Horizon 2015 : croissance et vieillissement des ressources en main-d'oeuvre

De
Publié par

Par son attractivité, Midi-Pyrénées est une des rares régions métropolitaines dont la population active ne diminuerait pas avant 2010. Jusqu'à cette date la croissance de la population active s'accompagne de son vieillissement et de sa féminisation. Fondée sur l'attractivité de la zone d'emploi de Toulouse, elle renforcerait les déséquilibres territoriaux au sein de la région.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 38
Nombre de pages : 6
Voir plus Voir moins

Numéro 74 : septembre 2004
Horizon 2015 :
croissance et vieillissement des
ressources en main-d’œuvre
Les ressources en main d'œuvre de la région
continueraient d'augmenter jusqu'en 2012
indice 100 en 1999
110
variante " remontée de l'âge effectif de cessation d'activité " pour Midi-Pyrénées
108
variante " activité féminine haute " pour Midi-Pyrénées106
scénario tendanciel pour Midi-Pyrénées (1)
104
scénario tendanciel pour la métropole (1)
102
100
1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015
(1) prolongement des tendances passées (voir page 5)
Source : Insee - recensement de la population 1999 - projections OMPHALE
INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUESPar son attractivité, Midi-Pyrénées est
DIRECTION REGIONALE
DE MIDI-PYRENEESune des rares régions métropolitaines dont Téléphone : 05 61 36 61 36
Télécopie : 05 61 36 62 00
Adresse : 36, rue des Trente-Six-Pontsla population active ne diminuerait pas avant 2010. 31054 TOULOUSE CEDEX 4
Directrice de la publication : Magali Demotes-MainardJusqu’à cette date la croissance de la population Rédactrice en chef : Marie-Pierre Plaux
Maquettiste : Marie-France Ravazzoli
Ce document est téléchargeable à partir du site internetactive s’accompagne de son vieillissement et de
www.insee.fr/mp
à la rubrique « publications »sa féminisation. Fondée sur l’attractivité de la zone
Imprimeur : ESCOURBIAC, 81304 Graulhet Cedex
Dépôt légal : JUIN 2004d’emploi de Toulouse, elle renforcerait les déséquilibres ISSN : 0662-442X
CPPAP : 183AD
SAGE : SIPAG7476territoriaux au sein de la région.
Prix : 2,2 €
Abonnement à l'ensemble des publications
pour l'année 2004 : France 85 €, Etranger 105 €
1GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2004
Horizon 2015 : croissance et vieillissement
des ressources en main-d’œuvre
our la majorité des régions de ressources en main d’œuvre commence- Midi-Pyrénées fait donc partie des
France métropolitaine, les raient à se réduire progressivement dès régions dont les ressources en mainPressources en main d’œuvre 2006-2008. Après une hausse annuelle d’œuvre continueraient de croître de
devraient diminuer dès 2006-2007. C’est de 0,50 % entre 1999 et 2006, le réser- façon conséquente. Six régions forment
autour de cette date que les générations voir d’actifs se réduirait de 0,14 % par ce groupe : le Languedoc-Roussillon dont
nombreuses nées après-guerre commen- an sur la période 2006-2015. le potentiel d’actifs augmenterait de 13%
ceront à partir massivement à la retraite. à l’horizon 2015, l’Alsace (+ 8,5%),
Elles seront remplacées par les générations
nées après 1980 dont les effectifs sont plus
Une progression de la population active encore forte pour six régionsfaibles.
Evolution de la population active régionale sur la période 1999-2015
Midi-Pyrénées, à l’instar de cinq
autres régions, se démarquerait par une 1,1
poursuite de la croissance de sa population
active. C’est ce que laissent entrevoir des 0,0- 0,3
projections effectuées sous des hypothèses
- 1,5 - 3,8
- 4,92,0prolongeant les dernières tendances
2,8 8,5
connues.
