L'année économique et sociale 2004 : Marché du Travail

De
Publié par

Chapitre : Marché du Travail - Léger recul du chômage dans la région pour la première fois depuis trois ans.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 15
Tags :
Nombre de pages : 3
Voir plus Voir moins

Marché du travail
Léger recul du chômage dans la région
pour la première fois depuis trois ans
Conjointement à une faible croissance de l'emploi le chômage a légèrement diminué dans la région
Rhône-Alpes au cours de l'année 2004. Pourtant d'ampleur limitée, cette amélioration a concerné
de nombreuses catégories de demandeurs d'emploi dont les chômeurs de longue durée (plus
d'1 an) qui ont vu leur effectif décroître légèrement en 2004 après deux années consécutives de
hausse sensible. Par contre, le chômage de très longue durée (plus de 2 ans) a continué sa
progression.
n 2004, le chômage a enregistré, dans la région, s'établir, fin décembre 2004, à 8,8 %. Inférieur de 1,1 pointEune évolution en dents de scie. Ainsi, après un à la moyenne nationale (9,9 %), ce taux situe Rhône-
recul sensible au premier trimestre (-3,1 %), le chô- Alpes au neuvième rang des régions françaises mais en
mage s'est accru de 1,2 % au deuxième trimestre avant tête des grandes régions, qu'il s'agisse de l'Ile-de-France
de fléchir légèrement au cours des troisième et quatrième (9,8 %), de Provence-Alpes-Côte-d'Azur (11,9 %) ou du
trimestres : respectivement -0,5 % et -0,2 %. Nord-Pas-de-Calais (12,9 %).
Sur l'ensemble de l'année 2004, le nombre des
demandeurs d'emploi inscrits à l'ANPE en catégorie 1 Une baisse du chômage de faible ampleur mais qui
(personnes à la recherche d'un emploi durable à temps concerne l'ensemble des départements. La Haute-
plein en dehors de celles qui ont exercé une activité réduite Savoie et l'Ain, qui bénéficient des taux de chômage les
de plus de 78 heures dans le mois) a diminué dans la plus bas en Rhône-Alpes, ont enregistré, l'an dernier, la
région Rhône-Alpes de 2,6 % (-0,1 % seulement, en diminution du chômage la plus nette de la région :
France ) pour s'établir, fin décembre 2004, à 207 653 contre respectivement -6,3 % et -4,1 %. La baisse a été
213 146 en fin d'année 2003. Cette baisse fait suite à relativement sensible, aussi, dans la Drôme (-3,7 %) et le
trois années consécutives de hausse du chômage dont Rhône (-3,3 %) mais de faible intensité dans tous les
une augmentation de 7,7 % en 2003. autres départements (inférieure à 1 %).
A l'instar du nombre des demandeurs d'emploi de Au regard du taux de chômage, la Drôme reste le
catégorie 1, le taux de chômage a légèrement diminué département le plus touché (10,9 %) devant l'Ardèche
dans la région au cours de l'année 2004 (-0,1 point), pour (10,2 %) et la Loire (10 %). Ces trois départements sont
En très léger repli dans la région Rhône-Alpes, le taux de Une baisse du chômage qui concerne toutes les tranches
chômage est resté stable en 2004 à l'échelon national d'âge mais surtout les personnes de plus de 50 sans
Evolution annuelle du nombre des demandeurs Evolution trimestrielle du taux de chômage BIT
%% d'emploi de catégorie 1 en fonction de l'âge
1013 8,9 8,5en données CVSFrance 7,78 7,112 6,4 6,4
6
11
4 3,2
1,910 2
0
9
-1,4-2
- 2,28 -2,6
-4Rhône-Alpes
7
-6 -6,0en données brutes
6 -8
Total -25 ans Total 25-49 ans Total 50 ans et plus Ensemble1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
Déc.2002/Déc.2001 Déc. 2003/Déc.2002 Déc.2004/Déc.2003
Source : ANPE - Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la SolidaritéSource : ANPE- Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la SolidaritéSource : Insee- Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité
L’année économique et sociale 2004 - Dossier n° 149 11Marché du travail
les seuls à présenter, en Rhône-Alpes, un taux de qualifiés (-1,7 %). Seuls les employés non qualifiés se
chômage supérieur à la moyenne nationale. sont démarqués de l'orientation générale : pour eux, le
chômage s'est stabilisé l'an dernier.
