L'emploi en Haute-Normandie en 2007 - La croissance de l'emploi salarié marchand s'accélère

De
Publié par

En Haute-Normandie, l'emploi salarié du secteur concurentiel progresse de 1,7 % en 2007. cette croissance, deux fois plus forte qu'en 2006, résukte du développement des services et du dynamisme du bâtiment. Dans le commerce, l'évolution est moins favorable que celle de l'année précédente. Seule l'industrie continue de perdre des effectifs, mais bien plus modérément que les années passées, notamment dans l'Eure. La Seine-Maritime bénéficie davantage de la croissance de l'emploi, mais l'Eure comble son retard, notamment grâce à la progression soutenue dans le bâtiment.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 16
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

L’EMPLOI EN HAUTE-NORMANDIE EN 2007
La crois sance de l’em plo i sa la rié mar chand s’ac cé lère
Anne-Marie DAVID, Ca the rine SUEUR
ÉVOLUTION DE L'EMPLOI SALARIÉ 4 % en 2006 et 3 % en 2005, soit plus deEn Haute-Nor mandie, l’em ploi
PAR GRAND SECTEUR EN HAUTE-NORMANDIE 12 % en 3 ans. Comme en 2006, lessa la rié du sec te ur concur re n tiel
120 créa tions d’em plois sont plus im por tan -pro gresse de 1,7 % en 2007. Construction
115 tes dans les éta blis se ments de moins deCette crois sance, deux fois plus
110 10 sa la r iés, mais les éta b lis se ment s deforte qu’en 2006, ré sulte du Services Commerce plus de 50 sa la r iés par ti ci pent éga le ment 105dé ve lo p pe m ent des ser vi ces et
aux em bau ches.100du dy na misme du bâ ti ment .
Ensemble Haute-Normandie
95Dans le com merc e, l’é vo l u tion
Industrie
est moins favorable que celle de 90
LES EMPLOIS INDUSTRIELS
l’an née pré cé d ente. Seule 85 SONT PRÉSERVÉS 2002 2003 2004 2005 2006 2007
l’in dustrie continue de perdre
Source : Insee (Epure), Unité : indice base 100des ef fec tifs, mais bien plus Les pertes d’em plois in dus triels s’at- Urssaf au 4e tri mestre 2001 - Don nées CVS
mo dé ré ment que les années té nuent : - 0,4 % en 2007 après - 2,6 %
pas sées , no tam ment dans avec une aug men ta tion de 3 %, si mi laire en 2006 et - 2,7 % en 2005. Les di mi nu -
l’Eure. La Seine-Ma ri time à celle de l’année pré cé dente. Ce sec teur tions im por tan tes per du rent dans l’in -
bé né fi cie da van tage de la con tribue le plus à la crois sance de l’em - dustr ie au to mo bile dont les ef f ec tif s
ploi ré gio nal. Les ser vi ces aux en tre pr i -crois sance de l’em ploi, mais bais sent encore de 5,9 %, après plu -
ses sont tou jours très dy na mi ques, avec sieurs années de ré duc tions de mêmel’Eure comble son retard,
4,1 % de crois sance en 2007 après am pleur ; elles coïn ci dent avec la mo der -no tam ment grâce à la
3,9 % en 2006. Les em plois de conseil et ni sa tion des chaî nes, le vieil lis s e ment duprogression soutenue dans le
d’as sis t ance pro gres sent f or te ment , a v ec per son nel et la dé lo ca li sa t ion d’unebâtiment.
