L'emploi breton en 2003 ; le bilan détaillé. L'emploi salarié privé en 2004 ; les premières tendances (Flash d'Octant n° 105)

De
Publié par

Au cours de l'année 2003, l'emploi total, salarié et non salarié, a diminué de 0,2 % soit une perte de plus de 2 600 emplois. La construction, le tertiaire et plus particulièrement le commerce ont progressé, mais insuffisamment pour inverser la tendance générale. Alors que l'emploi augmente légèrement en Ille-et-Vilaine, il est en recul dans les autres départements. L'emploi salarié régional baisse de 0,1 %, parallèlement le nombre de non-salariés serait en recul de 1,2 %.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE FLASH
Octant
Emploi
Numéro 105 - Décembre 2004
L’emploi breton en 2003
Le bilan détaillé
L’emploi salarié privé en 2004
Les premières tendances
Au cours de l’année 2003, l’emploi total, salarié et non salarié, a diminué de 0,2 % soit
une perte de plus de 2 600 emplois.
La construction, le tertiaire et plus particulièrement le commerce ont progressé, mais
insuffisamment pour inverser la tendance générale.
Alors que l’emploi augmente légèrement en Ille-et-Vilaine, il est en recul dans les autres
départements.
L’emploi salarié régional baisse de 0,1 %, parallèlement le nombre de non-salariés
serait en recul de 1,2 %.
ontrairement aux tendances pour favoriser l’emploi. teurs de la construction et dans une
passées, l’année 2003 n’a Depuis 1993, c’est la première moindre mesure du tertiaire créentCpas été particulièrement rupture dans un contexte de encore des emplois dans la région.
propice aux créations d’emplois : la croissance continue. Au cours de la Tous secteurs confondus, la Bretagne
consommation des ménages et période 1997-2000, le rythme de a perdu 1 100 emplois salariés en
l’investissement des entreprises progression variait entre 2 % et 2003, soit une baisse de 0,1 %.
n’ont pas été assez dynamiques 2,7 %. Aujourd’hui, seuls les sec-
Évolution annuelle de l'emploi total entre 1975 et 2003 (en %)
3,0
2,5
2,0
1,5
1,0
0,5
0
- 0,5
- 1,0
- 1,5
- 2,0
1975 1980 1985 1990 1995 2000
Source : Insee - Estimations d'emploi
ISSN 1276-972X - CODE SAGE : FLASH10564 - PRIX : 2,2€Les effectifs salariés (public et privé confondus) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2003
(Effectifs en milliers et évolution 2002-2003 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1999)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 6,9 - 4,2 31,3 - 3,9 13,0 1,5 127,0 0,7 178,2 - 0,3
Finistère 10,5 - 4,6 50,1 - 1,3 17,1 1,9 223,1 - 0,6 300,8 - 0,7
Ille-et-Vilaine 5,2 - 4,4 68,2 - 1,7 22,4 2,9 265,7 1,0 361,5 0,6
Morbihan 4,5 -10,8 45,4 - 1,3 15,7 1,2 157,6 0,2 223,2 - 0,3
Bretagne 27,1 - 5,6 195,0 - 2,0 2,0 - 0,168,2 773,4 0,3 1 063,7
Source Insee : Estimations d'emploi - Données semi-définitives
Les effectifs totaux (salariés et non salariés confondus) par département et secteur d'activité au 31 décembre 2003
(Effectifs en milliers et évolution 2002-2003 en % - Données basées sur le recensement de la population de 1999)
Agriculture Industrie Construction Tertiaire Ensemble
Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution Effectifs Évolution
Côtes-d'Armor 33,2 1,5 207,5 - 0,719,7 - 6,1 - 3,7 16,1 138,5 0,6
Finistère 21,4 - 5,2 52,9 - 1,3 21,0 1,9 240,2 - 0,5 335,5 - 0,7
Ille-et-Vilaine 18,6 - 4,0 70,8 - 1,6 26,3 3,5 283,3 0,9 399,0 0,5
Morbihan 47,9 1,3 254,7 - 0,315,7 - 6,1 - 1,2 19,0 172,1 0,4
Bretagne 75,4 - 5,3 204,8 - 1,8 82,4 2,2 833,1 0,4 1 196,7 - 0,2
Source : Insee - Estimations d'emploi - Données semi-définitives
important. La baisse des effectifs forte augmentation dans un passé forte augmentation du volumeBaisse persistante
est essentiellement imputable à récent, les effectifs diminuent d’emplois (+ 2,9 %).de l’emploi industriel
l’industrie des composants légèrement en 2003 ; tandis que Les effectifs sont également en
électriques et électroniques et à la la baisse est nette dans l’édu- hausse dans les transports mais leDans les industries des biens de
transformation des métaux (- 400 cation, 2 900 emplois supplé- rythme de croissance n’est plusconsommation, le niveau de
l’emploi s’est une fois de plus chacun). A l’opposé, une amé- mentaires sont dénombrés dans comparable à celui des précé-
profondément dégradé en 2003 lioration se dessine dans l’indus- la santé-action sociale. dentes années (autour de 4 %).
