Faiblesse persistante des salaires du secteur privé en Languedoc-Roussillon

De
Publié par

En 2001, le taux de salaire horaire net moyen du secteur privé atteint 9,30 € en Languedoc-Roussillon, un niveau qui cache de fortes inégalités. Le Languedoc-Roussillon se trouve à l'avant-dernier rang des régions de la France métropolitaine, devant le Limousin et derrière l'Auvergne, lorsque le salaire est corrigé du profil des établissements employeurs (taille, secteur d'activité) et des caractéristiques des salariés eux-mêmes (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle, conditions d'emploi). Cette faiblesse est le reflet des fortes difficultés sur le marché du travail régional (qualification des emplois et chômage). Toutefois, depuis 1999, les salaires ont plus progressé que le SMIC, mais moins que le salaire moyen national. "Pour en savoir plus : Données complémentaires et salaire moyen par bassin d'emploi"
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 36
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

Novembre 2003N° 12 -
FAIBLESSE PERSISTANTE DES SALAIRES DU SECTEUR
Roger RABIERPRIVÉ EN LANGUEDOC-ROUSSILLON
En 2001, le taux de salaire horaire net moyen du secteur privé atteint 9,30 e en Languedoc-Roussillon, un
niveau qui cache de fortes inégalités.
Le Languedoc-Roussillon se trouve à l’avant-dernier rang des régions de la France métropolitaine, devant le
Limousin et derrière l’Auvergne, lorsque le salaire est corrigé du profil des établissements employeurs (taille,
secteur d’activité) et des caractéristiques des salariés eux-mêmes (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle,
conditions d’emploi).
Cette faiblesse est le reflet des fortes difficultés sur le marché du travail régional (qualification des emplois et
chômage). Toutefois, depuis 1999, les salaires ont plus progressé que le SMIC, mais moins que le salaire moyen
national.
Une répartition inégalitaire des salaires
En moyenne, pendant l’année 2001, les salariés du secteur
[1] 100privé du Languedoc-Roussillon ont gagné 9,30 € net de l’heu-
re, soit un salaire net mensuel de 1570 € (10300 F). Ceci cor-
respond à un salaire horaire brut moyen de 12,35 € soit plus de
80
B1,8 fois le SMIC.
Languedoc-RoussillonLe salaire net moyen régional cache des disparités importantes:
60
la moitié des salariés les moins rémunérés se partage unique-
ment un tiers de la masse salariale horaire, alors que les 10 %
40
les mieux rémunérés en concentrent le quart. Le premier facteur A
33discriminant est la qualification qui explique à elle seule 73 % des
20écarts de revenus entre salariés, le deuxième est lié à l’âge de
France métropolitaine
ces derniers, le troisième à la taille de l’établissement employeur,
0le quatrième au secteur d’activité et le dernier aux différences
0 20 40 60 80 100
hommes-femmes. Cette hiérarchie des déterminants du salaire Répartition des salariésSource: INSEE - DADS
est la même qu’au niveau national. Note de lecture : Si la répartition des salaires était totalement égalitaire, la courbe
de concentration se confondrait avec la bissectrice en noir. Dans la région, les 50 %
La répartition des salaires du secteur privé est un peu moins des salariés les moins rémunérés se partagent 33 % de la masse salariale (point A) ;
inégalitaire dans la région que dans l’ensemble de la France les 10 % les mieux rémunérés concentrent 25 % des salaires (point B). La courbe
de concentration pour la France métropolitaine est en dessous de celle de la Région,métropolitaine. Pour cette dernière, les 5 % des salariés les
la distribution des salaires y est donc plus inégalitaire.
