L'emploi en Haute-Normandie en 2003 : Les difficultés de l'industrie freinent la croissance

De
Publié par

La croissance de l'emploi salarié en Haute-Normandie est estimée à 0,7 % en 2003. Si cette estimation provisoire se confirmait, les établissements haut-normands occuperaient environ 3 000 salariés de plus qu'en 2002. Cette augmentation est essentiellement dûe à un bon premier semestre, le troisième trimestre ayant été particulièrement décevant. Comme en 2002, l'emploi est stable dans l'Eure et en légère augmentation en Seine-Maritime. dans les deux départements les pertes d'emploi industriels se sont accélérées. Les gains d'emplois en Seine-Maritime proviennent du plus grand essor des services dans ce département et surtout des services externalisés des entreprises.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 19
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L’EMPLOI EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003
Les difficultés de l’industrie freinent la croissance
Anne-Marie DAVID, Chantal RENAC
L’EMPLOI SALARIÉ EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003d’emplois industriels se sontLa croissance de l’emploi salarié
Évolution Évolution
accélérées. Les gains d’emploisen Haute-Normandie est 2002 2003
(en %) (en %)en Seine-Maritime proviennentestimée à 0,7% en 2003. Si cette
Industrie -1,3 -2,2du plus grand essor des servicesestimation provisoire se
Dont : IAA -0,6 -0,1
dans ce département et surtoutconfirmait, les établissements Biens de consommation +0,6 -5,2
Automobile +1,7 +1,0des services opérationnels, quihaut-normands occuperaient
Biens d’équipement -2,0 -4,8
sont souvent des services Biens intermédiaires -2,9 -2,0environ 3 000 salariés de plus
Énergie +1,7 +3,3externalisés des entreprises.qu’en 2002. Cette augmentation
BTP +0,3 +1,7
est essentiellement due à un
Commerce +2,4 +0,4es difficultés dans l’industrie se sontbon premier semestre, le
Services +1,4 +3,2Lpoursuivies avec intensité tout au
troisième trimestre ayant été Dont : Transports +2,1 +1,5long de l’année 2003. Le deuxième semestre
Services aux entreprises +1,0 +5,8particulièrement décevant. a été particulièrement défavorable (-0,7% aux particuliers +1,5 +1,8
chaque trimestre). L’industrie aurait suppriméComme en 2002, l’emploi est Total +0,5 +0,7deux fois plus d’emplois qu’en 2002.
stable dans l’Eure et en légère Source : évolutions URSSAF 2002 et 2003
Les industries de biens de consomma-
augmentation en tion (-5,2%) et de biens d’équipement (-4,8%)
jours une note positive : ces secteurs sont lesont connu de sérieuses baisses d’emploi enSeine-Maritime. Dans les deux
seuls créateurs d’emplois industriels.2003. Dans les biens de consommation, les
départements, les pertes Dans le bâtiment et les travaux publics,suppressions d’emplois se sont accrues tout
même si le dernier trimestre est déficitaire,au long de l’année. D’importantes fermetures
une activité soutenue de la construction etd’établissements ont eu lieu dans les secteurs
AVERTISSEMENT des grands chantiers ont eu pour effet unede l’habillement et du cuir supprimant globale-
Dans cet article, l’évolution de l’emploi est basée sur croissance annuelle des effectifs (+1,7%).ment presque le tiers des effectifs salariés sur
les statistiques provisoires des URSSAF. Les établis- Face à ce repli des secteurs secondairesl’année. Les industries des équipements du
sements employeurs, affiliés au régime général, sont (industrie et BTP) de plus de 1% sur l’annéefoyer ont supprimé des emplois surtout à
tenus de remplir et d’adresser les bordereaux récapitu-
2003, la croissance de l’emploi tertiairepartir du deuxième trimestre (-2,3% sur le der-latifs de cotisations (BRC) aux URSSAF (Union de re-
(commerce et autres services) a dépassé lesnier trimestre et -4,8% sur l’année). Dans lecouvrement de sécurité sociale et des allocations
2% sur le champ de l’emploi concurrentiel.familiales), transmis trimestriellement à l’INSEE. Le secteur de l’édition, imprimerie et reproduc-
système d’information trimestrielle EPURE (extension Les emplois dans le commerce ont pro-tion, les pertes d’emplois se sont étalées tout
du projet urssaf sur les revenus et l’emploi), système gressé de seulement 0,4% au cours deau long de l’année (-4,6%). Les industries des
d’exploitation et de traitement de ces données, permet l’année, même si le 4e trimestre a été trèsbiens d’équipement ont été plus touchées en
de fournir un indicateur de l’évolution de l’emploi.
florissant. Seule la catégorie des détaillants2003, notamment les équipements mécani-Le champ considéré couvre l’emploi salarié des so-
enregistre une augmentation de personnelques, électriques et électroniques, et plus par-ciétés et quasi-sociétés et des entreprises indivi-
sur l’année (+1,2%). Le commerce et répa-duelles. Les évolutions, sur le secteur marchand, ticulièrement en Seine-Maritime.
