L'emploi breton bilan définitif 1998 et premières tendances 1999. (Flash d'Octant n° 38)

De
Publié par

La croissance de l'emploi a continué de s'affirmer en Bretagne au cours de l'année 1998. Le solde des créations d'emploi, salariés et non-salariés confondus, est en nette augmentation par rapport à 1997 et s'élève à 22 000. Bénéficiant de l'environnement conjoncturel favorable, l'emploi salarié augmente dans l'industrie et dans la construction, et c'est dans le secteur tertiaire que les évolutions sont les plus fortes. L'Ille-et-Vilaine reste le département où les effectifs croissent le plus rapidement.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 46
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

L’emploi breton en 1998 : bilan définitif
Emploi L’emploi salarié privé en 1999 :
Bretagne
premières tendances
La croissance de l’emploi a continué de s’affirmer en Bretagne au
cours de l’année 1998. Le solde des créations d’emploi, salariés et
non-salariés confondus, est en nette augmentation par rapport à
1997 et s’élève à 22 000.
Bénéficiant de l’environnement conjoncturel favorable, l’emploi
salarié augmente dans l’industrie et dans la construction, et c’est
dans le secteur tertiaire que les évolutions sont les plus fortes.
L’Ille-et-Vilaine reste le département où les effectifs croissent Numéro 38 le plus rapidement.
’emploi non salarié n’a 916 000 salariés. Déjà en tiaire (y.c. l’intérim) queNovembre
cessé de diminuer au forte hausse en 1997 (+2 % l’évolution est la plus forteLcours de la décennie. soit +18 000 emplois), (+2,8 % soit 17 600 em-1999
De 219 000 à la fin de l’an- l’emploi salarié continue plois). Plus des trois quarts
née 1989, le nombre de d’augmenter en 1998 des emplois salariés créés en
non-salariés est passé à (+2,6 % soit 23 300 em- 1998 sont le fait de ce sec-
178 000 à la fin 1998. Tou- plois supplémentaires). Tous teur.
les secteurs sont concernés :tefois, le fléchissement de la
baisse observé en 1997 se l’agriculture (+2,8 % soit Regain
confirme en 1998 (respecti- 700 emplois), l’industrie de l’industrievement -1 400 et -1 300). (+1,9 % soit 3 500 em-
Comme en 1997, le nombre plois), la construction Les créations d’emplois sala-
de non-salariés diminue (+2,8 % soit 1 450 em- riés industriels proviennent
dans l’agriculture et dans plois), mais c’est une nou- essentiellement des indus-
l’industrie. En revanche, ti- velle fois dans le secteur ter- tries agro-alimentaires et des
rant profit du contexte éco-
nomique favorable, le nom-
bre d’artisans et d’indépen-
dants augmente dans la
construction (+200) et dans
le secteur tertiaire (près de
700).