no tam ment le dé v e lop pe ment récent des partie des pro duc tions des grands éta -
centres d’ap pels. Les ser vi ces opé ra tion - blis se ments de la région. Les biens in ter -
nels sui vent aussi ce mou ve ment, malgré mé diai res ré dui sent leur per son nel de’em ploi sa la r ié pr ivé mar chand
des pro b lè mes de f er me tu res d’é ta b lis - 1,3 % contre - 3,2 % en 2006. La si tua -L haut-nor mand en grange de bons
se ments de ser vi ces sous-t rai tants des tion reste pro blé ma tique dans l’in dustrieré sul tats pour la deuxième année consé -
ver riers. Dans les ser vi ces aux parti cu - tex tile, la chimie caout chouc et plas tique, cu tive : en hausse de 1,7 % en 2007 après
liers, l’em ploi pro gresse moins vite qu’en la mé tal lur gie et la trans f or ma tion des0,9 % en 2006. Ce dy na misme tient à la
2006 (0,6 % d’em plois sup plé men tai res). métaux : dans ces sec teurs, des fer me tu -bonne tenue des ser vi ces et du com merce
Des sup pres sions de postes in ter vien - res d’é ta b lis se ment s ou des re con v er -et à la crois sance sou tenue de la cons truc -
nent dans les ac ti vi tés ré créa t i v es, cul tu - sions pro v o quent des ré duc tionstion. Les em plois in dus tr iels sont re la ti v e -
rel les et spor ti ves alors que les ef fec tifs d'effectifs.ment épar gnés dans la région.
des ser vi ces per son nels et do mes ti ques En rev anche, les in dus tries agroa li -
conti nuent de croître. Les trans porteurs men tai r es se dé v e lop pent, aug men tant
privés em bau chent 3,3 % de sa la riés leur personnel de 4 %. Ce sec teur bé né -LES CRÉATIONS D’EMPLOIS
sup plé men tai res. En plus des créa tions ficie de l’instal la tion d’une unité de fa bri ca -SE POURSUIVENT DANS LES SERVICES
de postes chez les très nom breux petits tion de car bu rants verts, née de la re priseET LA CONSTRUCTION
trans por teurs, de nou v el les im plan ta - de l’u ni té Etha nol de Syn thèse par le
tions (LD Trans manche Fer ries dans la g roupe su cr ier co o pé ra tif T ereos. L ’em ploiDans les ser vi ces, l’é v o lu tion de l’em -
zone de Dieppe, No va dis dans la zone de des in dus tr ies de biens d’é qui pe ment estploi est encore consé quente en 2007,
Rouen) et des réor ga - en crois sance de 1,9 %. Les in dus tries des
ni sa tions (ac ti v i té biens d’é qui pe ments mé ca ni ques, en rap -
ÉVOLUTION DE L'EMPLOI SALARIÉ PAR SECTEUR ET TRANCHE D'EFFECTIF
trans por ts ur bains de port avec la main te nance in dus trielle, em -EN HAUTE-NORMANDIE EN 2007
Véolia) f a v o r i sent ploient même 2,2 % de sa la riésTranche d'effectif Industrie Construction Commerce Services Ensemble
l’em ploi. sup plé men tai res.0 à 9 salariés 4,3 11,1 3,0 7,9 6,6
10 à 49 salariés - 1,0 0,7 - 1,2 3,2 1,0 La crois sance des L’em ploi dans le com merce pro gresse
50 salariés et plus - 0,7 4,9 - 1,1 0,0 - 0,1 ef f ec tif s sa la r iés de la f ai b le ment (+ 0,4 %). L ’é v o lu tion est plus
Ensemble - 0,4 5,2 0,4 3,0 1,7 cons tr uc tion est de fav o rable dans le petit com merce (de
Source : Insee (Epure), Urssaf Unité : %, don nées CVS 5,2 % en 2007, après moins de 10 sa la riés), portée par le com -
12 CAHIER D’AVAL n° 79 - Juin 2008
EMPLOI
CHÔMAGE














merce et la ré pa ra tion au to mo bile. Les tries des biens in ter mé diai res, les res - MÉTHODOLOGIE
mou ve ments, à la baisse dans le com - tr uc tu ra tions s’ac com pa gnent de L’é vo lu tion de l’em ploi dans cet article est basée sur
merce de gros, à la hausse dans le com - ré duc tions d’ef f ec tif s (- 1,7 %). C’est le les sta tis t i qu es pro vi soi res des URSSAF. Les éta blis -
se ments em ployeur s, af fi l iés au régime gé né ral , sontmerce de détail sont plus mo dé rés. cas pour Met ze ler, repris par Sea lynx Au -
tenus de rem plir et d’a dres ser les Bor de reaux Ré ca pi -
to mo tive. Les in dus tries de biens de
tu la tifs de Co ti sa tions (BRC) aux URSSAF (Union de
consom ma tion per dent 1,1 % des em - Re cou vre men t de Sé cu ri té So ci ale et des Allo ca tio ns
Fa mi lia les) , trans mi s tri mes tri el le men t à l’I NSEE. CesDES SIGNES POSITIFS POUR L’EMPLOI plois. L ’é di tion, im pr i mer ie re pro duc t ion
don nées f ont l’ob jet d’un tra i te m ent sta tis tique dansDANS L’EURE connaît encore des dif fi cul tés avec no -
l’ap pli ca tion EPURE (Exten sion du Projet Urssaf sur
tam ment un plan social chez Cinram les Re ve nus et l’Emploi), qui permet d’é ta blir un in di -
L’Eure renoue avec la crois sance en Opti cal. Les in dus tries des biens d’é qui - ca teur de l’é v o lu tion de l’em p loi .