sont étudiées hors SNCF, La Poste, France Télé- ration automobile et le de grosLa situation de l’emploi est restée très dif-
com, Air France, Banque de France. Sont également ficile dans les industries
exclus l’intérim, les effectifs de l’Education natio- des biens intermédiaires
nale, l’action sociale, l’administration et les secteurs
(-2% sur l’année). Elle ÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ EN 2003relevant de la Mutualité sociale agricole (MSA). Cer-
s’est même aggravée autaines entreprises transmettent une déclaration 1,5
second semestre 2003groupée pour plusieurs établissements (administra-
tions, grandes entreprises nationales). D’autres pour toutes les branches
1,0données sont difficilement exploitables et méritent de ce secteur, à l‘excep-
d’être isolées (intérim, caisses de congés payés…). tion des industries du
Au total, la source utilisée couvre près des deux
0,5bois et du papier qui ont
tiers de l’emploi salarié régional (64%) et ne prend
gardé un effectif assezpas en compte l’emploi non salarié. L’emploi salarié
stable tout au long deindustriel est couvert à hauteur de 94%, le BTP 0,0
99%, le commerce 96% et les services 42%. Le l’année (+0,1%).
poids de l’emploi dans le secondaire et dans le com- Dans l’agroalimen-
-0,5merce est donc surestimé, au détriment de l’emploi taire, l’emploi a peu varié
dans les services. Cette représentativité tend à mi-
sur un an, malgré une
norer l’évolution de l’emploi salarié dans son en- -1,0saisonnalité marquée.semble et la tendance annoncée sera affinée dans
Industrie Construction Commerce Services EnsembleL’emploi dans la cons-les statistiques exhaustives établies par les estima-
1er trimestre 2e trimestre 3e trimestre 4e trimestre
tions d’emploi en fin d’année, sur le champ complet. truction automobile et
Source : INSEE - URSSAF (séries cvs à partir de 1998) Unité : %l’énergie conserve tou-
6 CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004
EMPLOI
CHÔMAGEL’EMPLOI SALARIÉ EN HAUTE-NORMANDIE EN 2003
EURE : LE SECTEUR TERTIAIRE COMPENSE
L’EMPLOI SALARIÉ DANS L’EURE EN 2003
LE DÉFICIT INDUSTRIEL
Évolution Évolution
En 2003, l’emploi salarié dans l’Eure est stable, comme en 2002. Malgré un 3e trimestre plutôt prometteur (+0,7%), sur-
2002 2003
tout dans la construction et les services, une conjoncture défavorable au 4e a compromis la création d’em- (en %) (en %)
plois salariés pour l’année.
Industrie -2,8 -2,3
Les pertes d’emplois industriels restent très importantes : elles peuvent être estimées à plus de 1 000 salariés. La dégrada-
Dont : IAA +1,7 +2,7
tion de l’emploi est très vive dans les biens de consommation (-4,8%). L’industrie du cuir est la plus touchée. Le tiers du per-
Biens de consommation +1,9 -4,8
sonnel du secteur de l’habillement et du cuir a été supprimé au cours du second semestre. Les équipements du foyer Automobile -4,2 -1,1
perdent également près de 10% de leurs emplois dans l’année. Les activités de l’édition, imprimerie et reproduction (-4,6%) Biens d’équipement -5,6 -2,2
Biens intermédiaires -4,8 -2,0concourent aussi au déclin de ce secteur. Les baisses sont cependant plus limitées dans les biens d’équipement et les
Énergie +9,5 +4,8biens intermédiaires, comparativement à 2002. Néanmoins, presque toutes les activités de ces industries perdent des em-
plois (à l’exception du bois et du papier) et plus de 500 postes ont disparu, notamment dans le textile, la métallurgie et trans- BTP -0,2 +1,8
formation des métaux, les composants électriques et électroniques. Seuls des résultats positifs sont enregistrés dans
Commerce +6,3 +2,8
l’industrie agroalimentaire et l’énergie.
Services +0,3 +1,2
En 2003, la conjoncture dans le bâtiment et les travaux publics s’est améliorée par rapport à 2002, ce qui a favori-
Dont : Transports +2,4 +2,4
sé l’accroissement des effectifs.
Services aux entreprises -2,3 +1,4
Les activités du secteur tertiaire ont compensé les pertes d’emplois des secteurs industriels de l’Eure. Le com-
Services aux particuliers +2,1 +0,5
merce de gros (+5,1%) a accompagné avec dynamisme le rebond du développement du commerce de détail
Total 0,0 0,0
(+2,5%). Les créations d’emplois dans le commerce dépassent ainsi les 500 salariés pour 2003. Dans le secteur
Source : évolutions URSSAF 2002 et 2003des services, comme l’an dernier, les transports participent à la création d’emplois. Mais ce sont surtout les servi-
ces aux entreprises qui ont le plus contribué aux créations de postes, avec les services opérationnels (hors inté-
rim) largement en tête (+1,8%). Les emplois des services aux particuliers augmentent faiblement, même si les activités récréatives, culturelles et sportives affichent une évolution de plus
de 4%. Ces deux secteurs des services aux entreprises et aux particuliers observent des variations similaires sur l’année 2003, avec une diminution des emplois en début d’année (environ
-1,3%) et en fin d’année (-1,6 et -2,6%). Seuls les 2e et 3e trimestres entraînent un mouvement conjoncturel positif sur 2003.