Très forte
augmentation
du nombre
de salariés
La Bretagne comptait au 31
décembre 1998, près de
1 094 000 emplois dont
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH3864 - Prix 12 FFLes effectifs salariés (public et privé confondus) par département et secteur d’activité au 31 décembre 1998
(effectifs en milliers et évolution 1998/1997 en %)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Total
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d’Armor 7,3 1,3 28,7 3,8 9,9 4,8 103,9 2,3 149,8 2,7
Finistère 9,8 4,3 51,2 0,5 13,3 1,9 192,9 2,7 267,2 2,3
Ille-et-Vilaine 3,7 1,6 63,3 1,9 17,2 2,2 221,9 3,6 306,1 3,1
Morbihan 5,2 3,1 40,7 2,6 12,3 3,1 134,3 1,9 192,5 2,2
Bretagne 26,0 2,8 183,9 1,9 52,7 2,8 653,0 2,8 915,6 2,6
Les effectifs totaux (salariés et non salariés confondus) par département et secteur d’activité au 31 décembre 1998
(effectifs en milliers et évolution 1998/1997 en %)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Total
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d’Armor 26,0 -1,6 30,9 3,5 14,1 3,8 120,0 2,0 191,0 1,8
Finistère 27,5 -0,8 54,3 -0,7 18,8 2,6 216,2 2,9 316,8 1,9
Ille-et-Vilaine 23,8 -1,7 66,1 1,7 21,3 1,7 242,9 3,4 354,1 2,6
Morbihan 20,8 -1,0 43,5 2,4 16,3 1,8 151,5 1,8 232,1 1,6
Bretagne 98,1 -1,3 194,8 1,4 70,5 2,4 730,6 2,7 1 094,0 2,1
Source : INSEE - estimations d’emploi
industries des biens intermé- emplois). En revanche, la enregistré une réduction de trent globalement une
diaires. construction navale, aéro- 800 emplois. hausse de leurs effectifs
Spécificité du tissu indus- nautique et ferroviaire perd Bénéficiant de la tonicité de (+250). Les évolutions sont
triel breton, les industries plus de 300 emplois. C’est la consommation des ména- cependant très contrastées
agro-alimentaires poursui- toutefois beaucoup moins ges, les industries de biens d’un secteur à l’autre. Les
vent leur développement qu’en 1997, où l’on avait de consommation enregis- industries de l’habillement
(+2,8 % soit +1 700 em-
plois), en s’appuyant à la
fois sur des activités tradi- Les tendances dans l’emploi intérimaire (*)
tionnelles (pâtisseries-biscui-
teries +600) et sur des acti- En 1998, le nombre de missions a augmenté de 15,9 % par rapport à 1997 et de 46,7 % par rap-
vités à caractère industriel port à 1996. Dans le même temps, le volume de travail réalisé a progressé respectivement de
23,4 % et de 54,9 %.(industrie des fruits et légu-
Les données disponibles sur les premiers mois de l’année 1999 confirment le ralentissement demes +350, industrie des
la croissance de l’intérim.
viandes +300).
La propension des entreprises à recourir à l’intérim est plus forte en Ille-et-Vilaine et dans le Mor-
Très dynamiques, les indus- bihan que dans le Finistère et les Côtes-d’Armor.
tries des biens intermédiai- (*) "Le développement de l’intérim en 1998" Source DRTEFP "BRET Syntheses" Octobre 1999
res s’imposent après les in-
dustries agro-alimentaires,
comme le second secteur Politiques de l’emploi
industriel créateur d’em- Que ce soit dans le secteur marchand ou dans difficulté. Par ailleurs, 4 100 emplois consoli-
plois. Au total, plus de le secteur non marchand, les mesures prises dés (soit 300 de plus qu’en 1997) ont égale-
1 200 emplois y ont été au titre des politiques d’aide à l’emploi ont con- ment été signés. L’obtention de ces contrats,
tribué à l’évolution de l’emploi en Bretagne. initalement accessibles à l’issue d’un contratcréés, dont près de 700
Dans le secteur non marchand, 3 600 jeunes emploi-solidarité, est maintenant élargie àdans la "chimie, caoutchouc
ont été recrutés dans le cadre du dispositif toutepersonneendifficultésociale.
et plastiques".