Toutes les catégories de demandeurs d'emploi, quels
que soient le sexe et l'âge sont touchées par la baisse Un léger repli du chômage de longue durée après
du chômage. A l'exception d'une diminution sensible du deux années consécutives de hausse sensible. Fin
nombre des demandeurs d'emploi âgés de 50 ans et plus décembre 2004, 55 308 personnes inscrites à l'ANPE en
(-6 %), les autres catégories ont connu, en 2004, un faible catégorie 1 étaient à la recherche d'un emploi depuis plus
repli de leurs effectifs : -1,4 % pour les jeunes de moins d'un an contre 56 412 en fin d'année 2003. Cette évolution
de 25 ans ; -2 % s'agissant des personnes âgées de 25 à correspond à une baisse du chômage de longue durée de
49 ans. 2 % en 2004 (contre +3 % en France) qui fait suite à une
Par ailleurs, les hommes ont enregistré une évolution du augmentation de 13,8 % en 2003 et de 9,1 % en 2002.
chômage légèrement plus favorable que les femmes : La part des demandeurs d'emploi de "plus d'1 an" parmi
-3,6 % contre -1,4 %. On notera que l'avantage des l'ensemble des inscrits de catégorie 1 est restée quasiment
demandeurs d'emploi masculins est particulièrement stable dans la région au cours de l'année 2004,
marqué pour les seniors âgés de 50 ans et plus : -9,1 % s'établissant, fin décembre, à 26,6 % contre 30,3 % à
contre une baisse limitée à 1,8 % pour les femmes du l'échelon national.
même âge. Cette situation est sans doute liée, en grande Contrairement au chômage de longue durée, le chômage
partie, aux conséquences de la loi Fillon qui permet aux de très longue durée (plus de 2 ans) a continué de croître
demandeurs d'emploi ayant eu une carrière longue, en 2004 mais à un rythme moins soutenu que les années
essentiellement des hommes, d'effectuer un départ en précédentes : +4,4 % (France : +7,4 %) après une hausse
retraite anticipé. de 9,7 % en 2003. Parmi eux, les chômeurs de plus de
3 ans d'ancienneté ont même enregistré un très léger repli
Une amélioration du chômage qui profite en priorité de leur effectif : -0,8 %.
aux cadres et aux ouvriers. Les cadres, qui avaient été
affectés en 2002 et en 2003 par une forte croissance du Un tassement des inscriptions à l'ANPE et des sorties
chômage (respectivement +23,5 % et +13,9 %) liée à une en légère augmentation. Le nombre global des
poussée sensible des licenciements économiques, ont inscriptions à l'ANPE a légèrement diminué, dans la région,
bénéficié en 2004 d'une nette amélioration de leur situation au cours de l'année 2004 (-1 %). Cette baisse provient
(-5,7 %) due, pour partie, au ralentissement des surtout d'un recul des démissions (-5,9 %) et des entrées
licenciements observé à partir du deuxième semestre 2004. consécutives à une fin de mission d'intérim (-5,0 %) et à
Le chômage a diminué, aussi, de manière relativement une fin de CDD (-1,8 %).
sensible parmi les ouvriers, les ouvriers spécialisés En revanche, les reprises d'activité et les premières entrées
(-6,6 %) comme les ouvriers qualifiés (-4,2 %). Par contre, se sont accrues respectivement de 9,8 % et de 3,7 % en
l'amélioration a été plus modérée pour les techniciens et un an. Les licenciements économiques ont progressé, eux
les agents de maîtrise (-2,2 %) ainsi que pour les employés aussi, mais à un rythme ralenti (+1,2 %) après avoir
Un recul du chômage en 2004 légèrement plus marqué Le chômage de très longue durée (plus de 2 ans) continue
pour les hommes que pour les femmes de s'accroître mais à un rythme moins élevé qu'en 2003
Evolution du nombre des demandeurs d'emploi masculins et féminins en Evolution du nombre des demandeurs d'emploi
nombreinscrits à l'ANPE en Rhône-Alpes en catégorie 1 inscrits à l'ANPE depuis plus de 2 ans
160 50 000
en données brutes (milliers) en données brutes (milliers)
150 45 000
140 40 000
130 35 000
120 30 000
Hommes
110
25 000
100 20 000
90 Femmes 15 000
80 10 000
Source : ANPE - Ministère des Affaires Sociales et de la cohésion sociale Source : ANPE- Ministère des Affaires Sociales, du Travail et de la Solidarité
12 L’année économique et sociale 2004 - Dossier n° 149
Déc.92
Déc.93
Déc.94
Déc.95
Déc.96
Déc.97
Déc.98
Déc.99
Déc.00
Déc.01
Déc.02
Déc.03
Déc.04
Déc.1995
Déc.1996
Déc.1997
Déc.1998
Déc.1999
Déc.2000
Déc.2001
Déc.2002
Déc.2003
Déc.2004Marché du travail
enregistré une hausse sensible en 2003 : +15,3 %. Cette
Pour comprendre les résultatslégère augmentation masque une inversion de tendance
