L'emploi breton en 2000 : le bilan définitif et détaillé. L'emploi salarié privé en 2001 : les premières tendances (Flash d'Octant n° 68)

De
Publié par

Au cours de l'année 2000, l'emploi total, salarié et non- salarié, a augmenté de 2,6 % ce qui correspond à environ 30 000 emplois supplémentaires. Cette très forte hausse, qui s'inscrit dans la continuité de 1999, résulte d'une conjoncture extrêmement favorable et du dispositif sur la réduction du temps de travail. C'est la meilleure performance de ces 25 dernières années. L'Ille-et-Vilaine a enregistré la plus forte progression départementale. Après cette année exceptionnelle, l'année 2001 malgré une croissance encore forte apparaît en retrait.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 30
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
E
Numéro 68 - Décembre 2001
L'emploi breton en 2000 :
le bilan définitif et détaillé
L'emploi salarié privé en 2001 :
les premières tendances
Au cours de l'année 2000, l'emploi total, salarié et non-salarié, a augmenté
de 2,6 % ce qui correspond à environ 30 000 emplois supplémentaires.
Cette très forte hausse, qui s'inscrit dans la continuité de 1999, résulte
d'une conjoncture extrêmement favorable et du dispositif sur la réduction
du temps de travail. C'est la meilleure performance de ces 25 dernières années.
L'Ille-et-Vilaine a enregistré la plus forte progression départementale.
Après cette année exceptionnelle, l’année 2001 malgré une croissance encore
forte apparaît en retrait.
'année 2000 a été ménages, par leur consommation de cette croissance. Les créationsL particulièrement propice à la et les entreprises, par leurs d'emplois salariés ont été partout
création d'emplois salariés. Les très élevées : l'industrie, lainvestissements ont été moteurs
construction et le secteur tertiaire
ont tous bénéficié de cetteEvolution annuelle de l'emploi total en % - 1975-2000
conjoncture très favorable.
3,0
L'emploi non salarié a continué
2,5 de diminuer au cours de l'année
2,0 (- 2 %) particulièrement dans
l'agriculture et les services. Dans1,5
le commerce et la construction, la
1,0
baisse du nombre d'indépendants
0,5 et d'artisans est de moindre
0 ampleur.
- 0,5 Hausse exceptionnelle
- 1,0 dans l'industrie
Les effectifs industriels bretons- 1,5
ont cru de façon exceptionnelle
- 2,0
1975 1980 1985 1990 1995 2000 (+ 4,9 %). Les plus fortes hausses
lecture : l'emploi total a progressé de 2,6 % en 2000
sont à mettre à l'actif de l'industrie
Source : INSEE - Estimations d'emploi
mploi
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH6864 - PRIX : 1,83€ (12 FF)Les effectifs salariés (public et privé confondus) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2000
(Effectifs en milliers et évolution 2000/1999 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1990)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 7,6 -0,5 30,8 4,1 11,0 6,3 109,5 2,6 158,9 3,0
Finistère 10,0 -1,7 52,2 1,9 14,8 4,4 201,4 1,9 278,4 1,9
Ille-et-Vilaine 3,9 -0,4 70,2 8,0 18,6 3,5 240,8 4,7 333,4 5,2
Morbihan 5,4 -0,1 43,0 4,3 13,6 6,2 142,3 2,9 204,3 3,3
Bretagne 26,8 -0,9 196,1 4,9 58,0 4,9 694,0 3,2 975,0 3,5
Source INSEE : Estimations d'emploi - Données provisoires
Les effectifs totaux (salariés et non salariés) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2000
(Effectifs en milliers et évolution 2000/1999 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1990)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 25,5 -1,5 32,9 3,7 15,5 4,4 125,0 1,8 198,9 1,7
Finistère 26,4 -2,3 55,3 1,7 20,1 2,2 224,5 1,6 326,4 1,1
Ille-et-Vilaine 22,9 -1,5 72,9 7,6 22,7 2,7 261,2 3,9 379,6 4,1
Morbihan 20,0 -1,4 45,8 4,0 17,8 4,2 159,2 2,3 242,8 2,3
Bretagne 94,8 -1,7 206,9 4,6 76,0 3,3 769,9 3,0 1 147,6 2,6
Source INSEE : Estimations d'emploi - Données provisoires
automobile(+ 9,8 %), liées Tout comme en 1999, les que les services personnels etCroissance soutenue
principalement à d'importants services aux entreprises domestiques n'augmentent quedans le tertiaire marchand
recrutements à l'usine Citroën affichent une très forte hausse de 0,7 %.