"Nouveaux services-nouveaux emplois". Ce Dans le secteur marchand, tous les types de
L’évolution de l’emploi est dispositif mis en place en octobre 1997 met formation en alternance se sont développés
également remarquable l’accent sur la création de nouvelles activités (contrat d’apprentissage, de qualification,
dans les deux autres grands dans les associations, dans les collectivités lo- d’adaptation ou d’orientation), et ce sont près
cales ou territoriales ainsi que dans certains de 18 200 jeunes qui ont bénéficié d’un contratsecteurs industriels, les biens
établissements publics et concerne les jeunes de ce type en 1998 contre 16 900 en 1997.d’équipement et les biens
demoinsde26ans. Le nombre de mesures non ciblées sur des pu-
de consommation. Elle est
Toujours dans le secteur non marchand, blics particuliers et portant sur l’abaissement
forte dans les industries 17 400 contrats emploi-solidarité ont été si- des coûts salariaux (exonérations de charge
d’équipements mécaniques gnés en 1998 soit une diminution de 8 % par pour un premier salarié, abattements-temps
(+4,3 % soit plus de 500 rapport à l’année précédente. Ces contrats partiel, contrats initaitives emploi) est en légère
sont destinés à favoriser la réinsertion des de- progressionen1998(+0,7%).emplois) ainsi que dans les
mandeurs d’emploi de longue durée, des bé- Par ailleurs, 2 120 chômeurs ont bénéficiéindustries des équipements
néficiaires du RMI, des travailleurs handicapés d’uneaideàlacréationd’entreprise.électriques et électroniques
ainsi que des jeunes de 18 à 25 ans en grande
(+2,4 % soit près de 400
2 INSEE Bretagne - FLASH D’OCTANT n° 38 - Novembre 1999ciale, les transports, ont parLes effectifs salariés (public et privé confondus) en Bretagne
effet d’entraînement, créé(effectifs en milliers au 31 décembre et évolution 1998/1997 en %)
plus de 1 800 emplois.
Effectifs Évolution
Autre composante du sec-au 31.12.1998 1998/1997
teur tertiaire créatrice d’em-
Agriculture, sylviculture, pêche 26,0 2,8
plois, les services rendus aux
Industrie 183,9 1,9
entreprises dégagent un
Industries agricoles et alimentaires 61,7 1,8
solde résolument positif
Habillement, cuir 5,6 -5,3
(+4 % soit +3 300 em-Édition, imprimerie, reproduction 7,4 1,3
Pharmacie, parfumerie et entretien 4,7 6,7 plois). Cette forte évolution
Industries des équipements du foyer 6,8 2,5 s’explique par l’externalisa-
Irie automobile 11,4 -1,5 tion de fonctions, et le re-
Construction navale, aéronautique et ferroviaire 10,2 -3,2
cours fréquent de sociétés
Industries des équipements mécaniques 13,0 4,3
industrielles à des sociétésInd. des équipements électriques et électroniques 15,6 2,4
Industries des produits minéraux 6,7 1,6 prestataires de services. Il
Irie textile 1,3 -0,3 s’agit pour l’essentiel de so-
Industries du bois et du papier 7,5 2,8 ciétés de développement in-
Chimie, caoutchouc, plastiques 11,6 6,4
formatique, de conseil et
Métallurgie et transformation des métaux 10,7 2,3
d’assistance, de nettoyageInd. des composants électriques et électroniques 4,2 1,0
industriel, de travail tempo-Production de combustibles et carburants 0,1 3,7
Eau, gaz, électricité 5,5 -1,7 raire. Ces sociétés dont la
croissance est liée à l’évolu-Construction 52,7 2,8
tion de la conjoncture in-Tertiaire 653,0 2,8
dustrielle ont actuellementCommerce et réparation automobile 17,8 1,8
Commerce de gros 40,6 4,7 le vent en poupe et sont gé-
Commerce de détail et réparations 60,9 3,5 nératrices d’emplois, très
Transports 37,9 5,0 souvent à temps partiel et à
Activites financières 23,9 2,7
durée déterminée.
Activites immobilières 4,6 -2,0
Parmi les autres activitésPostes et télécommunications 20,4 -1,1
Conseils et assistance 28,1 4,5 créatrices d’emplois, on
Services opérationnels 35,4 6,4 trouve également les services
Recherche et développement 4,2 6,6 aux particuliers (+3 000).
Hôtels et restaurants 28,2 4,9
Cet accroissement est dû es-
Activités récréatives, culturelles et sportives 9,0 5,6
sentiellement aux hôtels -
restaurants (+1 300) et aux
et du cuir restent confron- forte hausse des sept derniè- merce de gros, l’évolution services personnels et do-
tées à des difficultés concur- res années. est également élevée mestiques (+1 200).