trie du bois et du papier ainsi que Dans le commerce, l’emploi Après un taux de 2,2 % en 2002,(- 4,2 %). A l’exception de
dans les activités textiles. progresse en moyenne de 1,6 % il n’est plus que de 1 % en 2003.l’industrie de la parfumerie,
pharmacie et entretien qui Après une longue phase de par rapport à 2002, soit 2 300 En moyenne, les services aux
maintient ses effectifs, les autres croissance ininterrompue, l’agro- postes créés ; le commerce de entreprises n’ont pas créé d’em-
alimentaire qui représente encore détail et les réparations se distin- plois. Les activités relatives ausecteurs enregistrent des reculs
à ce jour plus du tiers de l’emploi guent des autres secteurs par une conseil-assistance et surtout auxsignificatifs. Le secteur de
l’habillement et du cuir continue industriel, n’a pas été épargné par
sa chute (- 600 emplois) ainsi que les difficultés qui affectent l’en-
semble de l’industrie bretonne. Les estimations d’emploiles industries des équipements du
La baisse des effectifs estfoyer et celles de l’édition-
L'INSEE établit chaque année des rubrique "Services rendus auximprimerie. d’environ 1 %, soit 700 salariés
estimations d'emploi. Ces entreprises". L'emploi public est
Dans le secteur des biens en moins. Les filières avicoles, sont actualisées calculé à partir du fichier paye
porcines et laitières ont été lesd’équipement, la situation en sectoriellement au 31 décembre des agents de l'État, de l'enquête
plus touchées. Avec les restructu-2003 reste aussi préoccupante de chaque année au moyen annuelle sur les collectivités
qu’en 2002, notamment dans les rations chez Doux, Unicopa ou à d'indices d'évolution déterminés territoriales ainsi que des enquê-
industries des équipements la Socavi l’ensemble du secteur a à partir de différentes sources tes régionales spécifiques.
été fortement secoué.électriques et électroniques où la statistiques. Les estimations 2003
réduction des effectifs se publiées dans cet article ne sont Emploi non salarié
poursuit : 1 100 emplois de Peu de créations pas encore définitives. L'évolution départementale des
moins en 2003, soit une baisse de dans le tertiaire effectifs non salariés agricoles est
7,5 %. La construction navale Emploi salarié estimée à partir des statistiques
Contrairement à la dernièreaccuse également une perte La principale source d’actua- des assurances sociales agricoles.
d’emplois (- 300). A l’opposé, les décennie, l’emploi dans le lisation de l'emploi privé est la L'emploi des non-salariés non
effectifs se stabilisent dans les tertiaire est resté quasiment stable statistique Urssaf dont le champ agricoles est mesuré par les
en 2003. La décélération duindustries des équipements couvre tous les établissements du statistiques de l'Acoss (Agence
rythme de croissance dans les secteur privé marchand nonmécaniques. centrale des organismes de
agricole soit environ 60 % deDans l’industrie automobile, la activités de services en est la sécurité sociale), ventilées par
l'emploi salarié. Des données département au prorata dudiminution du nombre de cause principale.
complémentaires sont recueillies nombre d'établissements actifsLes secteurs de l’éducation, de lasalariés reste de même ampleur
auprès d'autres organismes répertoriés par Sirene.santé et de l’action sociale etqu’en 2002. La situation devrait
(Mutualité sociale agricole,s’inverser en 2004 avec un flux celui de l’administration pu-
Direction régionale du Travail, de De nouvelles séries portant sur lasignificatif d’embauches sur le blique regroupent un total de
l'Emploi et de la Formation période 1990-2003 seront350 700 emplois. Eu égard à leursite de Peugeot-Citroën dans
professionnelle...). Le travail disponibles pour la région, lespoids dans l’emploi tertiairel’agglomération rennaise.
