Évolution détaillée de l'emploi salarié privé en 2000 : une croissance record de 4,7 % (Flash d'Octant n° 63)

De
Publié par

L'emploi salarié privé non agricole - intérim compris - a très fortement progressé au cours de l'année 2000 : + 4,7 % soit près de 27 000 emplois supplémentaires. C'est la plus forte augmentation des 20 dernières années. Fait marquant, les évolutions relatives sont très proches dans les trois grands secteurs : l'industrie renoue avec la croissance, + 5 % (soit + 8 800), la construction progresse de + 4,5 % (+ 2 500) et le secteur tertiaire de + 4,5 % (+ 15 400). Toutes les zones d'emploi ont bénéficié de ce contexte favorable, mais de façon inégale : l'augmentation varie de + 6,5 % dans celle de Rennes à + 2,2 % dans la zone de Morlaix.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Emploi
Numéro 63 - Juillet 2001
Évolution détaillée de l'emploi
salarié privé en 2000
Une croissance record de 4,7 %
L'emploi salarié privé non agricole - intérim compris - a très fortement progressé
au cours de l'année 2000 : + 4,7 % soit près de 27 000 emplois supplémentaires.
C'est la plus forte augmentation des 20 dernières années.
Fait marquant, les évolutions relatives sont très proches dans les trois grands
secteurs : l'industrie renoue avec la croissance, + 5 % (soit + 8 800),
la construction progresse de + 4,5 % (+ 2 500) et le secteur tertiaire
de + 4,5 % (+ 15 400).
Toutes les zones d'emploi ont bénéficié de ce contexte favorable, mais de façon
inégale : l'augmentation varie de + 6,5 % dans celle de Rennes à + 2,2 %
dans la zone de Morlaix.
'année 2000 a été marquée d’un nouveau modèle, et regain de Les données présentées ici sont des
données brutes et semi-définitives.par une progression la consommation des ménagesLexceptionnelle de l'emploi expliquent cette hausse exception- Elles portent uniquement sur
salarié privé en Bretagne. Le nelle. l'emploi salarié privé non
contexte économique extrême- Dans les biens intermédiaires les agricole. A l'automne, elles
ment favorable a contribué à une fortes progressions (+ 8,8 %) serviront de base à l'élaboration
forte consommation des ménages. s'expliquent par des embauches des estimations d'emploi où seront
Le développement de alors intégrés l'emploi public et lesparticulièrement nombreuses dans
l'investissement et la montée en les industries des composants établissements cotisants à la MSA
puissance du dispositif sur la électriques et électroniques (notamment secteur coopératif des
réduction du temps de travail ont (+ 23,6 %) et dans la "chimie- IAA, Crédit Agricole, etc). Ces
eu, eux aussi, des répercussions estimations, qui seront publiéescaoutchouc-plastiques" (+ 9,9 %
très positives sur l'emploi. soit 1 300 emplois). En revanche, dans les "Tableaux de l'Economie
le niveau des effectifs se maintient Bretonne”, comprendront
Une hausse supérieure difficilement dans l'industrie également l'emploi non-salarié.
à 10 % dans l'industrie textile.
automobile
Nombre de salariés au 31.12.2000
Dans l'industrie, les créations Effectifs (milliers) Évolution (%)
d'emplois se sont nettement
Industrie 180,9 + 5,0
accélérées au cours de l'année
Construction 59,6 + 4,52000 (+ 8 800 emplois).
Commerce 124,4 + 4,6L'industrie automobile a connu la
Services 211,7 + 4,5plus forte progression de ces
Ensemble 576,6 + 4,7dernières années (+ 10,5 %). Mise
en place des 35 heures, lancement Source : INSEE - URSSAF - données semi-définitives
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH6364 - PRIX : 12 FFVariation de l’emploi salarié privé non agricole - intérim compris - au cours de l’année 2000 de l'année 2000, ils ont augmen-
té de 2 500 emplois, soit + 4,5 %
Ensemble dont établissements contre + 5,2 % l'année précé-
des établissements de 10 salariés et plus
dente. L'artisanat du bâtimentNomenclature de diffusion NAF36
Effectif Évolution Effectif Évolution profite aussi de cette conjoncture
fin 2000 2000/1999 fin 2000 2000/1999 favorable qui lui permet de
(milliers) (%) (milliers) (%)
développer de près de
60,0 4,0 50,9 3,3Industries agricoles et alimentaires + 8 % l'emploi de personnel
salarié.24,1 2,6 20,3 1,8Industrie des biens de consommation
5,1 - 4,5 4,9 - 5,0dont : Habillement, cuir
Une progression
2,9 0,9Édition, imprimerie, reproduction 7,8 5,9
de + 4,5 %
4,1 10,1 4,0 9,9Pharmacie, parfumerie et entretien
dans le tertiaire
7,1 3,6 5,6 3,9Industries des équipements du foyer
Dans le secteur tertiaire,12,1 10,5 11,9 10,7Industrie automobile
l'évolution globale s'élève à
37,1 2,0 33,0 1,0 + 4,5 %. Excepté les activitésIndustrie des biens d'équipement
immobilières, tous les secteurs7,1 - 2,0 6,5 - 3,0dont : Construction navale, aéronautique et ferroviaire
affichent des variations positives.4,5 3,2Industries des équipements mécaniques 14,5 12,2
Le commerce (+ 4,6 % soit
15,5 1,8 14,3 1,1Industries des équip. électriques et électroniques
+ 5 500) et les services rendus
aux entreprises (+ 8,5 % soit47,6 8,8 42,9 7,9Industrie des biens intermédiaires
+ 5 000) sont les deux principaux7,1 2,8 5,7 2,7dont : Industries des produits minéraux
secteurs créateurs d'emplois.