SEINE-MARITIME : LES SERVICES PORTENT
LES CRÉATIONS D’EMPLOIS
L’EMPLOI SALARIÉ EN SEINE-MARITIME EN 2003Les services et notamment les services aux entreprises comblent largement le nombre d’emplois perdus dans
l’industrie. Évolution Évolution
En 2003, la Seine-Maritime perd plus de 2% d’emplois industriels, soit plus de 2 000 suppressions de postes. C’est quatre 2002 2003
(en %) (en %)fois plus que l’année précédente. La moitié des suppressions d’emplois est enregistrée dans le secteur des biens d’équi-
pement (-5,9%). La fermeture d’un grand établissement dans l’industrie des équipements mécaniques a effectivement eu Industrie -0,5 -2,1
lieu au cours du 1er trimestre. Les restructurations dans le secteur des équipements électriques et électroniques sont Dont : IAA -1,3 -1,1
aussi responsables d’un grand nombre de licenciements et portent ainsi l’évolution du secteur à -13,2%. Les pertes d’em- Biens de consommation -1,3 -5,8
plois sont aussi beaucoup plus intenses en 2003 dans les industries des biens de consommation : elles se sont accen- Automobile +2,0 +1,1
Biens d’équipement -0,4 -5,9tuées dans les industries du cuir et de l’habillement (presque un quart des emplois supprimé).
Biens intermédiaires -1,5 -2,0L’agroalimentaire et les biens intermédiaires perdent encore des emplois. L’industrie textile notamment affiche une
Énergie +1,2 +3,1
évolution très défavorable (-8,3%) et la chimie, caoutchouc et plastiques, employeur important sur le département,
BTP +0,4 +1,7perd beaucoup de salariés (presque 300 emplois). En Seine-Maritime, seules les branches de l’énergie et de la
construction automobile créent encore des emplois industriels. Commerce +0,9 -0,4
Le bâtiment et les travaux publics ont généré plus d’emplois qu’en 2002, de façon assez régulière sur les quatre Services +1,7 +3,9
trimestres de l’année 2003. Le redémarrage de grands chantiers et les mises en construction de logements plus
Dont : Transports +2,0 +1,3
nombreuses ont permis la création d’environ 500 emplois. Services aux entreprises +2,2 +7,4
Dans les services, les transports poursuivent leurs embauches. Les salariés du commerce de la Seine-Maritime aux particuliers +1,3 +2,3
sont par contre moins nombreux en 2003 : le commerce et la réparation automobile et le commerce de gros ont
Total +0,7 +1,0
réduit plus fortement leurs effectifs (respectivement -1,7 et -2,4%). Les services aux entreprises participent nettement
Source : évolutions URSSAF 2002 et 2003
au bon essor du secteur tertiaire, même si un ralentissement est observé en fin d’année. A eux seuls, les services opéra-
tionnels, hors intérim, ont créé plus de 2 000 emplois en 2003. Il s’agit surtout de services comme le nettoyage et la sécurité
mais aussi de travaux de secrétariat et de routage. Les activités de conseil et d’assistance sont également renforcées cette année en Seine-Maritime (+2,9%). Le département crée des emplois dans les servi-
ces aux particuliers grâce aux activités récréatives, culturelles et sportives (+8,5%). Comme dans l’Eure, un ralentissement est observé en Seine-Maritime dans les services aux entreprises et aux particuliers
sur le dernier trimestre (respectivement -1,2 et -2%).
se portent nettement moins bien (respecti- la particularité d’être importants en nombre de d’emplois dans les services aux particu-
vement -1,1 et -0,7%). postes, mais ce sont des emplois relativement liers a aussi augmenté sur l’année 2003.
Les services aux entreprises se sont précaires et fluctuants. Ils constituent néan- Les postes sont principalement créés
encore développés, notamment sur les trois moins un apport non négligeable dans l’en- dans les activités récréatives, culturelles
premiers trimestres de l’année (plus de 2% semble économique. Le recul des prestations et sportives des 2e et 4e trimestres. Les
d’augmentation chaque trimestre), et malgré fournies aux entreprises sur le dernier tri- transports sont l’un des secteurs où
un 4e trimestre déficitaire (-1,3%). Parmi les mestre est à relier à ces services opération- l’emploi s’accroît régulièrement d’année
services rendus, les services opérationnels nels, en chute libre en fin d’année, et aussi en année. Ces évolutions positives des
(hors intérim) sont ceux qui augmentent le au secteur de la recherche et développe- services sont à relativiser pour l’emploi sa-
plus. Ils comprennent notamment des emplois ment dont la situation se détériore sur la larié total compte tenu du champ étudié
de sécurité et de nettoyage. Ces emplois ont deuxième partie de l’année. Le nombre dans ce domaine
CAHIER D’AVAL n° 67 - Juillet 2004 7

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.