Évolution détaillée de l'emploi salarié privé en 1999 (Flash d'Octant n° 48)

De
Publié par

Confirmant les premières tendancesŒ, l'emploi salarié privé non agricole - intérim compris - a fortement progressé au cours de l'année 1999 : 3,5 % en Bretagne contre 2,7 % France entière. Cette évolution est proche de celle observée en 1998. Tous les secteurs d'activité sont concernés, sauf l'industrie textile et l'habillement-cuir où le déclin s'est poursuivi. Toutes les zones d'emploi bénéficient d'une amélioration, la croissance varie cependant entre 1,5 et 5,5 % selon les zones. 1. Données provisoires publiées en avril 2000 dans Octant n° 81
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Emploi Bretagne
Numéro 48 Juin 2000
vo uon détaillée de l’emploi salarié privé en 1999 Comme en 1998, la croissance se maintient autour de 3,5 %
1 Confirmant les premières tendances, l’emploi salarié privé non agricole  intérim compris  a fortement progressé au cours de l’année 1999 : 3,5 % en Bretagne contre 2,7 % France entière. Cette évolution est proche de celle observée en 1998. Tous les secteurs d’activité sont concernés, sauf l’industrie textile et l’habillementcuir où le déclin s’est poursuivi. Toutes les zones d’emploi bénéficient d’une amélioration, la croissance varie cependant entre 1,5 et 5,5 % selon les zones.
Les données présentées ici sont encore semidéfinitives et portent uniquement sur l’emploi salarié privé non agricole. À l’automne elles serviront de base à l’élaboration des estimations d’emploi où seront alors intégrés l’emploi public et les établissements cotisants à la MSA. Ces estimations, qui seront publiées, également dans les Tableaux de l’économie bretonne comprendront également l’emploi nonsalarié. énéficiant de lahausse de 2,5 %, soit enviles effectifs salariés ont lariBé privé non agricole atons. Cette forte progressioncours de l’année 1999. croissance éconoron le tiers des créationsprogressé très fortement mique, l’emploi sad’emplois industriels bredans la construction au continué de progresser auest à mettre notamment àLa hausse s’élève à 5,2 % cours de l’année 1999, dél’actif du secteur de lasoit environ 2 800 postes gageant un solde positifchimie, caoutchouc, plastide travail supplémentai d’environ 20 000 emploisques (+ 4,9 % soit 500 emres. dont 3 200 dans l’industrie,plois), de la métallurgie etAvec plus de 4 % d’augmen 2 800 dans la construction,transformation des métauxtation, le tertiaire a continué et 14 000 dans le tertiaire,(+ 2,7 % soit 300 emplois),sa progression en 1999. intérim compris.et dans une moindre meTous les secteurs ont bénéfi sure de l’industrie du bois etcié de la vigueur de l’activi du papier (+ 2,7 % soit 150té, notamment le commerce Une bonne année emplois). (+4 %) et les services aux pour l’industrie Les industries des biensentreprises (+ 6,2 %) dont le manufacturièredéveloppement est en partied’équipement (hors arse Les créations d’emplois senaux qui relèvent de l’emlié à la croissance de l’inté sont accélérées dans les inploi public) ont égalementrim. A noter également la dustries manufacturières.développé leurs activités :hausse très sensible dans les Tous les grands secteurs ontplus de 600 emplois y ontservices aux particuliers évolué positivement, y comété créés.(+ 5,6 %). pris celui des biens de Nombre de salariés au 31.12.99 Forte évolution consommation, et ce, mal gré les difficultés dans l’ha dans la%800 2,0Industrie 168 billementcuir ( 7,3 %). Les construction Construction 57200 5,2% industries des biens inter Commerce 121500 4,0% et dans le tertiaire médiaires ont dans leur en Services 215600 4,2% semble créé un millierFaisant suite à une année d’emplois affichant une1998 déjà très favorable,%Ensemble 563100 3,5 1:données provisoires publiées en avril 2000 dans Octant n° 81  Mars 2000.Source : INSEE URSSAF
Variation de l’emploi salarié privé non agricole  intérim compris  au cours de l’année 1999
Activité  NES 36
Industrie agricoles et alimentaires Industrie des biens de consommation dont : Habillement, cuir Édition, imprimerie, reproduction Pharmacie, parfumerie et entretien Industrie des équipements du foyer Industrie automobile Industrie des biens d’équipement dont : Const., navale aéronautique et ferroviaire Industrie des équipements mécaniques Indus. des équip.,électr et électroniques Industrie des biens intermédiaires dont : Industrie des produits minéraux Industrie textile Industrie du bois et du papier Chimie, caoutchouc, plastiques Métallurgie et transformation des métaux Ind. des comp. électriques et électroniques Construction Commerce dont : Commerce et réparation automobile Commerce de gros Commerce de détail et réparations Transports Activités financières Services rendus aux entreprises dont : Conseil et assistance Services opérationnels Recherche et développement Services aux particuliers dont : Hôtels et restaurants Act. récréatives, culturelles et sportives Services personnels et domestiques Éducation, santé action sociale dont : Education Santé et action sociale Activités associatives et extraterritoriales Ensemble Source : INSEE  URSSAFdonnées provisoires.
