Faible développement des emplois stratégiques dans les grandes agglomérations régionales

De
Publié par

L'emploi de Provence-Alpes-Côte d'Azur, très orienté vers les fonctions présentielles, est également riche en fonctions métropolitaines, corollaire de la forte urbanisation régionale. Il laisse a contrario peu de place aux métiers de la fabrication, en particulier dans les activités industrielles où ils sont ailleurs prédominants. Les plus grandes agglomérations régionales, Marseille Provence Métropole (MPM), Nice - Côte d'Azur (NCA) et plus encore Toulon Provence Méditerranée (TPM), sont en déficit de cadres des fonctions métropolitaines, emplois stratégiques dont la concentration est un indicateur du développement et de l'attractivité économiques d'un territoire urbain. En revanche, les communautés d'agglomération du Pays d'Aix et de Sophia Antipolis, voisines de MPM et de NCA, sont très bien dotées, portées par les emplois de conception-recherche. Sommaire Prédominance des fonctions présentielles et métropolitaines au détriment de la "production concrète" Peu d'emplois dédiés à la fabrication dans l'industrie Très urbanisée, Paca compte une part élevée d'emplois stratégiques... ... mais MPM et NCA sont moins bien dotées que les autres grandes agglomérations françaises Toulon Provence Méditerranée et Communauté du Pays d'Aix : deux profils opposés Sophia Antipolis à la pointe des EPCI de province Prédominance des fonctions présentielles et métropolitaines au détriment de la "production concrète" Peu d'emplois dédiés à la fabrication dans l'industrie Très urbanisée, Paca compte une part élevée d'emplois stratégiques... ... mais MPM et NCA sont moins bien dotées que les autres grandes agglomérations françaises Toulon Provence Méditerranée et Communauté du Pays d'Aix : deux profils opposés Sophia Antipolis à la pointe des EPCI de province
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

emploi
N° 4ANALYSE février 2011
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES
Faible développement des emplois
stratégiques dans les grandes
agglomérations
L’emploi de Provence-Alpes-Côte d’Azur, régionales
très orienté vers les fonctions www.insee.fr
présentielles, est également riche en Régions
Provence-Alpes-Côte d’Azurfonctions métropolitaines, corollaire de
Les publicationsaux secteurs d’activité, elle s’affranchit égalementla forte urbanisation régionale. Il laisse
du statut (indépendant ou salarié, public ou privé)
a contrario peu de place aux métiers de
et du niveau de qualification des emplois. Cette
la fabrication, en particulier dans les nouvelle grille de lecture est d’autant plus perti-
activités industrielles où ils sont ailleurs nente que l’interpénétration de l’industrie et des
services tend à s’accroître avec le développementprédominants.
de l’externalisation et du recours à l’intérim.Les plus grandes agglomérations
régionales, Marseille Provence Métropole
(MPM),Nice-Côted’Azur(NCA)etplus
Prédominance des fonctions
encore Toulon Provence Méditerranée
présentielles et métropolitaines au
(TPM), sont en déficit de cadres des
détriment de la "production
fonctions métropolitaines, emplois
concrète"stratégiques dont la concentration est un
indicateur du développement et de
Région urbanisée, à la fois administrative etl’attractivité économiques d’un territoire
tournée vers les activités de services à la popula-urbain. En revanche, les communautés
tion, Provence-Alpes-Côte d’Azur place les fonc-
d’agglomération du Pays d’Aix et de
tions présentielles et métropolitaines au cœur de
Sophia Antipolis, voisines de MPM et de son économie.
NCA, sont très bien dotées, portées par Au nombre de cinq, les fonctions présentielles sont
principalement dédiées à la population présente surles emplois de conception-recherche.
le territoire. Parmi elles, l’administration publique, la
santé et l’action sociale, les services de proximité et
la distribution sont nettement surreprésentés en
L’analyse fonctionnelle de l’emploi, fondée sur le Paca. Il en est de même pour quatre des cinq fonc-
regroupement des 486 professions existantes en 15 tions dites métropolitaines en raison de leur concen-
grandes fonctions, fournit une lecture inédite du tis- tration dans les grandes agglomérations : gestion,
su productif. Elle est complémentaire de l’approche prestations intellectuelles, conception-recherche et
usuelle qui repose sur l’activité économique princi- culture-loisirs. En lien avec sa faible industrialisation,
pale exercée par les établissements. Transversale l’économie régionale laisse en revanche peu deANALYSE
Le regroupement des professions en 15 fonctions
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES Pour analyser l’emploi, les p sont regroupées en 15 fonctions, qui se distinguent par leur rôle au sein du
processus de production. Cette approche, qui complète l’analyse usuelle par secteur d’activité, s’affranchit des choix
d’organisation des entreprises : un chaudronnier exercera la même fonction (fabrication) qu’il travaille dans une
place à la fabrication, de même qu’à entreprise de métallurgie (secteur de l’industrie) ou pour le compte d’une agence d’intérim (secteur des services).