rentielles avec les pays asia- (+1 200), notamment dans En augmentation également,
tiques et l’Afrique du Nord le commerce de gros les postes "éducation, santé,Le poids
et réduisent fortement leurs d’équipements industriels. action sociale" et "adminis-
du tertiaireeffectifs (-300). En revanche, Dynamisés par une activité tration" ont bénéficié de re-
le secteur de la pharmacie, industrielle intense et par lePlus de 70 % des salariés crutements réalisés par le
parfumerie et entretien bretons travaillent dans le regain de l’activité commer- biais des mesures prises
(+300), les industries des secteur tertiaire. En créant
équipements du foyer (près 17 600 emplois en 1998, ce
de 200) et enfin l’édition, secteur croît de façon très si-
l’imprimerie et la reproduc- gnificative. Il convient toute-
tion (+100) affichent des fois de nuancer la portée de
évolutions favorables. ces évolutions, car les em-
Les réductions d’effectifs se plois y sont souvent à durée
sont poursuivies dans l’in- déterminée ou à temps par-
dustrie automobile. En cinq tiel.
ans, ce sont près de 1 600 Stimulé par la consomma-
salariés qui ont quitté ce tion des ménages (+3,5 %
secteur industriel. en moyenne sur l’année
Conforté par la reprise éco- 1998), le commerce gagne
nomique et les aides fiscales plus de 3 500 postes dont
accordées aux propriétaires 2 000 dans le commerce de
de logements locatifs à tra- détail et réparation. C’est la
vers la loi Périssol, le secteur résultante du développe-
de la construction embau- ment de grandes surfaces et
che (+2,8 % soit 1 450 em- de magasins à enseignes
plois). Il s’agit de la plus spécialisées. Dans le com-
INSEE Bretagne - FLASH D’OCTANT n° 38 - Novembre 1999 3dans le cadre des politiques C’est dans le Finistère que la 1,9 % et 2,8 %). Contraire- Toujours en glissement an-
d’aide à l’emploi, et du dé- croissance de l’emploi in- ment aux années précéden- nuel sur les 4 derniers tri-
veloppement d’actions au dustriel est la plus faible en tes, l’emploi dans les hôtels mestres, l’industrie pro-
sein du monde associatif. raison des baisses enregis- - restaurants est restée qua- gresse de 1,2 % (soit un
trées dans la construction siment stable. solde de 2 100 emplois), la
navale aéronautique et fer- construction de 4 %L’Ille-et-Vilaine
roviaire. 1999 : (+2 300) et le tertiairese démarque En revanche, la progression (hors intérim) de 3,5 %la croissance
En Ille-et-Vilaine, 9 300 em- du nombre de salariés est (+11 700).de l’emploi salarié
plois ont été créés en 1998 particulièrement importante Dans l’industrie manufactu-
se confirmedans le tertiaire (+5 000). rière, les industries des biensdont 6 300 dans la zone
d’emploi de Rennes. Le dé- Les secteurs de l’éducation, intermédiaires enregistrent
de la santé et de l’action so- Les premières analyses sur la plus forte hausse (+2,4 %veloppement du commerce,
l’évolution de l’emploi sala-des services rendus aux en- ciale tiennent une place soit un millier de postes sup-
rié privé non agricole - horstreprises ainsi que la pré- prépondérante et contri- plémentaires). En revanche,
buent à ce fort développe- intérim - réalisées à partir de les industries des biens desence des administrations et
l’exploitation des borde-des services de santé, con- ment. Citons par exemple, consommation en perdent
reaux URSSAF confirment lafortent son influence en tant l’intensification d’actions une centaine.
menées au sein du secteur bonne tenue de l’emploi sa- Continuant de bénéficier deque pôle d’attraction au sein
larié en Bretagne. du département. associatif pour aider les per- la vigueur de l’activité, le
sonnes en milieu rural. En glissement annuel sur les secteur de la construction
4 derniers trimestres (deDans les Côtes-d’Armor, reste dynamique et crée des
juillet 98 à juin 99), lal’emploi industriel - avec Dans le Morbihan, les effec- emplois, notamment dans
tifs de l’industrie (notam- hausse de l’emploi salarié les établissements de moins3,8 % d’augmentation con-
privé non agricole s’élève entre seulement 0,7 % en ment dans les industries de 10 salariés.