Entre 1,5 % de croissance à Auray et 5,5 % à Vannes
Toutes les zones d’emploi affichent une hausse de leurs effectifs, mais les dis
2
Ensemble des établissements
Effectif fin 1999
57 900 24 400 5 400 7 600 3 800 7 600 13 000 31 600 3 500 13 900 14 200 41 900 6 800 1 600 6 700 11 000 10 500 5 300 57 200 121 500 18 600 36 000 66 900 33 100 17 900 57 900 32 100 25 000 800 47 200 31 500 8 400 7 300 56 700 5 200 51 500 2 800 563 100
Évolution 1999/1998
parités géographiques de meurent. La hausse est infé rieure à 2 % dans la zone d’Auray, tandis qu’elle est supérieure à 4 % dans celles de Guingamp, Rennes, et Vannes.
 Auray se démarque avec
1,7 0,5  7,3 0,7 4,8 4,2 3,5 2,1 5,2 3,8  0,3 2,5 0,7  5,1 2,7 4,9 2,7 1,9 5,2 4,0 3,5 2,3 5,0 4,2 2,5 6,2 5,3 7,0 8,1 5,6 4,2 9,7 7,9 2,2 4,7 1,9 4,2 3,5
dont établissements de 10 salariés et plus
Effectif fin 1999
49 300 20 800 5 200 5 900 3 700 6 000 12 800 27 500 2 900 11 600 13 000 37 100 5 300 1 300 6 000 10 400 9 100 5 000 33 600 72 900 10 000 25 300 37 600 27 700 13 200 39 200 19 700 18 800 700 17 300 11 800 3 700 1 800 44 800 2 500 42 300 1 200 397 400
Évolution 1999/1998
1,2  0,4  7,5  0,3 4,9 3,0 3,3 0,9 5,1 1,6  0,6 1,5  0,9  5,0 1,1 4,1 1,3 1,4 2,0 2,5 1,0 1,1 3,8 2,5  0,2 4,7 3,7 5,2 7,0 2,5 0,4 5,3 14,0 1,1  2,5 1,3  5,4 1,8
seulement 1,5 % d’augmen tation. Elle a pâti des difficul tés de l’agroalimentaire en traînant une détérioration de l’emploi industriel. Parallèle ment, dans cette zone, l’évo lution de l’emploi dans le ter tiaire est restée inférieure à la moyenne régionale.
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 48  Juin 2000
 Dix zones ont une crois sance comprise entre 2 et 3 % Il s’agit de Carhaix, Di nan, Fougères, SaintMalo, Morlaix, Quimper, Lorient, Ploërmel, Lannion et Redon. Dans ces zones, la hausse des effectifs dans l’industrie est toujours inférieure à la moyenne régionale. Ainsi, les zones de SaintMalo et Morlaix, marquées par des réductions d’effectifs dans l’agroalimentaire affichent un solde industriel négatif, de même que Lannion con frontée à des suppressions de postes dans les industries de biens d’équipement. Les zones de Carhaix et de Quimper quant à elles sta gnent (respectivement 0 et 0,4 %). En revanche la bonne tenue des industries de biens de consommation et des biens d’équipement permet à Fougères de déga ger un solde industriel positif (+2,1 %). Si l’on excepte Dinan (+ 2,0) et Fougères, (+ 2,9 %), l’évolution des effectifs dans le tertiaire est pour chacune de ces zones, proche de la moyenne régionale.
