L'emploi en 2002 : forte création d'emploi et baisse du chômage

De
Publié par

Depuis 1998, le taux de chômage ne cesse de diminuer en raison d'une forte création d'emplois, dont une partie est constituée par les emplois aidés. Les jeunes et les femmes sont encore les plus touchés par le chômage. Cependant, ils pressent moins que précédemment sur le marché du travail puisque leur taux d'activité est en baisse depuis deux ans.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 23
Tags :
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

société
L’emploi en 2002
Forte création d’emploi
Depuis 1998, le taux de chômage ne cesse de diminuer en raison
d’une forte création d’emplois, dont une partie est constituée par
des emplois aidés. Les jeunes et les femmes sont encore les plus
touchés par le chômage. Cependant, ils se pressent moins que
précédemment sur le marché du travail puisque leur taux
d’activité est en baisse depuis deux ans.
Définitions our la troisième année consécutive, pour les garçons et de 60%à57% pour
le taux de chômage est sensible- les filles. Les mesures d’aide à l’emploi
L’enquête Emploi permet de cerner le Pment en recul : après avoir atteint y sont pour beaucoup. Dans les prochai-
chômage au sens du Bureau International le record de 38 % en mars 1998, il nes années, les classes jeunes seront
du Travail (BIT), cette notion est différente revient en 2002 au niveau de 1993. encore abondantes et leur poids conti-
de celle utilisée dans le recensement de la Cependant le chômage concerne encore nuera de se faire sentir sur le marché du
population, qui correspond à la près d’un actif sur trois (31 %). La situa- travail. Des mesures d’aide seront donc
perception que l’enquêté a de sa situation. tion est donc encore critique. La Réu- encore nécessaires.
nion demeure le département français le
Actif : un actif est une personne qui, soit a plus touché par le chômage. C’est le seul Forte création d’emploisun emploi (y compris apprenti), soit est en Dom où le taux de chômage dépasse
situation de chômage. 30 %, devançant de loin celui de la
Entre les deux dernières enquêtes, la
métropole.
Chômeur (sens BIT) : un chômeur est une création d’emplois a été dynamique,
personne âgée de 15 ans ou plus Le chômage atteint plus les femmes que puisque le nombre d’actifs occupés a
(en âge de travailler) qui est dans la les hommes, toutefois elles profitent augmenté de près de6%enunan. Le
situation définie par les trois circonstances mieux de l’embellie. Le taux de chô- cap des 200 000 emplois est désormais
suivantes : mage féminin descend de deux points franchi. L’augmentation de l’emploi est
par rapport au niveau de 1993, tandis particulièrement forte dans les catégo-
est sans emploi, c’est-à-dire n’a pas que celui des hommes retrouve le niveau ries suivantes : personnels de services
travaillé durant la semaine de référence, de 1993. directs aux particuliers (+ 27 %),
ne serait-ce qu’une heure ; ouvriers qualifiés et chauffeurs (+ 14 %),
fonction publique (+ 12 %). Les jeunesEvolution du taux de chômage
est disponible pour prendre un emploi
sont relativement nombreux sur le mar-
45dans les quinze jours ;
ché du travail puisqu’un dixième des
emplois est occupé par des personnes
cherche activement un emploi ou a
40 âgées de 15 à 24 ans. L’afflux de nou-trouvé un emploi qui commence
veaux actifs sur le marché du travailultérieurement.
35 reste important et explique le maintien
Taux de chômage : proportion du nombre
de chômeurs par rapport au nombre 30 Evolution de l’emploi et du chômage
d’actifs (occupés + chômeurs).
300 000
25
Taux d’activité : dans une population
250 000
donnée, c’est le rapport entre le nombre
200 000Femmes hommesd’actifs et la population totale
correspondante.
150 000
100 000
Après s’être fortement aggravé,
le taux de chômage est à la baisse 50 000
depuis l’an 2000.L’auteur 0
mars 93 mars 95 juil 97 juin 99 2è T 01
chômeurs actifs occupésBruno BALLY est chargé des études sur Au deuxième trimestre 2002, la moitié
l’emploi à la direction régionale de des jeunes de 15 à 24 ans ayant terminé
l’Insee. ou abandonné leurs études n’avait pas
Le nombre des actifs occupéstrouvé d’emploi. Pourtant le taux de
augmente maintenant plus vitechômage des jeunes a nettement baissé :
que celui de la population active.
il est passé en un an de 54 % à 46 %
économie 4e trimestre 200224 DE LAREUNION
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002société