de Rennes. Autre secteur en Dans le tertiaire, tous les (+ 8,1 %), liée au développe-
Hausse modéréeforte évolution, celui des biens secteurs progressent : ment des cabinets de conseil et
de l'emploi non marchandintermédiaires (+ 7,4 %), où le d'assistance et des servicesl'évolution globale se situe à
L'accroissement de l'emploi estdéveloppement s'explique par + 3,2 %. Le maintien de la opérationnels. Selon les
plus modéré dans le tertiairel'expansion de la "chimie, consommation des ménages et statistiques mensuelles
non marchand que dans lecaoutchouc et plastique " et de la bonne tenue de l'activité publiées par la DARES ( )1 , le
tertiaire marchand : le secteurl’industrie des "composants industrielle ont permis au nombre de missions d'intérim
de l'éducation augmente deélectriques et électroniques". commerce d'accroître ses a, au cours de l'année 2000,
+ 1,6 %, la santé et l'actionLe rythme des créations effectifs de 3 %. Dans le augmenté de 8,8 % par rapport
sociale de + 1,5 %, etd'emplois dans les industries "commerce et réparation à 1999 et de 35,6 % par
l'administration de + 1,6 %.agroalimentaires est également automobile" comme dans le à 1998.
resté soutenu (+ 3,5 %). "commerce de détail, répara- Dans les services aux particu-
Les plus fortes progres-Dans les industries de biens de tion", l'augmentation est de liers, les hôtels et restaurants
sions en Ille-et-Vilaineconsommation, la croissance a + 3,9 %. Elle est un peu plus progressent de 3,2 %, les
été plus modérée (+ 2,8 %) du faible dans le commerce de activités récréatives, culturelles Au 31 décembre 2000, plus du
fait notamment, de nouvelles gros (+ 1,3 %). et sportives de 5,7 %, tandis tiers des salariés bretons
baisses de l'emploi dans
l'habillement et le cuir. 1- Direction de l'animation, de la recherche, des études et des statistiques.
La situation est également
contrastée dans les biens
d'équipement. Les effectifs Les estimations d’emploi
continuent de baisser dans la L'INSEE établit chaque année des organismes (Mutualité Sociale agricoles est mesuré par les
"construction navale, aéronau- estimations d'emploi. Ces Agricole, D.R.T.E.F.P. ...). Le travail statistiques de l'ACOSS (Agence
estimations, encore calées sur les intérimaire n'est pas ventilé dans le centrale des Organismes de Sécuritétique et ferroviaire" (- 3,4 %).
