : en 2015 les seniors
60 ans, l’âge du départ à la retraite.de 50 ans ou plus seraient plus Si les tendances passées en matière deElles vont succéder à des générationsnombreux que les moins de 30 comportements d’activité, de migrationspeu nombreuses, nées juste avant ou
ans. Seules six zones d’emploi et de mortalité se maintiennent, la popula-pendant la seconde guerre mondiale,
auraient un niveau de ressources tion active ligérienne devrait croître jus-d’où une augmentation des sorties de
en main-d’œuvre plus élevé qu’en 2007, puis décroître ensuite. Onla vie active. De plus, les individus qui
compterait ainsi 1 533 900 actifs enen 2015 qu’en 1999. Les zones vont les remplacer sur le marché du tra-
2007. Entre 2007 et 2015, la populationd’emploi de Nantes et Angers vail sont nés après 1980 et sont moins
active diminuerait d’environ 4 100 per-nombreux que leurs aînés. Une remon-verraient leur population active
sonnes par an. Au début 2015, elle s’éta-tée modérée des taux d’activité necroître sur l’ensemble
blirait à 1 501 300 personnes. Il s’agitcompenserait pas cet effet démogra-de la période. du niveau de ressources en main-d’œuvrephique. La diminution de la population
dont pourrait disposer les Pays de la Loireactive apparaît inéluctable.
à l’horizon 2015, et non d’un niveau d’em-
plois, la population active comprenantDiminution de la population
les individus qui occupent ou qui recher-active ligérienne après 2007
chent un emploi. Malgré le retournementSerge FRABOUL
En 1999, dans les Pays de la Loire, on à la baisse en 2007, la région compteraitCatherine Le GROS
recensait 1 458 600 actifs. Cette po- en 2015, un nombre d’actifs plus élevé
pulation a augmenté de 9 % entre qu’en 1999.vers un retournement historique en 2007
Évolution de la population active :
Primauté de l’effet Les migrations ne contribuent que pour Globalement, en projection, les taux
un sixième à la décroissance de la popula- d’activité varient très peu après 1999.démographique
tion active. Dans un scénario où l’effet des À cette date, 85,9 % des hommes âgés de
La décroissance de la population active migrations serait plus favorable, le retour- 20 à 59 ans étaient actifs et 77,5 % des
après 2007 s’explique par des raisons dé- nement ne serait retardé que d’un an et la femmes. Avant 25 ans, le taux d’activité
mographiques, essentiellement par le jeu population active en 2015 compterait est inférieur à 20 % et à 10 % au-delà de
des générations successives. À taux d’ac- alors 1 532 200 actifs. 60 ans. Il est légèrement inférieur à 50 %
tivité constants, la population active ligé-
(48,5 %) entre 50 et 54 ans.
rienne augmenterait de 6 200 personnes Effet marginal de la hausse
par an entre 1999 et 2007 et diminuerait Les tendances des taux d’activité ont étédes taux d’activité
de 5 300 personnes par an entre 2007 assez stables récemment. On note néan-
et 2015, en moyenne. Globalement, sur moins que la baisse des taux d’activité desEn matière d’activité, la projection centrale
la période 2000-2015, l’effet démogra- suppose que les principales tendances jeunes, due à la prolongation des études,
phique est pratiquement neutre : à titre s’est interrompue. Celle des taux d’acti-observées dans le passé vont se
de comparaison entre 1990 et 1999, prolonger et se stabiliser. On se place vité des hommes à partir de 55 ans et
l’effet démographique avait conduit à des femmes au-delà de 60 ans s’est ra-ainsi dans un contexte conjoncturel et
0,9 % de croissance annuelle de la popula- institutionnel inchangé en projection. De lentie en raison de la réforme du régime
tion active. Cet effet démographique inclut des retraites dans le secteur privé enplus, les projections ont été réalisées
un effet génération et un effet migration. avant le vote de la récente loi sur les 1993. Les taux d’activité pourraient
À partir de 2007, c’est l’effet génération même remonter avec l’arrivée de géné-retraites si bien que les changements de
qui explique les pertes d’actifs. Les généra- comportement qu’elle pourrait induire ne rations entières dans la vie active plus
tions entrant sur le marché du travail, nées tardivement qui devront cotiser plussont pas pris en compte. Toutefois, ils ne
après 1980, sont moins nombreuses que
pourraient que retarder les retournements longtemps. L’activité féminine ne pro-
les générations sortantes, nées après
sans pouvoir les remettre en cause. gresserait plus qu’entre 45 et 59 ans.
guerre, dites du « baby-boom ».
