L'emploi salarié lié au tourisme

De
Publié par

Estimation de l'emploi salarié induit par l'activité touristique en Aquitaine en 1996. Ces estimations font intervenir 3 composantes : l'intensité touristique de la commune, l'activité économique des établissements et la saisonnalité de l'emploi.

Publié le : dimanche 30 décembre 2012
Lecture(s) : 66
Tags :
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins

LE QUA T RE P A GES
INSEE AQUITAINE
L’EMPLOI S ALARIÉ
LIÉ AU T OURISME
Mesurer l’activité touristique et partant
l’emploi qui lui est lié est toujours Classée au septième rang des régions chois ies par
un exercice délicat, car on ne sait pas isolerles Français pour passer leurs vacances quel que soit
les dépenses spécifiquement touristiques le mode d’hébergement, l’Aquitaine est aussi une
région où la clientèle touristique privilégie les hé-des autres catégories de dépenses.
bergements marchands et les longs séjours. Elle seContourner cette difficulté
situe d’ailleurs au cinquième rang national pour laen n’écartant a priori aucune activité,
fréquentation hôtelière et au deuxième rang pour
conduit à une estimation haute, en 1996,
celle des campings. C’est donc une région où le
de 45 900 emplois, soit 6,4 % de l’emploi
tourisme a un impact économique non négligeable,
salarié total aquitain et respectivement
notamment sur les emplois.
18 300 et 2,5 % pour une estimation basse.
Cette activité, dansune accept ation large, s’observeSitués principalement sur le littoral,
à travers une combinaison complexe d’offre de ser-ces emplois se caractérisent
vices, de commerce, voire de construction, mar-
par une forte saisonnalité estivale :
chands ou non marchands. Elle répond à une
entre l’hiver et l’été, 17 000 à 19 300 emplois
demande qui résulte d’un déplacement géographi-
supplémentaires sont créés.
que de la consom mation de pesonnes sr ’éloignant
Deux secteurs d’activité pourvoi ent plus de leur résidence principale, pour des motifs autres
de la moitié de ces emplois touristiques : qu’un travail rémunéré. De ce fait, le tourisme est
l’hébergement et la r estauration. une activité transversale à de nombreuses aivitct és
élémentaires.
L'emploi touristique : une estimation par fourchette
Emploi salarié
touristique
Estimation "haute"
60 000
50 000
40 000
Estimation "basse"
30 000
20 000
10 000
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Octobre Nov. Déc.INSEE Source : Insee-Fichier DADS 1996
AQUITAINE
INSTITUT NATIONAL
DE LA STATISTIQUE
ET DES ÉTUDES
ÉCONOMIQUESla période estivale. Il n’est donc pasUne embauche très saisonnièrePour s’affranchir de ce tte t ransversalité,
(1)l’Insee a mis au point une méthode. surprenant que près de 60 % deLa région aquitaine, avec ses 380 kilo
L’emploi lié au tourisme est mesuré par l’emploi salarié touristique se situe surmètres de côtes, est une destination es-
une fourchette déterminée par des rè- la côte aquitaine, soit environ 10 600sentiellement estivale, le mois de
gles de décision qui délimitent ce qui emplois en moyenne sur l’annéejanvier étant le plus "creux" de l’année.
relève du tourisme. Elles comportent 1996.Les variations, au cours de l’année, du
nécessairement un caractère arbi- nombre des emplois liés au tourisme en
La côte basque, pour tant la moins éten-
traire. sont le reflet. Ainsi, 29 700 à 59 000
due, accueille près de la moitié de ces
emplois sont concernés, de près ou de
Ainsi, selon l’estmatii on la plus basse, emplois et la seule ville de Biarritz,
loin, par le tourisme sur la période esti-
l’emploi salarié dans ce secteur, en 10 %. Composée exclusivement de vil-
vale, soit 17 000 à 19 300 emplois de
1996, compte 18 300 emplois, soit les classées très touristiques, elle cu-
plus qu’en janvier. Cela porte le poids
2,5 % de l’ensemble des emplois sala- mule à la fois l’effet "villes"par ses fortes
du tourisme, selon les estimations, entre
riés aquitains. Cette estimation corres- structures d’accueil et l’effet "littoral"
4 et près de 8 % de l’emploi salarié total
pond aux salariés qui travaillent par le dynamisme des activités récréati-
durant les mois de juillet-août. Cepen-
exclusivement grâce au tourisme. ves et sportives qui s’y pratiquent.