mieux rémunérés absorbent 20 % des salaires. Cette moins forte
inégalité est, en partie, due à un moins fort taux d’encadrement
(11,2 % du volume du travail est effectué par des cadres dans la Contribution des facteurs à l'explication
région, contre 14,6 % au niveau national). des écarts de salaires en Languedoc-Roussillon
Zone d'emploi 0 %A qualification élevée, salaire élevé Sexe
Secteur d'activité 2 %
Condition d'emploi4 %En Languedoc-Roussillon, comme ailleurs, plus la qualification
Taille de l'entreprise 0 %est élevée, plus les salaires sont élevés et plus la dispersion des 9 %
rémunérations est importante. Le salaire horaire net moyen des
Catégoriecadres s’élève à 16,99 €, soit plus de deux fois et demie celui
socioprofessionnelle
d’un ouvrier non qualifié. 73 %
Age des salariés
12 %
Source: INSEE - DADS
(1) Le champ observé concerne l'ensemble des salariés, à l'exception des sala-
riés agricoles, des personnels des services domestiques, des agents de la fonc- Note de lecture : Les facteurs retenus n'expliquent que 42,7 % des écarts de salai-
tion publique d'Etat et des agents des collectivités territoriales. res observés. Mais, 73 % des différences de rémunération expliquées sont dues à
la catégorie socioprofessionnelle, 12 % à l'âge des salariés,…
Répartition des salairesViennent ensuite les professions intermédiaires puis les ouvriers
qualifiés et les employés. Mais, à autres caractéristiques égales, Fortes dispersions des salaires selon la qualification
ces différences sont moins prononcées qu’au premier abord: si
Ouvriers nonles cadres avaient le même profil par sexe et âge que les ouvriers 100qualifiés
non qualifiés et s’ils travaillaient dans le même type d’établisse-
Ouvriers qualifiés 111 119ment, ils percevraient 2,1 fois le salaire d’un ouvrier qualifié, au Salaire corrigé des effets
de structurelieu de 2,6 fois.
Employés 113 Salaire observéCe calcul " toutes choses égales par ailleurs " réduit, mais dans
Professionsune moindre mesure, l’écart de salaire entre les ouvriers qualifiés 162148intermédiaires
et les autres catégories socioprofessionnelles à l’exception des
Cadres et chefs
214 257employés. d'entreprises
Source: INSEE
0 100 200 300DADS 2001
Avantages salariaux aux aînés
Note de lecture : Le salaire des ouvriers non qualifiés est pris comme référence
et aux hommes (100), ce qui permet de qualifier en pourcentages les écarts par rapport à la réfé-
rence. Le salaire des ouvriers qualifiés s'établit à 119, autrement dit les ouvriers qua-
lifiés gagnent 19 % de plus que les ouvriers non qualifiés. Corrigé des effets de struc-Le salaire s’accroît également avec l’âge. Ainsi, un jeune de 18 à
ture, cette différence se réduit à 11 %.
25 ans perçoit-il une rémunération inférieure de 55 % à celle
d’un salarié de plus de 55 ans. Mais la moitié de la différence est
imputable à d'autres caractéristiques du salarié, ou de l’entrepri- Le salaire croît avec l'âge
se.
L’effet propre de l’âge reflète les augmentations de salaire liées Salaire corrigé des effets de structure
Salaire observéà l’ancienneté mais aussi les difficultés d’insertion professionnel-
le des jeunes qui ne leur permettent pas de négocier un salaire 56 ans et plus 100
élevé. 46 - 55 ans 94 99
Dans la région, le salaire d’un homme est supérieur de 17 % à 36 - 45 ans 83 94
celui d’une femme. Cette différence augmente avec le niveau de
26 - 35 ans 8770
qualification. Mais, une fois neutralisés les effets d’âge, catégorie
18 - 25 ans 55 78socioprofessionnelle et type d’entreprises, l’écart entre les fem-
mes et les hommes diminue presque de moitié. Il atteint cepen- 0 100
Source: INSEE - DADS 2001dant encore 9 % dans notre région, niveau comparable aux
Note de lecture : Le salaire des plus de 55 ans est pris comme référence (100). Lerésultats nationaux du modèle (10 %).
salaire des 18-25 ans s'établit à 55, autrement dit 18-25 ans gagnent 45 % de moins
que les 56 ans et plus. Corrigé des effets de structure, cette différence se réduit à 22
%.
Plus fort salaire dans les grands établisse-
ments et dans le secteur énergétique
Les femmes moins bien rémunérées
Le taux horaire net moyen varie de 7,30 € pour un établissement
de moins de 10 salariés à 11,38 € pour un établissement de plus 30
de 200 salariés. La correction des effets de structure réduit cet
Ecarts observés selon les catégories25écart à 20 %, niveau qui mesure l’avantage relatif d’être employé socio-professionnelles
dans un grand établissement. 20
Ecart corrigé des effets de structure = 9 %
Certains secteurs d’activité sont plus rémunérateurs que d’aut-
15
res. En Languedoc-Roussillon, le salaire horaire net moyen dans
10le secteur énergétique est presque deux fois plus élevé que celui
dans les services aux particuliers. Viennent ensuite les activités 5
financières avec un écart de 68 %, puis les industries des biens
0d’équipement, des biens intermédiaires et des biens de consom- OuvriersCadres et chefs Employés Ensemble
Professions Ouvriersmation ainsi que les services aux entreprises qui enregistrent un d'entreprises non
intermédiaires qualifiés qualifiéssurcroît de salaire de l’ordre de 35 %. Mais, à profils de salariés
Source: INSEE - DADS 2001
et tailles d’établissements identiques, la fourchette des salaires
Note de lecture : Le salaire des hommes est de 28 % supérieur à celui des femmes
se resserre sans modifier sensiblement la hiérarchie des sec- lorsqu'ils sont cadres. Corrigé des effets de structure, cet écart se réduit à 9 %.
teurs.
