L'emploi au féminin en Aquitaine

De
Publié par

Combien de femmes actives l'Aquitaine compte-t-elle ? Quelle évolution cette activité a-t-elle connue durant ces 40 dernières années ? Quelles sont les principales caractéristiques sociales, familiales, de ces femmes en emploi ou en situation de chômage ? Peut-on parler de secteurs d'activité spécifiquement féminins ? Ces femmes, dans leur univers professionnel, connaissent-elles des conditions d'emploi particulières ? Dans quels domaines les disparités hommes/femmes sont-elles les plus importantes ? Autant de questions auxquelles ce dossier apporte des réponses claires et synthétiques contribuant ainsi à une meilleure analyse et compréhension de l'activité féminine, en général, et dans notre région en particulier. Tableaux, graphiques, cartes, définitions.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 58
Nombre de pages : 18
Voir plus Voir moins

LE DOSSIER
INSEE AQUITAINE
L’EMPLOI AU FÉMININ
EN AQUITAINE
A VEC LA P A R TICIP A TION DE
INSEE
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL Délégation régionale
Direction Régionale du Travail, de l'Emploi
aux droits des femmesDE LA STATISTIQUE et de la Formation Professionnelle d’Aquitaine
et à l'égalité d'AquitaineET DES ÉTUDES
COMMISSION EUROPEENNEÉCONOMIQUES
N°38
DÉCEMBRE 2001Ce dossier a été réalisé, au sein du service Études et Diffusion de l’Insee Aquitaine, par
Violette FILIPOWSKI et Nadia WOJCIECHOWSKI,
sous la direction de Catherine MEUNIER ,
avec la participation
d’Alain MOREAU et de Ronan ELIOT
Service des Études, de la Prospective, de l’Évaluation et des Statistiques
de la Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.Sommaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
I - L’activité au féminin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
- Population totale, population active, évolutions depuis 1962
- 603 000 aquitaines actives en 1999
- Des écarts qui subsistent
II - Les métiers féminins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
- Les emplois féminins concentrés dans certains métiers
- Des activités tertiaires largement exercées par les femmes
- La qualification au féminin
III - Conditions d’emploi des femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
- Emplois féminins : plus de précarité
- Le temps partiel : phénomène essentiellement féminin
IV - Un créateur d’entreprise sur trois est une créatrice. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
- La moitié des créatrices étaient inactives ou au chômage
- Plus souvent “repreneuses et individuelles”
- Des entreprises qui résistent un peu moins bien au temps
V - Un marché du travail moins favorable aux femmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
- Les femmes et le chômage au 31/12/2000
- Évolution des taux de chômage national et régional depuis 1989
- Les demandes d’emploi, elles aussi concentrées
VI - Les politiques de l’emploi. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15
- Les contrats aidés dans le secteur marchand concernent davantage les hommes
- Les bénéficiaires des contrats aidés dans le secteur non marchand sont essentiellement des femmes
Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE 3 INSEE AQUITAINEIntroduction
En Aquitaine, en 1999, les femmes sont majoritaires dans la population totale et dans la population en âge de
travailler, celle des plus de 15 ans. En fait, dans la population de 15 ans à 60 ans, âge légal du départ à la re-
traite, elles sont à parité avec les hommes. Mais, parmi les personnes déclarant occuper un emploi, leur part
descend nettement en dessous de 50%. En revanche, elles constituent une grosse majorité des chômeurs,
avec près de 60% des personnes se déclarant dans cette situation. Le fait que les femmes soient majoritaires
dans la population totale, dans la population au chômage et minoritaires dans la population occupant un em-
ploi n’est ni propre à l’Aquitaine ni nouveau. En fait, ce qui est remarquable sur les 40 dernières années, c’est
la formidable perçée des femmes sur le marché du travail commune aux pays occidentaux. En 1962, les Aqui-
taines représentaient 34,3% de la population active totale de la région contre 46,8% en 1999. Ceci corres-
pond, aux âges intermédiaires, ceux où l’activité est la plus forte, à un doublement du taux d’activité des
femmes qui s’approche de 80% en 1999. Il reste cependant en deçà de celui des hommes qui, sur la même
période et aux même âges, est resté quasiment stable, supérieur à 90%.