Bretagne à +2,8 % soit en-1997 - a bénéficié de la re- agro-alimentaires) et de la La croissance de l’emploi se
construction évoluent très viron 16 000 postes de tra- confirme dans les transportsprise de l’activité. La forte
vail supplémentaires. Cehausse dans les industries positivement. Dans le sec- (+4 %), les services rendus
teur tertiaire, la croissance rythme d’évolution est pro- aux particuliers (+6 %) etagro-alimentaires, due à
che de celui observé sur lal’implantation de nouvelles de l’emploi salarié se situe aux entreprises (+5,5%).
même période de l’annéestructures et au développe- en deçà de la moyenne ré-
gionale (respectivement précédente. ment d’unités de production
déjà existantes, est le fait in-
dustriel marquant. L’évolu- Avertissement
tion du commerce, des ser-
Les sources administratives utilisées pour établir les estimations d’emploi ne donnent aucune indi-vices aux particuliers et des
cation sur la durée du temps de travail, et sur la nature des contrats. Hormis les URSSAF qui per-
activités associatives permet
mettent une mesure trimestrielle et donc saisonnière de l’emploi, les effectifs pris en compte pour
à l’emploi costarmoricain de calculer les évolutions sont ceux présents au 31 décembre qu’il s’agisse d’emplois à temps par-
croître sensiblement. tiel, d’emplois à durée déterminée, de missions d’intérim ....
La localisation de l’emploi à un niveau géographique fin est quelquefois difficile à établir : d’une
part certaines sources ne sont connues qu’à un niveau départemental (le niveau s’obtient alors en
appliquant la structure observée au moment du recensement), et d’autre part il arrive que des éta-
blissements multiples déclarent l’ensemble de leurs effectifs sur un seul de leurs établissements.
Des dégroupements sont alors effectués dans la mesure du possible.
INSEE Bretagne
"Le Colbert"
36, place du Colombier Les estimations d’emploiCS 94439
35044 RENNES Cédex L’INSEE établit chaque année des estimations Il est comptabilisé dans le secteur tertiaire
Tél. : 02 99 29 33 33 d’emploi. Elles sont calées sur les résultats du sous la rubrique "services rendus aux entre-
Fax : 90
recensement de la population de 1990 et sont prises".
actualisées sectoriellement au 31 décembre Des données complémentaires sont re-
Directeur de la Publication : de chaque année au moyen d’indices d’évolu- cueillies auprès d’autres sources, le fichier
Jean-Jacques MALPOT tion déterminés à partir de différentes sources paie des agents de l’Etat, l’enquête annuelle
statistiques. sur les collectivités territoriales les statistiquesRédacteur en chef :
Micheline TESSIER Emploi salarié de la Mutualité sociale agricole...
La principale source d’actualisation utilisée est Emploi non salariéComposition :
la statistique URSSAF dont le champ couvre L’évolution départementale des effectifs nonJean-Paul MER
tous les établissements du secteur privé mar- salariés agricoles est estimée à partir des sta-
Cette note a été rédigée par : chand non agricole soit environ 60% de l’em- tistiques des assurances sociales agricoles.
Monique LE CAM ploi salarié. Les tendances sur l’année 1999 L’emploi des non-salariés non agricoles est
Pour tout renseignement : ont été obtenues à partir de l’exploitation des mesuré par les statistiques de l’ACOSS
Bureau d’information URSSAF sur une période allant du 30 juin (Agence centrale des Organismes de Sécurité
Tél. : 02 99 29 33 66 1999 au 30 juin 1998. Sociale) et sont ventilées par département au
Le travail intérimaire n’est pas ventilé dans le prorata du nombre d’établissements actifs ré-
© INSEE 1999
secteur d’activité de l’établissement utilisateur. pertoriés par SIRENE.Dépôt légal : 4 ème trimestre 1999
Imprimerie : Média Graphic
4 INSEE Bretagne - FLASH D’OCTANT n° 38 - Novembre 1999

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.