Hausse du taux de chômage

De
Publié par

En fin d’année 2009, 693 000 demandeurs d’emploi (catégories A, B, C) étaient inscrits à Pôle emploi, soit 18 % de plus qu’un an auparavant. La dégradation du marché du travail a davantage touché les hommes et les jeunes. L’industrie et l’intérim, particulièrement touchés par la crise, sont en effet des secteurs très masculins. Malgré la reprise de l’intérim en fin d’année et la mise en place du « Plan jeunes », les jeunes de moins de 25 ans ont particulièrement souffert de la récession. Après être resté stable en 2008 dans la région, le taux de chômage francilien a augmenté de 1,6 point pour atteindre 8,4 % de la population active fin 2009. Introduction Une dégradation qui touche davantage les hommes et les jeunes Hausse du chômage dans tous les départements
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

20
Chômage
Hausse du taux de chômage
n fin d’année 2009, 693 000 réduit leurs effectifs sont très masculins les hauts niveaux de formation que
demandeurs d’emploi immé- (industrie, intérim). Mais la diffusion de sur les moins élevés. Certaines caté-E diatement disponibles étaient la crise à l’ensemble de l’économie a gories sociales supérieures telles que
inscrits à Pôle emploi en Ile-de-France ensuite entraîné, à partir du second les cadres commerciaux et technico-
(catégories A, B, C, corrigées des varia- semestre 2009, une hausse sensible de commerciaux, les cadres administratifs
tions saisonnières), dont 501 000 n’a- la demande d’emploi des femmes. Au et les informaticiens, ont connu une
vaient exercé aucune activité au cours cours de l’année 2009, la croissance du forte augmentation de la demande
du mois de référence (catégorie A). En nombre d’inscrits reste supérieure pour d’emploi (respectivement de 28 %, 32 %
un an, le nombre de demandeurs d’em- les hommes (+ 20,9 %) que pour les et 45 % en un an).
ploi de catégorie A, B, C a progressé de femmes (+ 15,8 %).
Le nombre d’inscrits à Pôle emploi18,4 % dans la région, soit un rythme
Les jeunes, plus souvent en contrats
depuis plus d’un an a aussi progresséproche de celui observé en France mé-
précaires que les autres classes d’âge,
(+ 16,7 %), suivant avec retard latropolitaine. Cette augmentation repré-
ont été les principales victimes de la
courbe de la demande d’emploi totale.sente plus de 100 000 demandeurs
crise. Mais la hausse de la demande
Un tiers des demandeurs sontd’emploi supplémentaires. Le rythme
d’emploi des jeunes s’est nettement
inscrits depuis plus d’un an.de cette hausse a été très élevé au pre-
ralentie en fin d’année, en lien avec la
mier trimestre et n’a vraiment ralenti
reprise de l’intérim, et avec l’augmen-
qu’au quatrième, alors qu’il a décru ré- Hausse du chômage
tation, à l’automne, du nombre de sta-
gulièrement en France métropolitaine. dans tous les départementsges de formation proposés aux jeunes
dans le cadre du « plan jeunes », qui a
Après être resté stable en 2008 dans laUne dégradation conduit à retirer temporairement des
région, le taux de chômage francilien ajeunes du marché du travail. La de-qui touche davantage
augmenté de 1,6 point en un an (+ 1,8mande d’emploi des autres classesles hommes et les jeunes
point en France métropolitaine), s’éta-d’âge a continué à augmenter sensible-
blissant à 8,4 % de la population activement, surtout pour les 50 ans ou plus.
La progression de la demande d’emploi
au quatrième trimestre 2009. Tous les
a d’abord touché les hommes. En effet, Par ailleurs, la croissance de la de-
départements franciliens ont été forte-
les premiers secteurs d’activité ayant mande d’emploi a porté aussi bien sur
ment affectés par la dégradation du
marché du travail. La hausse est peu
Les autorisations de chômage partiel en 2009 différente selon les départements : elle
va de 1,5 point (Yvelines, Essonne,Les salariés qui, tout en restant liés à leur employeur par un contrat de travail, subissent une
Hauts-de-Seine) à 1,8 point (Seine-perte de salaire imputable à la réduction ou suspension momentanée de tout ou partie de leur
Saint-Denis, Val-d’Oise).activité peuvent bénéficier d’une allocation au titre du chômage partiel. Celle-ci doit faire l’objet
d’une autorisation préalable de l’administration et être justifiée par la conjoncture économique