De fait, le nombre des femmes actives a, lui aussi, presque doublé alors que le nombre d’actifs masculins n’a
progressé que de 10%. Cette forte poussée de l’activité féminine coïncide avec le développement des em-
plois salariés dans le secteur tertiaire. Les activités y sont souvent peu qualifiées, fréquemment occupées par
une main d’œuvre féminine et moins bien rémunérées que dans les autres secteurs de l’économie. De plus,
les conditions économiques, notamment depuis 1972 et le premier choc pétrolier, ont conduit à une précari-
sation des conditions d’emploi. Cette précarisation des emplois touche l’ensemble des salariés, un peu plus
les femmes que les hommes, et se traduit différemment selon qu’il s’agit de la main d’œuvre féminine ou mas-
culine. Les femmes se retrouvent plus souvent en contrat à durée déterminée, les hommes sont davantage in-
térimaires. Cependant, c’est dans la durée du travail, avec le développement du temps partiel qui concerne
massivement les femmes, que se manifestent les plus importantes disparités hommes/femmes.
A l’instar de la France, les femmes en Aquitaine, créent moins souvent que les hommes leur propre entre-
prise : un tiers des créations est effectué par une femme. Ces créatrices possèdent un niveau de formation plus
élevé que celui de l’ensemble des femmes actives et même que leurs homologues masculins. La moitié
d’entre elles sont issues de la population inactive ou étaient demandeurs d’emploi alors que les créateurs
hommes avaient, pour la majorité, une activité professionnelle salariée ou indépendante.
Les femmes sont plus souvent au chômage et y demeurent plus longtemps que les hommes. Tout en subissant
plus fortement certaines disparités géographiques, le chômage féminin conserve partout un taux plus élevé (5
points de plus) que le taux masculin. En outre, bien que l’évolution du marché du travail ait été globalement
favorable depuis 1995, les femmes n’ont pas profité de cette embellie. Ainsi, durant ces cinq dernières an-
nées, alors que le volume des demandes d’emploi émis par des femmes augmentait de 1,8% celui des deman-
des masculines diminuait de 15,6%.
Enfin, en 1999, les politiques de l’emploi, ont concerné plus de 58 400 personnes, par le biais des contrats ai-
dés, dans les secteurs marchand et non marchand. Les femmes ont davantage bénéficié des contrats aidés
dans le secteur non que dans le secteur marchand. En effet, les taux de féminisation des re-
levant du premier sont compris entre 54 et 70% et entre 29 et 40% pour le second.
L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE 5 INSEE AQUITAINEL’activité au féminin
Population active par sexe depuis 1962Elles sont 1,5 millions à vivre en Aquitaine et représen-
tent 51,8% de la population régionale au dernier recen-
Aquitaine France métro.sement de la de mars 1999. Majoritaires dans
Années Femmes Hommes Part des Part desla population, les Aquitaines le sont un peu plus encore
femmes (%) femmes (%)
dans la population en âge de travailler, celle des 15 ans
1962 . . . . . . . 331 675 634 624 34,3 34,7
ou plus. Cette surreprésentation féminine s’observe à 1968 342 108 653 468 34,4 35,0
tous les âges, hormis les tranches “jeunes”. De fait, il naît 1975 . . . . . . . 373 075 639 795 36,8 37,4
plus de garçons que de filles et l’effectif masculin des jeu- 1982 . . . . . . . 450 316 664 460 40,4 41,0
1990 543 096 670 620 44,7 44,2nes générations est donc plus élevé. Puis, la mortalité des
1999 . . . . . . . 603 026 684 823 46,8 46,0femmes étant plus faible, à chaque âge, que celle de leurs
homologues masculins, les femmes deviennent majori- Source : Insee - Recensements de la population-Exploitation principale
taires. Note : la population active comprend les actifs ayant un emploi et les chômeurs. Les militaires de
contingent en sont exclus