Inégalités des secteurs face aux départs à la retraite
Départs massifs à la retraite
L’arrivée à l’âge légal de départ à la retraite des générations du « baby- dans les services non marchands
boom », qui succèdent à des générations moins nombreuses, va augmenter
%très sensiblement les flux de départs à la retraite. On peut en donner une
50
moins de 35 ansestimation à partir du nombre d’actifs ayant un emploi et âgés de 45 à 54 ans 45 - 54 ans
au recensement de la population de 1999. Il s’agit des générations nées 35 - 44 ans 55 ans ou plus
entre 1945 et 1954 qui vont atteindre 60 ans entre 2005 et 2014. Ces 40
personnes représentent 27,7 % de l’emploi ligérien total. C’est donc près
de trois actifs ayant un emploi sur dix qui vont cesser leur activité dans les
30dix prochaines années, contre moins de deux sur dix dans la décennie
1996-2005.
20
La situation est contrastée selon les secteurs et les métiers. Les services
non marchands, éducation, santé et administration, affichent la plus forte
proportion de 45-54 ans (31,3 %) et environ 116 000 postes de travail 10
pourraient se libérer en dix ans. Le vieillissement est également important
dans l’agriculture (30,1 %). Environ 76 000 emplois industriels (27,0 %)
0et 24 000 emplois dans la construction (27,8 %) pourraient se libérer Services Agriculture Construction Ensemble Industrie Services Commerce
entre 2005 et 2014. Les secteurs de la construction navale, aéronautique non marchands marchands
et ferroviaire, de l’automobile ainsi que les industries de l’équipement
Source : INSEE-recensement de la population en 1999 (exploitation complémentaire) au lieu de résidencedu foyer ou le secteur de l’habillement cuir seront particulièrement
Répartition de la population active en emploi en 1999 dans les Pays de la Loire selon la tranche d'âgeconcernés par les départs en retraite, à l’inverse des industries
dans chaque secteur d'activité
agroalimentaires, de la métallurgie et du travail des métaux.
En revanche, dans le commerce, les départs seraient
Des secteurs vieillissants et des secteurs jeunes inférieurs à la moyenne, avec 22,6 % des actifs.
Dans les services marchands, environ 78 000 personnes
devraient partir à la retraite, un quart des actifs.Activités financières
Toutefois, dans le commerce et dans certains secteursConstruction navale,
aéronautique et ferroviaire des services, tel que l’hôtellerie et la restauration, de
Eau, gaz, électricité faibles départs potentiels à la retraite n’assurent pas la
pérennité des effectifs, le turn-over étant très important.Postes et télécommunications
Les moins de 35 ans en %Administration Afin de remplacer les départs et de pourvoir aux
Ensemble Les 45-54 ans en %
créations d’emploi, la concurrence entre secteursdes 36 secteurs d'activité
Activités récréatives, d’activité va se renforcer. En particulier sur le marché des
culturelles et sportives cadres, dont 35 % des effectifs vont partir à la retraite :
Commerce de détail, réparations secteur privé (en particulier les banques
Hôtels et restaurants et assurances) et secteur public vont chercher
Industries agricoles et alimentaires à embaucher les jeunes diplômés.
Services opérationnels
Pour en savoir plus :0 102030405060
« Les âges au travail » - INSEE Pays de la Loire OREF -
Source : INSEE-recensement de la population de 1999 (exploitation complémentaire) au lieu de résidence
dossier n° 7 - septembre 2003
Part des 45-54 ans et des moins de 35 ans en 1999 dans les Pays de la Loire selon le secteur d'activité
2
INSEE PAYS DE LA LOIRE - ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE : VERS UN RETOURNEMENT HISTORIQUE 2007 - DÉCEMBRE 2003L’évolution tendancielle des taux d’activité cessé de diminuer, il n’en demeure pas
Risques de pénurie de main-d’œuvreretenue pour ces projections conduirait moins qu’ils sont faibles par rapport aux
pays européens.à un gain d’environ 2 000 actifs supplé- La diminution de la population active
mentaires par an, en moyenne, entre résultant de la croissance des sorties
Une variante possible des projections con- de la vie active risque d’engendrer des1999 et 2015. La croissance de la popu-
siste alors à supposer une remontée des situations de pénurie de main-d’œuvrelation active sur la période lui serait large-
taux d’activité des 20-24 ans au niveau de dans certains secteurs d’activité, métiers
ment imputable. ou territoires, créant de la concurrenceceux des 21-25 ans à l’horizon 2015.