Le champ consi dé ré couvre l’em ploi sa la rié des so cié -2007 avec une pro gres sion de l’em ploi pe ment ré sis t ent bien et aug men tent
tés et quasi -so ci é tés et des en tre p ri ses in d i vi d uel l es.sa la rié de + 1,3 %, après les bais ses lé - leurs ef fec tifs de 1,6 %.
Les évo lu tions, sur le sec teur mar chand sont étu diées
gè res des années pré cé den tes. La Le com merce gagne 0,9 % de sa la - hors SNCF, La Poste, France Té lé com, Air France,
bonne tenue de la cons truc tion et des riés, grâce à la bonne tenue du com - Banque de France. Sont éga le ment exclus l’in té rim,
les ef fec tifs de l’E du ca t ion na ti o nal e, l’ac t ion so cial e,ser vi ces f a v o r ise le re dres s e ment. merce de détail (+ 1,7 %), le com merce
l’ad mi ni s tra tio n et les sec teurs re le v ant de la Mu tu a li -
Les ser vi ces ga gnent des sa la r iés et la ré pa ra tion au to mo bile, le com mer ce
té So ciale Agri cole (MSA).
(+ 2,1 %), comme l’année pré cé dente. de gros restant s en si ble ment au même Au total, la source uti lisée couvre près des deux tiers
Les trans ports marquent une év o lu tion niveau d’em ploi qu’en 2006. de l’em ploi sa la rié ré gio nal (64 %) et ne prend pas en
compt e l’em p loi non sa la rié. L ’em pl oi sa la rié in d us -im portante de 3 %, grâce à un bon pre - L ’aug men ta t ion de l’em ploi dans la
triel est cou vert à hau teur de 94 %, la cons truc tion
mier se mestre. Ce sont les éta blis se - cons tr uc tion est e x cep tion nel le ment
98 %, le com merce 95 % et les ser vi ces 44 %. Le poids
ments de 10 à 49 sa la riés qui élevée, soit 7 % contre 3,2 % en 2006. de l’em ploi dans le se con daire et dans le com merce
est donc su res ti mé, au dé tri ment de l’em ploi dans lesaug men tent le plus leurs ef fec tifs. La
ser vi ces. Cette re pré sen t a ti vi té tend à mi no rer l’é v o lu -
créa tion de deux éta b lis se ment s de
tion de l’em ploi sa la rié dans son en semble et la ten -
trans por ts (Mé di t er ranée Lo gis tique à REPRISE DE L’EMPLOI CONFIRMÉE dance an noncée sera af finée dans les sta tis ti ques
Bourg-Achard et les Trans ports Ver rier e x haus t i ves éta blies par les es ti ma ti ons d’emp loi enEN SEINE-MARITIME
fin d’année, sur le champ complet.dans la zone de Pont-Au de mer) compte
pour moitié dans l’é vo lu tion des ef fec tifs La pro gres sion de l’em ploi en
de ce sec teur dans l’Eure. Les ser vi ces Seine-Ma ri time est confortée par une
dé mar quent en créant 5,1 % d’em ploisaux par ti cu lier s pro gres sent de 1,5 %, au aug men ta tion de 1,9 % du nombre de sa -
sup plé men tai res. Les évé ne ments dumême rythme que l’année pré cé dente. la riés en 2007 après 1,5 % en 2006. Les
second se mestre sont fa vo ra bles au sec -En re vanche, les ser vi ces aux en tre pri - ser vi ces res tent des atouts ma jeurs pour
teur a v ec l’im plan ta t ion d’une pla te f or meses s’es souf flent et ne créent que 0,3 % l’em ploi seino-mar in. L ’ac crois se ment