résultats du recensement de la secteur d'activité de l'établissement Sociale), ventilées par départementEn revanche, les industries des
population de 1990 sont actualisées utilisateur. Il est comptabilisé dans le au prorata du nombre
"équipements électriques et
sectoriellement au 31 décembre de tertiaire sous la rublique "Services d'établissements actifs répertoriés
électroniques" et celles des chaque année au moyen d'indices rendus aux entreprises". L'emploi par SIRENE. mécaniques" d'évolution déterminés à partir de public est calculé à partir du fichier Au printemps prochain, ces
différentes sources statistiques.enregistrent des hausses paie des agents de l'État, de estimations seront calées sur les
Emploi salarié l'enquête annuelle sur les résultats du recensement de 1999.significatives de leurs effectifs
La principale source d'actualisation collectivités territoriales ainsi que De nouvelles séries portant sur la(respectivement + 8,8 % et
de l'emploi privé est la statistique d'enquêtes régionales. période 1990-2000 seront publiées
+ 4,8 %). Bénéficiant toujours URSSAF dont le champ couvre tous Emploi non salarié pour la région, les départements et
du dynamisme du secteur, les les établissements du secteur privé les zones d'emploi. Les évolutionsL'évolution départementale des
effectifs salariés de la construc- marchand non agricole soit environ effectifs non salariés agricoles est n'en seront le plus souvent que
60 % de l'emploi salarié. Des estimée à partir des statistiques des faiblement modifiées.tion ont augmenté de + 4,9 %
données complémentaires sont assurances sociales agricoles.confirmant la progression de
recueillies auprès d'autres L'emploi des non-salariés non1999.
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 68 - Décembre 2001
!!Les effectifs salariés (public et privé confondus) en Bretagnetravaillent en Ille-et-Vilaine.
par secteur d'activité au 31 décembre Effectifs en milliers et évolution en %L'emploi salarié y a progressé de
5,2 % créant environ 16 000
Évolution Évolution
postes supplémentaires. Cette 1999 20001999 2000
1998 1999hausse départementale est
supérieure de 1,7 points à la
moyenne régionale. Ce dyna- Agriculture, sylviculture, pêche 27,1 3,7 26,8 -0,9
misme est certes lié aux nombreu-
ses embauches dans le tertiaire
(+ 4,7 % soit près de 11 000 Industries agricoles et alimentaires 62,9 1,9 65,1 3,5
emplois), mais également à la Industrie des biens de consommation 24,7 0,6 25,4 2,8
bonne tenue de l'industrie (+ 8,0 % dont : Habillement, cuir 5,2 -7,3 4,9 -5,3
soit + 5 000 emplois). Les deux Édition, imprimerie, reproduction 7,5 0,7 7,8 3,6
secteurs industriels en pointe ont Pharmacie, parfumerie et entretien 4,9 4,8 5,3 9,6
été, l'automobile et l’ industrie des
Industrie des équipements du foyer 7,1 4,1 7,3 3,4
“composants électriques et
Industrie automobile 11,8 3,8 13,0 9,8
électroniques” : on compte un
Industrie des biens d'équipement 39,0 0,7 40,7 4,3
millier d'emplois supplémentaires
dont : Constr navale, aéronautique, ferroviaire 9,9 -3,2 9,6 -3,4dans chacun de ces secteurs.
Industries des equipements mécaniques 13,5 4,3 14,2 4,8Dans le Morbihan, la croissance
Indust. des équip. électriques et électroniques 15,6 0,3 17,0 8,8est proche de la moyenne régio-
nale. L'emploi industriel augmente Industrie des biens intermédiaires 43,0 2,4 46,1 7,4
de 4,3 % grâce notamment au dont : Industries des produits minéraux 6,8 0,8 6,7 -0,5
développement des IAA, (+ 5,8 %), Industrie textile 1,2 -4,3 1,2 -0,7
de la "Chimie, du caoutchouc et Industries du bois et du papier 7,6 2,1 7,9 3,2
plastique" (+ 11,5 %) et celui de la Chimie, caoutchouc, plastiques 12,1 4,9 13,4 10,5
"Pharmacie, parfumerie, et
Métallurgie et transformation des métaux 10,9 2,1 11,3 3,6
produits d'entretien". Les baisses
Ind. des composants électriq. et électroniques 4,3 1,7 5,6 19,4
d'effectifs dans la construction
Énergie 5,6 0,7 5,8 2,1
navale, aéronautique et ferroviaire
Ensemble industrie 187,0 1,7 196,1 4,9ont moins affecté ce département
que celui du Finistère. Dans le
secteur tertiaire, seules les activités Construction 55,3 5,1 58,0 4,9
financières sont en baisse (- 3,9 %).