l’agriculture, qui sont des fonctions dites
-L’agriculture,la fabrication et le BTP sont des fonctions dites de "production concrète" : elles concourent
de "production concrète" : elles concou- directement à la production de biens matériels.
rent directement à la production de - Cinq fonctions sont "présentielles", au sens où au moins 90 %des emplois sont dédiés à la population présente
biens matériels. Parmi les fonctions de sur le territoire : administration publique, distribution, services de proximité, santé-action sociale et
éducation-formation. Le BTP est également une fonction "présentielle" mais son caractère de “productionproduction concrète, seul le BTP est
concrète” est privilégié dans cette étude.bien représenté en Paca, car il ras-
- Cinq fonctions, concentrées dans les territoires urbains, sont dites "métropolitaines": gestion, commercesemble des métiers dont la vocation est
inter-entreprises, conception-recherche, prestations intellectuelles et culture-loisirs. Dans les grandes
aussi essentiellement présentielle.
agglomérations, la part des "cadres des fonctions métropolitaines" ou encore "emplois stratégiques" (cadres et
chefs d’entreprise de 10 salariés ou plus) est un indicateur de développement et d’attractivité économiques.
Sur la période récente (1999-2007), l’ex- - Les deux dernières fonctions sont "transversales": entretien-réparation et transports-logistique.
pansion régionale du secteur de la cons-
truction s’est accompagnée d’une forte lérée (+ 1,5 point). En 2007, 23,7 % des (34,4 %), proportion très inférieure à la
croissance des emplois relevant de la emplois de Paca relèvent de l’une de ces moyenne de province (45,2 %). La grande
fonction BTP. Après un repli marqué dans fonctions (21,4 % en moyenne de pro- majorité des emplois de l’industrie régio-
les années 80-90, leur proportion a en vince). Dans les années quatre-vingt-dix, nale ne correspondent donc pas à des
effet nettement progressé pour atteindre le recul des métiers de la gestion, en lien "métiers industriels". Nombre d’entre eux
7,2 % de l’emploi de Paca. avec la généralisation de la bureautique, sont consacrés à des fonctions métropoli-
Entre 1999 et 2007, la part élevée des avait freiné la dynamique des professions taines : 31,5 % (soit presque autant que
métiers de l’administration publique a métropolitaines. pour la fabrication), dont 12,1 % dans la
cessé d’augmenter. Elle a même légère- Enfin, la part des métiers de l’agriculture gestion. Ce constat fournit un éclairage
ment reculé pour s’établir à 11,0 % de et de la fabrication a continué de décliner nouveau sur les enjeux du secteur en
l’emploi régional, tandis qu’elle se stabili- ces dernières années, à un rythme cepen- matière de gestion des emplois et des
(1)sait en moyenne en province (8,7 %). dant ralenti par rapport à l’effondrement compétencesidentifiéslorsdes "États gé-
Autres fonctions présentielles surrepré- observé lors de la période 1982-1999 néraux de l’industrie". En outre, c’est dans
sentées localement, la santé, l’action (- 40 %). l’industrie que la part de la fabrication a le
sociale et les services de proximité ont a plus diminué sur la période récente. Une
contrario continué de se développer partie de cette évolution est probable-
récemment, moins vite cependant qu’au ment imputable au développement desPeu d’emplois dédiés à la
cours des années antérieures. Au total, pratiques d’externalisation de certaines
fabrication dans l’industrieentre 1999 et 2007, la part des cinq fonc- activités au profit du secteur des services
tions présentielles s’est accrue plus modé- aux entreprises (développement de l’inté-
rément (+ 0,5 point environ) que sur la rim notamment).La faible industrialisation de l’économie
période précédente, atteignant 45,6 % de régionale (9 % de l’emploi, contre 15,5 %
l’emploi régional (40,5 % pour l’ensemble en France de province) s’accompagne
des régions de province). d’une nette sous-représentation des mé- Très urbanisée, Paca
En revanche, depuis le début des années tiers de la fabrication dans ce secteur. À compte une part élevée
2000, la progression de l'ensemble des peine plus d’un tiers des professions de
d’emplois stratégiques...cinq fonctions métropolitaines s’est accé- l’industrie participent en effet directement
(1) Régions de France métropolitaine hors Île-de-France. àlaproductiondebiens matériels
Au sein des fonctions métropolitaines, la
place occupée par les cadres, emplois à
forte valeur intellectuelle, technique ou
décisionnelle, est un indicateur du niveau
de développement et de l’attractivité éco-
-nomiques d’une agglomération. Corol
laire du profil très urbanisé de Paca, la
part des cadres des fonctions métropoli-
taines dans l’emploi régional est très
élevée au regard de la moyenne de pro-
vince : 8,0 % contre 6,6 %. La région
es’inscrit ainsi au 3 rang sur 21 régions.