lo gis tique pour Da vi gel, des em bau chesd’em plois cette année. Ils su bis sent des des ef fec tifs dé passe 3 % en 2007
pour Cui sine Part ner et la constr uc tion etpertes d’em plois dans les ser vi ces opé - comme en 2006. Les servi ces aux en tre -
mise en service d’une nou velle unité dera tion nels , par ti cu liè r e ment pour l’ac ti v i té pri ses pren nent de l’am pleur, avec une
pro duc tion de bioé tha nol sur la zone dede sous-trai tance de ISS Lo gis tique et aug men ta tion de 5,4 % en 2007 après
Lil le bonne , rem pla çant celle de SODES.Pro duc tion sur le site de 3,9 % en 2006. Les cen tres d’ap pels
L’em ploi ré siste bien dans les in dus triesFleury-sur-Andelle. téléphoniques, nou v el le ment im plan tés
de biens de consomma tion et de biensL’in dustrie eu roise perd 0,7 % de son dans le dé par te ment , par ti ci pent à cett e
d’é qui pe ment et gagne 2 %. Enef f ec tif . Cette ré gres sion s’at t én ue par hausse. Pro fi tant d’une conjonc ture fav o -
revanche, les in dus tries des biens in ter- rap port à 2006 où 4 % des em plois rable, le trans port crée de nom breux em -
mé diai res per dent 1,1 % de leurs em -avaient été sup pri més. Dans les in dus - plois sa la riés (+ 3,3 %), grâce à la ligne
plois, en raison de plu sieurs ces sa tionstrans manche de
d’ac ti vi tés. Dans le sec teur de la cons- Dieppe . Ce pen dantÉVOLUTION DE L’EMPLOI SALARIÉ EN 2007
tr uc tion au to mo bile, les réor ga ni sa t ionsles ef fec tifs des ser vi -Seine- Haute-
Eure Maritime Normandie de l’ap pa reil pro duc tif liées aux aléas des ces aux par ti cu lier s
Industrie - 0,7 - 0,2 - 0,4 ventes se tra dui sent par une baisse desont en quasi-sta gna -
Dont : Industries agricoles et alimentaires 0,9 5,1 4,0 6 % de l’emploi. tion (+ 0,3 %).
Industries des biens de consommation - 1,1 2,2 0,1
La pro gres sion de l’em ploi dans leLes pertes d’em -Industrie automobile 0,3 - 6,2 - 5,9
Industries des biens d’équipement 1,6 2,1 1,9 com merce est de faible am pleurplois in dus tr iels sont
Industries des biens intermédiaires - 1,7 - 1,1 - 1,3 (+ 0,1 %). Le sec teur du com merce et dede faible am pleur en
Construction 7,0 4,5 5,2 la ré pa ra tion au to mo bile f ait preuv e de2007 (- 0,2 %). Cette
Commerce 0,9 0,1 0,4 plus de dy na misme avec une pro gres -re la tiv e ac calmie re -
Services 2,1 3,3 3,0 sion de + 1,3 %.couvre ce pen dant
Dont : Transports 3,0 3,3 3,3 Les ac ti vi tés de la cons tr uc tion, sou -des di v er gen ces
Services aux entreprises 0,3 5,4 4,1
te nues par une de mande bien orientée,selon les ac ti vi tés. aux particuliers 1,5 0,3 0,6
en re gis tr ent la plus f or te pro gres sion etLes in dus tr ies ag r i co -Ensemble 1,3 1,9 1,7
Source : Insee (Epure), Urssaf Unité : %, don nées CVS aug men tent leurs ef f ec tif s de 4,5 % oles et ali men tai r es se
CAHIER D’AVAL n° 79 - Juin 2008 13













Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.