5,0 - 0,4
- 5,2 - 1,8
Les ressources en
main-d’œuvre de la En %
8 et plus - 1,1région augmenteraient
de 4 à 8 - 6,2
- 7,6de 0 à 4 5,2jusqu’en 2012
de - 4 à 0
moins de - 4
2,3En effet, si les tendances passées en
5,3matière de comportements d’activité, de 7,0
12,7migrations et de mortalité se maintenaient,
sans intégrer les changements de compor-
tements qu’induira la loi sur les retraites 3,7
d’août 2003, la population active midi-
Source : Insee - recensement de la population 1999 - projections OMPHALE
pyrénéenne continuerait de croître jusqu’en
2012. Atteignant à cette date un maxi-
mum de 1 193 800 actifs, elle bénéficierait Au-delà de 2006, les entrées des 15-24 ans
d’un accroissement de près de 61 000 ne compenseraient plus les sorties des plus de 55 ans
actifs projetés (en milliers)actifs par rapport au niveau de 1999. La 35
diminution de la population active serait
sorties des plus de 55 anssensible au-delà de 2015.
scénario tendanciel30
En 2015, la population active régionale arrivées des 15-24 ans
scénario tendancielserait ainsi supérieure de 5,3 % à celle de 25
1999. Avant 2006, ce potentiel d’actifs
augmenterait à un rythme soutenu de sorties des plus de 55 ans selon la variante
20
remontée de l'âge effectif de cessation d'activité0,69 % par an, légèrement inférieur à
celui constaté entre 1990 et 1999
15(0,74 %), pour se stabiliser entre 2006
2000 2005 2010 2015
et 2015. En France métropolitaine, les Source : Insee OMPHALE
2Provence-Alpes-Côte d’Azur (+ 7%), puis Hausse des ressources en main-d'oeuvre à l'horizon 2015
Midi-Pyrénées, Pays de la Loire et Rhône-
Population active de Midi-Pyrénées et de la métropole
Alpes (+ 5%).
Midi-Pyrénées 1990 1999 2006 2015
1 059 717 1 133 000 1 188 600 1 193 500Population active
Les migrations 26,2 23,2 20,9 21,4 % des moins de 30 ans
20,0 18,9 23,1 25,3résidentielles, moteur du % des 50 ans et plus
44,0 46,3 47,0 47,5 % des femmesrenouvellement de la
1990 1999 2006Métropole 2015main-d’œuvre
Population active 25 341 950 26 551 500 27 500 100 27 152 900
% des moins de 30 ans 27,6 25,1 23,1 23,2
% des 50 ans et plus 18,5Plusieurs facteurs concourent à l’évo- 18,1 22,0 23,4
% des femmes 43,8 45,9 46,7 47,3lution des ressources en main d’oeuvre
Evolution annuelle moyenne en %d’une région : le vieillissement de la
Population active 1990 - 1999 1999 - 2006 2006 - 2015population, les migrations résidentielles,
Midi-Pyrénées 0,74 0,69 0,05
mais aussi la modification des taux Métropole 0,52 0,50 - 0,14
d’activité notamment féminins. Sources : Insee - recensement de la population 1990, 1999 - projections OMPHALE
La dynamique favorable de Midi-
Pyrénées s’explique par la poursuite de flux
migratoires qui profitent principalement
Une main d'oeuvre supplémentaire aux régions du sud de la France. Ces flux
majoritairement féminine et surtout plus âgéen’enrayent pas le vieillissement de la popu-
âge
lation. L’âge moyen de la population de la 75
Hommes Femmesrégion passerait de 40 ans en 1999 à 43 70
population active en 1999 population active en 1999ans en 2015 contre respectivement 38 et 65e en 2015e en 201541 ans au niveau métropolitain. Ce sont
60
les mobilités résidentielles qui continue-
55
raient d’entretenir le renouvellement de 50
la main d’œuvre, l’attractivité de la région
45
s’exerçant surtout sur les populations en
40
âge de travailler. Ainsi, l’échéance de la
35
baisse de la population active serait
30
repoussée autour de 2012.
