L'accueil des adultes et familles en difficulté sociale

De
Publié par

Au 1er janvier 2005, près de 5 400 places d'hébergement sont, en Rhône-Alpes, destinées à accueillir les adultes et familles en difficulté sociale, ce qui, rapporté à la population, est proche du niveau national. Mais sous ce vocable unique, on distingue des établissements de nature diverse s'adressant à des publics très différents.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 22
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Santé
L'accueil des adultes et familles en difficulté sociale
Au 1er janvier 2005, près de 5 400 places d'hébergement sont, en Rhône-Alpes, destinées à accueillir
les adultes et familles en difficulté sociale, ce qui, rapporté à la population, est proche du niveau
national. Mais sous ce vocable unique, on distingue des établissements de nature diverse s'adressant
à des publics très différents.
a plus grande partie de l’offre d’hébergement en famille (couple + enfants) et 18 % en familleLest constituée par les Centres d’Hébergement et monoparentale. On ne compte que 12 % de personnes
de Réinsertion Sociale (CHRS). Ces établissements sont seules. La durée moyenne de séjour est légèrement
destinés à accueillir toutes les personnes connaissant de supérieure à 9 mois. Mais contrairement aux CHRS, on
graves difficultés économiques, familiales, de logement, ne compte que très peu de séjours très courts : trois sur
de santé ou d’insertion. Outre l’hébergement, les CHRS quatre durent plus de 7 mois. Dans 89 % des cas, les
proposent une action socio-éducative pour aider les réfugiés quittent le CPH pour rejoindre un domicile privé.
personnes à recouvrer leur autonomie sociale. Rhône-
Alpes compte 3 400 places de CHRS, soit 5,7 places Les Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile
pour 10 000 habitants, un taux supérieur de peu au niveau (CADA) proposent près de 1 400 places en Rhône-Alpes.
national (5,3). Ils assurent l’hébergement des demandeurs d’asile
Les caractéristiques des personnes hébergées reflètent pendant la durée de la procédure d’examen de leur
à la fois la diversité de leurs situations et la prédominance demande, recours éventuel compris. Ces structures sont
des facteurs de précarité. On compte ainsi 43 % de déchargées des missions d’insertion dévolues aux CPH,
personnes isolées et 34 % de familles monoparentales. structures que les personnes peuvent rejoindre quand
Deux personnes sur trois sont de nationalité française, elles se voient reconnaître la qualité de réfugié. Avec
les autres étant presque toutes d’une nationalité hors Union 2,3 places pour 10 000 habitants, Rhône-Alpes est presque
européenne. Près de 10 % sont demandeurs ou déboutés au niveau national.
du droit d’asile, 4 % sont réfugiés. Trois adultes sur 10 Conformément à leur vocation, les CADA accueillent pour
n’ont aucune ressource financière ; 20 % bénéficient du 80 % des demandeurs d’asile mais également des réfugiés
RMI, 34 % d’une allocation sociale ou d’indemnités
chômage.
La durée moyenne du séjour est proche de 8 mois. Mais
une personne sur deux y reste moins de 5 mois. 29 % Rhône-Alpes est un peu mieux équipée en CHRS
des adultes sortis d’un CHRS en 2004 sont titulaires d’un
Taux d'équipementemploi ; 33 % sont au chômage, 10 % dans l’incapacité
(en nombre de places pour 10 000 habitants)de travailler pour des raisons administratives ou médicales.
6Dans 40 % des cas, la personne quittant un CHRS Rhône-Alpes
Franceretrouve un logement autonome ; 14 % sont hébergées 5
gratuitement par un proche, 11 % rejoignent un autre
4établissement social. Mais on ne connaît pas la destination
de 18 % des sortants, parmi lesquels on peut imaginer
3
de nombreux cas de grande précarité.
2
Les Centres Provisoires d’Hébergement (CPH)
1
assurent l’hébergement provisoire et la préparation
à l’insertion sociale des réfugiés. Il y a trois CPH en
0
CHRS CADA mère enfant Maison relais CPHRhône-Alpes, proposant 140 places (1 200 au niveau
France entière). 64 % des personnes accueillies le sont
Source : DRASS - Finess , janvier 2007
30 L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152Santé
(18 %). Il s’agit majoritairement de familles (seulement conventionnés au titre de l’aide sociale ainsi que les places
9 % de personnes seules ou de couples sans enfant), relevant de l’aide au logement temporaire (ALT). Allouée
dont les adultes sont soit inactifs, soit privés de travail, aux associations et aux centres communaux d’action
pour des raisons administratives le plus souvent. La durée sociale, l’ALT permet d’aider pour une durée limitée des
moyenne de séjour est proche de 10 mois, mais certains personnes en difficulté à se loger en logement individuel,
séjours sont très courts (un sur quatre dure moins de chambre d’hôtel...
2 mois). A leur sortie, 36 % des personnes sont dirigées
vers un autre établissement social (CPH, CHRS…), et Philippe Mossant
seulement 17 % accèdent à un logement autonome. Dans Direction régionale des Affaires sanitaires et sociales
un cas sur trois, on ne connaît pas la destination.
Les établissements d’accueil mère-enfant s’adressent
aux femmes enceintes ou mères isolées en difficulté.
En Rhône-Alpes ils offrent une capacité de 290 places.
Les durées de séjour y sont beaucoup plus courtes que
dans les autres types d’établissements : un peu plus de
3 mois en moyenne.
Pour comprendre les résultats
Les maisons-relais accueillent de façon durable des
L'enquête auprès des établissements et services en faveur des enfantspersonnes en grande difficulté sociale ne pouvant
et adultes en difficulté en 2004 porte sur l'activité des établissements, leaccéder à un logement ordinaire. Elles offrent 170 places
personnel, la clientèle et les personnes ayant quitté l'établissement durant
sur l’ensemble de la région. La durée moyenne de séjour l'année. Un redressement a été opéré afin de tenir compte des non-
dépasse les 2 ans. Les personnes accueillies sont presque réponses : 11 % des effectifs accueillis ont ainsi été estimés.
exclusivement des personnes seules (86 %), et près d’une
sur deux est dans l’impossibilité de travailler, souvent pour
des raisons psychologiques voire psychiatriques.
Néanmoins une personne sur quatre accueillie en maison
Pour en savoir plusrelais a un emploi. La proportion de sortants qui accède
à un logement autonome approche les 50 %.
"Les adultes et familles en difficulté pris en charge par les
établissements de Rhône-Alpes en 2004", La lettre de la DrassA ces cinq catégories principales d’offre d’hébergement
n°2006-06, novembre 2006pour personnes en difficulté, s’ajoutent les centres
"Le personnel des établissements et services pour enfants et adultesd’hébergement financés par les grandes communes, les
en difficulté (2004)", La lettre de la Drass n°2006-07, novembre 2006centres d’hébergement d’urgence, les centres non
www.rhone-alpes.sante.gouv.fr
Les différentes catégories d'établissements accueillent des publics très spécifiques
CHRS CADA Mère enfant Maison relais
Personne isolée Famille monoparentale Couple sans enfant Couple avec enfant
Source : DRASS, enquête ES 2004
L’année économique et sociale 2006 - Dossier n° 152 31
zzz

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.