Dans les Côtes-d'Armor, l'emploi
salarié a augmenté de 3 %. La forte Commerce 123,6 3,7 127,3 3,0
hausse des effectifs industriels dont : Commerce et réparation automobile 18,4 3,4 19,1 3,9
(+ 4,1 %) est à mettre en relationce de gros 41,5 2,3 42,1 1,3
avec le développement important Commerce de détail et réparations 63,7 4,6 66,2 3,9
de “l’industrie des composants Transports 39,1 3,4 40,7 4,0
électriques et électroniques”, dont Activités financières 24,5 2,3 25,1 2,7
les effectifs ont pratiquement
Activités immobilières 4,7 2,2 4,7 1,5
doublé au cours de l'année 2000.
Services aux entreprises 94,0 6,6 101,6 8,1
Ceux de la construction ont
dont : Poste et télécommunications 20,5 0,3 21,2 3,6également augmenté de façon
Conseils et assistance 29,7 5,5 32,3 8,8significative (+ 6,3 %). En
Services opérationnels 39,8 12,2 44,0 10,6revanche, la progression des
effectifs dans le secteur tertiaire est Recherche et développement 4,1 -1,8 4,1 0,4
inférieure à la moyenne régionale Services aux particuliers 66,3 4,0 68,0 2,6
(respectivement + 2,6 % et dont : Hôtels et restaurants 29,5 4,6 30,5 3,2
+3,2 %). Act. récréatives, culturelles et sportives 9,8 8,3 10,3 5,7
C'est dans le département du Services personnels et domestiques 27,0 2,0 27,3 0,7
Finistère que la croissance globale
Éducation, santé, action sociale 205,4 1,4 208,8 1,7
a été la plus faible (+ 1,9 %). Cette
dont : Éducation 89,3 2,5 90,9 1,6
situation s'explique par une
Santé et action sociale 116,1 0,7 117,9 1,5
progression des effectifs industriels
Administrations 114,9 1,6 117,6 2,1et de ceux du tertiaire moindre que
dont : Administration publique 98,9 0,8 100,7 1,6la moyenne régionale (respective-
Activité associatives et extra-territoriales 16,0 6,4 16,9 5,8ment + 4,9 % et + 3,2 %). Dans
Ensemble du tertiaire 672,5 3,0 694,0 3,2l'industrie, les effectifs diminuent
fortement à nouveau dans la
construction navale, aéronautique
Ensemble 941,9 2,8 975,0 3,5
et ferroviaire. Cette baisse est
Source INSEE : Estimations d’emploi - Données provisoires basées sur le recensement de la population de 1990.
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 68 - Décembre 2001 3cependant compensée par le électriques et électroniques. contrairement aux autres immobilières, tous les autres
développement des industries Dans le tertiaire, les effectifs du départements. Néanmoins si secteurs du tertiaire évoluent
des biens d'équipement commerce de gros stagnent, l'on excepte les activités positivement.
L'emploi salarié privé en 2001 : les premières tendances
Les premières analyses sur supplémentaires (contre + 4,8 %, l'évolution de Autre activité qui marque un
l'évolution de l'emploi salarié + 4,5 % soit 7 500 emplois sur l'emploi dans les biens ralentissement, les "services
privé non agricole - intérim la même période précédente). intermédiaires est plus délicate rendus aux entreprises”
compris - réalisées à partir de Les effectifs sont en baisse dans à interpréter. Ce secteur a, enregistrent une hausse
l'exploitation des bordereaux deux secteurs : dans l'industrie depuis deux ans, enregistré de nettement inférieure à l'année
URSSAF indiquent un net automobile (- 1,3 %) et surtout très fortes augmentations précédente, principalement en
ralentissement des créations dans la construction navale, d'effectifs, liées au développe- raisondelastabilitédesservices
d'emplois en Bretagne au cours aéronautique et ferroviaire où ment spectaculaire de "Start- opérationnels.