dant, les activités liées au tourisme ne
sont pas les seules à voir leurs effectifsDans la vision la plus large, appelée En dehors de la côte, mais dans une
se gonfler pendant la période estivale.estimation "haute", 45 900 emplois sont moindre mesure, les salariés du tou-
En effet, le nombre total des emploisconcernés par le tourisme, soit 6,4 % risme se concentrent dans l’aggloméra-
salariés aquitains augmente de 11 %des emplois salariés aquitains. Ce chif- tion bordelaise, le Sarladais et leszones
entre le mois de janvier et la périodefre englobe tous les emplois touchant au thermales de Dax, Saint Paul-lès Dax et
estivale, dont seulement 23 % sonttourisme, sans que les touristes soient les Eaux Bonnes.
dûs au tourisme. D’au tres activités trèsforcément majoritaires parmi la clien-
Une caractéristique commune à l’en-saisonnières relèvent notamment destèle. C’est le cas des actités dvi e com-
semble de ces destinations est qu’ellesindustries agroalimentaires ou sontmerce comme les hypermarchés, ou,
figurent parmi les plus prisées de laliées à des remplacements de salariésdans les services, des banques, du trai-
région par la clientèle étrangère.durant les congés. Cette hausse glo-tement des ordures ménagèr es... Si l’es-
bale de l’emploi salarié diffère detimation la plus basse est très restrictive, Les Pyrénées Atlantiques se placent
l’emploi strictement touristique : lal’estimation "haute" est une borne supé donc en tête des départements aquitains
saisonnalité de l’embauche y estrieure. durant la saison touristique de juillet-
moins marquée. août mais aussi en moyenne sur l’année
Par rapport à d’aut res régions touristi-
1996.Tous à la merques pour lesquelles aété u tilisée cette
méthode Languedoc Roussillon, Breta- Le littoral est le plus g rand attrait tou- En effet, grâce à une forte diversité d’at-
gne l’impact du tourisme en Aquitaineristique de la région aquitaine : il con-tractions et de sites touristiques ( stations
y apparaît moindre, respectant ainsi le balnéaires couplées à la thalassothéra-centre les deux tiers des nuits passées
poids respectif des régions. dans les hôtels et les campings durant pie, au thermalisme, mais aussi stations
L’emploi salarié lié au tourisme en Aquitaine e 1996n
Dordogne Gironde Landes Lot-et- Pyrénées Aquitaine
Garonne Atlantiques
En juillet août
Nombre d’emp lois totalement liés au tourisme (estimation basse) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 300 8 700 7 900 600 102 290 7000
Part dans l’ emploi salarié total (%) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,5 2,5 9,6 0,8 3,9 6,3
Nombre d’emp lois totalement oupart iellement liés au tourisme (estimation haute). .4 600 22 000 10 500 2 400 19 500 59 000
Part dans l’ emploi salarié total (%) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5,2 6,3 12,8 3,2 7,8 12,1
En moyenne annuelle
Nombre d’emp lois totalement liés au tourisme (estimation basse) . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1 300 5 200 4 000 450 71 385 3000
Part dans l’ emploi salarié total (%) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,5 1,5 5,4 0,6 2,5 4,8
Nombre d’emp lois totalement oupart iellement liés au tourisme (estimation haute). .3 400 17 600 6 500 2 000 16 400 45 900
Part dans l’ emploi salarié total (%) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4,0 5,2 8,7 2,9 6,4 10,7
Source : Insee -DADS 1 996
(1) A compter de ce paragraphe, les commentaires port ent sur l’estimationdes empl ois salariés directement liés à la consommation, soit le’ stimation basse.
LE Q U A T RE P A G E S N˚ 7 8
S E PTE M B R E 1 999INSEE AQUITAINEde sport d’hiver), ce département peut
Des communes où tourisme et emploi sont liésdévelopper une activité touristque touti
au long de l’année, d’autant qu’il con-
CHARENTE-centre près du t ers di e la capacité d’ac HAUTE-VIENNEMARITIME
CHARENTE
cueil en chambres d’hôt els de la région Nontron
aquitaine. Ainsi, dès le mois de janvier,
Lesparre-le tourisme y génère plus de 5 000 em- Médoc
CORRÈZE
Périgueuxplois salariés, soit plus du double de Blaye
l’emploi touristique périgourdin en
Libournejuillet août.
Sarlat-BergeracBordeaux
la-Canéda
En revanche, les autres départements de
Arcachon
la région connaissent un pic lié au tou-
Langon LOT
Marmanderisme limité à la période estivale.