Plus forts salaires dans les grands établissementsèmeLe Languedoc-Roussillon au 21 rang
des régions pour la faiblesse des salaires Salaire corrigé des effets de structure
Salaire observé
Parmi les régions de France métropolitaine, le Languedoc-
200 salariés et plus 100èmeRoussillon se positionne, comme en 1999, au 16 rang, loin der-
91100 à 199 salariés 85
rière la moyenne nationale qui est fortement tirée par les salai-
50 à 99 salariés 81 89
res franciliens. Les différences salariales entre les régions sont
20 à 49 salariés 81 89
très largement imputables aux différences de profil de leurs
10 à 19 salariés 8778
entreprises (taille, secteur d’activité) et de leurs salariés (âge,
Moins de 10 salariés 69 80
sexe, catégorie socioprofessionnelle, conditions d’emploi).
Source: INSEE
DADS 2001 0 100En supprimant ces effets de structure, le salaire offert en
èmeLanguedoc-Roussillon rétrograde au 21 rang des régions de Note de lecture : Le salaire des établissements de plus de 200 salariés est pris
comme référence (100). Le salaire dans les établissements de moins de 10 salariésFrance métropolitaine devant le Limousin et derrière l’Auvergne.
s'établit à 69, autrement dit leurs salariés y gagnent 31 % de moins que les dans lesL’impact défavorable de la région sur les salaires est le reflet de
établissements de plus de 200 salariés. Corrigé des effets de structure, cette diffé-
fortes tensions sur le marché du travail selon la relation qui lie rence se réduit à 20 %.
négativement le taux de salaire nominal au taux de chômage.
2 Faiblesse persistante des salaires du secteur privé en Languedoc-Roussillon © INSEE 2003Cet effet régional se retrouve dans le fait que, quelle que soit la
Effet régional sur le salaire horaire en 2001
catégorie socioprofessionnelle, le salaire horaire moyen est dans
la région systématiquement inférieur à la moyenne provinciale et,
a fortiori, à la moyenne nationale et francilienne.
Effets de facteurs structurels
sur le niveau des salaires en Languedoc-Roussillon
Facteurs contribuant à un Facteurs contribuant à un
niveau de salaire plus élevé niveau de salaire moins élevé
- Part plus faible des ouvriers - Importance des petites entreprises
- Age plus élevé des salariés - Faiblesse des industries
- Part relative plus forte des femmes
Par rapport à l'ensemble de la province, le volume de travail effectué par
les ouvriers est plus réduit en Languedoc-Roussillon (32,0 % contre
39,7%) au bénéfice des autres catégories socioprofessionnelles. De
même, celui effectué par les moins de 25 ans est moindre (11,9 % cont-
re 12,4 %) au bénéfice des plus âgés. Ces deux facteurs - qualification et
âge - jouent en faveur de salaires plus élevés dans la Région.
En revanche, la taille des établissements employeurs (44,6 % des heures
salariés sont effectuées dans des établissements de moins de 20 salariés
dans la région contre 35,1 % pour la province), leurs secteurs d'activité Indice de salaire "toutes choses égales par ailleurs"
(en particulier la faiblesse de l'emploi salarié dans l'industrie et la sur- Plus de 103 De 101 à 102
représentation des services aux particuliers) et la plus forte représenta- De 99,8 à 101De 102 à 103tion des femmes parmi les salariés contribuent à un salaire plus faible
Sources: INSEE - DADS © IGN - INSEE 2003dans la région.