25
20
Au cours de la période 1999-2006,
15sur les 8 000 actifs qui s’ajouteraient en 20 000 15 000 10 000 5 000 0 0 5 000 10 000 15 000 20 000
Source : Insee - recensement de la population 1999, projections OMPHALEmoyenne chaque année au potentiel
de main d’œuvre régional, 6 100 actifs
proviendraient du jeu des migrations,
alors que le renouvellement des généra- le marché du travail seraient stables, La progression des
tions en ferait perdre 500. Au total l’effet les sorties d’activité des 55 ans et plus taux d’activité, relais
démographique engendrerait une augmenteraient fortement. Au-delà de de la croissance de la
progression annuelle moyenne d’environ 2006, les entrées des jeunes actifs ne population active
5 600 actifs et serait moteur de la crois- compenseraient plus les départs à la
sance sur cette période. retraite des premières générations de Les ressources en main d’œuvre
l’après-guerre. dépendent aussi de l’évolution des
Durant la deuxième période 2006- comportements d’activité. Les grands
2015, l’apport migratoire restant Le rôle primordial que jouent les mouvements qui ont affecté ces compor-
soutenu (6 500 actifs en moyenne par an) migrations en terme d’accroissement du tements dans le passé au niveau national
minimiserait le déficit d’actifs occasionné potentiel de main d’œuvre dans un ont eu tendance à se stabiliser ces dernières
par le vieillissement de la population, sans premier temps, puis de régulateur de son années. La baisse des taux d’activité des
toutefois le compenser totalement vieillissement est un atout pour la région. jeunes s’est interrompue avec l’arrêt du
(- 7 000 actifs). En effet, alors que les Il est bien sûr dépendant du contexte processus d’allongement des études. La
entrées de jeunes de 15 à 24 ans sur économique. réduction de l’activité des hommes
3GéoFLA ® © IGN 1999 - Insee 2004
au-delà de 55 ans et des femmes au-delà vieillissement. La population des actifs de Les actifs de plus de 50 ans seraient
de 60 ans s’est ralentie avec la diminu- 40 à 60 ans devrait progresser sensible- partout plus nombreux que les actifs
tion sensible des entrées en préretraite et ment d’ici 2015, au détriment de celle des de moins de 30 ans, sauf dans la zone
la réforme du régime général des retraites 15-40 ans. C’est surtout le nombre des d’emploi de Toulouse.
mise en place en 1993. Pour les hommes actifs quiquagénaires qui augmenterait
de 25 à 54 ans, les taux d’activité se sont sous le triple effet du vieillissement de la La concentration des
stabilisés. Enfin, l’activité des femmes de population, du recul de l’âge de cessation actifs autour de
25 à 59 ans a continué à se développer, d’activité et de l’accroissement de l’acti- Toulouse s’accentuerait
mais moins fortement. vité des femmes de cette tranche. En 1999,
ils représentaient 19 % des actifs de la La croissance de la population active
Sous l’hypothèse d’une évolution des région. En 2015, ce serait un actif sur quatre en Midi-Pyrénées se localiserait sur la
taux d’activité régionaux semblable à celle qui serait âgé de 50 ans et plus, soit un seule zone d’emploi de Toulouse. Elle y
des taux nationaux, le taux d’activité des peu plus de 300 000 individus. Le poids atteindrait + 23% entre 1999 et 2015.
20-59 ans gagnerait globalement 3 points, des 55 ans et plus gagnerait à lui seul En dehors des zones d’emploi de Foix-
passant de 81 % en 1999 à 84 % en 2015. 4 points, passant de 7 % à 11 %. Pamiers, Montauban, Cahors, du Nord
Sur les vingt dernières années, il avait
La croissance se concentrerait autour de Toulouseprogressé plus fortement en Midi-Pyrénées :
Evolution de la population active des zones d'emploi sur la période 1999-2015l’augmentation a été de 6,5 points
pour la région, de 4,5 points pour la
métropole.
Nord-du-Lot
Figeac-On estime ainsi à 2 400 le nombre Decazeville
CahorsEn %d’actifs supplémentaires qui se position- Rodez
5 et plus Villefranche-neraient sur le marché du travail tous de - 5 à 5 de-Rouergue
de - 10 à - 5les ans jusqu’en 2006, puis à un millier
moins de - 10
Montauband’actifs sur la période 2006-2015. Sur Millau
Albi-Carmaux
cette seconde période, le gain engendré
Auch
assurerait une relative stabilité de la
population active, en compensant le Castres-Mazamet
Toulouse
déficit démographique (- 500).
Tarbes
Une main d’œuvre Saint-Gaudens
Lavelanetsupplémentaire
Lourdes
Saint-Gironsmajoritairement féminine
Lannemezan
Foix-Pamierset surtout plus âgée
Parmi les 61 000 actifs qui pourraient Source : Insee - recensement de la population 1999 - projections OMPHALE
venir accroître les forces de travail à l’hori-
zon 2015, 70% sont des actives. La main
L'activité féminine progresserait surtout entre 40 et 60 ans
d’œuvre masculine progresserait, sous le
Taux d'activité en %
100seul effet des migrations puisque, hors prise
en compte de l’évolution législative de
802003, les taux d’activité masculins évolue-
raient tendanciellement à la baisse.
60Selon les hypothèses retenues, les taux d’ac-
tivité féminins progresseraient surtout
40entre 40 et 60 ans (de 5 à 11 points de
plus par rapport à 1999). La part des
20femmes dans la population active passe-
rait de 46 % en 1999 à 47,5 % en 2015.