Répartition par âge quinquennal et par sexe
de la population aquitaine en âge de travailler en 1999
100
ou +
603 000 Aquitaines actives en 199995-99
90-94
Hommes Femmes85-89 Parallèlement, la population active féminine de l’Aquitaine
80-84
75-79 ne cesse de croître, comme partout en France : 332 000 acti-
70-74
ves en 1962, 450 300 en 1982 et 603 000 aujourd’hui. Le65-69
60-64 nombre de femmes actives a augmenté de 1,6% en moyenne
55-59
50-54 annuelle de 1962 à 1999, soit à un rythme presque double de
45-49
40-44 celui de la population en âge de travailler. En revanche, chez
35-39 les hommes, le nombre d’actifs n’a progressé que de 0,2% sur
30-34
25-29 la même période. Résultat de ces deux phénomènes, la part
20-24
15-19 des Aquitaines dans la population active passe de 34,3% en
125 100 75 50 25 0 25 50 75 100 125 1962 à 46,8% en 1999. Leur tauctivité global augmente de
(milliers)
Source : Insee - Recensement de la population de 1999
11,6 points entre 1962 et 1999 pour atteindre 47%, alors que
celui des Aquitains perd plus de 16 points sur la même pé-
riode et tombe à 58,9%.En 1999, c’est à l’âge de 28 ans que la parité des effectifs
des hommes et des femmes est atteinte en Aquitaine, Cette hausse de l’activité féminine se retrouve à chaque
comme en France d’ailleurs. La prédominance féminine tranche d’âge intermédiaire, c’est-à-dire entre 25 et 59 ans.
croît alors avec l’âge. A partir de 60 ans, elles sont un Globalement, pour ces tranches d’âges, le taux d’activité fé-
tiers de plus que les hommes. Ainsi, dans la population minin a doublé entre les recensements de 1962 et 1999, pas-
de 15 à 60 ans, âge légal du départ à la retraite, les Aqui- sant de 40% à 80% environ. Sur la dernière période
taines sont à parité (50,3%) avec leurs homologues mas- intercensitaire, l’augmentation est particulièrement impor-
culins. tante chez les 45-54 ans et s’explique principalement par un
effet démographique transitoire, qui touchera d’ailleurs à saGlobalement, entre les recensements de 1962 et 1999, la
fin à partir des années 2004/2005. En effet, c’est entre 1990 etpart des femmes dans la population en âge de travailler a
1999 que les premières générations dites du “baby-boom”,peu varié ; le taux de croissance pour cette population
c’est-à-dire celles qui ont suivi la fin de la seconde guerreétant quasiment identique pour les hommes et pour les
mondiale de 1939-1945, sont arrivées à la cinquantaine etfemmes, de l’ordre de 1%.en moyenne annuelle sur la pé-
c’est à partir de 2004 qu’elles commenceront à partir à la re-riode.
traite. Née entre 1945 et 1950, cette génération est apparue
au recensement de 1968 sur le marché du travail et ses taux
d’activité n’ont pas cessé d’augmenter tout au long de la pé-Population totale des 15 ans ou plus par sexe depuis 1962
riode. Ces femmes de l’après-guerre ont connu un contexte
économique, social et culturel différent de celuiAquitaine France métro.
d’avant-guerre. Sur le plan économique, il se caractérise,Années Femmes Hommes Part des Part des
femmes (%) femmes (%) entre autres, par le développement du travail salarié notam-
1962 . . . . . . . 937 034 839 780 52,7 52,2 ment dans le secteur tertiaire, alors que, conjointement, le sta-
1968 1 005 720 910 052 52,5 52,0 tut d’aide familiale régresse. Elles ont aussi bénéficié d’un
1975 . . . . . . . 1 055 910 961 740 52,3 51,7
meilleur accès à l’instruction. Ce phénomène lié au vieillisse-
1982 1 130 480 1 029 712 52,3 51,9
ment de la génération née après guerre touche bien sûr aussi
1990 . . . . . . . 1 215 470 1 109 168 52,3 51,9
les hommes. Toutefois, contrairement aux femmes, on ob-1999 1 282 001 1 163 621 52,4 52,0
serve chez les hommes, une stagnation, voir un léger recul
Source : Insee - Recensements de la population-Exploitation principale
des taux d’activité aux âges intermédiaires.
