L'emploi repart à la hausse

De
Publié par

Emploi L'emploi repart à la hausse La région gagne 18 600 emplois hors intérim en 2010. Malgré cette reprise, plus précoce qu'au niveau national, Rhône-Alpes n'a pas encore retrouvé son niveau d'emploi d'avant la crise. L'industrie limite cependant ses pertes et le tertiaire se montre particulièrement dynamique. Côté intérim, la hausse est très forte avec 15 100 emplois supplémentaires. près plusieurs années de hausse régulière, l'emploi La majorité des départements enregistrent encoreA salarié privé hors intérim a connu en Rhône-Alpes, à des pertes début 2010, mais l'emploi s'oriente à la compter de mi-2008, une crise de près d'un an et demi : il hausse dès le second semestre. Alors qu'aucun n'a pas progressé sur l'ensemble de l'année 2008, puis a département n'échappait aux destructions d'emploi l'année nettement reculé jusqu'à l'automne 2009. Cependant, la précédente, seule la Loire perd 800 salariés en 2010, et reprise amorcée fin 2009 se confirme : la région gagne le niveau de l'emploi est stable en Ardèche et en Savoie. 18 600 emplois (+ 1,2 %) en 2010, soit la moitié des pertes La Drôme et la Haute-Savoie gagnent de l'ordre de enregistrées pendant la crise. La structure de l'emploi a 2 000 emplois, l'Ain 2 800 (+ 2,3 %, plus forte progression assez fortement évolué : l'industrie concentre 25,9 % des de la région), l'Isère 4 200 et le Rhône 8 000.
Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 34
Nombre de pages : 2
Voir plus Voir moins