et baisse du chômage
Cependant plus du tiers
Taux d’activité masculin L’enquête emploid’entre eux n’ont pas mené de
100 recherche effective à ce sujet.
L’enquête Emploi est réalisée depuis80
1993 dans les Dom. Elle a été adaptée en
Des taux d’activité60 2001 pour répondre aux préconisations
d’Eurostat. Les critères et les définitionsen baisse40
sont basés sur des concepts
20 internationaux qui permettent une
Dans chaque tranche d’âges
comparaison des résultats avec ceux de0 quinquennale, le taux d’acti- métropole ou d’autres régions d’Europe.
vité reste inférieur à celui de La collecte est effectuée au cours du
la métropole sauf pour les plus deuxième trimestre de l’année.
jeunes. Le taux d’activité des
Les modifications introduites en 2001
jeunes de moins de 25 ans est entraînent une incertitude de
France métropolitaine La Réunion de deux points supérieur à comparaison d’environ un point sur le
celui de la métropole, tant taux de chômage par rapport à la
pour les garçons que pour les méthode précédemment utilisée.
filles. Toutefois ce taux est en
Taux d’activité féminin baisse depuis 1999. Certains
jeunes ont décidé de pour-100
suivre leurs études plutôt que Les aides à l’emploi
80 de se présenter sur le marché
du travail. L’échéance de la60 En 2001, la loi d’orientation pour
fin du dispositif emploi-jeu- l’Outre-mer (LOOM) vient compléter les40
nes, les incitations à la mobili- mesures pour l’emploi et l’insertion déjà
20 té et le développement de existantes ; son objectif est de développer
les activités économiques et l’emploil’enseignement supérieur ont0
pour lutter contre le chômage etpu contribuer à ce phénomène.
l’exclusion. Les publics ciblés sont lesToutefois l’abandon des études
jeunes de moins de 30 ans, les Rmistes,
reste plus précoce qu’en métro-
les salariés de plus de 55 ans et les
pole. entrepreneurs.
France métropolitaine La Réunion Le taux d’activité des femmes En 2002, cinq ans après la mise en place
est inférieur de deux points à du dispositif Emploi-Jeunes, ce type de
contrat est en voie d’extinction, il peutcelui de la métropole et stagne
être prolongé sous certaines conditions.Hommes et femmes sont moins actifs qu’en à 47 %. La différence de
métropole, sauf avant 25 ans. La mise en place du contrat “jeune enniveau est beaucoup plus
entreprise”, créé par la Loi du 29 aoûtimportante dans les tranches
2002, vise à permettre l’embauche de
d’âges de 45 à 59 ans où elledu chômage à un niveau élevé : la jeunes de 16 à 22 ans en contrat à durée
atteint en moyenne 18 points. Pour lespopoulation active a augmenté de 7 000 indéterminée, contre une aide et des
tranches d’âges comprises entre 25 et 44 allègements de charges aux entreprisespersonnes depuis l’enquête de 2001.
ans, l’écart est en moyenne de 11 concernées.
La population active ayant un emploi points. Il est donc possible que dans les
Le passeport-mobilité fonctionne depuis
travaille en majorité de façon régulière. prochaines années le taux d’activité le 1er septembre 2002. Il permet dans un
Cependant 6,5 % ont déclaré avoir un féminin augmente, en particulier dans certain nombre de cas la prise en charge
emploi occasionnel, ce taux atteint ces tranches d’âges, pour se rapprocher à 100 % des billets d’avion vers la
7,1 % chez les femmes. Près du quart de celui de la métropole. Cependant le métropole, voire d’autres pays de l’Union
des jeunes (23 %) bénéficie d’un emploi européenne. Il facilite la mobilité destaux d’activité des femmes de 50 à 59
jeunes et des étudiants pour uneaidé, et plus d’un sur dix a un ans a diminué de quatre points depuis
formation ou une qualification, ou pouroccasionnel. deux ans. Elles ont donc tendance à se
occuper un premier emploi enretirer plus tôt de la vie active que précé-
métropole.Parmi les actifs occupés 12 % ont décla-
demment.
ré être à la recherche d’un autre emploi.
Les raisons principales en sont une Bruno BALLY
recherche de meilleures conditions de
rémunération (28 %), un risque de perdre
l’emploi actuel (26 %), la recherche
d’un emploi plus intéressant ou corres-
pondant mieux à sa qualification (24 %).
économie4e trimestre 2002 25DE LAREUNION
de15à24ans
de 25 à 29 ans
de 30 à 34 ans
de 35 à 39 ans
de 40 à 44 ans
de 45 à 49 ans
de 50 à 54 ans
de 55 à 59 ans
de 60 ans ou plus
de15à24ans
de 25 à 29 ans
de 30 à 34 ans
de 35 à 39 ans
de 40 à 44 ans
de 45 à 49 ans
de 50 à 54 ans
de 55 à 59 ans
de 60 ans ou plus

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.