pour attirer ou garder les actifs.Le gain ne serait alors que de 11 000On peut tester plusieurs hypothèses Une remontée du taux d’activité après 55 ans
personnes en 2015 par rapport au scé-d’évolution des comportements d’activité, serait donc efficace pour contenir la baisse
nario tendanciel et la part des jeunes et les réformes des régimes des retraitesen particulier sur les évolutions des taux
ont pour objectif d’y conduire. Toutefois,
augmenter les taux d’activité des seniorsForte progression pour les zones d’emploi de Nantes et Angers
n’a de sens que s’ils restent dans l’emploi,
ce qui nécessite une réflexion sur la formation
continue, l’organisation du travail et la mobilité
interne aux entreprises. Plus généralement,
baisse de la population active ne signifie
pas automatiquement baisse du chômage :
certes l’offre de travail pourrait être plus
faible mais la demande de travail dépend
beaucoup du contexte économique.
En outre, les individus ne sont pas
spontanément interchangeables et pénuries
de main-d’œuvre pourraient bien coexister
avec chômage.
22,9 % en 2015. En particulier, le nombre
et le poids des 55 ans ou plus devrait
presque doubler en quinze ans. En 2015,
10,29 près d’un actif sur dix (9,4 %) aurait au
- 5,52 moins 55 ans. Inversement le nombre de
© IGN - INSEE 2003
jeunes va diminuer et en 2015 l’effectif
Source : Évolution de la population active dans les Pays de la Loire entre 1999 et 2015 - INSEE-Omphale 2000 des moins de 30 ans serait légèrement
inférieur à celui des seniors de 50 ans oune progresserait que faiblement. La po-d’activité aux âges extrêmes. Pour prendre
plus. Les entrées nettes sur le marché dupulation active cesserait toujours deen compte un éventuel recul de l’âge de
travail des jeunes âgés de 15 à 24 anscroître en 2007.cessation d’activité, on suppose une
devraient diminuer légèrement sur la
remontée des taux d’activité de la période (de 36 500 par an entre 1999
classe d’âge 55-59 ans au niveau de Proportionnellement
et 2007 à 33 200 après 2007). En
ceux de la classe d’âge des 50-54 ans à plus de seniors revanche, les sorties nettes après 55
l’horizon 2025. L’accroissement de la
ans passeraient de 26 100 en rythmeSous l’effet des remplacements despopulation active serait important, avec
annuel avant 2007 à 36 600 ensuite. Legénérations et de l’évolution desun gain de 51 500 personnes en 2015 nombre de sortants dépasseraientcomportements d’activité, la structurepar rapport au scénario tendanciel. La
celui des entrants en 2008.de la population active va se modifier.part des actifs de 50 ans ou plus serait
Le vieillissement, déjà perceptible, vaalors de 25,5 %, contre 22,9 % dans le Enfin, la population active va continuer
se poursuivre. Le poids des actifs âgésscénario tendanciel. Toutefois, le de se féminiser. Entre 1999 et 2015, le
de 50 ans et plus, les seniors, va seretournement de population active ne nombre d’actives passerait de 669 700
renforcer : leur part dans la populationserait retardé que d’un an. Si les taux à 701 600 (+ 4,8 %) et celui des actifs de
active passerait de 16,5 % en 1999 àd’activité des jeunes de 15 à 24 ans ont 788 900 à 799 700 (+1,4 %). En consé-
quence, la part des femmes dans la popu-
lation active croîtrait de 45,9 % à 46,7 %.
Projection de population active : trois scénarios
Disparités territorialesLe scénario central de projection de la population active est défini à partir d’un scénario
de projection de la population totale et d’une hypothèse d’évolution des taux d’activité.
