L'emploi public en Bretagne en 2003 (Octant n° 103)

De
Publié par

En Bretagne, l'emploi public non militaire rassemble 246 000 personnes fin 2003, dont 38 % dans la fonction publique d'État. L'Éducation nationale, les organismes communaux et les hôpitaux sont les plus gros employeurs. Les femmes restent majoritaires. Le temps partiel se stabilise et concerne un agent sur cinq. En dix ans, l'emploi public s'est accru de 17 %, c'est dix points de moins que dans le privé.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 40
Nombre de pages : 5
Voir plus Voir moins

Emploi
L’emploi public
en Bretagne en 2003
En Bretagne, l’emploi public non militaire rassemble
246 000 personnes fin 2003, dont 38 % dans la fonction
publique d’Etat. L’Education nationale, les organismes
communaux et les hôpitaux sont les plus gros employeurs.
Les femmes restent majoritaires. Le temps partiel se stabilise
et concerne un agent sur cinq.
En dix ans, l’emploi public s’est accru de 17 %,
c’est dix points de moins que dans le privé.
ue recouvre le terme d’emploi identifiée et donc sur 246 000 fonction- public et privé sous contrat occupe leQpublic ? Dans son acception la naires ou assimilés. L’Education natio- premier rang au sein de la fonction pu-
plus large, l’emploi public comprend nale, les organismes communaux et les blique d’État. Le ministère de l’Éco-
plus de 290 000 personnes en 2003, en hôpitaux en rassemblent près des deux nomie, des Finances et de l’Industrie,
Bretagne. Sont comptés les personnels tiers. avec 8 000 personnes (8,6 % des agents
1de l’État, des collectivités territoriales , de l’État en Bretagne) se place au
des hôpitaux et de nombreux services deuxième rang.
publics d’une part mais aussi les person- L’Éducation nationale :
nels civils ou militaires de défense, plus d’un quart
France Télécom et les emplois aidés
de l’emploi public
d’autre part. 1 - Dans cette étude le champ retenu pour les collecti-
vités territoriales est plus restreint que dans l’article
“Collectivités territoriales de Bretagne”. Pour être rete-L’analyse qui suit porte sur la première Avec 64 500 personnes et 26 % de l’em- nu dans cette étude, les agents doivent travailler au
partie, plus restreinte mais bien moins à mi-temps.ploi public régional, l’enseignement
30 Octant n° 103 - Octobre 2005Emploi
Emploi public en Bretagne au 31 décembre 2003 *
Côtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan Bretagne
Agents de l'Etat
Éducation nationale, enseignement supérieur,
11 137 17 654 22 814 12 856 64 461recherche **
Économie, finances et industrie 1 323 1 964 3 258 1 491 8 036
Équipement, logement, transports, tourisme, mer ** 1 257 1 601 2 135 1 418 6 411
Intérieur 868 1 030 2 198 971 5 067
Agriculture, pêche et alimentation ** 1 053 792 2 149 932 4 926
Justice 278 464 1 057 422 2 221
Santé, protection sociale 93 144 607 98 942
Travail, emploi et cohésion sociale 64 106 176 79 425
Jeunesse et sports 25 40 178 80 323
Autres 11 17 231 10 269
Ensemble 16 109 23 812 34 803 18 357 93 081
Agents des collectivités territoriales
Communes et organismes communaux
10 700 14 297 15 905 11 431 52 333et intercommunaux
Départements et Région 2 569 3 324 3 643 2 043 11 579
Centres de gestion de la fonction publique
385 98 237 116 836territoriale
Ensemble 13 654 17 719 19 785 13 590 64 748
Agents des hôpitaux 6 584 13 220 13 222 9 217 42 243
Autres agents des services publics
La Poste 2 411 3 444 4 628 2 456 12 939
Sécurité sociale 1 625 2 396 3 171 1 702 8 894
Maisons de retraite publiques et instituts
1 231 1 783 1 568 2 023 6 605médico-éducatifs
SNCF 396 570 2 966 431 4 363
Autres établissements publics 317 1 574 1 805 464 4 160
EDF-GDF 641 1 231 1 107 817 3 796
Chambres consulaires 595 1 189 1 005 572 3 361
Offices publics d'HLM 244 517 503 457 1 721
Ensemble 7 460 12 704 16 753 8 922 45 839
TOTAL 43 807 67 455 84 563 50 086 245 911
Source : INSEE - FIRESP
* données provisoires
** Hors Défense nationale et France Télécom mais y compris enseignement privé sous contrat
collectivités territoriales travaille essen-Les communes : 21 % La fonction publique
tiellement dans les centres départemen- hospitalière : 17 %
taux de gestion de la fonction publique
Les organismes communaux (mairies, territoriale.