1,6 0 1,3 - 1,6Industrie textile
Quoique moindres, les créations
2,3 0Industries du bois et du papier 6,9 6,2 d'emploi sont également
14,1 9,9 13,4 9,0Chimie, caoutchouc, plastiques importantes dans les secteurs de
10,8 3,0 9,5 2,5 la santé, de l'éducation et deMétallurgie et transformation des métaux
l'action sociale (+ 2 500) et les7,2 23,6 6,7 20,6Industries des comp. électriques et électroniques
transports (+ 1 500). En
59,6 4,5 35,7 2,6Construction revanche, elles sont plus en
retrait dans les services rendus124,4 4,6 75,4 4,4Commerce
aux particuliers (+ 900) et dans
3,8 4,0dont : Commerce et réparations automobiles 19,1 10,5 les activités financières (+ 700).
36,9 3,9 26,3 2,7Commerce de gros
68,4 5,2 38,6 5,6ce de détail, réparations De + 2,2 % à Morlaix
à + 6,5 % à Rennes34,4 4,5 29,0 3,0Transports
L'emploi salarié privé non17,5 4,5 12,6 4,2Activités financières
agricole augmente dans toutes les
61,9 8,5 42,2 7,3Services rendus aux entreprises zones d'emploi, mais les
34,3 7,3 21,3 6,2dont : Conseils et assistance variations sont très différentes
8,9 7,1 d'une zone à l'autre.Services opérationnels 27,0 20,4
L'augmentation est supérieure à0,6 6,3 0,5 7,1Recherche et développement
6 % dans les zones de Vitré,
47,4 1,9 17,4 - 2,2Services rendus aux particuliers Lannion et Rennes. Elle est faible
31,2 0,7 11,7 - 4,0 dans celles de Brest, Carhaix etdont : Hôtels et restaurants
surtout Morlaix (+ 2,2 %). Dans4,5 15,6Activités récréatives, culturelles et sportives 8,8 4,0
les douze autres zones, elle est3,9 0,6Services personnels et domestiques 7,4 1,7
comprise entre + 4 et + 5 %.
4,5 4,0Santé, action sociale 50,5 47,9 L'emploi salarié privé non agricole
progresse de plus de + 6 % dans5,4 6,5 2,8 5,1dont : Éducation
les zones d'emploi de Vitré,45,0 4,3 45,0 3,9
Lannion et Rennes. L'année 2000
4,7 3,8Ensemble 576,6 419,2 a été faste pour le développement
Source : INSEE - URSSAF données semi-définitives des industries des biens intermé-
diaires, à mettre en relation avec la
Malgré les difficultés liées à la ment des industries des et du cuir " connaît toujours de forte croissance du marché dans
crise de la viande bovine et au équipements mécaniques grosses difficultés et perd 250 les industries des composants
démantèlement du groupe (+ 4,5 % soit + 600). Les emplois. électriques et électroniques. Ces
BOURGOIN, les industries industries de biens de consom- trois zones en ont pleinement
agro-alimentaires (hors secteur La constructionmation connaissent des bénéficié. La progression de
coopératif couvert par la MSA) évolutions plus contrastées. La reste dynamique l'emploi dans le tertiaire est restée
ont affiché un solde résolument "pharmacie-parfumerie- en revanche, relativement
positif (+ 4 % soit 2 300 entretien " et les "industries des Bénéficiant toujours de la modérée à Lannion (+ 1,7 %) et à
croissance économique et duemplois). Dans les biens équipements du foyer " créent Vitré (+ 2,6 %), alors que Rennes a
dynamisme du secteur, lesd'équipement (hors arsenaux), des emplois (respectivement enregistré la plus forte évolution
effectifs de la construction ontl'augmentation (+ 2 % soit + 200 et + 400 personnes) alors de ces dernières années (+ 7,2 %).