0
15 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 70
La croissance de la population active Femmes 1990 Femmes 1999 Femmes 2015 (projection tendancielle) Hommes 1999
régionale s’accompagnerait surtout de son Sources : Insee - recensement de la population 1990, 1999 - projections OMPHALE
4Définitions
La population active e regroupe les personnes ayant un emploi et les chômeurs.
Les projections de population active présentées ici sont basées sur la population active au sens du recensement.
Le taux d’’’’’activitactivitactivitactivitactivitééééé par par par par par âââââgegege est le rgege apport entre la population active d’une tranche d’âge et la population totale
de cette même tranche d’âge.
Les projections de population active
Les projections de population active visent à appréhender l’évolution future des ressources en main-d’œuvre,
selon un jeu d’hypothèses. Celles qui sont présentées ici sont établies à l’horizon 2015.
Le modèle de projection utilisé par l’Insee procède en deux étapes. La méthode consiste, dans un premier temps,
à projeter la population totale d’une zone, en partant du recensement de 1999 et en faisant naître, vieillir, migrer
et mourir selon un scénario démographique. Ce scénario est composé d’hypothèses d’évolution de la fécondité, de la
mortalité et des comportements migratoires. Dans un second temps, on obtient la population active de la zone en
appliquant à la population totale des taux d’activité par sexe et âge, qui évoluent selon un scénario d’activité.
Les hypothèses d’évolution de la population totale retenues sont les suivantes : maintien du taux de fécondité
au niveau de 1999, baisse de la mortalité au même rythme que la tendance constatée en France métropolitaine
entre 1990 et 1999. Les comportements migratoires moyens observés entre 1990 et 1999 au niveau de la zone ont
été reconduits sur la période de projection.
Scénario d’activité : Le scénario privilégié ici est le scénario tendanciel. Il s’appuie sur les taux d’activité par
sexe et âge observés dans la zone au recensement de 1999 et sur l’hypothèse d’une évolution de ces taux comparable
à l’évolution tendancielle retenue pour la France métropolitaine. Cette dernière résulte d’un prolongement des
évolutions passées observées entre 1968 et 2002 à travers les Enquêtes Emploi de l’Insee.
Le scénario d’activité prend en outre en compte une hypothèse de stabilité du cadre institutionnel. Sur toute la
période de projection, l’environnement reste celui de mars 2002 : stabilité du taux de chômage, stabilité du nom-
bre de préretraités de 55-59 ans et des taux d’apprentis par sexe et âge quinquennal. Il n’intègre pas les change-
ments de comportement que pourrait induire la loi sur les retraites de 2003.
Deux autres scénarii d’activité sont envisagés dans cette étude, venant moduler les hypothèses d’activité du
scénario tendanciel :
La v La v La v La v La variante ariante ariante ariante ariante ««««« r r r r remontemontemontemontemontééééée de le de le de le de le de l’â’â’â’â’âge effectif de cessation d’’’’’activitactivitactivitactivitactivitééééé »»»»»
Les changements de comportement qu’entraînera la loi de 2003 sur les retraites restent encore difficiles à modé-
liser. L’impact sur le potentiel de main d’œuvre est sommairement approché en faisant remonter progressivement les
taux d’activité des 55-59 ans au niveau de ceux des 50-54 ans, avec un rattrapage en 2025. Cette hypothèse
permet d’approcher le gisement de main d’œuvre supplémentaire constitué par les travailleurs âgés de 55 ans et plus
et, également, d’apprécier un des objectifs européens visant un taux d’emploi des 55-64 ans d’au moins 50 % d’ici
2010 (résolution du Conseil européen de Stockholm en mars 2001).
La variante « activité féminine haute »
L’hypothèse est que, dans un cadre facilitant une meilleure conciliation entre vie familiale et vie profession-
nelle, les taux d’activité des femmes pourraient s’élever plus fortement que ne le suggère la projection tendancielle.
Dans ce cas on émet l’hypothèse que les taux d’activité des femmes de la région augmenteraient progressivement
jusqu’à atteindre ceux des franciliennes de la même tranche d’âge en 2015.
5Projections, fonctionnement du marché du travail et vieillissement de la population active
La progression probable de la population active à l’horizon 2015 maintiendrait la région dans une situation
favorable par rapport à la plupart des régions françaises.