 Quatre zones se caractéri sent par une évolution glo bale située entre 3 et 4 %. Il s’agit de Brest, Vitré, SaintBrieuc, PontivyLou déac. Les effectifs industriels bénéficient d’une orienta tion très favorable. A Vitré, le développement impor tant des industries des équi pements électriques et élec troniques contribue au dy namisme de la zone en matière de créations d’em plois. Dans la zone de SaintBrieuc, l’augmentation des effectifs industriels est particulièrement marquée. Qu’il s’agisse des industries agroalimentaires, des biens de consommation ou des biens intermédiaires, l’évo lution des effectifs est réso lument positive. A Brest, les créations d’emplois indus triels sont concentrées dans les industries des équipe
ments mécaniques, et dans le secteur de la chimie, du caoutchouc et du plastique. Très orientée vers l’in dustrie agroalimentaire (64 % de l’emploi indus triel), la zone de Ponti vyLoudéac n’a pas, con trairement à d’autres, souf fert de la crise qui a affecté ce secteur : globalement, ses effectifs industriels aug mentent de 2,5 %. Dans le tertiaire, les hausses avoisinent 4 % à Vitré et PontivyLoudéac ; elles sont plus limitées à SaintBrieuc
Le chômage partout en baisse
Les mesures prises au titre des politiques d’aide à l’emploi contribuent à la création nette d’emplois, et à la diminution du chô mage. Ainsi, au cours de l’année 1999, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie 1*, a diminué de 14,7 % en Bretagne contre 11,7 % sur le plan national. Mais là encore, la
et Brest (respectivement 2,8 % et 3,1 %).
 Enfin, dans les trois derniè res zones d’emploi – Guin gamp, Rennes et Vannes – l’augmentation globale de l’emploi est supérieure à 4 %. L’emploi industriel progresse de façon soutenue dans cha cune de ces zones, les servi ces restent toutefois le princi pal moteur de l’emploi. À cet égard, la plus forte progres sion relative, est à mettre au crédit de Vannes. (+ 6,5 %).
carte du chômage reflète des évolutions contrastées : Le nombre de demandeurs d’emploi a diminué de 27,4 % à Fougères en 1999, passant de 2 283 à 1 657. Il n’a en revanche diminué que de 6,3 % à Morlaix où on dénombrait encore 4 673 personnes à rechercher un emploi fin 99. Les liens entre l’évolution du chômage et celle de l’emploi ne sont pas tou jours directs. Une diminu tion du nombre de chô
* Les demandeurs d’emploi en fin de mois de catégorie 1 sont les personnes inscrites à l’Agence Nationale pour l’Emploi, sans emploi, immédiatement disponibles, à la recherche d’un emploi à temps plein et à durée indéterminée et qui n’ont pas exercé une activité réduite de plus de 78 heures dans le mois.
meurs dans une zone peut être le résultat d’embau ches, mais peut aussi s’ex pliquer par des départs d’actifs vers d’autres zones. Inversement, des chômeurs peuvent rester dans une zone assez dynamique dans l’espoir de trouver un em
ploi sur place. Ainsi, c’est à Fougères que la baisse du nombre de chômeurs a été la plus importante : elle ne se situe cependant qu’au 14ème rang en ter mes d’évolution d’em plois.