+ 700) est le fait du développe- que l'industrie de " l'habillement continué à progresser. Au cours Morlaix est la zone où le bilan
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 63 - juillet 2001industriel est le plus négatif. + 4,8 % à Carhaix. La progres- Variation de l’emploi salarié privé non agricole (intérim
Contrairement aux autres sion se situe en deçà de la compris) au cours de l’année 2000
zones, elle a pâti des difficultés moyenne régionale dans le
de l'agro-alimentaire (- 2,5 % commerce et dans les transports,
Lannion
soit - 200 emplois), et les mais elle est supérieure dans les
quelques dizaines d'emplois services aux particuliers à Brest MorlaixBrest St-Malocréés dans les autres secteurs et dans les services aux Guingamp St-Brieuc
FougèresDinanindustriels, n'ont pas suffi à entreprises à Carhaix.
Carhaixcompenser ces pertes. Dans le Dans les zones de Saint-Brieuc,
tertiaire, l'évolution globale est Foug ères et Plo ërmel, Pontivy-LoudéacQuimper Rennes
Vitréégalement inférieure à la l'évolution globale est comprise
Lorientmoyenne régionale (respective- Ploërmelentre + 3,5 et + 4 %. A Saint-
ment + 3,6 et + 4,5 %). Les Brieuc, la bonne tenue de Variation en % Auray RedonVanneseffectifs sont restés quasiment l'emploi industriel s'explique en
6,0stables dans les activités grande partie par le développe-
4,0
immobilières, les services aux ment des biens intermédiaires. A 3,5 Données semi-définitives
source : INSEE - URSSAFparticuliers et les activités Fougères, l'industrie a évolué
Bretagne : 4,7 © IGN - INSEE
financières. En revanche, les positivement dans l'agro-
évolutions relatives sont alimentaire, les biens
supérieures à la moyenne d'équipement et les biens de progressions sont les plus fortes.Quimper,,Guingamp Saint-
régionale dans les transports consommation. A Ploërmel, la Enfin, à Vannes, les effectifsMalo,eRedont Auray,
(+ 5,3 %) et dans l'éducation, progression de l’emploi salariés du secteur privé nonl'accroissement de l'emploi
santé et action sociale (+ 7 %). industriel est supérieure à la salarié non agricole est compris agricole ont crû de + 5,2 %.
Dans les zones de Brest et moyenne régionale : c'est entre + 4 et + 5 %. Les effectifs Dans les industries agro-
Carhaix, les évolutions sont principalement le fait du alimentaires et dans les biensindustriels dans leur ensemble
voisines de + 3 %. Le bilan développement de l'agro- intermédiaires, les effectifs onts'accroissent. Ainsi, dans la
industriel est mitigé, notamment alimentaire. La construction a zone de Pontivy-Loudéac, le fortement progressé (respective-
à Brest où les biens progressé dans toutes les autres nombre des salariés a augmen- ment + 5,2 % et + 8 %). En
d'équipement, hors arsenaux ont zones sauf à Ploërmel où elle est revanche, les biens de consom-té de + 8 % dans l'agro-
subi de lourdes pertes (- 8 %). restée stable. mation enregistrent des pertesalimentaire (hors secteur
Dans le tertiaire, les variations Dans les zones de Pontivy- coopératif). AQuimper et Auray, d'emploi (- 5 %).
sont de + 3,2 % à Brest et de Loudéac,,Lorient Dinan, c'est dans le tertiaire que les
Baisse du nombre des demandeurs d’emploi de plus de 20 % dans huit zones d’emploi
Fin décembre 2000, près de soutenu des créations d'emploi est particulièrement accentuée à huit zones d'emploi enregis-
90 000 demandeurs d'emploi conjugué au développement Redon et St-Malo (respective- trent une diminution de plus
ment - 26,5 et - 25 %) Au total, de 20 %.de catégorie 1* étaient inscrits des politiques d'emploi (emploi
à l'ANPE, contre 110 400 un jeunes, formation en alternance,
Variation du nombre des demandeurs d’emploi
an auparavant. Le nombre de programme TRACE) a contribué *
de catégorie 1 par zone d’emploi au cours de l’année 2000chômeurs a baissé de 18,6 % à ce recul. Le nombre de
en Bretagne contre 16,2 % sur demandeurs d'emploi diminue Au Évolution
le plan national. Le rythme très dans toutes les zones. La baisse 31 décembre 2000/1999
2000 (en %)
* Les demandeurs d'emploi en fin de mois de catégorie 1 sont les personnes inscrites à Redon - 26,51 691
l'Agence Nationale pour l'Emploi, sans emploi, immédiatement disponibles, à la