L’évolution projetée de population active
- Le scénario de projection de population totale retenu est le scénario central de l’INSEE sur la période 1999-2015 ne serait
à l’horizon 2030 : maintien de la fécondité au taux calculé pour 1999, la mortalité baisse
positive que pour six zones d’emploi :au même rythme que la tendance métropolitaine, les quotients migratoires de référence
calculés entre les recensements de 1982 et 1999 sont maintenus sur la période de celles de Nantes, Angers, Vendée-Ouest,
projection. Le scénario d’activité s’appuie sur la série des taux d’activité par âge des
hommes et des femmes observés dans la zone au recensement de 1999. Ces taux
Définitionssuivent ensuite l’évolution tendancielle des taux d’activité par sexe et âge (au sens du BIT)
retenue pour la métropole de 2000 à 2030. - population active : elle comprend les
individus occupant un emploi (populationDeux variantes sont envisagées :
occupée) et les chômeurs au sens du BIT- dans la première on fait remonter progressivement les taux d’activité des 55-59 ans.
On suppose qu’en 2025 les taux d’activité des 55-59 ans seront au niveau de ceux - taux d’activité : proportion d’actifs
des 50-54 ans. d’une même tranche d’âge au sens du BIT
- dans la seconde on fait remonter les taux d’activité des 20-24 ans de telle sorte qu’en 2015, dans la population totale de la même
ils soient au niveau des 21-25 ans en 1999 (entrée plus rapide sur le marché du travail). tranche d’âge
3 INSEE PAYS DE LA LOIRE - ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE : VERS UN RETOURNEMENT HISTORIQUE 2007 - DÉCEMBRE 2003vers un retournement historique en 2007
Évolution de la population active :
la Roche-sur-Yon, Vendée-Est et Sarthe- En regard de ces évolutions, la différence Comme pour les Pays de la Loire, la popu-
Sud. Toutefois, les trois premières zones pour les zones d’emploi de Nantes et lation active en France métropolitaine
citées se détachent nettement. À l’inverse, d’Angers tient à ce que le dynamisme de atteindrait sa taille maximale en 2007 avec
dans dix zones d’emploi, on compterait la zone d’Angers s’appuie essentiellement 27 504 000 personnes. Après 2007, les
moins d’actifs en 2015 qu’en 1999, le sur son potentiel démographique, lequel sorties nettes des 55 ans ou plus seraient
recul étant voisin ou supérieur à 4 % pour serait complété par un apport migratoire en moyenne de 641 000 par an contre
cinq zones : celles du Mans, Sarthe-Nord, pour celle de Nantes. Le profil de Vendée- 490 000 entre 1999 et 2007, les entrées
Choletais, Vendée-Sud et Châteaubriant. Ouest se rapproche de cette dernière. nettes des jeunes se maintenant autour de
610 000 par an. En 2015 on compterait
L’année d’inflexion de la population En 2015 les actifs âgés d’au moins 50 ans 27 153 000 actifs en France, soit 2,3 %
active se situerait en 2006-2007 pour représenteraient près de 23 % de la popu- de plus qu’en 1999 (contre + 2,9 % pour
lation active en Pays de la Loire. Cettela majorité des zones d’emploi : Saint- les Pays de la Loire). Seniors de 50 ans ou
proportion serait d’environ 21 % pour lesNazaire, Saumur-Baugé, Segréen-Sud- plus et jeunes de moins de 30 ans
zones d’emploi de Nantes et d’Angers maisMayenne, Mayenne Nord-et-Est, Sarthe- seraient alors d’effectifs comparables
Sud, La Roche-sur-Yon et Vendée-Est. elle serait supérieure ou égale à 25 % pour et en proportions (23 %) voisines de celles
Pour cinq zones d’emploi, la population sept autres, en particulier celles de des Pays de la Loire. Parmi les 22 régions
Vendée-Sud ou de Sarthe-Nord. Les deuxactive commencerait à décroître avant métropolitaines, neuf devraient voir une
principales zones d’emploi seraient égale-2006 : Le Mans, Châteaubriant, le diminution de leur population active en
ment les zones les plus féminisées.Choletais, Sarthe-Nord et Vendée-Sud. Le 2015 par rapport à 1999. Les régions
nombre d’actifs diminuerait à partir de Le poids des zones de Nantes et d’Angers, du sud de la France et l’ÎIe-de-France
2013 pour la zone d’emploi de Vendée- où la population active est plus jeune, plus devraient connaître une évolution large-
qualifiée et mieux formée, va encore seOuest. En revanche, la croissance de la ment supérieure à la moyenne française.
renforcer ainsi que celui du littoral, accen-population active serait ininterrompue
tuant le basculement démographique etpour les deux principales zones d’emploi,
Pour en savoir plusNantes et Angers. L’effet démographique économique de la région vers l’Ouest.