Note de lecture : les différences de salaire entre les régions sont calculées comme
si les profils des salariés (âge, sexe, catégorie socioprofessionnelle) et des entrepri-
ses (taille, secteur) étaient les mêmes d'une région à l'autre. Le salaire moyen du
Languedoc-Roussillon est pris comme référence (indice=100).Une progression des salaires un peu plus
forte que celle du SMIC mais inférieure à
Le salaire horaire net moyen progresse moinscelle du niveau national
en Languedoc-Roussillon entre 1999 et 2001
Entre 1999 et 2001 le taux de salaire net a crû de 8,1 % dans la Unités : F et %
région mais à un rythme moins élevé qu’au niveau national
Montant 2001 Evolution 1999-2001
(8,7 %). Cela correspond à une croissance du taux de salaire
Moyenne nationale 10,65 8,7 %brut de 8,1 %, soit une évolution un peu plus rapide que celle du
Ile de France 13,49 9,7 %SMIC brut horaire (7,4 %).
Province 9,68 8,8 %
Durant cette période, l’évolution des salaires prend en compte Languedoc-Roussillon 9,30 8,1 %
l’effet de la déformation de la structure de la population salariée.
Source : INSEE - DADSLe volume du travail salarié ne se répartit pas de façon stricte-
ment identique entre 1999 et 2001. Dans la région, le poids des
ouvriers a légèrement baissé au bénéfice des employés. La part Evolution de la répartition du volume horaire
du volume de travail effectué par les femmes a un peu aug- de travail salarié
menté ainsi que celui effectué par des salariés à temps partiel et
Unité : %Indéterminéles plus jeunes.
56 ans et plus
46-55 ans
36-45 ans 1999
Taux horaire net moyen en 2001 26-35 ans 2001Unité : F
18-25 ans
Cadres Professions Employés Ouvriers Ouvriers Temps complet
Temps partielet chefs inter- qualifiés non
d'entreprises médiaires qualifiés Femme
Homme
Moyenne nationale 20,63 11,51 7,93 8,45 7,10 Ouvriers non qualifiés
Ouvriers qualifiésIle de France 23,21 12,53 8,67 9,46 7,43
EmployésProvince 18,50 11,10 7,69 8,27 7,03
Professions intermédiaires
Cadres et chefs d'entreprises
Languedoc-Roussillon 16,99 10,73 7,45 7,88 6,62
Source: INSEE - DADS 0 10 203040 506070 8090
Source : INSEE - DADS
Pour en savoir plus
"En Languedoc-Roussillon, un salarié gagne en moyenne 1 450 e par mois en 1999" - INSEE Languedoc-Roussillon -
Repères synthèse n° 6 mai 2002
Salaires bourguignons : juste en dessous de la moyenne provinciale. INSEE Bourgogne - Dimensions n°96 décembre 2002.
"Les écarts de salaires entre régions s'expliquent surtout par la structure des emplois." - INSEE Première n° 738 septem-
bre 2000.
© INSEE 2003 Faiblesse persistante des salaires du secteur privé en Languedoc-Roussillon 3En Languedoc-Roussillon, des salaires moindres dans les secteurs à fort volume de travail
(1) (2) (3) (4) (5)
Secteur d'activité Répartition Salaire horaire Ecart à la Ecart brut Ecart en points
du volume de travail net moyen moyenne à la référence "toutes choses
en % en euros en % en % égales par ailleurs"
Commerce 20,1 8,33 - 10 + 13 + 1
Education, santé, action sociale 17,2 9,75 + 5 + 32 + 5
Service aux entreprises 14,2 10,18 + 9 + 38 + 4
Construction 8,5 8,45 - 9 + 14 + 9
Services aux particuliers 8,1 7,40 - 20 0 0
Transports 6,2 9,45 + 2 + 28 + 9
Industrie des biens intermédiaires 4,8 10,13 + 9 + 37 + 16
Administration 3,9 9,76 + 5 + 32 + 1
Industries agricoles et agroalimentaires 3,0 8,42 - 9 + 14 + 9
Industrie des biens d'équipement 3,0 10,52 + 13 + 42 + 10
Activités financières 2,9 12,42 + 34 + 68 + 21
Services aux entreprises (intérim) 2,5 7,80 - 16 + 5 + 15
Industries des biens de consommation 1,9 10,09 + 8 + 36 + 12
Energie 1,7 13,64 + 47 + 84 + 30
Activités immobilières 1,7 9,17 - 1 + 24 + 6
Industrie automobile 0,2 8,58 - 8 + 16 + 5
Ensemble 100,0 9,30 0 + 26
Source : INSEE - DADS
Note de lecture : Le secteur du service aux particuliers est pris comme référence. Il concentre 8,1 % du volume de travail salarié dans la région (col. 1). Les salariés de ce secteur
perçoivent, en moyenne, 7,40 F net par heure (col. 2), soit 20 % de moins (col. 3) que la moyenne régionale des salaires horaires nets (9,30 F).