L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE 7 INSEE AQUITAINE
L’activité au féminin
Taux d'activité des Aquitains en 1999 Cette variabilité est le fait de l’activité des femmes alors que
% et des Aquitaines depuis 1962
celle des hommes est beaucoup plus homogène sur le terri-
100,0
1999 - Hommes
toire. Dans ces conditions, les zones où les taux d’activité des
90,0
1999 - Femmes femmes sont le plus élevés présentent aussi les plus faibles dif-
80,0
férences de taux d’activité hommes/femmes. Il s’agit des zo-1990
70,0
nes d’ Oloron-Mauléon, de Mont-de-Marsan-Est des Landes1982
60,0
et de Bordeaux-Entre-deux-mers. Inversement, c’est dans les1975
50,0
zones d’emploi où les taux d’activité féminins sont les plus en
40,0
1962 retrait par rapport à ceux des hommes que se trouvent les
30,0
écarts hommes/femmes les plus importants : Bordeaux-Cub-
20,0
zacais, Terrasson Bordeaux-Arcachonnais, Lacq-Orthez et
10,0 Bordeaux-Médoc
0,0
15-20 20-25 25-30 30-35 35-40 40-45 45-50 50-55 60 En fait, moins une zone connaît le chômage, plus les taux
ou plusAges
Source : Insee - Recensements de la population d’activité sont élevés. Cette observation est encore plus évi-
dente en ce qui concerne le taux d’activité féminin. En effet,
ce lien affecte deux fois plus les taux d’activité féminins que
En revanche, aux tranches d’âges extrêmes - moins de 25 ans,
masculins. Ce phénomène explique la forte variabilité sur le
âge d’entrée dans la vie active, ou plus de 60 ans, âge de dé-
territoire des taux d’activité féminins.
part à la retraite-, l’activité diminue tant pour les hommes que
Le niveau de diplôme influe également sur l’écart de tauxpour les femmes. Il s’agit ici des phénomènes bien connus
d’activité entre hommes et femmes. Plus le niveau de diplômed’élévation de l’âge moyen d’entrée dans la vie active liée à la
atteint est élevé, plus l’écart se réduit. Ainsi, le taux d’activitépoursuite des études et d’avancement de l’âge du départ à la
des femmes de 25 à 59 ans ayant fait des études supérieuresretraite ; que ce dernier résulte d’une loi (l’âge légal a été
est, en 1999, de 84,8% contre 92% pour leurs collègues mas-abaissé de 65 ans à 60 ans en 1982) ou de comportements
culins, soit un écart de 7,2 points.économiques.
En outre, le travail des femmes est de plus en plus continu au
cours de leur vie active, ce qui se traduit par une stabilité de
Différence de taux d’activité hommes-femmes
leur taux d’activité, notamment aux âges où elles sont le plus par zone d’emploi (personnes âgées de 20 à 59 ans)
actives. Les maternités et l’éducation des enfants sont moins
Nord-Est
de la Dordognesouvent la cause d’un retrait du marché du travail.
Bordeaux- PérigueuxBordeaux-
Médoc Cubzacais Terrasson
Libourne-Des écarts qui subsistent …
Montpon-
Bordeaux-Ste-Foy-la-Grande Sarlat-
Zone-centrale la-CanédaBergerac
Bordeaux-
Entre-deux-MersIl subsiste cependant toujours un écart entre les taux d’activité
Bordeaux-
Arcachonnais
Marmande-Langon- Villeneuve-sur-Lot-féminins et masculins. Aux âges intermédiaires, de 20 à 59
CasteljalouxBazas- Fumel
La Réoleans, il atteint 12,4 points.