À titre de comparaison, dans les régions
Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais éga-
lement très peuplées et très urbaines, ce
taux atteint respectivement 8,8 % et
6,2 %. L'Île-de-France, très atypique en
N° 4 février 2011ANALYSE
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR
ÉTUDES
raison de la prédominance des fonctions
métropolitaines au sein de ses emplois,
se place loin devant (18,8 %). En pro-
vince, Paca est la région dans laquelle la
part des cadres des prestations intellec-
tuelles (avocats, architectes…) est la plus
eélevée. Elle se situe au 2 rang derrière la
Corse pour les cadres de la culture et des
loisirs. En revanche, les cadres du com-
merce inter-entreprises y sont relative-
ement peu nombreux (7 rang).
augmente de plus d’un point pour vement 398 000 et 211 000 emplois. Au
atteindre 9,5 %. sein de ces deux territoires, moins deDans la région, seize Établissements
10 % des emplois (9,6 % pour MPM etPublics de Coopération Intercommunale
(2) 8,2 % pour NCA) sont occupés par des(EPCI) - deux communautés urbaines, ... mais MPM et NCA sont
cadres des fonctions métropolitaines, soittreize communautés d’agglomération et moins bien dotées que les
un ratio sensiblement en deçà de laun syndicat d’agglomération nouvelle -
autres grandes moyenne des intercommunalités deconcentrent plus de 1 405 000 emplois,
même dimension (11,6 %). Les deuxagglomérations françaisessoit les trois quarts de l’emploi régional.
communautés urbaines régionales seAu sein de ces EPCI, la proportion des
e eclassent ainsi aux 9 et 10 rangs, devan-
cadres des fonctions métropolitaines En France métropolitaine, onze structures
çant la seule communauté d’aggloméra-
s’établit à 8,8 %, contre 8,4 % en intercommunales, toutes situées en pro-
tion de Rouen. Pour MPM et plus encore
(3)moyenne dans les EPCI de province. En vince , dépassent le seuil des 200 000
NCA, les cadres sont très peu nombreux
incluant les communautés d’agglomé- emplois. Deux se situent en Paca : les
dans la conception-recherche. Ils sont
rations d’Île-de-France, où les cadres communautés urbaines de Marseille Pro-
également sous-représentés dans le
des fonctions métropolitaines occupent venceMétropole (MPM)etNice-Côte
commerce inter-entreprises, en lien avec
16,2 % des emplois, le ratio national d’Azur (NCA), qui concentrent respecti-
la relative rareté des activités de com-
(2) Hors communautés de communes et EPCI à fiscalité (3) La commune de Paris (1 057 000 emplois) ne figure merce de gros et d’industrie manufactu-
non propre, qui sont exclus du champ de cette étude. pas au sein d’une structure intercommunale.
rière. C’est à partir du début des années
(4)quatre-vingt que l’écart avec les EPCI
Relativement peu d'emplois stratégiques dans les plus grandes intercom-
de taille similaire s’est creusé. À cettemunalités régionales
date, la part des cadres des fonctions
Emploi total et emploi de cadres des fonctions métropolitaines dans les EPCI en 2007
métropolitaines dans l’emploi était de
EPCI* Emploi Cadres des Part des CFM Rang parmi les
total fonctions dans EPCI du même l’ordrede6%pourMPM et NCA,
métropolitaines l'emploi total groupe de taille comme pour la moyenne des plus gran-
(CFM) (en %)
des intercommunalités nationales. De-CU Marseille Provence Métropole 398 280 38 422 9,6 9/11
puis, si ce type d’emplois s’est développéCU Nice - Côte d'Azur 210 642 17 271 8,2 10/11
au sein des deux agglomérations régio-EPCI de plus de 200 000 emplois en France 3 720 249 430 991 11,6 /
nales, l’essor a été nettement plus mar-CA du Pays d'Aix-en-Provence 167 896 21 293 12,7 4/20
qué ailleurs (communautés urbaines deCA Toulon Provence Méditerranée 166 448 9 112 5,5 20/20
EPCI de 100 000 à 200 000 emplois en France 2 766 960 286 051 10,3 / Toulouse et Lyon, communautés d’ag-
CA du Grand Avignon 84 208 6 462 7,7 16/42 -glomération de Rennes et Grenoble no
CA de Sophia Antipolis 74 254 13 490 18,2 5/42 tamment).