Villeneuve-
sur-Lot
eLa Gironde se place au 2 rang des
départements générateurs d’emplois AgenNérac
touristiques. Suivent les Landes et la
TARN-ET-GARONNE
Dordogne et enfin le Lot et Garonne Mont-de-
Marsan
avec un peu moins de 450 emplois
Daxsalariés liés au tourisme. GERS
Bayonne
Les Landes sont le département le plus HAUTE-
GARONNE
dépendant économiquement du tou-
Paurisme. Elles enregistrent une proportion
Oloron-
Ste-Marie
d’emplois touristiques dans l’emploi sa-
HAUTES- Part (%) danslarié total de 5,4 % en moyenne an- PYRÉNÉES ARIÈGEl'emploi salarié total
-estimation basse-nuelle sur l’année 1996, soit deux fois ESPAGNE
Moins de 1
plus que l’Aquitaine dans son ensem- De 1 à 5
De 5 à 20ble. A l’inverse, malgré u nombrn e plus
20 ou plusL'emploi salarié touristique en Aquitaine en 1996
important d’emplois touristiques, ce ra- Source : Insee - DADS 1996
© IGN-INSEE 1999
tio tombe à 1,5 % pour la Gironde.
Hébergement et restaurationL’emploi touristique en Aquitaine par secteurs d’activité
créent la moitié des emplois
Estimation
touristiquesbasse haute
Emploi salarié touristique en1996 (moyenne annu elle) 18 300 45 900
La quasi totalité des emplois salariés
dont (%)
Hôtels avec restaurant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27,7 14,5liés directement au tourisme se cncen o
Restauration de type traditionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12,7 16,3
tre sur à peine quinze secteurs d’activité
Autre hébergement touristique (maisons famili ales, centres de vacances...) . . . . 10,9 4,4
Supermarchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6,s5ur un total11,8 de soixante dix en relation
Activités thermales et de t alassh othérapie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6,2 2,5plus ou moins forte avec le tourisme.
Exploitation de terrains de camping. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5,3 2,1
Boulangerie et boulangerie p âtisserie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4,1 6,0
En Aquitaine, comme dans la plupartHôtels de tourisme sans restaurant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3,9 1,6
Commerce de détail de produits pharmaceutiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3,7 6,8des autres régions, l’hébergement et la
Jeux de hasard et d’argent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,4 1,5
restauration sont les secteurs les plusCommerce d’alimentation générale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,0 1,7
Restauration de type rapide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2,0 3,8pourvoyeurs d’emplois touristiques.
Pâtisserie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,9 1,9
Administration publique générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,4 0,5
Plus précisément, ce sont les hôtel avec s
Débits de boissons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,3 1,5
Hypermarchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1,1restaurant, 5, 3la restauration de type tradi-
Charcuterie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 0,8 1,1
tionnel et les autres hébergements de
Autres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6,1 16,7
type touristique qui créent plus de la
Source : Insee DADS 1996
N˚ 7 8 LE QUATRE PAGE S
S E P TE M B R E 19 99 INSEE AQUITAINELE Q U A T RE P A G E S N˚ 7 8
S E PTE M B R E 199 9INSEE AQUITAINE
L’emploi salarié touristique pris enfourchett emoitié de l’emploi salarié touristique
L’étude repose sur une estimation de l’emploi salarié induit par l’activité toistiqur ue en Aquitaine au coursannuel moyen.
de l’année 1996. La méthode utilisée permet d’affrae s nchir du caractère transversal de l’activité touristique.
Plus précisément, les estimations présentées ici font intervenir tois r composantes : l’intensité touris Ces trois secteurs contribuent aussipour
tique de la commune, l’activité économique des établissements et enfin, la sonnsai alité de lemploi’ .
plus de la moitié à la variation saison-
L’ intensité touristique des commune a été défis nie à partir de critères différents pour les communes
nière de l’emploi touristique observée urbaines et pour les communes rurales.
pendant la période estivale. Pour les communes urbaines (communes appartenant à une unité urbaine de 5 000 h abitants ou
plus), trois indicateurs ont été pris en compte :capac la ité totaled’accueil de l’unité urbaine rapportée
Quelques spécificités ressortent : dans à la population, un indice de saisonnalité de l’emploi dans les hôtels, le nombre d’emplois dans les
restaurants rapporté à la population.les Landes, par exemple, au même titre
Pour les communes rurales, trois autres indicateurs ont été pris en compte : le nombre d encese résidque les hôtels avec restaurant, les acti-
secondaires rapporté à la surface de la commune, la proportion d’établ issements saisonniers,
vités thermales et de thalassothérapie l’intensité touristique de la commune déclarée à l’Invaire ent communal.