« Projections de population active - un retournementexplique entièrement les retournements :
Ce bouleversement historique de l’évolu- progressif » - E. Nauze-Fichet et F. Lerais - INSEE Première
c’est bien la sortie des générations du n° 838 - mars 2002.tion de la population active concernera
« Projections de population à l’horizon 2050 » -« baby-boom » qui fait baisser le nombre
la quasi-totalité des régions françaises. E. Nauze-Fichet - Économie et statistique n° 355-356 -d’actifs, à laquelle s’ajoute souvent un dé- décembre 2002.
ficit migratoire, notamment pour les cinq
zones dont l’évolution est la plus négative.
Une nouvelle répartition
des âges au travail
Un retournement inéluctable Projection
1999 2015
1 580 000 M0oins de 30 ans 3084 90 343 30
Scénario d'augmentation des taux d'activité des 55-59 ans
d0ont moins de 25 ans1082 60 163 301 560 000
300 à 49 ans 8032 50 813 50
1 540 000
500 ans et plus 2041 20 344 50ont 55 ans et plus 709 10 141 601 520 000
Scénario central 600 ans et plus 101 30 15 80
1 500 000
Total 1 458 600 1 501 300Scéé des 20-24 ans
1 480 000 P4art des moins de 30 ans 296, 22,
P5art des 50 ans ou plus 196, 22,1 460 000
P9art des femmes 475, 46,
1 440 000 Source : INSEE-Omphale 2000-recensement de la population de 1999
1 420 000
DIRECTEUR DE LA PUBLICATION
1 400 000 Pierre MULLER1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015
RÉDACTRICE EN CHEF
Source : INSEE-Omphale 2000 Emmanuelle WALRAET
Projection des actifs ligériens entre 1999 et 2015. Une augmentation des taux d’activité des 55-59 ans
SECRÉTAIRE DE RÉDACTIONpermettrait de retarder d’un an le retournement et d’accroître significativement la population active à l’horizon 2015 .
Gabrielle PILET
SECRÉTAIRE DE FABRICATION
Hélène VERRON
2007, année charnière
MISE EN PAGE
Annick HARNOIS
Population
Zones d'emploi Actifs 1999 Actifs 2015 Année d'inflexion
aective maximal IMPRIMEUR
N0antes 3070 20 4008 604/08 60 // La Contemporaine - Nantes
S0aint-Nazaire 1015 10 1019 201613 70 200
Prix : 2,20 €C0hâteaubriant6 20 306 80 354 20 200
A0ngers66 8082 601/82 60 // Photos : INSEE
eholetais 908 5001 00 953 90 200 Dépôt légal 4 trimestre 2003 - ISSN 1633-6283aumur-Baugé 507 10 508 80 565 90 200 CPPAP 0707 B 06116 - Code Sage IETU022044
© INSEE Pays de la Loire - Décembre 2003egréen-Sud-Mayenne 303 60 304 60 362 90 200
L0aval7 209 107 00 200 Abonnement annuel complet :
Études (mensuel) + Dossiers : 60 €M0ayenne Nord-et-Est4 305 702 80 200e Mans 1046 90 1049 201341 10 200 Abonnement annuel Études : 20 €
S0arthe-Nord 401 90 402 90 450 30 200arthe-Sud 502 10 504 10 573 00 200
INSEE Pays de la Loirea Roche-sur-Yon 702 00 706 70 774 70 200
V0endée-Est2 806 004 00 200 105, rue des Français Libresendée-Sud1 20 402 20 359 10 200
BP 67401 – 44274 NANTES Cedex 2endée-Ouest 602 70 607 60 627 50 201
Tél. : 02 40 41 75 75 – Fax : 02 40 41 79 39* Seules les zones d’emploi de Nantes et Angers seraient épargnées par le retournement d’ici 2015.
Source : INSEE-Omphale 2000-recensement de la population de 1999-Projections de population active par zone d’emploi.
Informations statistiques au 0825 889 452
(0,15 € la minute)
4 INSEE PAYS DE LA LOIRE - ÉVOLUTION DE LA POPULATION ACTIVE : VERS UN RETOURNEMENT HISTORIQUE 2007 - DÉCEMBRE 2003

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.