Mont-de-Marsan-
Haute-Lande Agen
Les disparités sont importantes à l’intérieur du territoire régio- Différence en points
Dax
Mont-de-Marsan-nal. Selon les zones d’emploi, les écarts de taux d’activité De 10 à 12
Est-des-LandesSud-des-
De 12 à 13,5Landeshommes/femmes varient de 10 points à presque 20 points. De 13,5 à 16,2
Lacq- De 16,2 à 18,7
Bayonne-Pyrénées Orthez
Pau
Écart des taux d'activité par âge entre
Oloron-
Mauléonles femmes et les hommes en Aquitaine et en France en 1999
© INSEE-IGN 2001
55-59 ans Source : Insee - Recensement de la population de 1999
50-54 ans
45-49 ans Enfin, comparé à la France, l’écart entre les taux d’activité fé-
minin et masculin observé en Aquitaine est moindre. Deux40-44 ans
explications se conjuguent pour justifier cette différence
35-39 ans
d’écart : d’une part, les taux d’activité des Aquitaines âgées
30-34 ans de 20 et 59 ans, qui s’élève à 75% en moyenne au recense-
Aquitaine
25-29 ans ment de 1999, se situent systématiquement au-dessus des
France métropolitaine
taux nationaux, et ce dans toutes les classes d’âges hormis20-24 ans
points
celle des 20-25 ans et d’autre part, le constat est inverse pour
-20 -18 -16 -14 -12 -10 -8 -6 -4 -2 0
Source : Insee - Recensement de la population de 1999 les Aquitains avec un taux moyen de 87,4% contre 88%
Les militaires du contingent sont pris en compte dans la population active
pour les Français.
INSEE AQUITAINE 8 L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE
❒Les métiers féminins
Les emplois féminins concentrés dans certains Des activités tertiaires largement exercées par les
imétiers ifemmes
Entre les recensements de 1982 et 1999, le nombre de fem- La création d’emplois féminins a été particulièrement forte
mes occupant un emploi, en Aquitaine, a progressé au rythme dans les activités tertiaire de la santé et l’action sociale, des
moyen de 1,3% par an pour atteindre 503 900 emplois en services personnels et domestiques, de l’administration et de
1999. En revanche, dans le même temps, on constate une di- l’éducation. Dans l’industrie, les seules activités ayant, très lé-
minution des emplois occupés par des hommes, à un rythme gèrement, contribué à l’augmentation de l’emploi féminin
annuel moyen de 0,2%, soit 45,2% de l’ensemble des em- sont les industries agroalimentaires et l’industrie de l’édition,
plois. Ce dernier résultat est dû à une diminution de l’emploi imprimerie, reproduction.
non salarié des hommes -de 2,1% en moyenne par an- dimi- Au total, les emplois apparaissent très concentrés sur un petit
nution qui n’a pas été entièrement compensée par des créa- nombre de secteurs. En 1999, les 5 principales activités (sur
tions d’emplois salariés. Ilyaeu conjointement, destruction les 36 de la nomenclature) les plus fréquemment occupées
d’emplois masculins et création d’emplois féminins sans qu’ il par les femmes totalisent 60% de l’ensemble des salariées.
y ait pour autant remplacement des uns par les autres. L’em- Cette situation n’a pas du tout évolué depuis 1989 où les mê-
ploi non salarié est le fait des hommes dans des secteurs tels mes activités occupaient 58% des salariées ! Ces activités,
que l’agriculture, qui connaît une baisse tendancielle lourde toutes relevant du secteur tertiaire sont, par ordre décroissant :
du nombre des exploitations agricoles, et la construction. En la santé et l’action sociale, l’administration publique, l’éduca-
revanche, l’emploi des femmes se définit essentiellement par tion et les services personnels et domestiques.
l’emploi salarié : au recensement de 1999, il représente
Pour atteindre ce même résultat, chez leurs collègues mascu-
88,1% de l’emploi des Aquitaines, comparé à 80,9% de l’em-
lins, il faut regrouper 8 activités, disséminées dans les 4
ploi des Aquitains.
grands secteurs d’activité.
Au total, majoritaires dans la population en âge de travailler,
les femmes représentent moins de la moitié des participants
au marché du travail, soit 46,8% de la population active et
L’emploi salarié en Aquitaine45,2% si l’on considère la population active ayant un emploi.