2 967 458 292 781 9,9 /EPCI de 50 000 à 100 000 emplois en France
CA de Salon-Berre-Durance 43 451 2 372 5,5 61/121 Toulon Provence
SAN Ouest Provence 42 000 2 229 5,3 65/121
Méditerranée etCA du Pays d'Aubagne et de l'Étoile 34 520 2 598 7,5 26/121
CA Dracénoise 32 239 1 549 4,8 83/121 Communauté du Pays
CA de Fréjus - Saint-Raphaël 30 239 1 575 5,2 67/121 d’Aix : deux profils opposés
CA Arles - Crau - Camargue - Montagnette 29 626 1 599 5,4 62/121
CA du Moyen Pays Provençal - Pôle Azur Pce 27 028 1 871 6,9 32/121
Deux communautés d’agglomérationCA du Pays de Martigues 25 305 1 411 5,6 56/121
comptent entre 100 000 et 200 000 em-CA Ventoux Comtat Venaissin 22 853 1 152 5,0 71/121
CA de la Riviera Française 16 384 801 4,9 79/121 plois dans la région : Toulon Provence
EPCI de moins de 50 000 emplois en France 3 647 297 236 159 6,5 / Méditerranée (TPM) et Pays d’Aix (CPA).
er* Géographie au 1 janvier 2010 - Source : DGCL Regroupant chacune environ 167 000
CU : communauté urbaine, CA : communauté d'agglomération, SAN : syndicat d'agglomération nouvelle
(4) L'analyse porte sur les territoires couverts par les EPCI
Source : Insee, recensement de la population de 2007 erdéfinis au 1 janvier 2010.
N° 4 février 2011ANALYSE de la conception-recherche : la CPA pourSophia Antipolis à la pointe
INSEE
PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR MPM, la CASA pour NCA. Les résultats
ÉTUDES des EPCI de province
obtenus dans cette étude gagnent ainsi à
être observés à l’aune des complémenta-
emplois, elles présentent des profils oppo- Parmi les 42 structures intercommunales rités potentielles entre les territoires de la
sés. La CPA s’illustre par un taux très françaises abritant entre 50 000 et région, dans un contexte de réforme des
élevé de cadres des fonctions métropoli- 100 000 emplois, deux sont situées en collectivités territoriales en cours qui ren-
ertaines (12,7 %), qui la classe au 1 rang Paca : les communautés d’aggloméra- force les enjeux de coopération à venir.
des intercommunalités de province de tion du Grand Avignon et de Sophia
taille comparable. Les cadres de la Antipolis (CASA). Affichant 10 000 em-
conception-recherche y sont nettement plois de moins que la communauté Sylvain Adaoust (Insee)
surreprésentés, en lien avec la présence d’agglomération du Grand Avignon, la
Rémi Belle (Direccte)
du CEA (Cadarache) et de laboratoires CASA compte deux fois plus de cadres
relatifs à l’industrie des composants des fonctions métropolitaines que la
électriques et électroniques (Rousset). première agglomération vauclusienne.