Quant à en déduire une évolution prévisible du taux de chômage ou des tensions sur le marché du travail, l’exercice
de cadrage que constituent les projections de population active ne le permet pas. Il a par contre pour vocation
d’alerter les acteurs économiques et les décideurs publics sur les tendances lourdes qui se profilent.
Les changements importants qui vont affecter les caractéristiques des actifs, notamment l’accroissement de la part
des travailleurs de plus de 50 ans, donnent une dimension nouvelle aux questions de gestion prévisionnelle des
emplois et d’adaptation qualitative de la structure des actifs à l’offre d’emploi. Les conditions de maintien au
travail des seniors et de transferts de compétence entre générations, l’adaptation de l’effort de formation deviennent
un enjeu essentiel pour les entreprises et les pouvoirs publics.
D’ores et déjà, le vieillissement de la population active touche de manière différenciée les secteurs d’activité et les
territoires. Un dossier analysant ce phénomène paraîtra en fin d’année, réalisé en commun par la Direction Régio-
nale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle et l’INSEE.
du Lot et Saint-Girons, quelque peu épar- rapide et importante. La loi d’août 2003 Pour en savoir plus
gnées par leur positionnement géographi- sur les retraites devrait entraîner des chan-
« Les projections de population activeque, essentiellement le long de la RN20 gements de comportements qu’il est com-
2003-2050 », Insee Résultats n° 13, aoûtet de l’autoroute, les autres zones enregis- plexe de modéliser au plan régional.
2003.treraient une baisse de leurs ressources en
« Projections de population active : unactifs qui pourrait dépasser 10 %. Un scénario consiste à examiner l’im-
retournement progressif », Insee Premièrepact d’une remontée progressive des taux
n° 838, mars 2002.La croissance soutenue de la zone d’activité de la tranche des 55 à 59 ans
« Les projections de population à l’hori-d’emploi de Toulouse accentuerait encore au niveau de ceux de la tranche des 50 à
zon 2030 », Insee Midi-Pyrénées, coll.la concentration des ressources en main 54 ans à l’horizon 2025. Le taux d’acti-
Résultats n° 107, novembre 2001.d’œuvre au sein de la région. En 1999, vité des 55-59 ans dans la région était de
« Prà l’horizon487 400 actifs résidaient dans cette zone, 53 % au recensement de 1999. Dans ce
2050 : un vieillissement inéluctable »,soit 43 % des forces de travail de la scénario, il atteindrait 74,5 % en 2015,
Insee Première n° 762, mars 2000.région. Ils seraient 597 100 en 2015, soit contre 58% selon le scénario tendanciel.
« Projections de population active en un actif de la région sur deux.
2050 : l’essoufflement de la croissance desA l’horizon 2015, la population
ressources en main d’œuvre » Economie etLa zone d’emploi de Toulouse se dis- active s’en trouverait considérablement
Statistique n° 355-356, 2002.tinguerait aussi par un moindre vieillis- augmentée : 35 600 actifs de plus que
« Le vieillissement de la populationsement de sa main d’œuvre, la part des dans la projection précédente. Leur
active : ampleur et incidence » Economieactifs de 50 ans et plus (22,1 %) restant nombre continuerait de progresser
et Statistique n° 355-356, 2002.légèrement inférieure à celle des moins jusqu’en 2024. De 1999 à 2015, il
de 30 ans (22,9 %), malgré une nette pro- gagnerait 8,5 %, soit 3,2 points de plus
gression. Dans plus de la moitié des zo- actives de plus par rapport au scénarioque dans la projection tendancielle. Les
nes d’emploi, le poids des quinquagénai- de référence. Cette variante aurait peuactifs de 50 ans et plus représenteraient
res deviendrait plus d’une fois et demi d’effet en Midi-Pyrénées car l’activitéalors 27,5 % des actifs midi-pyrénéens
supérieur à celui des jeunes actifs, alors féminine y est déjà élevée.en 2015, contre 25,3 % dans le scénario
qu’il serait presque équivalent en France tendanciel.
métropolitaine.
Une autre variante concerne l’acti-
Sokorn MARIGOTD’autres scénarii vité des femmes. Elle consiste à remonter
d’activité progressivement les taux d’activité des
femmes de 25 à 49 ans résidant dans la
Le contexte économique et réglemen- région pour atteindre le niveau des fran-
taire pris en compte dans les hypothèses ciliennes en 2015, qui serait de 87,5%.
du scénario tendanciel est en évolution Ce scénario n’apporterait que 6 400
6

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.