Unité : milliers et %
Activités en NES 4 Effectifs salariés au Variation d’effectifs Contribution
Évolution de la population active ayant un emploi en Aquitaine (Nomenclature 31.12.99 entre 1989 et 1999 des secteurs
de synthèse) à l’évolution
650 000 Ensemble dont % Ensemble dont 1989/1999
femmes femmes des effectifs
(femmes)
600 000 Hommes Agriculture . . . . . . . 38 172 2,6 19,7 19,9 0,5
Industrie . . . . . . . . . 155 608 9,4 -10,1 -12,6 -1,6
550 000
Construction . . . . . . 56 228 1,1 -7,0 3,0 0,0
Femmes Tertiaire. . . . . . . . . . 726 991 86,9 22,4 25,6 21,3
500 000
dont
Services personnels
et domestiques . . . 34 659 3,3 54,9 58,2 3,1450 000
Éducation . . . . . . . 83 918 5,7 20,7 22,1 2,7
Santé,400 000 action sociale . . . . 112 669 8,9 26,1 24,4 4,5
Administration . . . 127 458 6,2 18,0 21,9 2,9
350 000 dont Administra-
tion publique . . . . 109 245 5,2 10,0 15,0 1,8
300 000 Toutes activités . . . 976 999 100,0 13,7 20,2 20,2
1975 1977 1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999
Source : Insee - Estimations d’emploi
Source : Insee - Recensements de la population
La qualification au fémininD’après les estimations annuelles d’emploi de l’Insee, le
nombre de femmes salariées a augmenté de 1,9% par an en
L’analyse de l’emploi féminin sous l’angle des qualifications1
moyenne contre 0,8% pour les hommes . La totalité de cette
-selon la Déclaration annuelle de données sociales (DADS)-
hausse est due au secteur tertiaire. Les autres secteurs, de par
fait ressortir le même constat. En 1998, dans les secteurs privé
leur faible poids dans l’emploi salarié des femmes, contri-
et semi-publics d’Aquitaine, et tous secteurs confondus, près
buent peu ou pas du tout à cette augmentation, l’industrie
de 56% des femmes occupent des postes d’employées, 18%
s’inscrivant en négatif.
exercent des postes intermédiaires de la santé et de l’action
sociale ainsi qu’administratifs et commerciaux d’entreprises,
et plus de 7% appartiennent à la catégorie des ouvriers non
1
Les rythmes d’augmentation annuel moyen sont calculés sur la période
qualifiés.
1989 et 1999.
L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE 9 INSEE AQUITAINE
Les métiers féminins
Le développement du tertiaire favorise le travail des femmes
mais, le plus souvent dans des postes d’exécution. Alors qu’en
haut de l’échelle les cadres salariés et chefs d’entreprises sont
des hommes dans 76% des cas, les femmes sont plus souvent
affectées aux activités peu qualifiées. Plus précisément, dans
le commerce et les services, les emplois occupés par des fem-
mes correspondent dans 64% des cas à des postes d’em-
ployées ou d’ouvrières non qualifiées. Les hommes ne sont
que 31% à occuper de tels postes.
Répartition des salariés par catégories socioprofessionnelles
Hommes Femmes
Chefs d'entreprises
Cadres et professions intellect. supérieures Ouvriers qualifiés
Professions intermédiaires Ouvriers non qualifiés et agric.
Employés Apprentis
Source : Insee - Fichier simplifié DADS salariés 1998
Ainsi, les emplois féminins sont concentrés dans peu de sec-
teurs d’activité, principalement le tertiaire et dans des activi-
tés souvent peu qualifiées et, partant, peu rémunératrices
(voir encadré : les salaires des femmes).
INSEE AQUITAINE 10 L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE
❒Conditions d’emploi des femmes
de leur vie. Avec d’autres conditions parmi lesquelles le déve-Emplois féminins : plus de précarité
loppement des capacités d’accueil des enfants en bas âge, il a
Depuis une vingtaine d’année, le statut de salarié a beaucoup probablement permis aux femmes de se maintenir en activité
évolué dans un contexte économique caractérisé par la crise au moment où elles ont en charge une famille.
liée aux chocs pétroliers de 1974 puis 1982. Des formes parti-
culières d’emploi se sont largement développées. Les entre-
prises, pour accroître l’adéquation de leurs effectifs à leur
plan de charge, développent leur recours aux entreprises d’in- Part du temps partiel par sexe et par qualification
en Aquitaine en 1998térim ou embauchent sur la base de contrat à durée déter-
minée (CDD). Parallèlement, l’Etat a cherché à favoriser Total
l’insertion des chômeurs sur le marché du travail en mettant
Apprentis et stagiaires
en place des stages et des contrats aidés en faveur des secteurs
marchand et non marchand. Cette évolution s’est opérée au Ouvriers
détriment du modèle dominant de l’emploi salarié à temps
Employés
complet sous contrat à durée indéterminé (CDI).