intérimaire n'est pas ventilé dans départements et les zones
régional, l’évolution de cesEn 2002, le secteur des industries le secteur d'activité de l'établisse- d'emploi au début de l'année
des biens intermédiaires a perdu activités est déterminante dans ment utilisateur. Il est comptabili- 2005.
l’orientation de la tendanceprès de 1 300 emplois. En 2003, sé dans le tertiaire sous la
générale. Après une phase dele repli est deux fois moins
2 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 105 - Décembre 2004Estimations d’emploi salarié public et privé en Bretagne au 31 décembreservices opérationnels (qui inté-
grent les missions d’intérim, les Effectifs en milliers et évolution en %
activités de nettoyage et de
Évolution Évolutiongardiennage) affichent de mo-
2001- 2002-2002 2003destes progressions. En revanche 2002 2003
dans les postes et télécom-
munications, l’emploi diminue de
Agriculture, sylviculture, pêche 27,1 - 5,628,7 - 1,0façon sensible (- 500 salariés).
Dans les services aux particuliers,
après les 2 500 créations d’emploi
Industries agricoles et alimentaires 70,0 - 1,070,7 -0,6de 2002, un retournement de
Industrie des biens de consommation 26,4 - 1,9 25,3 - 4,2tendance s’est opéré en 2003 avec
une quasi-stabilisation des effectifs. dont : Habillement, cuir - 6,5 3,7 -14,24,3
Diminution dans l’hôtellerie, main- Édition, imprimerie, reproduction - 2,07,9 - 2,5 7,7
tien dans les services personnels et 3,6 5,7Pharmacie, parfumerie et entretien 5,7 0,3
domestiques (coiffure, blan-
Industrie des équipements du foyer - 2,3 8,2 - 3,18,5
chisserie… ) et augmentation dans
13,8 13,6 - 1,3Industrie automobile - 1,4les activités culturelles et récréa-
- 3,4Industrie des biens d'équipement 38,7 - 3,0 37,4tives.
dont : Construction navale, aéronautique, ferroviaire 8,7 8,4 - 3,7- 4,4
Le bâtiment tire la croissance Industries des équipements mécaniques 1,3 15,4 0,715,3
Indust. des équip. électriques et électroniques 13,614,7 - 6,4 - 7,5
Après le secteur santé-action
Industrie des biens intermédiaires 43,2 - 4,4 42,6 - 1,4sociale et le commerce de détail, la
dont : Industries des produits minéraux 6,4 - 4,5 6,3 - 0,8construction est le troisième secteur
Industrie textile 1,2 1,3 7,7-7,7contribuant aux créations d’emplois
6,6 0,0 1,2dans la région. La croissance Industries du bois et du papier 6,7
moyenne est proche de 2 % en Chimie, caoutchouc, plastiques 12,7 - 0,8 12,8 0,7
2003, soit plus de 1 300 postes sup- Métallurgie et transformation des métaux 10,8 10,4 - 3,0- 1,8
plémentaires. Toutes les activités - 19,1Ind. des composants électriq. et électroniques 5,5 5,1 - 7,3
participent peu ou prou à cette
Énergie 6,1 0,0 6,1 0,0hausse, mais deux activités se
Ensemble industrie 198,9 - 2,1 195,0 - 2,0démarquent davantage : les travaux
d’installation (isolation, installation
d’eau et de gaz, installation d’équi-
66,9 1,7 68,2Construction 2,0pements thermiques et de clima-
tisation) et les constructions
d’ouvrages de bâtiment ou de génie Commerce 1,6143,7 2,1 146,0
civil (maisons individuelles, réali-
dont : Commerce et réparation automobile 21,4 1,4 21,2 - 0,9
sations de couvertures et travauxce de gros 45,8 1,3 46,1 0,7d’étanchéification).