Les effectifs employés dans les hôpitauxétablissements publics intercommu-
naux spécialisés ou non, établissements Dans les Côtes-d’Armor, les agents des sont de 42 250 personnes, soit 17 % de
collectivités territoriales représentent l’emploi public régional. La Postepublics administratifs communaux spé-
cialisés) emploient plus de 52 000 per- 31 % des effectifs de l’emploi public, emploie 13 000 agents et 5,3 % de l’ef-
cinq points de plus qu’au niveau régio- fectif global. Viennent ensuite les orga-sonnes, soit 21 % de l’emploi public ré-
gional. Avec 11 600 personnes, les nal. Deux explications : un nombre plus nismes de Sécurité sociale, les maisons
élevé de communes et la présence d’un de retraites publiques, la SNCF,structures départementales ou régiona-
les (Conseils généraux, Conseil régio- centre de gestion relativement impor- EDF-GDF, qui totalisent, chacun, entre
tant à Saint-Brieuc. 4 000 et 9 000 agents. Enfin, les cham-nal, établissements publics adminis- tra-
tifs départementaux ou régionaux) bres consulaires emploient plus de
3 350 personnes et les offices publicsreprésentent 4,7 % des effectifs publics
bretons. Le reste des agents des d’HLM un peu plus de 1 700.
Octant n° 103 - Octobre 2005 31Emploi
Répartition des effectifs par secteurs C’est dans le Finistère que la part de
l’emploi dans les hôpitaux et les autres
Côtes- Ille-et- services publics est la plus importante :Finistère Morbihan Bretagned'Armor Vilaine
38,4 %. Des entreprises importantes y
Agents de l'État 36,8 35,3 41,2 36,7 37,9 sont implantées : EDF-GDF (effectif le
plus important de la région), Ifremer à des collectivités
territoriales 31,2 26,3 23,4 27,1 26,3 Brest (près de 600 agents), les hôpitaux
de Brest, Morlaix et le centre hospitalierAgents des hôpitaux 15,0 19,6 15,6 18,4 17,2
de Cornouaille à Quimper. des autres
services publics 17,0 18,8 19,8 17,8 18,6
TOTAL 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0
Plus de six emplois sur dix
Source : INSEE - FIRESP occupés par des femmes
En Bretagne, les femmes représentent
62 % de l’ensemble des salariés du pu-
blic non militaire, c’est 17 points de
Effectifs de l'emploi public par fonction
plus que dans l’emploi salarié total. La
féminisation de public s’est40 000
accrue régulièrement au cours des 20
dernières années : en 1985, les femmes35 000
représentaient 55 % de l’emploi public.
Cette augmentation reflète la croissance30 000
de l’emploi féminin en général,
conjuguée au développement parfois25 000
fort de certains domaines d’activité du
public, en particulier du secteur social.20 000
Dans les administrations, c’est dans les15 000
ministères de l’Emploi et de la Cohésion
sociale, de la Santé et de la Protection10 000 de l’Éducation nationale (y
5 000 compris l’enseignement privé sous con-
trat), que la part de l’emploi féminin est
0 la plus élevée : entre 64 et 73 %.
Agents Agents Agents des autresAgents
des collectivités des hôpitaux services publicsde l'État Dans les collectivités territoriales, laterritoriales
forte représentation féminine concerne
surtout les organismes départementauxCôtes-d'Armor Finistère Ille-et-Vilaine Morbihan
et régionaux : autour de 7 emplois surSource : Insee - Firesp
10. Depuis les lois de décentralisation,
les conseils généraux ont en charge un
secteur fortement féminisé notamment
avec les assistantes maternelles et les as-
sistantes sociales.
Évolution des effectifs de l'État, des collectivités territoriales, des hôpitaux
De même, les hôpitaux, les maisons deet autres services publics en Bretagne entre 1993 et 2003 (base 100 en 1993)
retraite publiques et la Sécurité sociale
140 emploient plus de 75 % de femmes. En
État (hors Défense) revanche, certains organismes se distin-
135
Collectivités territoriales guent par une majorité d’emplois mas-
Hôpitaux et autres services publics130 culins. C’est le cas des ministères de
l’Intérieur et de l’Equipement et aussi125
d’EDF-GDF et de la SNCF, où beaucoup
120 de professions sont occupées tradition-
nellement par des hommes : ouvriers,115
conducteurs de travaux, agents de po-
110 lice, cheminots...
