Fort recul de l'emploi salarié privé

De
Publié par

Emploi Fort recul de l'emploi salarié privé Les effets sur l'emploi salarié privé de la crise amorcée à l'automne 2008 se confirment en 2009 : hors intérim, la région perd 34 600 emplois (- 2,1 %), dont sept sur dix dans l'industrie. Cependant, quelques activités de service restent créatrices d'emploi. De son côté, l'intérim affiche une quasi- stabilité sur 2009, grâce à un rebond au second semestre. ' emploi salarié privé hors intérim a connu une hausse L'érosion du secteur industriel, régulière au coursL annuelle de plus en plus forte entre 2005 et 2007. Le de la dernière décennie, est particulièrement forte niveau de l'emploi s'est quasiment maintenu sur l'ensemble en 2009 : 24 600 emplois ont disparu (- 5,5 %). Rhône- de l'année 2008, mais les conséquences de la crise, Alpes reste cependant la deuxième région industrielle amorcée au second semestre, se sont amplifiées par la française, juste derrière l'Île-de-France. La production suite : la région perd 34 600 emplois en 2009 (- 2,1 %), industrielle régionale est essentiellement traditionnelle essentiellement au cours des neuf premiers mois de (fabrication d'équipements mécaniques, chimie, l'année. Les pertes sont beaucoup plus limitées au métallurgie), mais aussi innovante (numérique, quatrième trimestre, mais il est trop tôt pour conclure à biotechnologies). Cette forte implantation se retrouve dans un arrêt de la chute. la structure régionale des emplois.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 31
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Emploi
Fort recul de l'emploi salarié privé
Les effets sur l'emploi salarié privé de la crise amorcée à l'automne 2008 se confirment en 2009 :
hors intérim, la région perd 34 600 emplois (- 2,1 %), dont sept sur dix dans l'industrie. Cependant,
quelques activités de service restent créatrices d'emploi. De son côté, l'intérim affiche une quasi-
stabilité sur 2009, grâce à un rebond au second semestre.
' emploi salarié privé hors intérim a connu une hausse L'érosion du secteur industriel, régulière au coursL annuelle de plus en plus forte entre 2005 et 2007. Le de la dernière décennie, est particulièrement forte
niveau de l'emploi s'est quasiment maintenu sur l'ensemble en 2009 : 24 600 emplois ont disparu (- 5,5 %). Rhône-
de l'année 2008, mais les conséquences de la crise, Alpes reste cependant la deuxième région industrielle
amorcée au second semestre, se sont amplifiées par la française, juste derrière l'Île-de-France. La production
suite : la région perd 34 600 emplois en 2009 (- 2,1 %), industrielle régionale est essentiellement traditionnelle
essentiellement au cours des neuf premiers mois de (fabrication d'équipements mécaniques, chimie,
l'année. Les pertes sont beaucoup plus limitées au métallurgie), mais aussi innovante (numérique,
quatrième trimestre, mais il est trop tôt pour conclure à biotechnologies). Cette forte implantation se retrouve dans
un arrêt de la chute. la structure régionale des emplois. Au début des années
2000, le tiers des salariés rhônalpins travaillait dansLa baisse de l'emploi en Rhône-Alpes, deuxième région
l'industrie. C'est encore le cas de 27 % d'entre euxfrançaise (un emploi sur dix) après l'Île-de-France, est
aujourd'hui, contre 22 % seulement au niveau national.comparable à celle enregistrée dans l'ensemble du pays.
Quasiment tous les secteurs industriels sont touchés parAucun département n'échappe aux destructions
les destructions d'emploi. L'ensemble constitué par lad'emploi. Le Rhône, un tiers de l'emploi régional, perd
métallurgie, la plasturgie, le textile, les industries9 050 salariés (- 1,6 %). La Haute-Savoie et l'Isère en
chimiques et du papier, connait la dégradation la plusperdent chacun 6 800, la Loire et l'Ain 4 950. L'Ardèche et
importante : - 7,5 %, soit 18 000 emplois. Les pertesla Savoie sont moins touchés (800 à 900 emplois en
atteignent 5 150 emplois (- 5,7 %) pour la fabricationmoins). La Drôme est le département qui résiste le mieux,
d'équipements électriques, électroniques et informatiques,avec une perte inférieure à 300 emplois.
Le secteur des services est le seulTous les départements
à conserver ses emplois en 2009perdent des emplois en 2009
Évolution de l'emploi salarié en Rhône-Alpesen % Évolution trimestrielle de l'emploi salarié hors intérim
par département en Rhône-Alpes
2,0 125
* èmeCJO-CVS , base 100 au 4 trimestre 20012007-2008 2008-2009
1201,0 Construction
115
0,0
Services
110
-1,0 Commerce
105
-2,0 Ensemble100
-3,0
95
-4,0 90
Industrie
-5,0 85
-6,0 80
Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute- Rhône- 20082001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2009
AlpesSavoie
* Corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières
Source : Insee-Epure Source : Insee, estimations d'emploi
10 L’année économique et sociale 2009 - Dossier n°155Emploi
1 600 (- 5,8 %) pour la fabrication de matériels de transport. pertes les plus importantes concernent l'immobilier
Elles sont beaucoup plus modérées (450 emplois perdus) (- 3,2 %) et les transports (- 2,3 %). Le secteur de
dans l'alimentaire. Enfin, le secteur de la cokéfaction et l'information et de la communication est moins affecté
du raffinage est le seul à gagner des emplois (600 au total). (- 1,3 %), et celui des activités scientifiques maintient
ses effectifs. Le secteur des activités financières et
La Haute-Savoie est le département le plus affecté par
d'assurance et celui des activités de service artistiques,
cette dégradation, avec la perte de près d'un emploi
sportives, associatives, gagnent chacun un peu plus de
industriel sur dix (4 800 en tout, soit - 9,4 %). La Loire et
1 000 emplois, soit une progression de 1,1 % à 1,5 %.