Dans une moindre mesure, les cadres Cette dernière est pourtant bien classée
e L’emploi par fonction :des prestations intellectuelles et du com- parmi ses homologues de province (6
un nouvel outil de connaissancemerce inter-entreprises sont également rang sur 32 EPCI de taille similaire). Mais
très nombreux. Au cours des années la CASA établit un record : près d’un em- Observer la structure des emplois d’un territoire sous
l’angle de leurs grandes fonctions au sein du80-90, la progression de la part des ploi sur cinq y est occupé par un cadre
processus de production est une approche nouvelle.cadres des fonctions métropolitaines a des fonctions métropolitaines (18,2 %,
Complémentaire de l’analyse classique par secteurétéremarquablesurleterritoiredela contre 7,7 % pour Grand Avignon). Cette
d’activité, elle est un outil d’amélioration de la
CPA. À taille équivalente, seule la com- communauté d’agglomération est ainsi
connaissance de l’appareil productif, utile aux
ermunauté d’agglomération du Grand au 1 rang de l’ensemble des 153 EPCI décideurs. En particulier, la place occupée par les
Paris Seine Ouest a fait mieux. de province, non loin de certains EPCI cadres des fonctions métropolitaines dans l’emploi est
franciliens qui hébergent de nombreux un indicateur de développement et d'attractivité
économiques d’une agglomération. Il est notammentÀ l’inverse, pour TPM, les cadres des sièges sociaux. Comme pour la Commu-
pertinent à l’échelle des grandes intercommunalités,fonctions métropolitaines ne représen- nauté du Pays d’Aix, c’est avant tout la
qui sont dotées de compétences propres en matièretent que 5,5 % des emplois, plus faible très forte surreprésentation des cadres
de développement économique, par exemple dans le
ratio parmi les 20 intercommunalités de de la conception-recherche (9,1 % de
domaine du soutien à l’innovation. Le contexte actuel
e l’emploi, contre 2,5 % en moyenne desdimension comparable. Au 14 rang des de réforme des collectivités territoriales, qui prévoit
194 EPCI de France quant au nombre EPCI de même taille) qui explique cette l’affermissement et la simplification de l’inter-
performance. La technopole de Sophiad’emplois, TPM se classe seulement communalité, renforce l’intérêt d’une telle approche.
e127 pour la proportion de cadres des Antipolis est en effet spécialisée dans les
fonctions métropolitaines. Déjà faible au technologies de l’information, les scien-
POUR EN SAVOIR PLUSces du vivant, la chimie fine et les scien-début des années quatre-vingt, leur part
a augmenté deux à trois fois moins vite ces de l’environnement. À la croisée de
Un maillage du territoire français
plusieurs pôles de compétitivité quisurleterritoiredeTPMqu’auseindesag- Insee Première N° 1333, janvier 2011
glomérations de même dimension. TPM accueillent de nombreux laboratoires de
compte ainsi deux fois moins d’emplois recherche publique, elle concentre de Les PME de Provence-Alpes-Côte d'Azur
nombreux emplois à fort contenu intel- en déficit d'innovationstratégiques que la CPA. Pour chacune
SUD INSEE l'essentiel N° 145, novembre 2010des cinq fonctions métropolitaines, les lectuel ou technique. Depuis 1969,
année de sa création, le développementcadres y sont sous-représentés. Notons
Répartition géographique des emplois
quelagrandemajoritédes emploisdu de la technopole a ainsi entraîné un essor Insee Première N° 1278, février 2010
secteur de l’administration publique - no- considérabledecetyped’emplois.Le
taux de cadres des fonctions métropoli- Développement limité des emploistamment ceux liés à l’armée - ne relèvent
métropolitains supérieurs en Pacapas d’une fonction métropolitaine : ils fi- taines dans l’emploi n’a nulle part
SUD INSEE l'essentiel N° 56, février 2003ailleurs en province progressé plus vitegurent au sein de la fonction administra-
tion publique. Or, TPM est un pôle quesur leterritoiredelaCASA, oùil a
administratif très important, hébergeant quasiment triplé entre 1982 et 2007.
l’une des principales bases navales fran- Institut National de la Statistique
çaises. Les cadres de l’armée y sont par *** et des Études Économiques
Provence-Alpes-Côte d’Azurconséquent très nombreux. En les ajou-
17 rue Menpenti
(5) Dans les deux communautés urbaines detant aux cadres des fonctions métropo-
13387 Marseille Cedex 10
la région, la faible présence et le dévelop-litaines, le ratio atteint 6,8 %. TPM Tél : 04 91 17 57 57 Fax : 04 91 17 59 60
e pement limité des emplois stratégiquesgagne ainsi un rang et se classe 19 par-
Directeur de la publication : Renan Duthion
sont avérés. Toutefois, dans leur voisi-mi les 20 EPCI de taille comparable. Chef du service Études et Diffusion : Valérie Roux
nage immédiat, un EPCI polarise ce type Rédacteur en chef : Claire Joutard
(5) Ingénieurs de l’État (y.c. militaires) et officiers de
d’emplois, en particulier dans le domainel’armée et de gendarmerie.
© Insee - Direccte - Région Paca 2011
Dépôt légal : février 2011
N° ISSN : en cours
Réf : ANA110432
N° 4 février 2011

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.