105
100 Temps partiel : plus d’un
95 agent sur cinq est concerné
90
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 Le travail à temps partiel s’est largement
développé dans les années 80 et 90 etSource : Insee - Firesp
32 Octant n° 103 - Octobre 2005
base 100 en 1993Emploi
ceci quelles que soient les différentes
formes prises en compte, le cas le plus
e temps partiel recouvre deux concepts bien distincts. Le premier
courant étant celui des mères de famille Lconcerne le temps partiel choisi par la personne : l’agent demande àprenant le mercredi pour s’occuper de
bénéficier des dispositions relatives au temps partiel (90, 80, 70, 60, 50 %leurs enfants d’âge scolaire. Il concer-
du temps complet réglementaire). Le second est relatif aux emplois statu-nait 17,5 % des effectifs de l’emploi pu-
tairement ou budgétairement à temps non complet qui peuvent corres-blic non militaire breton en 1985, il
s’est stabilisé fin 2003 à 21,7 % avec pondre, ou pas, aux souhaits des agents.
53 300 personnes, sans doute sous l’ef-
fet des 35 heures. Dans cet article, seuls sont comptabilisés les emplois à mi-temps et plus.
Concernant les statistiques par sexe et selon la durée du travail, le champ
Plus de 30 % des femmes sont concer-
exclut les établissements de la SNCF. Quant aux établissements de la
nées contre seulement 7 % des hom-
Poste, la répartition des agents selon leur temps de travail n’est pas
mes ; 88 % des agents qui travaillent à
disponible.temps partiel sont des femmes.
Le temps partiel est plus développé dans
les collectivités territoriales : un salarié
sur trois. Compte tenu de leur taille, cer- Évolution des effectifs de l'emploi
taines communes ou syndicats commu-
public et de l'emploi salarié privéRépartition de l'emploi publicnaux n’emploient que des salariés à
en Bretagne entre 1993 et 2003par département (en %)temps partiel.
Base 100 en 1993Morbihan Côtes-d'Armor
Au sein de hôpitaux, 26 % des agents
130travaillent à temps partiel.
125
18 Emploi salarié privéDans les administrations de l’Etat, la 20
120pratique du temps partiel est plus ré-
cente que dans les collectivités locales. 115
Les mesures mises en place en 1982,
110
28garantissant aux agents de la fonction
Emploi public *
publique une certaine souplesse dans le 10534
choix de leur temps de travail, ont con-
100
tribué au développement de cette forme
95d’emploi. Fin 2003, 17 % des agents Ille-et-Vilaine Finistère
1993 1995 1997 1999 2001 2003travaillaient à temps partiel.
* hors Défense, France Télécom et La Poste
Source : Insee - Firesp Source : Insee - Firesp
Un emploi sur trois
en Ille-et-Vilaine
Part de l'emploi public dans l'emploi salarié total (public + privé)
L’Ille-et-Vilaine concentre un tiers des par zone d'emploi au 31 décembre 2003 (en %)
emplois publics, en raison notamment
de la présence de nombreuses adminis-
Vitrétrations régionales et de l’importance
Fougèresdu pôle universitaire de Rennes. Les Cô-
Ploërmeltes-d’Armor arrivent en dernière posi-
Pontivy-Loudéaction derrière le Finistère et le Morbihan,
Redonavec un poids deux fois inférieur à celui
Auray
de l’Ille-et-Vilaine.
Morlaix
Carhaix
La part de l’emploi public non militaire
Dinandans l’emploi salarié total (public et pri-
Lorientvé ) varie en 2003 de 23 % dans le Mor-
Guingamp
bihan à 26 % dans les Côtes-d’Armor.
Brest
Ensemble des ZE
Saint-Malo
Une croissance moins rapide Quimper
que dans le privé Lannion
Rennes
Vannes
Entre 1993 et 2003, l’emploi public en Saint-Brieuc
Bretagne a augmenté de 17 % (hors
0 5 10 15 20 25 30 35
France Télécom et la Poste). A titre de
comparaison, l’emploi salarié privé État (hors défense) Collectivités territoriales Hôpitaux Autres services publics
s’est accru d’environ 27 %. Source : Firesp - Estimations d'emploi régionales
Octant n° 103 - Octobre 2005 33Emploi
Les effectifs des collectivités territoriales
ont fait un bond de 34 % durant ces dixLe champ de l’emploi public
dernières années. Cette forte progres-
sion s’explique notamment par desLe concept d’emploi public combine deux approches, celle du statut de l’em-
transferts de compétences entre l’État etployeur et celle du statut de l’employé. On confond parfois la notion d’emploi pu-
ces structures, par exemple pour l’entre-blic avec celle de fonction publique ; ces deux notions recouvrent, en termes
tien des routes confié désormais auxd’emplois, des ensembles différents.
services de voirie des Conseils
généraux.