amorcée en milieu d'année. En forte progression annuelle
au premier semestre (+16 %), les inscriptions provoquées Le taux de chômage
par un licenciement économique se sont établies, au Le taux de chômage correspond au rapport entre le nombre de chômeurs au
deuxième semestre, en net repli par rapport à l'année sens du Bureau International du Travail (BIT) et la population active totale
2003 (-11 %). (emploi total, plus chômeurs, plus militaires du contingent). Le numérateur et
le dénominateur de chacun de ces taux ne sont pas régulièrement observés
et font donc l'objet d'estimations.Les sorties du chômage, quant à elles, se sont légèrement
La méthode d'estimation mensuelle du chômage au sens du BIT a été affinéeaccrues (+2,7 %), surtout les sorties liées à une reprise
en novembre 2001 afin d'améliorer la qualité de cette estimation. Un docu-d'emploi qui ont progressé de 6,6 % en un an. Cette
ment présentant la méthode retenue et les travaux menés entre juin etaugmentation s'explique, en partie, par des embauches
novembre 2001 est disponible sur le site Internet www.insee.fr.plus nombreuses effectuées dans le cadre des contrats
La méthode retenue consiste à effectuer un traitement différencié par sexe etaidés du secteur marchand.
groupe d'âge, le marché du travail fonctionnant différemment selon ces
critères. Elle cherche à exploiter au mieux une source d'informations sur lesUne politique de l'emploi axée en priorité sur
demandeurs d'emploi provenant de l'ANPE désormais disponible avec
l'insertion des chômeurs dans le secteur marchand.
suffisamment de recul : celle des demandeurs d'emploi en fin mois (DEFM)
En 2004, les contrats de formation en alternance (contrats de catégories 1, 2 et 3 hors activité réduite, dont la définition est
de qualification, contrats d'adaptation et d'orientation conceptuellement proche de celle du chômage au sens du BIT. Pour les
remplacés en octobre 2004 par les contrats de jeunes hommes et les jeunes femmes, le chômage au sens du BIT mensuel
professionnalisation) auxquels il convient de joindre les est estimé à l'aide de relations économétriques reliant l'évolution de cette
variable à celles des demandeurs n'ayant exercé aucune activité mêmecontrats d'apprentissage, ont accueilli au total plus de
réduite dans le mois et de l'emploi intérimaire. Pour les personnes de 25 ans43 000 bénéficiaires, des jeunes pour la plupart. Ce résultat
et plus, l'évolution mensuelle du chômage au sens du BIT est directementest en augmentation sensible par rapport au chiffre
calquée sur celle des DEFM de catégories 1, 2 et 3 hors activité réduite. Encorrespondant de l'année 2003 : +23,6 %, soit plus de
ce qui concerne l'emploi total, son estimation s'appuie, pour les années
8 000 personnes supplémentaires.
passées, sur les séries annuelles disponibles et, pour l'année en cours, sur
Autre dispositif du secteur marchand, les contrats initiative des estimations prévisionnelles. Sa répartition par sexe et âge est effectuée
emploi (C.I.E) ont profité, eux aussi, à un nombre nettement sur la base du recensement actualisé par les enquêtes emploi.
plus important de personnes en 2004 que l'année Les taux de chômage ne sont actuellement rectifiés qu'une fois par an. Ainsi,
précédente : près de 2 300 bénéficiaires en plus, soit une fin juin de l'année n, une fois connus les résultats détaillés de l'enquête
hausse annuelle de 48 %. emploi de mars n, on recale la série provisoire du nombre de chômeurs pour
Cette forte augmentation du nombre des admissions au la période d'avril n-1 à mars n. De plus, à la même période, on met à jour les
estimations d'emploi (révision des estimations prévisionnelles pour l'annéesein de ces différents contrats a permis de compenser le
n et provisoires pour l'année n-1, intégration des estimations semi-définitivesralentissement des entrées dans les contrats jeunes en
pour l'année n-2 et définitives pour l'année n-3) et le système de correctionentreprise (-28 %) ainsi que dans les mesures du secteur
des variations saisonnières.non marchand, à savoir les contrats emploi solidarité
(-9,6 %) et les contrats emploi consolidé (-21,8 %).
Jean-Marc Dupont
Direction régionale du Travail,
de l'emploi et de la formation professionnelle
L’année économique et sociale 2004 - Dossier n° 149 13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.