Saint-Malo 4 174 - 25,0recherche d'un emploi à temps plein et à durée indéterminée et qui n'ont pas exercé
une activité réduite de plus de 78 heures dans le mois. Dinan 2 594 - 23,0
Pontivy-Loudéac 2 263 - 22,7
Vitré 983 - 22,5
Variation du nombre des demandeurs d’emploi
Rennes - 21,416 112*
de catégorie 1 par zone d’emploi au cours de l’année 2000
Lannion 3 079 - 20,4
Ploërmel 1 268 - 20,2
Lannion
- 19,4Carhaix 1 642
6 615Morlaix Saint-Brieuc - 17,0Brest St-Malo
Guingamp St-Brieuc Guingamp 2 686 - 17,0
Dinan Fougères
Lorient 10 521 - 16,9
Carhaix
3 888Morlaix - 16,8
Pontivy-LoudéacQuimper Rennes
Vitré Vannes 5 735 - 16,5
Lorient
Ploërmel Brest 12 960 - 16,1
Auray 3 051Variation en % - 15,1Auray RedonVannes
Quimper 9 242 - 15,1- 23
- 18 1 417 - 14,5Fougères
- 16
Source : DRTEFP Bretagne Bretagne 89 921 - 18,6
Bretagne : -18,6 © IGN - INSEE
Source : DRTEFP Bretagne
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 63 - juillet 2001 3Intérim : une progression plus lente
Le nombre de missions conclues 27,6 % au cours de l'année plus favorable de leur situation CDI tout en recourant encore
au cours de l'année 2000 a précédente. Cette évolution est par les entreprises. Celles-ci ont fortement à l'intérim.
augmenté de 10,3 % contre la traduction d'une perception accru l'embauche en CDD et en
L’intérim en Bretagne
1999 2000
Nombre de missions Nombre de missionsDurée Durée
moyenne Équivalent moyenne ÉquivalentFlux Stock Flux Stock
des missions temps plein des missions temps pleindu mois en fin de mois du mois en fin de mois
(en semaine) (en semaine)
Janvier 45 204 21 764 1,7 18 963 56 860 18 934 1,6 24 947
Février 45 154 24 087 1,7 19 821 53 313 26 172 1,8 25 175
Mars 52 164 24 944 1,6 21 515 55 023 30 291 1,7 28 652
Avril 54 245 26 815 1,7 25 036 58 428 32 092 1,8 26 525
Mai 60 486 26 000 1,8 25 953 68 509 33 676 1,6 32 081
Juin 55 624 29 856 1,8 27 555 61 722 35 353 1,9 31 384
Juillet 55 712 33 614 2,4 32 212 65 372 31 584 2,3 35 890
Août 58 765 27 979 2,0 27 183 53 798 33 470 2,0 30 871
Septembre 56 022 30 396 1,7 28 351 59 934 33 147 2,0 28 969
Octobre 53 198 31 694 2,0 27 803 67 832 33 660 1,8 31 718
Novembre 63 456 32 957 1,8 30 615 58 857 35 078 1,7 31 450
Décembre 50 957 21 188 2,1 28 202 58 437 25 106 2,4 28 660
Source : DARES (Direction de l’Animation, de la Recherche, des Études et des Statistiques) - Ministère de l’Emploi et de la Solidarité
Pour comprendre ces résultats Pour en savoir plus
Les résultats présentées dans cette étude ont été l'automne prochain lors de l'élaboration des - “Bilan économique et social
établis à l'aide des données relatives aux estimations d'emploi salarié total qui intègreront 2000” - Octant n° 85 -
établissements du secteur privé cotisant à les établissements cotisants à la MSA et ceux du Avril 2001 ;
l'URSSAF, et employant au moins un salarié. Les public. - Flash d’Octant n° 48 - Juin dépendant de la mutualité sociale 2000 ;
agricole (MSA) qui ne cotisent pas aux URSSAF Des différences de champ, ainsi que des - Flash d’Octant n° 55 -
ne sont donc pas pris en compte. divergences dans la façon de comptabiliser les Novembre 2000.
effectifs en fin d'année peuvent être à l'origine de
La source URSSAF couvre en moyenne 60 % de discordances apparentes entre les résultats
l'emploi salarié breton. Le taux de couverture est publiés ici et ceux émanant d'autres organismes.
variable d'une zone à l'autre. Il va, compte tenu En effet, dans la source URSSAF, ce sont les
de l'importance plus ou moins grande du secteur effectifs en fin de trimestre, qu'il s'agisse
public, de 50 % à Brest à 78%àVitré. d'emplois à temps plein, temps partiel, à durée
déterminée ou indéterminée, qui sont utilisés
Les estimations présentées ici sont semi- pour le calcul des indicateurs d'évolution de
définitives. Elles seront revues et complétées à l'emploi.
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Gérard LECOMTEBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2001 Dépôt légal : 3 ème trimestre 2001
Monique LE CAM, Jean-Paul FAUDELImprimerie : Média Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 63- juillet 2001

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.