La fonction publique qui constitue le socle de l’emploi public, se décompose en
trois sous-ensembles : Dans le domaine de la santé les effectifs
la fonction publique d’État, se sont accrus mais ont continué de
la territoriale, baisser à la SNCF et à EDF-GDF.
la fonction publique hospitalière.
Enfin, la croissance est plus modérée
dans les administrations de l’Etat qui en-A cette fonction publique stricto sensu, il convient d’ajouter les salariés employés
registrent une hausse globale de7%:par d’autres organismes :
une partie des départs en retraite anti-
les établissements publics administratifs (EPA) comme les chambres consu-
cipéen’ont pas été remplacés.laires (chambres d’agriculture, chambres des métiers ou de com-
merce et d’industrie),
Carmen Ermacora les établissements publics à caractère industriel ou commercial (EPIC)
et Micheline Tessiercomme la SNCF, EDF-GDF ou la Poste,
des personnes morales de droit privé comme les Assedic associations recon-
nues d’utilité publique ou comme les Cram, les CPAM, les Caf ou les Urssaf,
organismes de droit privé dont la mission présente un caractère de service
public. Ces personnes morales emploient des agents relevant du droit public
par dérogation législative.
Pour être retenus dans cette étude les agents doivent travailler au moins à
mi-temps. Pour en savoir plus :
Dans la fonction publique d’Etat, les effectifs retiennent les titulaires et les non titu-
laires (comme les agents embauchés dans les conditions du droit privé). Les em- Emploi public : les salariés des servi-
plois aidés sont exclus. ces publics locaux en Bretagne /
Dans les collectivités territoriales, sont comptabilisés les emplois principaux exer- Marie-Hélène Kérouanton ; Insee
cés au moins à mi-temps. Les emplois aidés et apprentis sont exclus. Bretagne. - Dans : Le Flash d’Octant ;
Dans les hôpitaux, les internes et le personnel médical sont exclus pour éviter des n°72 (2002, mai).-4p.
doublons.
L’emploi public en Bretagne / Yves le
Roho ; Insee, Bretagne. - Dans :
Cas particuliers Octant.-N° 87 (2001, oct.). - P.
22-27. Les personnels civils et militaires du ministère de la Défense, y compris les ar-
senaux de Brest et Lorient, qui ne font pas l’objet d’un suivi statistique détaillé Les agents de l’État au 31 décembre
pour des raisons de secret défense n’ont pu être intégrés dans cette étude. 2003 / Aline Pauron et Dominique
Les enseignants, employés dans les établissements sous contrat d’association, Quarré. - Dans : Insee première;n°
font partie de ce champ emploi public. Ils se répartissent dans l’éducation na- 1034 (2005, juil.).-4p.
tionale, l’agriculture et les transports.
Les effectifs des collectivités territo- Les établissements de soins - hôpitaux et maisons de retraite publiques - font
riales au 31 décembre 2000, 2001 etpartie des services publics. Leur caractère public est imputable à leur statut
2002 / Insee Bretagne, Pôle nationald’établissement public.
emploi dans la Fonction Publique La Poste et France Télécom, qui étaient des directions générales du ministère
Territoriale. - Dans : Insee résultats.des Postes et télécommunications, sont devenues, avec la loi du 02 juillet
Société ;N° 39 (2005, mars). - 34 p.1990, des établissements publics à caractère industriel ou commercial.
+1cédérom.France Télécom est, depuis 1998, une société anonyme à conseil d’adminis-
tration. Les personnels de la Poste et de France Télécom sont majoritairement L’observatoire de l’emploi public :
des fonctionnaires. Pour des raisons juridiques relatives au statut, la Poste est rapport annuel décembre 2003 / Mi-
intégrée dans la rubrique des services publics et France Télécom en est nistère de la fonction publique, de la
exclue. réforme de l’État et de l’aménage-
ment du territoire. - 2004. - 138 p.
34 Octant n° 103 - Octobre 2005
n

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.