Emploi
L'emploi repart à la hausse
La région gagne 18 600 emplois hors intérim en 2010. Malgré cette reprise, plus précoce qu'au
niveau national, Rhône-Alpes n'a pas encore retrouvé son niveau d'emploi d'avant la crise. L'industrie
limite cependant ses pertes et le tertiaire se montre particulièrement dynamique. Côté intérim, la
hausse est très forte avec 15 100 emplois supplémentaires.
près plusieurs années de hausse régulière, l'emploi La majorité des départements enregistrent encoreA salarié privé hors intérim a connu en Rhône-Alpes, à des pertes début 2010, mais l'emploi s'oriente à la
compter de mi-2008, une crise de près d'un an et demi : il hausse dès le second semestre. Alors qu'aucun
n'a pas progressé sur l'ensemble de l'année 2008, puis a département n'échappait aux destructions d'emploi l'année
nettement reculé jusqu'à l'automne 2009. Cependant, la précédente, seule la Loire perd 800 salariés en 2010, et
reprise amorcée fin 2009 se confirme : la région gagne le niveau de l'emploi est stable en Ardèche et en Savoie.
18 600 emplois (+ 1,2 %) en 2010, soit la moitié des pertes La Drôme et la Haute-Savoie gagnent de l'ordre de
enregistrées pendant la crise. La structure de l'emploi a 2 000 emplois, l'Ain 2 800 (+ 2,3 %, plus forte progression
assez fortement évolué : l'industrie concentre 25,9 % des de la région), l'Isère 4 200 et le Rhône 8 000. Ce dernier
emplois rhônalpins, contre 28,2 % fin 2007, avant l'entrée concentre désormais plus du tiers des emplois régionaux.
dans la crise, et le tertiaire 64,7 % contre 62,4 % trois ans Les destructions d'emploi dans l'industrie, 6 300 au
plus tôt ; la part de la construction reste voisine de 9,5 %. total (- 1,5 %), sont quatre fois moins importantes qu'en
2009, et plus limitées qu'au niveau national (- 1,8 %).Cette déformation structurelle au profit du tertiaire se
L'industrie, et plus particulièrement les secteurs les plusretrouve dans des proportions comparables au niveau
traditionnels de la fabrication non alimentaire, très présentsnational. En revanche, alors que le nombre de salariés ne
en Rhône-Alpes, a payé un lourd tribut à la crise, avec laprogresse que très faiblement en 2010 dans l'ensemble
perte d'un salarié sur dix au cours des trois dernièresdu pays, Rhône-Alpes, deuxième plus importante région
années. En 2010, la majorité des destructions d'emploispour l'emploi (un salarié du privé sur dix), est la région qui
industriels ont lieu au premier trimestre, leur rythme segagne le plus grand nombre d'emplois ; elle est aussi parmi
ralentit ensuite pour la première fois depuis le début de lacelles où la reprise est la plus précoce et la plus vive.
Le tertiaire est le principal moteur de la reprise Des hausses d'emploi dès le début de l'année
Évolution de l'emploi salarié en Rhône-Alpes par secteur Évolution trimestrielle de l'emploi salarié hors intérim
en Rhône-Alpes
30 000 120 * e ConstructionCJO-CVS , base 100 au 4 trimestre 2001
11520 000 Services marchands hors intérim
110
10 000 Commerce
105
0
100
Ensemble- 10 000
95
- 20 000 90
Industrie
- 30 000 85
80- 40 000
Industrie Construction Tertiaire Ensemble
2008-2009 2009-2010
* Corrigé des jours ouvrables et des variations saisonnières
Source : Unedic, Dares, exploitation Insee Source : Insee, estimations d'emploi
10 L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156
2001T4
2002T2
2002T4
2003T2
2003T4
2004T2
2004T4
2005T2
2005T4
2006T2
2006T4
2007T2
2007T4
2008T2
2008T4
2009T2
2009T4
2010T2
2010T4Emploi
crise, à moins de 1 000 perdus chaque trimestre. Fin 2010, Avec 23 900 emplois supplémentaires (+ 2,4 %) en
l'industrie emploie à peine plus d'un salarié rhônalpin sur 2010, le tertiaire privé est le principal moteur de la
quatre. Rhône-Alpes reste cependant la deuxième région reprise de l'emploi dans la région. Les gains d'emploi,
industrielle française en nombre d'emplois. plus forts qu'au niveau national, sont importants tout au
La métallurgie, la plasturgie, le textile, les industries long de l'année. Hormis en 2009, le tertiaire a gagné des
chimiques et du papier emploient la moitié des salariés emplois en Rhône-Alpes sur l'ensemble des dix dernières
industriels de la région. Ces secteurs, parmi les plus années et, fin 2010, il en compte plus qu'avant la crise.
affectés par la crise les années précédentes, perdent en Le commerce, 29 % du tertiaire, gagne 5 600 emplois
tout 4 700 emplois (- 2,1 %) en 2010. Les pertes s'élèvent (+ 1,9 %), et les services, hors intérim, 18 300 (+ 2,5 %).
à 1 700 (- 2,0 %) pour la fabrication d'équipements Ce sont les activités de services artistiques, sportives,
électriques, électroniques et informatiques. Elles sont associatives, qui créent le plus d'emploi, 5 800 en tout
beaucoup plus modérées pour la fabrication de matériels (+ 4,9 %). Les secteurs de l'hébergement et de la
de transport (400 emplois perdus). Dans l'alimentaire, restauration, celui de l'information et de la communication,
l'emploi s'oriente à la hausse dès le printemps, et, sur ainsi que les activités financières voient leur nombre de
l'année, le nombre de salariés ne varie pas. Enfin, le secteur salariés progresser de 2,8 %, les activités scientifiques
de la cokéfaction et du raffinage, qui avait échappé à la et techniques, les services administratifs et de soutien de
crise, gagne encore 700 emplois cette année. 2,2 %. L'augmentation est plus modérée dans les
L'emploi industriel est en repli dans tous les départements, transports (+ 0,9 %) et l'immobilier (+ 0,5 %).
mais dans une bien moindre mesure qu'en 2009. Les plus C'est dans l'Ain que la hausse de l'emploi tertiaire est la
forts reculs affectent le Rhône (2 400 emplois en moins, plus forte (+ 4,6 %). La progression est importante
soit - 2,1 %) et la Loire (1 300 emplois perdus, - 2,5 %). également dans la Drôme (+ 3,2 %) et l'Isère (+ 2,9 %),
L'Isère et les Savoie perdent entre 1,2 % et 1,5 % de leurs un peu moins dans le Rhône (+ 2,4 %) ou la Haute-Savoie
salariés. L'Ain, l'Ardèche et la Drôme perdent chacun moins (+ 2,0 %). L'amélioration est moins marquée pour la
de 200 emplois. Savoie (+ 1,3 %), l'Ardèche (+ 1,0 %) ou la Loire (+ 0,7 %).
La construction enregistre en 2010 une hausse L'emploi intérimaire connaît une hausse très forte.
modérée de 1 000 salariés (+ 0,6 %), contrairement au En un an, le secteur a gagné 15 100 emplois
niveau national, où l'emploi est légèrement à la baisse (+ 26,1 %). C'est plus qu'au niveau national (+ 19,6 %).
(- 0,7 %). Après une décennie de progression quasi Près de la moitié (44,8 %) de l'ensemble des emplois
ininterrompue, l'emploi dans la construction avait connu gagnés dans la région cette année l'ont été dans l'intérim.
un repli important en 2009. La reprise est franche dans le La Drôme est le département où l'augmentation est la plus
Rhône, qui gagne à lui seul 1 000 emplois, autant que la forte. Le recours à l'intérim progresse également de
hausse régionale, alors que l'évolution est plus irrégulière manière importante dans l'Ain, la Loire et les Savoie.
ailleurs, la variation annuelle d'emplois des autres Néanmoins, en dépit de sa forte hausse, le niveau de
départements n'étant jamais supérieure à 200 emplois, l'emploi intérimaire se situe encore fin 2010 en deçà du
en plus ou en moins selon les départements. haut niveau d'avant crise.
Pierre-Jean Chambard
Insee Rhône-Alpes
Le Rhône concentre désormais plus du tiers
de l'emploi régional Pour comprendre les résultats
L'emploi par département en Rhône-Alpes en 2010
Ain Emplois salariés du secteur privéHaute-Savoie 8 % Ardèche11 % Le champ couvert est celui de l'emploi du secteur concurrentiel privé, hors
3 %
Savoie agriculture, administration, éducation, santé et action sociale.
Drôme7 % Pour les années 2007 et antérieures, les estimations annuelles sont issues8 %
de la source ESTEL (Estimations d'emploi localisé) et élaborées à partir des
Déclarations Annuelles de Données Sociales (DADS). À partir du point
annuel 2007, sont appliqués des taux d'évolution trimestriels qui se basent
sur les indices trimestriels d'Epure (données Urssaf exploitées par l'Insee).
Le choix a été fait d'exclure l'intérim des séries ainsi définies et de le traiter
Isère
à part.19 %
Les séries sont corrigées des variations saisonnières (CVS).
Pour en savoir plusRhône
Loire34 %
10 %
Site internet : www.insee.fr thème Travail - Emploi
Source : Insee-Epure
L’année économique et sociale 2010 - Dossier n° 156 11
z

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.