Commerce de détail et réparations 76,5 2,8 78,7 2,9
2,3 41,1Transports 40,7 1,0L’Ille-et-Vilaine concentre
Activités financières 25,9 0,4 26,1 0,8les créations d’emplois
Activités immobilières 6,3 - 1,6 6,4 1,6
Le tiers des salariés bretons Services aux entreprises 120,8 3,1 120,9 0,1
travaillent en Ille-et-Vilaine. En
dont : Poste et télécommunications 22,7 - 2,223,2 0,02003, seul ce département présente
38,9 4,0 39,5Conseils et assistance 1,5un solde d’emplois positif. Pourtant
0,2Services opérationnels 3,8 55,054,9dans l’industrie, les pertes globales
Recherche et développement 3,8 3,7 - 2,6se situent autour 1,7 % avec des 2,7
contrastes assez importants d’un Services aux particuliers 81,9 3,1 82,2 0,4
secteur à l’autre : - 18,3 % dans les dont : Hôtels et restaurants 33,3 4,7 33,0 - 0,9
industries des équipements élec- 11,0Activités récréatives, culturelles et sportives 10,7 0,0 2,8
triques et électroniques, - 10,2 %
38,2Services personnels et domestiques 37,9 2,7 0,8dans l’habillement et le cuir, - 4,3 %
Éducation, santé, action sociale 217,5 - 0,3218,1 2,7dans l’industrie des équipements du
dont : Éducation 90,6 1,2 87,1 - 3,9foyer, - 2,4 % dans l’industrie des
composants électriques, mais Santé et action sociale 127,5 3,7 130,4 2,3
+ 3,6 % dans l’industrie du bois et Administrations 132,9 1,5 133,2 0,2
du papier et + 3 % dans l’industrie 120,2 0,7dont : Administration publique 119,4 1,8
des équipements mécaniques. - 3,7Activité associatives et extra-territoriales 13,5 - 0,7 13,0
Concernant l’agroalimentaire, les
Ensemble du tertiaire 770,3 2,4 773,4 0,4effectifs salariés sont stables.
A la faveur d’une forte demande en
logements neufs, le secteur de la 1,4 1 063,7 - 0,1Ensemble 1 064,8
construction a fortement contribué
à la progression départementale de
Source : Insee - Estimations d’emploi - Données semi-définitives calées sur le recensement de la population de 1999
l’emploi.
INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 105 - Décembre 2004 3Dans le tertiaire, les créations présentent une évolution glo- Finistère et positif pour les deux années récentes, le secteur
d’emplois les plus marquantes bale négative. Si la construction autres départements. agricole et la pêche maritime
sont enregistrées dans le secteur a progressé à une cadence assez afficheraient une baisse impor-
de la santé-action sociale voisine sur ces territoires, des Les non-salariés : tante (- 5,2 %) ; l’emploi non
(+ 5 %), dans le commerce contrastes se manifestent dans salarié avait déjà chuté de 3,2 %hausse des indépendants
(+ 2,3 %), les hôtels-restaurants les autres secteurs. Dans les en 2002. Parallèlement, ledans le BTP
(+ 2,2 %) et les activités finan- activités industrielles, les Côtes- nombre d’indépendants des
cières (+ 2 %). A l’opposé le d’Armor se démarquent avec Selon des estimations encore secteurs du bâtiment-travaux
recul de l’emploi est tangible une baisse de près de 4 % ; dans publics et du commerce seraitprovisoires, les effectifs totaux
dans les secteurs de l’éducation, l’agriculture, c’est le Morbihan en nette augmentation. Pour lesde non-salariés seraient cette
des télécommunications et des qui perd près de 11 % d’emplois année encore en léger recul par services, le niveau d’emploi est
activités relatives à l’immobilier. salariés et dans le tertiaire, le rapport à 2002 (- 1,2 %). Con- identique à 2002.
Les trois autres départements solde net est négatif pour le formément aux chiffres des
L'emploi salarié privé en 2004 : les premières tendances
Les premières analyses sur l'évo- A l'opposé, dans le secteur de la augmentent plus vite que leL'industrie automobile
lution de l'emploi salarié privé commerce de gros. Dans lesconstruction, le flux d'embau-
crée des emplois
non agricole -hors intérim- ches progresse à un rythme deux services, deux secteurs se
réalisées à partir de l'exploi- fois plus élevé que lors de la démarquent nettement : les
tation des bordereaux Urssaf L'atténuation de la dégradation période précédente. Le contexte transports et les activités
témoignent d'un léger redresse- relevant de l'action sociale et dedans l'industrie s'explique par est particulièrement favorable
ment du rythme de croissance en raison d'une demande la santé avec un taux deplusieurs facteurs opposés : une
de l'emploi privé du secteur sensible amélioration dans relativement vigoureuse en progression d'environ 3 %.