l'Ain voient près de 7 % de leurs emplois de ce secteur
Enfin, le secteur le plus dynamique en 2009 est celui de
disparaître, l'Isère et le Rhône entre 4,5 % et 5 %.
l'hébergement et de la restauration, qui crée 2 100 emplois,
Le secteur de la construction perd 4 800 salariés en soit une hausse de 2,2 %.
2009, soit une baisse de - 3,1 %. Au cours de la dernière
Le Rhône accuse la plus forte perte d'emploi de la régiondécennie, et jusqu'en 2007, l'emploi a progressé chaque
dans le commerce (3 150 emplois en moins), mais enannée dans ce secteur. Après une année 2008 de quasi-
gagne 1 000 dans les services. Le nombre de salariés dustabilité, la régression est donc importante dans la région,
tertiaire, toutes activités confondues, baisse dans troismais un peu moindre qu'au niveau national (- 3,4 %).
autres départements, l'Isère, l'Ain et la Haute-Savoie qui
Hormis la Drôme et l'Ardèche qui maintiennent leurs perdent chacun un peu plus de 1 % de leurs effectifs.
effectifs, les départements de la région perdent entre Dans l'Ardèche et la Loire, l'emploi tertiaire se maintient à
500 et 1 000 emplois dans ce secteur. Les baisses les peine, alors qu'il progresse légèrement (de l'ordre de 1 %)
plus fortes affectent l'Ain (- 5,5 %), les deux Savoie en Savoie et dans la Drôme.
(- 4,7 %) et la Loire (- 4,5 %).
Le niveau de l'emploi intérimaire se maintient en 2009.
Le tertiaire représente 64 % du total de l'emploi Près d'un emploi intérimaire sur cinq avait disparu en 2008,
salarié privé rhônalpin hors intérim. C'est dans ce principalement en fin d'année avec l'arrivée de la crise. La
secteur que le repli est le plus contenu en 2009 : tendance demeure début 2009, la chute atteignant 40 %
5 150 emplois disparaissent, soit une baisse de 0,5 %. entre début 2008 et la fin de premier trimestre 2009 ; mais
Les gains d'emploi annuels du tertiaire régional avaient à le phénomène s'inverse dès le troisième trimestre, où les
plusieurs reprises dépassé les 10 000 emplois au cours employeurs ont de nouveau recours à l'intérim. C'est
de la dernière décennie, mais, déjà en 2008, la progression particulièrement vrai en Haute-Savoie, mais aussi dans le
était beaucoup plus limitée. Rhône, l'Isère et l'Ain. Au final, sur l'année 2009, Rhône-
Alpes a perdu moins de 1 % de ses emplois intérimaires.Le commerce, 29 % du secteur tertiaire, perd
Les évolutions sont analogues au niveau national.5 150 emplois, soit un recul de 1,7 %. Les services
Pierre-Jean Chambardconservent exactement le même nombre de salariés que
Insee Rhône-Alpesl'année dernière, mais ce maintien apparent masque des
évolutions fort contrastées d'une activité à l'autre. Les
Pour comprendre les résultats
Avec plus de la moitié de ses emplois dans les services,
Emplois salariés du secteur privéle Rhône concentre le tiers de l'emploi régional
Le champ couvert est celui de l'emploi du secteur concurrentiel privé, hors
Structure de l'emploi salarié en Rhône-Alpes agriculture, administration, éducation, santé et action sociale.
par département et secteur d'activité en 2009
emplois Pour les années 2007 et antérieures, les estimations annuelles sont issues%
53 900 121 300 295 200 161 100 553 900 113 000 168 200122 000 de la source ESTEL (Estimations d'emploi localisé) et élaborées à partir des100
Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS). À partir du point
90
annuel 2007, sont appliqués des taux d'évolution trimestriels qui se basent
80
sur les indices trimestriels d'Epure (données Urssaf exploitées par l'Insee).
70
Le choix a été fait d'exclure l'intérim des séries ainsi définies et de le traiter60
à part.
50
Les séries sont corrigées des variations saisonnières (CVS).40
30
20
Pour en savoir plus10
0
Ain Ardèche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute-
Site internet : www.insee.fr thème Travail - EmploiSavoie
Industrie Construction Commerce Services (y compris Intérim) "La crise modifie la carte du chômage en Rhône-Alpes", Insee Rhône-
Alpes, la Lettre Analyses n° 127 - mai 2010.Source : Unedic, Dares, exploitation Insee
L’année économique et sociale 2009 - Dossier n°155 11
zz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.