de l'année 2001. on enregistre une chute Up". Sur les quatre derniers En revanche, les augmentations
importante du nombre de trimestres, ce secteur a affiché observées dans les transports,
En glissement annuel sur la
salariés (- 800 emplois à Brest). une hausse de + 6,6 % soit près les activités financières, la
période allant d'octobre 2000 à
Dans les industries agroali- d'un millier d'emplois supplé- santé et l'action sociale
septembre 2001, la hausse mentaires, la croissance est mentaires. La chute d'activité s'inscrivent dans la continuité
atteindrait 2,7 % contre 4,6 %
beaucoup plus modérée que dans des sociétés telles que de l'année 2000.
sur les quatre trimestres
par le passé récent (+ 0,9 % "Hiwghare" et "Mitshubishi”
précédents (octobre 1999 à contre + 4,7 %). Le ralentisse- devrait conduire à une baisse
septembre 2000). Au cours de ème
ment touche principalement brutale des effectifs au 4
l'année 2000, les différentes les industries de la viande et du trimestre2001.
mesures prises au titre de la lait et concerne les quatre
politique d'emploi et notam- Activités financièresdépartements bretons. Dans
ment la mise en place des 35 et transport :les biens de consommation,
heures avaient renforcé la
l'évolution d'ensemble est de maintien des effectifs
création d'emplois. La situation
+ 1,7 %. Elle est nuancée Le tertiaire demeure le premier
se stabilise actuellement et le selon l'activité : les effectifs de secteur créateur d'emplois en
ralentissement touche
l'habillement et du cuir Bretagne (+ 3,6 % soit près de
Pour en savoir plusl'ensemble des secteurs de
décroissent encore fortement 13 000 emplois supplémentai-
l'économie. - “Bilan économique et social(- 4,8 %) contrairement à ceux res), même si là encore, on note
2000”- Octant n° 85 - Avrilde l'industrie de la "Pharmacie, des signes de ralentissement.L'industrie automobile 2001 ;parfumerie, et produits C'est dans le commerce et
en baisse - Flash d’octant n° 63 - Juilletd'entretien" qui enregistrent particulièrement le commerce
2001.Globalement dans l'industrie, une hausse de près 8 %. de gros que ces signes sont les
- “L’emploi intérimaire enla croissance marque le pas : Quoiqu'encore résolument plus nets (+ 2,8 % contre
2000” - DRTEFP Bretagne.+ 1,1 % soit 2 000 emplois positive, puisqu’elle atteint + 5,3 % l'année précédente).
Avertissement
Les premières tendances présentées dans ce cotisent pas aux URSSAF ne sont donc pas établir : d'une part dans certaines sources les
document sont établies à l'aide de données pris en compte dans cette analyse. effectifs ne sont connus qu'au niveau
relatives aux établissements du secteur privé Dans la source URSSAF, ce sont les effectifs départemental et d'autre part il arrive que
cotisant à l'URSSAF, et employant au moins en fin de trimestre, qu'ils soient à temps plein des établissements multiples déclarent
un salarié. L'exploitation porte sur une ou à temps partiel, à durée déterminée ou l'ensemble de leurs effectifs sur un seul de
période allant du 1er octobre 2000 au 30 indéterminée, qui sont utilisés pour le calcul leurs établissements. Des dégroupements
septembre 2001. Les établissements des indicateurs d'évolution de l'emploi. sont alors effectués dans la mesure du
dépendant des assurances sociales agricoles La localisation de l'emploi à un niveau possible.
(Mutualité Sociale agricole ou MSA) qui ne géographique fin est parfois difficile à
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Jean-Jacques MALPOT
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Micheline TESSIER
Pour tout renseignement :
Composition : Patrick HELLEUXBureau d’information - Tél. : 02 99 29 33 66
è Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2001 Dépôt légal : 4 trimestre 2001
Monique LE CAM
Imprimerie : Média Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 68 - Décembre 2001

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.