Professions intermédiairesDe nombreuses femmes se retrouvent dans ces emplois. Au
Hommesrecensement de 1999, la part des salariées aquitaines occu- Cadres et professions
intellectuelles supérieures Femmespant un emploi stable -défini comme un CDI ou un emploi de
Chefs d'entreprisesfonctionnaire- est légèrement inférieure à celle des travail-
%
leurs masculins : elle se situe à 81,9% contre 85,1% pour les 0 5 10 1520 25 3035 4045 50
Source : Insee - DADS 1998 - Fichier salariéshommes. Parallèlement, la part des emplois précaires -définis
comme un CDD ou un emploi en intérim- est plus importante
chez les salariées aquitaines, de l’ordre de 10,5% contre
8,2% pour les hommes. Les femmes sont plus souvent en con-
trat à durée déterminé que les hommes. Au contraire, les
hommes sont plus souvent intérimaires que les femmes, car
plus présents dans l’industrie et la construction, les plus im-
portants secteurs consommateurs de personnel intérimaire.
De même, les femmes aquitaines sont surreprésentées dans
les emplois aidés et les stages rémunérés sur fonds publics :
5,1% des actives salariées sont en fait sur un emploi aidé de
type Contrat Emploi Solidarité (CES) ou emploi jeune ou dans
un stage de formation professionnelle de type Stage d’Inser-
tion et de Formation à l’Emploi (SIFE). Cette proportion tombe
à 2,7% lorsqu’il s’agit des salariés masculins.
Le temps partiel : phénomène essentiellement
iféminin
A côté de l’apparition de ces nouvelles formes d’emploi, ces
vingt dernières années ont connu le développement du travail
à temps partiel dans un contexte de baisse de la durée légale
du travail. Il est difficile, et même impossible au niveau d’une
région, de faire la part entre le caractère voulu ou subi des em-
plois à temps partiel. Mais, globalement, on constate que c’est
à l’égard de la durée du travail que les disparités hom-
mes/femmes, concernant les conditions d’emploi, sont les
plus importantes. Selon la DADS de l’année 1998, dans les
entreprises privées et semi-publiques d’Aquitaine, 25,3% des
femmes salariées travaillent à temps partiel- c’est à dire à
moins de 80% de la durée légale. Le temps partiel est un tra-
vail essentiellement féminin puisque seulement 6,3% des
hommes sont dans ce cas. Les employées du commerce et les
personnels des services sont particulièrement concernées, de
même que les salariées âgées entre 25 et 44 ans. Le dévelop-
pement du temps partiel féminin est à mettre en relation avec
le lissage, vers le haut, du taux d’activité des femmes au cours
L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE 11 INSEE AQUITAINE
❒Un créateur d’entreprise sur trois est une créatrice
En Aquitaine comme en France, un créateur d’entreprise sur trois chez les hommes). Dans la population active féminine de la région,
1est une femme en 1998, selon la source SINE . Cette proportion 10,8% des femmes ne possèdent pas de diplôme et 40,5% possè-
est faible au regard de la part des femmes dans la population ac- dent le baccalauréat ou un diplôme supérieur.
tive ayant un emploi qui s’élève en 1999 à 45,2 pour l’Aquitaine
Plus souvent “repreneuses” et “individuelles”Bien que toutes les tranches d’âges soient représentées, la plu-
part des femmes créatrices ont entre 30 et 39 ans. Chez les
Les créatrices d’entreprise aquitaines reprennent une entreprise un
créateurs aquitains, cette surreprésentation est accentuée.
peu plus souvent que les hommes et elles optent davantage pour
Inversement, passé les 50 ans, relativement peu de femmes, et
une structure d’entreprise individuelle. Ces femmes créent plus fré-
d’hommes également, essayent de créer leur entreprise.