Compte tenu de ces critères, 7 3communes sur les 2 290 de la région sont classées en zone très touristique.génèrent environ 900 emplois touristi-
L’ intensité touristique des secteurs d’activité : les activités considérées comme touristiques (avecques en moyenne annuelle, les cam-
plusieurs modalités selon les degrés) sont celles dont la courbe journalière d’emplois présente un
pings se situant en troisième position. profil comparable à celui de la fréquentaion tourit stique approchée par les courbes d’évolution des
Ce département se trouve être l dépare - rémunérations dans les hébergements coll ectifs les plus représentatifs (hôtels avec restaurant,
exploitation de terrains de camping, autres hébergements touristiques). La comparabilité des profilstement aquitain le mieux doté en ter-
a été évaluée à partir de régressions.
rains de camping 3 et 4 étoiles et Les établissements saisonniers sont ceux pour lesquels l’emploi moyen en juillet, août ou septembre
possède ainsi une forte capacité d’hé- est supérieur à celui des neuf autres mois de l’année.
Cette méthode permet ainsi d’estimer d’abord l’emploi totalement lié au tourislm’este :imat ion basse.bergement.
Celui-ci regroupe essentiellement l’emploi situé dans les hôels et t autres formes d’hébergement, les
établissements de thermalisme ou de thalassothérapie, ainsi que les surplus d’emplois durant la
période estivale dans les restaurantles dés, bits de boissons et les commerces de proximité situés dansViolette FILIPOWSKI
les communes touristiques.
Nadia WOJCIECHOWSKI Elle permet également de définir un niveau d’emloi tp ouristique maximum, l’estimation haute incluant
l’ensemble des emplois des établissements dont l’activité est piellemeart nt liée à la présence de touristes.
Ce niveau comprend notamment l’ensemble des emplois des restaurants et des commerces de
proximité situés dans une commune touristique.
Sont également comptabilisés les emplois créés en période estivale (hypermarchés, cafés-tabac,
banques...). Cette estimation maximale comprend de ce fait les emplois correspondant aux rempla-
cements pendant les congés d’été.
La source DADS
POUR EN SAVOIR PLUS... Cette étude est réalisée à partir des données issues du fichier DADS (Déclarations Annuelles de
Données Sociales) de l’année 1996. Cette déclaration est un document administratif rempli par les• "Tourisme Bilan de la saison
employeurs.1997"- Insee Aquitaine et Comité ré
gional du tourisme d’Aquitaine. Elle concerne l’ensemble des salariés de l’indu strie, du commerce et des services dans les secteurs privés
et semi publics ainsi que les agents des coctivitlle és territoriales et de la fonction publique hospitalière.• "Mémento du tourisme 1999" -
Les agents de l’Etat, les salariés de l’agriculture et de la sylviculture ainsi que ceervicesux des ds omestiquesDirection du tourisme.
(assistantes maternelles par exemple) et des activités extraterritoriales en sont exclus.
•• "Tourisme Environn ement Entre
L’analyse repose sur la notion de po "ste". Un poste représente l’emploi d’un individu travaillant dans maîtrise et marchés : les enjeux du
un établissement. Si un individu a eu plusieurs périodes d’ dans le même établ issement autourisme aquitain" - Conseil écono
cours de l’année, on ne retient qu’un seul poste. En revanche, deux postes sont comptabilisés simique et social régional d’Aquitaine
l’individu a travaillé au cours de l’année dans deux établissements différents de la région.Juin 1999.
Directeur de la publication : Michel Schrantz - Rédacteur en chef : Paul Ahmed Michaux Secrétaire de fabricationDaniel :
Lepphaille - INSEE Aquitaine - 33, rue de Saget 33076 Bordeaux cedex .
Tél. 05 57 95 05 00 - Fax : 05 57 95 03 58 - Minitel : 3615 ou 3617 INSEE - Imprimé à l’Insee Aquitaine
e © INSEE 1999 - n° ISSN 1246-3809 - Dépôt légal t3rimestre 1999 .
INSEE Code Sage IA7808
Prix : 13 FF 1,98( ⁄) - Abonnement :France : 1 2 numéros 120 FF (18,29⁄ ) - Étranger : 150 FF (22,87⁄ )AQUITAINE
Étranger par avion : 162 FF (24,70⁄ )

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.