■■■■ François Rageauou certains événements particuliers (difficultés d’approvisionnement en matières premières ou
DRTEFP d’Ile-de-Franceen énergie, sinistres ou intempéries à caractère exceptionnel...).
En 2009, 3 330 autorisations de chômage partiel au titre de la conjoncture économique ont été Pour en savoir plus
accordées aux établissements franciliens, pour un total de 15,7 millions d’heures de travail
« Bulletin trimestriel d’information sur leautorisées à être chômées et près de 100 000 salariés concernés. L’année précédente,
marché du travail », DRTEFP Ile-de-seules 270 autorisations avaient été accordées, pour un total de 612 000 heures autorisées
France, Bref Ile-de-France, n° 50, avril 2010.et environ 10 000 salariés concernés.
Drigny-Meriel C. : « Le taux de chômageTrois secteurs regroupent, à eux seuls, plus de la moitié des heures autorisées en 2009 :
e
trimestriel continue de croître au 4 tri-l’industrie automobile, les activités d’ingénierie technique, notamment connexes à l’industrie
mestre 2009 », Insee Ile-de-France faits etautomobile, et la métallurgie, dont les équipementiers automobiles.
chiffres, n° 228, mars 2010.
L’industrie ayant été plus fortement utilisatrice du dispositif de chômage partiel, les départe-
Rageau F., Roy J. : « Légère reprise dements de la grande couronne francilienne, où ce secteur est davantage présent, concentrent
l’activité sans amélioration de la situationles deux tiers des heures autorisées dans l’année. Le département des Yvelines est le premier
de l’emploi », Insee Ile-de-France à la page,concerné, puisque près du tiers des heures autorisées en Ile-de-France en 2009 l’a été pour
n° 327, février 2010.ses établissements.
Insee Ile-de-France 2010 Regards sur... l’année économique et sociale 2009Hausse du taux de chômage 21
Evolution du taux de chômage et du nombre d'inscrits à Pôle emploi entre 2008 et 2009
Demandeurs d'emploi en fin de mois en 2009 et évolution en un an (données CVS-CJO)Taux de chômage
(en % de la population active) Ensemble ABC Femmes De longue durée De moins de 25 ans
dont sans Part (%) Part (%) Part (%)Evolution Evolution Evolution Evolution Evolution
2009 activité (A) dans la dans la dans la(en point) (%) (%) (%) (%)
Evolution (%) DEFM DEFM DEFM
Paris 9,1 1,6 14,7 18,6 48,1 13,2 40,6 9,2 6,1 27,1
Hauts-de-Seine 7,7 1,5 18,6 22,8 48,3 16,2 32,9 19,5 9,2 26,7
Seine-Saint-Denis 11,4 1,8 17,5 19,8 46,4 14,4 32,4 15,2 12,5 23,9
Val-de-Marne 8,2 1,7 19,5 23,2 47,6 16,6 31,1 17,5 12,3 32,0
Seine-et-Marne 7,4 1,7 20,9 23,1 49,0 17,6 29,2 26,5 17,5 27,6
Yvelines 6,9 1,5 20,5 22,9 47,7 18,2 30,1 18,8 13,6 26,6
Essonne 6,8 1,5 23,1 25,2 47,8 19,5 27,5 30,0 15,1 31,1
Val-d'Oise 9,2 1,8 19,4 22,0 47,5 15,7 31,9 20,7 14,9 26,1
8,4 1,6 18,4 21,5 47,8 15,8 33,3 16,7 11,6 27,3Ile-de-France
France métropolitaine 9,6 1,8 18,2 18,7 50,0 13,7 33,0 27,3 16,8 20,2
Chiffres au 31 décembre de l'année.
Sources : Insee, enquête Emploi en continu - Dares - Pôle emploi - Calcul des CVS : DRTEFP Ile-de-France
Evolution du nombre d'inscrits à Pôle emploi entre 2008 et 2009 Evolution du taux de chômage
(catégories ABC) en % de la population active
% 12
30
11
25
10
20
9
15
8
10
7
5
60
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009Hommes Femmes Moins de 25 ans 25 - 49 ans 50 ans ou plus
Ile-de-France France métropolitaine Ile-de-France France métropolitaine
Sources : Dares, Pôle emploi, calcul des CVS : DRTEFP Ile-de-France Données en moyenne trimestrielle et corrigées des variations saisonnières (CVS)
Source : Insee, taux de chômage localisés (Ile-de-France),
taux de chômage au sens du BIT (France métropolitaine)
Les principaux métiers des demandeurs d'emploi franciliens, à fin décembre 2009 (catégories ABC)
Professionnels des arts et des spectacles
Employés administratifs d'entreprise
Cadres commerciaux et technico-commerciaux
Agents d'entretien
Vendeurs
Assistantes maternelles
Secrétaires
Conducteurs de véhicules
Cadres des services administratifs, comptables financiers
Professionnels de la communication et de l'information
Ouvriers qualifiés de la manutention
Cuisiniers Effectifs
0 10 000 20 000 30 000 40 000 50 000 60 000 70 000 80 000 90 000
Sources : Dares, Pôle emploi
Insee Ile-de-France 2010 Regards sur... l’année économique et sociale 2009

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.