quemment que leurs homologues masculins leur entreprise dans
Sur ou sous-représentation des femmes créatrices d'entreprises selon certaines caractéristiques
Services aux particuliersActivité de l’entreprise
Education, santé, action sociale
Commerce, réparation
IAA
Activités immobilières
Services aux entreprises
Industrie sauf IAA
Transports
Construction
Entreprise individuelleForme juridique
Société
RepriseOrigine de l’entreprise
Création
Sans activité
Situation antérieure Au chômage depuis plus d'un an
Au chômage moins an
En activité
BAC+2 ou plusDiplôme obtenu
BAC
Pas de diplôme ou CEP
CAP, BEP, BEPC
Employé (salarié)Qualification
Sans activité
Etudiant, scolaire
Agent de maîtrise, contremaître
Profession intermédiaire
Chefs d'entreprises (plus de 10 salariés)
Artisan, commerçant, prof. libérale, agriculteur et autres
Cadre
Ouvrier (salarié)
40-49 ans
Age 18-29 ans
50 ans ou plus
30-39 ans
-4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4
Nombre de points d'écart par rapport à une situation moyenneSource : Insee - Fichier SINE 1998
les services aux particuliers et sont concentrées dans le secteur duLa moitié des créatrices étaient inactives ou au
commerce et de la réparation. Ce secteur attire également les créa-ichômage
teurs aquitains dans les mêmes proportions. En revanche, ils sont
A l’inverse des Aquitains qui avaient pour la majorité d’entre eux davantage représentés dans le secteur de la construction.
une activité professionnelle avant de créer leur entreprise, la plu-
part des Aquitaines créatrices d’entreprise n’exerçaient aupara- Des entreprises qui résistent un peu moins bien au
vant aucune activité : 22% d’entre elles étaient inactives (sans itemps
activité ou étudiantes) et 35,1% au chômage. Ces proportions
sont respectivement de 8,9% et 39,4% pour les hommes en 1998. Un peu moins de la moitié (44,8%) des entreprises créées par
Les origines professionnelles des créatrices d’entreprises, les femmes aquitaines au premier semestre 1994 sont toujours
lorsqu’elles étaient en activité (actives ayant un emploi ou en vie en septembre 1999. Ce taux de pérennité est de 50,1%
chômeuses), sont variées : la majorité, près de 54%, étaient quand le créateur est un homme. De même, sur des périodes
employées salariées avant d’être chefs d’entreprises, 15,6% plus courtes (un ou trois ans), ce taux reste toujours un peu plus
anciennes entrepreneurs, artisans, commerçantes ou chefs faible. Il dépend de nombreux éléments, aussi bien liés à la per-
d’entreprises de plus de 10 salariés et 12,4% occupaient de sonnalité du créateur qu’au projet de création. Des études na-
postes de cadres. Parmi les hommes créateurs, les catégories tionales ont montré que femmes et hommes ne se différencient
socioprofessionnelles les plus représentées sont les ouvriers pas dans leur capacité à faire vivre un projet d’entreprise : si les
salariés et employés salariés. Les ex-cadres sont également re- entreprises créées par les femmes résistent moins bien au temps
lativement nombreux à se mettre à leur compte. que les autres, c’est parce que leurs caractéristiques de départ
sont plus faibles. L’expérience par exemple et les acquis duLe niveau de formation des créatrices diffère de celui observé chez
créateur jouent positivement sur la durée de vie de la nouvelleles hommes, mais aussi de l’ensemble des femmes actives de la ré-
entreprise. Les anciens entrepreneurs, artisans ou chefs d’en-gion. Ces créatrices d’entreprise sont généralement plus diplômées.
treprise sont mieux placés que les anciens salariés. De même,En effet, seulement 13,6% des créatrices interrogées déclarent
le statut de personne morale est un facteur qui favorise la pé-n’avoir aucun diplôme contre 17,4% de créateurs. De plus, plus de
rennité. Les femmes réunissent moins souvent ces conditions.la moitié d’entre elles ont un bagage scolaire supérieur ou égal au
Ainsi, plus de la moitié des unités dont le créateur n’a aucunebaccalauréat et le tiers un diplôme supérieur (un quart seulement
expérience disparaissent avant leur troisième anniversaire, les
1 femmes étant plus souvent dans ce cas.Système d’information sur les nouvelles entreprises
INSEE AQUITAINE 12 L’EMPLOI AU FÉMININ EN AQUITAINE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.