marchand à mi-parcours de l'industrie automobile (+ 5,8 %) logements neufs.
l'année 2004. et dans une moindre mesure
Assez forte évolutionEn glissement annuel sur les 4 Toujours plus d'emploisdans l'industrie des biens
de l'emploi dans le Finistèrederniers trimestres (de juillet d'équipement, une relative dans le tertiaire
et l'Ille-et-Vilaine2003 à juin 2004), la hausse stabilité dans les industries
atteint 1,6 % contre 0,7 % un an agroalimentaires mais un recul Avec une augmentation moyen-
auparavant, soit environ 10 000 ne de 2,2 %, soit près de 8 700 Les Côtes-d'Armor et le Mor-toujours important dans les
postes de travail supplé- industries des bien de consom- postes supplémentaires de bihan enregistrent des variations
mentaires (contre 4 200 au cours mation (- 4,3 %) et dans travail, les activités de l'ensem- relativement limitées voire quasi
de la même période de l'an nulles. En revanche, l'emploil'industrie des biens intermé- ble du secteur tertiaire contri-
passé). Après le net ralentisse- buent à nouveau aux créations salarié marque une progressiondiaires (- 1,2 %). Dans ce
ment observé en 2003, une dernier secteur, un marasme d'emplois dans la région. Celles- significative dans le Finistère et
reprise significative semble se persistant affecte assez forte- ci évoluent de façon relative- l'Ille-et-Vilaine. Là aussi les
dessiner. Indice plutôt encoura- secteurs de la construction, desment l'industrie textile (- 1,2 %) ment proche dans les secteurs
geant dans ce contexte, le recul du commerce et des services transports, de l'action sociale etet des composants
des effectifs industriels est électriques et électroniques (autour de +2 %). Le commerce de la santé sont déterminants
maintenant contenu. (- 5,6 %). de détail et les réparations dans ces évolutions.
Avertissement
Pour en savoir plus
Les premières tendances pré- agricole) qui ne cotisent pas aux part dans certaines sources les
sentées dans ce document sont Urssaf ne sont pas pris en compte effectifs ne sont connus qu'au - Bilan économique et social
établies à l'aide de données dans cette analyse. Dans la source niveau départemental et d'autre 2003 / Insee Bretagne ; Octant
n° 97 - avril 2004 ;relatives aux établissements du Urssaf, ce sont les effectifs en fin part, il arrive que des entreprises à
secteur privé cotisant à l'Urssaf et de trimestre, qu'ils soient à temps établissements multiples décla- - Une croissance de l'emploi
employant au moins un salarié plein, à durée déterminée ou rent l'ensemble de leurs effectifs fortement ralentie en 2003/ Jean-
Luc Nativel ; Insee Bretagne -(non compris l'intérim). L'exploi- indéterminée, qui sont utilisées sur un seul de leurs établisse-
Flash d'Octant n ° 99- juin 2004 ;tation porte sur une période allant pour le calcul des indicateurs ments. Des dégroupements sont
du 1er juillet 2003 au 30 juin d'évolution de l'emploi. alors effectués dans la mesure du
- www.insee.fr/bretagne,2004. Les établissements dépen- La localisation de l'emploi à un possible.
rubrique Zoom sur un territoire-dant des assurances sociales niveau géographique fin est
Chiffres-clés.agricoles (Mutualité sociale parfois difficile à établir : d'une
INSEE Bretagne
36, place du Colombier CS 94439 35044 RENNES Cedex Directeur de la Publication : Bernard LE CALVEZ
Tél. : 02 99 29 33 33 Fax : 02 99 29 33 90
Rédactrice en chef : Laurence LUONG
Pour tout renseignement statistique :
Composition : Jean-Paul BRUN, Éric MONTEIL(0,15€ la minute)0 825 889 452
e Cette note a été rédigée par :
© INSEE 2004 Dépôt légal : 4 trimestre 2004
Jean-Luc NATIVEL
Imprimerie Media Graphic - Rennes
4 INSEE Bretagne - Flash d’OCTANT - N° 105 - Décembre 2004

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.