Le secteur énergétique concentre 1,7 % du volume de travail (col. 1). Le salaire horaire net y est supérieur de 47 % à la moyenne régionale (col. 3).et superieur de 84 % au salai-
re moyen dans le secteur du service aux particuliers (col. 4). Corrigée des effets de structure, cette différence se réduit à 30 % (col. 5).
Méthodologie
La source : La Déclaration Annuelle des Données Sociales (DADS) est une formalité déclarative que doit accomplir toute entreprise employant
des salariés, en application de l’article R243-14 du Code de la Sécurité Sociale (décret du 24 mars 1972) et des articles 87.240 et 241 de la loi 51-
711 du 7 juin 1951 du Code Général des Impôts.
La DADS contient les informations destinées à l’usage de différentes institutions (URSSAF, CPAM, IRCANTEC, UNEDIC, CNRACL) et à l’INSEE pour
l’observation des salaires et du volume de travail associé.
L’INSEE exclut actuellement de l’exploitation statistique les salariés agricoles et les agents de l’Etat. En effet, diverses contraintes techniques (décla-
rations liées à des régimes spéciaux de Sécurité Sociale, identifiant Sirène…) imposent de rétrécir sensiblement le champ et de renoncer à exploi-
ter les informations concernant ces salariés. Malgré cette restriction de champ, l’INSEE reçoit et traite 2 millions de déclarations totalisant 40 millions
de " lignes salariés ".
Les déclarations des services de l’Etat à caractère industriel et commercial (grandes entreprises), des collectivités territoriales et des hôpitaux publics,
sont par contre prise en compte dans l’exploitation.
Le champ des DADS recouvre donc l’essentiel des secteurs privé et semi-public. il représente près de 75 % des emplois salariés (80 % si on comp-
te les collectivités territoriales).
Le champ : Pour cette étude, les postes " annexes " c’est-à-dire qui présentent un volume faible de travail (rémunération inférieure à 838 ou nom-
bre d’heures travaillées inférieur à 60), les apprentis et les stagiaires ont été exclus. La localisation au lieu de travail a été retenue pour l’analyse géo-
graphique.
Le salaire : Il s’agit de la rémunération nette fiscale. C’est le salaire brut auquel on soustrait les cotisations de sécurité sociale, les cotisations de
retraite et de prévoyance complémentaire, les cotisations assurance-chômage. De ce salaire ont été également enlevées la CSG non déductible et
la RDS. Le salaire utilisé dans cette étude, le salaire net horaire (salaire net annuel/nombre d’heures salariées dans l’année) permet de traiter ensem-
ble temps complet et temps partiel.
L’analyse " toute chose égale par ailleurs " : De nombreux déterminants influencent le niveau de rémunération d’un salarié. De ce fait, la
comparaison du niveau de rémunération moyen observé entre différentes catégories de salariés est perturbée par les facteurs explicatifs non pris en
compte. Ainsi, une partie de l’écart entre la rémunération moyenne des femmes et celle des hommes s’explique par le fait que les hommes sont sur
représentés parmi les cadres, catégorie mieux rémunérée que la moyenne.
Le modèle d’analyse de la variance utilisé est de la forme:
logF (w) = + x +
avec: w: salaire net horaire
: constante
: " poids " du facteur x
: résidu
Pour cette étude, sept facteurs explicatifs ont été retenus, trois liés aux caractéristiques du salarié (catégorie socioprofessionnelle, âge, sexe), trois
relatives aux caractéristiques de l’établissement employeur (région ou département ou zone d’emploi, secteur d’activité, taille de l’entreprise), un rela-
tif à la condition d’emploi du salarié (temps complet ou non). Il convient de souligner que tous les facteurs pouvant intervenir dans la détermination
des salaires ne sont pas pris en compte avec les DADS: par exemple on ne dispose pas de l’ancienneté qu’on se contente d’approcher par l’âge.
www.insee.fr
Directeur de la publication: Henri THERON Prix: 4 F
INSEE Languedoc-Roussillon - 274, allée Henri II de Montmorency - 34064 Montpellier CEDEX 2 ISSN n° 1286-4218
(*) Sage: SYN031236Téléphone: 0467157000 - Télécopie: 0467157171 - Information du public : 08 25 88 94 52
© INSEE 2003(*)Mél: renseignements@insee.fr 0,15 F la minute

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.