Variation du nombre des demandeurs d’emploi de catégorie 1 par zone d’emploi en 1999 Au Évolution 31 décembre1999/1998 1999 (en%) Fougères 1 657 27,4 Vitré 1 253 26,7 Redon 2 297 22,0 PontivyLoudéac 2 927 21,2 Guingamp 3 236 19,2 Dinan 3 371 18,5 Lannion 3 866 16,8 Vannes 6 867 15,5 Rennes 20 477 14,7 SaintMalo 5 558 14,6 Brest 15 449 13,7 Ploërmel 1 588 13,7 Lorient 12 662 13,3 SaintBrieuc 7 874 13,0 Quimper 10 880 11,7 Auray 3 594 11,3 Carhaix 2 036 8,4 Morlaix 4 673 6,3 Bretagne 110 424 14,7 Source : DRTEFP
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 48  Juin 2000
3
4
Les chiffres publiés par la DARES (Direction de l’Ani mation de la Recherche des Études et des Statisti
Toujours un fort recours à l’intérim
ques du l’Emploi et confirment du travail
Ministère de de la Solidarité) la progression temporaire au
cours de l’année 1999. Le nombre de missions con clues au cours de l’année 1999 est en hausse de
27,6 % par rapport à l’année 1998.
L’intérim en Bretagne 1998 1999 Nombre demissions DuréeNombre demissions Durée moyenne Équivalentmoyenne Équivalent Au coursStocktemps pleindes missionsAu coursStockdes missionstemps plein du moisen fin de mois(en semaine)du moisen fin de mois(en semaine) Janvier 37 15918 6221,7 17119 45204 21764 1,7 18963 Février 35 71319 8881,7 17741 45154 24087 1,7 19821 Mars 43 92819 7031,7 20895 52164 24944 1,6 21515 Avril 37 23918 5641,7 18855 60486 26000 1,7 25954 Mai 45 04125 4251,9 23391 54245 26815 1,7 25036 Juin 50 68824 4561,8 25932 55624 29856 1,8 27556 Juillet 46 41629 8662,3 30975 55713 33614 2,4 32213 Août 48 78723 7491,8 25331 58765 27979 2,0 27183 Septembre 45 26523 7141,5 22755 56022 30396 1,7 28352 Octobre 42 55823 8002,0 22418 53198 31694 2,0 27803 Novembre 35 15218 2522,1 16962 63456 32957 1,8 30615 Décembre 42 19414 6792,1 22060 50957 21188 2,1 28202 Source : DRTEFP  DARES
Pour comprendre ces résultats
Les résultats présentés dans cette étude ont été établis à l’aide des données relatives aux établissements du secteur privé cotisant à l’URSSAF, et employant au moins un sa larié. Les établissements dépendant de la mutualité sociale agricole (MSA) qui ne co tisent pas aux URSSAF ne sont donc pas pris en compte. La source URSSAF couvre en moyenne 60 % de l’emploi salarié breton. Le taux de couverture est variable d’une zone d’em ploi à l’autre. Il va, compte tenu de l’im portance plus ou moins grande du secteur public de 50 % à Brest à 78 % à Vitré. Les estimations présentées ici sont provisoi res. Elles seront revues et complétées à
l’automne prochain lors de l’élaboration des estimations d’emploi salarié total qui intègreront les établissements cotisants à la MSA et ceux du secteur public. Des différences de champ, ainsi que des divergences dans la façon de comptabiliser les effectifs en fin d’année peuvent être à l’origine de discordances apparentes entre les résultats publiés ici et ceux émanant d’autres organismes. En effet, dans la source URSSAF, ce sont les effectifs en fin de trimestre, qu’il s’agisse d’emplois à temps plein, temps partiel, à durée déter minée ou indéterminée, qui sont utilisés pour le calcul des indicateurs d’évolution de l’emploi.
Le flash d’OCTANTest désormais disponible sur internet http : //www.insee.fr
INSEE Bretagne  Flash d'OCTANT n° 48  Juin 2000
Pour en savoir plus : “Bilan économique et so cial 1999”  Octant n° 81  Mars 2000 ; Flash d’Octant n° 38  Novembre 1999 ; Flash d’Octant n° 32  Juin 1999.
INSEE BRETAGNE 36, place du Colombier CS 94 439 35044 RENNES Cédex Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Directeur de la Publication : JeanJacques MALPOT
Rédacteur en Chef : Micheline TESSIER
Composition : Gérard LECOMTE
Cette note a été rédigée par: Monique LE CAM
Pour tout renseignement : Bureau d'information Tél. : 02 99 29 33 66
© INSEE 2000 Dépôt légal : 2ème trimestre 2000 Imprimerie: Média Graphic
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.